Mission Stargate
Bonjour et bienvenue sur Mission Stargate, l'une des références des forums basés sur l'univers de la célèbre série Stargate SG-1 !

Inscrivez vous sans plus attendre en entrant un nom et prénom valides ! Créez ensuite la présentation de votre personnage (à l'aide de la fiche de présentation type) afin de commencer cette superbe aventure !

Délires, ambiance et émotions assurés sur Mission Stargate Wink
On vous attend !
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

๏ Le forum a 9 ans !! || Version 5.9 || Le Staff de Mission Stargate vous remercie de votre fidélité ! ๏


 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 MJ Nouveaux amis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13741

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: MJ Nouveaux amis   Mer 13 Mai - 1:00

La température ambiante du SGC laissa place, au bout du voyage à travers la porte des étoiles, à une atmosphère un peu plus froide et à une légère brise rendant l’air un plus frais qu’il ne l’était réellement. Pourtant, la porte des étoiles était située à l’intérieur d’un complexe qui n’était pas fermé mais au contraire, ouvert sur le monde. Il y avait un toit mais pas d’issue à proprement parlé, juste de grandes arches aux quatre coins du bâtiment. C’était sous une sorte de hall abritant la porte des étoiles que l’équipe du SGC débarqua. Trois hommes étaient situés près du DHD et s’approchèrent aussitôt, d’un pas calme mais prudent.

« Nous vous attendions. » Fit l’un d’eux en se détachant des deux autres. « Je vois que vous êtes plus nombreux cette fois, comme vous l’aviez prévu. Cependant, ne vous avais-je pas dit, Lieutenant Thomas, qu’il n’était pas nécessaire de revenir avec autant d’armes. Nous ne comptons pas nous battre avec vous. Est-ce que vous voyez une arme quelconque sur nous ? »

En effet, les trois Civilisés présents ne présentaient rien de suspect. Ils étaient tous vêtus d’une chemise au col allongé et boutonnée de toute part. Leur tenue aurait pu ressembler à celle d’un professeur des écoles des années 60, plutôt stricte et réglementaire. Leur similitude ne restait pas là car ils étaient aussi tous les trois extrêmement bien coiffés, les cheveux tirés vers l’arrière mettant en valeur leur front et leur visage rasé au millimètre près.
La porte des étoiles se désactiva et O’Neill s’avança à ce moment-là.


« Euh, oui. Nous non plus on ne veut pas se battre. Disons que sans nos armes on se sentirait un peu tout nu. Ce qui est fort désagréable quand on part en mission vous savez. »

Le Civilisé regarda ses compères d’un air interrogateur, ne comprenant pas l’humour du Général. Ce dernier enchaîna en présentant chaque membre de l’équipe, sans oublier d’insister tout particulièrement sur la présence de l’ambassadeur des Etats-Unis ici présent.

« Bienvenue dans notre citée. Je suis Borren. C’est moi qui vous mettrai en relation avec Hari, le guide de notre société. Veuillez me suivre. »

Jack se retourna vers son équipe et fit une légère grimace embarrassante. Leur hôte n’exprimait pas une joie débordante depuis leur venue. Il était très rigide et détaché, d’une élégance presque glaciale, mais pas du tout agressif dans sa manière de parler. Au contraire il était extrêmement poli et d’une sérénité sans égale.

« Excusez-moi, vous ne protégez pas votre porte des étoiles ? » Demanda Jack avant d’accepter de les suivre. Borren se retourna en haussant un sourcil.

« Pourquoi me demandez-vous cela ? »

« Simple curiosité… C’est un outil qui peut être dangereux. On ne sait jamais. » Répliqua aussitôt le Général. « Des envahisseurs pourraient vous vouloir du mal. »

Après un instant d’hésitation, Borren pointa du doigt le plafond et y dévoila de petites sphères rotatives scrutées dans la structure. Il y en avait au moins une vingtaine, disséminée tout autour de la porte des étoiles.

« Ceci est notre système de défense automatique. Au moindre souci, la source de danger est repérée et éliminée. Nous avons une confiance sans faille envers ce système. »

« Ah, euh ok… » Jack n’était pas rassuré d’avoir ça au-dessus de lui.

Le petit groupe fini par suivre leur comité d’accueil. Ils sortirent du hall de la porte des étoiles et gravirent un petit escalier menant vers un balcon. De là, les terriens purent profiter d’une vue sur une ville aux allures austères mais futuristes, à l’image du cliché entrevu lors du briefing. Quelques tours s’élevaient dans les airs, leur posture courbée, presque menaçante. Quelques vaisseaux traversaient le ciel gris et nuageux mais étaient trop loin pour les voir clairement. Mais ce qui attira le plus le regard des terriens, c’était la présence d’un énorme mur à plusieurs kilomètres de là. D’une hauteur impressionnante, bien plus que n’importe quel autre mur, il semblait tracer la frontière entre la ville et une plaine désertique et hostile. Devant la totale interrogation des terriens, Borren s’arrêta et leur fourni quelques explications.


« Le mur a été construit dans le but de séparer les réfugiés de la Civilisation… Oui, des réfugiés, vous avez bien entendu. Cela fait des années que des gens, des peuples exilés, nomades, traversent notre porte des étoiles et nous demande assistance, fuyant probablement les guerres sur leur propre monde. Seulement, nous sommes dans l’incapacité de tous les loger, les nourrir, les faire vivre dans les mêmes conditions que notre peuple. Nous avons donc construit ce mur et nous laissons la possibilité aux réfugiés de construire leur nouvelle vie, au-delà de celui-ci. Libres. Cela garanti à la fois une certaine sécurité pour notre société et une souveraineté qui leur est propre. »

Bien que le discours semblait optimiste et plein de bons ressentiments, la vue de cet immense mur pouvait refroidir les ardeurs chaleureuses. Il n’était pas possible de voir clairement ce qui se trouvait derrière cette énorme rideau de fer mais il était évident que la civilisation était un mot qui s’arrêtait à cette frontière et que ceux qui se trouvaient de l’autre côté n’étaient pas conviés à la fête…

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Suzanne Winshester
----------------
avatar
----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 762

Arrivé au SGC : 11/01/2007

Age du Joueur : 33


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 40
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
114/200  (114/200)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Mer 13 Mai - 15:54

Suzanne alla s'habiller puis s'équiper. Elle prit un P90 qu'elle avait apprit entre-temps à utiliser. Gilet tactile bien-sûr. Elle s'arma également d'un couteau qu'elle glissa dans un étui au niveau de sa jambe... Savait-on jamais ! Elle prit une bonne respiration et alla en salle d'embarquement. La jeune femme était à dire vrai un poil nerveuse. Ça fait faisait très longtemps qu'elle n'était pas partie en mission, mais qu'importe cela devait être l’adrénaline qui commençait à parcourir son corps, faisant naître de l’excitation. Et puis même s'il devait arriver quelque chose, personne ne l'attendait à la maison. Un petit sourire ironique vint accrocher son visage. Jack vérifia les rangs avant de partir histoire de voir si tout le monde était là.

C'était le grand moment et tout le monde passa l'horizon des événements pour quitter la Terre et en rejoindre une autre. Le temps de reprendre sa respiration, car oui mine de rien, c'était quelque chose d'utiliser la porte des étoiles ! Suzanne releva la tête et vu alors le nouveau paysage qui s'offrait à elle.

*Sublime, quoiqu'un poil trop moderne pour moi ! *

Cela ne se fit pas attendre que trois hommes se rapprochèrent d'eux calmement mais avec de la prudence tout de même. Ils étaient habillés bizarrement d'ailleurs, cela rappelait à Suzanne un autre temps, autre époque.... Puis l'un d'eux ouvrit la bouche et ses paroles irritèrent légèrement Suz.....

« Je vois que vous êtes plus nombreux cette fois, comme vous l’aviez prévu. Cependant, ne vous avais-je pas dit, Lieutenant Thomas, qu’il n’était pas nécessaire de revenir avec autant d’armes. Nous ne comptons pas nous battre avec vous. Est-ce que vous voyez une arme quelconque sur nous ? »

La jeune femme serra les dents et son arme pour ne rien dire... Putain heureusement que c'était Jack qui commandait la mission car à ce moment précis, elle l'aurait déjà ouverte ! Mais pour qui se prenaient-ils ? Ils ne se connaissaient pas ! Et eux comme ils le disaient si bien étaient chez eux... Elle soupira et la ferma... O'Neill prit alors la parole :

« Euh, oui. Nous non plus on ne veut pas se battre. Disons que sans nos armes on se sentirait un peu tout nu. Ce qui est fort désagréable quand on part en mission vous savez. »

La jeune femme ne put s'empêcher d'avoir un sourire, heureusement qu'il était là ! Cela la décontracta quelque peu, la petite blague du Général avait eut son petit effet. Et c'est la qu'elle comprenait toute l'expérience qu'il pouvait avoir !

* Merci Jack ! * Se dit-elle pour elle-même...

L'inconnu se présenta comme étant « Borren » machin chose là... Ouais bon ok pas de soucis...  Jack lui même se retourna pour leur faire comprendre qu'il était quelque peu gêner avec cette petite grimace que Suz connaissait bien, ce qui la rassura. Puis O'neill posa une question qui paraissait plus que logique et à priori ces messieurs dames avaient déjà prévus le coup de protéger leur porte en cas où de vilains loulous voudraient faire les marioles...

*Bon et mauvais à savoir ça... *

Elle n'aimait pas trop ça car si jamais ça tournait mal, ils étaient dans la merde.... Puis ils suivirent le gentil monsieur jusqu'à un balcon d'où ils pouvaient voir la vue qui se dégageait, comme sur la photo du dossier.... Ils pouvaient à peine distingués les vaisseaux qui volaient près des grandes tours.... Nan décidément Suz n'aimait pas... Trop moderne, ça faisait trop parfait !

Puis à sa grande surprise, elle aperçu comme la plupart des gens présents, un énorme mur, mais beaucoup plus grand que ceux vu sur Terre ! Truc de fou se dit-elle.... Il avait une nette séparation, de l'autre côté c'était plutôt désertique et peu accueillant d'ailleurs.... Suzanne s'interrogeait, c'était bizarre quand Borren répondit à leur interrogation....

« Le mur a été construit dans le but de séparer les réfugiés de la Civilisation… Oui, des réfugiés, vous avez bien entendu. Cela fait des années que des gens, des peuples exilés, nomades, traversent notre porte des étoiles et nous demande assistance, fuyant probablement les guerres sur leur propre monde. Seulement, nous sommes dans l’incapacité de tous les loger, les nourrir, les faire vivre dans les mêmes conditions que notre peuple. Nous avons donc construit ce mur et nous laissons la possibilité aux réfugiés de construire leur nouvelle vie, au-delà de celui-ci. Libres. Cela garanti à la fois une certaine sécurité pour notre société et une souveraineté qui leur est propre. »

Hmmm Suzanne était perplexe, et ne put s'empêcher de froncer les sourcils, pensive...

*Eux qui se disent commerciaux etc... Et surtout les laisser dans un désert comme ça, j'espère franchement qu'il n'y a pas que ça derrière ce mur.... *

Elle regarda ses camarades, toujours aussi perplexe mais de plus en plus méfiante. Que se cachait-il derrière ce mur ? Était-ce vraiment la vérité ou bien cachaient-ils autre chose ? Pour la première fois Suz eut un regard soucieux, il y'avait un « truc » peut-être était elle parano, mais elle ne le sentait toujours pas, il fallait qu'elle connaisse mieux ce peuple avant de se faire une meilleur opinion... Car sur Terre, un mur avait été un jour ériger également et ce n'était pas du tout pour les raisons invoquées par Borren.... Certes, elle ne connaissait pas non plus leur situation, mais si c'était des alliés, ils leurs devaient la vérité et non l'inverse.... Non Suzanne n'était pas du tout sereine....


Dernière édition par Suzanne Winshester le Sam 23 Mai - 15:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth J. Hash
----------------
avatar
----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 239

Arrivé au SGC : 13/04/2013

Age du Joueur : 31


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
103/500  (103/500)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Sam 23 Mai - 0:49

On m’avait appelé pour une nouvelle mission et grande surprise pour moi, le général O’Neill allait y participer, à ma grande joie, mais bref, passons.

Le briefing se passa de la manière la plus ordinaire qui soit, on nous présenta tous les membres participant à la mission, ainsi que la mission en elle-même. Des scientifiques, des soldats, un ambassadeur… Une équipe normale en somme… Enfin sauf pour l’ambassadeur dont je m’inquiétais un peu de la présence au cas où ça se passerait mal. Mais pourquoi est-ce que ça se passerait mal après tout ? Il n’y avait pas de raison puisque les liens avaient déjà été établis et que le peuple en question s’appelait La Civilisation.

En feuilletant le dossier, je réfléchissais déjà à ce que j’allais devoir emporter dans mon sac, livres, carnets, tablette… Je restais un instant stupéfaite par la photo de la cité qu’on nous avait fourni  Puis avant même que je ne le réalise, il était déjà tant d’aller se préparer.


Une demi-heure plus tard, j’attendais avec le reste de l’équipe, en salle d’embarquement. J’avais revêtu une tenue militaire, une casquette vissée sur la tête mais j’étais plus équipée de tablette tactile et de carnets de notes plutôt que d’armes. J’avais tout de même un pistolet attaché à la cuisse ainsi qu’un couteau à ma ceinture mais pour le reste, mon gilet tactique était plutôt encombré de stylos, d’appareil photo, de rations de nourriture et un chargeur au cas où.

On passa la porte pour nous retrouver dans un autre monde et comme à chaque fois, le spectacle me coupa le souffle. Il faisait un peu plus froid que dans la salle d’embarquement car nous nous étions retrouvés dans une sorte de hall ouvert sur l’extérieur.

Des Civilisés nous attendaient pour nous souhaiter la bienvenue ou nous arrêter au vue de leurs mines réjouies et de leurs tenues festives. O’Neill tenta une pointe d’humour pour détendre l’atmosphère mais cela les laissa de marbre alors que je tentais de garder mon sourire pour moi.

On nous parla du système de défense de la porte, qui me fit froid dans le dos même si je n’en dis rien, puis vint le thème du gigantesque mur que nous voyions au loin.  On nous expliqua qu’il servait à empêcher les étrangers venu chercher asile sur leur monde de pénétrer dans leur cité et tout ceci afin de conserver leur qualité de vie. C’était à se demander pourquoi ils s’étaient donner le nom de Civilisé si cela ne leur posait pas de problème d’exiler dans un désert des réfugiés, à moins qu’il y ait des endroits plus propices à la vie de l’autre côté de ce mur. Mais ce n’était guère le moment de poser ce genre de questions, je ne tenais pas à créer d’incident alors que nous venions juste d’arriver.
Mais je ne pus m’empêcher, d’un geste discret, de prendre une photo de ce mur et d’écrire quelques mots sur cette situation sur mon carnet.

Tournant le regard vers Suzanne, ma collègue archéologue, je compris qu'elle devait penser à peu près la même chose que moi.

Oui, quelque chose clochait dans cette histoire mais je ne pus m'empêcher de douter sur ma propre analyse.
Est-ce que je m'inquiétais parce que beaucoup de mes missions s'étaient fini en catastrophe alors qu'elles étaient censé bien se passer? Ou quelque chose n'allait vraiment pas dans cette histoire?



Dernière édition par Elizabeth J. Hash le Lun 25 Mai - 14:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Helena Gardner
----------------
avatar
----------------
Scientifique
----------------


Nombre de messages : 320

Arrivé au SGC : 13/11/2011

Age du Joueur : 42


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 37
Profession: linguiste en langues anciennes et archéologue
๏ Expérience:
193/500  (193/500)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Sam 23 Mai - 1:46

C'était loin d'être la première fois maintenant qu'Helena partait en mission. Même passer la Porte des étoiles ne lui donnait plus la nausée comme au début. Comme elle avait des militaires avec elle, juste son petit revolver, une tablette tactile nantie d'une protection en caoutchouc bien épaisse (on ne savait jamais), de quoi se changer, le tout dans son sempiternel sac à dos noir multipoches (du moins le second, le premier ayant péri lors d'une mission en se prenant un coup d'arme de jaffa), un carnet auquel était attaché un stylo par une ficelle, une mini lampe de poche dans une des poches de son gilet tactique, une petite trousse de secours dans une autre, de quoi écrire (au cas où elle perdrait le stylo attaché au carnet), et voilà tout. Sa tenue noire en avait vu d'autres, mais elle en était venue à l'apprécier avec le temps, même si elle trouvait qu'elle faisait un peu trop militaire. Mais le gilet tactique multipoches était redoutablement pratique pour ranger son petit matériel.

La première pensée qui lui vint, quand elle rencontra Borren après leur traversée de la Porte, fut qu'il était trop aimable pour être honnête. Pourtant, elle sourit quand on cita son nom, soucieuse de partir sur un bon pied. Pourtant, ces armes au dessus d'eux, ça donnait froid dans le dos. Pourquoi ces personnes éprouvaient-elles le besoin d'ainsi se protéger ? Bon, c'est sûr que la Porte, comme l'avait souligné le général, n'apportait pas que de bonnes choses (elle était parfaitement d'accord avec lui et elle avait payé pour le savoir), donc ça pouvait se comprendre, mais là c'était un peu trop poussé à l'extrême. Et puis tout ce qui était automatique pouvait toujours se dérégler, un peu trop aléatoire à son goût.


Elle n'avait aucune arme visible, il y avait bien assez de soldats comme ça dans l'escouade pour ne pas en rajouter. Elle utilisait à plein régime son sens de l'observation qui lui avait toujours rendu de fiers services. L'architecture locale ressemblait un peu à celle des années 1950 sur Terre (du moins dans les cas les plus poussés à l'extrême), relativement dépouillée, sobre mais néanmoins futuriste et techniquement avancée. Elle tendait néanmoins l'oreille pour essayer de donner une origine à leur langue. Elle était linguiste avant tout, et c'était pour ça qu'on l'avait emmenée. Ses oreilles étaient habituées à décortiquer les syllabes et à les rattacher à de grandes familles de langues selon la prononciation, ce ne serait pas trop un problème pour elle.

Pourtant, quand elle vit le grand mur et qu'elle entendit les explications de Borren, elle leva la main.


-Helena Gardner, linguiste. D'où viennent ces peuples qui traversent votre Porte des Etoiles ? Le savez-vous ? Et que fuient-ils ?

La question était suffisamment neutre, dite d'un ton tranquille et détaché, mais Helena n'en pensait pas moins. Ces gens, déjà réfugiés, devaient être parqués comme des animaux dans des bidonvilles derrière ce mur vu que les autochtones n'avaient visiblement pas les moyens (ou ne voulaient pas les allouer, encore un autre problème) de leur fournir ce dont ils avaient besoin. Quel meilleur moyen pour les autres de vivre tranquilles en ignorant plus ou moins ce qui se passait derrière ce mur ? Les réfugiés ne devaient guère avoir de moyens pour se construire une nouvelle vie décente s'ils n'avaient quasiment aucune aide des autochtones. On pouvait toutefois comprendre que ceux-ci, submergés par l'afflux de réfugiés, ne pussent pas répondre à la demande, mais la construction de ce mur était par trop extrême et, elle en était persuadée, un jour, à plus ou moins brève échéance, une source de grands désordres sociaux. Au bout d'un moment, s'il y avait trop de décalage entre les deux côtés du mur, ils risquaient des émeutes. La vieille histoire des riches et des pauvres et des émeutes de la faim...

Pourtant, elle se tut soigneusement et observa tout ce qu'elle put voir, au delà de l'architecture...
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13741

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Mar 26 Mai - 2:07

Alors qu’ils pouvaient apprécier la vue, une personne du groupe, une jeune femme répondant au nom de Helena Garnder, interpela Borren sur l’origine de ce flux migratoire. Celui-ci posa ses yeux vides d’expression sur la linguiste du SGC.

« Ils fuient les guerres qui déchirent notre galaxie… Ils fuient leurs mondes à la recherche d’une vie meilleure. Nous avons recensé pas moins de trois milles personnes, venant d’une dizaine de mondes différents, demander refuge à la Civilisation. Ils sont maintenant derrière ce mur, nous les nourrissons pendant un temps et nous prenons en charge médicalement les plus faibles. Mais il y a encore beaucoup de travail à accomplir. »

« C’est marrant ça. » Répliqua Jack en réfléchissant deux secondes. « On n’a pas ce souci, nous, sur Terre… Attention, je veux bien croire que des gens fuient leur terre natale à travers la galaxie pour trouver un endroit de paix. Mais c’est étrange qu’autant de personnes viennent ici, spécialement, sur votre monde. »

Borren fit une moue pleine de mystère, incapable de répondre à cela.

« Maintenant, si vous le voulez bien. » Il fit signe aux terriens de venir le rejoindre en haut de l’escalier, sur une sorte de petit balcon arrondi. Il y avait un panneau de contrôle sur lequel Borren y posa la main une fois que tout le monde se serra sur la plate-forme.


Le temps d’un clin d’œil, ils furent tous téléportés à l’intérieur d’une grande tour en plein cœur de la ville. O’Neill, impressionné, émit un long sifflement admiratif, tel un gamin qui venait de tester un manège pas trop mauvais.
En regardant vers l’extérieur, ils purent voir le mur de plus haut, mais celui-ci était bien plus loin et paraissait tout petit vu d’ici.

« Nous sommes dans les appartements privés de Monsieur Hari. Veuillez laisser vos armes à l’entrée. »

O’Neill jeta un coup d’œil vers le Lieutenant Thomas, qui était déjà venu là à plusieurs reprises. Celui-ci confirma de la tête qu’il ne devrait y avoir rien à craindre. La décision fut appuyée par l’ambassadeur des Etats-Unis.

« Allons, faites ce qu’il dit. Nous venons en paix je vous le rappel. »

Jack retira son zat, suivi d’un long soupir. Il fit signe à tout le monde de faire de même. Il pouvait voir les mines curieuses des scientifiques de son équipe. Avant de rentrer dans la pièce, il s’adressa à Suzanne, Helena et Elizabeth, à voix basse pour que seules elles puissent entendre.

« N’hésitez pas à poser des questions, avec pertinence mais diplomatie. Je connais l’ambassadeur, il ne va pas poser de question qui fâche. Il ne va pas non plus essayer de voir plus loin que le bout de son nez. Il a été envoyé par le vice-président Kinsey pour signer un accord technologique avec ce peuple sans se soucier de leurs motivations réelles. Je compte sur vous pour… »

« Général O’Neill. Nous vous attendons. » Fut-il interpelé par Borren au seuil de la porte, alors que l’ambassadeur Clark, Thomas, le Caporal Simens et Katleen Adans étaient déjà rentrés à l’intérieur.

« Oui, oui, nous voilà ! »

Une fois tout le monde à l’intérieur, les portes se rabattirent sans bruit et laissèrent les terriens face à plusieurs Civilisés, dont l’un assez âgé sur un large fauteuil pivotant sur lui-même et se déplaçant pour se rapprocher de l’équipe. Les autres étaient plus jeunes, debout et en retraits. Ils étaient tous très beaux, très propres, très « parfaits » mais au style sobre et impérieux, habillés de la même manière que Borren. Derrière, de belles baies vitrées dévoilaient le même paysage citadin.
Borren fit les présentations et le vieil homme tendit un bras vers O’Neill. La poignée de main fut faiblarde. L’ambassadeur aussi le salua, puis recula pour laisser un espace respectif entre eux et le guide des Civilisés.
Le vieillard observait les terriens de manière méfiante, presque défiante. Ses cheveux blancs étaient tirés vers l’arrière et son visage aux traits autoritaires ne laissaient paraître aucune émotion amicale… Du moins, ce fut le cas durant quelques secondes de silence, avant que cette expression ne disparaisse pour laisser place à un visage moins hostile, bienveillant, un sourire de façade déformant les rides et plis de sa peau.  

« Je m’appelle Hari. Je suis l’un des plus anciens de cette planète. Je suis un guide… J’arrive sur mes 107 ans donc pardonnez-moi si je ne me lève pas pour tous vous saluer. Je vous invite donc à vous asseoir. »

Le sol entre Hari et les terriens se déroba deux secondes, laissant entrevoir une mécanique parfaite, et une table triangulaire en surgit.

« Asseyez-vous je vous en prie. »

« C’est un honneur. » Fit l’ambassadeur en prenant place. La table n’était pas assez grande pour tout le monde. Le Lieutenant Thomas et le Caporal Simens restèrent donc en retrait. O’Neill, Clark, Gardner, Winshester, Hash et Adans prirent place sur un côté de la table, en face de Borren et de deux autres Civilisés. Au bout de cette table en triangle isocèle, présidant cette petite assemblée, se trouvait Hari. Le vieil homme partit dans un monologue d’une dizaine de minutes, récapitulant les contacts ayant eu lieu entre les Civilisés et l’équipe du Lieutenant Thomas ainsi que les bonnes intentions qui sortaient de cette nouvelle relation. Puis il enchaîna sur l’essentiel :

« Donc, Monsieur… l’ambassadeur, c’est bien ça ? Vous êtes ici pour signer un traité entre nos deux peuples, et c’est un honneur pour moi de représenter les miens dans ces discussions. J’espère que cela se soldera en un accord commun solide et durable entre nos deux mondes…  Voici donc ce que nous vous proposons : nous sommes prêts à vous fournir, dans un premier temps, les technologies nécessaires pour vous aider à lutter contre les maladies primaires et fléaux naturels qui sévissent toujours sur votre monde. Par exemple, le Lieutenant Thomas nous avait parlé du… euh, vous appelez ça le cancer, c’est bien ça ? Cette maladie n’existe plus ici depuis plusieurs décennies maintenant. Notre technologie est assez avancée pour débarrasser le corps d’éventuelles tumeurs ou disfonctionnement organique, ce qui a allongé notre espérance de vie par ailleurs... Dans un second temps, nous pouvons aider votre monde à se défendre en lui fournissant de l’armement. »

« Très bien, très bien… » Fit l’ambassadeur Clark avec un grand sourire et le teint légèrement rosé, dû à l’excitation. Il posa ensuite LA question : « Et que voudriez-vous en échange ? »

Cette fois, ce ne fut pas Hari qui prit la parole. Le vieil homme se contenta de s’enfoncer dans son siège et de laisser Borren répondre à la question.

« En échange, nous aimerions signer un accord commercial avec la Terre nous autorisant à utiliser une partie de votre monde pour notre agriculture. Vous avez sans doute dû le remarquer, ici, les paysages verts ont disparu des siècles de cela et d’après ce que nous avons pu comprendre, votre planète dispose encore de forêts, d’océans, de plaines végétales et de belles ressources que l’on ne trouve plus ici… »

Jack regarda l’ambassadeur en faisant une petite grimace, mais Clark ne semblait pas partager son inquiétude.

« Cela mérite réflexion mais je ne pense pas que ça posera soucis. Le commerce a toujours été une force et une preuve d’amitié et de confiance entre deux nations. Si cela peut vous aider… »

« Bien, bien… » Ajouta Hari en se tenant un peu plus droit. « Pour finir, nous aimerions que vous nous mettiez en contact avec tous les peuples amis que vous avez rencontrés, tous les alliés de la Terre, pour qu’on puisse aussi les rencontrer et signer des accords avec leurs mondes. Nous, les Civilisés, nous n’avons jamais été de vrais explorateurs comme vous… Les voyages par la Porte des étoiles, ce n’est pas notre point fort. Ainsi, si vous pouviez nous fournir votre base de données des adresses de toutes les portes des étoiles des planètes que vous considérez comme amies, cela jouerait grandement en votre faveur dans notre accord. En d’autre terme, nous aimerions que vous parrainiez d’autres peuples à se joindre à notre alliance. Tout ça dans un but commercial, bien entendu. »

Un long silence suivit, perturbé par la voix de l’ambassadeur.

« Eh bien, ma foi, pourquoi pas. En échange de vos matériels et savoirs technologiques, nous pouvons bien faire ça ! »

« Je pense que nous nous comprenons, ambassadeur. En espérant que cela soit le début d’une longue amitié entre la Terre et la Civilisation. » Ajouta Hari avec un grand sourire. « Avez-vous d’autres questions ? »

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Suzanne Winshester
----------------
avatar
----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 762

Arrivé au SGC : 11/01/2007

Age du Joueur : 33


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 40
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
114/200  (114/200)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Mar 26 Mai - 16:27

Sa collègue Elena Gardner posa une question qui intéressa Suzanne. A laquelle répondit Borren sans expression particulière comme si il était désintéresser.... Sa réponse ne convaincu pas plus la jeune femme qui était déjà plus que septique à leur sujet... Elle ne dit rien et se contenta de regarder leur interlocuteur d'un œil curieux.... Jack réagit à la réponse de celui-ci.

« On n’a pas ce souci, nous, sur Terre… Attention, je veux bien croire que des gens fuient leur terre natale à travers la galaxie pour trouver un endroit de paix. Mais c’est étrange qu’autant de personnes viennent ici, spécialement, sur votre monde. »

La jeune femme réagit en acquiesçant légèrement de la tête. Elle était tout à fait d'accord avec lui. Elle pensa brièvement qu'ils étaient rarement en désaccord tout les deux de toute façon.... Tout le monde avait l'air de se méfier et cela rassura quelque peu la scientifique. Même sa collègue Elisabeth lui avait lancer un regard qui en disait long sur son avis qui paraissait être le même....

Puis il suivirent Borren jusqu'en haut d'un escalier qui rejoignait un petit balcon arrondit. Tout le monde se serra pour avoir de la place et tout à coup ils furent téléportés au centre de la ville. Suz n'en croyait pas ces yeux.... Jack émit un long sifflement imité plus tard par Suz qui ne put s'empêcher cette fois de sortir ces mots qui étaient simplement l'expression de sa surprise :

- Ouah la vache ! Impressionnant !

L'équipe entendit pour la première fois la voix de la jeune femme qui était restée silencieuse jusqu'à présent. Puis elle se racla la gorge légèrement gênée et reprit son attitude professionnelle comme si de rien était. Borren précisa qu'ils se trouvaient dans les appartements privés de Monsieur Hari. Et leur demanda de quitter leurs armes. O'neill regarda les autres de l'équipe qui les connaissaient mieux qu'eux et leur fit signe qu'ils pouvaient avoir confiance... Puis l'ambassadeur en rajouta une couche, qui les obligea à quitter leurs armes. Jack les invita à faire pareil que lui.... Suz eut une grimace de dégoût sur le moment, elle ne leurs faisaient pas confiance depuis le début.... Mais elle n'avait pas le choix, elle quitta alors ses armes tout en soupirant de lassitude... Elle secoua la tête en signe de désapprobation....

* Est-bien raisonnable ? Pfffff ! Ils commencent à me courir sur le haricot eux ! *

Puis avant de rentrer, Jack leur parla à voix basse, Suz du tendre l'oreille pour l'écouter attentivement.

« N’hésitez pas à poser des questions, avec pertinence mais diplomatie. Je connais l’ambassadeur, il ne va pas poser de question qui fâche. Il ne va pas non plus essayer de voir plus loin que le bout de son nez. Il a été envoyé par le vice-président Kinsey pour signer un accord technologique avec ce peuple sans se soucier de leurs motivations réelles. Je compte sur vous pour… »

Malheureusement l'officier ne put terminer sa phrase en paix, coupé par Borren qui les attendaient, mais l’essentiel du message était passer... Ouh la, la diplomatie n'était pas le fort de Suz mais elle ferait de son mieux !

Ils entrèrent enfin dans la salle où se trouvaient plusieurs civilisés, tous très beaux d'ailleurs mais qui n'éveillaient absolument pas la curiosité de Suzanne....Puis à côté d'eux se trouvait un vieillard, assit dans son fauteuil, l'air très austère, et pas du tout amical, vu sa tronche cela devait être tout l'inverse, et la encore la jeune femme n'apprécia pas du tout.... Mais cela ne dura pas longtemps, et le visage de l'ancien changea du tout au tout pour devenir peu à peu amical, ce qui éveilla encore plus la méfiance de Suz, ça sonnait faux, même dans les mouvements.... Il se présenta comme Hari et s'excusa de ne pouvoir venir les saluer, du faite de son grand âge. Il les invita ensuite à s'assoir à une table triangulaire d'un côté les Terriens et de l'autre les civilisés. Le vieux enchaîna donc sur le vif du sujet le traiter.

« Donc, Monsieur… l’ambassadeur, c’est bien ça ? Vous êtes ici pour signer un traité entre nos deux peuples, et c’est un honneur pour moi de représenter les miens dans ces discussions. J’espère que cela se soldera en un accord commun solide et durable entre nos deux mondes…  Voici donc ce que nous vous proposons : nous sommes prêts à vous fournir, dans un premier temps, les technologies nécessaires pour vous aider à lutter contre les maladies primaires et fléaux naturels qui sévissent toujours sur votre monde. Par exemple, le Lieutenant Thomas nous avait parlé du… euh, vous appelez ça le cancer, c’est bien ça ? Cette maladie n’existe plus ici depuis plusieurs décennies maintenant. Notre technologie est assez avancée pour débarrasser le corps d’éventuelles tumeurs ou disfonctionnement organique, ce qui a allongé notre espérance de vie par ailleurs... Dans un second temps, nous pouvons aider votre monde à se défendre en lui fournissant de l’armement. »

Sur le coup, Suzanne avoua bien que c'était bien tentant de guérir certaines maladies comme le cancer. Elle haussa un sourcil surprise de toute cette technologie et plus encore lorsqu'ils leurs proposaient leur armements. La scientifique, était encore une fois septique, car les autres civilisations avancées ne voulaient pas leur donner tout ça car ils les considéraient trop jeunes.... Et eux leurs donnaient tout d'un coup ? Mais la jeune femme attendait la ou les contreparties, car dans un traité il y'en avait toujours un ! L'ambassadeur posa alors la question qu'elle se posait. Borren répondit.

« En échange, nous aimerions signer un accord commercial avec la Terre nous autorisant à utiliser une partie de votre monde pour notre agriculture. Vous avez sans doute dû le remarquer, ici, les paysages verts ont disparu des siècles de cela et d’après ce que nous avons pu comprendre, votre planète dispose encore de forêts, d’océans, de plaines végétales et de belles ressources que l’on ne trouve plus ici… »

Ouh la... Ouais bon elle supposait que ce n'était pas tout et la jeune femme remarqua la tête de Jack et ça la rassura, il avait l'air de penser la même chose.... Mais ce qui inquiétait Suzanne c'est que l'ambassadeur acceptait tout !

Puis Suz reporta son attention sur Hari qui reprit la parole.

« Bien, bien… » Ajouta Hari en se tenant un peu plus droit. « Pour finir, nous aimerions que vous nous mettiez en contact avec tous les peuples amis que vous avez rencontrés, tous les alliés de la Terre, pour qu’on puisse aussi les rencontrer et signer des accords avec leurs mondes. Nous, les Civilisés, nous n’avons jamais été de vrais explorateurs comme vous… Les voyages par la Porte des étoiles, ce n’est pas notre point fort. Ainsi, si vous pouviez nous fournir votre base de données des adresses de toutes les portes des étoiles des planètes que vous considérez comme amies, cela jouerait grandement en votre faveur dans notre accord. En d’autre terme, nous aimerions que vous parrainiez d’autres peuples à se joindre à notre alliance. Tout ça dans un but commercial, bien entendu. »

Voilà, toutes les coordonnées des planètes amies ? Et puis quoi encore ? Autant leur donner la Terre tant qu'ils y étaient ! Et pour un but commercial... Mais oui c'est cela oui ! Beh en fait oui ! L'ambassadeur acquiesça encore !  Une lueur d'inquiétude passa sur le visage de la scientifique qui ne put s'empêcher de se tourner vers le Général, lui lançant un petit regard qui seul lui pouvait comprendre.... La peur ! Cétait de pire en pire ! Pour elle c'était beaucoup trop d’exigence !

Puis Hari posa la question que Suz attendait depuis un petit moment, elle avait une question ! Oui elle allait l'ouvrir, mais ferait un grand effort de politesse. Suzanne leva la main, prête à interpeller gentiment Hari....

- Bonjour Monsieur, Suzanne Winshester, Scientifique. J'ai en effet plusieurs questions à vous poser. Vous dites que vos paysages on disparus depuis des siècles, alors j'en suis venue à me demander pourquoi et comment cela ce fait-il ? Et surtout quels sont vos besoins précis pour votre planète ?

Avait-elle dit sans un sourire, avec une grande distance, froide, mais le ton restait très respectueux et diplomate. Elle attendait une très bonne réponse de leur part car franchement, si leur nature avait disparue elle se demandait comment ils s'étaient démerder, même sur Terre ils n'allaient pas aussi vite pour tout bouffer.....
Revenir en haut Aller en bas
Helena Gardner
----------------
avatar
----------------
Scientifique
----------------


Nombre de messages : 320

Arrivé au SGC : 13/11/2011

Age du Joueur : 42


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 37
Profession: linguiste en langues anciennes et archéologue
๏ Expérience:
193/500  (193/500)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Lun 1 Juin - 23:51

La technologie présente ici était extrêmement impressionnante, c'était vrai (surtout leur technique de téléportation, même si elle avait déjà utilisé les anneaux des go'aulds qui faisaient la même chose) mais la méfiance intrinsèque d'Helena était à plein régime. Vraiment trop beau pour être honnête, tout ça, aussi bien l'architecture que les personnes de la Civilisation. Cette surface trop lisse devait cacher bien des choses, et pas forcément des belles...

Et ces gens qui arrivaient ici, pourquoi ici et pas ailleurs ? Elle voyait que ses collègues, ainsi que le général, semblaient eux aussi se poser la question. N'ayait-il aucune autre planète dans le coin où aller, surtout vu la façon dont ils étaient traités ici ? Il devait y avoir une raison bien précise, et sa conscience lui subodorait que les gens de la Civilisation,  bien propres sur eux, n'en diraient rien. Il y avait guerre dans le coin, mais qui combattait contre qui ? Visiblement, ils s'en tenaient bien en retrait. Y avaient-ils un rôle ? On pouvait légitimement se poser la question.

Sans en avoir l'air, dissimulant ses observations sous son légendaire flegme britannique (bien pratique, ça), elle ne perdait pas une miette de tout ce qu'elle voyait ou entendait autour d'elle. Visiblement, le général se méfiait lui aussi puisqu'il les invita à poser les questions que clairement l'ambassadeur ne poserait pas, en restant le plus diplomate possible. Pour faire bonne figure, elle fit comme les autres et leur remit sa petite arme. Hari et ses collègues, propres sur eux et sobres dans leur mise, comme Borren, lui inspiraient le même sentiment. Pourtant, au milieu des scientifiques sur leurs gardes et du général méfiant (à lui, visiblement, on ne la faisait pas non plus, il en avait assez vu pour le savoir), l'ambassadeur semblait le seul à être ravi. Visiblement, tout cet esbrouffe et ce déploiement de technologie avait eu l'effet escompté sur lui. Mais Helena sentait que ce n'était là que façade. Ce qui se dit plus tard confirma sans doute possible son impression. C'était vrai qu'elle avait remarqué le peu de végétation du coin (pourquoi, d'ailleurs ?), mais les membres de la Civilisation voulaient carrément une partie de la Terre en plus du traité de commerce. Bon, guérir le cancer et autres maladies mortelles était important au vu des dégâts que ça faisait encore, mais cela valait-il un tel sacrifice ? Et l'armement qu'ils proposaient était-il aussi puissant que l'armement goa'uld qu'ils possédaient déjà ?
Non, il devait y avoir une raison pour qu'ils évitent de se déplacer par la Porte, autre que l'excuse bateau : "nous ne sommes pas des explorateurs". C'est vrai qu'à leur air ils avaient plutôt l'air de traders ou de commerciaux, pas vraiment de baroudeurs, mais elle avait payé pour savoir que l'apparence ne faisait pas tout. Ces gens avaient vraiment des choses à cacher et, plus les pourparlers avançaient, plus elle en était persuadée.

Par contre, elle faillit franchement sursauter quand, juste comme ça, comme s'il s'agissait d'une demande normale, Hari demanda toutes les coordonnées des peuples déjà découverts par eux en plus de les mettre en contact avec lesdits peuple afin de pouvoir leur proposer des traités commerciaux. Et un café et l'addition avec tout ça, non ? Un énième signal d'alarme s'alluma dans son esprit. Pourquoi voulaient-ils les coordonnées alors que, soit disant, ils n'utilisaient pas la Porte ? Tout ceci ne disait rien qui vaille et elle sentait de moins en moins cette collaboration. Non seulement son instinct lui hurlait de ne pas leur faire confiance, mais aussi elle estimait que, même comparé au remède universel ou presque, ils demandaient bien trop. Qu'est-ce qui pourrait les empêcher de conquérir la Terre une fois implantés ? Ce n'était pas juste dans les séries TV genre "V" qu'on voyait ça, ça avait déjà failli arriver plusieurs fois. Et l'ambassadeur qui continuait à jouer les béni oui-oui ! Helena, pourtant du genre non violent, avait juste envie de le secouer pour qu'il puisse distinguer la vérité. Ne voyait-il pas qu'il était en train de se faire rouler dans la farine ?

Toujours bien dissimulée derrière son flegme britannique, elle choisit soigneusement ses mots pour poser à Hari une question une fois que sa collègue l'eût fait concernant le paysage :


-Helena Gardner, linguiste. D'après ce que j'ai compris, il y a la guerre à vos portes, dans votre système, qui fait que tous ces réfugiés affluent. Quel en est l'enjeu ? Et, pour ma pratique professionnelle, j'aimerais savoir si vous parlez tous la même langue sur votre planète ou s'il y a des langues différentes...
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13741

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Mar 9 Juin - 0:59

Chacune leur tour, Suzanne et Helena posèrent des questions sous l’œil très attentif de l’ambassadeur Clark, se doutant bien que le Général avait fait passer des consignes et craignant que des questions trop dérangeantes soient posées, pouvant contrarier leur éventuel futur allié. Mais il ne dit rien, n’étant pas dans son rôle, et tout le monde attendit la réponse des Civilisés. Hari ne laissa aucun sentiment transparaître, mis à part peut-être un poil d’indifférence dans le regard, comme s’il ne se sentait pas concerné par ces questions, ou comme s’il jugeait celles-ci comme peu pertinentes.
 
« Ravi de vous rencontrer, Suzanne Winshester. Tout d’abord, sachez que si vous voulez côtoyer au plus près nos équipes de scientifiques dans leurs projets actuels, vous êtes la bienvenue. Vous avez beaucoup à apprendre de nous. Nos bases de données sont aussi à votre disposition. Tout est répertorié dans le central, connecté et relié dans toute la ville telle une bibliothèque virtuelle que tout le monde peut consulter de chez soi… Enfin, je m’éloigne du sujet. Pour vous répondre simplement et dans les termes corrects utilisés sur votre monde, indiqués par l’équipe de Lieutenant Thomas lors de nos précédentes rencontres, je peux vous dire que les ressources de notre planète ont commencé à décliner quand nous sommes entrés dans une ère industrielle et… comment vous avez dit, déjà ? Nucléaire ? »
 
Le lieutenant Thomas resté en retrait s’avança pour apporter ce détail à l’égard de l’équipe.
 
« C’est exact. Tout ce que vous nous avez montré porte à croire qu’il s’agit d’énergie nucléaire. »
 
« Un mot barbare. » Commenta Borren. « Ici, nous appelons ça la fission matérielle. Il s’agit de créer une fission de matières infiniment petites, combinant des corps chimiques pour former une cohésion, ou une désintégration. Ces transformations dégagent de l'énergie sous forme de rayonnements divers… Au final, cette énergie est utilisée pour éclairer notre Citée, pour alimenter nos vaisseaux et tous nos systèmes. C’est la base de notre technologie et de notre succès. Notre centrale est devenue le cœur de notre planète. Sans elle, nous mourrons. »
 
Un coup d’œil de travers de la part du guide Hari et Borren s’arrêta dans ses explications, ayant déjà dit bien assez. Hari reprit la main.
 
« Ainsi, comme vous pouvez vous en douter, une telle avancée a eu raison de la nature présente sur notre monde. Nous avons d’abord perdu les animaux, puis les fleuves et les océans se sont desséchés progressivement. On a malheureusement puisé dans nos réserves. Mais notre niveau de vie et de sécurité n’a jamais été aussi optimal grâce à ce que vous appelez l’énergie atomique. »
 
Cela donna à une transition vers une autre question qui était, justement, au sujet du langage. Mais avant cela, Gardner questionna à propos des réfugiés et de la cause de ces migrations.
 
« Dans notre système, il n’y a pas de guerre. Mais plus loin, sur d’autres mondes… Il y a toujours des guerres. Diverses et variées. On ne veut pas en savoir plus. »
 
« Vous avez entendu parlé des goa’ulds ? » Demanda Jack entre temps.
 
Hari signifia que non. Il croisa les doigts en montrant une fois de plus le peu d’intérêt à cette question, notamment sur la partie linguistique. Mais cela ne le dérangeait pas d’y répondre, loin de là. Il ne savait juste pas pourquoi les étrangers terriens s’attardaient sur ce genre de détail.
 
« Nous avons notre propre langue. Vous aurez l’occasion de l’entendre et de la voir si vous feuilletez nos bases de données. Mais nous savons parler votre langage car nous avons remarqué que c’était un dialecte utilisé sur de nombreuses planètes. Cela fait longtemps, pour le commerce extérieur, que nous avons appris a parlé ainsi. »
 
Hari commença ensuite à parler dans une langue étrangère qui faisait penser à un style latino-germanique dans les mots et dans l’accent, assez différent de celui sur Terre pour que ni Gardner ni personne d’autre dans l’équipe ne puisse comprendre.
 
« Je viens de vous dire que malheureusement, nous allons nous arrêter là. Mes forces me trahissent et j’ai besoin de repos, vous comprendrez… Mais je vous invite à revenir ici-même demain. En attendant, nous vous proposons des appartements appropriés, de quoi passer la nuit dans de bonnes conditions. »
 
« Je ne sais pas si… » Commença par dire O’Neill, coupé par le vieil homme.
 
« Allons, j’insiste. Il est de coutume d’accepter l’hospitalité d’un Civilisé. »
 
Un coup d’œil vers l’ambassadeur lui fit comprendre qu’ils allaient devoir endurer ça. Pas prévu pour tout de suite, le retour au SGC. Les terriens se levèrent alors et après quelques salutations respectueuses, ils prirent congé en dehors de la pièce, laissant le vieil homme. Borren sortit avec eux et leur rendit leurs armes. Puis il les accompagna dans le couloir, où une fois de plus ils reprirent un téléporteur, qui les envoya directement dans une autre tour au sein de la citée. Il y avait plusieurs chambres assez futuristes, avec des plateformes rectangulaires à la surface très douce sortant des murs, servant de lit. Il y avait deux lits par chambre. Mais l’heure n’était pas aux rêves nocturnes et une petite réunion fut organisée dans l’une des chambres.
L’ambassadeur prit la parole en premier en annonçant que ce premier contact officiel et diplomatique fut encourageant mais qu’il restait beaucoup à faire. Il partit ensuite dans sa propre chambre, laissant Jack avec son équipe.
 
« Ecoutez-moi… J’ai besoin de votre attention. Tout ceci ne me dit rien qui vaille. Mon instinct m’a toujours dis de me méfier des gens qui manquent d’humour et ces pecnos de civilisés jouent un peu trop à dieu avec leur technologie surréaliste, mais avec un balais à chiotte dans les fesses en plus. Il faut se méfier aussi du sentiment de transparence qu’ils essayent de dégager… Ces gens ne sont pas cleans, je le sens et je sais que vous aussi. » Jack vérifia qu’il n’y avait pas d’oreille indiscrète dans la pièce. Juste avant, il avait demandé à Thomas et Siemens de vérifier qu’il n’y avait pas de sorte de microphones cachés, avant de continuer.
 
« Nous allons faire quelque chose qui doit rester entre nous pour le moment. Pas un mot à l’ambassadeur… » Il regarda Suzanne, puis Helena. « Docteur Gardner, docteur Winshester, je veux que vous rentriez au SGC. Si quelqu’un d’ici vous pose des questions, dites-leur que vous rentrez récupérer le fameux carnet d’adresse du SGC qu’ils veulent avoir. Sauf qu’une fois au SGC, vous irez récupérer des vêtements différents, vous taperez les coordonnées de cette planète et vous débarquerez en vous faisant passer pour des réfugiés… C’est compris ? Je sais que c’est risqué mais je ne peux pas confier cette mission à Thomas ni à Siemens, leur visage est déjà trop connu ici. Vous prendrez des vêtements sales, aucune arme, mais gardez vos radios bien cachées… Cela sera le meilleur moyen de savoir quel traitement ils réservent à ces gens. » Voyant que l’idée pouvait faire naître de l’inquiétude chez les deux femmes, il essaya de rassurer : « Ne vous inquiétez pas, on restera en stand-by et on vous aidera si besoin. Pendant ce temps, nous, nous continuerons les négociations avec le dénommé Hari. Nous continuerons à lui poser les questions qui dérangent… »
 
Après cela, le Lieutenant Thomas porta l’attention de l’équipe sur un panneau contre le mur. Il y avait une sorte de clavier mais l’écran était tactile, projeté en 3D dans une lumière bleutée, et on pouvait naviguer rien qu’en déplaçant les projections avec ses doigts.
 
« C’est leur fameuse base de donnée… Mais tout n’est pas traduit dans notre langue. Vous comprenez quelque chose Gardner ? » La linguiste y jeta un œil mais ne comprit absolument rien, malgré les racines latines très éloignées qui découlaient du langage. Elle manquait de matière et de documentation pour traduire efficacement. Et même si elle en avait, pas sûr qu’elle réussirait…
 
« Attendez, on peut choisir notre langue. » Thomas sélectionna un module qui traduisit les textes dans leur langage connu, mais assez rapidement, les terriens remarquèrent que seul l’essentiel y figurait. Toute la base de données n’avait pas été traduite, peut être faute de temps. Il manquait donc pas moins de la moitié des informations de départ, mais cela constituait déjà une bonne base.
 

« Docteur Hash, docteur Adans. Je veux que vous profitiez de la nuit pour récolter des informations que l’on peut trouver dans cette base de données afin de nous préparer au mieux aux discussions de demain… Helena, Suzanne, » Fit le Général sans faire attention qu’il les avait appelé par leur prénom. « A vous de jouer. Rentrez sur Terre, fiez-vous au plan et soyez prudente. Quand vous rejoindrez le reste des réfugiés, derrière le mur… Récoltez un maximum de témoignages. Je compte sur vous et surtout, restez en contact. »

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Suzanne Winshester
----------------
avatar
----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 762

Arrivé au SGC : 11/01/2007

Age du Joueur : 33


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 40
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
114/200  (114/200)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Mer 10 Juin - 13:46

Suzanne écouta avec attention les réponses successives de Hari et de Borren. Hari lui dit qu'ils n'avaient plus de nature à cause de leur air industriel, en gros à cause du nucléaire. Ce que confirma le Lieutenant Thomas. Mouais ça pouvait être une réponse logique et réelle. Sur Terre ils étaient à fond la dessus et pourtant ils n'avaient pas les mêmes résultats.... Plutôt étrange.... Puis vint le tour de Borren de rajouter quelques mots. Et cela toujours dans une certaine indifférence... La jeune femme n'aimait guère leurs petites manières... Enfin elle reporta son attention sur le civilisé. Il qualifia le terme Nucléaire barbare.... Allons bon, eux qui étaient si parfait allaient certainement utiliser un mot plus.... Civilisé ? Suz bouillonnait à l’intérieur mais ne le montrait pas du tout, la jeune femme savait maîtriser ses émotions et le prouvait en ce jour. Et ce fut bien le cas, Borren usa d'un autre terme pour parler de nucléaire....

« Ici, nous appelons ça la fission matérielle. Il s’agit de créer une fission de matières infiniment petites, combinant des corps chimiques pour former une cohésion, ou une désintégration. Ces transformations dégagent de l'énergie sous forme de rayonnements divers… Au final, cette énergie est utilisée pour éclairer notre Citée, pour alimenter nos vaisseaux et tous nos systèmes. C’est la base de notre technologie et de notre succès. Notre centrale est devenue le cœur de notre planète. Sans elle, nous mourrons. »

Suz ne répondit pas, il n'y en avait pas besoin. Elle hocha simplement la tête, signe qu'elle avait bien comprit. Cependant les différentes réponses ne la convaincue pas du tout... Elle n'aimait pas ce peuple, ces manières de bourges qui les prenaient de haut.... Limite pour eux ils n'étaient pas assez évoluer....A ça oui la scientifique avait la haine, oh que oui ! Ils sous-estimaient bien trop les terriens et ce serait peut-être leur plus grosse erreur...

Sa collègue Helena posa à son tour une question très intéressante ! Et Suz écouta avec une grande attention leur réponse. Ah bon ils ne voulaient pas en savoir plus sur les différentes guerres ? Plutôt surprenant.... Ils se prenaient pour la Suisse ou quoi ? Mouais... Puis a son tour Jack leur demanda si ils connaissaient les Goaul'ds. Hari fit signe que non.... C'était vraiment trop bizarre, ses saloperies étaient censés être partout, à moins que la technologie soit trop grande où qu'ils n'aient pas connaissance du monde en question.... Enfin Hari confirma qu'ils avaient également leur propre langage mais qu'ils parlaient la langue des Terriens car c'était la plus utilisée sur les autres planètes. Puis le vieux commença à parler dans une langue inconnue et surtout incompréhensible. Suz avait beau parler plusieurs langues, elle ne parvenait pas à piger quoique ce soit... Pour elle c'était du chinois !

Puis Hari les invitèrent à passer la nuit dans des appartements pour reprendre le lendemain... O'neill tenant tant bien que mal de vouloir s'y opposer sans grand succès.... Et en plus ils leurs forçaient la main.... Super ! Tout le monde prit enfin congé et sortirent en récupérant leurs armes. Borren les amenèrent dans des sortes de quartiers. Ils étaient tous réunis dans une pièce et l'ambassadeur leur dit qu'il y'avait encore beaucoup à faire mais que c'était encourageant....  Puis il quitta la pièce...

* Qu'il ailles se faire fo**** lui ! Monsieur je dis oui à tout ! Tsssss ! *

Suz reporta son attention sur Jack qui prit la parole et ses mots la rassura à un point qu'il n'imaginait même pas.... Dieu merci il partageait leur méfiance ! Fin de toute manière elle s'en doutait un peu, au vue des réactions qu'il avait eut plus tôt dans la journée...  D'ailleurs il la fit sourire, les mots qu'ils employaient toujours avec un petit trait d'humour. La jeune femme reprit son sérieux lorsque celui-ci reprit la parole tout en fixant Suz et Helena.

« Nous allons faire quelque chose qui doit rester entre nous pour le moment. Pas un mot à l’ambassadeur… » Il regarda Suzanne, puis Helena. « Docteur Gardner, docteur Winshester, je veux que vous rentriez au SGC. Si quelqu’un d’ici vous pose des questions, dites-leur que vous rentrez récupérer le fameux carnet d’adresse du SGC qu’ils veulent avoir. Sauf qu’une fois au SGC, vous irez récupérer des vêtements différents, vous taperez les coordonnées de cette planète et vous débarquerez en vous faisant passer pour des réfugiés… C’est compris ? Je sais que c’est risqué mais je ne peux pas confier cette mission à Thomas ni à Siemens, leur visage est déjà trop connu ici. Vous prendrez des vêtements sales, aucune arme, mais gardez vos radios bien cachées… Cela sera le meilleur moyen de savoir quel traitement ils réservent à ces gens. » 

Suz ne dit rien.... Ah ah ah ! Petite mission secrète ! Elle adorait l'idée mais elle ne put s'empêcher de répondre une petite connerie à Jack, oui il y'avait quand même une petite inquiétude et c'était sa manière à elle de gérer...

- Ah bah ça tombe bien Général, j'ai les meilleurs loques du SGC ! Avec toujours un petit sourire mais celui-ci était nerveux.... Oui il y'avait un risque, mais Suz voulait en avoir le cœur net !

Jack reprit la parole histoire de les rassurées.

 « Ne vous inquiétez pas, on restera en stand-by et on vous aidera si besoin. Pendant ce temps, nous, nous continuerons les négociations avec le dénommé Hari. Nous continuerons à lui poser les questions qui dérangent… » 

Suz hocha la tête en signe d'approbation.

Puis le lieutenant Thomas leur montra leur fameuse base de données. L'archéologue regarda par curiosité, mais ne comprit absolument rien ! Ils remarquèrent qu'ils pouvaient choisir leur langue mais sans grand succès. La base y était mais tout n'était pas retranscrit. Ça aussi c' était bizarre, comme tout le reste d'ailleurs !

Jack reprit alors la parole et Suz écouta attentivement.

« Docteur Hash, docteur Adans. Je veux que vous profitiez de la nuit pour récolter des informations que l’on peut trouver dans cette base de données afin de nous préparer au mieux aux discussions de demain… Helena, Suzanne, » Fit le Général sans faire attention qu’il les avait appelé par leur prénom. « A vous de jouer. Rentrez sur Terre, fiez-vous au plan et soyez prudente. Quand vous rejoindrez le reste des réfugiés, derrière le mur… Récoltez un maximum de témoignages. Je compte sur vous et surtout, restez en contact. »

La jeune femme arqua un sourcil c'était bien la première fois qu'il entendait son prénom -surtout en mission- de la bouche du Général. Petite pointe d'inquiétude ? Possible, apparemment il ne s'en était même pas rendu compte.... Mais elle était quand même flattée de sa confiance, une telle mission était certes risquée, mais il devait avoir une confiance aveugle en les deux scientifiques pour la leur confiée, bien qu'il n'ai pas le choix....

- Général, je vous remercie de votre confiance, vous pouvez compter sur nous !

Dit-elle en quittant la pièce en compagnie d'Helena, prête à repartir sur Terre pour une autre mission, et elle ne savait pas du tout comment cela tournerait, dans tout les cas, elle lança un regard d'adieux à son ami O'neill, car elle ne savait pas si elle reviendrait....
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth J. Hash
----------------
avatar
----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 239

Arrivé au SGC : 13/04/2013

Age du Joueur : 31


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
103/500  (103/500)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Mer 17 Juin - 0:17

Décidemment cette mission ne s’annonçait pas bien. Entre notre ambassadeur qui disait oui a tout et l’autre qui demandait la lune comme si c’était normal… On avait déjà du mal à nourrir toute la population terrienne et en plus il en voulait une partie pour son peuple ?

J’étais tellement sidéré que je ne parvenais pas à articuler un mot. Autant ne rien dire plutôt que de risquer l’incident diplomatique alors que nous venions d’arriver. Je serais donc les dents et tout en griffonnant quelques infos et quelques croquis sur un cahier de notes.


*fission matérielle, centrale = cœur de la planète = danger !!!!, ils veulent des coordonnées alors qu’ils ne voyagent pas, ils veulent beaucoup de chose, l’ambassadeur est un crétin*

Finalement la réunion prit fin avec l’étrange sensation que Borren allait trop en dire et que ça ne plaisait pas à Hari.
Nous fumes convié à rester pour la nuit, avec une autre étrange impression que nous n’avions pas tellement le choix. Cette sensation d’avoir été capturé ne me plaisait pas du tout mais elle fut un peu atténué par le fait que nous puissions reprendre nos armes.


*En même temps, si ils nous laissent reprendre nos armes et vu leur avancé technologique, c’est qu’ils ne nous craignent pas !*

Non, décidemment, tout ceci ne me disait rien qui vaille.

Une fois dans nos appartements, l’ambassadeur, très fier de lui, nous dit à quel point la situation lui semblait encourageant sans sembler s’apercevoir que l’équipe en face de lui ne partageait visiblement pas son enthousiasme.

Et effectivement, une fois qu’il fut parti, le général O’Neill prit la parole sur un autre son de cloche. Il se doutait que quelque chose n’allait pas et semblait bien décider à découvrir de quoi il s’agissait.
Il renvoya deux de mes collègues sur Terre afin qu’ils reviennent en se faisant passer pour des réfugiés. Pendant ce temps, avec Adans, nous étions censés fouiller dans la fameuse base de données histoire de dénicher quelques choses.


- Si il y a quelque chose de louche, nous le trouverons, ne vous en faîte pas !

Et sans attendre, je sortais tablette, carnet de note et je commençais à fouiller dans la base de données.
Il y avait un petit point sur leur histoire mais rien de nouveau par rapport à ce que l’on savait déjà, le passage sur leur technologie était assez fourni sans donner trop de détails bien qu’un projet attira mon attention, ça n’était pas trop mon domaine mais je comprenais bien qu’il s’agissait de quelque chose de destructeur autant pour les populations que pour les planètes.

Autre chose me perturba, suivant ces données, il n’y avait que 5 millions de personnes sur cette planète ce qui n’était pas énorme, n’y avait-il donc qu’une seule grosse cité ?

S’en suivit des pages et des pages d’informations sur le comment il faisait commerce avec les autres planètes, leur vaisseaux, leur armement… Sans savoir pourquoi, je me doutais que toute ces informations, dans le cas où elles étaient véridiques, n’étaient pas complètes, afin qu’on ne puisse pas copier les plans pour reproduire leurs appareils.

Des informations sur leur vie en général, sur la quasi-absence de violence grâce à leur supériorité intellectuelle et technologique. Tout ceci me parut bien utopique. Quelle cité pouvait se vanter de n’avoir aucun opposant ? Enfin, il semblerait qu’ils y soient parvenus.

Sans grande conviction, je me concentrais donc sur le plan en 3D de la cité, l’architecture. N’ayant rien trouvé de vraiment utile pour confirmer nos doutes, je me dis qu’un tour dans les couloirs et peut-être même dans les rues m’en apprendrait plus, étant donné qu’ils ne nous avaient pas interdit de sortir prendre l’air. Au pire, si on me le reprochait, je dirais que je voulais juste prendre l’air et que j’avais fini par me perdre, tout en leur faisant mes grands yeux de femmes perdu et puis qui ne risquait rien…

Il fallait trouver des infos et il n’y avait pas de meilleur moyen qu’en allant fouiner dans les coins puisque visiblement la base de données qui avait été mise à notre disposition n’était qu’une pâle vitrine de ce qui existait réellement.

Après une hésitation, je ne prenais que ma tablette sur laquelle j’avais transféré le plan de la ville, je cachais mon pistolet à ma ceinture, sous mon t-shirt et mon couteau dans ma chaussure. Je regardais une dernière fois la pièce pour voir ce que j’aurais pu prendre d’autre et décidait de laisser un rapide message au cas où on me chercherait, même si j’avais ma radio avec moi.

« Suis parti faire un tour dans les couloirs ! Je reviens vite ! Pas d’inquiétude ! »

Un rapide coup d’œil dans le couloir m’apprit qu’il était désert. Me surprenant moi-même, je partais à l’aventure malgré ma petite voix qui me hurler que c’était une mauvaise idée.
Revenir en haut Aller en bas
Helena Gardner
----------------
avatar
----------------
Scientifique
----------------


Nombre de messages : 320

Arrivé au SGC : 13/11/2011

Age du Joueur : 42


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 37
Profession: linguiste en langues anciennes et archéologue
๏ Expérience:
193/500  (193/500)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Mer 17 Juin - 0:24

Helena enregistra soigneusement la réponse sur les réfugiés, qui ne la satisfit qu'à moitié. C'était encore plus énigmatique: pourquoi les réfugiés d'autres systèmes venaient-ils spécifiquement ici ? Qu'espéraient-ils trouver sur cette planète (trop) tributaire du nucléaire à fond et à la nature ravagée ? Et comment les Civilisés ne pouvaient-ils pas connaître les Go'audls s'ils avaient une Porte ? Bon, à leur décharge, vu l'importance du réseau de voyage interstellaire, les charmants symbiotes avaient pu ne pas revenir dans le coin après leur première visite, mais tout de même...

Les questionnements d'Helena ne firent que s'amplifier quand elle entendit enfin le son de leur langue. Non, clairement, ça n'avait rien à voir avec du Go'auld ni avec de l'Ancien ni avec aucun dialecte extraterrestre qu'elle avait déjà entendu. Un style latino-germanique, à la fois rude et coulant, mais pas moyen de comprendre quoi que ce soit. Et visiblement, ils ne l'utilisaient qu'entre eux, utilisant avec les étrangers à leur monde la "langue commerciale" du coin qui n'était rien d'autre que l'anglais terrien. Pas étonnant qu'elle soit utilisée ailleurs vu la diaspora à présent connue des terriens dans l'univers, mais quand même...

Et quelle barbe que l'ambassadeur ! Toujours prêt à dire oui à tout ! Non mais il se rendait compte de l'importance que ce qu'ils demandaient en échange de leur technologie ? On n'allait pas leur laisser une partie de la Terre pour qu'ils en fassent ce qu'ils voulaient...ou pire, qu'ils la ravagent comme ils avaient fait de leur planète ! C'était ubuesque, tout simplement ubuesque, aucun autre mot ne lui venait à l'esprit. Helena bénit son flegme britannique qui lui permettait de paraître calme et détachée, mais elle mourait d'envie de leur dire leur fait...et à l'ambassadeur aussi, pendant qu'elle y était.
Heureusement, l'épreuve s'acheva plus ou moins en queue de poisson. D'après ce qu'il disait, Hari se sentait fatigué (était-ce de parler leur langue qui le fatiguait ou tout simplement leur présence ?) et leur offrait l'hospitalité. Le général n'avait pas l'air très tenté mais Hari insistait. Cependant, Helena se doutait que la nuit ne serait pas reposante, loin de là. Il n'y avait que l'ambassadeur pour se trouver satisfait de ce premier contact, et ce serait probablement le seul à dormir sur ses deux oreilles. En effet, comme elle le pensait, le général n'était pas tombé de la dernière pluie et tous ces gens trop lisses et trop propres lui inspiraient le même sentiment de méfiance.

Helena partageait le même sentiment, qui augmenta quand elle s'aperçut que non seulement elle ne pouvait pas lire leur langue (bon, ça, encore, vu que déjà elle ne la comprenait pas ça n'avait rien d'étonnant) mais qu'en sus de tout cela toute la base n'avait pas été traduite en anglais. C'était loin d'être un hasard, c'était clair, ces gens avaient des choses à cacher.

O'Neill n'était pas du genre à attendre que ça se passe sans agir, et il avait bien l'intention d'exploiter à fond la présence de scientifiques un peu "passe partout" dans son équipe. Voilà qu'il les envoyait, Winshester et elle, tout bonnement en mission d'infiltration. Euh...personne ne lui avait dit qu'elle n'était pas espionne à la base ? En plus, elle ignorait quelle langue ces réfugiés parlaient, aussi. Mais visiblement, tout ceci semblait couler de source pour le général qui avait largement prouvé par ses années sur le terrain qu'il était capable de monter un plan qui se déroule sans accroc.


-Il va falloir qu'on soit muettes dans un premier temps, je ne sais pas quelle langue ils parlent (une ou plusieurs) et on se ferait trop remarquer à parler anglais. Et on peut utiliser des mini enregistreurs pour pouvoir ainsi sauvegarder les témoignages, je crois qu'on a ça en stock au service. Après, je ne suis pas une espionne professionnelle mais je ferai de mon mieux pour être crédible, mon général...


Et elle se tourna vers Winshester pour lui signifier qu'elle était prête à partir...
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13741

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Ven 19 Juin - 1:32

Suzanne et Helena s’éclipsèrent des chambres en restant assez discrètes, bien qu’elles fussent libres de rentrer sur Terre. Elles étaient ici en tant qu’invitées, pas en tant que prisonnières. Les Civilisés avaient confiance absolu envers leurs futurs alliés et le montrèrent lorsque l’un d’eux croisa les deux jeunes femmes qui marchaient dans le couloir. Il les regarda d’un air curieux, puis finit par continuer naturellement sa route d’une démarche lente, comme s’il se promenait. Personne ne vint les questionner. Elles n’eurent cependant pas beaucoup de chemin à faire pour arriver jusqu’à la plateforme de téléportation. Ayant aperçu Borren faire pareil à deux reprises, l’une des deux terrienne posa sa main sur une pierre trônant au milieu d’un clavier et une liste de plateforme de destination s’afficha. De mémoire visuelle, elles reconnurent celle qui était près de la Porte des étoiles et elles la sélectionnèrent. Puis, après avoir fait glisser la pierre tel le clic d’une souris d’ordinateur, elles furent téléportés à l’autre bout de la citée…
 
Accomplissant le chemin inverse, Suzanne fut la première à remarquer de l’activité devant la Porte des étoiles. Elle resta cachée un instant avec Helena à ses côtés. Si elles le souhaitaient, elles pouvaient partir au SGC sans être arrêtées, mais l’activité des Civilisés sur place pouvaient attiser la curiosité des jeunes femmes, qui étaient aussi là pour en apprendre plus sur eux…
Il y en avait trois qui discutaient alors que la Porte des étoiles était activée. L’un d’eux finit par traverser l’horizon des évènements en portant une sorte de mallette métallisée. Les deux autres restèrent derrière le DHD, à observer l’extinction du vortex. Ils ne se doutèrent pas qu’à quelques dizaines de mètres de là, soigneusement cachées, se trouvaient les deux scientifiques.
Quand soudain, la Porte des étoiles se réactiva, à quelques minutes d’intervalle à peine… Le Civilisé qui avait traversé la porte plus tôt revint, sans la mallette. Il rejoignit ses camarades et fit face au vortex… Un silence inquiétant régnait. Puis une personne surgit de la Porte. C’était un homme au look de paysans. Il fut vite talonné par plusieurs autres personnes du même peuple. Ils furent quelques-uns, puis des dizaines et des dizaines… Cet attroupement de réfugiés affolés et inquiets se rassembla au centre de la place, devant les trois Civilisés qui ne bougèrent pas d’un poil.
Le vent souffla plus fort qu’à la normale quand un vaisseau survola les lieux et se positionna lentement au-dessus de la foule. Une ouverture se créa en son centre et un rayon transparent illumina en douche les pauvres gens, avant de capturer par téléportation toute personne se trouvant dans ce rayon. Celles-ci étaient probablement transférées à l’intérieur du vaisseau.
Alors que le vaisseau capturait tous les individus, d’autres essayèrent de courir pour s’éloigner du piège. L’un des Civilisé appuya alors sur un mécanisme accroché à son bras, ce qui eut pour effet d’activer le système de défense du périmètre de la Porte des étoiles. Les petites sphères que Suzanne et Helena avaient eu l’occasion de voir inactives à leur arrivée, se réveillèrent telles des intelligences artificielles mises en ligne et ciblèrent ceux qui tentèrent de s’enfuir. La scène qui se déroula sous les yeux des deux femmes fut synonyme de carnage. Ceux qui n’eurent pas la « chance » d’être capturés par le vaisseau furent éliminés par le système de sécurité, qui tirait coup sur coup de fins rayons à énergie blessant mortellement les fugitifs. Les corps sans vie furent eux aussi téléportés à l’intérieur de ce vaisseau. Mais alors que la Porte des étoiles était éteinte et que les Civilisés étaient partis, le vaisseau, fit un tour du périmètre, comme pour vérifier qu’aucun réfugié n’était passé entre les mailles du filet.
Helena et Suzanne comprirent trop tard que le vaisseau scannait des signes de vies suspects et qu’il venait de repérer les deux jeunes femmes, les assimilant donc à des réfugiés. L’appareil vint lentement mais précisément se positionner au-dessus d’elles, ne leur laissant pas le loisir de s’échapper ou d’appeler du renfort.
Un rayon blanc et aveuglant vint les assommer et elles furent téléportées dans la nuit...


 
A quelques kilomètres de là, dans la chambre de l’ambassadeur Clark, le Général O’Neill venait se faire passer un savon.
 
« Je sens de l’hostilité au sein de votre équipe, Général, envers nos nouveaux alliés. » 
 
« Ce ne sont pas encore nos alliés. » Avait-il répondu.
 
« Je veux que vous donniez une bonne image de notre monde. Un peu de diplomatie que diable ! Je sais que vous n’aimez pas le Vice-président Kinsey et que c’est lui qui a particulièrement insisté pour engager de manière approfondie les relations entre la Terre et les Civilisés. Mais vous ne capoterez pas les négociations, juste parce que vous avez un différend personnel avec un homme aux hautes fonctions au sein de notre pays. Est-ce bien clair ? »
 
« Je m’en fou de Kinsey, monsieur l'ambassadeur. C’est un crétin fini. Je veux juste garantir la sécurité de mes hommes. Rien de plus. »
 
Sur ces mots, il avait quitté la pièce pour éviter de s’énerver contre cet homme qui était un étranger pour lui. Si Clark avait été vêtu comme les Civilisés, cela aurait été pareil. D’un pas plus calme, le Général vérifia les chambres. Il salua Thomas et Siemens, puis arriva dans la chambre d’Elizabeth pour lui sauter bonne nuit à son tour et peut être apprendre deux trois petites choses qu’elle aurait découvertes en étudiant la base de données libre-service.
Et là, Jack fut pris d’un sentiment aussi angoissante que surprenant quand il découvrit le mot laissé par la jeune femme…
 
La nuit était fraiche mais éclairée par des spots lumineux longeant les murs. Hash se baladait dans la ville sans rencontrer de soucis, les Civilisés qu’elle put apercevoir de loin ne s’étaient soit pas aperçu de sa présence, soit ils l’avaient tout simplement ignorée.  Avec sa tablette avec laquelle elle avait pu prendre des photos du plan de la ville en 3D, elle put marcher en plein centre de la citée en sachant ce qu’elle y verrait. Des tours à l’aspect menaçant, des bâtiments mornes, sans goût ni couleurs. Une industrie qui ronflait, apaisée mais sans vie. Et peu d’activité en dehors. Elle finit par arriver devant la grande centrale, celle qui servait pour transformer l’énergie nucléaire en énergie tout court et qui alimentait toute la citée. Contrairement aux centrales sur Terre, celle-ci ne semblait pas être surveillé de près. Les Civilisés avaient une confiance totale entre eux et envers les terriens. Elle put avoir le temps de faire le tour du bâtiment, de scruter son architecture, ses points forts et ses points faibles… Mais sans parvenir à y entrer.
 
« Que faites-vous ici ? » Signala derrière Elizabeth une personne qui sortit de l’ombre de la nuit. C’était Borren, calme mais intrigué.
 
« Pourquoi êtes-vous seule ? Vous êtes-vous perdue ? Je ne crois pas… » Il la détailla de la tête aux pieds sans réussir à percevoir les armes qu’elle cachait. Il attendit sa réponse, l’air confus mais ne se sentant pas plus que ça en danger. Puis vint ensuite un appel radio du Général O’Neill.
 
Radio : « Hash, ici O’Neill. Vous me recevez ? » Demanda-t-il, rapidement rassuré d’entendre sa voix. « Ce n’est pas le moment de jouer les exploratrices, docteur ! Rentrez s’il vous plait. »  
 
Borren observa calmement la scène en attendant une réaction de Hash. Il laissa échapper un sourire soudain.
 
« Laissez-moi vous raccompagner à votre compartiment. Vous aurez tout le loisir de venir étudier notre citée durant les prochains jours, et de participer aux travaux de ces prochaines années. Nous comptons sur des personnes cultivées et sensées comme vous, docteur Hash, pour établir une bonne collaboration entre nos deux mondes, apprendre les uns des autres et faire de belles choses, ensemble. » Il la raccompagna jusqu’à la tour, d’où il lui souhaita une agréable fin de soirée.
 
Quand elle remonta, Jack l’accueilli les bras croisés et le regard dur.
 
« Ne me faites plus ce genre de plan. Je me suis bien fais comprendre, Elizabeth ? Nous devons être irréprochable en attendant de savoir si ce peuple est correct ou non. Votre bêtise de ce soir causerait des boutons à notre ambassadeur… Ca ne lui ferait pas de mal, ceci dit… Mais pire, ça aurait pu se transformer en incident diplomatique où nous serions les premiers responsables… L’ambassadeur n’attend qu’une erreur de notre part pour le mentionner dans son rapport, ce qui amènerait à notre mise à pied une fois de retour au SGC et… » Jack s’arrêta, baissa le regard en reprenant une grande inspiration. Il fallait qu’il se calme à présent. « Que cela reste entre nous surtout. On se voit demain, allez. »
 
Après cela, Hash et O’Neill regagnèrent chacun leur chambre et la fin de la nuit se déroula sans perturbation.
Le lendemain, toute l’équipe terrienne se retrouva dans le bureau du guide Hari, avec Borren. Avait-il fait part de l’égarement d’Elizabeth la nuit même ? Nul ne le savait. Jack n’avait pas non plus de nouvelles de Suzanne et d’Helena, ce qui commençait à l’inquiéter… Mais il savait qu’il devait leur laisser un peu de temps. Lorsqu’ils étaient entrés dans le bureau, Borren les avait questionnés à propos de leur absence, ce à quoi les terriens avaient répondu qu’elles étaient rentrées sur Terre pour récupérer le carnet d’adresse des portes des étoiles, en guise de cadeau. Ce mensonge mit terriblement mal à l’aise l’ambassadeur, qui resta cependant de marbre, gardant sa colère pour plus tard. Mais la principale interrogation fut la présence d’une mallette métallisée grise qui se trouvait sur la table.
 
« Ceci » commença par dire Hari, « contient un certain nombre de vaccins qui ont été créés par nos laboratoires et que notre peuple utilise depuis des générations maintenant. Ces vaccins peuvent guérir et appréhender plusieurs types de maladies graves que nous avons décelées chez l’être humain. »
 
« Nous vous offrons ceci, en gage de notre amitié et de la future alliance entre la Terre et la Civilisation. Nous pourrons expliquer à vos docteurs de quoi ils sont composés. Et nous pouvons aller sur votre monde pour commencer à éradiquer les maladies présentes sur votre planète. » Ajouta Borren.
 
« Ola ola, pas si vite, nous devons encore en parler à... à notre gouvernement. N’est-ce pas, ambassadeur ? »
 
Clark s’était remis de ses émotions et fit bonne figure, comme d’habitude, face aux Civilisés.
 
« Effectivement. Nous devons présenter notre projet à notre pays, qui n’est qu’un des innombrables pays qui composent notre planète… »
 
« Comment ça ? » Réagit le doyen des Civilisés. « Vous ne décidez pas au nom de votre monde ? Votre Porte des étoiles n’appartient pas à toute votre planète ? Vous ne formez pas un seul peuple uni ? »
 
« La population s’élève à quelle chiffre, sur Terre ? » Demanda aussitôt Borren. Plusieurs questions auxquelles les terriens devaient maintenant répondre à leur tour…
 
 

Il était jour quand Helena et Suzanne se réveillèrent. Mais le jour, sur cette planète, était synonyme de ciel nuageux et de peu de lumière chaude. Le vaisseau était parti et les avait laissé là, en plan, à découvert, de l’autre côté du mur qui séparait la citée des Civilisés aux réfugiés extra-planétaires. L’un d’eux, un pauvre homme crasseux et boiteux, était même en train de voler de la nourriture dans l’équipement du docteur Gardner, avant de partir en courant quand celle-ci commença à se réveiller.
Presque immédiatement, les deux scientifiques comprirent que l’endroit était hostile. De l’autre côté du mur il n’y avait ni loi, ni police, ni justice, ni miséricorde. Depuis combien de temps étaient là les plus anciens des réfugiés, à vivre dans de telles conditions ? Certains étaient morts, abandonnés sur le bord des chemins. Suzanne aperçut quelques campements espacés, comme si une rivalité existait entre plusieurs clans. Tout en marchant d’un pas prudent, Helena remarqua la présence inquiétante d’individus les observant d’un air malsain. Tous étaient pauvres, en manque d’hygiène et d’alimentation saine. Mais elles marchèrent assez vite pour semer ceux qui cherchaient les ennuis.
Au bout d’une demie heure de marche à travers plaine et forêt morte, le mur de la citée s’éloignant petit à petit derrière elles, elles trouvèrent une petite cabane qui semblait abandonnée. A l’intérieur se trouvait un vieil homme, les yeux mi-clos, affaibli et allongé sur une couchette.
 
« Vous… Vous n’êtes pas d’ici… » Il avait un fort accent, probablement que ce n’était pas sa langue maternelle. Il toussota alors qu’il observait Suzanne d’un regard inquiet et intrigué à la fois. Il avait peur que les jeunes femmes lui fassent du mal. « Où est Mallow ? Où est… »
 
Le vieil homme se rendormit. En face de lui se trouvait toute une pile de papiers semblant être des journaux écrits de la main du vieil homme. Helena en sortit plusieurs et après avoir identifié ce qui était la date, elle put se procurer les plus récents. Immédiatement, elle reconnut le langage comme étant similaire à de l’ancien celtique. Suzanne était occupée à prendre soin du vieil homme, souffrant.
Grâce à ses notions linguistiques, Helena put déchiffrer quelques mots sur chaque papier : D’abord le mot « Pandémie », « peuple », un autre qui pouvait se traduire par « fièvre ». Puis vint un peu plus loin, dans le texte, une phrase laissant sous-entendre qu’il y avait un « vaccin » fourni par un peuple « supérieur » possédant des « charrettes volantes »…
A côté, Suzanne rafraichissait le front du vieil homme qui reprit petit à petit connaissance. Des présentations furent faites pour bien commencer le dialogue.
 
« Je… Je m’appelle Salvor. D’où venez-vous ? » Il était encore très faible et avait du mal à parler. Il écouta Suzanne lui répondre et lui expliquer pas mal de chose, et il remarqua qu’Helena lisait ses journaux.
 
« Mes… Mes écrits… Prenez en soin… S’il vous plait, retrouvez Mallow… Il faut qu’il vive… »
 
Cette fois-ci, l’homme succomba dans un dernier souffle épuisé.
Helena continua ses traductions. Elle comprit que le peuple de ce vieil homme mort qui se nommait Salvor, avait pour intention de quitter leur monde pour fuir sur un monde meilleur. Et que cette idée avait été conçue après la rencontre de ce peuple avec les… Le dernier mot restait difficile à traduire. Elle ne le connaissait pas. En langage parlé, cela donnait « Aschen ».
Enfin, elle se procura le dernier journal, le plus récent, dont l’écriture était tremblante et faiblarde. Cette fois, cela disait que la pandémie était partie lorsque les dénommés Aschens ramenèrent un vaccin. Mais après des moments de joie et de fête, il y eut de grave problème de maladie, en particulier un mot qu’elle ne pouvait pas traduire de simple mémoire, avec des émeutes et de très nombreux morts encore.

Le dernier paragraphe parlait d’abandon de villages et d’un exile sur la planète des Aschens, car eux seuls détenaient les clés de leur guérison. Leur vaccin était en réalité pire que la fièvre de départ. Les derniers mots faisaient froid dans le dos : Les Aschens ont semé leur produit et ont récolté la mort de ce peuple. Du moins, c’est ce qu’avait écrit le défunt Salvor.

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Suzanne Winshester
----------------
avatar
----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 762

Arrivé au SGC : 11/01/2007

Age du Joueur : 33


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 40
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
114/200  (114/200)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Sam 20 Juin - 12:21

Suzanne et Helena partirent donc des chambres dans la nuit sans croisé le moindre problème. Elles croisèrent un des Civilisés qui les fixa étrangement mais qui cependant continua son chemin sans rien dire. Pas de questionnements, pas d’embûches jusqu'à présent tout se passait comme prévu. Puis elle reconnurent toutes les deux la plate forme de téléportation. De mémoire et ayant vu comment Borren s'y était prit, Suz activa la machine et choisi la destination qu'elle voulait et tapota dessus, ce qui emmena la jeune femme et sa collègue à l'autre bout de la cité.

Tout en marchant vers la porte des étoiles, Suz vit de suite qu'il y avait de l'activité près de celle-ci et fit signe à Helena de se cacher... Dans ses cas là, pas besoin de mots.... Cela intriguait Suzanne de savoir ce qu'il se passait à cette heure si tardive et puis elle n'oubliait pas non plus l'ordre de Jack. Trois Civilisés se trouvaient à la porte des étoiles et discutaient... Puis l'un d'eux parti avec une malette gris métallisée et se la scientifique se demanda alors ce qu'elle pouvait bien contenir... Elle regarda Helena d'un air interrogateur.... Elle trouvait sa vraiment louche....  Enfin, l'autre Civilisé revint mais sans la malette... Vraiment bizarre, eux qui disaient ne pas se déplacer sauf quand c'était commercial... Hummm, la jeune femme était perplexe et ne comprenait pas ce petit manège qui se déroulait sous leurs yeux.

Le silence s'en suivit alors, les Civilisés se tenaient alors devant la porte qui était activée. Suzanne n'aimait pas ça du tout ! Elle fronça les sourcils, tout ceci était de très mauvaise augure.... Puis, un homme à l'allure de paysan traversa la porte, suivit par d'autres et encore d'autres, ils étaient vraiment très nombreux...


* Seraient-ce les fameux réfugiés ? *

Suzanne observa la scène avec beaucoup d'attention, elle savait dors et déjà que cela intéresserait beaucoup Jack de savoir que les Réfugiés arrivaient la nuit... La jeune femme était furibonde ! Qu'est-ce que c'était que cette mascarade ? Puis tout à coup un vaisseau arriva et captura tout les gens qu'il y avait mais ce qui inquiéta Suz c'était qu'ils y en avaient qui tentaient de s'évader ! Ça par-contre ce n'était pas normal ! Les pauvres gens, paniquèrent, mais n’eurent pas la moindre chance, le système de défense de la porte les acheva en moins de temps qu'il ne fut pour le dire ! Suz ne put s'empêcher de grogner entre ses dents, elle n'avait rien pu faire pour les aider et ça la bouffait ! Puis le vaisseau se dirigea vers Suz et Helena.... Elles n'eurent pas le temps de prendre la radio ou encore de s'enfuir.... Trop tard ! Le vaisseau les emmenèrent également....

Le jour s'était levé lorsque Suzanne refit surface... Elle regarda autour d'elle, Helena s'était réveillée également. Le ciel était couvert et il ne faisait pas très chaud, pas terrible ! Enfin elles étaient en vie et c'était le principal ! La scientifique se rendit compte qu'elles avaient été amenées derrière le mur, bon bah au moins elles pourraient mener leur mission à terme ! Point positif.... Enfin bref... Suzanne émergeait de plus en plus et regarda autour d'elle.... Mais elle comprit vite qu'elles n'étaient pas les bienvenues... La misère régnait, les gens étaient malheureux et mal nourrit.... Des corps sans vies gisaient là... Mais quelle honte ! Bref s'était bien pire que ce que la scientifique et ses collègues pensaient ! Mais avant de prévenir Jack elles devaient en savoir plus ! Tout en marchant aux côtés de Helena, Suz aperçu des campements espacés les uns des autres, comme si il y avait plusieurs clans rivaux... Cela ne rassura pas Suz bien au contraire, ils avaient atterries dans la cour des miracles et sa collègue remarqua vite qu'elles seraient les prochaines victimes si elles n'avançaient pas plus vite ! Elle arrivèrent tout de même à semer leurs potentiels agresseurs au bout d'un petit moment ! Une fois seules, Suz regarda Helena et dit :

- C'est bien pire que ce que l'on pensait ! Vous avez vu dans l'état qu'ils sont c'est vraiment inacceptable et dire que l'ambassadeur veut négocier avec eux ! Dès qu'on en saura plus, il faudra avertir le Général !

Puis après une bonne demi-heure de marche, Suzanne put constaté que leur nature avait bel et bien disparue, les Civilisés avaient dit vrai la dessus. Elles s’éloignaient du mur peu à peu et les deux collègues tombèrent sur une petite cabane isolée, comme abandonnée. Mais ce n'était pas vraiment le cas, lorsque Suz et Helena rentrèrent, elles trouvèrent un vieil homme abandonné et faible allongé sur une sorte de couchette.

Suzanne s'approcha gentiment. Le vieil homme constata qu'elles n'étaient pas de cette Terre et demanda un certain Mallow...  Cet homme avait un fort accent mais parlait quand même leur langage, ceci dit ce ne devait pas être sa langue maternelle. Puis ce dernier s'endormit...

Sa collègue Helena en profita pour aller regarder les papiers de celui-ci, écrit, semble-il, à la main par l'étranger. Suzanne quant à elle s'occupa du vieil homme, lui donna les premiers soins, et lui rafraîchissait le front, elle n'était pas médecin, mais savait qu'il en très mauvais état. Puis il reprit connaissance et Suzanne se présenta naturellement histoire de parler un peu.

- Je m’appelle Suzanne, et mon amie à côté s'appelle Helena. Et vous comment vous appelez vous ?

Le vieil homme lui répondit qu'il s'appelait Salvor. Et lui demanda d'où elles venaient.

- Hé bien nous venons d'une planète qui s'appelle la Terre et nous sommes des explorateurs. Mon peuple veut passer un traité avec les Civilisés. Et nous sommes ici pour avoir quelques informations les concernant... Et pourriez-vous me dire qui est ce Mallow dont vous avez parler tout à l'heure on peut peut-être vous aidez ?

L'homme était encore très faible et parlait péniblement, lorsqu'il remarqua que Helena regardait ses papiers il lui dit d'en prendre soin, et de retrouver ce fameux Mallow... Puis ce dernier sombra alors dans son dernier sommeil.... Suzanne ferma les yeux de l'homme, prit une couverture qu'elle trouva non loin de lui et couvrit son corps en signe de respect. Suz se tourna vers Helena secouant tristement la tête...

- C'est fini, il est mort... Le pauvre homme... Vous avez trouvé quelque chose d'intéressant Helena ? Si je peux vous aidez en quoique ce soit ?

Suzanne attendit que sa collègue, lui explique ce qu'elle avait trouver et apparemment et au vu de la tête de cette dernière, cela avait l'air important. Le fait ai qu'elles devaient tenir Jack au courant le plus vite possible. En tout les cas, ils avaient tous raison, les Civilisés leurs cachaient bien quelque chose ! Et à priori, cela ne présageait rien de bon....
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth J. Hash
----------------
avatar
----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 239

Arrivé au SGC : 13/04/2013

Age du Joueur : 31


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
103/500  (103/500)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Ven 26 Juin - 20:47

J’arpentais les rues de la cité et au plus j’avançais au moins j’aimais ce monde. Il était froid, aseptisé, sans vie, je détestais ça.
Je finis pas déboucher devant une espèce de grosse centrale sans aucune surveillance, j’en profitais donc pour en faire le tour en pensant que cela pourrait nous être utile, après tout, n’était-ce pas ce genre de renseignements que cherchais le général ?

Je finissais de rentrer quelques informations dans ma tablette et eut juste le temps de l’éteindre avant de me faire surprendre par Borren.


« Que faites-vous ici ? »

Je sursautais et après l’avoir reconnu, j’accrochais un sourire à mes lèvres pour paraître aimable avec lui alors qu’il me donnait froid dans le dos.

« Ho, je ne faisais que prendre l’air ! » Lui répondis-je calmement pour ne pas paraître suspect mais il n’eut pas vraiment l’air de me croire.

« Pourquoi êtes-vous seule ? Vous êtes-vous perdue ? Je ne crois pas… »

Son regard me parcourant, me donna des frissons. La sensation de mon pistolet contre ma peau me rassura un peu et j’étais prête à m’en servir si jamais il décidait de devenir menaçant envers moi, toutefois, je savais bien qu’il fallait éviter l’incident diplomatique et l’agression d’un de nos hôtes n’était pas une super manière de l’éviter.

Je tâchais donc de demeurer calme et d’afficher un sourire coupable.

- Ho je suis désolée ! Je voulais juste prendre l’air devant le bâtiment mais je n’ai pas put résister à ma curiosité de découvrir votre magnifique cité !

Je savais bien que qualifier cette cité de magnifique était un peu osé et assez peu crédible de mon point de vue mais tant pis. Ma radio se mit à grésiller avant que l’on entende la voix du général O’Neill. Cet appel me fit sursauter violemment.

Radio : « Hash, ici O’Neill. Vous me recevez ? »
-Oui, Général, je vous écoute ! Répondis-je.
-Ce n’est pas le moment de jouer les exploratrices, docteur ! Rentrez s’il vous plait. »  
-J’arrive !

Après cet échange avec le général, je tournais à nouveau mon regard vers Borren qui me souriait, curieusement son sourire était aussi, sinon plus effrayant que son expression neutre habituelle.

" Je crois que je vais me faire taper sur les doigts !" Lui dis-je dans un sourire contrit pour lui montrer que je n’agissais pas sous les ordres de mes supérieurs mais bien que j’étais sorti me promener.

« Laissez-moi vous raccompagner à votre compartiment. Vous aurez tout le loisir de venir étudier notre citée durant les prochains jours, et de participer aux travaux de ces prochaines années. Nous comptons sur des personnes cultivées et sensées comme vous, docteur Hash, pour établir une bonne collaboration entre nos deux mondes, apprendre les uns des autres et faire de belles choses, ensemble. »

Je réprimais un frisson et le suivait dans les rues éclairées de la cité. Il ne prononça plus un mot jusqu’à ce que nous nous retrouvions au bas de la tour où nous résidions. Il me souhaita bonne nuit et me laissa remonter seule.

J’avais hâte de raconter à Jack ce que j’avais découvert et ma rencontre avec Borren qui m’avait laissé une drôle d’impression sauf que je reçu un accueil bien différent que ce que j’avais espéré.
Jack O’Neill m’attendait, les bras croisés, le regard dur. Je devais bien avouer qu’il était très impressionnant et que sur le moment, j’avais même l’impression d’être une petite fille qui avait été prise la main dans le pot de gâteau.


« Ne me faites plus ce genre de plan. Je me suis bien fais comprendre, Elizabeth ? Nous devons être irréprochable en attendant de savoir si ce peuple est correct ou non. Votre bêtise de ce soir causerait des boutons à notre ambassadeur… Ca ne lui ferait pas de mal, ceci dit… Mais pire, ça aurait pu se transformer en incident diplomatique où nous serions les premiers responsables… L’ambassadeur n’attend qu’une erreur de notre part pour le mentionner dans son rapport, ce qui amènerait à notre mise à pied une fois de retour au SGC et… » Jack s’arrêta, baissa le regard en reprenant une grande inspiration. Il fallait qu’il se calme à présent. « Que cela reste entre nous surtout. On se voit demain, allez. »

J’étais restée là, bouche bée, sans savoir quoi répondre alors que je sentais la colère monter en moi mais il était général et moi qu’une scientifique, je ne pouvais pas lui répondre ce qui menaçait de franchir mes lèvres.

Finalement, il me laissa pour regagner sa chambre. Je poussais un cri de frustration avant de claquer la porte. Ne nous avait-il pas demandé de chercher des renseignements ? Et puis, j’étais sûr qu’il en aurait fait autant du temps où il était également dans une équipe active. Mais le pire de tout ? C’était que je savais bien au fond de moi qu’il avait raison et que j’avais agi stupidement cependant, il était hors de question que je l’admette.

Le lendemain, nous étions de retour dans le bureau du guide Hari, avec Borren et en dansant d’un pied sur l’autre, je me demandais si il avait fait état de mon escapade nocturne.
Visiblement non puisque Hari ne dit rien et que Borren préféra s’inquiéter de l’absence de mes deux collègues, dont nous n’avions aucune nouvelle d’ailleurs. Il fut décrété qu’elles étaient reparties sur Terre pour chercher les fameuses coordonnées demandé la veille.

Notre ambassadeur ne sembla pas ravi de la réponse mais ne dit rien tentant de paraître le plus naturel du monde, je me demandais alors si Jack lui avait finalement parlé de ma « fugue » bien qu’il m’ait dit qu’il n’en ferait rien. Finalement, mon attention fut détourné par une mallette grise se trouvant sur la table.


« Ceci » commença par dire Hari, « contient un certain nombre de vaccins qui ont été créés par nos laboratoires et que notre peuple utilise depuis des générations maintenant. Ces vaccins peuvent guérir et appréhender plusieurs types de maladies graves que nous avons décelées chez l’être humain. »

« Nous vous offrons ceci, en gage de notre amitié et de la future alliance entre la Terre et la Civilisation. Nous pourrons expliquer à vos docteurs de quoi ils sont composés. Et nous pouvons aller sur votre monde pour commencer à éradiquer les maladies présentes sur votre planète. » Ajouta Borren.

« Ola ola, pas si vite, nous devons encore en parler à... à notre gouvernement. N’est-ce pas, ambassadeur ? » S’interposa Jack.

Clark s’était remis de ses émotions et fit bonne figure, comme d’habitude, face aux Civilisés.

« Effectivement. Nous devons présenter notre projet à notre pays, qui n’est qu’un des innombrables pays qui composent notre planète… »

« Comment ça ? » Réagit le doyen des Civilisés. « Vous ne décidez pas au nom de votre monde ? Votre Porte des étoiles n’appartient pas à toute votre planète ? Vous ne formez pas un seul peuple uni ? »

« La population s’élève à quelle chiffre, sur Terre ? » Demanda aussitôt Borren. Plusieurs questions auxquelles les terriens devaient maintenant répondre à leur tour.

"Messieurs, nous ne pouvons pas décider au nom de toute notre planète, cependant nous en sommes les intermédiaires ! Toute vos demandes leurs seront rapporté, je vous assure ! Mais de toute manière, nous devons étudier votre vaccin car comment être sûr que nos métabolismes le supporteront ? Tout ne peut pas se faire aussi rapidement ! Nous sommes ici pour établir un traité et non pour agir des à présents ! Nous avons besoin de temps pour que nos dirigeants prennent leur décision !"

Je ne savais pas si j’avais eu raison mais je n’avais pas pu retenir ma langue. J’avais parlé calmement avec un léger sourire pour qu’ils ne prennent pas cela pour une agression ou un manque de coopération de notre part.

Leur empressement à agir et toute leurs questions m’effrayaient, je devais bien l’avouer et j’avais fait exprès de ne pas répondre à leurs questions tout en restant diplomate. Je ne savais pas vraiment ce que nous pouvions leur révéler alors pour ne pas faire, à nouveau une erreur, je préférais laisser mes supérieurs prendre ce genre de décision.

Je lançais un regard à Jack, un peu inquiète de sa réaction vis-à-vis de mon intervention. Je n’étais pas vraiment sûr qu’il approuve mes initiatives vu sa réaction de la veille mais tant pis, je ne pouvais pas laisser ces civiliser agir comme bon leur semblait et visiblement notre ambassadeur ne semblait pas vouloir leur opposer la moindre résistance pourtant il devait bien voir que toute cette histoire était louche.
Revenir en haut Aller en bas
Helena Gardner
----------------
avatar
----------------
Scientifique
----------------


Nombre de messages : 320

Arrivé au SGC : 13/11/2011

Age du Joueur : 42


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 37
Profession: linguiste en langues anciennes et archéologue
๏ Expérience:
193/500  (193/500)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Ven 26 Juin - 22:53

Techniquement, les "invités" des Civilisés qu'ils étaient étaient libres d'aller et venir, aussi elle et Suzanne Winshester partirent-elle d'un air détaché vers la Porte en utilisant le système de téléportation. Celle-ci était en activité lorsqu'elles y arrivèrent, et le système d'alarme mental d'Helena s'activa lorsqu'elle vit un Civilisé portant une mallette partir dans le vortex et revenir un moment après les mains vides. Que pouvait donc contenir cette mallette qu'on emmenait ainsi à la faveur de la nuit ? Rien de très légal, probablement.

Cette impression se confirma lorsque des personnes, à l'allure pauvre, commencèrent à traverser le vortex. C'étaient probablement des réfugiés vu leur apparence misérable et malingre. Mais les Civilisés ne cachaient pas la présence de réfugiés sur leur territoire, alors pourquoi les faire venir la nuit ? Malheureusement, ce fut l'ultime question qu'elle se posa car un vaisseau arriva et les embarqua en même temps que les réfugiés, alors qu'elles étaient inconscientes, touchées par un rayon.

Elles se réveillèrent dans une zone qui était visiblement derrière le mur. C'était un endroit misérable avec des gens qui l'étaient tout autant. Des huttes un peu partout, de la boue et des gens aussi maigres que s'ils sortaient de camps de concentration terriens. D'ailleurs, elle surprit l'un d'entre eux en train de voler de la nourriture dans son paquetage mais vu son état, comment lui en vouloir ? Ces gens étaient misérables, si misérables qu'ils n'enterraient même plus leurs défunts qui restaient là à pourrir lentement au bord des chemins. Tout ce qui leur importait, c'était leur survie. Cependant, il y avait des séparations nettes entre clans, comme s'ils avaient réussi à maintenir au milieu de cet endroit une sorte de société primitive.
Aucun être cependant ne devait être réduit à vivre ainsi, surtout lorsqu'on s'empiffrait de l'autre côté du mur sans aucune arrière pensée. Quoi qu'ils en disent, les Civilisés auraient eu les moyens d'aider ces gens, du moins au minimum. Là, ils les laissaient sans aucune aide, espérant probablement qu'ils finiraient par mourir et que ça règlerait leur problème. Ignoble.
Voyant qu'elles avaient des paquetages, certains s'approchaient avec des sourires mauvais. Il fallait filer d'ici.


-Venez, il faut partir d'ici au pas rapide ou on aura des ennuis. Trouvons un coin tranquille pour faire le point et trouver un moyen de nous en sortir.

Elles filèrent à l'anglaise le plus rapidement possible et s'enfoncèrent dans une zone plus éloignée du mur. Là, en effet, quasiment plus de nature, au moins sur ce sujet les Civilisés avaient dit vrai. Ils avaient massacré leur planète, pas question qu'elles les laissent massacrer la Terre après ça. L'ambassadeur devrait comprendre, de gré ou de force.
Une fois en sécurité dans un coin plus calme, Winshester laissa éclater son indignation.


- C'est bien pire que ce que l'on pensait ! Vous avez vu dans l'état qu'ils sont c'est vraiment inacceptable et dire que l'ambassadeur veut négocier avec eux ! Dès qu'on en saura plus, il faudra avertir le Général !

-Je ne sentais pas ces gens depuis le début, j'avais raison et notre ambassadeur s'est laissé complètement embrouiller par les promesses des Civilisés...qui, d'après ce que je vois ici, ne méritent aucunement ce nom. Laisser ces gens dans cet état relève du crime contre l'humanité...

Devant elles, il y avait une petite cabane aussi misérable que le reste, isolée par rapport aux autres. Il y avait là un vieil homme seul, allongé sur un grabat. Il semble reconnaître qu'elles n'était pas comme les autres et réclama Mallow dans leur langue, teintée d'un fort accent qu'elle ne reconnut pas. Mais qui était ce Mallow ?

Le pauvre homme semblait effrayé, visiblement il avait peur qu'elles lui fassent du mal et Winshester tenta de l'apaiser. Elle y parvint car il s'endormit pendant qu'elle prenait soin de lui. Helena, de son côté, avait remarqué des écrits et s'en saisit. A sa grande surprise, elle reconnut quelque chose qui ressemblait à de l'ancien celtique, l'ancêtre du gaélique actuel. Si plusieurs mots lui échappèrent, elle reconnut les mots "pandémie", "peuple" et "fièvre". Puis une référence à un vaccin fourni par un peuple aux charrettes volantes.
Elle en était là quand le vieil homme se réveilla.Winshester les présenta et il leur donna son nom, Salvor. Mais malheureusement, il apparut rapidement que son corps usé avait atteint sa limite. Avant de mourir, il lui confia ses écrits et leur demanda de retrouver et de sauver le certain Mallow. Mais il n'en dit pas plus, ce qui n'allait pas leur faciliter la tâche, et rendit son âme à sa divinité supérieure.
Helena espéra sincèrement qu'il avait enfin trouvé la paix, et continua de lire le texte. Visiblement, feu Salvor et d'autres personnes de son peuple étaient partis pour trouver un monde meilleur après leur rencontre avec les...ashen. Pas traduisible, mais se pouvait-il qu'il parlât ainsi des Civilisés dans sa langue ?
Son idée se développa au fur et à mesure qu'elle traduisait autant que possible l'histoire. Effectivement, la pandémie dont il parlait était partie lorsque ces "ashen" avaient donné un vaccin. Et rien que la veille, les Civilisés venaient de rien moins leur proposer des vaccins et remèdes contre des maladies qu'ils ne pouvaient pas soigner. La coïncidence était troublante. La suite lui fit presque dresser les cheveux sur la tête: il y était question de maladie qui était apparue suite au vaccin, d'émeutes et de morts.
Elle releva la tête et regarda Winshester.


-C'est terrible ce que j'ai dans les mains, une vraie bombe. Je crois que Salvor fait référence aux Civilisés dans son texte. En effet, il y parle d'un peuple possédant des vaisseaux qui aurait amené un vaccin contre une maladie qui sévissait alors sur sa planète d'origine. Mais ce vaccin aurait déclenché une autre maladie, des émeutes et causé beaucoup de morts. Souvenez-vous qu'hier, les Civilisés nous ont proposé des vaccins et des remèdes contre des maladies que nous ne pouvions pas soigner. Je pense que j'ai lu là ce qui se passera si nous acceptons. C'est un marché de dupes, et il faut que le général le sache pour qu'il arrête notre béni oui oui d'ambassadeur.
Il faut qu'on rende à Salvor les derniers devoirs pour lui rendre un peu d'humanité, que nous retrouvions le dénommé Mallow. Lui pourrait nous donner d'autres indications, car je n'ai pas réussi à tout traduire...
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13741

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Sam 27 Juin - 21:52

Rencontrer un peuple avec lequel il était possible de se lier d’amitié, de signer un traité de paix et de forger une alliance, représentait toujours un grand moment pour la Terre et la récente histoire du SGC. Cela n’arrivait pas tous les jours. Jack O’Neill avait connu plusieurs cultures primitives, sous développées, depuis sa prise de fonction à la tête d’une équipe SG en tant que Colonel. Il avait aussi connu d’autres races plus évoluées comme les Asgards. Sans oublier la rébellion jaffa et la Tok’ra, avec qui ils luttaient sans faille contre l’ennemi Goa’uld.
Aujourd’hui, au sein du bureau du guide Hari, les discussions allaient de bons trains mais l’atmosphère était lourde de doute et de suspicion. Elizabeth Hash avait pris la parole telle une diplomate parlant au nom de la Terre. Le regard du Général se tourna vers la scientifique, la fixant plusieurs minutes alors que l’ambassadeur reprenait la parole. Et à leurs plus grandes surprises, Roy Clark appuyait les dires d’Elizabeth. Il était trop tôt pour faire de tels échanges, de telles promesses. Ce qu’elle avait dit, suivi par l’ambassadeur, était plein de bon sens et Jack finit par sourire à la scientifique, approuvant sa prise de parole.
Au bout de quelques minutes, une pause fut décrétée et quelques rafraichissants leur fut proposés. Jack en profita pour sortir discrètement dans le couloir, se saisissant de sa radio.

[Radio] : « Docteur Winshester, docteur Gardner, vous me recevez ? »

Etant de nature pessimiste, il fut légèrement étonné d’avoir une réponse rapide. Les filles allaient bien mais à priori, elles s’étaient retrouvées derrière le mur. On lui raconta d’abord ce qu’il s’était passé avec les réfugiés, puis leurs découvertes à travers les écrits d’un dénommé Salvor. Jack hocha gravement la tête en écoutant cela tout en vérifiant une fois de plus qu’il était seul dans le couloir.

[Radio] : « Tiens donc, ils viennent justement de nous proposer des vaccins contenus dans une mallette… Vous pensez qu’ils veulent éradiquer notre planète avec ça ? »

Face à tant de doute et de suspicions qui allaient dans ce sens, O’Neill remercia les deux filles par radio et leur demanda de trouver un moyen de regagner la porte des étoiles. Il était temps de rentrer sur Terre, cela devenait trop dangereux.
Retournant dans la salle de réunion, il vit l’ambassadeur écrire sur son petit carnet des notes sur ce qui a été dit jusqu’à maintenant. Elizabeth était non loin, discutant avec Hari. Le doyen des Civilisés voulait en savoir plus sur le fonctionnement de la Terre, le fait qu’elle soit occupée par plusieurs nations avec des gouvernements différents. Il semblait très préoccupé à l’idée que la Porte des Etoiles n’appartienne qu’à une seule nation sur Terre et essayait de convaincre Hash de dévoiler ce secret aux yeux du monde entier, mais cela ne dépendait évidemment pas de la scientifique.
Avant de prendre la parole, O’Neill fit signe à Thomas et Siemens d’être vigilent. Les deux militaires furent un peu étonnés mais respectèrent la consigne, accordant une confiance sans faille envers leur supérieur.

« Excusez-moi. » Fit Jack à l’assemblée. « Je crains qu’il ne faille rentrer au SGC. On va s’inquiéter pour nous si nous ne revenons pas. De plus, je pense qu’il est temps de parler de tout ça aux dirigeants de notre pays. N’est-ce pas Monsieur l’ambassadeur ? »

L’ambassadeur Clark releva la tête, étonné de partir si tôt. Mais alors même qu’il cherchait à protester, il vit dans le regard du Général que leur départ était lié à autre chose… Une question de sécurité, peut-être. Prenant conscience que quelque chose ne tournait pas rond, l’ambassadeur mit fin aux discussions du jour avec la même politesse, cette diplomatie qui faisait sa force et qu’il maniait d’une main de maître. Mais tout ne se passa pas comme prévu quand Borren prit ses distances, s’adressant en même temps au Général.

« Vous nous quittez déjà ? Et pour les deux membres de votre équipe… Que je me rappelle… les docteurs Winshester et Gardner, c’est bien ça ? Vous nous aviez promis qu’elles reviendraient avec le carnet d’adresses de votre porte des étoiles. »

« Je n’ai rien promis. » Contesta Jack, le bras longeant le corps, prêt à sortir le Zat’nik’tel de son holster de cuisse, au cas où... « Mais nous verrons ça un autre jour, soyez en certain. »

Borren ne semblait pas convaincu et il le fit savoir.

« A moins qu’elles ne soient toujours sur cette planète, à espionner notre citée ? Comme le Docteur Hash a tenté de le faire, hier soir. »

Cela jeta un froid dans la pièce, alors que tout le monde scrutait les mouvements des autres avec prudence.

« Quoi ? Comment ça ? » L’ambassadeur se leva et exigea des réponses. Il ne savait rien de cette histoire et comprit que le Général avait manigancé dans son dos. « Général, qu’avez-vous à dire ? »

« Nous devons rentrer, ambassadeur. A moins que nous soyons les prisonniers de ces messieurs ? »

Borren fit une moue résolue et recula, écartant les bras en montrant qu’il était totalement pacifique et que les terriens étaient libres de leurs mouvements. Hari était aussi contrarié par la situation mais accepta la situation.

« Nous partons. Nous allons étudier votre proposition et nous vous recontacterons en temps voulu. »

Jack n’avait jamais été aussi diplomate. Il fit signe à Hash, Adans et Clark de sortir. Puis il les rejoignit avec Thomas et Siemens.

« Hash, prévenez Suzanne et Helena que nous rentrons sur Terre. Peuvent-elles nous rejoindre à la porte des étoiles ? »

Alors qu’ils marchaient vers le téléporteur, un sentiment d’insécurité habita les terriens. C’était trop facile… On les laissait s’échapper, libre de leur mouvement. C’était vraiment étrange. Jack s’arrêta alors, puis fit demi-tour en sortant son zat. D’un coup de pied, il défonça la porte de la salle de réunion. Mais à sa plus grande surprise, il n’y avait déjà plus personne. Ni Hari, ni Borren, ni aucun Civilisé. Ils avaient tous disparus, transportés par un téléporteur caché dans la pièce.

« Merde ! Allez, on se casse ! Méfiez-vous du moindre Civilisé. Pas le temps de récupérer le reste des affaires dans les chambres, nous avons les GDO c’est le principal. »

Retourner dans l’autre tour pour récupérer leur armement principal ainsi que leurs paquetages de survie n’aurait été qu’une perte de temps. Ils empruntèrent le téléporteur du couloir et se retrouvèrent non loin de la porte des étoiles. Thomas et Siemens ouvraient la voix, l’un armé d’un zat, l’autre d’un simple Beretta. L’ambassadeur était au centre avec Katleen et Elizabeth. Jack surveillait les arrières, le zat levé. Quand ils furent téléportés, ils aperçurent deux Civilisés arriver dans leur direction, armés de pistolet atomique, une arme qu’Elizabeth avait eu le temps d’étudier en lisant la base de données la veille. Un simple tir de pistolet atomique pouvait désintégrer les tissus d’un corps et faire fondre les organes vitaux. Jack et Thomas ne leur laissèrent pas le temps de tirer, les assommant d’une décharge de zat’nik’tel.

*Trop facile…* Pensa le Général alors que tout le groupe atteignait la porte des étoiles.


Le Caporal Siemens courut vers le DHD et commença à taper sur les symboles. Jack demanda à Hash des nouvelles de Suzanne et Helena, alors que lui-même surveillait les alentours.
A travers ce repli cacophonique, un bruit d’activation se propagea le long de la structure abritant la porte des étoiles. Le système de défense des Civilisés s’actionna et les lignes de sphères couronnant le plafond s’allumèrent d’une luminosité rougeâtre.

« Siemens, faites vite !! »

Le Caporal était sur le point d’appuyer sur le dernier cadrant quand plusieurs tirs de laser provenant de ces sphères l’en empêchèrent. Il s’affaissa au sol, le corps tordu par la douleur.
Elizabeth, toute proche, dans son insolence habituelle, eut le réflexe d’appuyer sur le dernier symbole, créant le vortex vers la Terre. Mais le système de défense, analysant cette nouvelle menace, la cibla en priorité et une pluie de lasers se dirigèrent vers elle.
Sans qu’elle ne comprit d’abord ce qu’il se passait, quelqu’un lui rentra dedans et la plaqua au sol, lui sauvant la vie.

« Restez couché doct… arrrg ! » C’était l’ambassadeur Clark. L’homme avait lâché son carnet de note pour se jeter sur Elizabeth. A la place de la scientifique, c’était lui qui était ciblé. Son corps allongé et recouvrant celui de Hash, il fut percé de nombreux projectiles. Elizabeth put sentir au-dessus d’elle le corps de l’ambassadeur trembler sous les impacts jusqu’à son dernier souffle.

Siemens était mort, lui aussi. Jack et Thomas tiraient avec leur zat vers tous les endroits d’où provenaient les tirs, mettant hors service de nombreuses sphères. Mais il en restait encore une quinzaine.

« Katleen, restez à couvert derrière le DHD ! »

Si la scientifique sortait de sa cachette, cela signifiait la mort pour elle. Elizabeth semblait aussi protéger pour le moment, couverte par le corps sans vie de l’ambassadeur. Elle pouvait essayer de passer un bras pour tirer avec une arme mais cela représentait un risque de blessure. A quelques mètres d’elle, Thomas appela le Général.  

« Allez y mon Général, je vous couvre ! Cherchez des renforts ! »

Jack voulut protester mais le regard du Lieutenant Thomas le convaincu. Un tel courage fit naître un sentiment de fierté indicible chez O’Neill, qui fonça vers la porte. Mais à peine il fit quelques mètres que plusieurs tirs le touchèrent aux jambes et aux bras. Il perdit l’équilibre, marchant tête baissée, l’échine courbée, grappillant les quelques marches de l’escalier le séparant du vortex.  
La douleur fut trop importante et la puissance de feu fut trop forte. Jack s’effondra dans l’escalier, chutant le long des marches. Il sentait la force de ses muscles se dissiper. Sa vision devint trouble alors que ses pensées étaient tournées vers Suzanne et Helena, se demandant si elles survivront à cela.
De toutes les morts possibles, celle-ci était celle qu’il n’avait jamais imaginée. Il avait toujours cru qu’il mourrait sur le champ de bataille, combattant les forces armées d’un goa’uld sanguinaire. Jamais il n’avait pensé qu’il périrait sur une planète de fachos surdéveloppés, à deux mètres de la porte des étoiles, et par des machines qui plus est…

Soudain, il comprit que les tirs s’étaient arrêtés. Il n’était pas mort, pas plus qu’Elizabeth et Katleen. Jack se retourna, se mettant sur le ventre, et aperçut que le système de défense s’était éteint. Plusieurs Civilisés étaient apparus et les encerclaient, armés de pistolets atomiques.
Affaibli, Jack rampa vers le corps le plus proche. C’était le Lieutenant Thomas. Le jeune officier avait voulu aider son Général à traverser. Mais lui aussi, il avait subi la puissance de feu du système de défense.
Alors que le visage familier de Borren s’approchait du Général, ce dernier trouva la force de parler.

« Vous… Vous avez... Vous avez tué ce garçon. »

La main de Jack se posa sur le visage de Thomas pour clore ses yeux. Le regard baissé, abattu par la situation et endeuillé par la perte de plusieurs membres de son équipe, le chef du SGC n’accorda aucune autre attention envers les Civilisés.
Elizabeth et Katleen furent interpelées à leur tour. Il était inutile de résister par la force, les Civilisés étant bien trop nombreux cette fois.
Avant de perdre conscience, Jack releva la tête du corps de Thomas et vit le sourire machiavélique de Borren.

« Vous auriez dû accepter notre offre. Tout ça aurait été moins pénible pour vous, Général O’Neill. »

Puis le noir.



Quelques temps plus tôt, derrière le mur, Helena et Suzanne venaient de perdre Salvor et de traduire quelques-uns de ses écrits avant d’être contactées par O’Neill. Chacune avait pris le temps d’expliquer au Général les éléments en leur possession et leur point de vue sur la situation. Peu de temps après, elles commencèrent à rassembler les papiers journaux quand elles furent interrompues par l’arrivée d’un homme, armé d’un bâton de bois taillé suffisamment pour en faire une lance. Surpris, il se mit en posture de combat et commença à parler une langue étrangère, le même celtique ancien que celui écrit sur les journaux. Mais alors que les deux femmes se parlaient entre elles, il comprit leur langue et leur répondit, sans baisser son arme.

« Que… Que faites-vous, ici ? Hum ? » Il semblait connaître la base de la langue mais ne pas totalement la maîtriser. Le doute habitait sa voix. Il en oubliait parfois des mots.

« Que avez-vous fait ? Vous, tué mon père ? »

L’homme en question était le dénommé Mallow. Et au fur et à mesure qu’il entendait les terriennes se justifier et prouver leur innocence, elles virent le réfugié baisser son arme. Le regard triste et fataliste de l’homme se posa sur la dépouille de son père.

« Il… Malade. Gravement malade. »

Il finit par se mettre en repos, convaincu par le discours des deux scientifiques. Mais un bruit de radio vint perturber leur rencontre. Bien loin du carnage qui se préparait à la porte des étoiles, elles reçurent des appels de la part d’Elizabeth, leur demandant quelle était leur situation et s’il était possible pour elles de rejoindre la porte des étoiles. Le regard inquiet de Mallow scruta les deux femmes. Il comprit que celles-ci voulaient passer de l’autre côté du mur. Il s’approcha de Suzanne, posa sa main sur le bras de la jeune femme, et lui fit signe de le suivre. Embarquant leurs affaires, Helena et Suzanne accompagnèrent Mallow sur plusieurs centaines de mètres, laissant le corps de Salvor reposer sous un drap.


Ils restèrent toujours bien à l’écart du mur, s’éloignant même de l’infrastructure afin de garder une importante distance de sécurité. Plus ils marchèrent et moins ils eurent de nouvelles de l’équipe, jusqu’à ce que le contact radio ne soit définitivement rompu. De plus, le chemin parcouru était de plus en plus aride et désert. Atteignant au bas d’un bute rocailleuse, Mallow leur fit signe qu’ils étaient bientôt arrivés. Mais avant cela, il y eut une apparition surprenante d’un enfant qui courut vers eux pour se jeter dans les bras de Mallow. Caressant la tignasse de ce petit garçon de huit ans, il lui parla dans sa langue natale. Helena put deviner que celui-ci parlait de la perte de Salvor, le grand père du petit.

« C’est mon fils. » Prit-il la peine d’expliquer avant de continuer à parler au petit, lui demandant où étaient ses frères. Le petit répondit par un haussement d’épaule.

« Il ne parle pas votre langage… Mon père, Salvor… C’est lui qui m’a appris. C’était important, pour le commerce. Mais moi n’avoir pas suffisamment eu le temps de… d’enseigner ce langage à mes propres enfants. »

Ils gravirent ensemble une pente jusqu’à arriver à un endroit où ils pouvaient avoir une vue d’ensemble sur le mur des Civilisés. Pointant sa lance vers ce qui semblait être une ouverture dans le bas du mur, Mallow expliqua que c’était selon lui le seul moyen d’entrer. Suzanne et Helena observèrent avec des jumelles cet orifice qui était dans le mur, et constatèrent que toutes les minutes, une gigantesque langue de flammes se dégageait par l’ouverture. Ce n’était pas une entrée à proprement parlé mais une grande évacuation, probablement liée à une usine d’incinération à l’intérieur de la citée. Mallow comprit leur inquiétude.

« Un jour, mon père est entré par-là, avec plusieurs compagnons… Il a été le seul à avoir réussi. Lui savait courir vite… Les autres n’ont pas eu le temps d’aller de l’autre côté du mur, le feu les a pris… Mais les Aschens ont renvoyé mon père ici, avec une grave maladie en lui. C’est de ça dont il est mort. Et je veux vous aider, pour le venger. »

S’ils voulaient passer le mur, cela semblait le meilleur moyen, en espérant que la distance à l’intérieur du conduit ne soit pas trop grande, sinon ils seraient en proie à une nouvelle arrivée des flammes. Et une fois à l’intérieur, ils seraient pris au piège. Suzanne et Helena minutèrent le temps entre chaque dégagement de feu et il y avait exactement une minute. C’était le temps qu’ils disposaient s’ils voulaient passer là, de manière clandestine.
Mallow recula pour accueillir trois autres jeunes gens : deux autres de ses fils et son unique fille. Ils étaient armés de manière assez pauvre et seul le plus âgé, Rico, parlait un peu la langue des terriennes. Il y avait ensuite un petit de 12 ans environ, qui fut heureux de retrouver son petit frère de 8 ans. La jeune fille était une adolescente, la mine attristée et perdue dans ce paysage chaotique.

« Nous, nous passerons par cet endroit. » Fit Mallow en désignant la bouche d’évacuation du bout de sa lance. « A vous de dire si vous suivez ou pas. »

Les terriennes devaient considérer ce plan d’action et trouver une solution. Elles pouvaient aussi tout simplement toquer au mur en espérant que les Civilisés les remarquent, et leur dire que leur exile derrière le mur était une erreur. Mais l’absence de nouvelles de part du reste de l’équipe pouvait laisser perplexe sur cette idée.
Profitant du point de vue, le regard plongé vers cette immense frontière menaçante, elles réfléchirent à la situation…



_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Suzanne Winshester
----------------
avatar
----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 762

Arrivé au SGC : 11/01/2007

Age du Joueur : 33


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 40
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
114/200  (114/200)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Lun 29 Juin - 16:15

Alors que Suz et Helena discutaient des découvertes de cette de cette dernière, Le général prit contact avec elles pour avoir quelques nouvelles. Suzanne répondit :

[Radio] : Nous vous reçevons Général, nous allons bien...Bien qu'il y ai eut un imprévu, nous n'avons pas eut le temps de rentrer sur Terre que nous avons été happer par ce vaisseau et amener derrière le mur....

Elle résuma aussi leur rencontre avec Salvor et les découvertes de Helena.... Le Général n'eut pas l'air bien surpris, puis leur demanda si les civilisés avaient l'intention d'éliminé la Terre avec ça.... Suz regarda Helena et elles étaient toutes deux d'accord la dessus.... La scientifique répondit sans sentiments à Jack

[Radio] : Nous en sommes persuadées Général ! Faites attention !

Puis il demanda aux deux femmes de regagner la porte des étoiles car cela devenait trop dangereux.. Oui Suz était parfaitement d'accord et confirma à Jack qu'elles rentreraient également.... Tout en commençant à préparer leurs affaires, elles furent interrompues par un homme avec une sorte de lance et se mit en position de combat tout en parlant une langue étrangère, celle la même qui était inscrite sur les papiers.... Suz leva son arme et le visa... Pas question de se faire agresser ici ou d'y rester... Puis il leu demanda dans leur langue cette fois ce qu'elles faisaient ici et qu'elles avaient tués leur père.... La le sang de Suz ne fit qu'un tour et dit à l'étranger...

- Nous avons trouver votre père ici par hasard et il s'est éteint il y'a quelques minutes à peine.... Je n'ai fait que le soulager....Et c'est votre père aussi qui nous a confié ses papiers.... Mon amie peut le confirmer....

Puis celui-ci baissa son arme, et Suzanne abaissa aussi la sienne pour lui montrer qu'ils n'étaient pas des ennemis. Puis ce dernier fini par avouer que son père était très malade.... La scientifique se détendit lorsque Mallow se mit au repos.... Puis un appel radio de Elisabeth leur demandant leur situation et si elles pouvaient les rejoindre à la porte des étoiles...Avaient-ils coupés court à la négociation? Possible ceci-dit Suz répondit qu'elles faisaient de leur mieux pour trouver un accès à la porte et elle arriveraient dès qu'elles pourraient...Puis Mallow passa une main sur le bras de Suzanne et leur fit signe de le suivre....

Une fois qu'elles eut prit leurs affaires, Suz et Helena suivirent Mallow laissant la petit cabane et Salvor. Ils s'éloignait du mur, mais conservant tout de même une distance.... Puis elles entendirent des nouvelles de leur équipe puis plus rien, ce qui inquiéta fortement Suzanne qui le laissa transparaître en un regard quelques secondes....

*J'espère qu'ils n'ont rien....*

Le chemin se fit désert et chaud,  et ils atteignirent le bas d'une bute rocailleuse....Et Mallow leur fit signe qu'ils étaient presque arrivés lorsqu'un enfant couru à toute vitesse dans les bras de ce dernier.... Il lui parla dans sa langue natale et Suz regarda Elena car elle ne comprenait pas le dialecte qu'ils parlaient. Mallow leur dit que c'était leur fils et qu'il n'avait pas pu apprendre le langage des terriens par manque de temps...Il confirma cependant que Salvor lui avait apprit leur langue ce qui n'étonna pas trop Suz...

Puis ils gravirent la pente, de la haut ils pouvaient voir l'ensemble du mur et Mallow leur montra avec un sa lance, ce qui, pour lui, pouvait être le seul moyen d'entrer.... Suzanne regarda l'espèce d'orifice que Mallow désignait, une grande et longue flamme en sortie et elle ne put s'empêcher de regarder Helena d'un air inquiet, pour elle ce n'était pas du tout une entrée mais plutôt un point d'incinération... Mallow du détecter leurs inquiétudes car il dit :

« Un jour, mon père est entré par-là, avec plusieurs compagnons… Il a été le seul à avoir réussi. Lui savait courir vite… Les autres n’ont pas eu le temps d’aller de l’autre côté du mur, le feu les a pris… Mais les Aschens ont renvoyé mon père ici, avec une grave maladie en lui. C’est de ça dont il est mort. Et je veux vous aider, pour le venger. »

Suzanne hocha la tête, un peu d'aide ne leur ferait pas de mal, tout en espérant que Mallow était fiable... Helena et la jeune femme se mirent alors à minuter le temps qu'il y avait entre chaque flamme, qui était exactement de une minute... C'était court, et Suz espérait beaucoup que le tuyau à l’intérieur était court.... Puis elle prit la parole...

- Une minute cela fait court, mais c'est faisable.... Et de toute manière je pense qu'on à pas le choix... Mais vous Mallow et vos enfants ?

Dit-elle en observant la petite tribu qui venait d'arrivée, ils étaient tous si jeune... Et elle culpabilisait un peu de laisser Mallow venir avec eux et laisser ses enfants ici dans cette misère.... Puis celui-ci montra où ils allaient passer et leur dit que c'était à elles de lui dire si elles suivaient ou pas.... Suzanne se tourna vers Helena pour qu'elles décident ensemble de ce qu'elles feraient...

- Que fait-on ? On prend le risque ? j'ai un mauvais pressentiment sur le retour et y'a intérêt à ce que notre équipe ailles bien...

Dans tout les cas si elle passait cette entrée, dans quel état arriveraient elles ? Le seul moyen de le savoir était de tenter le coup et à priori c'était leurs seules chances d'y arriver....
Revenir en haut Aller en bas
Helena Gardner
----------------
avatar
----------------
Scientifique
----------------


Nombre de messages : 320

Arrivé au SGC : 13/11/2011

Age du Joueur : 42


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 37
Profession: linguiste en langues anciennes et archéologue
๏ Expérience:
193/500  (193/500)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Ven 3 Juil - 0:30

Cet endroit en général donnait la chair de poule et ce qu'elle venait de lire prouvait avec éclat que les "Civilisés" ne l'étaient pas tant que ça. Il fallait absolument qu'elle emmène les papiers pour preuve. Elles étaient en train de les rassembler qu'un autre homme, menaçant celui-là, faisait son apparition. Il semblait plus agressif, et semblait penser qu'elles avaient tué son père. Le dénommé Mallow, très probablement. Elle essaya de rassembler des bribes de mots de celtique ancien qu'elle connaissait, en les transformant au plus près des inflexions de leur langue.

-Nous...sommes pas...danger. Nous... venir de la Terre...

Puis elle acheva en anglais (après tout, il était issu du gaélique ancien):


-Je suis Helena et voici Suzanne. Quand nous sommes arrivées, il était mourant, nous n'avons rien pu faire.

Visiblement, l'homme les comprenait, et sembla abandonner son attitude agressive. Il s'agissait donc du dénommé Mallow, fils du vieux Salvor. Cela expliquait pourquoi il pouvait converser dans leur langue. Il leur dit que Salvor était malade. Probablement la maladie dont il parlait dans ses écrits et qui avait fini par l'emporter.

Un appel venu du reste de l'équipe leur donna l'ordre de rejoindre la Porte. Visiblement, le général avait décidé de l'évacuation de l'équipe, et Helena ne le blâmait pas, loin de là. Lui aussi s'était tenu sur ses gardes depuis le début, et il avait dû se passer quelque chose de l'autre côté qui l'avait motivé à prendre cette décision. Mais c'était plus facile à dire qu'à faire. Comment sortir d'ici ?

Ce fut Mallow qui leur apporta la solution après avoir annoncé à ses enfants le décès de leur grand-père. L'endroit était plutôt rebutant et dangereux. D'ailleurs, feu Salvor était le seul à avoir réussi à s'en sortir. Au départ, elle crut que c'était une bouche d'égout mais, quand elle vit des flammes, elle comprit que c'était autre chose. Après tout, les "Civilisés" si mal nommés n'étaient plus à une pollution près, et il n'y avait rien de plus polluant qu'un incinérateur. A se demander ce qu'il pouvaient brûler là-dedans, et l'image des fours crématoires des camps nazis lui vint en mémoire. Mais c'était par là qu'il fallait passer si elles voulaient avoir une chance de rejoindre les leurs. Une minute, c'était le temps exact entre deux dégagements de feu, il allait falloir courir vraiment vite. Mais pourquoi risquer la vie d'enfants là-dedans ? Son coeur se serra et elle sut que c'était ou ça, ou une vie de misère. Il cherchait tout simplement une vie meilleure pour ses enfants, qui aurait pu l'en blâmer ?


Ce fut Winshester qui posa la question la première:

- Que fait-on ? On prend le risque ? j'ai un mauvais pressentiment sur le retour et y'a intérêt à ce que notre équipe ailles bien...

Helena croisa les bras, signe qu'elle réfléchissait.

-Je crains qu'on n'ait pas le choix. Vous et moi sommes en excellent condition physique, sinon ils ne nous laisseraient pas partir en mission, ça devrait suffire pour courir. Il faut qu'on sorte d'ici, il se passe quelque chose là derrière...
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth J. Hash
----------------
avatar
----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 239

Arrivé au SGC : 13/04/2013

Age du Joueur : 31


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
103/500  (103/500)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Dim 5 Juil - 2:20

Ouf, l’ambassadeur m’avait appuyé et j’avais même eut droit à un sourire de Jack et quel sourire… erm, bref, ce n’était absolument pas le moment d’avoir ce genre de pensée.
Il fut décidé de faire une pause et je dus bien avouer qu’après toutes ces émotions, un verre d’eau allait me faire le plus grand bien. Je m’approchais donc de la table et au moment de tendre la main vers un verre, Hari m’approcha. Inconsciemment, je renonçais à boire, la méfiance que m’inspirait ces hommes étaient grandissante et je craignais qu’ils n’aient mit quelques choses dans les boissons.
Il commença par me poser quelques questions anodines sur la terre, probablement pour engager la conversation, je lui parlais alors des différents continents et climats que comptaient notre belle planète sans pour autant donner trop de détails. Puis il se montra plus insistant sur le fonctionnement de nos gouvernements, il voulait savoir comment se passait notre commerce, nos échanges, y avait-il des guerres, quelle était la place du pays qui nous envoyait…
Cet afflux de questions sonna une sonnette d’alarme dans mon esprit avec fanfare à l’appui. Je ne devais pas trop en dire mais refuser de répondre pourrait poser problème. Je ne tenais pas à être à l’origine d’un incident diplomatique alors que j’avais bien failli en causer un moins de 24h auparavant.


-Je suis désolée mais je ne suis qu’une archéologue ! Mon domaine de compétence est le passé, de plus, je ne suis pas habilité à répondre à ce genre de questions ! Je pense que vous devriez vous adresser à notre ambassadeur, c’est son métier ! Lui dis-je dans un sourire aimable.

Je vis bien que je ne l’avais pas convaincu mais alors qu’il allait répliquer, Jack fit son entrée

Il déclara que nous devions partir et vu sa tête, quelque chose avait dut se passer. Mes collègues étaient-elles en danger ? Depuis qu’elles nous avaient quitté pour accomplir leur mission de leur côté, je n’avais cessé d’espérer pour leur sécurité mais en revenant à la réalité je vis Borren se reculer pour nous accuser d’espionnage, faisant notamment allusion à mon escapade nocturne.
Je me mordis violemment la joue. Je nous avais mis stupidement dans cette situation. Je nous avais mis en danger et alors que notre ambassadeur demandait des explications au général, je m’étais rapprocher de lui.


-Je n’espionnais pas ! J’étais seulement parti prendre l’air ! Si j’avais su que nous n’avions pas le droit de sortir, vous pouvez être bien sur que je ne l’aurais pas fait ! Répliquais-je à Borren en arrivant à côté de Jack.

En prononçant ces paroles, je m’insultais littéralement pour ma sottise. Malgré mon ton aimable, je les avais quand même accusés de nous avoir fait prisonniers. Mais qu’est-ce qui me prenait de dire ce genre de chose alors que la diplomatie devait primer ? Je voyais bien que nous étions en danger et moi, je rajoutais de l’huile sur le feu. Okay, si je n’étais pas emprisonné ou tué, je serais probablement viré à mon retour sur Terre.


*Stupide ! Stupide ! Stupide !*

Je tentais un regard d’excuse vers le général sauf qu’il n’avait pas un seul regard pour moi, concentré sur ceux qui lui faisaient face.

« Nous devons rentrer, ambassadeur. A moins que nous soyons les prisonniers de ces messieurs ? »

Contrariés, ils nous laissèrent finalement partir.

Je fis quelques pas dans le couloir en obéissant à l’ordre de Jack qui me demandait de contacter mes collègues pour les informer du départ et savoir si elles pouvaient nous rejoindre.
Les contacter me rassura, au moins elles étaient en vie. Après un échange rapide, je transmis leur réponse au général qui fit demi-tour pour retourner dans la salle de réunion. Je ne compris sa réaction que quand il revint vers nous pour nous sommer de nous dépêcher à quitter les lieux et de nous méfier.

Je n’avais pas d’armes comme l’avait voulu le protocole. Je me retrouvais donc sans défense. J’aurais voulu retourner aux chambres mais il était évident que nous n’avions pas le temps alors je devais m’en remettre aux soldats pour nous protéger. Je n’avais qu’un couteau dans ma botte mais je savais bien qu’il ne me servirait pas à grand-chose si les civilisés décidaient de nous attaquer. Je n’avais pas voulu risquer un incident en cachant mon arme à feu sous mon t-shirt comme lors de ma sortie la veille, à ce moment-là, j’avais pensé avoir fait suffisamment de vague et j’étais loin de me douter que cela finirait ainsi.

Le téléporteur nous envoya directement dans la salle de la porte où deux civilisés nous attendaient armés et prêt à nous attaquer.


-Attention, un seul tire et on est mort ! Les prévins-je.

Réagissant au quart de tour, nos soldats sur entrainé les mirent hors d’état de nuire.

Siemmens courut vers la porte des étoiles alors que le général me demandait des nouvelles de mes collègues. En panique, je tentais de les contacter sans pour autant y parvenir.
Je regardais le caporal s’écrouler au sol sous les tirs de défense ennemi, sans parvenir à finir la séquence de lancement. N’écoutant absolument pas ma petite voix intérieure qui allait probablement me déserter après cette mission, j’enclenchais le dernier cadran, préférant tenter d’activer la porte plutôt que d’appeler par la radio.

Le bruit régnant dans la salle était infernal. Concentré sur le vortex en formation, je ne réalisais le danger pesant sur moi que lorsqu’on me plaqua au sol. L’ambassadeur venait de me sauver la vie sacrifiant la sienne au passage.
Sous le choc, je ne pus retenir un cri.
Il m’avait sauvé, son corps, désormais sans vie, continuant de me protéger. Prise de panique, je ne savais plus quoi faire. J’étais partagée entre l’envi de me libérer de son poids et entre l’idée de rester à l’abri sous lui.

Ne pouvant plus respirer sous le poids du corps, je tentais de me dégager en le poussant lorsque ma main rencontra un objet froid que j’identifiais aussitôt.
Encore une fois, je refoulais ma petite voix, je repoussais les corps de l’ambassadeur pour mieux viser. Je pris en main l’arme pour viser les sphères et tira autant de fois que possible alors que je voyais du coin de l’œil, Jack, tenter de passer la porte. Je devais lui donner une chance, attirer les feux vers moi pour qu’il passe.

La douleur me fit lâcher l’arme en me coupant le souffle. La douleur était tellement intense dans mon bras, que je ne le sentais presque plus. Le tir dans ma jambe droite me fit perdre l’équilibre et tomber à terre.
Non, je ne voulais pas mourir.
Je me tordais de douleur, espérant que Jack avait eu le temps de passer lorsque je me rendis compte que les tirs avaient cessé.
Observant la scène, je vis Jack à terre mais bien vivant. A cette vision, je soupirais de soulagement, ce qui fut de courte durée lorsque je vis les corps de mes camarades au sol, sans vie. Je hurlais, les yeux rempli de larmes.


-Assassin !!

Je sentis que des mains m’empoignaient solidement les bras pour mes forcer à me relever. Ma vision se brouilla, la douleur était trop forte.
Je ne comprenais pas ce qu’il était en train de se passer. Nous aurions dut partir sans dommage. Ils nous avaient laissé partir alors pourquoi…

Mes forces m’abandonnaient alors que mon champ de vision se rétrécissait…

J’aperçus, Jack, à terre, visiblement abattu par la situation… Non, il ne pouvait pas abandonner.


-Jack… Murmurais-je avant de perdre conscience, comme un appel à l’homme en qui j’avais toute confiance.

Il trouverait un moyen. Après tout, il était Jack O’Neill. J’avais mal mais j’avais confiance. Tout n’était pas perdu.

Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13741

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Lun 6 Juil - 1:51

Mallow et le restant de sa famille se préparaient à passer à l’action. Depuis leur largage derrière le mur, ils avaient confectionnés quelques armes assez rustres à partir de bois et de pierre. Mallow s’entretenait souvent avec Helena, le feeling s’étant rapidement installé entre ces deux personnes. Le Docteur Gardner possédait les derniers écrits de Salvor, les dernières traces de son peuple et de son histoire. Mallow ne savait pas écrire et n’avait qu’une idée en tête : tout faire pour sortir ses enfants de cet enfer perdu de la galaxie. Sa vie lui importait peu tant que ses enfants étaient sauvés. Mais il n’était pas dupe, il savait aussi qu’ils ne pouvaient pas les laisser en arrière, sans protection. Les enfants, même les plus jeunes, allaient s’armer et partir conquérir leur liberté auprès de leur père et des deux terriennes.

Le plus petit d’entre eux, environ huit ans, s’appelait  Jon. Il scrutait avec attention les mouvements de Suzanne. Elle aussi faisait l’inventaire de son équipement pour savoir quoi utiliser le moment venu. Il la fixait avec interrogation et finit par lui sourire quand il s’aperçut qu’elle l’observait à son tour. Le petit montra du doigt sa propre personne et répéta à nouveau qu’il s’appelait Jon. Il n’avait pas besoin d’en dire plus, étant très expressif au niveau du visage comme tout enfant de son âge. Il effleura du doigt quelques objets appartenant à Suzanne de manière fascinée, n’ayant jamais rencontré dans sa vie un peuple aussi évoluée mis à part la Civilisation...  

Mallow, lui, racontait l’histoire de son peuple à Helena. Parfois, il lui arrivait de reparler dans sa langue natale et même si des termes restaient floues, il suffisait de synonymes pour que la linguiste comprenne où il voulait en venir. Il confirma donc les écrits de Salvor et indiqua que ses enfants et lui étaient les derniers survivants de leur peuple, que les autres réfugiés vagabondant derrière le mur venaient d’endroits différents. Il précisa aussi que très régulièrement, les Civilisés envoyaient leur « moissonneuses » volantes au-delà du mur pour larguer d’autres réfugiés venant d’autres mondes, mais qu’il s’agissait toujours de petits groupes. Le restant de la population de chaque peuple était déjà été décimé au préalable par les Civilisés, appelés aussi Aschens par Mallow, avant que ceux ayant eu la chance de survivre n’en viennent à fuir sur le monde des Aschens pour finir coincé derrière le mur. Il rapporte aussi que parfois, les moissonneuses volantes venaient capturer des réfugiés derrière le mur pour les emmener à l’intérieur de la cité. Quand les malheureux étaient renvoyés derrière le mur au bout de plusieurs jours, ils étaient dans un état grave et finissaient par mourir.

Après ce temps de pause et de préparation, il fut décidé de partir. Mallow marcha de l’avant avec Rico, le fils ainé, suivi de près par la fille, Félicie, et les deux derniers, Rickon et Jon. Ce dernier avait du mal de détacher son regard de Suzanne, totalement fasciné et intéressé par la détermination et la motivation de cette femme.

La traversée de la plaine désertique fut assez rapide. Heureusement, aucun Aschens n’était sur les remparts. Cela n’était pas nécessaire car peu de réfugiés prenaient le risque d’attaquer le mur. Ils arrivèrent facilement au bas de l’architecture et Mallow commença à mettre une cale dans un renfoncement, afin d’y poser son pied, de se lever, de placer une autre cale, de grimper plus haut et ainsi de suite… Il fallait souvent aider les enfants à passer d’une cale à l’autre, surtout Jon qui était désavantagé par sa taille. Mallow arriva le premier au niveau de l’objectif. Il fut vite rejoint par les autres. Helena et Suzanne, qui étaient les dernières, sauvèrent avec difficulté la vie de Félicie quand la cale sous lequel était son pied se détacha. Elle avait perdu l’équilibre mais fut retenue par les deux autres jeunes femmes, lui évitant une chute mortelle. Jon aussi avait un peu de mal mais suivait le parcours de Suzanne, accordant sa confiance sans faille envers cette étrangère tout juste rencontrée. Mallow, arrivé en haut, regarda vers le bas.


« On aura trop peu de temps pour tous grimper en même temps et passer de l’autre côté sans se faire avoir. Il faut y aller en deux fois. Je suis premier, c’est plus facile pour moi. Vous, venir nous rejoindre. » Fit Mallow s’adressa ensuite à Rico, Félicie et Rickon dans sa langue natale et s’adressa ensuite à Suzanne et Helena. « Je vous confie Jon. Dès que le feu est terminé, vous nous rejoignez. Nous vous attendrons. »

La situation était peu rassurante mais ils n’avaient pas fait tout ce chemin pour se dégonfler et repartir bredouille. Les terriennes pouvaient être troublées de voir Mallow et ses enfants si sûrs, si courageux, bien qu’ils étaient conscients du danger que cela représentait.

« Bon chance. »

Une langue de feu agressive sortit de la bouche d’aération, dégageant un énorme courant d’air chaud. Puis l’instant d’après, Mallow était parti avec ses deux fils les plus âgés et sa fille.
Helena, Suzanne et Jon attendirent une minute. Ils ne pouvaient pas savoir comment ça se passait pour les autres, s’ils avaient réussi à traverser ou non…
Ce fut la minute la plus longue de la courte vie de Jon. Le gamin était terrorisé mais il essayait de ne rien en montrer devant Suzanne, ce qui en devenait presque mignon dans ce moment de pure folie.
La langue de feu crama l’air une nouvelle fois et dès que la dernière flamme fut éteinte, les terriennes se propulsèrent à l’intérieur de la bouche, tenant les mains de Jon, et coururent à toutes enjambées, droit devant elles.
Le sol était grillagé et l’air presque irrespirable. Ils avaient du mal à voir jusqu’où ça menait car il n’y avait aucune lumière dans le tunnel.  Plus les secondes passaient et plus l’inquiétude se lisait dans les visages. 20 secondes, 30 secondes… Helena remarqua qu’elles venaient de passer sous un énorme conduit avec une bouche pivotante, contenant et traitant un feu immense prêt à être libéré. C’était par-là que venait le feu et ils venaient de le passer, autrement dit, ils avaient probablement fait la moitié du chemin.
Plus qu’une vingtaine de secondes.
La sortie commençait à se dessiner. Le bruit des pieds martelant le grillage peu stable ne cessait pas pour autant, le feu allait bientôt se propager dans les deux directions du tunnel.
A travers la lumière aveuglante, elles purent discerner dans leur course Mallow et ses enfants aux prises avec plusieurs Aschens. L’un d’eux, un grand aux cheveux coupés très courts, était mort, la tête fracassée par le gourdin de Rico. L’attaque avait prise par surprise les Aschens qui se trouvaient là. Plusieurs d’entre eux n’étaient pas armés. Il ne fallait pas les laisser fuir, au risque qu’ils appellent des renforts qui arriveraient tout aussi vite pour neutraliser cette faible résistance.
Mais d’autres Aschens possédaient des sortes de pistolets. L’un d’eux ne put avoir l’occasion de s’en servir, le corps transpercé par la lance de Mallow. Rickon avait foncé sur un autre, rapide et agile dans ses mouvements. L’adolescent se jeta sur son adversaire pour un combat au corps à corps qui s’annonçait ardu.
Félicie se jeta derrière un abri et cria de l’aide.
Rico tomba à genou, le ventre fumant. Un Aschen lui avait tiré dessus et le projectile avait désintégré et fondu une partie de ses organes. Il avait un énorme trou à la place de l’estomac.
Mallow hurla de colère et attrapa le gourdin dans l’espoir de venger son fils. Il restait trois Aschens, dont deux armés. L’autre essayait de fuir. Suzanne et Helena devaient vite sortir du tunnel pour venir aider avant qu’il ne soit trop tard.
Mais soudain, Jon trébucha dans le tunnel et s’allongea de tout son long, criant son désarroi aux deux terriennes qui sentirent la main du petit s’échapper des leurs. Le pied de Jon avait traversé un morceau du grillage. Il semblait y avoir un vide en dessous du sol et sa jambe était coincée dans le grillage.
Il ne restait à peine dix secondes avant que tout le tunnel ne s’enflamme. Et une vingtaine de mètres avant de pouvoir sortir. Si elles faisaient demi-tour pour aider Jon, c’était prendre un risque de tous mourir ici. Déjà, la chaleur commençait à grandir entre les murs.
Jon était coincé derrières elles, et devant, Mallow luttait et ne tiendrait pas longtemps. Impossible de voir comment s’en sortaient Félicie et Rickon.
Le temps passait vite et déjà, une lueur rouge grandissait dans le tunnel. Suzanne et Helena devaient chacune faire un choix, le plus judicieux, le plus rapide ou le plus instinctif possible.



La lumière était aveuglante au réveil, tel un rayon de printemps agressant la rétine après plusieurs heures de sommeil en plein milieu d’une prairie. L’interprétation de la couleur était aléatoire, plate, floue, le temps d’accommoder la vision et de retrouver l’atmosphère colorimétrique naturelle des lieux… Des lieux qui n’avaient rien à voir avec les paysages verdâtres. Il n’y avait ni vent soufflant contre la peau, ni chaleur venant du soleil, ni odeur de campagne. Et ni Jack, ni Elizabeth, n’eurent l’impression de s’être reposé.
Quand le Docteur Hash se réveilla, elle était entourée par quatre écrans bleutés formant un espace restreint. Elle sentit quelques douleurs, comme des brûlures, là où elle avait été touchée auparavant par les tirs du système de défense de la porte des étoiles. La voix du Général O’Neill, situé à deux mètres d’elle et étant dans la même posture, vint l’aider un peu plus à se réveiller à et retrouver tous ses esprits. Plus loin se trouvait aussi Katleen Adans, encore inconsciente suite à un mauvais coup à la tête. Jack était située entre les deux femmes, enfermé lui aussi dans sa cage.

« Ne touchez pas. » Dit-il à Elizabeth en montrant du regard les parois bleutées et transparentes qui entouraient chacun d’entre eux. « Je me suis posé dessus tout à l’heure en me réveillant… J’ai reçu un sacré décharge. Ces champs de forces peuvent nous tuer. »

Accroupi, le Général faisait abstraction de ses petites blessures qui guériraient très lentement et réfléchissait à la situation mais était conscient qu’il ne pouvait pas faire grand-chose dans cette délicate posture. Leur prison était si petite qu’il n’était ni possible de se lever, ni possible de marcher. Ils étaient condamnés à rester par terre et à attendre l’arrivée de leurs bourreaux.

« Vous aviez eu des nouvelles des docteurs Gardner et Winshester, avant de se faire attraper ? Vous savez où peuvent-elles se trouver ? »

La réponse négative d’Elizabeth fit perdre un peu d’espoir à Jack mais il essaya de ne rien laisser paraître. Il savait qu’il avait perdu deux bons militaires à cause de ces enfoirés de civilisés, qu’un ambassadeur des Etats-Unis avait aussi été assassiné en mission diplomatique, que deux scientifiques étaient de l’autre côté d’un mur infranchissable et que les deux dernières se trouvaient prisonnières tout comme lui d’un champ de force en forme de cage… Jack avait connu pire, certes. Mais il avait certainement connu mieux.

« Je sais que la mission n’a pas été facile jusque-là Elizabeth. » Dit-il d’une petite voix, n’osant pas regarder la jeune femme car il savait que ce qu’il allait dire risquerait de lui faire froid dans le dos.

« Je sais aussi que vous n’êtes pas militaire et avant tout, j’aimerais louer le courage dont vous avez fait preuve à la porte des étoiles. D’après Winshester et Gardner, les Civilisés voulaient avoir notre peau et celle de notre planète, via leurs vaccins et leurs belles promesses. Leur but est d’éradiquer, sur le long terme, les peuples qu’ils appellent "amis"… Pourquoi ? C’est une question à laquelle je ne saurai répondre. » Il fit une pause, puis se décida à regarder Hash dans les yeux.

« Maintenant, vu la situation, ils vont sûrement changer de tactique. Ils vont être plus agressifs, plus direct dans leurs méthodes. Ce que j’essaye de vous dire, Elizabeth, c’est que tout ça n’est pas encore terminé… Il faudra encore faire preuve de beaucoup de courage… Leur intérêt pour la Terre est immense. Si on a de la chance, ils vont contacter le SGC et essayer de se servir de nous comme monnaie d’échange, peut-être pour récupérer le carnet d’adresse de notre porte des étoiles. Si nous avons moins de chance, j’ai bien peur qu’ils nous torturent de multiples manières, encore et encore, jusqu’à ce que nous leur dévoilions le code du GDO pour qu’ils puissent balancer je ne sais quelle bombe atomique par la porte des étoiles… »

Assis les mains sur les genoux, Jack essayait de s’imaginer les différents scénarii possibles. A chaque fois, son rôle dans l’histoire se limitait à rester là, à encaisser les coups et à attendre un petit miracle. Peut-être une panne qui puisse rompre les champs de forces qui les retenaient ici ? Qui sait, il pouvait toujours rêver…

« Je vous demande donc de ne jamais rien dire Elizabeth. Même si ces prochains jours risquent d’être difficiles… Il ne faut jamais céder sous la torture. Et si vous ressentez le besoin de parler, de gagner du temps, alors fournissez de fausses informations assez crédibles pour qu’ils puissent y croire. Mais ne cédez jamais... Promettez le moi. »

Quelques minutes plus tard, la porte de la pièce s’ouvrit en grand et Borren entra d’une démarche souveraine, les mains dans le dos, scrutant le réveil de ses prisonniers.

« Général O’Neill. Docteur Hash. Je suis navré de la tournure prise par les évènements. Nous pensions tellement pouvoir vous faire confiance, forger une alliance… Vous avez été trop curieux et pire que tout, vous avez ouvert le feu sur des civilisés et endommagé une partie de notre système de défense. »

« C’étaient des tirs de zat, vos hommes sont juste assommés… Tandis que vous, vous avez massacré les miens, sale fumier. » Le visage de Jack se fit de plus en plus dur, la haine étant trop grande pour être contenue en lui. « Regardez-moi bien, Borren, car c’est le dernier visage qu’il vous saura donné de voir. Je vous jure que quand je sortirais d’ici, je trouverais le moyen de vous tuer de mes propres mains. »

Borren s’avança mais garda une certaine distance entre lui et les prisonniers bien qu’il était assuré de l’efficacité des champs de force. Il ne dit rien devant les menaces et les paroles des terriens. Puis il attendit que le silence opère pour faire entendre sa voix à nouveau.

« Je pensais commencer par vous, Général. Mais vos propos plein de fiel m’ont fait changer d’avis. Je commencerai avec le Docteur Hash. J’espère que vous serez coopérative, docteur, car ceci peut durer longtemps et qu’il en va tellement de votre avantage de fournir les informations que je souhaite avoir… Et puis qui sait, peut-être serons-nous prompt à vous laisser une seconde chance. Nous n’avons pas menti vous savez, nous pouvions soigner les peuples de votre planète de nombreuses maladies mortelles… »

Borren se plaça devant Elizabeth et jaugea sa réaction. Il ajouta :

« Si vous êtes gentille et coopérative, les vies du Docteur Winshester et du Docteur Gardner pourraient être épargnées. »

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth J. Hash
----------------
avatar
----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 239

Arrivé au SGC : 13/04/2013

Age du Joueur : 31


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
103/500  (103/500)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Mer 8 Juil - 16:21

Ce fut plus la douleur que la lumière vive qui me sorti de mon inconscience. Pendant un instant, je cru que j’étais à l’hôpital, des années en arrière mais les souvenirs de la mission et des civilisés me revinrent rapidement en mémoire.
Je tentais de bouger mais la douleur m’arracha un grognement, puis ce fut la lumière alors que j’ouvrais les yeux qui me fit une nouvelle fois râler.

Une voix, sa voix m’appelait et acheva de me réveiller. Je tournais la tête vers Jack pour m’assurer que c’était bien lui et non pas mon esprit qui me jouait des tours.

Derrière lui, enfermée dans une autre cage, Katleen semblait toujours inconsciente.


-Est-ce qu’elle va bien ? Lui demandais-je.

Je me redressais avec difficulté et alors que j’approchais ma main d’une des parois bleuté qui m’entourait, Jack me prévint du danger. Préférant l’écouter, je reculais ma main pour étudier la cage qui m’entourait espérant y déceler une faille mais forcé de constater qu’il n’y en avait pas.
Dans l’impossibilité de me redresser, assise sur le sol, je rassemblais mes jambes en les entourant de mes bras. Je me sentais perdu et je me sentais responsable de la situation. Je culpabilisais d’être sorti cette nuit-là, je craignais que ce soit à cause de cela que nous nous en étions retrouvé à ce point.

Il me demanda si j’avais eu des nouvelles de nos collègues mais devant ma réponse négative il détourna le regard.
Me tenait-il responsable de cela également ?


« Je sais que la mission n’a pas été facile jusque-là Elizabeth. Je sais aussi que vous n’êtes pas militaire et avant tout, j’aimerais louer le courage dont vous avez fait preuve à la porte des étoiles. D’après Winshester et Gardner, les Civilisés voulaient avoir notre peau et celle de notre planète, via leurs vaccins et leurs belles promesses. Leur but est d’éradiquer, sur le long terme, les peuples qu’ils appellent "amis"… Pourquoi ? C’est une question à laquelle je ne saurai répondre. »

Après cette tirade qui finit de me mettre le moral dans les chaussettes, il redressa le regard vers moi. Je l’affrontais sans scier. Il pensait que j’avais du courage et je tenais à ne pas le décevoir. Quelque soit ce qui nous attendait, je ne faiblirai pas.

« Maintenant, vu la situation, ils vont sûrement changer de tactique. Ils vont être plus agressifs, plus direct dans leurs méthodes. Ce que j’essaye de vous dire, Elizabeth, c’est que tout ça n’est pas encore terminé… Il faudra encore faire preuve de beaucoup de courage… Leur intérêt pour la Terre est immense. Si on a de la chance, ils vont contacter le SGC et essayer de se servir de nous comme monnaie d’échange, peut-être pour récupérer le carnet d’adresse de notre porte des étoiles. Si nous avons moins de chance, j’ai bien peur qu’ils nous torturent de multiples manières, encore et encore, jusqu’à ce que nous leur dévoilions le code du GDO pour qu’ils puissent balancer je ne sais quelle bombe atomique par la porte des étoiles… »

Il fit une pause, me laissant le loisir d’imaginer ce qui m’attendait. De la torture ? Certes, je n’avais jamais subi ce genre de chose dans l’objectif de me faire avouer quelque chose mais j’avais déjà ma petite expérience en matière de sévices corporels. Je m’étais alors promit de ne plus jamais me laisser faire. Bon, il était clair que si les civilisés décidaient de me mettre à la question je n’aurais pas d’autre choix que je subir mais pour une fois, mon ex-mari allait me servir, je savais que grâce à lui, je pourrais résister à cela, enfin, je l’espérais.

« Je vous demande donc de ne jamais rien dire Elizabeth. Même si ces prochains jours risquent d’être difficiles… Il ne faut jamais céder sous la torture. Et si vous ressentez le besoin de parler, de gagner du temps, alors fournissez de fausses informations assez crédibles pour qu’ils puissent y croire. Mais ne cédez jamais... Promettez le moi. »

Je soupirai, je me savais capable de résister mais jusqu’à quel point ? Pouvais-je vraiment lui promettre ce genre de chose ?

-Je suis désolée, Jack ! C’est à cause de moi tout ça ! Si je n’étais pas sorti sans rien dire… Peut-être que ça se serait passé autrement ? Peut-être nous auraient-ils laissé partir sans ne se douter de rien !

Une larme s’échappa mais d’un geste rapide de la main, je l’écrasais sur ma joue. Ce n’était pas le moment de me montrer faible. Je devais me montrer forte. Il devait se concentrer sur une manière de nous sauver et ne pas s’inquiéter de moi, de savoir si j’allais les trahir pour sauver ma vie.
Je baissais la tête, incapable de le regarder en face.

Alors que j’ouvrais la bouche pour finalement lui faire la promesse qu’il attendait de moi, la porte de la pièce s’ouvrit en grand et Borren entra d’une démarche souveraine, les mains dans le dos, scrutant le réveil de ses prisonniers.


« Général O’Neill. Docteur Hash. Je suis navré de la tournure prise par les évènements. Nous pensions tellement pouvoir vous faire confiance, forger une alliance… Vous avez été trop curieux et pire que tout, vous avez ouvert le feu sur des civilisés et endommagé une partie de notre système de défense. »

« C’étaient des tirs de zat, vos hommes sont juste assommés… Tandis que vous, vous avez massacré les miens, sale fumier. Regardez-moi bien, Borren, car c’est le dernier visage qu’il vous saura donné de voir. Je vous jure que quand je sortirais d’ici, je trouverais le moyen de vous tuer de mes propres mains. »

A voir son visage, si il l’avait pu, Jack aurait tuer Borren sur place sans une once de remords et je devais bien avouer que de le voir dans cet état me faisait un peu peur. Je gardais le silence face à ce personnage abject, sachant pertinemment qu’aucune de mes paroles ne seraient à notre avantage vu notre situation.

Borren s’avança mais garda une certaine distance entre lui et les prisonniers bien qu’il était assuré de l’efficacité des champs de force. Il ne dit rien devant les menaces et les paroles des terriens. Puis il attendit que le silence opère pour faire entendre sa voix à nouveau.


« Je pensais commencer par vous, Général. Mais vos propos plein de fiel m’ont fait changer d’avis. Je commencerai avec le Docteur Hash. J’espère que vous serez coopérative, docteur, car ceci peut durer longtemps et qu’il en va tellement de votre avantage de fournir les informations que je souhaite avoir… Et puis qui sait, peut-être serons-nous prompt à vous laisser une seconde chance. Nous n’avons pas menti vous savez, nous pouvions soigner les peuples de votre planète de nombreuses maladies mortelles… »

-Compte la dessus et bois de l’eau, espèce de sale hypocrite ! Vous ne savez pas à qui vous avez à faire ! Lui répondis-je le plus calmement du monde.

Borren se plaça devant moi et ajouta :


« Si vous êtes gentille et coopérative, les vies du Docteur Winshester et du Docteur Gardner pourraient être épargnées. »

Cette simple phrase suffit à faire vasciller toute mes convictions. Etait-il vraiment capable d’épargner mes camarades mais un simple regard en direction de Jack me convainqui du contraire. Non, il ne ferait jamais preuve de clémence alors il était hors de question de lui donner des informations. Il n’avait fait que nous mentir depuis notre arrivée alors pour serait-il honnête tout à coup ? Non, je ne céderais pas ! J’étais prête à mourir.
Alors qu’ils désactivaient le champs de force m’entourant et qu’ils m’empoignaient pour m’emmener, je tournais la tête vers Jack.


-Je vous le promets Jack ! Vous avez ma parole ! Lui dis-je avec la voix pleine de force.

Je vis bien, à la tête de nos geôliers qu’ils furent surpris de ma réaction et qu’ils ne comprenaient pas de quoi je parlais mais peu importait, je voyais à son regard que Jack avait saisi. Je ferais honneur à sa confiance en moi, jamais je ne dirais quoi que ce soit et j’étais prête à subir mille morts pour cela.

Ils m’emmenèrent dans une pièce adjacente à celle où ils nous gardaient enfermé. Il n’y avait qu’une chaise, une table et une console pleine de bouton, bien peu engageante pour moi. Mes geôliers me forcèrent à m’allonger sur la table avant de m’y sangler.


-Je croyais que vous étiez les gentils et nous les méchants ! Raillais-je.

« Ne jouez pas à la plus fine avec moi Docteur Hash ! Vous n’êtes vraiment pas en position de le faire ! » Me dit Borren d’une voix étonnamment douce. « Très bien, à présent dîtes moi ce que je veux savoir et tout pourrait se passer en douceur ! »

Il commença par me poser des questions sur le système de sécurité de la porte des étoiles, nos gouvernements, où étaient mes deux collègues soi-disant rentré sur terre… Mais à chaque question, je gardais obstinément les dents serrés ou comme j’avais pu le voir dans les films d’espionnage, je m’entêtais à répéter mon nom et ma fonction.

Si il avait commencé par se montrer patient en répétant ses questions, il avait rapidement comprit que seule la douleur pourrait éventuellement me faire parler. Je le regardais appuyer sur des boutons et alors que je me demandais ce qu’il trafiquait, une intense douleur me traversa tout le corps le faisant sursauter sur la table.

Je refusais de lui faire le plaisir de crier mais après quelques décharges, la douleur fut tellement intense que je ne pus retenir des hurlements. Lorsqu’il s’arrêta enfin alors que j’étais au bord de l’inconscience, je sentais que j’allais craquer et parler pour dire ce que je savais. Il devait le sentir également car il approcha son visage du mien.


« Et bien docteur ? Etes vous dans de meilleures conditions à présent ? »

Je ne sais pas si c’est son haleine ou juste sa tête qui me fit retrouver mes esprits mais la promesse que j’avais faite à Jack me hantait. Je ne pouvais pas condamner ma planète. Pourtant, je n’étais vraiment pas sûr de pouvoir supporter encore longtemps ce traitement.
Je n’avais pas la moindre idée du temps qui s’était écoulé mais à mes yeux, cela durait depuis des heures. Tous mes membres étaient engourdis par la douleur et j’oscillais entre conscience et inconscience, toute fois, ils veillaient bien à ce que je reste éveillé.
Nous les avions défiés et ils n’avaient pas apprécié.


-Je… Je vais… Articulais-je doucement alors que Borren s’approchait un peu plus pour entendre ce que je disais. Je…

« Oui ? Si vous parlez maintenant, nous arrêterons de vous faire du mal et vos amis et vous, serez libre de vous en-aller ! Nous ne voulons qu’aider votre planète ! Pourquoi refuser notre assistance ? » Me disait-il d’un ton mielleux.

Décidemment, je ne le comprenais pas du tout. Après tout ce qu’il venait de me faire subir, pensait-il sincèrement que j’avais l’esprit assez en bouilli pour penser qu’il disait la vérité ?


-Vous pouvez me tuer ! Je ne vous dirais rien ! Jamais ! Vous êtes fini ! Vous n’aurez jamais ma planète !

Et comme pour agrémenter mon propos, comme si j’avais perdu l’esprit… Et peut-être était-ce le cas, après tout, je me mis à éclater de rire. J’étais littéralement hystérique, attaché sur cette table, sous les regards médusé de mes bourreaux.
Cependant, une nouvelle décharge me coupa le souffle, stoppant ce rire de folle dans ma gorge.

Il fallait que tout cela cesse car je savais que je ne tiendrais plus longtemps à ce rythme. Encore un peu et je serais prête à lui dire tout ce qu'il voulait.


Revenir en haut Aller en bas
Suzanne Winshester
----------------
avatar
----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 762

Arrivé au SGC : 11/01/2007

Age du Joueur : 33


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 40
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
114/200  (114/200)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Mer 8 Juil - 19:56

Helena et Suz s'étaient bien mises d'accord toutes les deux, elle n'avait guère le choix, il fallait qu'elles passent par ce tunnel de la mort pour espérer s'en sortir. Alors ils descendirent tous y comprit les enfants. Mais avant toute chose, elle fit l'inventaire de ce qu'il se trouvait dans ses affaires. Soins de premiers secours, corde etc... Elle se sentait tout de même observée par un petit bout de chou, alors elle leva la tête pour le regarder à son tour. Le petit avait l'air intrigué par le matos qu'avait la scientifique en sa possession. Puis il lui fit comprendre qu'il s'appelait Jon.  La jeune femme lui sourit et fit de même, en se montrant elle même et répétant son prénom.

Ce fut l'heure de partir et le petit ne cessait de regarder Suz, ce qui amusa beaucoup cette dernière. Ils suivirent donc Mallow accompagné de ses enfants. Le chemin fut court. Ils commencèrent à grimper avec des sortes de cales. Mallow y arriva sans trop de difficultés, ils aidèrent les enfants à grimpés aussi et sauvèrent de justesse Félicie, la fille de Mallow. Puis ce fut au tour de de Suzanne et de Helena suivit du petit Jon. Mallow leur dit qu'ils n'auraient pas le temps de grimper tous en même temps, qu'il leur confiait Jon et qu'ils se retrouveraient de l'autre côté . Suzanne confirma sans problèmes.

Puis en continuant de grimper, la flamme sortie d'un coup, laissant derrière elle un courant d'air chaud et Suz espérant que Mallow et ses enfants avaient survécus et qu'ils avaient eu le temps de traverser surtout ! La jeune femme vit bien que Jon avait peur et qu'il tentait désespérément de le cacher . C'était trop mignon et la scientifique le pensait sincèrement, elle aimait les enfants.


Une fois que la flamme fut éteinte la course à la survie commença ! Dans le tunnel la chaleur était horrible, l'air irrespirable, ils courraient le plus vite possible, voyant le bout du tunnel, la lumière se distinguant à peine, mais elle pouvait voir Mallow se battre avec ses enflures de Aschens ! Mais ils avaient peut de temps et espérait qu'il s'en tirerait ! Rico un des fils de Mallow fut blesser mortellement... Suzanne avait la hargne elle ne pouvait rien faire ! Il fallait d'abord qu'elle se sauve de ce tunnel !

Tout à coup elle entendit le jeune Jon tombé, son pied coincé dans le grillage ! Il fallait faire vite ! Suzanne ne savait pas quoi faire, elle hésita un court instant et cria à sa collègue :


- Allez-y Helena ! Je m'occupe du petit ! Allez buter ses enfoirés !!!!

Oui la scientifique avait décidé de sauver le petit quitte à se sacrifiée, oui elle était comme ça, elle n'était pas prête à le voir mourir, il était si jeune ! Suzanne fit demi tour vers le petit, en effet sa jambe était bien coincée, mais il lui restait a peine quelques secondes, la scientifique s'acharna donc sur ces grilles, la sueur trempant le long de son front, son cœur battait la chamade, elle flippait d'y rester mais elle avait fait un choix et il fallait qu'elle l'assume...

*Putain de saloperie tu va céder oui ! *

Puis elle regarda le petit Jon avec un léger sourire et dit pour le rassurer, même si il ne parlait pas sa langue.

- Ne t'inquiète pas mon bonhomme, on va s'en sortir !

Puis, tout à coup, la grille céda et c'était grand temps car après avoir atterri gentiment sur des espèces de sacs dans le noir, ils avaient comme glisser sur un toboggan.... La flamme sorti d'un coup... Suz soupira de soulagement mais ce n'était pas fini, elle regarda autour d'elle apparemment Jon allait bien et c'était tout ce qui comptait.  Elle espérait également que Helena s'en tirait la haut !

A priori ils étaient dans une sorte de décharge... Mais ils n'étaient pas seuls et Suz fit comprendre à Jon de cacher le temps qu'elle revienne... un Aschen lui tournait le dos, mais l'autre l'avait vu et lui tira dessus.... Heureusement qu'elle s'était armée.... Elle plongea à terre évitant de justesse un tir... Puis tira avec son P90, ce qui acheva le plus éloigné des deux. L'autre se jeta sur elle et un combat au corps à corps s'en suivit... Elle reçu un premier coup de poing dans la figure, ce qui lui explosa le nez... Suzanne répliqua avec un autre coup et de son autre main libre, prit son couteau et lui planta son couteau dans la main, l'homme hurla sous la douleur, mais continua ses attaques.... Le combat dura quelques minutes, entre-temps, Suzanne avait reprit son couteau, le Aschen l'avait blesser à joue et elle avait une coupure, d'où le sang coulait légèrement, elle avait également la lèvre éclatée, de part la force des coups de son adversaire. Mais elle l'avait finalement achevé avec son P90 quand celui-ci s'était éloignée à cause d'un autre coup porté au pied cette fois avec son arme blanche... Elle était essoufflée mais ça en valait le coup !

Elle appela le petit Jon, et ils se dirigèrent droit vers Mallow et les autres espérant qu'ils avaient réussit à neutraliser les Aschens et surtout qu'ils s'en étaient sortis....
Revenir en haut Aller en bas
Helena Gardner
----------------
avatar
----------------
Scientifique
----------------


Nombre de messages : 320

Arrivé au SGC : 13/11/2011

Age du Joueur : 42


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 37
Profession: linguiste en langues anciennes et archéologue
๏ Expérience:
193/500  (193/500)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Dim 12 Juil - 15:24

Vu que Mallow semblait apprécier sa compagnie et tenait à lui transmettre la mémoire de son peuple vu que ses enfants et lui en étaient les derniers ressortissants, Helena avait dégainé ses carnets à couverture noire élastiquée et prenait des notes pour ne rien oublier. Elle n'avait aucune difficulté à comprendre, même lorsqu'il utilisait des mots de sa propre langue comme métaphore elle connaissait suffisamment de gaélique pour pouvoir comprendre du moins le sens général du mot. C'était pire que ce qu'elle pensait et, au vu des informations fournies obligeamment par Mallow, elle comprit que les Ashens, "Civilisés" ou quel que soit le nom qu'on leur donnait, se servaient des réfugiés comme cobayes puisque ceux qui revenaient derrière le mur après avoir été emmenés par eux étaient dans un sale état et ne tardaient guère à rendre l'âme. Ces pauvres gens n'avaient aucune chance à l'intérieur de ce mur, ce n'était qu'une question de temps qu'eux soient aussi infectés et meurent ici comme des chiens. Elle comprenait donc qu'ils soient prêts à prendre tant de risques pour s'en sortir, et il fallait qu'elles s'en sortent aussi pour pouvoir témoigner de l'horreur. La Terre ne devait en aucun cas faire alliance avec ces gens-là, où son peuple finirait lui aussi comme cobaye.

Pendant que Mallow préparait ses enfants, Helena vérifia ce qu'elle avait dans son sac elle aussi. Rien qui puisse réellement leur servir, à part sa petite trousse de secours format trousse à maquillage qui était toujours dans la même poche du sac ou, éventuellement, sa lampe de poche située dans une des poches de son gilet tactique. Elle eut peu de temps pour faire cela et referma soigneusement les poches de son sac à dos. Le précédent ayant péri d'un coup d'arme goa'uld dans une des missions précédentes, elle en avait demandé un plus solide et surtout ignifugé, c'était le moment d'en faire le test grandeur nature.

Au moment de se mettre en route, le regard d'Helena croisa le regard des enfants. Si innocents encore, et leur vie allait être mise en danger. Voir cela la prenait aux tripes et la touchait profondément. Mais elle comprenait la décision de leur père, et elle savait qu'elle-même en aurait fait probablement autant s'il s'était agi de ses propres enfants. Cela la décida encore davantage à faire tout ce qui serait nécessaire, au risque de sa propre vie, pour ce que ces petits s'en sortent aussi, leur heure n'était pas venue.

Pour commencer, c'était assez facile, il suffisait de marcher sur la lande, mais ensuite, monter le mur était relativement difficile. De prise en prise, de cale en cale, il fallait monter, progresser lentement et s'assurer que les enfants suivaient. Elles eurent à les aider plusieurs fois, donc Félicie qui faillit tomber lorsque la cale sous son pied se détacha. Fort heureusement, les deux scientifiques étaient en très bonne santé physique, condition sine qua non pour partir en mission, et elles en mesurèrent l'utilité. Mais ce n'était que le début. Une fois arrivés en haut, le pire allait commencer. Il s'agissait de traverser les flammes pour arriver en un seul morceau...et en tenant chacune une main du petit Jon. Sportif, sans aucun doute.

Mallow donna ses instructions, et y alla en premier avec ses aînés. Les deux terriennes saisirent chacune une main du petit, attendirent le temps nécessaire et commencèrent à progresser le plus vite possible dans le tunnel. L'air sentait le brûlé, la chaleur était insoutenable et Helena se dit que ce devait être une bonne vision de ce qu'était probablement l'Enfer. A côté d'elles, le petit Jon, terrorrisé, faisait bonne figure. Quel petit courageux !

Mais l'affaire se gâta sérieusement. Au bout du tunnel, elle vit Mallow et ses enfants aux prises avec des Ashens bien décidés à les tuer. Ce fut à ce moment que le petit Jon se prit le pied dans le grillage. Winshester lui hurla d'aller aider Mallow, elle s'occupait du petit. Helena se mit à courir et, ce faisant, sortit son petit revolver de la poche de son pantalon, où il était ordinairement rangé. Dès qu'elle fut hors de danger (enfin, temporairement) et à distance de tir, elle commença à viser et à tirer sur les ashens. Elle vit Rico tomber, et son coeur se serra. Pauvre gosse ! Cela décupla sa rage et elle abattit froidement ceux des ashens encore debout, en remerciant le Ciel d'avoir suivi les cours de tir du lieutenant Becker.

Mais il ne fallait pas traîner là. Elle tourna très rapidement la tête pour voir où étaient les autres (et surtout voir si Winshester et le petit Jon s'en étaient sorti, ainsi que Félicie) et leur fit signe d'avancer. Elle souleva le corps de l'adolescent abattu et le cala sur son épaule. Elle avait déjà couru avec plus lourd sur le dos et il méritait une sépulture décente...


-Faut pas traîner ici, vite, vite...
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13741

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Dim 12 Juil - 18:53

Le temps semblait s’être figé, immobile. L’instant était critique, crucial, atteignant le paroxysme d’une tragédie grec où chaque personnages, de chaque côté de la scène, luttait pour sa survie en ayant à faire des choix aussi dramatiques les uns que les autres. Ces décisions parfois insensées, poussées par l’adrénaline, la bravoure et l’honneur, pouvaient mener à un funeste destin. Mais quel choix avaient-ils réellement ?
D’un côté, Suzanne Winsheter et le petit Jon, coincés dans le tunnel obscur progressivement rempli de flammes. De l’autre, la lumière du jour et la bataille, sanglante, livrée entre les Aschens, Helena et le reste de la famille de Mallow.
Le Docteur Gardner avait sorti son arme et sa décision sauva probablement la vie de Mallow, qui était à court de forces. Le dernier Aschen à vouloir prendre la fuite fut touché au bras par Helena, puis arrêté par Félicie qui se jeta corps et âme dans ses jambes. Mallow remonta vers eux pour achever le fuyard.
Helena avait aussi sauvé la vie du petit Rickon, aux prises avec l’un des Aschens. Heureusement, ces derniers n’avaient pas l’habitude d’un tel excès de violence physique, surtout envers des femmes et des enfants. L’effet de surprise et l’expérience, accompagnés du courage, avaient eu raison des Civilisés présents. Mais le Docteur Gardner put aussi sentir le souffle chaud derrière elle. Le tunnel était inondé de flammes à présent et ni Suzanne ni Jon n’avaient pu en sortir.
Mallow pleura la mort de Rico et la disparition de Jon. Mais cela fut de courte durée. Quand ils se mirent à décamper, après avoir mis les corps Aschens dans le tunnel afin de cacher les traces, ils retrouvèrent Suzanne et Jon un peu plus loin. Les deux remontaient un escalier et retrouvèrent le groupe, à leur plus grande joie, leur racontant comment ils avaient pu échapper aux flammes. Cela redonna le sourire à Mallow mais Jon, lui, apprit la mort de Rico avec peine.
Il savait que ce n’était pas fini, que d’autres pouvaient mourir d’ici là.
 
Le téléporteur était le seul moyen de se déplacer rapidement dans la cité. A pied, cela pourrait durer longtemps et ils risquaient de se perdre. Dans l’ombre des grandes tours, le petit groupe se déplaça avec beaucoup de prudence. Ils atteignirent un premier téléporteur gardé par deux Aschens. Avec l’effet de surprise, ils furent vite neutralisés par Suzanne, Mallow et Helena, sans tirer le moindre coup de feu de peur d’attirer trop l’attention. Une fois les deux hommes à terre, Mallow prit la parole :
 
« Vous, prendre leurs vêtements. Vous, passez inaperçus avec ces vêtements sur vous. Pas possible pour nous... Allez chercher vos amis. Nous, attendre ici ou au grand anneau. » Voyant de la réticence chez elles, il insista : « Je vous prie de partir. S’il vous plait. Il faut se séparer… Nous n’y arriverons jamais sinon. Récupérez vos amis, nous avancerons au grand anneau et on vous y attendra. »
 
De toute façon, tant que le système de défense de la porte des étoiles fonctionnait toujours, personne n’irait nulle part. Mallow récupéra donc sur ses épaules le corps de Rico. Il fit signe à ses enfants de le suivre, empruntant les petites rues, les endroits où ils seraient les moins visibles. Jon fit un dernier signe d’au revoir à Suzanne, puis partit à son tour.
Revêtant les vêtements sobres et autoritaires des Aschens, Suzanne et Helena attachèrent leur cheveux afin de coller au plus près au style des femmes de ce peuple qu’ils avaient pu croiser dans la cité à quelques occasions, avant que toute la mission ne parte littéralement en cacahuète. Cachant leurs armes, seul le sac du docteur Gardner pouvait attirer l’attention. Mais cela donnerait assez de temps aux terriennes de répliquer par les armes si le besoin s’en manifestait. Sur le panneau de contrôle du téléporteur, elles choisirent le seul endroit qu’elles connaissaient vraiment : les appartements qui avaient accueillis les terriens à leur arrivé. Peut-être qu’O’Neill et les autres y étaient retenus prisonniers. Elles sélectionnèrent donc logiquement cette destination et dans un flash lumineux, elles se retrouvèrent à plusieurs kilomètres de Mallow, dans le balcon de la grande tour abritant les quartiers des terriens. Elles furent accueillies et encerclés par quatre Aschens, pointant des pistolets atomiques dans leur direction, avant de les baisser sans fléchir.
 
« Excusez-nous pour cet accueil, des étrangers sont en fuite dans notre cité. Vous cherchez quelque chose ? » Demanda l’un d’eux qui heureusement, n’était pas là à la réunion avec Hari et Borren et qui ne reconnaissait donc pas les deux terriennes. Mais un soupçon le traversa tout de même et il ajouta : « De quel compartiment venez-vous, au juste ? »
 
Suzanne et Helena jouèrent le jeu de manière convaincante et sortirent de la plate-forme du téléporteur pour marcher dans le couloir et distancer le comité d’accueil qui gardait le téléporteur. Elles montèrent quelques étages, évitant au mieux les quelques Aschens qui se baladaient, puis rentrèrent dans les pièces qui avaient accueillies l’équipe la veille.
Toutes leurs affaires étaient encore là, ainsi que leurs armes principales. Rien n’avait été bougé. C’était comme s’il ne s’était rien passé de grave, comme si Jack, Elizabeth et Katleen allaient revenir à n’importe quel moment. Cela renforçait l’idée qu’ils étaient détenus quelque part. A moins qu’ils n’aient vraiment réussi à partir, mais cela semblait peu probable vu la démonstration de force qu’elles avaient pu voir du côté de la Porte des étoiles, avec le système de défense Aschen.
Alors qu’elles récupéraient du matériel pouvant être utile, Helena tomba sur la tablette du Docteur Hash, posée près de la base de données des Aschens. En l’allumant, Helena se rendit compte que Hash avait pris un maximum de photos des plans de la cité, et en particulier d’un bâtiment très important. Elle put lire les notes écrites la veille par Elizabeth : un bâtiment servant de centrale alimentant toute la cité en énergie, en électricité et autre. C’était le cœur de cet endroit. Sans cette énergie, toutes technologies au service de la cité deviendraient obsolètes. Des photos avaient aussi été prises par Hash durant son excursion non autorisée, montrant l’endroit sensible et peu gardé.
 
« Que faites-vous ici ?! » Demanda lors un Aschen à la porte. Cet Aschen là avait été présent auprès de Hari et Borren lors des réunions avec les terriens. Il reconnut au bout de quelques secondes le visage des terriennes.
 
« Mais… C’est vous ! »
 
Paniquant, il prit la fuite pour alerter les gardes situés au téléporteur.
 
 


A quelques kilomètres de là, enfermé dans une haute tour traversant le ciel, Jack bouillonnait à l’intérieur de lui. Même s’il se retrouvait dans une salle isolée de tout bruit, il pouvait ressentir le mal qu’on faisait à Elizabeth, emmenée dans la pièce d’à côté. Il pouvait imaginer le sourire malsain de Borren au fur et à mesure qu’il infligeait de la souffrance à la scientifique. Les poings fermés, les yeux fixés sur cette foutue porte,  il était comme un lion en cage.
Le réveil de Katleen vint lui changer les idées pendant un temps. Il lui expliqua la situation, sans la faire paniquer. Mais à propos de la torture et du serment de tenir le silence, il tint le même discours avec Katleen qu’avez Elizabeth. Mais peut-être cela n’allait-il pas arriver si cette dernière avait craqué…
La porte de la pièce, celle qui symbolisait la liberté aux yeux du Général, vint finalement à s’ouvrir et Elizabeth fut tirée par deux Civilisés, la tête basse et les genoux trainant au sol, pour être reconduites dans sa cage. Borren arriva de sa démarche lente mais distinguée.
 
« Nous avons dû arrêter prématurément. Nous ne voulions pas la tuer. Mais plus nous continuerons et plus son corps aura du mal à supporter la douleur de cet exercice. »
 
Jack resta impassible, respirant lentement. Il vit le regard de son geôlier se poser sur le docteur Adans, comme un enfant qui attendait depuis des heures avant de pouvoir déballer son cadeau. Une fois qu’Elizabeth fut remise entre les quatre parois énergétiques de sa cage, les deux autres Civilisés se rapprochèrent de Katleen, arme à la main. Borren désactiva la cage et ils prirent Katleen avec eux. Jack, furieux de voir les derniers membres de son équipe se faire torturer un par un, voulut se lever de protestation mais se cogna contre le haut du champ de force, l’obligeant à rester à genou et grimaçant de douleur.
 
« Prenez-moi à sa place ! Je vous aiderai ! Le Docteur Adans n’a rien à voir avec tout ça, elle est innocente. Avec le docteur Hash, elles sont toutes les deux scientifiques et sont juste venus pacifiquement pour faire le travail de recherche. C'est moi le militaire, le guerrier, et je suis leur chef ! C’est à moi que vous devez vous en prendre !! »
 
Cela fit retourner Borren le temps de quelques mots.
 
« Inutile, Général O’Neill. Nous finirons par vous le moment venu. »
 
« Enfoiré ! Je n’attends que ça ! »
 
O’Neill tapa du poing dans le champ de force mais sa main rebondit en arrière, toute engourdie et douloureuse. Borren sourit face à l’impuissance des terriens puis referma la porte derrière lui.
 
Quelques minutes plus tard, Jack demanda des nouvelles à Elizabeth. Elle semblait consciente mais affaiblie.
 
« Vous m’entendez, docteur ? Qu’est-ce qu’ils vous ont fait, là-dedans ? » Dit-il en désignant la pièce d’à côté.
 
Il la regarda reprendre petit à petit ses esprits et les forces qu’il lui restait. Jack était vraiment dans la pire situation qu’il soit et c’était douloureux de voir des gens qu’il connaissait, qu’il avait envoyé en mission tant de fois, se retrouver aux portes de la mort et de la fatalité.
 
« Je suis désolé de vous demander ça, mais… Est-ce que vous lui avez avoué quelque chose ? »
 
Après quelques secondes de crainte durant lesquelles Jack savait que ça n’aurait pas été de la faute de Hash si elle avait parlé, il fut finalement rassuré au vu de sa réponse. Il la regarda et sourit sincèrement pour la première fois depuis leur captivité.
 
« Vous êtes vraiment admirable, doc. Il n’y a pas à dire, je ne verrai plus les blouses blanches de la même façon… Promis, si on s’en sort, je vous invite au resto. Et si on retrouve les autres, j’inviterai tout le monde dans le meilleur bar de Colorado Springs pour une tournée générale. »
 
Il espérait que cela lui redonne un peu de moral. Il était difficile de savoir comment il serait possible de s’en sortir mais mieux valait positiver pour garder des forces.
Seulement, cet optimisme fut de courte durée quand quelques minutes plus tard, les Civilisés revinrent avec Katleen, en pleurs. Ils le jetèrent au sol et Borren réactiva sa prison énergétique. Adans tremblait, repliée sur elle-même comme si elle avait honte de quelque chose. Elle était terrifiée, inquiète. A cet instant-ci, O’Neill sut qu’il était trop tard.
Il ne lui en voudrait pas. Adans était encore une nouvelle au SGC. C’était la première fois qu’elle se faisait torturer ainsi. Sans entrainement spécifique, sans expérience face à la perversité d’un ennemi aussi diabolique, il était compliqué de tenir…
 
« Ca va allez, Adans… Ca va allez… » Répéta plusieurs fois Jack dans l’espoir de la calmer, en vain.
 
« Le Docteur Adans a été assez coopérative, je n’en attendais pas moins d’elle. Elle nous a fourni quelques informations sur votre monde… Comment il fonctionne, mais aussi à propos de votre système d’iris bloquant votre porte des étoiles. Fort heureusement, elle nous a aussi indiqué le moyen de l’ouvrir. » Il fit une légère pause, observant attentivement les trois détenus. Puis, il déclara d’un ton qui ne fut plus aussi mielleux ni courtois, mais sévèrement déterminé :
 
« Nous vous avions proposé des vaccins… Vous auriez dû les accepter. A la place, nous vous enverrons ce que vous appelez de manière vulgaire… une bombe. Quand votre iris sera ouvert, il suffira que la bombe arrive sur votre planète pour s’enclencher automatiquement, créant un cratère assez grand pour ravager le quart de votre territoire. Ensuite, votre air sera tellement pollué et toxique que la moitié de votre monde succombera en l’espace de quelques semaines. L’autre moitié aura la chance de survivre un peu plus longtemps dans de terribles conditions, avec de moins en moins de nourriture comestible et d’eau potable, sur ce caillou desséché et mort que deviendra votre planète. A la place de ces gens-là, je me donnerais la mort... »

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Suzanne Winshester
----------------
avatar
----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 762

Arrivé au SGC : 11/01/2007

Age du Joueur : 33


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 40
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
114/200  (114/200)

MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   Mar 14 Juil - 17:01

Après avoir tués les deux aschens et caché les deux corps sous les sacs, Suz revint vers le petit Jon, lui prit la main et grimpèrent des escaliers qui menaient au dehors... La jeune femme avait lutté durement, elle avait le nez en sang une coupure sur la joue et la lèvre éclatée... Mais elle avait vu pire que ça et elle était heureuse d'avoir pu sauver une vie et la sienne par la même occasion... C'est en montant les marches et en sortant qu'elle vit que sa collègue s'en était sorti ainsi que Mallow sa fille et un de ses fils en revanche à son grand regret Rico un de ses fils ne s'en était pas sorti...

Suz expliqua donc qu'elle avait du forcé les grilles à peine quelques secondes avant l'arrivée de la flamme et qu'ils avaient glisser dans un espèce de dépotoir et où ils y avait des ordures et deux aschens qu'elle avait du supprimé pour protéger le petit Jon et eux-même....

Puis ils se dirigèrent vers le téléporteur le plus proche, il était gardé par deux aschens et une fois de plus Suzanne regarda Helena et Mallow, la scientifique se rapprocha d'un civilisé, le pris par le coup et lui brisa la nuque... Elle avait apprit de nouvelles techniques lors de ses voyages et elle se félicita de les  savoirs à ce moment précis... L'autre fut neutralisé par Helena et Mallow... Puis une fois les deux gardes tués, Mallow leur dit de prendre les vêtements de ses derniers et qu'ils se séparent, Suzanne allait répliquer qu'elle n'était pas d'accord, inquiète pour la vie de Mallow et de ses enfants mais ce dernier insista et ils devaient se retrouver à la porte une fois qu'ils avaient retrouver Jack, Élisabeth et les autres... Un dernier au revoir Helena et Suzanne se retrouvèrent toutes les deux seules.

Elles revêtirent donc les vêtements des civilisés arrachant une grimace de dégoût à Suz et qui attacha également ses cheveux pour passer pour l'un des leur tout comme sa collègue qui faisait de même... Elle prit tout de même son couteau de survie sur elle, cela ne faisait pas de bruit et elle aurait probablement besoin, on ne pouvait pas savoir ce qui pourrait se passer avec ces saloperies ! Helena quant à elle garda son sac sur elle et elles cachèrent leurs armes quelque part.... Elles activèrent le téléporteur pour se retrouver à leur point de départ, quand elles avaient débuter la mission avec leurs collègues....

Malheureusement pour elles, elles tombèrent sur quatre aschens encore une fois, mais ces derniers ne semblaient pas les connaître et encore heureux.... Ils leur demandèrent d'où elles étaient et Suz répondit sur le même ton qu'eux très calmement.


- Nous sommes du compartiment des déchets, nous venons les récoltés.

Suzanne du être convaincante, car ils partirent sans trop de mal, les laissant cette fois. Et sans qu'i y ai une seule effusion de sang.... Cependant, elle savait que cela ne durerait pas, c'était trop calme !
Elles quittèrent les lieux et elles évitèrent pas mal de civilisés pour enfin accéder aux quartiers... Jack et les autres n'étaient pas là, c'était bizarre, c'était comme si ils étaient encore là,  mais en même temps les aschens recherchaient des étrangers en fuite... Quelque chose ne collait pas...


- C'est bizarre, il y a quelque chose qui ne va pas, ils doivent être ailleurs, ou ça à mal tourné.... Vous avez trouver quelque chose Helena ?

L'inquiétude grandissait chez Suz et si ils les avaient tués ? Non si elle se mettait à leur place, ils feraient tout pour avoir des renseignements, Jack et les autres devaient forcément être encore en vie quelque part... Puis elles firent interrompues par un civilisé qui les reconnurent cette fois et ce dernier commença à s'échapper....

- Merde !

Cela échappa à Suz qui sortie de la pièce pour rattraper le civilisé le plus rapidement possible afin de le neutralisé... Il n'était pas bien loin et la scientifique était sportive donc facile de le rattraper, au bout de quelques secondes à peine elle le rejoignit et lui sauta dessus, ce qui les fit tomber à terre... Le civilisé eut à peine le temps de se retourner que le poing de Suz s'écrasa sur son visage, mais ce dernier n'avait pas dit son dernier mot et la frappa à son tour... Voulant en finir rapidement, l'archéologue lui donna un coup de coude dans le nez ce qui assomma légèrement son adversaire... La jeune femme prit alors son couteau qu'elle lui planta en plein coeur histoire d'être sûr que ce dernier ne se relève pas... Elle prit le corps par les épaules et le traîna jusqu'à une des chambres pour cacher le corps dans la pièce pour ne pas laisser de traces...

Suz soupira, mais elle savait qu'il ne fallait pas rester longtemps, ici sous peine d'attirer l'attention sur elle.....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
----------------

----------------
----------------



MessageSujet: Re: MJ Nouveaux amis   

Revenir en haut Aller en bas
 

MJ Nouveaux amis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Mission Stargate ::  :: ~ Missions planétaires en cours ~-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet