Mission Stargate
Bonjour et bienvenue sur Mission Stargate, l'une des références des forums basés sur l'univers de la célèbre série Stargate SG-1 !

Inscrivez vous sans plus attendre en entrant un nom et prénom valides ! Créez ensuite la présentation de votre personnage (à l'aide de la fiche de présentation type) afin de commencer cette superbe aventure !

Délires, ambiance et émotions assurés sur Mission Stargate Wink
On vous attend !
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

๏ Le forum a 9 ans !! || Version 5.9 || Le Staff de Mission Stargate vous remercie de votre fidélité ! ๏


 

Partagez | 
 

 L'enfer n'est jamais la fin [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Sam 6 Nov - 2:15


La voilà, elle se trouvait dans les couloirs. Maintenant, il fallait trouver un endroit où elle pourrait être tranquille. Elle faisait mine de rien mais en réalité, elle ne savait pas quelle tête elle arborait, il fallait vite éviter tout ce monde dans les couloirs avant que quelqu'un ne se mêlent de choses qui ne le concernait pas. Bien vite alors, elle tomba sur un ascenseur et s'y engouffra. Elle appuya sur le premier bouton qui lui passa sous la main et attendit sagement que les portes s'ouvrent de nouveau. Regardant ces bras, elle vit que des taches rougeâtres transparaissait sur le tissu de son costume, c'est ça de retirer des perfusions trop vite. Le ding retentit dans le petit cloisonnement et les portes s'ouvrirent. Elle ne savai pas où elle était et s'en fichait pas mal en tout cas. Au bout de quelques minutes, elle trouva une pièce vide et s'y installa. Surement une pièce de réserve, parfait, personne ne penserait à venir la chercher ici. Elle s'assit alors à terre, collant son dos contre la paroi gelée de la pièce. Ici elle était bien, enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Sam 6 Nov - 2:51

Des salles de stockages dans le bas du vaisseau... Sur le coup, il avait eu l'impression que ce serait facile, puis il s'est souvenu du nombre -approximatif- de ces salles. La dépression s'est alors abattue sur lui, vous savez, comme dans les dessins animés, quand vous voyez la pluie et le ciel orageux juste au dessus de la tête du héros, alors qu'il fait super beau tout autour. C'était à peu près la même chose. Après avoir fait de fond en comble le tout dernier étage du Dédale, le gradé soupira. Comme ça, il n'y arriverait pas et hors de question d'appeler une équipe de sécurité pour l'aider à chercher... Il devait faire ça autrement. Il chercha alors dans les schémas techniques qu'il connaissait de l'engin, voir si quelque chose pouvait, éventuellement, l'aider et là... Détection des formes de vie. C'était tellement évident qu'il se maudit de pas y avoir pensé avant. Ce petit bout de femme avait tendance à lui retourner le cerveau et à l'empêcher de penser convenablement. Sa jambe meurtrie confirma d'un petit message : « douleur ». Merci pour ta coopération.

Il secoua sa jambe blessée histoire de souffrir un peu plus et s'y habituer avant d'aller vers la radio la plus proche. Il demanda la passerelle et Jason lui donna rapidement la position d'une forme de vie deux niveaux au dessus de lui, dans la zone d'entreposage 15. Il le remercia, refusa tout envoi d'équipe de sécurité et lui promit de faire revenir la jeune femme dans les rangs rapidement. Jason accepta et lui intima de se presser. Le français reprit alors l'ascenseur et se dirigea vers la salle d'un pas décidé. Il se doutait que le Commandant ne le surveillerait pas, ils étaient de vieux frères d'armes et se faisaient confiance.

Lorsqu'il arriva près de la salle, il adoucit son pas et s'approcha sans bruit. Il s'arrêta à l'entrée, pas le moindre bruit. Sans hésiter, il se faufila entre les caisses de matériels divers et variés avant de finir par entendre une respiration. Il s'arrêta et tourna la tête pour voir Annabel, qui venait de le voir. Un maigre sourire s'afficha sur ses lèvres : il venait de se faire avoir comme un bleu.


« Qu'est ce que tu fais là, toute seule ? »

Il s'approcha d'elle à pas lents.
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Sam 6 Nov - 3:22

Le calme, juste le râle rythmé de sa respiration qui emplissait la pièce. Elle s'était mise derrière un monticule de caisses et autres, comme ça, si quelqu'un entrait, elle ne serait pas vue tout de suite. Mais elle espérait que personne ne viendrait, elle avait envie d'être seule, de digérer tout ce qu'il venait de se passer, digérer ces souvenirs, ses sensations, ses lieux, ses sourires de complicités ... Rah mais qu'est-ce que ça foutait là ça ??? Agacée par ce qu'elle ressentait, elle enferma son visage dans les mains, tortillant nerveusement des jambes, comme si cela allait pouvoir aider d'une quelconque manière à faire sortir cette rancœur d'elle. Mais pourquoi était-elle si énervée ??? Bon d'acccord, elle et le colonel avait été bien plus que proche et il lui avait permis d'éprouver à nouveau toute une palette de sentiments qu'elle pensait avoir complètement occulté de sa vie. Mais de savoir cette fille toujours collée à ses basques et la réputation qu'il se promenait ... De toute manière, c'était impossible de s'attacher à lui, il fallait qu'elle se fasse une raison.

Le temps s'écoulait lentement en cet endroit et elle finit par apprécier ce calme, essayant de se vider l'esprit, enfin surtout essayant de virer quelqu'un de son esprit. Mais à chaque fois qu'elle pensait avoir réussit, il revenait plus vite qu'il n'était partit. Heureusement qu'elle avait pu quitter l'infirmerie, elle n'aurait pas supporter de devoir rester sur un lit comme ça. Les tâches de sang avaient cessés de s'agrandir sur son vêtement, il avait du finir par se coaguler. Par contre, le râle de sa respiration commençait sérieusement à l'énerver. Elle ne s'était pas vu encore dans un miroir et donc n'imaginait pas le moins du monde la tête qu'elle avait. Mais vu le son qu'elle émettait juste en respirant, le kull n'y était pas allé de mains morte sur sa trachée.

Et soudain, la porte s'ouvrit. Surement un gars qui venait pour déposer ou prendre quelque chose ... Néanmoins, elle préféra se méfier et arrêta de respirer pendant un moment, se disant qu'une trentaine de secondes suffiraient. Mais la porte ne se rouvrit pas une seconde fois. Elle aurait aimer se redresser pour voir qui était là mais l'appel d'air provenant de ses poumons se fit sentir et même avec de la volonté, elle ne put s'empêcher d'ouvrir ses bronches. C'est alors qu'elle vit une forme juste à un ou deux mètres d'elle et le son provenant de l'air passant dans sa trachée révéla sa position. Mais que faisait-il là lui ??? Elle ne voulait pas le voir, c'était même le dernier qu'elle désirait voir. Et en même temps, une petite part au fond d'elle était tout de même contente qu'il ai pris la peine de venir la chercher.


"Je suis seule et c'était le but recherché."


Il commençait à approcher .... Mais il faisait quoi ?? Non, elle ne voulait pas qu'il approche, elle voulait qu'il reparte voir sa greluche, elle ne voulait voir personne, qu'on la laisse tranquille. Elle accueillit alors avec mauvaise augure son action, et cela se voyait sur son visage. Elle s'éloigna alors , essayant de regagner l'espace qu'il venait de grignoter. Mais il semblait boiter, il avait un peu meilleure mine que dans les sous-terrains mais un homme reste un homme et après une telle épreuve, tout le monde a besoin de repos.

"Tu devrais retourner à l'infirmerie, t'occuper de toi et d'Almie .."

Elle ne s'en était pas rendue compte mais son ton avait été assez sec et dédaigneux. Elle détourna le regard, ne voulant pas l'observer plus longtemps. Elle avait mal, mais pas physiquement. Une boule au fond d'elle avait réapparut et un petit endroit proche de son cœur lui pinçait. Mais pourquoi se mettait-elle dans cet état ?? Elle voulait qu'il parte, c'était la seule solution qu'elle trouvait dans l'immédiat.
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Sam 6 Nov - 3:52

Allez savoir pourquoi, l'humeur du français était assez paisible depuis qu'il avait quitté Nebek. Tout le monde était revenu entier -malgré quelques blessures- des données avaient pu être récupérées et le Dédale retournait en ce moment même vers la Terre. Si c'était pas une bonne mission ça... Mais le problème maintenant, c'était Annabel, il y avait une différence entre vouloir de la solitude et fuir le contact. Lorsque la jeune femme se défila, pour tenter de remettre une distance avec lui, il s'arrêta. Il fronça imperceptiblement les sourcils et décida de caler son épaule contre la caisse la plus proche. Même dans le bureau, elle ne l'avait pas fuit, elle s'était éloignée de la haine qu'il dégageait et en ce moment, il était plutôt paisible au vu de ce qu'il avait pu, et du, libérer sur Nebek. C'était autre chose.

"Tu devrais retourner à l'infirmerie, t'occuper de toi et d'Almie .."
« Almie ? Moi ? »

Cette fois, il fronça franchement les sourcils, tentant de faire le lien logique entre le besoin de solitude de la sous-off', son acte réfractaire à toute approche de sa part et Almie... La combinaison tourna et vira dans sa cervelle une bonne dizaine de fois sans qu'il y trouve quoi que ce soit de logique, et de plausible. Il croisa alors les bras sur son torse en cherchant les yeux de la blondinette qui fuyait le contact visuel. Il bailla, épuisé, avant de se décoller de la caisse que la quelle il s'était précédemment appuyé, il tenta de s'étirer mais son dos était définitif : c'était non. La douleur redescendit dans sa jambe et le relança de plus belle. Il poussa un long soupir silencieux pour ne pas lâcher une vague d'insulte destinée à ses douleurs. Finalement, s'asseoir, c'était une bonne idée. Il se mit dos à la caisse et se laisse glisser pour ménager au maximum son corps qui n'en faisait qu'a sa tête aujourd'hui. Comme son cerveau d'ailleurs. Plus rien ne fonctionnait correctement dans ce corps rongé par la guerre mais bon... C'était trop tard pour profiter des pièces de rechanges sous garantie.

« Tu veux bien m'expliquer s'il te plait ? Parce qu'avec c'te mission j'suis claqué et cogité c'est pas jouasse là. »

Il se passa une main sur la nuque pour tenter de se détendre les muscles mais rien n'y faisait. Par réflexe, sa main alla dans sa poche pour allez chercher son paquet de cigarette, rien. Il lâcha un vague juron en se rappelant qu'il avait changé de treillis vu que l'autre n'était plus vraiment portable. Il rabattit son visage vers le bas pour regarder le sol, il se passa une main dans sa barbe qui avait commencée à repousser avant de reporter son attention sur Annabel.

« Qu'est-ce qui s'passe ? Quelque chose a changé et c'est pas la mission qui en est l'origine. »

Sa voix était calme, uniforme. Celle qu'on lui avait apprit à utiliser pour les discussions difficiles, qui pouvaient être lourdes de conséquences. L'américaine n'était pas bien et il comptait bien y remédier. Il ne l'avait pas fait revenir de l'Enfer pour la voire sombrer presque aussitôt.
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Sam 6 Nov - 16:20

C'était elle ou le frottement qu'elle venait d'entendre signifiait qu'il s'installait ?? Vraie tête de mule ce mec. Comment elle avait fait pour s'y attacher ... Oui, elle était un peu étonnée elle même mais c'était le cas, sans s'en rendre spécifiquement compte, elle se sentait lier à lui, sur quoi exactement, aucune idée. Mais ce moment partagé à son bureau mais surtout dans les vestiaires du SGC était surement une erreur .... Seulement, oui, quelque chose avait changé et c'était de sa faute. La boule entre ces entrailles prit encore de l'ampleur, comme si ses pensées la nourrissait, la renforçait et surtout la déclenchait. Tout vient de la tête comme lui disait si bien son psy, le corps ne fait que suivre l'esprit. Sauf que plus elle y pensait, et plus elle se disait que quelque chose d'autre l'influençait, comme si le symbiote n'était pas totalement mort, comme si un résidu de sa pensée restait en elle. Depuis un an maintenant, elle avait réussi à gérer cette donnée mais depuis que cet homme était entrée dans sa vie, elle ne contrôlait plus rien et pour un oui ou pour un non, cette boule au ventre réapparaissait, ce malaise que quelque chose l'incite à ressentir de la haine, de la colère, envers tout et n'importe quoi.

"Ya rien qui se passe et arrête de vouloir trouver une explication à tout comme ça ... J'veux juste que tu t'en aille, c'est trop compliqué à comprendre ??"

Oui, elle s'énervait toute seule, sans raison apparente. Ses jambes reprirent leur tremblement frénétique. Elle décida alors de se relever, non sans mal à cause de son épaule, son regard recherchant quelque chose à taper ou à envoyer valser à l'autre bout de la pièce, cette boule se faisant plus présente, plus pressante. N'avaient-ils pas été assez proche, n'avaient-ils pas partagé assez de choses sous cette douche pour qu'il ne se consacre qu'à elle, qu'il l'adore et oubli toutes les autres ?? Oui, elle voulait qu'il n'aime qu'elle, qu'il meurt pour elle .... Quoi ??? Mais c'était quoi tout ça ?? Pourquoi elle se m'était à ressentir tout ça ??? Elle le connaissait à peine et il n'était pas du genre à se consacrer à une seule femme. Elle se rendit compte alors que cette boule n'était plus si pressante que ça parce qu'elle s'était déversée et réchauffait tout son corps.

L'image du kull lui revint alors à l'esprit. Lui qui avait hésité quelques millièmes de secondes avant de la saisir au cou. Il l'avait ressentit lui, ce qu'elle était vraiment, tout comme elle avait perçu qu'il n'était pas mort. L'essence du symbiote étant toujours en elle, elle le savait et le kull s'en était rendu compte. Non, elle ne deviendrait pas ce genre de monstre, pas à cause d'un homme. Elle préférait mourir plutôt que de devenir une sorte de goa'uld allégé. Et là, dans l'immédiat, elle ne voyait qu'une seule solution, s'éloigner de cet homme qui provoquait chez elle tant d'émotions. Elle était en colère oui, mais c'était aussi dans la panique du moment. Elle se saisit alors d'une boite trouvée on ne sait où et se retourna vers le colonel assis à terre et le lui balança, ne voulant pas le lancer sur lui mais de sorte de le presser à partir.


"Va-t-en !!!"
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Dim 7 Nov - 1:10

« Il y a une explication à tout, une réponse à toutes les questions. On ne les connait pas toujours mais elles existent. »

Des questions, il en avait un paquet, des réponses... Beaucoup moins. Même si ses derniers temps, un nombre impressionnant de zones d'ombres s'étaient éclairées, il restait encore beaucoup d'énigmes et le militaire n'aimait pas ça, les énigmes. Comme beaucoup de gens d'ailleurs. Il regarda Annabel se lever, sans bouger. Son corps était encore affaibli. Logique. Son épaule et sa gorge avaient été amochés ainsi que tout le reste de son corps, surement. Où en tout cas, mit à rude épreuve. Le temps passait lentement et la sous-off' semblait chercher quelque chose... Un truc à lui jeter à la gueule peut être ? Mais non, quand même pas ! Elle était visiblement sur les nerfs comme peu de personnes l'étaient dans leur vie mais de la à balancer un truc sur la gueule du français. Pourtant, ça ressemblait bien à un projectile ça, non ? Et ce mouvement, à un jet. Il ne bougea pourtant pas, la boite rencontra bruyamment la caisse de matériel sur la quelle il était adossé. Il soupira et resta inerte quelques secondes pendant lesquels il chercha une trace d'impatience en lui. Rien. La division « réflexion » renvoya un courrier avec accusé de réception vers la sous-division « mauvais sentiment » et celle-ci, bien inspiré comme à son habitude, lui renvoya son courrier avec un joli petit symbole visuel et compréhensible, vous savez, celui ou vous avez un doigt en l'air alors que le reste de vos doigts sont repliés. Non, il était patient avec elle, pourquoi ? Aucune idée. Voilà encore une question à la quelle il n'avait pas de réponse. Il se leva alors, découpant consciencieusement la suite de mouvements pour ne pas rouvrir sa plaie à la jambe : c'était pas le bon moment. C'est jamais le bon moment me direz-vous, et vous aurez raison. Mais certains moments sont moins propices que d'autres. Ces moments qui sont importants, voyez-vous et... Important ? Là, il se posait lui-même une devinette assez complexe. Il était Colonel et était venu chercher une de ses subordonnées qui avait quitter l'infirmerie trop précipitamment alors que ses blessures n'étaient pas correctement soignées. Vous y croyez pas ? Lui non plus.

« Non. »

Il donna un coup de pied négligent dans la boite qu'Annabel lui avait envoyé, la renvoyant à sa destination d'origine. Un second essai ? Il grimaça en sentant ses points de sutures tirer ses chairs. Il reposa sa jambe doucement et reporta son attention sur Annabel.

« Toujours pas de réponse à ma question ? »
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Dim 7 Nov - 3:12

Mais pourquoi était-il si borné ?? Elle ne cessait de le rejeter, de lui crier dessus et elle désirait tellement l'insulter. Et lui, s'était relevé, tout tranquillement, lui avait renvoyer négligemment le projectile improvisé et lui reposait sa question. Mais il ne comprenait vraiment rien où il le faisait exprès ?? Alors si il ne partait pas de lui-même, elle allait le forcer. Comment allait-elle si prendre ?? Aucune idée mais elle trouverait bien. Elle avança alors vers lui, d'un pas décidé, laissant sur le côté la boite au sol. Pourquoi s'acharnait-elle sur lui ?? Si seulement elle pouvait le savoir ... Elle leva alors son poing droit mais il fut vite intercepté. De rage, elle voulut frapper du gauche mais elle sentit son bras droit se vriller et une violente douleur se réveilla à son épaule. Il la maintenait, non pas possible !!

Elle s'énerva de plus belle mais quelque chose d'étrange se produisit alors. Ses yeux s'embuèrent, une nouvelle fois, ses lèvres se strièrent. Ses muscles étaient vidés de ses forces, il n'était donc pas difficile de la maitriser. Mais la peur l'envahi, puis la panique, la colère de nouveau, le stress des souvenirs ... Tout ce qu'elle avait pu ressentir durant cette mission remontait à la surface. Avec cet homme, elle se sentait comme prise au piège. Pourquoi s'intéressait-il autant à elle ???


"Laisse moi !!!"

Elle lui avait hurler dessus mais son visage ruisselait de larmes. Elle était effrayée, une peur incontrôlable, tout ressortait, elle n'arrivait pas à fermer les vannes. Elle finit alors par vraiment pleurer, des spasmes parcourant sa poitrine, le râle de sa gorge s'accélérant. Elle baissa le regard et cessa toute lutte contre le colonel. Elle se recroquevilla sur elle, l'homme la maintenant toujours.

"Laisse moi ..."

Oui elle s'était calmée et sa voix était devenu presque plaintive, contrastant nettement avec les mots prononcés. Oui elle voulait être seule, ne plus rien penser ni éprouver. Et en même temps, elle avait besoin de chaleur humaine, de réconfort mais ça, elle ne voulait pas se l'avouer. Elle était déjà trop attaché à cet homme, ce n'était pas la peine d'empirer la situation déjà bien assez compliquée comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Dim 7 Nov - 3:42

Ses provocations avaient portées leurs fruits. Elle était encore plus énervé qu'au début et maintenant, il avait un coup d'avance sur elle. L'être humain n'était pas si complexe en fait, quand on décomposait ses faits et gestes pour l'analyser avec recul et esprit critique. Visiblement bien décidée à le faire bouger par la force, la jeune femme s'approcha à pas vifs, elle tenta une attaque peu convaincante mais le gradé para vite, arrêtant net son mouvement en lui saisissant le poignet. Quand l'autre bras s'arma, il fit faire un demi-tour au droit et il la tira vers lui, coinça son membre supérieur entre son bras et son torse. Sa main ainsi libérée alla alors chercher l'épaule de la jeune femme pour appuyer dessus, sans forcer, en simple signe d'avertissement. Tout ça en l'espace d'un battement de cœur. Au corps à corps, il était imbattable et ce n'était pas cette maigre tentative qui l'inquiétait mais plus la rage qui pouvait s'emparer à tout moment de la jeune femme. Même si il était plus probable qu'elle l'ai évacuée pendant la mission et n'en ai donc plus en réserve, pour le moment...

"Laisse moi !!!"
« Non. »

Sa voix était calme, mesurée, tout à l'inverse de celle d'Annabel. Tout comme leur état d'esprit à ce moment. Il était plutôt clair, posé et patient alors qu'elle était pleine de rage, de colère et de douleur. Envers qui ou quoi ? Il ne se risquerait pas à une estimation. La tension musculaire dans le bras de la jeune femme se calma brusquement, il lâcha donc l'épaule mais garda son bras sous le coude -sans jeu de mots- au cas où.

"Laisse moi ..."
« Ça serait une erreur, tu ne veux pas devenir comme moi. »

Elle s'était recroquevillée, comme dans le bureau. Il la relâcha totalement et avant qu'elle ai pu esquisser le moindre mouvement, il l'attira vers elle pour la prendre dans ses bras, avec une douceur qu'il ne se connaissait pas lui-même.

« La solitude appel l'ombre, l'ombre appel les mauvaises pensée, les mauvaises pensées appellent la haine, la haine appel la vengeance. Ne devient pas comme moi. »

Il était honnête, comme cela lui arrivait rarement et seulement avec des vieux frères d'armes tels FoxHound, O'Neill, Fett ou Turner. Les personnes qui avaient vu les lacunes du français, ses remords et ses cauchemars sont bien peu nombreux et Annabel venait de s'y ajouter, pourquoi ? Si vous avez la réponse, veuillez la lui donner, parce qu'il n'en avait pas la moindre idée. Ce petit bout de femme le faisait agir anormalement. Il changeait à son contact, momentanément et sans raison qui lui paraissait logique. Question sans réponse, encore et toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Dim 7 Nov - 4:18

C'était le fouillis intégral dans son esprit. Elle était là, en face de son supérieur, à sangloter comme une petite fille, son bras coincé sous le sien, ne pouvant rien faire d'autre qu'attendre qu'il la libère. Elle se sentait pitoyable et honteuse de s'offrir ainsi en spectacle, surtout devant lui, surtout après ce qu'ils avaient vécus et ce qu'ils venaient de vivre. Mais s'en était trop, trop d'informations, de données à traiter, de puzzle psychiques à reconstruire. Elle voulait que tout s'arrête et c'est précisément pour ça qu'elle avait décidé de ne pas prendre la place restante dans les anneaux. Elle voulait rester dans les décombres car elle avait compris que c'était là-bas sa place. Mais bien sûr, rien ne se passe comme on le souhaite et elle avait été arrachée une nouvelle fois à cette planète et voilà qu'elle se retrouvait la, debout, lamentable.

C'est alors qu'elle ressentit son bras se libérer. Elle allait pour partir en arrière, n'ayant laisser aucun maintien dans ses muscles lorsque les mains du colonel la saisir et l'amenèrent contre son torse, se refermant autour d'elle comme un écrin protège un bijou précieux. Pourquoi avait-il fait ça ?? Elle était restée droite, surprise par son acte. Ses paroles, comme chuchotées à son oreille, percutèrent directement dans son esprit. Non, elle ne voulait pas prendre ce chemin là, elle ne voulait pas devenir un goa'uld, pas un monstre. Ses bras alors se levèrent doucement, mais elle n'arrivait pas à les empêcher, sa volonté inconsciente était plus forte, et ils finirent par enlacer ce torse si accueillant et protecteur et ils le serrèrent du peu de force qu'ils possédaient encore. Oui, elle s'était blottit contre cette muraille, pas par choix mais par nécessité. Elle avait besoin de se sentir en sécurité et étonnamment, c'était avec lui qu'elle était au mieux.

Au bout de quelques secondes, elle finit néanmoins par se calmer. Cette boule au ventre avait réapparu mais le monstre n'était plus si offensif qu'auparavant. Était-elle redevenu elle-même ??? Elle desserra alors quelque peu son étreinte, portant sa main gauche à son visage en essayant de s'essuyer les joues comme elle pouvait. Voilà, elle était calmée ... Mais elle restait néanmoins collée à ce corps, comme scotchée. La gène allait-elle s'installer ou non ?? Elle regarda face devant elle et tomba sur le cou de supérieur. Quelques petites entailles par ci, par là. Rien de bien méchant, en quelques jours il n'y paraitrait plus rien. Un dernier râle vint accompagné sa respiration, inspirant à fond. Elle posa alors sa main gauche sur le torse de l'homme, reposant son visage contre son épaule. Elle était bien là, comme ça, tout était calme et paisible et ses bras qui l'entouraient avait un effet inattendu sur son rythme cardiaque et sur sa pensée.


"Excuse moi ... Mais ça a été trop ... d'un coup ..."

Oui elle lui devait au moins des excuses. Le pauvre, il venait juste la chercher et voilà qu'elle lui criait dessus et essayait de le frapper. Pourquoi le temps ne pouvait-il pas s'arrêter ??? Non ??? ***** de vie de **** de ******.
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Dim 7 Nov - 4:51

La solitude, le plus vieil ami de Menchu, celui qui était là dès sa naissance et qui ne l'avait toujours pas quitté. Il doutait d'ailleurs qu'il ne s'en débarrasse un jour. Tout jeune déjà, il s'était formé une carapace derrière l'ombre et le silence, l'éloignement et la solitude. Aujourd'hui encore, l'ombre et la solitude étaient des proches. Il passait plus de temps dans ses quartiers à ruminer que tout le SGC réunit, du moins, jusqu'à l'arrivée d'Almie. Là, les choses avaient changés, dans la forme mais pas dans le fond. Si la solitude n'était plus sienne, il avait du silence sa nouvelle compagne, fidèle et pratique, cette nouvelle forme de lutte contre ses démons s'était révélée aussi efficace que la précédente. Il n'avait jamais pensé à s'adapter pour lutter contre son propre esprit, ses craintes et ses cauchemars et son imprudence lui avait coûté cher : son humanité. Aujourd'hui, il n'était plus qu'une ombre, un monstre animé par les restes de ce que fut Menchu Narah. Une seule chose l'empêchait de décrocher complètement du monde humain, de cette réalité à la quelle il appartenait : la méditation. Plongé en son fort intérieur, il avait apprit à combattre ce mal qui le rongeait chaque jour, à le repousser assez loin pour que la folie ne le submerge tout en le gardant assez proche pour s'en servir, en cas d'ultime nécessité. Cette putain de mission était une preuve que le SGC avait besoin de soldat comme lui : des bêtes enragées capable de briser leurs ennemis, quel qu'en soit le prix.

Ses ruminations furent interrompues par une Annabel calmée et de nouveau vivable. C'était pas plus mal, cela allait soulager sa patience. Ce petit bout de femme n'était vraiment pas de tout repos. Elle garda ses petits bras autour de son torse en s'excusant de sa conduite, voulant la justifier. Il eu un pâle sourire en la rassurant :


« Il vaut mieux que tu extériorise, si tu garde, ça va te ronger. C'est pas facile à vivre mais c'est ainsi, malheureusement. »

Il la dépassait d'une bonne tête, ce qui ne semblait pas plus mal vu que la tête de la jeune femme semblait s'accorder parfaitement bien avec son épaule et à dire vrai, ça ne le dérangeait pas, au contraire. Ce contact chaud et humain lui faisait du bien, lui qui en manquait depuis de longues années, commençait à croire qu'il allait se rattraper avec sa subordonnée. D'ailleurs, ça ne risquait pas de lui attirer des emmerdes ça ? Si... Il se sentait comme un motard qui freine en urgence devant un obstacle : l'engin peut être arrêté en quelques instants, le pilote, lui, continue sa course. Ses parties génitales s'écrasent contre la carlingue, ce qui lui fait monter les larmes aux yeux et l'empêchent de voir ce qu'il tente désespérément d'éviter. Autrement dit : on verra plus tard pour les problèmes, une fois lancé, on ne les arrête plus. La meilleure chose à faire était donc de profiter du moment présent et de faire comme il avait toujours fait : vivre au jour le jour et affronter les emmerdes du lendemain avec la même efficacité que ceux d'hier. Il allait devoir acheter des sacs mortuaires supplémentaires si cette relation s'ébruitait...

« On devrait regarder un peu ton épaule... »
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Dim 7 Nov - 5:37

Valait mieux extérioriser. Oui sur le papier ça rendait bien comme idée, pour l'application, il fallait plutôt revoir l'idée. Enfin bref, ce n'était plus le moment d'y penser, pour l'instant elle était bien et elle ne voulait plus se compliquer l'esprit, elle avait déjà été assez agaçante comme ça avec le colonel. C'est alors qu'il parla de son épaule. Hein ?? Pourquoi ?? Elle l'avait un peu zappé à vrai dire mais maintenant qu'il en parlait, oui ça lui picotait un peu ... Elle laissa tomber alors ces bras le long de son dos mais soudain, une alarme retentit dans sa tête. Heuu ... Petit problème. Non, ce n'est pas qu'elle ne voulait pas mais disons qu'elle ne portait que sa combinaison en fait. En partant précipitamment de l'infirmerie, elle avait pris le premier truc qui passait sous la main. Elle releva alors le visage vers son supérieur, un peu réfractaire à l'idée.

"Hum ... Ca va aller ... Je vais y survivre, ce n'est pas grave."

Étrangement, le regard de l'homme avait changé et elle sentait qu'elle n'avait pas trop le choix. Bon ben si il insistait ... Elle aurait essayé de le prévenir ... Elle s'éloigna alors quelque peu de lui et se retourna, se mettant de dos. Elle hésita quand même, penchant son visage en arrière pour être sur ... mais non, il arborait toujours le même air. Elle expira d'un coup, elle était sur qu'elle n'apprécierait pas trop les minutes à venir. Lentement alors, elle porta ses mains à la fermeture éclair en dessous de sa gorge alors qu'elle regardait devant elle fixement. Et au fur et à mesure que sa main descendait, le col autour de sa nuque se desserra. Une fois arrivée au dessous de son nombril, elle porta sa main gauche sur le pan droit de son vêtement et retira son bras de la manche, délicatement, à cause du tiraillement qu'elle ressentait dans ses chairs. Une fois le poignet dégager, elle laissa tomber la manche dans son dos, ce qui découvrit sa peau de l'épaule gauche jusqu'au côté droit de son bassin. Elle replia alors son bras droit sur sa poitrine, cachant au maximum sa poitrine comme elle le pouvait. Sa main gauche passa alors derrière sa tête et vint ramener sa chevelure sur sa clavicule gauche, laissant champ libre sur un bandage carré et quelque peu ensanglantée.

Voilà, elle était à moitié nue devant lui mais il ne lui avait pas laissé le choix ... Elle se racla un peu la gorge, ne sachant que dire dans ce genre de situation. Bon, il allait juste regarder et elle se rhabillerait tranquillement, pas de quoi en faire un plat hein ??? Bizarrement, elle n'était pas vraiment rassurée ...


Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Dim 7 Nov - 6:19

Elle se détacha de lui, lorsqu'il demanda à voir cette épaule meurtrie au combat, saleté de Kull. Ils ont beau viser comme des tanches, il arrive, une fois sur mille, qu'ils touchent leur cible. Et c'était tombé sur Annabel. Bon, c'est vrai, il fallait bien que ça tombe sur quelqu'un, mais pourquoi pas sur lui alors ? N'était-ce pas le rôle du gradé, que de protéger les hommes sous son commandement ? Il savait qu'il n'avait pas fait d'erreur mais ça l'emmerdait quand même, de savoir la jeune femme blessée alors quand elle protesta, il croisa les bras sur son torse, en lui faisant un de ses regards qui imposait une réaction qui allait dans le sens de l'ordre donné précédemment. Elle s'éloigna de quelques pas, se tourna et lui lança un regard pour tenter de lutter contre l'ordre qu'il venait de lui donner mais il ne broncha pas. De toute façon, elle allait enlever la veste, son T-shirt, il regarderait les points et elle se rhabillerait. Minutage de l'opération... Trois minutes ? C'était pas la mort non plus.

Elle prit son temps pour dé-zipper sa veste et lorsqu'un bout d'épaule -nu- fit son apparition, il fronça les sourcils... Non, elle avait que ça ? Non... Elle avait bien du enfiler un T-shirt quand même ?! Et... Non. Merde. Il resta planté comme un con sur ses jambes pendant quelques secondes, à regarder sa subordonnée -il l'avait d'ailleurs oublier, ce détail- se déshabiller. Ce ne fut qu'un raclement de gorge qui l'aida à reprendre pied. Il décroisa les bras, étira un instant sa jambe blessée et s'approcha à pas lent d'Annabel. En temps normal, le Colonel aurait du dire au Sergent de remonter sa veste, qu'il allait l'emmener à l'infirmerie pour que quelqu'un de compétent et qui n'empièterait pas sur sa nudité s'occupe de sa blessure mais non, rien n'y faisait. Il avait beau savoir ce qu'il était censé faire, son corps ne suivait pas les directives envoyées par la raison, mais belles et bien celles envoyées par... Par quoi d'ailleurs ? Bonne question ! Sans réponse, une fois encore. Il s'arrêta à quelques centimètres d'elle, il se frotta brièvement les mains pour les réchauffer légèrement avant de poser la gauche à la base du cou de la jeune femme, la droite alla chercher le coin du pansement. Le contact peau à peau lui vrillait l'esprit en lui renvoyant des images de leur moment d'intimité sous la douche. Il retira sa main droite en soupirant. Connerie, quand tu nous tiens, tu nous lâche pas, hein ? Le sang tapait contre ses tempes alors qu'une boule nerveuse se formait dans son bas-ventre. Il devait retirer sa main gauche, sinon c'était foutu. Mais rien à faire. Et Annabel ne bougeait pas, pas du tout. Il ferma les yeux et tenta de se concentrer sur autre chose : erreur fatale. Fermer les yeux intensifia ses visions claires et précises de cette fameuse douche... Bordel. Encore une belle connerie. La femme est la perte de l'homme et il acceptait son destin d'homme. Sa main fit le tour du cou de la jeune femme et l'instant d'après, ses lèvres s'y posèrent. Connerie.
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Dim 7 Nov - 15:04

Étrangement, elle s'y était attendu à ce sentiment de gêne qui s'était installé en elle. Bon, en même temps, elle aurait pu le prévenir qu'elle ne portait pas de t-shirt en dessous, il aurait peut-être revu sa demande et ... Non, il lui aurait demandé d'aller à l'infirmerie et pour le moment, c'était le seul endroit qu'elle désirait éviter. Bon, il se dépêchait à regarder ?? Elle commençait à avoir un peu froid, elle sentait un léger courant d'air caresser ses longues cicatrices qui recouvraient son dos. Même si ce n'était pas le cas, elle commençait à trouver le temps long, avec son bras cachant au mieux son sein droit et sa main qui maintenait la partie gauche de sa combinaison en place. Elle entendit soudainement un frottement dont elle ignorait l'origine et quelques instants après, elle sentit un contact frais contre sa nuque. D'un coup, tout son corps fut parcourut de frissons. Pourquoi ??? Surement la surprise, la fraicheur du contact ou tout simplement parce que son cou était une zone sensible chez elle ....

Même pas le temps de reprendre ses esprits qu'elle sentit quelque chose lui effleurer la peau au niveau de son pansement. Voilà, son esprit était hors d'usage. De drôles de frissons lui parcouraient l'échine alors que le pansement restait définitivement coller à elle et que la main poser sur sa nuque s'était acclimatée à l'endroit et semblait bien si plaire. Elle prit une grande inspiration qui se voulut longue mais non bruyante, elle cherchait juste à se concentrer sur sa respiration pour remettre en route son esprit. Elle venait de fermer les yeux, baissant légèrement le visage. Non elle ne bougeait pas, elle ne disait rien, à quoi bon et pour faire ou dire quoi ?? Il fallait juste qu'il décolle ce foutu pansement, regarde ce qu'il voulait voir et voilà, elle se rhabillerait et essayerait d'oublier tous ces frissons de plaisirs que le contact d'avec ces mains lui avaient procuré et puis basta. Elle lui renverrai un truc dans la tête pour qu'il s'en aille et elle resterait seule avec ses fantasmes.

Mais pourquoi ça ne se passe jamais comme elle le veut ??? Elle ne voulait pas répéter l'erreur de la douche mais le fait qu'il déplace sa main gauche de sa nuque à son cou, rejoignant ainsi les marques rougeâtres laissées par les doigts acérés du kull, finit d'achever sa raison. Mais il faisait quoi là ??? Si il continuait, elle n'allait plus tenir et elle ferait encore des bêtises. Et soudain, ce fut la fin. Ce qu'elle sentit sur sa nuque, proche de sa cicatrice faite par un petit serpent, lui fit perdre la tête. Ces deux morceaux de peau, lui paraissant si doux, si délicat, légèrement humide, cette moustache et cette barbe naissante lui chatouillant l'épiderme ...

D'un coup, elle rouvrit les yeux après que son cœur ait subitement accéléré sa cadence et son corps se fut enflammé. Elle se dégagea de l'emprise de sa main, se retourna, posa sa main gauche sur le t-shirt du colonel, l'empoigna pour le rapprocher d'elle et l'embrassa passionnément, maintenant son bras droit devant sa poitrine. Que lui prenait-elle au juste ?? Rien, juste comme dans son bureau ou dans la douche, ce besoin physique, de présence charnelle auprès d'elle. C'était plus fort que sa volonté et puis de toute manière, elle s'était déjà laisser tenter une fois, alors pourquoi pas une seconde ??? Sa raison était hors d'usage en même temps, pas d'alarmes dans son esprit pour lui dire que c'était mal et qu'ils n'auraient que des problèmes. Mais qu'importe, après ce qu'elle avait vécut là-bas sur Nebek, il lui fallait bien un exutoire et elle n'était pas en état de combattre un sac de sable.

Elle finit alors par décoller ses lèvres de celles de son supérieur, elle le regardait dans les yeux, d'un regard ardent qui en disait long sur ce qu'elle voulait. A cet instant, plus rien n'existait, plus de vaisseau, plus de kull, plus de grade. Juste un homme et une femme, comme un autre moment dans un certain vestiaire dans une certaine base. Ni une ni deux, cerveau éteint, sens développé à leur summum ... Elle l'empoigna de plus belle au niveau du t-shirt et l'embrassa de nouveau. Tant pis pour les conséquences, la vie était faite ainsi et les règles pouvaient bien aller se faire voir.
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Dim 7 Nov - 18:02

A l'époque de FoxHound, alors qu'il se prenait des remontrances -comme souvent- à cause de son manque de professionnalisme en casernement -il avait trompé les gardes pour sortir- il avait répondu que ses conneries n'étaient toujours que minimes et qui plus est, peu nombreuses. Avançant l'argument qu'il n'en faisait jamais plus d'une à la fois et qu'il attendait toujours de se faire taper sur les doigts pour faire la suivante, avec toujours plus d'ingéniosité... Il avait renvoyé dans ses quartiers, un sourire aux lèvres.

Les choses avaient changées. Maintenant il en faisait plusieurs en même temps et s'arrangeait pour ne jamais se faire griller : il valait mieux, au vu de ses conneries maintenant. Un officier qui couche avec une de ses subordonnée, sous-off'. C'était très, très mauvais. Mais comme avant, les conséquences lui importaient peu, il connaissait les risques, les règles et savait à quoi il s'exposait. Il assumerait, comme toujours. Mais fallait-il encore qu'il soit découvert et ça... Le risque était bien faible et la bêtise trop énorme pour passer à coté. Il l'avait déjà fait et le referait avec le même mépris du règlement. C'était aussi ça, un français.

Le contact de ses lèvres dans le cou de la jeune femme se rompit subitement et là, furtivement, une idée lui traversa l'esprit : s'il se faisait rembarré ? La jeune femme attrapa son T-shirt et l'attira pour l'embrasser avec fougue. L'idée repartit aussi vite qu'elle était apparue. Ils avaient tout deux besoin de chaleur humaine et leur désir commun allait les unir, une nouvelle fois et certainement pas la dernière. Le regard d'Annabel ne laissait aucun doute sur ce qu'elle voulait et ce désir l'attisa, déclenchant un frisson le long de sa colonne vertébrale. Il l'embrassa de nouveau, fougueusement. Ses mains allèrent trouver les fesses de la jeune femme, il les empoigna et la souleva pour la bloquer entre lui et une caisse d'équipement... Il prit garde à ne pas être trop brusque, pour ne pas réveiller sa douleur à l'épaule... Il avait chaud, très chaud.



Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Dim 7 Nov - 18:56

Et voilà, une nouvelle fois, elle avait fait la pire connerie de sa vie, à croire qu'elle était suicidaire. Mais sur le moment, ce petit passage de plénitude, comme si elle se trouvait sur un petit nuage, elle était bien et plus rien ne fonctionnait dans sa tête, le bonheur. Le temps s'écoula trop vite, elle aurait aimé que cela dure jusqu'au retour sur terre ... Insatiable ??? Quel grand mot mais un an plus 6 mois minimum ... Elle aimerait bien vous y voir. Bref, leur étreinte terminée, Annabel s'assit pour reprendre ses esprits et de l'air frais. Elle prendrait bien une bonne douche sur le moment, faut dire que même blessé, cet homme restait très sportif et assez performant. Il faisait chaud, très chaud dans cette pièce, elle ne se souvenait pas d'une telle température lorsqu'elle y était entrée ...

Bref, comme toute bonne chose à une fin, elle chercha du regard l'uniforme du Dédale qui devait trainer dans le coin. Ben oui, les gouttes qui perlaient à la surface de son dos commençaient à lui donner des frissons de fraicheur, elle ne voulait pas se choper une crève. Elle le repéra non loin de la position du colonel. Elle sourit, remettant quelques mèches de ces cheveux en place, certaines collées sur sa nuque ou sur ses joues.


"Tu peux ???"

Elle regardait le tas de tissus des yeux et lorsque l'homme comprit ce qu'elle voulu dire, elle essaya de se relever afin de pouvoir se rhabiller. Mais en prenant appuie sur une caisse, elle la fit basculer et le couvercle s'ouvrit. Elle se retourna alors, se mettant de dos par rapport à son supérieur et plongea la main dans la caisse. Elle en retira un carton rempli de barre énergétique et fouillant un peu plus, sa main tomba sur des treillis militaire. Ah, ca serait plus confortable. Elle ouvrit alors le sachet renfermant un t-shirt, un pantalon, une veste et une ceinture. Se saisissant du pantalon en premier, elle enfila non sans mal mais elle se rendit compte qu'il était un peu trop grand. Ouais, pas le temps de chercher une coupe femme à sa taille. Heureusement qu'une ceinture était fourni. Mais ce fut au moment d'enfiler le t-shirt que cela posa un peu problème. Oui, elle avait réussit à mettre la bras gauche et la tête mais le bras droit posait problème. C'est alors qu'elle sentit une présence derrière elle et une main saisir le tissu. Elle put alors glisser son coude et finir de mettre le vêtement.

"Merci ..."

Bon, ils allaient faire quoi maintenant alors ?? Repartir, tranquillement, chacun de leur côté ?? Non, elle ne voulait pas retourner à l'infirmerie et lui ne la laisserait pas seule ici jusqu'à l'arrivée du Dédale. Et soudain, une question surgit. Elle se retourna alors vers l'homme, le fixant d'un regard interrogateur mais d'un visage tout de même serein. Ben oui, la farandole d'hormones continuait de la maintenir sur son petit nuage et cela, encore pendant quelques minutes.

"Au fait .. T'as fait comment pour me retrouver ???"

Elle se saisit du carton trouvé auparavant, l'ouvrit et prit une barre. Elle avait faim, cette petite séance lui avait creusé l'estomac. Mordant à pleine dent dedans, elle en saisit une et la proposa au colonel, la lui montrant et étant prête à la lui lancer. Ben quoi, fallait bien qu'il reprenne des forces aussi, avec ce qu'il venait de lui faire ...
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Dim 7 Nov - 23:41

La plaisir, le bonheur à l'état pur. C'était ça, le contact humain entre un homme et une femme. Son corps était limite avant d'arriver dans cette salle, maintenant, il se sentait fatigué, ses jambes étaient bien moins solides qu'au début de l'étreinte et sa blessure menaçait de se rouvrir s'il forçait encore. Pourtant, il ne ressentait pas la moindre trace de douleur : son cerveau était toujours en veille. Et c'était tant mieux. Il aura le temps de se creuser le crane sur la suite des évènements plus tard. Le retour vers la Terre sera long te lui laisserait le temps de cogiter, d'ailleurs, il commençait là. Il arrêta donc.

"Tu peux ???" Le jeune homme la regarda et vit qu'elle demandait sa veste, ou en tout cas celle qu'elle portait sur le dos, avant.
« Ouais, attend. »

Il étira le bras pour récupérer le vêtement d'Annabel, et son T-shirt en même temps, tant qu'à faire... Il ne l'enfila pas immédiatement, il avait trop chaud. Son torse se soulevait amplement à chaque respiration, signe incontestable d'une fatigue physique. Mais c'était une bonne fatigue, il en avait besoin, de se sentir épuisé, physiquement éprouvé pour se sentir vivant. Et là, il était furieusement vivant. Annabel savait y faire et se donnait à ce qu'elle faisait... Il se redressa doucement, rajustant son treillis une fois debout. Il remit son holster à sa cuisse. Bah oui, il avait du l'enlever, c'était pas pratique du tout avec. Ça lui serrait la jambe et rendait donc le treillis inconfortable pour ce genre d'exercice, m'enfin, c'était pas fait pour ça, hein ? Il finissait de rajuster son holster quand il remarqua qu'Annabel avait quelques problèmes avec son T-shirt, son épaule étant en cause, il se rapprocha et l'aida à l'enfiler. Il se recula de nouveau et s'étira tel un félin, sa jambe se plaignit et il lui envoya une mesure d'endorphine et elle se rendormit. Oui, en cas de plaisir intense, le corps produit énormément d'endorphine, peut être même plus qu'en cas de douleur ? En tout cas, avec Annabel, il en avait sécrété un sacré paquet... Le mouvement brusque de la jeune femme vers lui indiquait une affaire pressante sur le feu, il tenta alors de se concentrer sans trop réactiver son cerveau et quand elle lui posa sa question, il resta muet quelques secondes avant de répondre, d'un ton mystérieux :

« Je suis un traqueur expert ma chère... Ça fait partie de mes spécialités, de retrouver les gens. »

Il accepta la barre énergétique qui arriva directement dans ses mains, il ouvrit le paquet et un sourire énigmatique pu naître sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Lun 8 Nov - 0:46

Le sourire qu'il arbora juste après avoir répondu à sa question, l'intrigua. Mais sa réponse l'amusa aussi, il jouait l'homme invincible, presque omniscient. Ouais, pourquoi pas, et puis elle n'avait pas l'esprit à contredire cet homme pour le moment. Avalant sa première bouchée, Annabel recroqua vigoureusement dans sa barre, elle avait faim, elle aurait mangé un boeuf entier. Elle se mit alors à rire doucement, se remémorant qu'elle avait toujours les mêmes réactions après ce genre de sport extrême, il fallait qu'elle mange. Elle finit alors par s'assoir sur une caisse et replongea le regard dans celle qui se trouvait ouverte. Que renfermait-elle d'autre ?? Laissant sa main droite pendouiller à l'intérieur, elle remua un peu les objets mais ne trouva rien d'intéressant, enfin pas pour la situation actuelle. Elle reporta alors son attention sur le colonel, regardant son torse se gonfler et se dégonfler au rythme de sa respiration.

Ça se voyait qu'il était un vrai combattant, pas le moindre centimètre carré de sa peau était épargné. Des cicatrices, des tâches, des brulures ... Elle arracha un nouveau bout de sa barre alimentaire, posa son coude gauche sur son genou, sa main soutenant son menton, et analysa le corps de son partenaire. Oui c'est sur qu'elle était tombé sur une belle bête, physiquement parlant. Bien bâtit, ce qu'il fallait là où il le fallait. Bon par contre, pas beaucoup poilu hein ... Un peu dommage, elle aurait bien rajouté quelques marques de vraie bonne virilité sur ce torse appétissant. Insatiable hein ?? Oui vous l'avez déjà dit. Mais en même temps, elle avait le sujet adéquat pour expérimenter tout ce qui lui avait manqué depuis sa capture. D'un coup, elle pensa alors à Joshua et elle détourna le regard, se redressant sur sa caisse, mal à l'aise. Elle l'avait un peu oublié ces derniers temps et bizarrement, elle éprouva comme de la culpabilité par rapport à lui, d'être retourné sur Nebek sans lui et surement aussi par rapport à Menchu. Pourquoi se sentait-elle traitresse ?? Aucune idée, elle n'avait jamais eu ce genre de relation avec Joshua, non, parce qu'il s'agissait d'un attachement beaucoup plus profond et plus fort. D'un coup, elle n'avait plus faim. Elle se releva alors et commença à arpenter la pièce.


"Alors quoi, tu vas me ramener à l'infirmerie maintenant ?? J'veux pas y retourner ..."

Elle croisa ses bras, plus pour masser ses coudes meurtris par les différentes piqures et perfusions, que vraiment pour croiser les bras. Elle ne saignait plus, le sang ayant coaguler. Mais rien que de voir les petits points rougeâtres la fit repartir en direction de cette salle, maintenant détruite, où l'apothicaire la revigorait. Non, plus de piqures, on ne lui injecterait plus rien dans les veines. Elle se retourna alors vers son supérieur, le visage neutre avec une pointe de détermination.


"Me ramène pas là bas ..."
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Mar 9 Nov - 1:53

Menchu, le guerrier, l'insensible, le salopard. Dans une soute à se préoccuper d'un petit bout de femme colérique et énergique. Très énergique. Il essuya les dernières gouttes de sueur sur son visage avant de remettre son T-shirt. Il ouvrit sa barre chocolatée avant de croquer dedans : c'était les seules rations américaines qui n'étaient pas dégueulasses. Il avala vite sa première bouchée pour en avaler une autre. Sa jambe lui faisait un mal de chien. Il chercha du regard un appui et une caisse juste à la bonne hauteur lui tendait les bras. Il alla donc s'y installer, une fois assit sur le bord pour ne pas appuyer sur sa blessure, il poussa un soupir de soulagement. Il tenait sa barre de la main droite, de la gauche, il massait sa blessure. Son attention était toute portée sur Annabel qui passait d'une expression à l'autre, sans suite logique et lorsqu'elle lui demanda ce qu'il comptait faire, il ne répondit pas tout de suite, lui laissant le temps d'énoncer le fond de sa pensée. Elle ne voulait pas revoir une infirmerie. Il acquiesça, compréhensif. Il savait ce que c'était, de ne pas vouloir y mettre les pieds, d'être hanté par l'équivalent pendant la torture. Parfois, la nuit, il sentait encore la douleur, les piqures, la rage, la peur de parler... Il en faisait des cauchemars encore aujourd'hui.

« A une condition. Il fit son affaire à la barre chocolatée, plia le papier entre ses doigts, le fourra dans ses poches et reprit : Je vais y passer, prendre de quoi soigner ta plaie et je m'en occuperais. »

Il était sérieux. Ses soins ne seraient pas aussi précis que ceux des médecins mais au moins, elle en recevrait. Il fallait une contrepartie à tout et même si ce n'était pas sa spécialité, loin de là, il avait assez souvent les blessures de ses gars et les siennes pour savoir s'y prendre maintenant. Son rayon, c'était l'extermination, le meurtre, quel que soit la distance, le nombre, le type d'ennemi. Mais pour être un bon assassin, il fallait connaître sa cible et l'anatomie de celle-ci. Le corps humain n'avait que peu de mystère pour lui, son fonctionnement, ses réactions sous diverses pressions, blessures... Il était aussi calé en psychologie, ce qui l'aidait grandement pour la traque. Il était une arme, une bête de guerre.

« Ça t'vas comme deal ? »

Une pensée le traversa alors : il avait déjà essayé de regarder sa blessure et ça avait finit de manière assez chaude. Une bouffée de chaleur l'envahit et il détourna le regard, le portant vers le plafond le temps d'évacuer l'excitation qui recommençait à le prendre d'assaut. Quand ce fut fait, après une longue minute, ses yeux revinrent dans ceux d'Annabel, une curieuse lueur de malice au fond de ses pupilles vertes.

« Mais je tâcherais d'être plus professionnel. »
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Mer 10 Nov - 0:49

Attendez là ... Il lui avait bien proposé de la soigner ??? Heu, pause !! Elle était un peu perdue sur le coup. L'homme le plus bestial, instinctif et suicidaire qu'elle connaissait, allait mettre des gants et se faire attentionné, doux et ... Oula, drôle de sensation ... Mais pourquoi s'investissait-il autant avec elle ?? Oui, ça se voyait que ça la perturbait un peu mais bon, c'était soit ça, soit l'infirmerie ... Comme d'habitude, pas trop le choix hein ... Néanmoins, ça ne l'empêchait pas de ne rien y comprendre, les relations humaines décidément, ce n'était pas son fort. Elle allait pour lui répondre quand il détourna le regard vers le plafond. Heu, encore pire pour sa compréhension. Bon oui, elle n'avait jamais été doué avec les hommes, c'était un fait avéré, mais là, elle était complètement paumée. Ah enfin, le voilà qui revenait vers elle et ajouta son petit commentaire. Bizarrement, elle ne put retenir un gloussement d'amusement. Plus professionnel pour s'occuper de sa blessure ... oui, bien sûr. Elle hocha plusieurs fois de la tête tout en essayant de ne pas éclater de rire.

"Oui, ça me va ..."

Elle le regardait, les yeux riant, un peu étrange vu son humeur à l'arrivée de l'officier quelques temps auparavant. C'était même un moment un peu décalé, comme hors du temps et de l'espace. Lui, le militaire invétéré, décontracté et ampli de malice, elle la foldingue colérique, souriante et rieuse. Ils s'étaient bien trouvé ces deux là en fait n'est-ce pas ?? Oh et puis il ne faudrait surtout pas oublié l'effet des opiacés et des hormones dans ce jolie cocktail. Elle finit alors par se rapprocher de l'homme, l'air un peu joueur, et elle se rapprocha et rapprocha encore, jusqu'à se tenir droite devant lui, le bout du nez à quelques centimètres du siens, le fixant intensément dans les deux émeraudes qu'il possédait à la place des pupilles. Elle s'humecta alors les lèvres, posant ses mains sur ses avant-bras.

"Fais vite alors, il ne faudrait pas que ça s'infecte ..."

Pourquoi jouait-elle ainsi ?? Juste qu'elle avait envie de le faire, avec lui, à ce moment précis. Peut-être pour rentrer dans son jeu ou peut-être pas. Dieu seul connait la réponse n'est-ce pas. Elle esquissa un mouvement de tête vers l'avant, assez subtile, mais assez perceptible pour le gradé. Elle se recula alors d'un coup, tout sourire et se dirigea vers l'endroit où il l'avait trouvé à son arrivée dans la pièce.

"Je vais t'attendre ici bien sagement alors ..."

Elle le regardait telle une petite fille, contente de ce qu'elle venait de faire, presque fière. Il finit tout de même par réagir et il n'eut pour seule réponse qu'un sourire énigmatique de la part de la jeune femme. Elle s'assit alors contre le mur, par terre, et attendit que l'homme quitte la pièce. Elle resta là alors, seule, cogitant encore sur cet homme spécial, mais terriblement attrayant et attractif. Et doucement, alors que les secondes s'écoulaient, ses yeux se fermèrent. Oui, juste les fermer pour se reposer un peu, après tant d'émotions ...
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Mer 10 Nov - 1:54

La situation était décontractée et les deux militaires réussirent même à rigoler de leur connerie, même si celle-ci pouvait leur apporter de nombreux problèmes. Ça faisait du bien, d'être détendu pour une fois et Annabel semblait s'être prise au jeu. Elle s'approcha, joueuse, s'approcha encore et elle s'arrêta si près qu'il pouvait sentir sa respiration. Il ne bougea pas, gardant ses yeux plongés dans ceux de la jeune femme, il sentait l'excitation qui commençait à le regagner. Si elle continuait à le regarder comme ça... Il allait lui sauter dessus. Si la jeune femme était capable d'être à la limite du supportable, elle semblait aussi capable de jouer de ses charmes, simplement mais efficacement. Lorsqu'elle s'humidifia les lèvres et se rapprocha presque imperceptiblement, il voulu allez à la rencontre de ses lèvres qui le tentait horriblement mais elle s'éloigna brusquement, le laissant sur sa faim. Il poussa un soupir silencieux en la regardant s'éloigner.

« J'vais tâcher de faire vite. »

Il descendit de sa caisse, un clin d'œil et il était dehors. Le gradé connaissait bien le Dédale et en l'espace de quelques minutes, il fut à l'infirmerie, il réunit des compresses, du fil, une boite d'aiguilles, du désinfectant et quelques autres babioles. Il s'arrêta vers Almie, le temps de la rassurer et de lui dire de rester tranquille le temps qu'on le lui demandera. Elle contesta, voulant rester avec lui mais finalement, elle s'inclina devant la volonté de son mentor. Un infirmier voulu l'accompagner pour apporter les soins au Sergent Spence, mais le gradé refusa catégoriquement, prétextant que la jeune femme n'était pas à l'aise avec les personnes n'ayant pas prit part à la mission. Ce qui n'était pas tout à fait faux, mais pas tout à fait vrai non plus. Ces pertes de temps à l'infirmerie lui firent accélérer le pas sur le retour. Oui, il était pressé, et alors ? Il restait un être humain, au final. Même s'il était considéré par la plupart des gens comme une bête -lui le premier- il avait quelques petits cotés d'un être humain. Surement du à l'éducation de sa mère, avant qu'il ne tourne mal. Il en profita pour contacter Jason, lui affirmant que Spence avait juste besoin d'un peu de solitude et que sa santé physique -et mentale- n'était pas en train de flancher.

Lorsqu'il arriva près de l'entrée de la salle, un frisson glacial parcouru sa colonne vertébrale, immédiatement, il colla son dos au mur et posa une main sur son SOCOM. Il s'approcha à pas rapide mais silencieux de la porte : il entendait la voix d'Annabel, et celle d'un inconnu. Quelqu'un dans cette partie du vaisseau ? Dans cette salle de stockage ? Y avait combien de chances que ça arrive ? Pas des masses... Mais forcément, c'est arrivé. Il relâcha la pression sur son arme de service et entra dans la pièce en faisant claquer ses rangers sur le sol lustré du vaisseau. Il prit un rythme mesuré et arriva devant Annabel, et un homme, en uniforme du Dédale. Il ne dit rien, l'air grave et sévère. Il devait savoir qui était cet homme et ce qu'il faisait ici : il était une menace potentiel.
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Mer 10 Nov - 21:11

Le doux pays des rêves. Ben oui finalement, fermer les yeux lui avait été fatal. Après la mission, la blessure et la séance de sport, son corps avait dit stop et s'était mis en pause rechargement. De quoi rêvait-elle ?? Toujours de la même chose en fait, vu sous différents angles tout simplement. Parfois il s'agissait d'un jaffa qui la poursuivait et finissait par la rattraper, d'autres l'apothicaire qui ne cessait de lui enfoncer des choses dans le corps alors qu'elle se trouvait attachée, ou encore la mine qui la faisait courir dans tous les sens. Et parfois, des rêves complètement délirants, sans queue, ni têtes, sorties d'on ne sait où, d'un film, d'une rencontre, d'une musique, des rêves quoi ... Pour le moment, elle courait. Où ?? Pourquoi ?? Rien à faire, fallait courir. Et puis d'un coup, un jaffa était là et lui tapotait l'épaule avec un rythme saccadé. Mais qu'est-ce qu'il lui voulait celui là ?? Et tiens, un retour de poing dans la tête !! Sauf que lorsqu'elle sentit une douleur dans son bras, elle se sentit comme propulsé en avant et le réveil fut dur, très dur.

Un homme se tenait accroupit devant elle, se tenant le nez de ses deux mains jointes. Elle se sentait mal, elle avait envie de vomir, des frissons de fièvres et de froid l'envahissant. Vous savez, cette sensation qui vous prend quand vous allez vomir, mais que rien ne veut sortir, que vous êtes au bord de l'évanouissement, mais que le corps refuse le black out complet. Cet état entre deux, ce bout de temps qui vous rend malade et qui vous piège. Elle voulut essayer d'essuyer la sueur naissante sur son front mais son bras droit ne bougea pas, elle sentait comme un contact humide et poisseux dans son dos. Elle commença alors à prendre de grande inspiration, absorbant tout l'air possible autour d'elle. L'air frais lui faisait du bien en inondant sa cage thoracique. Mais qui c'était ce mec ?? Que lui avait-il fait ?? Et puis cette envie de tout vomir alors qu'elle n'avait rien dans l'estomac ...


"Calmez-vous ..."

L'homme avait fini par lâcher son nez, devenu bien rouge subitement. Il avait un uniforme du Dédale, mais que faisait-il là ?? Et Menchu, il était où ?? Elle le chercha du regard mais personne. L'homme essaya de s'approcher mais Annabel fit un mouvement de recule, même si elle avait le dos collé au mur, toujours prenant de grande inspiration. Mais elle finit par tousser. Voilà, elle allait faire sortir ce qui voulait et après elle irait mieux ... Et non ... *****

"Je vais pas vous faire de mal, calmez-vous ..."
"Comment ... Pourquoi vous êtes là ??"
"C'est plutôt à moi de vous le demander non ??"

C'est alors que l'homme se rapprochait d'elle afin de l'aider à se lever, la porte de la pièce s'ouvrit et laissa place au colonel. L'homme lâcha alors la jeune femme, lui tirant légèrement sur le t-shirt et se redressa d'un coup en direction du colonel alors qu'il arrivait sur son côté, avec son légendaire air grave et sévère. Dans la précipitation du jeune homme, Annabel était retombé de quelques centimètres et son dos avait tapé contre le mur et lui fit vriller des yeux. Décidément, de ce réveil, elle s'en souviendrait. La sensation de mal être avait presque disparut mais d'avoir maltraiter son épaule une nouvelle fois, les sueurs froides revinrent. Elle porta alors sa main gauche à son bras droit et se rendit compte que son t-shirt avait été tiré sur le côté, découvrant sa clavicule. Oui, surement dans un faut mouvement. A voir l'air du gradé, le jeune soldat se retourna vers la jeune femme, puis l'air paniqué revint vers le gradé.

"C'est pas du tout ce que vous croyez hein ... je l'ai trouvé là, derrière une caisse tombée à la renverse ... J'ai rien fait de mal !"

Voilà, il s'imaginait déjà trainer devant la court martiale. Annabel reprenait ses esprits, et la pleine capacité de son corps. Elle regarda alors le colonel puis ses yeux se baissèrent vers le matériel de l'infirmerie qu'il tenait dans les mains. Ben là, elle refuserait pas des petits soins pour le coup ... Et puis un petit peu d'aide aussi pour se redresser et se relever.

"T'arrive toujours au bon moment ..."
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Mer 10 Nov - 22:01

Y avait certains bons points à mêler crainte, respect et mystère pour le commun des mortels. Peu de gens vous contredisait et personne n'arrivait à ignorer votre présence. Ce militaire du Dédale n'était pas une exception et, voyant le visage du français, s'était immédiatement mit au garde à vous, en temps normal, le gradé lui aurait dit de se mettre au repos, que ce n'était pas nécessaire... En temps normal. Il ne lui dit plus non plus de se mettre au repos mais le blanc-bec en prit tout de même l'initiative, visiblement paniqué. Annabel était dans le vague et sa manche tirée pouvait indiquer de bien mauvaises choses pour lui. Il tenta de se justifier, vainement. Le gradé savait déjà ce qu'il y avait à savoir, ou en tout cas, il s'en doutait. Annabel avait fermé les yeux lorsqu'il était partit et elle avait l'air dans le brouillard, ce qui indiquait qu'elle s'était endormie. Lui, avait prit un sale coup sur le nez, au vu de sa couleur rougeâtre et il tentait visiblement d'aider la jeune femme à se relever quand le gradé était arrivé, donc... Elle s'était endormie, il était arrivé, l'avait réveillé alors qu'elle faisait un cauchemar et c'était logiquement prit une patate en guise de réponse. Magnifique esprit de déduction, n'est-ce pas ? Il venait tout droit de l'apprentissage de la traque, ou il avait apprit à penser comme sa cible lorsqu'il la pistait. C'était maintenant le moment d'imposer sa force, pour faire plier l'adversaire le plus vite possible.

« Soldat, je ne vous ai pas autorisé à vous mettre au repos. »

Sa voix froide sembla faire son œuvre en faisant frémir sa cible. Il l'oublia alors complètement, en allant vers Annabel pour l'aider à se relever, doucement. Il avait posé le sac médical par terre avant d'attraper le bras valide de la jeune femme d'une main et de caler l'autre dans son dos, il usa de sa force retrouvée pendant sa balade à travers les couloirs pour la soulever sans problème. Lorsqu'elle fut debout, il profita d'être dos à l'intrus pour faire un clin d'œil complice à Annabel. Il se tourna alors de nouveau vers le militaire, l'air de nouveau sévère.

« Nom, grade, matricule. Il revint vers sa position initiale, pour couvrir l'unique point de fuite de la salle. Et dit moi ce que tu fais là aussi, tant qu'on y est. Cette salle contient principalement les rations de survie d'urgence du vaisseau et comme il n'y a pas d'urgence, c'est soit que que tu viens chercher une des pièces de rechange, ce qui m'étonnerait aussi, soit que tu es venu piquer quelque chose... Alors ? »

Le français lia ses mains dans son dos, l'air inflexible. Voyons la réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Mer 10 Nov - 22:55

"Longleaf, Soldat première classe, 1495863.08"

Ben oui, devant un colonel, on ne fait pas vraiment le malin. Et puis la situation n'était pas vraiment à sa faveur, quoi qu'à y regarder de plus près, qu'est-ce que cette fille faisait là ?? D'ailleurs, une fois relevée, Annabel vint s'assoir sur une caisse, essayant de reprendre son souffle mais le fait d'avoir donné quelques coups à son épaule lui avait retourné les entrailles. Pourquoi Menchu prenait-il ainsi plaisir à maltraiter ce jeune homme ?? Mais son clin d'œil l'avait persuadé de se taire et de le laisser faire. Elle commença à se masser la main droite, les sensations lui revenant et vu la couleur de son nez, elle n'avait pas du y aller de main morte. Peut-être pour ça qu'elle avait si mal à sa blessure ... Elle espérait seulement qu'elle ne saignait pas trop. Le colonel avait repris sa place d'homme fort et imposant, intimidant et presque effrayant.

"Je suis chargé des tours de garde dans les zones de stockage Colonel. Je faisais ma ronde quand j'ai entendu une sorte de sifflement."

Il ne put s'empêcher de fixer du regard la jeune femme qui était un peu perdue sur le moment. Pourquoi il la regardait comme ça ??

"Au début j'ai cru qu'il ne s'agissait que du frottement de l'air contre la carlingue mais plus je m'avançais, et plus ce sifflement était distinct. C'est comme ça que je l'ai trouvé ..."

Attendez là ... Était-il en train de dire qu'elle avait ronflé ??? Non, il parlait de sifflement ... Oui ben c'était ça, elle respirait très fort quoi ... L'air choquée par une telle révélation, elle resta à regarder le soldat, interloquée, avant de regarder de nouveau son supérieur.

"Mais ... Je me suis fais étrangler par un kull !! C'est normal que je fasse du bruit !!"

Non, c'était presque une insulte, surtout devant Menchu. Elle détourna alors le regard, vexée, préférant se concentrer sur sa blessure qui commençait sérieusement à la piquer. Elle se pencha alors et se saisit du sac rapporter par Menchu, resté au sol. Le soldat resta droit, le colonel ne lui ayant pas donné l'ordre de se mettre au repos mais ça ne l'empêchait pas de cogiter. Annabel elle fouillait dans le sac à la recherche du moindre truc qui pourrait faire cesser ces picotements désagréables et surtout un nouveau pansement, elle sentait déjà le t-shirt lui coller au dos.

"Permission de parler librement ??"
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Jeu 11 Nov - 19:55

[Radio]« Marks ? »
-Colonel ?
« Le soldat de première classe Longleaf est bien membre du Dédale ? Son matricule est 1495863.08. »
-Affirmatif, il est assigné aux unités de sécurité du vaisseau, un problème ?
« Non, c'était juste pour vérifier... Narah, terminé. »[/Radio]

Le français avait gardé son regard fixé sur Longleaf pendant l'échange radio avec Marks. Il avait été peu de temps sur le Dédale et ne connaissait donc pas tout les hommes -et femmes- y étant affectés. Il acquiesça pour lui-même. Il remit sa radio à sa ceinture et ne fit aucun commentaire sur le « sifflement » qu'émettait Annabel en dormant. En d'autres circonstances, il en aurait rajouté une petite couche pour la forme mais là, il se devait de la jouer fine pour que des rumeurs ne circulent pas dès aujourd'hui dans le vaisseau et donc demain au SGC. Il croisa ses bras plein de cicatrices sur son torse large, les sourcils légèrement froncés.

« Repos. »

Suivant les ordres à la lettre, en bon petit soldat, Longleaf se détendit. Le gradé gardait sa posture rigide, symbole de puissance et d'autorité. Le rapport de puissance était clair, il avait le dessus et le militaire du Dédale devrait la jouer finement face à un français passablement énervé, visiblement.

« Fait donc, qu'est ce qui t'arrive ? »

Il devait éviter de trop regarder Annabel, ça pourrait les trahir. Il s'autorisa tout de même un regard, pour voir ce qu'elle faisait : elle fouillait dans le sac, à la recherche d'un quelconque objet qui semblait avoir toute sa concentration. La douleur s'était-elle réveillée ? Longleaf avait une bonne raison d'être ici, de part sa ronde, Annabel, moins, lui, encore moins. Même si il pouvait bien faire ce qu'il voulait, la situation actuelle restait assez dérangeante, surtout de par la présence d'Annabel.
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   Jeu 11 Nov - 22:46

Le colonel lui avait enfin permis de se mettre au repos et lui demandait ce qu'il voulait. Il hésita tout de même avant de parler, au risque de représailles venant du gradé. Il regardait la jeune femme cherchée dans le sac il ne savait quoi. Puis il regarda de nouveau le colonel.

"Comme je suis chargée de la sécurité des lieux, il me faut savoir ce que vous faites ici. Sinon je devrais rédigé un rapport ... Pour expliquer la caisse à terre et le fait qu'il manque des affaires dans les stocks ... "

Il avait des ordres et des responsabilités et il espérait que le colonel pouvait le comprendre. Annabel arrêta alors un moment de fouiller dans le sac, désespérant de n'y trouver un cachet pour la douleur, et regarda le militaire. Elle posa alors le sac sur le côté, elle devait faire quelque chose parce que ça sentait les problèmes tout ça, surtout en ayant entendu le mot rapport ...

"Sergent-Major Spence. C'est de ma faute, je suis partie de l'infirmerie ... Et c'est moi qui ai fouillé dans la caisse, j'ai pris deux barres dans un carton et les vêtements que je portes. Vous n'avez qu'à le signifier, j'en prend l'entière responsabilité. Le colonel m'a retrouvé mais j'ai refusé de lui obéir, il a été assez compréhensif pour ne pas m'obliger à retourner à l'infirmerie, d'où le sachet que vous voyez à mes pieds. Pour le reste, ceci n'est pas de votre ressort. Si il y a des problèmes, réorientez les vers moi."

Elle espérait que le colonel ne viendrait pas mettre son grain de sel, elle assumait la situation, après tout, c'était elle qui l'avait créée. Un rictus apparut au coin de ses lèvres, en y repensant, sa blessure à l'épaule lui piquait de plus en plus. La raison lui commandait de retourner à l'infirmerie pour se faire soigner convenablement mais non, pas possible, sa logique le lui interdisait. Il fallait que le militaire s'en aille, le colonel la soigne un minimum.

"Si il y a autres choses soldat, n'hésitez pas, sinon finissez votre tour de ronde."

Elle ferma alors les yeux, la douleur lui montait à la tête. Comment Menchu faisait-il vu ce qu'il avait vécut avec le kull ?? Elle avait subit les coups de fouet nombre de fois mais là, elle ne savait pourquoi, ça la remuait de l'intérieur, surement le fait d'avoir pris des coups dessus ou d'avoir fait trop d'efforts d'un coup. Le soldat cherchait mais il ne trouvait rien. Il regarda le colonel et ce dernier finit de le convaincre de s'en aller.

"Colonel, Sergent ... Je vais néanmoins prévenir le colonel Turner ..."

Il fut interrompu par le colonel qui précisa que le commandant du Dédale était déjà au courant de leur présence dans cette pièce. Ne sachant plus que dire, le soldat salua le gradé et sortit de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
----------------

----------------
----------------



MessageSujet: Re: L'enfer n'est jamais la fin [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'enfer n'est jamais la fin [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mission Stargate ::  :: ~ Archives ~ :: Dédale-