Mission Stargate
Bonjour et bienvenue sur Mission Stargate, l'une des références des forums basés sur l'univers de la célèbre série Stargate SG-1 !

Inscrivez vous sans plus attendre en entrant un nom et prénom valides ! Créez ensuite la présentation de votre personnage (à l'aide de la fiche de présentation type) afin de commencer cette superbe aventure !

Délires, ambiance et émotions assurés sur Mission Stargate Wink
On vous attend !
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

๏ Le forum a 9 ans !! || Version 5.9 || Le Staff de Mission Stargate vous remercie de votre fidélité ! ๏


 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Josh Reynolds
----------------
avatar
----------------
Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 7724

Arrivé au SGC : 13/01/2009

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
645/3200  (645/3200)

MessageSujet: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Dim 15 Mar - 4:53



PJ :
(Colonel) Boba Fett
(Lieutenant) Josh Reynolds
(Sergent) Cara Mallory
(Soldat de 1ère classe) Leon Smith
(Responsable des scientifiques) Michael Anderson

(Docteur) Paul Parfait
(Caporal) Ryan s'Fallen
(Technicien supérieur) Thomas Sincet
(Infirmier) Charlie Hawkins
(Visiteur) Méta
(Intrus) Thena Khoomi


PNJ :
(Major-général) Jack O'Neill
(Major) Bartlett
(Lieutenant) Groff
(Sergent) Matheson
(Caporal) Lannan
(Soldat de 2e classe) Boone
Myrthal
Delmak
Jerry
Tom
Joe
Philae


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les tirs fusaient dans tous les sens. Des tirs d’énergie, mais aussi des balles, dans un couloir bien trop long pour permettre d’avancer sans se faire abattre. Les troupes de Tonatiuh étaient présentes en nombre, et barraient le passage avec une efficacité étonnante. Leurs opposants n’étaient toutefois pas en reste : si l’énergie déployée par une lance serpent traversa le no man’s land en une petite seconde et atteignit parfaitement sa cible, aucune blessure ne fut dommageable. Le plastron blanc du colosse absorba le tir sans problème, et le combat continua sans aucune différence. Il fallait dire que ce fameux colosse, « Méta », était doté d’une armure comparable à celle des guerriers Kulls. Plus vivant, et plus réfléchi, lui était néanmoins capable de prendre ses propres décisions, et s’il hésitait il pouvait toujours compter sur ses camarades de front : à côté de lui, 35 centimètres plus bas, se tenait Thena Koomi, une autre extraterrestre dont il valait mieux ne pas arrêter son impression à sa taille, à moins qu’on voulût absolument se prendre une raclée. Quelques mètres plus long, l’autre costaud de la bande : s’Fallen, un militaire entraîné, représentant de l’U.S. Air Force – Terre. Car oui, tous travaillaient pour la Terre ; en particulier le fringant Sincet, homme de Culture par excellence, et Hawkins, un médecin de terrain déjà en proie à un problème de taille : soigner une plaie sous des tirs nourris, qui ne s’arrêteraient qu’une fois tous les responsables neutralisés.  La blessure, une brûlure relativement superficielle mais étendue, était située sur le biceps gauche de l’homme à la tête de l’équipe. A cette heure, Paul Parfait n’était plus vraiment parfait, mais le problème eut tôt fait d’être contenu, maîtrisé, et bientôt reporté.

Lorsque la fusillade se termina, tous purent sortir des caisses qui jonchaient le passage et derrière lesquelles ils s’étaient protégés. Une avancée prudente était nécessaire, mais la menace semblait s’être temporairement atténuée. Tous les sbires de Tonatiuh étaient morts – ou plutôt, tous ces sbires. Des renforts arriveraient très bientôt des autres niveaux, et étant donnée la taille du vaisseau, qu’ils avaient abordé avec un Tel’tak camouflé, ils ne pourraient pas tenir indéfiniment si tous ses occupants décidaient de se joindre à la fête. Aussi, la console de commandes atteinte, toutes les portes furent fermées et verrouillées ; cela les retarderait suffisamment longtemps pour récupérer ce pour quoi ils étaient venue. L’objet en question ? Un cristal de données qu’un étrange informateur leur avait récemment indiqué, et qui, d’après lui, les aiderait forcément à vaincre Tonatiuh. Restait à le trouver.

A présent que les accès étaient sous contrôle, seuls quelques perturbateurs étaient encore présents pour une tentative désespérée d’arrestation. La progression était relativement calme, et bien qu’on entendît bientôt toute une troupe de soldats de l’autre côté d’une porte latérale, pour l’instant ils étaient tranquilles. Et ce fut en suivant ce long corridor à l’habituelle décoration Goa’uld qu’ils touchèrent au but : devant eux, une grande salle circulaire, haute de plusieurs mètres, correspondait à la description qu’on leur avait faite. Deux scientifiques tentèrent un meurtre, mais sitôt éliminés l’équipe terrienne était seule. Elle découvrit alors, au milieu de la pièce, un ordinateur Goa’uld dont  l’immense écran illuminait les murs. Au-delà, surélevée par un escalier en pierre, trônait majestueusement la Porte des Etoiles embarquée par Tonatiuh, avec quelques mètres avant le DHD qui y était associé. Sous l’ordinateur, dans ce qu’on pouvait qualifier de ‘tiroir’, il y avait de nombreux cristaux de contrôle, semblables à ceux qu’utilisaient les terriens dans leurs propres vaisseaux – et ce n’était pas étonnant puisque les terriens avaient directement récupéré cette technologie des Goa’ulds. Mais il y avait aussi autre chose : en marge de ces cristaux figurait, d’un bleu étincelant, une sorte de sphère cristalline. C’était ça. Mais il n’y avait de place pour aucun doute : il fallait être sûrs, et donc vérifier. Heureusement l’ordinateur était là pour ça ; ce ne fut qu’à ce moment que leurs ennemis refirent surface.

Ils avaient de toute évidence déjà forcé les portes, et avançaient sur eux avec une détermination totale. D’abord le bruit des bottes, puis les tirs : la bataille reprenait.
Analyser des données sous pression était quelque chose de délicat, mais ce fut finalement fait : le cristal contenait en fait des informations sur une faille. La faille d’un bouclier, celui qui protégeait un vaisseau bien plus performant que celui dans lequel ils se trouvaient à ce moment. Et ils étaient bien placés pour le savoir, car ils étaient déjà montés à bord du vaisseau en question. Sept mois auparavant, on leur avait remis ce cristal – ce même cristal. C’était une mission qu’ils avaient déjà accomplie, et qui n’avait finalement aucune raison d’être encore aujourd’hui…
… A moins de se rendre compte de ceci : ils étaient piégés, toute leur retraite était coupée, et ils avaient à leur disposition une Porte des Étoiles et, dans le sac de Sincet, un mécanisme de voyage dans le temps… Que leur avait-on dit… ? – P3X-127, le 13 mars, dix ans auparavant…



Mission Stargate et Stargate Zone présentent

« Ab ante »,
Première partie.


>>> Suite <<<


Le vortex tordait l’espace ; celui-ci tordait aussi le temps. A travers les étoiles, à travers les souvenirs, à travers les réflexions et les batailles, à travers tout ce qui faisait le Service de Défense Terrien… Ressuscitant les morts, défaisant tout ce qui avait été fait, c’était un voyage brusque, froid et mouvementé, de précisément trois secondes et demie. Et quand ils en sortirent, ce fut en un roulé-boulé glaçant.

Le paysage était verdoyant. La Porte des Étoiles était située sur un terrain dégagé, au bout d’un chemin dallé qui annonçait d’ores-et-déjà la présence, non loin de là, d’une certaine civilisation. A la lueur du soleil, la journée était déjà bien avancée, et le soleil se coucherait bientôt. Il fallait donc avancer, explorer, et se souvenir.

On avait déploré une bataille, on avait pleuré des morts ; on avait discuté de Janus, on avait parlé d’Anciens ; on avait évoqué une cité, on avait mentionné un laboratoire. Surtout, on avait donné cette sphère cristalline, et on avait été là. En se rappelant bien, « on » désignait cinq personnes ; des terriens, assurément. C’était une équipe essentiellement composée de militaires, qui mettrait bientôt pied ici – à moins qu’elle fût déjà là. Tous portaient les anciens uniformes terriens, ceux du SGC car, à cette époque, c’était bien le Stargate Command qui dirigeait le Programme « Porte des Étoiles ».
Il fallait les retrouver.

Le chemin de pierres, bordé de quelques rares arbres, menait à un village au style moyenâgeux, à dix minutes de marche de la Porte. L’architecture était principalement en pierre, avec quelques édifices surélevés dont une église, une tour et un espèce de manoir, tous parfaitement entretenus. Le village, au pied d’une montagne, était par ailleurs ceint de remparts, et si la surveillance était faible, on s’aperçut néanmoins rapidement de leur arrivée. D’abord trois ou quatre, une quinzaine de personnes vint finalement les accueillir à l’entrée du village. Quelques épéistes, mais malgré une certaine méfiance, ils ne semblaient pas hostiles. En tout cas, pas celui qui était à la tête du cortège :


« Bienvenue, étrangers ! Je suis Myrthal, maire de ce village ! Bienvenue, bienvenue. Il salua tout le monde un à un, leur serrant chaleureusement la main – il jeta toutefois un regard beaucoup moins chaleureux sur Méta, il fallait l’admettre –, puis reprit. Eh bien, dites-moi, d’où venez-vous comme ça ? On ne vous a jamais vus par ici. Êtes-vous passés par le Grand Anneau ? »

Myrthal était attentif à ceux qui devinrent vite ses hôtes, et ce fut bientôt sur le marché, sur la place du village, qu’ils entretinrent la discussion. Leur offrant fruits et légumes de variétés plus ou moins douteuses, il leur présenta Delmak, le nouveau bibliothécaire du village, parce que :

« […] l’ancien est mort de vieillesse il y a peu. C’est bien évidemment une fierté, et il faut continuer de vivre. Vivre de cette manière : entre gens de Culture, simples mais civilisés. »

Et quand on s’intéressa à l’histoire du village, la réponse fut aussi simple :

« Nous sommes tous les héritiers d’une culture très ancienne. Aujourd’hui les traces de cet héritage ont pour dire disparues, mais l’esprit est là. L’art, l’architecture, le culte de la connaissance… Tout cela, c’est eux qui nous l’ont transmis.

– Pourquoi cette culture vous intéresse-t-elle, étrangers ? poursuivit Delmak, humble. Nous avons tous notre héritage ; je trouve étrange de faire un si long voyage pour comprendre celui des autres, quand on ne comprend pas déjà le sien.

– Ne sois pas si méfiant, Delmak. Leurs bagages ne semblent pas remplis de malheur, n’est-ce pas ? Ils sont curieux, c’est normal. D’ailleurs, je vais vous montrer quelque chose ; venez. »

Enthousiaste, Myrthal les emmena au manoir. Les marches de pierre gravies, ils entrèrent dans ce qui était finalement la mairie du village. A l’intérieur, un escalier central qu’ils montèrent aussi, pour arriver, sans quitter le hall, devant une grande fresque peinte avec précision et minutie. On y voyait le Grand Anneau, d’où débarquaient une dizaine d’hommes ; la construction d’une cité, aux parois lisses et enluminées ; une vie calme, faite de recherches et de méditation, et le départ pour quelque chose de plus grand et de plus haut ; la construction du village, peu après, et l’exploitation des ressources de la montagne ; et enfin la vie actuelle, faite de Culture et de cultures, et l’héritage pour lesquels les habitants vouaient un culte.

« Je n’ai jamais traversé le Grand Annneau, mais Naskao Velsaen est un endroit vraiment à part. Je le sais. Les voyageurs qui parfois viennent à notre rencontre sont… différents. Ils se sentent libres, indépendants, mais ils n’ont pas de racine. Nous, nous en avons ; nous sommes liés à cet endroit. »

Ce fut tout ce que Myrthal leur dit à ce sujet : bientôt une servante vint l’informer d’un conflit d’intérêts entre un marchand de bêtes et un vendeur de pommes, et sa présence était grandement sollicitée pour régler le conflit. Le maire les laissa donc libres de se promener, et de comprendre le fameux « esprit » du village. Libres de mener leurs recherches, et de découvrir l’héritage de cette ancienne civilisation.
Libres de trouver le laboratoire de Janus.


>>> Suite <<<


Leurs recherches prirent toute la soirée, sans succès. Ils eurent allègrement le temps de faire le tour de tout le village, mais il n’y avait rien de ce à quoi ils pouvaient s’attendre par rapport à ce qu’ils connaissaient des Anciens. De nombreux villageois vinrent à tour de rôle les distraire, curieux d’en apprendre davantage sur les visiteurs qui les avaient rejoints un peu plus tôt, leur faisant peu à peu perdre un temps précieux. Parmi ces personnes, Jerry et Tom furent les premiers à les inviter à manger, et finalement à dormir dans leurs maisons respectives.

Le lendemain, ils reprirent leurs travaux. Tom ayant passé toute la fin de soirée à leur raconter la légende d’un certain Arthur, ce fut dans l’immense forêt s’étendant au-delà du village et contournant la montagne qu’ils passèrent toute la matinée. A la clé : une clairière dessinée avec perfection, au centre de laquelle figurait un rocher tout aussi parfait, aussi lisse que le marbre. La seule discordance se situait à son sommet, où une fente indiquait clairement l’absence d’un objet. Cependant, nulle trace d’épée…


>>> Suite <<<

_________________


>> Fiche / Dossier
>> #771215


Anciennement Evans Dablord : Fiche / Dossier
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Sincet
----------------
avatar
----------------
Scientifique
----------------


Nombre de messages : 136

Arrivé au SGC : 26/07/2006

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Scientifique
๏ Expérience:
1793/5000  (1793/5000)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Dim 15 Mar - 15:33

Thomas et l'équipe du SDT se retrouvaient une fois de plus embarqués dans une mission à haut risque sur un des vaisseaux de Tonatiuh. L'archéologue avait du laisser Aeryn sur le JPS et embarquait avec son frère, Parfait, Hawkins, Méta et Théna. C'était une bien étrange équipe qu'ils avaient là. Il fallait seulement espérer que le tout fonctionne correctement.

Méta, Théna et s'Fallen se débrouillaient plutôt bien. Parfait était en retrait comme toujours. Thomas essayait d'aider comme il pouvait avec son P-90. Il avait aussi un Zat'Nik'Tel prêt au cas où dans un holster. Son gilet tactique contenait des rations, un calepin, des stylos et de quoi faire un bandage d'urgence, lui qui avait tendance à finir blessé. Dans son sac à dos il avait amené une gourde et du matériel médical en cas de besoin.

Il visait donc de son mieux les sbires de Tonatiuh. Quelques minutes plus tard, les ennemis étaient tous KO.


"Il faut en profiter pour trouver le cristal."

Il tenta de se remémorer les plans du vaisseau et indiqua une direction.


"Par là !"

Ils arrivèrent devant une console. Parfait se chargeait de verrouiller les portes. Ils continuèrent tranquillement leur progression jusqu'à une grande salle circulaire. Thomas repensa aux membres du SGC qui avaient débarqué sur le JPS il y a quelques temps avec une sorte de sphère cristalline et la description de cette salle.

"C'est ici."

Il remarqua la porte des étoiles embarquée par Tonatiuh.

"Il semble que le vol de notre porte ne soit pas isolé."

L'archéologue se dirigea donc vers un tiroir qui contenait des cristaux, il les regarda un à un et remarqua la fameuse sphère dont on leur avait parlé, elle était magnifique, d'un bleu étincelant. Thomas navigua rapidement dans les données et remarqua une faille dans un autre vaisseau de Tonatiuh, il fit le lien avec la faille montrée par l'équipe du SGC. Soudain les portes lâchèrent, les ennemis avançaient. Thomas prit la sphère délicatement et la rangea dans son sac puis prit le dispositif que lui avait donné l'autre équipe.

"Parfait, à vous. P3X-127, le 13 Mars."

Il donna le dispositif au scientifique et replaça son sac sur son dos et fonça vers l'horizon des événements.




Le froid intense se fit sentir alors qu'il fut propulsé dans l'herbe verdoyante de cette nouvelle planète. Il resta sonné quelques secondes tandis que les autres passaient à leur tour la porte.

*Mais qu'est-ce qui s'est passé.*

Il se posait des questions sur leur voyage. Mais pour le moment il fallait s'assurer du bon état du cristal. La sphère était heureusement sauve. Il se releva alors que s'Fallen montrait le chemin vers une sorte de village. Thomas essuyait son visage et remarqua cette ville.

"C'est parfaitement ressemblant aux village typiques de Dordogne au Moyen-Age avec ses remparts. Magnifique ! Et cette église surélevée. On se croirait dans la France médiévale."

L'archéologue était fasciné par ce lieu et voulait en savoir plus sur cette culture. mais il repensa aux mois précédents avec cette équipe habillée comme les membres de l'ancien SGC. Ils leur avaient parlé de cette planète. P3X-127. D'un laboratoire de Janus qu'ils devaient trouver. De nombreuses choses qui donnaient envie à Thomas d'en savoir plus. C'est alors que le maire du village vint les accueillir. Thomas prit les devants avec un visage amical.

"Bonjour et merci pour cet accueil, je m'appelle Thomas Sincet et voici le caporal Ryan s'Fallen, le docteur Paul Parfait, l'infirmier Charlie Hawkins, Théna Khoomi et Méta. Nous sommes des voyageurs, venus en effet du Grand Anneaux pour rencontrer votre peuple. En apprendre plus sur vous et votre histoire."

Le maire semblait enthousiaste de leur arrivée et Thomas se prenait au jeu. Il se tourna vers l'équipe.

"Ils ne semblent pas dangereux, suivons les. Je vais essayer de leur faire dire où est le laboratoire de Janus."

s'Fallen et Parfait semblaient d'accord. Thomas retourna vers Myrthal et suivait la visite du marché et la discussion sur son peuple quand il présenta le bibliothécaire un peu aigris.

"Nous voyageons pour rencontrer des peuples et échanger sur nos cultures voilà tout. Vous n'avez pas à vous sentir menacés."


Il se tourna de nouveau vers l'équipe.

"Il faudra sûrement garder un oeil sur ce Delmak si vous voulez mon avis ..."

Thomas suivait Myrthal vers le fameux manoir. Il admirait l'architecture qui semblait française mais à la fois avait quelques détails qui rappelaient le travail des formes des structures anciennes. Ils étaient forcément sur la bonne voie. La fresque était impressionnante.

"Cette minutie, les détails, ce peuple. C'est merveilleux."


Myrthal fut appelé vers d'autres affaire et l'équipe se promenait dans le village.

"La fresque confirme ce que je pensais, ce peuple de Naskao Velsaen a été influencé par les Anciens, cette culture de la recherche. Ils ont sûrement été en contact avec Janus qui les a influencé. Il nous faut trouver son laboratoire."

Ils firent ensuite la rencontre de Jerry et Tom. L'un d'eux les invita chez lui pour la nuit. Tom leur ayant parlé d'histoire concernant un certain Arthur, ils décidèrent le lendemain d'aller explorer le lieu. Thomas s'approcha de la pierre et regarda la fente.

"Il manque donc l'épée. Excalibur ?"

Il se demandait où était cette épée, si elle avait vraiment des pouvoirs et surtout quel était le lien entre Janus et ce lieu.

"On sait de Myrdhin était un Ancien et représentait Merlin. Peut-être que Janus a aussi joué un rôle semblable ici. Qu'en pensez-vous ?"

Cette découverte laissait Thomas quelque peu perplexe.


Dernière édition par Thomas Sincet le Mer 18 Mar - 22:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://sgz-rpg.forumactif.org/
Paul Parfait
----------------
avatar
----------------
Responsable des scientifiques
----------------


Nombre de messages : 7

Arrivé au SGC : 21/02/2015

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 35
Profession:
๏ Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Dim 15 Mar - 16:24

Paul Parfait se trouvait avec le reste de l'équipe sur ce vaisseau de Tonatiuh. Avec s'Fallen qui assurait leur protection il laissait Méta et Théna tirer sur les ennemis. Il leva un sourcil en voyant Sincet les aider.

*Il risque plutôt de nous blesser que d'aider à quoi que ce soit celui-là.*

Puis il se tourna vers Hawkins.

*Bon lui c'est pas mieux. Mais bon en cas de blessés c'est utile.*

C'est alors qu'il arrivèrent à éliminer tous les ennemis. Paul avait été légèrement blessé lors du combat. Il se faisait soigner par Hawkins et se plaignant d'une douleur terrible. Sincet leur indiqua le chemin. Paul n'avait pas vraiment confiance.

"Vous êtes sûr de vous ?"

Le scientifique sentait une force le pousser en avant. Il se tourna, c'était Méta.

"Bon très bien ..."

Il arrivèrent près d'une console.

"Laissez-moi faire, poussez-vous !"

Il regarda la console avec attention. Il regarda dans son sac, une gourde, des rations de survie, un kit de réparation et sa fameuse tablette de diagnostique. Il l'attrapa et fixa les électrodes à la console pour télécharger les plans du vaisseau. Puis se dirigea vers les portes pour les verrouiller une par une. On lui demanda si ça allait arrêter les sbires de Tonatiuh.

"Non mais ça devrait les ralentir assez longtemps. Enfin en théorie."


Il débrancha sa tablette et regarda les plans tandis que s'Fallen ordonna de continuer en suivant Sincet. Par chance la direction données par l'archéologue était la bonne. Paul pouvait le remarquer sur son pad. Ils arrivèrent dans une grande salle circulaire avec la porte des étoiles qui avait été volée sur le JPS il y a quelques mois après le départ de l'équipe du SGC.

"C'est donc ici qu'elle se cache. On va peut-être pouvoir la ramener."

Il n'avait pas grand espoir d'autant que les troupes de Tonatiuh se faisaient entendre. Il semblait qu'elles étaient en chemin. Ils allaient être pris. Sincet semblait avoir trouvé ce qu'il recherchait. Paul s'en approcha et voulait l'étudier mais l'archéologue lui donna le dispositif pour aller sur la planète donnée par l'équipe du SGC où ils devaient trouver le laboratoire de Janus. Paul le regarda et s'avança rapidement vers la porte des étoiles. Il posa le dispositif sur la structure, elle semblait aimantée. Il entre les cordonnées de P3X-127 ainsi que la date, le 13 Mars. En appuyant sur le bouton de validation, la porte s'activa.

"Au sol !"

Ils évitèrent le Kawoosh de justesse. Paul regarda les autres. s'Fallen ordonna de traverser. Tout le monde passa. Paul prit le dispositif et traversa le dernier.




Paul virevolta dans les airs avant de s'écraser avec les autres dans l'herbe.

"Je crois que j'ai quelque chose de cassé."

Il souffrait le martyr et laissa Hawkins jeter un coup d'oeil mais ce dernier ne trouvait rien. Paul était surpris.

"Pourtant ça fait un mal de chien !"

Il se leva difficilement, aidé par Théna.

"Merci."

s'Fallen et Sincet montraient le chemin d'un village. Paul se massait le dos en faisant une grimace.

"Puisqu'on est là allons-y."

Thomas Sincet semblait fasciné par le village, son style.

"ça ne vaut pas un laboratoire des Anciens. Vous êtes sûr que le laboratoire de Janus est ici ?"

Paul prit son pad et fit quelques mesures pour capter un signal énergétique intéressant. Puis Sincet fit connaissance avec le maire du village. Paul se tourna vers Théna.

"A quoi ça sert de blablater avec ce maire médiéval. Il ne saut sûrement pas où est le laboratoire de Janus sinon ils ne seraient pas à ce si faible niveau technologique. Non mais vous vous rendez compte ! De la boue, ce serait tellement plus simple de paver ce village."

Il regarda le sol. En grattant un peu il était pavé. Ce qui voulait dire que cette boue était autre chose.

"Oh non ! Des chaussures toutes neuves !"

Le maire leur fit découvrir la fresque du manoir. Paul la regarda avec attention.

"Les Anciens ah oui ? Mais ce n'est pas cette bande dessinée XXL qui va nous aider visiblement. il n'y a rien d'intéressant ici."


Le reste de la journée restait monotone pour Paul qui s'avança vers s'Fallen.

"Vous ne pensez pas qu'on devrait aller manger ?"

Le soir arrivant ils allèrent chez Jerry et Tom. Paul pouvait enfin déguster un étrange repas avec appétit.

"J'étais à deux doigts de l'hypoglycémie vous savez ?"

Puis quand Tom commença à raconter ses histoires. Paul décida d'aller se coucher. Tout ceci ne l'intéressait pas. Le lendemain s'Fallen voulait aller enquêter sur place. Paul s'avança vers lui.

"Vous n'allez tout de même pas croire ce Tom qui raconte des légendes tout juste bonnes pour des enfants ? C'est un conte. Vous ne trouverez rien là-haut c'est une perte de temps !"

Malgré les réserves du docteur, ils arrivèrent près de la pierre sans épée. Alors que Sincet recherchait une trace d'épée. Paul se posa sur un tronc et enleva une pierre dans sa chaussure. Puis il fit quelques mesures sur son pad pour déterminer si ici était détectable une signature énergétique trahissant l'emplacement du laboratoire de Janus.


Dernière édition par Paul Parfait le Mer 18 Mar - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Méta
----------------
avatar
----------------
E.T
----------------


Nombre de messages : 12

Arrivé au SGC : 21/02/2015

Age du Joueur : 39


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Dim 15 Mar - 20:10

Avec un sourire presque fou caché derrière son casque, Méta regarda l’insolent qui lui avait tiré dessus. Il voulait jouer hein ?
D’un geste, il visa l’individu qui lui avait tiré dessus avant de l’envoyer valsé.
Il fallait dire que sa mitrailleuse calibre .50 avait un sacré punch. En apprenant qu’il y allait y avoir de la baston, il avait voulu prendre une Doushka, mais avait choisis plus petit, préférant une arme beaucoup plus légère mais aussi dévastatrice. Un véritable plaisir pour la partie « Agressive » de sa personnalité.


*AAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHH ! C’EST PAS MA GUERRRREEEEEE !
- Tu devrais arrêter de regarder des trucs sur internet toi….*


La situation se calma, les balles cessèrent. Et ils avancèrent en direction de leur objectif.
Deux bouses blanches tentèrent de les interrompre, mais Méta se fit plaisir en les assassinant avec une cuillère qui trainait sur une table. Il avait une flemme monumentale de sortir une arme, et il y avait ça sur le côté. Tant que ça marche.

La suite de l’opération, Méta s’en moquait. Enfin plutôt la partie Agressive. Le Sage écoutait les informations et les notait dans le système informatique de l’armure.  Toujours une info de prise.

Et des ennemis commencèrent à arriver. Encore. Mais dans un couloir beaucoup plus petit.
Méta lâcha un cri de rage animal, avant de se jeter dans la mêlée avec une joie tout aussi animale.


*I’M COMMING LIKE A WREKING BALL !!!
- TU VA TE TAIRE OUI ?!*


C’était impressionnant de le voir se battre, faisant voltiger sa Hache de combat comme un bâton de majorette, une danse mortelle. Mais la retraite sonna.
Méta recula d’un bond afin de pouvoir se dégager de la mêlée, laissant ses camarades le loisir de le couvrir. Lorsque ce fut aux tours des militaires de passer la porte, Méta leva son poing avant de le frapper violement au sol, déployant sa carte de secours, un champ de force à énergie, juste ce qu’il fallait pour protéger ses camarades sur la courte distance menant à l’anneau. Avant que lui ne saute, après avoir lâché un cadeau « Explosif » à leurs nouveaux amis.

Ils arrivèrent donc ailleurs. 10 ans avant apparemment.
Alors que théoriquement il devrait être encore bloqué sur sa planète. De quoi lui laisser le cafard.
Vu qu’ils n’avaient plus besoin de lui, Méta décida de faire un tour, en activant son camouflage optique.
Il suivit donc à distance le groupe pour ne pas les déranger. Voyant que tous ce passerait bien, il attrapa de quoi grignoter pour la soirée avant de grimper au sommet de la tour de l’église.
C’était surement comique de voir les individus qui passaient en dessous voir soudain de la poussière s’envoler sans aucune raison.

Il passa donc la soirée à jouer contre lui-même à la bataille navale, grignotant sans grande conviction ce qu’il avait emprunté.
La nuit passa, et lui resta au sommet du bâtiment, immobile, bougeant parfois un membre ou deux pour éviter de se retrouver boucler. Il avait tellement l’habitude de faire le mort, patiemment, immobile pendant des heures, afin d’attraper la maigre pitance qu’il devait trouver lorsqu’il était encore bloquer.
Dans tous les cas, il restait en attente. S’ils avaient besoin de lui, il était joignable par radio. Le genre d'action que beaucoup auraient qualifié de " Métallesque ".
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Hawkins
----------------
avatar
----------------
Externe
----------------


Nombre de messages : 14

Arrivé au SGC : 21/02/2015

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 28
Profession:
๏ Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Lun 16 Mar - 19:32

Charlie s'était joint à l'équipe car le personnel médical compétent manquait cruellement au SDT et que le médecin s'était prit de passion pour les soins d'urgence, là où seuls les meilleurs seraient utiles. Et si il y avait bien une chose de sûre pour Hawkins, c'est que personne ne l'égalait dans son travail. Lui ne se laissait pas distraire par des éléments futiles et se concentrait en toutes circonstances.

Mais lorsque les soldats ennemis se firent agressifs, le médecin se mit à l'écart. La stature imposante du Méta en faisait un rempart efficace contre le danger, même si celui-ci avait la fâcheuse manie de balancer sa hache n'importe comment et de tirer dans le tas. Bientôt, un cri retentit sur sa droite et Charlie aperçut Paul Parfait au sol, le bras fumant. En un rien de temps, il était sur lui et avait identifier le problème. Brûlure superficiel au biceps gauche. Non létal mais attention aux risque d'infection. Sans attendre, Hawkins ôta son sac à dos pour en sortir le matériel nécessaire et s'activa sur la plaie. Désinfecter rapidement, nettoyer et bander. Le reste attendrait.

Il termina son travail sous les cris exagérés de son patient lorsque le calme revint dans la pièce. Le combat était terminé et avait tourné à l'avantage des terrien. Charlie n'avait pas compris l'intégralité des informations qu'il avait reçu durant le briefing mais après tout, il n'avait pas besoin de connaître tous les détails. Son rôle à lui était parfaitement clair.

Il lui fallut un peu de temps pour ranger son matériel. Il ne s'agissait pas de mélanger les éléments usagés et potentiellement contaminés avec le matériel sain et stérile. Chaque chose retrouva sa place initiale et réintégra le sac à dos. C'est ainsi que Charlie travaillait et c'est ce qui lui permettait d'être efficace en situation d'urgence. Lorsqu'il rejoignit le groupe dans la salle d'à côté, il y découvrit une Porte des étoiles et un DHD. Thomas Sincet était justement en train d'y trafiquait il ne savait quoi. Attendant la suite, Hawkins se plaça dans un coin de la pièce et observa les autres à l'oeuvre, scrutant chacun de ses coéquipiers pour déterminer si certains avaient besoin de soins. Ce n'était heureusement pas le cas.

Bientôt, des soldats revinrent et la décision fut prise de traverser la Porte des étoiles. Charlie s'exécuta rapidement et fut inhabituellement propulsé à plusieurs mètres devant lui au moment de sortir du vortex. Il chuta lourdement et se redressa en grimaçant.

« Cela ne se produit pas d'habitude. Que s'est-il passé cette fois-ci ? »

Le médecin s'ausculta lui-même rapidement avant de ne diagnostiquer que quelques bleus puis se précipita vers Parfait qui se plaignait encore. Mais étant donné la douceur de l'atterrissage, il était fort probable que quelqu'un se blesse. Charlie ne pu que constater que Paul en rajoutait beaucoup et ne souffrait pas plus que les autres. Il s'éloigna en lui conseillant de ne pas lui faire perdre son temps.

« Y a-t-il d'autres blessés ? De vrais cette fois ? »

Mais visiblement, tout le monde se portait bien, il suivit donc Ryan vers le village et garda le silence lorsque le maire se présenta et les conduisit ne ville. Méta avait disparut, certainement quelque part à rôder avec son camouflage optique. Charlie ne s'en soucia pas outre mesure. Il laissa Thomas s'occuper de la conversation et tenta d'occulter les lamentation de leur soit-disant chef d'équipe.

« Arrêtez donc de vous plaindre ! On dirait un enfant ! »

Bien que cela n'entre pas dans son champ de compétence, Charlie écouta attentivement ce qui se dit au cours de la journée. Ces légendes étaient pour lui pures affabulations et il ne pouvait que rejoindre Parfait sur ce point, mais les autres membres de l'équipe semblaient prendre ces informations avec importance. Peut-être pensaient-ils qu'elles les mèneraient au fameux laboratoire de Janus qu'ils cherchaient. Avant de se mettre à table, Charlie avait forcé le scientifique à la patience, le temps de s'occuper correctement de sa blessure. Plus aucun risque de septicémie tant que Paul garderait le bandage et le laisse le refaire quotidiennement.

La nuit passa et le lendemain fut l'occasion d'une excursion dans une clairière étonnamment parfaite au centre de laquelle trônait un rocher tout aussi parfait. La nature ne faisait jamais les choses aussi bien. La nature était sinueuse et imparfaite, Charlie était bien placé pour le savoir.

« Ceci n'est pas naturel. »

Il se contenta de cette simple phrase sans donner plus d'explication. Il s'agissait là d'un constat énoncé sur un ton neutre. Il n'y avait rien à ajouté. Sincet semblait penser qu'il s'agissait de la pierre de la légende. Celle du roi Arthur dont leur avait parlé Tom la veille. Il y avait une légende très similaire sur Terre, à l'ouest de l'Europe. Mais Charlie ne se souvint pas d'un quelconque Janus dans cette histoire.

« Janus est un dieu de la mythologie romaine. Il ne fait pas partie de la légende arthurienne. Quel est le rapport ? »

Il s'adressait là à l'archéologue qui semblait trouver tout cela normal.
Revenir en haut Aller en bas
Thena Khoomi
----------------
avatar
----------------
E.T
----------------


Nombre de messages : 4

Arrivé au SGC : 28/02/2015

Age du Joueur : 27


MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Mar 17 Mar - 12:29

Il faut avouer que Thena prenait allégrement son pied à dégommer les sbires de  Tonatiuh. Concentrée, elle tirait à feu nourri avec son P-90. Classique comme arme, mais qui avait au moins le mérite de contenir un gros chargeur, et ça, Thena appréciait !
Et VLAN dans les jambes, le jaffa tomba au sol dans un cri de douleur et la jeune femme l'acheva d'une rafale dans la tête. A ses côtés, Méta semblait s'en donner à cœur joie, même si l'expression de son visage était quelque peu...métallique.

Lorsque les tirs cessèrent et que les ennemis semblaient, pour l'instant, tous décimé, Thena fut presque déçue. Mais Sincet les poussa rapidement à continuer. L'archéologue les mena dans une salle où il s'enfermèrent. Parfait se mit au travail. Thena tournait en rond dans la salle, elle s'approcha des bas-relief goa'uld en se disant que ça serais stylé d'avoir ça dans ses quartiers. Elle mit un violent coup de rangers dedans pour voir comment s'était fixé. Une partie se détacha et tomba au sol. Elle la soupesa. Trop lourd. Dommage ! Elle balança la chose dans un coin. C'est à ce moment là que les coup retentirent contre la porte. Ca y est ! Les renforts étaient arrivés ! Thena fit quelques mouvement des épaules et sautilla sur place comme pour s'échauffer. Mais Sincet et Parfait avait prévus autre chose comme plan de sortie.
Ce dernier hurla à l'équipe de se baisser. Thena s'exécuta juste à temps pour éviter le vortex à l'ouverture de la Porte des étoiles. Elle qui n'avait pas l'habitude de suivre les ordres des scientifiques, elle se réjouit pour une fois de l'avoir fait. S'Fallent brailla à tout le monde de traverser.
La Shavadaï sauta dans le flux bleu avec un pincement au ventre.
Ce n'était pas rien de faire un bond de 10 ans dans le passé. A cette époque, elle était... elle se refusait d'y penser, et de toute façon, la dématérialisation de son corps et de ses neurones l'en empêcha.

Thena fut projeté si violemment en avant qu'elle se retrouva à plat ventre, face contre sol. Elle grommela, se releva rapidement et cracha la terre qui était venu se loger dans sa bouche. Elle fut rassurée de voir qu'elle n'avait pas été la seule à avoir été malmené à l'arrivé.
La jeune femme tendit la main pour relever Parfait qui gémissait à côté d'elle.

Toute l'équipe prit la direction du village où ils furent accueillis par le maire, très avenant. Très très avenant. TROP avenant. Thena trouva ça presque louche qu'il puisse accueillir à bras ouvert des étrangers lourdement armés.
Parfait, comme à son habitude, n'arrêtait pas de se plaindre. Cette fois ci il s'adressa à la jeune femme en déclarant que discuter avec ces villageois « primitifs » ne les aiderait pas à trouver le laboratoire secret. Pour une fois, Thena était presque d'accord.


" Mouais. Je préférerais qu'il nous emmène grailler un truc plutôt ", répondit-elle.

Elle tendit le cou en regardant autour d'elle.


" ...Si je pouvais trouver une petite taverne...."
ajouta t-elle, plus pour elle-même.

Le maire les guida jusqu'au manoir qui servait de mairie et leur montra fièrement une ancienne fresque. Thena aimait bien les dessins, mais elle trouva ceux-ci plutôt moches.

Les membres de l'équipe furent invité à passer la nuit chez Jerry et Tom où on les accueillis avec un plateau de fromage immense et largement garni. Tom passa la soirée à leur raconter les légendes locales. Contre toute attente, Thena fut sincèrement passionnée par ces histoires et bu les paroles de leur hôte comme une enfant émerveillée. Privée de ce genre de contes lors de son enfance, elle découvrait alors le plaisir de se rouler en boule près du feu pour vibrer au rythme d'une fable assurément bien narrée.  Elle se coucha très tard et le réveil du lendemain fut difficile.

Encore dans le gaz, elle fit un rapide check-up de son matériel pour être sûre de ne rien oublier, puis elle rejoignit les autres qui était déjà prêt.
Marcher en plein air, au cœur d'une forêt lui avait manqué. Elle aimait bien le JPS, mais il n'y avait pas assez d'arbres.
Lorsqu'ils arrivèrent dans une petite clairière. Thena se précipita au centre. Les légendes contés la veille résonnaient encore à ses oreilles et le rocher qui se trouvait là y faisait parfaitement écho.
Elle toucha la fente où devait se trouver une épée jadis. Elle avait en ce moment ce sentiment étrange quand on s'imagine entrer et faire partie de l'histoire de la légende tout en sachant pertinemment que tout ceci relève d'une fiction nourrie par l'imagination humaine.
Thena alluma sa lampe tactique pour voir la profondeur de la fente et ainsi estimer la taille de l'épée, si épée il y avait.
La jeune femme céda la place à Sincet et partie inspecter les abords de la clairière à l'orée du bois.

C'est alors qu'elle entendit, ou cru entendre un bruissement furtif accompagné d'un chuchotement. Ce fut si bref, qu'elle ne fut pas sûre d'elle. Son esprit lui jouerait-il des tours ? La fatigue couplée aux contes fantastiques de la veille. Quoi qu'il en soit, elle jeta un œil à son équipe bien occupée au centre de la clairière avant d'avancer dans la forêt. Oh, elle ne comptait pas aller bien loin, juste vérifier que des ennemis quelconque ne les espionnaient pas à couvert. Et puis si, les bruits avaient été créés par son imagination fertile, elle pouvait toujours prétexter être à la recherche de champignons.
Revenir en haut Aller en bas
Ryan s'Fallen
----------------
avatar
----------------
1er soldat de 1ere classe
----------------


Nombre de messages : 1

Arrivé au SGC : 21/02/2015

Age du Joueur : 39


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Sam 21 Mar - 0:45

Ryan était concentré sur les tirs de son P-90. C'était étonnant de voir le doigt presser la détente, voir l'ejection de la douille et la balle qui part droit vers son objectif, déchirant les tissus, pénétrant les armures, flagellant irrémédiablement la chair. Pourquoi avait on le droit de tuer des gens, avaient ils des familles ? Avaient ils des amis ? Croyaient ils seulement en la cause qu'ils servaient ? Et pourtant les corps s'entassaient dans une boucherie héroïque qui aurait fait trembler les cœurs sensibles. Pourquoi ces hommes mourraient. Ryan s'Fallen, caporal de l'United States Air Force, les alignaient, les tuaient, leur réduisait tout espoir de vie, les privant de leurs familles, privant leurs familles d'eux. Si seulement ils n'avaient pas eu à s'opposer à eux si pour une fois ils avaient pu se rendre. Mais Ryan savait qu'ils se battaient par dépit, par crainte, par frénésie pour certain. Comment un homme pouvait ordonner à des hommes de mourir pour lui, parce qu'il se fait passer pour un Dieu. Parce qu'il croit leur être supérieur en tout point. Du sang éclaboussa le visage du caporal qui n'y fait pas attention. Seulement un petit regard vers le blessé. Lui finalement n'était pas très différent du Goa'uld, une mince frontière se trouvait entre eux. Lui ordonnaient à des hommes de se faire tuer afin de protéger la Terre. Ils avaient signé de leur propre gré en bas d'un contrat. Ryan aurait voulu croire que c'était un honneur de mourir pour la Terre, de mourir pour ceux qu'on aimait, ceux qu'on voulait proteger. Mais il n'en était rien, dans tout les cas on mourrait seul et loin de chez soi. Si les camarades entouraient l'homme dans ses derniers instants, ce dernier était déja parti, ne voyant devant lui que des étrangers, l'oeil vide déja l'ame était montée sur ce qui l'attendait ensuite. Le Néant ? L'Enfer, le Paradis ? Et si rien de tout ça n'existait et si ce n'était que des inventions pour que des hommes meurent aux combats et si finalement n'était que de la propagande militaire. Alors que les corps des Jaffas s'entassaient bientot plus un ne tirait, ils avaient gagné. Mais à quel prix ? Ryan avança jusque dans la prochaine salle. Bientot Ryan se retrouva dans une vaste pièce circulaire où ils s'enfermèrent. Paul Parfait se mit au travail et Ryan s'occupait en mangeant une barre vitaminée le visage encore ensanglanté par le sang des morts. La porte s'activa enfin et ils purent rentrer.

Plus tard ils arrivèrent dans un étrange village médiéval. Paul fit les présentations et ils apprirent qu'ils n'étaient pas les seuls à être arrivé. Ils furent conduis à une clairière où devait se trouver l'épée du Roi Arthur. Malheureusement pas d'épée. Ryan étonné dit:

"C'est quoi ce bordel ?"
Revenir en haut Aller en bas
Josh Reynolds
----------------
avatar
----------------
Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 7724

Arrivé au SGC : 13/01/2009

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
645/3200  (645/3200)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Lun 23 Mar - 3:04

L’appareil ne réagissait pas – enfin si, seulement il n’y avait juste rien à transmettre. Si la tablette de Parfait, pourtant fonctionnelle, ne captait rien, c’était qu’il n’y avait aucun signal à capter. Brouillage ? Structure en sommeil ? Ou absence totale de technologie alentour… ? Difficile de le savoir : ils avaient beau chercher, il n’y avait à proximité aucun indice permettant de les aiguiller, ou d’établir un quelconque lien entre un potentiel laboratoire de Janus et la légende du Roi Arthur. Thena, plus sceptique, avait toutefois remarqué du mouvement autour d’eux, signe peut-être qu’on les observait… Mais là encore, il n’y avait rien. Personne ne les épiait ; le seul étranger à proximité était Tom, dont ils devaient même leur visite en ces lieux.

Ils étaient sur les heures de midi lorsqu’on interrompit leurs recherches : Méta les demandait par radio. Confortablement installé en haut de l’église, comme si de rien n’était, il avait profité de son camouflage tactique pour observer sans être vu, et ainsi remarquer les nouveaux arrivants à l’accoutrement singulier, préparés pour la guerre – exactement comme eux l’étaient, finalement. Discutant avec les locaux sur le marché, ces visiteurs se rendirent bientôt, emmenés par Myrthal, à l’intérieur de la mairie.


« [...] Comme je le disais à d’autres hier, l’art, l’architecture, le culte de la connaissance… Tout cela, c’est eux qui nous l’ont transmis. Nous avons hérité d’un esprit, et d’une passion pour le Savoir. Ça, c’est important ; n’êtes-vous pas d’accord ? »

Ravi à l’idée d’échanger sur l’histoire de son peuple, Myrthal affichait un large sourire. Il ne s’attendait cependant pas à ce que l’archéologue auquel il faisait face s’interrogeât sur les fameux « autres » qu’il n’avait que vaguement mentionnés, bientôt soutenu par Smith.

« Oh ! Eh bien… d’autres étrangers ont passé le Grand Anneau, oui. Ils ont des intérêts assez similaires ; vous les verrez peut-être tout à l’heure, là ils sont partis se balader en-dehors du village. »

Vraisemblablement distraits, peu attentifs au discours de leur hôte, à l’arrière deux militaires discutaient. Mallory proposait de prendre la température au-dehors, et Smith, qui l’entendit, fut tout de suite partant pour l’assister, argumentant du bien-fondé d’une telle initiative. Mais Reynolds était d’ores-et-déjà convaincu :

« D’accord, allez-y. »

Tandis que le lieutenant, lui, restait là à suivre les réflexions qui s’érigeaient devant lui, le profiler et le Black Eagle retournèrent arpenter les rues du village. A proximité, le marché, permanent, n’était à cette heure-ci fréquenté plus que par quelques personnes, les autres étant de toute évidence parties manger. Parmi ces premières figurait, devant ce qui avait tout l’air d’une poissonnerie, Joe, l’un des deux à les avoir accueillis sur la planète un peu plus tôt.

« J’ai bien remarqué que vous aviez eu le béguin pour ma soeur, souligna-t-il à l’attention de Smith, mais elle est rentrée. Et puis vous êtes déjà en charmante compagnie, n’est-ce pas ? Il renifla le poisson qu’il tenait à la main et le tendit à ses interlocuteurs. Vous ne trouvez pas qu’il sent un peu ?… Oui, hein ? Déçu, il reposa le met sur le stand et reprit son errance dans les allées du marché. Qu’avez-vous pensé de la fresque, finalement ? Myrthal y est profondément attaché. Je dirais même que parmi nous il est celui qui lui accorde le plus d’importance, bien qu’il ne soit pas le premier concerné par cette histoire… – il ne vient pas d’ici, voyez-vous. Il a traversé des montagnes pour s’installer ici. »

Il ne développa pas davantage. Bientôt il aperçut une connaissance et, enthousiasmé par sa venue, changea complètement de sujet – comme d’habitude, en fait.

« Je vous présente mon ami, Jerry. Il est forgeron. Un TRÈS bon forgeron. En matière d’épée et de dague, il n’y a pas mieux que lui. »

Jerry était quelqu’un de passionné, et comme tout passionné il pouvait parler de son art – et même son métier – pendant des heures. La manière de chauffer la lame, la forme qu’il lui donnerait, sa taille et son épaisseur… Ce à quoi chacune était destinée, aussi ; car, comme il se plut à l’illustrer, on ne prenait pas la même arme pour la guerre et pour un assassinat. Et, de fil en aiguille, Jerry s’intéressa longuement aux armes dont étaient équipés les terriens. Il remarqua d’ailleurs bien vite la différence de technologie entre les armes à projectiles typiquement humaines… et le fameux dispositif anti-Kull, hybride. Cela aurait pu durer longtemps – d’ailleurs cela avait déjà duré longtemps – si la radio, crépitante les trois premières secondes, ne les avait pas interrompus plus d’une heure après avoir quitté le manoir :

// Ici Reynolds. On a trouvé les « autres ». Mallory, Smith, rejoignez-nous à la sortie Nord du village. //

// Ici Groff. Tout va bien ? //

// On ne sait pas encore, le colonel gère. Restez en stand-by. //

A l’arrivée des deux enquêteurs du samedi, la situation au niveau de la sortie Nord du village était quelque peu... tendue. L’équipe du Service de Défense Terrien était rentrée, bredouille, de la clairière du roi Arthur, pour retrouver les explorateurs avec lesquels ils avaient déjà eu l’occasion de travailler. Les explorateurs en question, eux, avaient quitté la mairie avec Myrthal pour découvrir, près des remparts, la bibliothèque qu’il tenait absolument à leur faire connaître. Et sur le chemin, avant même d’avoir pu profiter de l’odeur singulière d’ouvrages vieux de plusieurs siècles, les deux groupes s’étaient rencontrés. Les yeux des militaires du Stargate Command s’étaient alors rivés, expérimentés, sur les P-90 qu’ils avaient en face d’eux ; si on ajoutait à cela les tenues relativement similaires, pour ne pas dire typiquement terriennes, la conclusion, évidente, était vite venue : NID. Ou Confrérie – peu importait.

« Pas un geste ! »

Josh, lui, avait réagi au quart de tour. S’il était toujours plus ou moins resté en retrait dans les missions du SGC, il connaissait – presque – aussi bien que les autres toutes les affaires qui avaient entaché le Programme. L’index près de la gâchette, il n’avait pas l’intention de se faire capturer, torturer, ou quoi que ce soit d’autre… C’était alors qu’il avait pris sa radio pour avertir les autres, alors même que Fett « gérait » la situation, et que Myrthal tentait de calmer le jeu.

Cette situation intenable dura un moment relativement long. Mallory et Smith s’étaient entre-temps joints à la fête, et il avait fallu de solides explications de la part des deux partis pour abaisser les tensions. Ce que l’équipe SG cherchait : une cité Ancienne, avant Anubis. Ce que l’équipe du SDT voulait : trouver le laboratoire de Janus, pour que leurs homologues leur transmettent, dix ans plus tard, le cristal qu’ils avaient trouvé…


« Il n’y a pas de réelle trace du passage de cette civilisation ici, affirma plus tard Delmak dans son élément, la bibliothèque. Croyez-moi, j’aimerais plus que tout vous aider, mais par le passé j’ai déjà mené de telles recherches, sans succès. »

Las, il observait vaguement la carte de la région, posée sur une longue table en bois. Le monde qu’il y avait dans cette pièce le fatiguait. Traçant d’un doigt une ligne imaginaire entre la tour du village et la clairière où s’était rendue l’équipe du docteur Parfait, et se grattant le bas du ventre de son autre main, Delmak finit par dire :

« A la rigueur ça forme une flèche. »

Trouvant sa propre phrase idiote, le bibliothécaire secoua la tête comme pour faire oublier cette idée, et s’écarta de la table pour retourner près des nombreuses étagères voir s’il ne restait pas, perdu au milieu d’une pile de vieux grimoires, un parchemin utile aux recherches que menaient les deux groupes de terriens. Ce fut en pleine séance de travail qu’une jeune fille au nom – certains ne l’apprirent qu’alors – de Philae les rejoignit pour leur apporter thé, caramels et ce qui ressemblaient vaguement à des poires. Et, plus que des biens matériels, elle leur apporta son aide.
Ce fut ainsi qu’elle leur indiqua, après des heures de recherches, l’endroit qui était finalement le plus prometteur : non loin du village, sur la paroi qui constituait le bas de la montagne, figurait depuis une éternité une fresque quasi identique à celle qui se trouvait dans la mairie. Gravé dans la pierre, un soleil violet dominait les structures bâties par les Anciens.

_________________


>> Fiche / Dossier
>> #771215


Anciennement Evans Dablord : Fiche / Dossier
Revenir en haut Aller en bas
Paul Parfait
----------------
avatar
----------------
Responsable des scientifiques
----------------


Nombre de messages : 7

Arrivé au SGC : 21/02/2015

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 35
Profession:
๏ Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Lun 23 Mar - 19:37

Paul avait beau regarder tous les champs d'énergie possibles, rien n'était visible.

"Je ne capte rien, cette zone est complètement vide."


Il fit le tour de la clairière, regarda le socle de l'épée. Toujours rien. C'est alors que l'appel de Méta se fit entendre.

*L'équipe SG ?*


Paul trouva qu'ils étaient là un peu tôt. Il aurait préféré trouver le laboratoire de Janus avant leur arrivée. le scientifique regarda Sincet qui cherchait encore.

"Inutile de traîner ici, c'est simple, il n'y a rien, retournons au village."

Paul laissa s'Fallen passer devant et ils se dirigèrent donc vers le village. C'est alors qu'ils tombèrent nez à nez avec les membres du SGC. Sincet prit la parole comme à son habitude pour jouer les intermédiaires. Mais Paul ne pouvait pas le laisser avoir la vedette. C'était lui le chef d'équipe, lui le scientifique de génie.

"Bonjour, je suis Parfait ... Paul Parfait, chef de cette équipe. Lieutenant Reynolds, nous vous connaissons. Peu importe comment, le fait est que dans quelques temps votre équipe va faire un bond dans le futur. Nous sommes là pour vous aider à le faire comme vous nous l'avez demandé dans notre passé, c'est à dire votre futur. Bref c'est compliqué. Nous devons trouver le laboratoire d'un Ancien nommé Janus."

Paul avait raconté tout ce qu'il pensait nécessaire.

"Nous devons faire vite."


Après de longues négociations menées par Sincet et les autres, l'équipe se dirigea vers la bibliothèque où Delmak leur montra des cartes puis indiqua une flèche.

"Franchement ? Une vague flèche sur une carte ? Vous n'avez pas mieux ?"

Ils partirent à la recherche de l'endroit indiqué, les recherches durèrent des heures. Paul s'était assit sur un rocher pendant que les autres travaillaient. Il avait un caillou dans sa chaussure et en profita pour grignoter une barre énergétique se sentant au bord de l'hypoglycémie. C'est alors qu'ils trouvèrent une fresque semblable à celle du village. Sincet semblait fasciné comme toujours par cette fresque. Paul n'y trouvait pas grand intérêt mais fit quelques mesures à tout hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Michael Anderson
----------------
avatar
----------------
Responsable des scientifiques
----------------


Nombre de messages : 981

Arrivé au SGC : 18/03/2009

Age du Joueur : 35


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
281/500  (281/500)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Mer 25 Mar - 1:31

Le maire, répondant à ma question, nous renseigna quant à la présence d'autres voyageurs venus de la porte. La perplexité se peignit sur mes traits et je ne pus que demander :

- Euh… ces… étrangers… ils avaient l'air comment ? Il n'y avait pas parmi eux un mégalo à la voix caverneuse et aux yeux qui s'illuminent accompagné d'une bande d'esclaves lourdement armés et qui font un bruit de boîtes de conserve quand ils avancent ? Parce que si c'est le cas je dois dire que je serais assez heureux de l'apprendre maintenant…

La réponse du maire fut des plus élusive et ce n'est pas plus avancé et même un peu craintif que je vis partir certains de nos compagnons les plus armés.

- Je ne suis pas sûr que cela soit une bonne chose que nous soyons séparés… moi je dis ça…

A vrai dire c'est surtout qu'ils soient séparés de moi qui me dérangeait alors… Faites confiance à votre formation ! M'avait dit un jour un gradé en mission… le souci était que la formation elle-même ne m'avais jamais fait l'honneur de m'accorder sa confiance ! Je respirai profondément pour ne pas céder à la panique, et chassai les images de lances goa'uld incandescentes et de jets de liquide rubiconds qui inondaient bien malgré moi mon esprit, pour vaquer à mes occupation usuelles de scientifique de la bande.

- Considérons que vos ancêtres soient le peuple des Anciens…

Le maire souleva un sourcil en signe de perplexité et je décidai de développer.

- Euh… Ce que nous appelons les Anciens est une civilisation qui nous a précédé il y a des milliers d'années et qui était bien supérieur en terme de technologie et de connaissance à ce que nous connaissons tous aujourd'hui. Les goa'uld qui règnent sans partage sur de nombreuses planètes n'ont fait que leur emprunter leur technologie. La porte des étoiles par laquelle nous sommes venus vient des Anciens. Nous ne savons pas encore pourquoi mais il semble que les Anciens ont disparu un jour sans laisser de traces. Si nous sommes venus sur cette planète c'est pour avoir de plus amples informations sur cette magnifique civilisation pour peut-être un jour retrouver leur trace ou tout du moins être orientés pour commencer à emprunter leur voie. Aujourd'hui une race de parasites particulièrement néfastes pour notre Galaxie a soumis de sa poigne de fer des milliers de civilisations et nous pensons que notre salut passe par cette planète, votre planète, par où sont passés les Anciens, ces grands hommes… aliens… enfin bon vous avez compris.

Laissant le temps à mon interlocuteur de digérer cette information, je passai à l'étude approfondie de la fresque.

- Regardez ces dômes… c'est magnifique… il s'agit clairement d'une civilisation bien plus évoluée que ce que nous avons vu auparavant. Les Anciens sont très certainement vos ancêtres. Regardez là et là… Lorsque je suis arrivé sur cette planète en premier lieu j'ai fait remarquer à mes collègues… enfin ceux qui ont bien voulu écouter… que vos édifices principaux devaient avoir été construits sur des édifices plus anciens … je pensais qu'ils étaient antiques ou médiévaux mais… il se pourrait bien qu'il s'agisse en fait de vestiges Anciens… Connaissez-vous des souterrains ? Peut-être dans la crypte de l'église ou… dans une cave de la mairie… ou ailleurs. Avez-vous eu connaissance d'un endroit mythique ou mystique quelconque ? D'une technologie qui vous est inconnue ?

Les réponses du maire ne nous menèrent à rien, mais, flatté par ma curiosité envers l'histoire de son peuple, il nous proposa d'aller consulter certains vieux volumes de la bibliothèque qui pourraient nous renseigner au niveau historique et architectural de son village. J'acceptai avec enthousiasme… mes camarades un peu moins…

C'est sur le chemin vers la bibliothèque, alors que j'expliquais à notre hôte l'histoire de notre propre civilisation que les choses se gâtèrent. Le maire salua un groupe d'hommes qui venaient dans notre direction et commença à nous présenter les uns aux autres… Mais il n'eut guère le temps d'ouvrir la bouche que chaque membre des deux groupes en présence avait braqué son arme sur l'ennemi présumé. Reynolds saisit sa radio et avertit discrètement nos deux camarades manquants.

Des armes Terriennes, des tenues ressemblant étrangement aux nôtres… il n'y avait pas à dire il y avait un je ne sais quoi de… déjà vu ! La première chose qui me vint à l'esprit fut la Confrérie… Puis je secouai la tête. Non Brad m'aurait fait passer le mot. Ces rapports étaient toujours d'actualité et d'ici quelques temps, à ce rythme, la Confrérie, ce serait de l'histoire ancienne.
Je me penchai vers l'oreille de Boba et lui murmurai quelques mots tout en faisant attention à ce que je lui communiquais. Je ne savais pas exactement qui avait été mis au parfum par le général ni ce qu'il leur avait exactement dit.


- Je ne pense pas qu'ils soient de la Confrérie. On les a à l'œil depuis quelques temps le général et moi et nous connaissons leurs membres plutôt… bien. Je ne comprends pas pour autant qui ils sont.

Je connaissais tous les membres du programme. Même ceux qui n'étaient plus de ce monde n'avaient pas de secrets pour moi ayant feuilleté tous les rapports de mission passés avec attention. S'agissait-il d'un coup des goa'ulds pour nous déstabiliser ? Ou d'un groupe lambda qui avait récupéré les armes et les vêtements d'anciens membres du SGC morts au combat ? L'énigme restait entière et la  tension montait crescendo des deux côtés
Le maire semblait le seul être aux alentours dans l'incompréhension la plus totale, jetant des regards désespérés des deux côtés des lignes ennemis. Il regardait les deux groupes qui se faisaient face (maintenant au complet) sans avoir l'air de comprendre quoi que ce soit à la situation qui lui échapait semblait-il complètement. Navré que nous l'ayions tous mis dans cette position délicate, je me tournai vers lui et décidai d'engager la conversation.


- Euh… c'est plutôt joli chez-vous. C'est bien entretenu. Vous avez des employés municipaux ?

Tous les regards se braquèrent sur moi. Certains semblaient plongés dans une stupeur des plus totales. J'avais souvent cet effet sur les gens et je ne comprenais toujours pas pourquoi…
S'ils avaient voulu nous tuer nous serions déjà tous déjà morts. Il était temps de débloquer la situation ou de s'entretuer… Etant le seul qui n'avait pas sorti son arme je décidai qu'il était de mon ressort de calmer les choses.


- Nous voulons juste avoir accès à la bibliothèque. Pour preuve de bonne fois laissez-moi ouvrir mon sac.

Sous la menace des armes ennemis, très lentement, j'ouvris mon sac et montrai aux hommes qui nous tenaient en joue son contenu.

- Vous voyez ? Ce sont juste des livres. Nous sommes en mission scientifique. Nous ne voulons de mal à personne. Les gens qui m'accompagnent sont justes là pour… me protéger. Il s'agit de mon escorte... en quelque sorte.

Je sentis des regards lourds de menaces peser sur ma personne et curieusement… ils venaient de mon propre camp…

Petit à petit la situation se débloqua, grâce à la prise de parole de tous et bientôt nous partîmes ensemble vers la bibliothèque… des milliers de questions plein la tête pour ma part. Quelle était cette histoire concernant le futur ? Et s'ils venaient du futur, pourquoi ne me connaissaient-il pas ? C'était la seule chose qui ne collait pas à leur histoire… Ou alors… non… l'alternative ne devait pas être envisagée…

Des livres poussiéreux et encore des livres poussiéreux… J'étais… dans mon élément ! Nous sympathisâmes rapidement avec Telmok… Telmak ? Ah non Delmak ! Et sous le regard blasé des militaires, il nous dévoila sa conclusion sans appel : il n'y avait rien à trouver dans ces livres.


- Je suis d'accord. D'après l'étude approfondie des matériaux utilisés pour les reliures, de la moisissure accumulée et de l'encre…

Soupirs et récriminations diverses accueillirent les propos de Telmak et plus personne ne fut intéressé par mon analyse. Ah les militaires !

Ce fut ce moment que choisit la douce Philae pour faire son apparition pour nous apporter un encas et en prime nous faire bénéficier de son aide. Elle se rappelait avoir vu dans un livre une illustration d'une fresque rappelant celle qui se trouvait à la mairie. Nous retrouvâmes le livre rapidement mais il avait pris l'humidité et était désormais illisible. Nous retrouvâmes une copie de ce livre mais le dessin en question n'avait pas été rapporté par l'auteur. L'ouvrage traitait d'un endroit particulier de la région… mais dont le nom n'existait plus désormais. Aussi après une étude approfondit du texte du livre, de l’étymologie des noms de lieux et de la comparaison avec une carte topographique des environs, nous réussîmes à fixer un lieu précis à notre fresque (à quelques dizaines de mètres près). Donc en quelques minutes (quelques jours d'après mes camarades, je pense qu'on doit pouvoir faire une moyenne des deux estimations) Philae nous avait permis de continuer à espérer !


- Merci Philae. Quel joli nom. Comme le temple Egyptien du même nom construit par…

Puis je me tus sous le regard assassin de certains membres du groupe qui n'aimaient guère que j'étale une fois de plus mon érudition pendant les missions et qui me prièrent de façon virile de remballer mes livres car nous étions sur le départ et que nous n'avions pas le temps de trainailler.

Heureusement pour mes pieds, hautement sujets aux ampoules, la paroi n'était guère éloignée du village, aussi nous y fûmes rapidement. Dès l'endroit repéré, certains s'installèrent confortablement et je sus une fois de plus que tout le travail allait reposer sur mes frêles épaules... Comme d'habitude. Ceci dit j'oubliai rapidement mes camarades ainsi que tout ce qui m'entourait alors que j'étudiais la fresque. Il s'agissait bien de la petite sœur de celle de la mairie, il n'y avait pas photo… mais il y avait fresque…


- Pourquoi un soleil violet ? J'ai feuilleté pas mal de livre à la bibliothèque dont un relevé astronomique assez intéressant mais à aucun moment… Après tout le soleil n'est qu'une source de lumière et… la lumière…

Une idée folle me vint… mais pourquoi pas ?

- Je suis peut-être à côté de la plaque mais mettons-nous à la place des Anciens. Je souhaite que l'on découvre un jour ma technologie mais je ne veux pas que quelqu'un tombe dessus par hasard. Je dessine un soleil violet sur une paroi… A quoi cela rime ? Le violet… la lumière violette n'est pas naturellement présente dans la nature… Et si les Anciens nous avaient donné un moyen de découvrir leurs secrets avec cette couleur? On peut tenter le coup en éclairant la paroi avec une telle lumière pour commencer… Cela ne devrait pas être trop difficile à bricoler. C'est ça ou… on prend la fresque au pied de la lettre et il faut qu'on change les rayons envoyés par l'astre de ce système solaire en violet, en le bombardant d'antimatière ou de je ne sais quoi encore… Si c'est ça et après réflexion, on n'est peut-être pas encore assez avancé technologiquement… même d'après les critères de Mckay… Et c'est pas peu dire…

_________________





Dossier de Michael Anderson

«La capacité d'apprendre est un don ;
La faculté d'apprendre est un talent ;
La volonté d'apprendre est un choix.»


Frank Herbert
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-worldofart.actifforum.com
Thomas Sincet
----------------
avatar
----------------
Scientifique
----------------


Nombre de messages : 136

Arrivé au SGC : 26/07/2006

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Scientifique
๏ Expérience:
1793/5000  (1793/5000)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Mer 25 Mar - 12:26

Thomas venait de passer pas mal de temps à explorer cette clairière en long en large et en travers, mais rien, pas la moindre trace de civilisation ouvre cette pierre imposante. Il essaya de voir dans la fente mais rien. C'est alors qu'une communication radio de Méta arriva vers eux. Visiblement l'équipe SG qu'ils avaient rencontré il y a quelques temps venait d'arriver. Thomas voulait poursuivre ses recherches mais Paul Parfait trancha et décida que l'équipe devait retourner dans le village. Thomas se résolu à suivre.
C'est alors qu'arrivés devant l'équipe qu'ils connaissaient. Thomas prit les devants et baissa son arme alors que des deux côtés les P-90 étaient levés.


"Du calme, nous ne sommes pas des ennemis. Nous sommes des amis. Enfin vous ne devez pas encore nous connaître mais nous nous vous avons connu. Je suis Thomas Sincet, voici le docteur Paul Parfait, le caporal Ryan s'Fallen, l'infirmier Charlie Hawkins, Théna Khoomi et Méta. Nous travaillons pour le Service de Défense de la Terre. C'est un organisme qui a remplacé le SGC après sa fermeture. Nous venons du futur."

Thomas se demandait s'ils allaient le prendre au sérieux mais il le fallait. Paul Parfait reprit les choses en mains puis parla du laboratoire de Janus. Thomas intervint.

"Oui lors de votre venue, vous nous avez parlé d'un appareil trouvé aujourd'hui sur cette planète qui vous a permis de venir à notre époque. Vous nous avez aussi dit que c'est nous qui vous avions aidés."


Puis il se demanda s'ils connaissaient Janus.

"Janus est un Ancien qui a travaillé sur de nombreux sujets novateurs tels que les voyages dans le temps. Un de ses laboratoires secrets se trouve ici, sur cette planète."

Puis il prit son sac et montra le cristal.


"Votre venue à notre époque est primordiale, vous aviez ce cristal qui contient une faille d'un vaisseau de notre principal ennemi, le Goa'uld Tonatiuh. Vous devez aller à notre époque avec ce cristal pour nous aider. Nous devons trouver le laboratoire de Janus."

Puis finalement l'équipe semblait se laisser convaincre, ils se dirigèrent vers la bibliothèque de Delmak qui leur montra une carte. Puis Thomas remarqua un détail.

"Et là ?"

Delmak remarqua une sorte de flèche.

"Nous devons y aller."

Finalement ils y allèrent et passèrent plusieurs heures à chercher quelque chose qui les mènerait sur la piste du laboratoire. C'est alors qu'ils trouvèrent une fresque semblable à celle du village. Thomas l'observa avec attention. Son collègue archéologue fit une proposition qui semblait surprenante mais c'était le genre d'idée qui plaisait à Thomas. Mais comme faire de la lumière violette. Il eut soudain un éclair de génie et fouilla dans son sac, il prit un cyalume violet qu'il avait et s'approcha de la fresque. Il activa le cyalume et fit en sorte d'éclairer au maximum le soleil.

"Voyons voir ce que donne votre idée monsieur Anderson."
Revenir en haut Aller en bas
http://sgz-rpg.forumactif.org/
Charlie Hawkins
----------------
avatar
----------------
Externe
----------------


Nombre de messages : 14

Arrivé au SGC : 21/02/2015

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 28
Profession:
๏ Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Mer 25 Mar - 18:04

Charlie fut royalement ignoré, comme d'habitude. A croire que les militaires et les scientifiques étaient trop occupés à se prendre pour des génies pour écouter autre chose que les armes ou leur petite personne. Qu'à cela ne tienne. Hawkins resta donc muet et s'installa dos à la roche pour compléter le dossier médical de Parfait. Il entendait les pas des militaires qui patrouillaient aux alentour et celui des scientifiques qui grouillaient autour du rocher comme si ça allait changer les choses. Il n'y avait rien à trouver ici, faire des aller retour et se plaindre ne servirait à rien. Finalement, Parfait décida de rentrer et Charlie en fut soulagé.

Sur le chemin, ils croisèrent la route d'une équipe similaire à la leur. Pourquoi le SDT aurait-il envoyé une seconde équipe ? Mais à voir l'hostilité qui anima bientôt les deux camps, il devint clair que ce n'était pas le cas. Rapidement, Charlie se glissa derrière s'Fallen et attendit que les choses se calme. Ce qu'il entendit lui fit écarquiller les yeux. C'était quoi cette histoire ? Un voyage dans le temps ? Mais pourquoi ne l'avait-on pas informé ?! Après réflexion, cela devait être la partie du briefing qu'il n'avait pas écouté. A ce moment-là il faisait l'inventaire mental de tout ce qu'il devrait emporter et des consignes qu'il devrait donner avant son départ. Mais au final, cela ne changeait pas grand chose. Son travail restait le même. Assurer les soins nécessaires en cours de mission. Le contenu et les circonstances de celle-ci lui importait peu.

Il ne prêta qu'une oreille distraite aux explication du bibliothécaire et se contenta de suivre le mouvement jusqu'à la fresque qui semblait tant fasciner ce type à lunette. Anderson si sa mémoire était bonne. Et maintenant qu'il y pensait, ces personnes lui semblèrent familières. Il les avait déjà croisé auparavant. Là, le nouvel archéologue émit l'hypothèse qu'il suffisait d'éclairer le soleil peint sur la fresque d'une lumière violette. Ce que Sincet approuva en essayant d'utiliser un cyalume violet pour tester l'idée.

Charlie regarda faire les deux hommes en fronçant les sourcils. Etaient-ils sérieux ? Et ça se disait scientifiques ! Sentant qu'ils seraient là encore longtemps si personne ne se décidait à intervenir, Hawkins se dirigea vers les abords de la forêt pour y cueillir ce qui ressemblait à des mytrilles. Bien sûr il ne se serait pas aventurer à en goûter. Pas avant d'être sûr que ces fruits soient comestibles. Mais pour ce qu'il comptait faire, cela conviendrait.

Retournant vers le reste du groupe, il chercha sa lampe torche dans son sac et écrasa les fruits sur le verre de l'objet, le teintant ainsi de violet. Puis il actionna l'interrupteur et braqua le faisceau sur le soleil de la fresque.

« Ecartez-vous, vous êtes ridicules ! »
Revenir en haut Aller en bas
Boba Fett
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 7281

Arrivé au SGC : 18/03/2006

Age du Joueur : 28


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 38 ans
Profession:
๏ Expérience:
2463/15000  (2463/15000)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Jeu 26 Mar - 0:53

Nous suivions le maire à l’intérieure de sa mairie, où il prenait plaisir à nous faire une visite guidée personnalisée. Anderson devait être captivé par notre hôte, ce qui était moins le cas du reste de l’équipe. D’ailleurs, Smith et Mallory ne tardèrent pas à demander de faire un tour ailleurs, avec la permission de Reynolds. Je fis un signe de tête, étant d’accord avec le lieutenant. Pendant que les deux autres, s’en allèrent, je reportait mon attention sur les locaux environnants, mosaïques, statues et autres trucs culturels. Je jetais un regard de détresse à Reynolds.

-« Très intéressant tout ça. Mais les « Autres » sont ce qui nous intéressent le plus. »

Le vieux commençait à me soûler avec ses explications. Je voulait qu l’on parle du plus intéressant. Mis en tant que chef de missions, je devais paraître concerné parce qu’il me disait. Nous suivions le maire à travers le bâtiment avant de sortir dans le village, sur la demande d’Anderson, et à mon plus grand désespoir. Alors que nous déambulions dans les rues de la ville, mon regard s’attardait sur quelques bâtisses et jeunes bourgeoises du coin. Mais le maire me tira de mes rêves en nous présentant un groupe les fameux autres. A leur vue, mon sang ne fit qu’un tour. J’épaulais mon arme.

-« Déclinez votre identité ! »

Je pris pas le temps de vérifié si Reynolds avait fait de même, et je ne comptais même pas sur les réflexes de civil d’Anderson. Un autre groupe d’humain, avec des armes bien terriennes et des uniformes différents des nôtres, ne m’inspirait pas confiance. Seul le SGC envoie officiellement des troupes sur d’autres planètes. Il ne pouvait donc s’agir que d’une organisation clandestine comme la confrérie ou autre. J’entendis Reynolds appeler Smith et Malory. Groff demanda des nouvelles.

// Restez sur votre position, Groff.//

Anderson m’informa qu’il ne pouvait s’agir de la confrérie. Mais qui alors ? Je pouvais entendre le maire tenter de calmer la situation, craignant un bain de sang dans sa contrée. Je perçu les bruits de pas de mes 2 soldats revenant au pas de course. Anderson tentait également de calmer le jeu.

-« D’où venez vous ? Seule le SGC envoie des équipes. »

Un des leurs m’apporta une réponse, en baissant son arme. Il s’appelait Thomas Sincet. Un autre, plus décontracté, Paul Parfait fit de même. Et les deux m’assurèrent qu’il venait du futur. On m’en avait dit des trucs, et si j’avais été un bleu-bite comme il y avait des années, je n’en tiendrais pas compte. Mais j’avais été moi-même envoyé dans un monde parallèle, et ce genre de paradoxe ne m’était pas inconnu. Les mains toujours fermement agrippées à ma mitrailleuse, je pris le temps de réfléchir.

*Pourquoi pas ? *

Ils avaient baissés leurs armes pour la plupart, et ils aurait été facile de tirer dans le tas. Mais est-ce que ce paisible village avait besoin d’un bain de sang ? Est-ce que je devais sacrifier une partie de mon équipe, dans le doute ? Après réflexion, je baissais mon arme.

-« C’est bon, je vous crois. Voici le lieutenant Reynolds que vous semblez déjà connaître, le sergent Mallory, le soldat Smith et le docteur Anderson. Je suis le colonel Fett, responsable de mission. Si vous venez du futur, vous connaissez alors nos pedigrees. Vous cherchez un certain Janus, Anderson pourrait peut-être vous aider. »

Le problème de notre rencontre résolu, nous nous rendions à la bibliothèque pour que les scientifiques puissent faire des recherches. J’en profitais pour prévenir Groff que tout allait bien. Une fois dans le paradis des lecteurs, d’interminables recherches commencèrent. Je n’y prêtait que peu d’attention laissant cela à Anderson.

-« A quelle date avez vous quitté votre, notre monde ? Qu’est-ce qui a changé ? »

Une question me brûlait les lèvres, en plus de savoir le numéro gagnant du prochain loto, était de savoir ce qui allait m’arriver, dans le futur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Thena Khoomi
----------------
avatar
----------------
E.T
----------------


Nombre de messages : 4

Arrivé au SGC : 28/02/2015

Age du Joueur : 27


MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Jeu 26 Mar - 11:08

Thena s'immobilisa. Oui, c'était bien une silhouette qu'elle voyait derrière les fourrés. Elle avança à petit pas, progressant doucement mais sans bruit vers sa cible. Arrivé à quelques mètres, elle baissa son arme. C'était Tom, celui qui les avait hébergé la veille. Thena venait de découvrir par un pur hasard son coin secret à champignons. L'homme mit quelques secondes avant de la voir. Il sursauta, sourit et plaqua un doigt sur ses lèvres. Thena hocha la tête en clignant d'un œil pour lui assurer que, non, elle ne dévoilerait pas son coin. Il faut savoir respecter ça, les coins à champignons. C'est comme un secret de famille, ça se transmet de génération en génération, à demi-mot et toujours dans la plus grande discrétion.

Thena s'éclipsa aussi silencieusement qu'elle était arrivée et reprit la direction de la clairière. Arrivée à l'orée de la forêt, elle s'arrêta quelques minutes. Protégé par l'obscurité du sous-bois, elle osa sortir la petite flasque cachée dans sa poche intérieure de veste. Elle but deux grosses gorgées et, après avoir ranger la fiole à sa place, elle ferma les yeux pour apprécier le liquide chaud se répandre dans ses veines.


La jeune femme sortit enfin de la forêt.
" Rien à signaler de ce côté ! "Lança t-elle, comme pour se justifier.

Mais personne ne l'écouta, tous concentrés sur le message radio que Méta était en train de transmettre.

Thena n'avait pas bien comprit toutes ces histoires de voyages dans le temps. C'était trop compliqué, trop irréel. Elle avait juste mis l'information dans un coin de sa tête sans vraiment y réfléchir. En ce moment elle n'avait d'ailleurs pas l'impression d'avoir fait un bond de 10 ans en arrière. Un bon dans le passé, ça doit forcément faire quelque chose, un pincement au nombril, la marque de notre naissance, ou des neurones qui lâchent sous la pression de l'espace-temps qui se replie.

L'équipe se mit à repartir en direction du village en contre-bas. Lorsqu'ils tombèrent sur les membres du SGC, Thena s'en appocha sans crainte. Oui, c'était bien eux qu'ils recherchaient. Mais eux les accueillirent avec leurs canons tournés dans leur direction. La shavadaï braqua alors son arme sur leur chef, qui ressemblait drôlement à Méta. D'ailleurs où était-il celui-là ? Elle espérait qu'il était dans le coin juste à côté d'eux et avait gardé son camouflage optique, pour garder un avantage tactique si la rencontre devait dégénérer en baston.

Mais non, après quelques bavardages des deux côtés, les choses se tassèrent et tous se dirigèrent vers la bibliothèque. Thena était passionnée par les livres. Bizarre pour une bourrine de militaire... Mais le fait était qu'elle avait été privée de l'apprentissage de la lecture dans son enfance. Quand quelque chose est impossible, il se transforme alors souvent en une sorte de fantasme. Ici, la lecture. Ce n'est que bien plus tard, aux côtés de l'Alliance Luxienne qu'on le lui avait apprit. Thena se promena entre les rayonnages. Toucha du bout des doigts les livres, en choisi un et commença à le lire, à l'écart de tous.

Anderson semblait avoir trouver l'emplacement d'une autre fresque, dans la forêt, non loin d'ici. Les deux équipes reprirent donc leurs affaires et s'engagèrent sur le chemin qui menait à l'endroit.

Sur la route, Thena resta à l'écart, surveillant les arrières de la petite troupe. On ne sait jamais sur quoi on peut tomber...

Arrivé, sur les lieux, tout le monde se hâta pour voir la fresque qui avait été bouffé par un peu de mousse et de lichens mais qui restait toujours d'une beauté éclatante. Anderson partagea son idée, qui semblait plutôt bonne pour Thena, jusqu'à ce que Sincet sorte un petit tube lumineux violet. Puis ce fut au tour de Hawkins qui s'approcha avec des myrtilles écrasées sur sa lampe. Thena ravala un petit rire. C'est vrai c'était pas une mauvaise idée, mais la shavadaï voyait mal les Anciens demander à leur descendants d'écraser des myrtilles sur une lampe pour pouvoir ouvrir un passage secret.

Thena lâcha alors :
" Je n'y connais rien, mais quand ils parlent de lumière violette, moi je pense à la lumière noire. Au final, ce sont des rayons violets et ultra-violet. Et ça serait logique, qu'avec application d'une telle lumière, on puisse voire apparaître un texte ou des symboles invisibles à la lumière naturelle..."

Thena se garda bien de dévoiler où elle avait croiser ce genre de lumières pour la première fois. Sûr que ce n'était pas dans un bowling sur Terre, qu'elle avait connu ça...
Revenir en haut Aller en bas
Méta
----------------
avatar
----------------
E.T
----------------


Nombre de messages : 12

Arrivé au SGC : 21/02/2015

Age du Joueur : 39


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Jeu 26 Mar - 23:39

Méta passa donc le début de matinée à ne rien faire. Et observer les habitants. L’un des avantages à avoir un camouflage tactique. Vers les 12 heures, une activité inhabituelle se fit apercevoir au niveau de la porte. Des nouveaux venus. Armés. Une chose était sûre, c’était ce qu’on lui avait signalé comme l’objectif alpha. Il se leva et attrapa le reste de poulet qu’il avait gardé d’hier soir avant de le manger aussi sec. Pour la route. D’un clignement d’œil, il activa sa radio avant de lâcher un grognement agressif, laissant la voix métallique continuer à communication.


Méta communication a écrit:
« Tangos en provenance de la porte. Deux équipes, 1 investigation, 1 défense. Ordres ? »

Méta écouta les ordres, avant d’accrocher sa hache dans son dos.


*On les suit pour le moment c’est clair ?
-Gotcha.*


Avec un mince sourire, Méta se laissa tomber du bâtiment, atterrissant sur un autre avant de suivre le groupe de personne, passant par les toits en silence. Le groupe se sépara en deux, et Méta prit le partit de suivre le petit groupe. Si ils avaient fait pareil que leurs groupes, ils auront le droit à la visite de 3 heures.

Et un petit groupe était plus facile à suivre qu’un groupe normal. Les deux personnes se baladèrent donc dans le marché, et Méta resta sur les toits. Ils commencèrent à discuter, et il les suivi de loin. Jusqu’à ce qu’un appel radio vienne tout gâcher.
Apparemment, l’équipe SG avait rencontré les inconnus. Méta adapta sa vitesse de déplacement aux deux personnes qu’il suivait, avant de rouler souplement et de poursuivre sa marche rapide, légèrement accroupis afin de pouvoir diminuer la surface visible de son corps. Heureusement que les buissons abondaient…

Apparemment la situation n’était pas très bonne. Chacun pointait son arme sur l’autre, en chien de fusil. Mais une carte qu’ils n’avaient pas, c’était l’avantage d’avoir un allié dans le dos de leurs potentiels  ennemis.
Méta pianota deux trois mots qu’il fit résonner sur le canal Radio.


« Tango Ready »


Un simple mot. Suffisamment explicite pour tous ceux le connaissant. En place pour agir. Il attendit donc tranquillement un signal, mais jeta un regard soucieux aux petits bidouillons qui ornaient les armes qui ornaient ceux du passé.


*Tu t’en rappelle ?
- Les Anti-Kull….*


Un grognement sourd manqua de grimper dans sa gorge. Il détestait ces trucs. Son armure pouvait encaisser un tir, mais pas deux. Pas à une durée trop courte. L’électronique embarquée disjonctait et le temps de reboot était trop lent. Beaucoup trop lent.
Il resta donc en arrière, sa main poser sur sa hache. Au moindre signal il se tenait prêt à se jeter dans la mêlée et neutraliser toute les cibles.
Mais apparemment un petit Idiot avait eu l’idée d’appuyer sur la gâchette lorsque celui-ci sortit de son camouflage, touchant le colosse une première fois, le faisant reculer un peu.


* IL N’A PAS OSÉ ! IL N’A PAS OSÉ !  LAISSE MOI LE CONTROLE QUE JE FASSE LA PEAU A CE *** DE *** DE *** !
- Non c’est normal, notre armure est inspiré des Kull après tout, on va se préparer au pire*


Le deuxième tir ne passa pas. Méta l’arrêta du plat de sa lame d’un geste brusque avant de bondir désarmé l’idiot qui avait manqué de le faire passer en mode Berserker. Sérieusement…


Méta écris a écrit:
« JE NE SUIS PAS UN KULL BOWDEL ! »

Méta haussa un sourcil. Il n’avait pas osé modifier le vocabulaire du traducteur quand même.
Si…
Heureusement que les autres expliquèrent qu’il était de leur côté. Il n’aimait pas sortir sa carte maitresse dans des situations comme celle-là, mais quand il s’agissait de se protéger, il était capable de devenir très violent. Très violent.
Ils se dirigèrent donc après quelques explications  vers une bibliothèque, et Méta se balada dans les rayons. En passant, il croisa Théna plongé dans un livre. Il n’avait jamais sus lire vraiment. Enfin, que le Goa’uld écris.
En attendant que les autres trouvent un moyen d’ouvrir la porte après qu’ils se déplacèrent, Méta s’assit pour patienter le temps. Et chercher une solution.
En modifiant un peu les paramètres de son armure, il tenta d’émettre sur la totalité des ondes ultraviolets, en faisant varier la structure optique de son camouflage. Pouvait toujours tester…
Revenir en haut Aller en bas
Leon Smith
----------------
avatar
----------------
Soldat de 1ere classe
----------------


Nombre de messages : 139

Arrivé au SGC : 11/07/2010

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 37
Profession:
๏ Expérience:
107/3200  (107/3200)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Sam 28 Mar - 3:51

*Se balader en dehors du village ? Pas une habitude de jaffa, en tout cas*

Il avait tout juste attendu d’avoir la réponse de leur hôte avant de sortir avec Mallory, sous l’accord du Lieutenant, pour s’assurer de la sécurité des lieux. Cara serait la plus apte à discuter avec les autochtones  pour essayer de déceler leurs vraies attentions. Smith allait surtout faire du repérage, essayer de trouver le piège s’il y en avait un, tout en gardant un œil sur sa coéquipière au cas où les choses tourneraient mal.
Une fois dehors, ils retrouvèrent la place du marché qui se vidait, perdant de son influence au fur et à mesure alors que le soleil se tenait bien haut dans le ciel. Bien que le cycle solaire de cette partie de la galaxie lui fût inconnu, Smith pouvait parier qu’ils étaient à la mi-journée. Mais comme lors de son arrivée, Smith eut un sentiment désagréable en lui, ayant sans cesse l’impression d’être espionné, ou qu’un piège était sur le point de se refermer sur eux. Il se confia à Cara.


« Depuis qu’on est arrivé, j’ai l’impression d’être épié… mais pas par ces gens. »

Si ce peuple avait de mauvaises intentions envers l’équipe SG, ce n’était pas ça que craignait l’anglais. Il voyait en eux de simples complices d’ennemis plus dangereux. Mais sa parano n’était basée sur aucun argument solide et c’était à lui de trouver des indices.

« En tout cas, si nous ne sommes pas les premiers visiteurs, je doute fort que des jaffas soient passés avant nous. Ils auraient déjà mis ce peuple à genou et on aurait été canardé dès notre passage par la porte. Et si piège il y a, ça ne ressemble pas à leurs méthodes… Après, faut se méfier, avec Anubis… »

Alors qu’il pensait à voix haute tranquillement en marchant près du Sergent, la voix du poissonnier du coin vint les interpeller. Sauf que Smith se rappela que cet homme, il l’avait déjà vu. Il les avait accueillis à la porte des étoiles. Et comme s’en doutait Léon, il avait déjà oublié le nom de l’individu.

« Votre sœur ? » Il haussa un sourcil interrogatif tout en exprimant une mine innocente. Il voulut répliquer quand l’homme parla de « charmante compagnie » mais ne fit rien, laissant tout le loisir à Cara de répondre si elle le voulait. Ça n’avait rien de méchant, mais un peu trop familier au goût de l’anglais.

Complètement désintéressé par la suite, Léon tourna le dos à l’homme et scruta les alentours. L’individu parla de poisson et de la fresque, sans donner d’informations utiles à ses yeux, et l’anglais montra un air faussement impliqué à la conversation. Son regard se baladait maintenant vers les hauteurs, à la recherche d’un espion ou d’une quelconque embuscade sur le point de se dérouler. A son grand désarroi, il ne repéra rien d’anormal de ses propres yeux. Mais il avait toujours cet étrange sentiment qu’ils étaient surveillés par quelqu’un, ou quelque chose…

Un nouvel arrivant entra dans la conversation, un dénommé Jerry, forgeron du village. Quand celui-ci parla de lame et surtout de dague, Smith s’avoua au fond de lui-même qu’il ressentait un intérêt tout particulier envers cet homme. C’était une simple curiosité venant avant tout d’un amateur de ce genre d’arme, ainsi que de ce métier qui était tout un art. Mais il ne l’écouta pas trop longtemps non plus, faisant signe de tête à Mallory qu’il allait inspecter les alentours du marché. Il laissa Cara parler avec cet homme, qui avait l’air de poser pas mal de question, et fit un premier tour pour s’assurer de la sécurité des alentours.
Au bout d’une heure, sagement posté sur le haut d’une colline, il entendit l’appel radio de Reynolds et décida de rejoindre sa coéquipière, communiquant toujours avec les gens de ce peuple, en contrebas.


« Vous avez entendu le message du Lieutenant ? » Demanda-t-il en sachant l’évidence de la réponse. Sans perdre un instant, Cara et Léon partirent vers la sortie nord du village retrouver leur équipe.

En arrivant, Smith fut soulagé de n’entendre aucun coup de feu mais la goutte qui aurait pu faire déborder le vase se produisit quand un individu dans une armure de guerrier Kull essaya de les prendre à revers. Reynolds lui tira dessus et le Kull, qui semblait différent de ceux qu’ils avaient l’habitude de côtoyer, se fritta avec le Lieutenant alors que tous les autres ne surent aucunement comment réagir aux premiers abords. Mais l’âme sensée de Michael Anderson essaya de calmer le jeu, tout comme certains membres de l’autre équipe… Une équipe aux allures terriennes. Les armes, les tenues de missions, leurs postures de combat… On aurait pu croire à des terriens, un peu plus sophistiqué et dans une tenue plus moderne, plus classe, peut-être. Sans compter que l’un d’eux était dans une armure de super soldat.

Le M16 braqué sur ces personnes, Smith fut rempli de questions mais laissa soin aux supérieurs de désamorcer la situation, et de trouver des réponses. Celles-ci arrivèrent vite et quand l’anglais entendit le principal interlocuteur dire qu’ils venaient du futur, du système de défense terrestre qui avait remplacé le SGC, Smith pouffa de rire avant de réaliser qu’il fallait prendre cette info très au sérieux.


« Du futur ? C’est possible, ça ? » Demanda-t-il en cherchant le regard d’Anderson, comme si le scientifique pouvait le rassurer sur cette théorie plus que flippante.

Résigné, déconcerté, Smith baissa petit à petit son arme tout en gardant à l’oeil plusieurs membres de l’autre équipe qui n’avaient pas l’air commodes. Faisant confiance envers le Colonel, il suivit le groupe pour rejoindre cette bibliothèque. Sur la route, il glissa dans l’oreille de Boba Fett :


« Mon Colonel, ce Sincet a bien dit qu’on devait aller dans son époque pour l’aider ? Hors de question ! Je ne veux pas aller dans le futur moi... »

Angoissé à l’idée de se retrouver devant lui-même s’il allait « là-bas », et totalement décontenancé par cette situation loufoque, Léon se laissa guider et suivit sagement tout le monde jusqu’à la bibliothèque. Arrivés là-bas, ils eurent des pistes pour retrouver un soit disant laboratoire de Planus, ou un truc dans ce genre, mais l’anglais laissa ce travail aux plus motivés et compétents dans ce type de domaine. Surveillant chacun des individus venant du futur, il retourna dans sa tête un maximum de questions qui lui brûlaient les lèvres, sans parvenir à émettre un seul son et laissant le groupe faire son travail. Pendant ce temps, une jeune femme leur servit une boisson et Smith eut l’agréable surprise de boire un thé fort plaisant.  

« Merci. » Dit-il à la jeune femme en lui adressant son plus joli sourire, avant que celle-ci ne se joigne aux recherches.

Le temps parut ensuite plus long, peut-être parce que cela dura des heures, mais Smith commençait à se dire qu’il n’y avait ni citée ancienne, ni laboratoire de Malus sur cette foutue planète. Mais au moins, cela avait le mérite de leur faire prendre l’air.
C’est alors qu’ils trouvèrent un endroit apparemment fort intéressant : une fresque, au bas d’une montagne, avec un soleil violet dessus. Ceci pourrait être une porte, peut-être ? Mais si c’était le cas, il leur manquait le code d’ouverture. L’idée d’une lumière violette pour ouvrir la porte ne fut pas si mauvaise que cela, mais quand Smith vit l’un des hommes de l’autre équipe écraser un fruit sur sa lampe torche dans l’intention de créer une lumière violette, il s’approcha en le regardant comme s’il voyait un Yéti pour la première fois.


« Vous rigolez, j’espère ? » Avant d’ajouter, à l’intention de tout le monde. « Si le labo de Janusse se trouve là derrière, et qu’on a pas la clé pour ouvrir la porte, il n’y a qu’une solution. »

Smith sortit un pain de C4 et commença à marcher vers la fresque. Il pouvait déjà entendre les cris d’Anderson à son égard. Mais qu’il se rassure, il ne ferait rien péter sans avoir l’autorisation du Colonel…
Revenir en haut Aller en bas
Josh Reynolds
----------------
avatar
----------------
Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 7724

Arrivé au SGC : 13/01/2009

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
645/3200  (645/3200)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Lun 30 Mar - 3:01

« Vous êtes sérieux, là ? »

Dépité, Josh chercha les autres du regard, se demandant si c’était lui ou si la tentative du toubib-du-futur était bel et bien totalement absurde – la réaction de Smith le conforta toutefois vite dans la seconde hypothèse. Après le cyalume violet, on écrasait à présent des myrtilles sur une lampe pour faire de la lumière violette... et puis quoi encore ?!
Heureusement Théna était beaucoup plus terre-à-terre. Pour le lieutenant, son idée, qu’évidemment aucun des quatre locaux ne comprit, était beaucoup plus sensée. Restait à renvoyer des ultraviolets sur la fresque… Car si malgré le fait que le soleil descendait peu à peu il faisait beau, la configuration des lieux ne permettrait jamais aux rayons lumineux de toucher directement la paroi – quant à l’armure ultramoderne de Méta, c’était peine perdue.


« C’est quoi, des rayons ultraviolets ? »

Avec l’équipe de Parfait depuis la veille, Tom était toujours là, incrédule devant les recherches de ceux qui restaient pour lui des étrangers. Il en était de même pour Myrthal, Delmak et Philae, tous trois aussi perdus que leur camarade. Aussi, sans doute ne furent-ils pas inquiétés par la dernière idée en date…

« Rangez ça. Positionné entre Smith et la fresque, sauf ordre contraire de son supérieur, Josh n’avait pas l’intention de bouger. Si les Anciens ont construit ce qu’il y a derrière – il désigna du pouce la paroi – avec le même matériau que pour la Porte des Étoiles, vous allez tous nous faire tuer et l’accès sera toujours fermé. On a encore du temps, ne l’utilisons qu’en dernier recours. »

Ses yeux se posèrent alors à nouveau sur les armes de leurs compagnons d’un jour – majoritairement des P-90 – et une idée lui traversa soudain l’esprit :

« Le laser, c’est bien monochromatique, non ? »

Avec du rouge et du bleu, on obtenait du violet. Avec le pointeur laser fixé aux P-90 et le cristal bleu translucide que Sincet avait montré à tout le monde quelques heures plus tôt, on obtenait un laser d’un pur violet – longueur d’onde à l’appui.
Toutefois Sincet n’avait toujours pas sorti le cristal de son sac que les radios de l’équipe SG grésillèrent par deux fois, signe d’un appel imminent de la seconde équipe :


// Al’kesh en approche au Sud de la Porte ! //

Quelques secondes plus tard, le bourdonnement du vaisseau était déjà audible depuis leur position. On entendit alors une explosion, puis une autre, et le bombardier apparut enfin dans leur champ de vision, une longue traînée de fumée noire dans son sillage, avant de perdre de l’altitude et de s’écraser à quelques kilomètres de là.

// 1-0 pour la Terre. On reste en position. Groff, terminé. //

Pendant ce temps, on avait déjà réalisé l’opération : le laser, traversant le cristal, devint violet et fut pointé au centre du soleil. Il y eut quelques secondes de latence, puis la fresque recula, s’ouvrit en son centre, et les deux parties se télescopèrent respectivement dans les parties gauche et droite de la paroi qui n’avaient pas bougé. L’espace ouvert, de la largeur de trois personnes, laissa alors apparaître derrière lui un long couloir aux couleurs multiples… ainsi qu’une multitude de signaux électromagnétiques sur la tablette de Parfait. D’une dominance bleue et verte, les bords parfois marron ou gris, le sol parfaitement lisse… L’architecture, totalement étrangère à la culture du village et même à ce que connaissaient les acteurs du Programme « Porte des Étoiles », témoignait parfaitement de la technologie des Anciens. Elle n’était cependant pas étrangère à l’équipe du SDT, qui s’était d’ailleurs bien gardée de partager leur expérience en la matière…

« Puisque votre colosse dispose d’un camouflage aussi performant, il devrait peut-être en profiter pour rester là et surveiller nos arrières, qu’en dites-vous ? »

Non, Josh n’avait toujours pas digéré la sauvagerie de leur « extra-extraterrestre ». Et s’il pouvait réellement être utile à protéger l’entrée, il était aussi certainement prudent de ne pas le laisser approcher d’éventuelles technologies… délicates.

// Activation de la Porte des Étoiles ! //

« Ok, je reste ici aussi. »

Méta et Josh en position pour protéger l’entrée de la structure, les autres purent avancer.

Le couloir qu’ils parcouraient, s’allumant tout seul au fur et à mesure de leur progression, était long d’une dizaine de mètres, avant de déboucher sur un couloir lui bien plus long, en forme de U. Aussi les deux équipes se séparèrent, Tom et Philae suivant l’équipe du futur, et Myrthal et Delmak celle du SGC.
La première équipe prit à gauche. Le couloir – un cul-de-sac – permettait d’atteindre trois pièces, toutes protégées par des portes. La première sur leur trajet n’était visiblement rien de plus, et rien de moins, qu’une chambre. Plusieurs étagères et un lit double surmonté d’un drap blanc étaient là pour en attester. La seconde, de l’autre côté du couloir, disposait de bien plus de matériels. Trois consoles étaient alignées en arc de cercle, face à un écran ultra-fin, éteint. Ceux qui s’y connaissaient les examinèrent – ou les néophytes prirent le risque de déclencher la pire catastrophe –, et l’écran s’alluma. Après quelques manipulations une carte spatiale apparut, découvrant la modélisation de P3X-127 et des étoiles les plus proches, mais nulle trace de vaisseau en orbite. Il suffit d’un zoom pour voir de plus près la planète, ses différentes structures et les êtres qui la parcouraient. La Porte des Étoiles, qui clignotait, était cernée par quatre points auxquels faisaient face d’autres points qui apparaissaient et disparaissaient à un rythme irrégulier. Pendant un long instant il ne resta bientôt plus que les quatre premiers points, puis d’autres apparurent de nouveau, et cette fois-ci les premiers reculèrent vers le Nord.


// -chhhhhh- -chhhhhhhh- -chhhhhhhhh- //

Les radios de l’équipe SG crépitèrent, mais rien d’audible ne sortit. Ses membres, eux, avaient pris l’autre côté, à savoir la droite. Le couloir – là-encore un cul-de-sac – permettait d’atteindre deux pièces. La première sur leur route était particulièrement grande, pleine de brics et de brocs, d’objets en tous genres prêts à s’assembler les uns avec les autres. Il s’agissait vraisemblablement d’une sorte d’atelier, ou de garage – bien qu’il n’y eût aucune sortie autre que le passage par lequel ils étaient passés. Ils ressortaient de la salle quand Reynolds vint à leur rencontre en trottinant :

« L’ennemi commence à débarquer. Le lieutenant Groff a dû abandonner sa position, il se replie sur le village. Il demande des renforts, monsieur. »

Fett et Smith se détachèrent du groupe pour porter assistance à l’autre équipe, tandis que le lieutenant rejoignait ce qu’on pouvait appeler la « salle de commande » pour relayer l’information :

« Notre seconde équipe a dû abandonner sa position. La Porte des Étoiles n’est plus atteig… Comprenant alors ce qu’il avait sous les yeux, Josh se garda de donner des détails que ses interlocuteurs avaient déjà. Si certains d’entre vous se sentent mal à l’aise ici, ils devraient les rejoindre au village... »

S’Fallen et Khoomi sortirent, bientôt suivis par Philae. Le lieutenant l’attrapa aussitôt par le bras :

« Ooooh, vous allez où, là ? Restez ici, vous y serez bien plus en sécurité. »

De leur côté, Anderson, Mallory, Myrthal et Delmak découvraient leur seconde pièce, tout au fond du couloir. Presqu’aussi grande que la précédente, cette salle disposait de deux consoles, l’une en face de l’autre, près de leurs murs respectifs. Au centre se dégageait un large espace, avec un présentoir circulaire, et au-dessus, flottante, suspendue au-dessus du vide, une longue épée scintillante brillant de milles feux. Plusieurs minutes d’observation s’écoulèrent. Myrthal, le plus proche de l’épée, hésitait encore à la toucher. Delmak, lui, était resté le plus en retrait, et pour cause : dégageant une dague de sa tunique, il poignarda Cara avec un sang-froid extrême, propulsa Michael contre le mur le plus proche, et en vint bientôt à s’occuper du cas du maire…

A présent que Méta avait quitté son poste pour se joindre aux équipes en prise avec les troupes d’Anubis, et après avoir réussi à dissuader Philae de jouer à l’héroïne – sans lien avec une quelconque drogue –, le lieutenant Reynolds avait quitté les scientifiques du futur pour protéger l’entrée de la structure. Ces derniers découvraient désormais leur troisième salle, au bout du couloir. Il s’agissait d’une pièce particulièrement vaste : il y avait d’un côté deux consoles, toutes deux collées contre le mur ; de l’autre figurait une troisième console, cette fois bien plus archaïque, visiblement en pierre, chaque bloc représentant une lettre, le tout surmonté d’une longue inscription en Ancien. Celle-ci disait :
« ici se trouve la Porte de l’Age. Selon votre Sensibilité, Avancez ou reculez et Générez l’Espace. ». Enfin, face à eux, un prototype moitié plus petit de quelque chose qu’ils connaissaient particulièrement bien : une Porte des Étoiles.
Tom s’intéressait au message laissé par le créateur de cet endroit – Janus, aux dernières nouvelles :


« Qu’est-ce qui est écr... ? »

Une rafale de tirs l’interrompit. A l’intersection des deux couloirs, un casque roula sur le sol alors que Reynolds perdait à son tour connaissance, assommé. Myrthal, lui, était d’ores-et-déjà mort.

Au village, la situation était chaotique. Matheson et Lannan étaient montés sur les remparts pour prêter main forte aux habitants, tantôt tirant par rafales, tantôt switchant de mode de tir pour le nouvel appareil anti-Kull. Boone, lui, répartissait les villageois volontaires pour combattre du mieux qu’il le pouvait, tandis que Groff, lance-roquettes sur les épaules, abattait un planeur qui finit bientôt sa course dans un champ voisin. Aussi les renforts fournis par Fett, Smith, s’Fallen, Théna et Méta étaient plus que bienvenus :


« Mon colonel ! On a eu l’occasion de tester les armes anti-Kull, et je peux vous dire qu’elles sont efficaces. Malheureusement ils étaient trop nombreux, on n’a pas réussi à tenir la Porte. A présent ils essaient de nous encercler ; on a vu un Al’kesh se poser à un ou deux kilomètres d’ici, au Sud-Ouest, et…

// -chhhhhh- -chhhhhhhh- -chh- -chh- -chh- -chhhhhh- //

– … et un autre à l’Est. Pour l’instant on résiste, mais je crains qu’on ne puisse pas tenir cette position éternellement… Avez-vous trouvé ce qu’on cherchait ? »

_________________


>> Fiche / Dossier
>> #771215


Anciennement Evans Dablord : Fiche / Dossier
Revenir en haut Aller en bas
Cara Mallory
----------------
avatar
----------------
Sergent
----------------


Nombre de messages : 652

Arrivé au SGC : 29/02/2012

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 29
Profession: Militaire
๏ Expérience:
219/3200  (219/3200)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Lun 30 Mar - 15:43

Cara fut soulagée d’avoir l’autorisation de sortir et d’inspecter les lieux. Etre enfermé dans un lieu comme celui-ci, aussi magnifique soit-il, elle avait dû mal. Elle ne fut pas gênée d’avoir la compagnie de Léon. Elle avait déjà fait plusieurs missions en sa compagnie et elle avait confiance en lui.

La place du village se vidait de plus en plus. Mais les tavernes avoisinante semblaient au contraire se remplir tranquillement et dans la joie. Cara marcha au côté de Léon tout en observant autour d’elle. Elle sentit son camarade se raidir, elle allait lui demandé la raison quand celui-ci expliqua la situation.

« Espionné peut être pas, mais épier c’est sûr. On n’est pas de leur monde et donc un objet de curiosité pour eux. Je m’attendais, par contre, qu’on soit plus montré du doigt. »

C’est vrai que les villageois ne semblait pas surpris de leurs arriver, curieux et avide de commérages, mais pas surpris comme sur d’autres planètes. Léon fit la même constatation, il avait tout à fait raison quand il disait qu’ils n’étaient pas les premiers visiteurs et que ce n’était pas les têtes de serpents.

« Vous avez le bons raisonnement, je ne vois ni crainte, ni attitudes traumatiques comme chez certaines personnes qu’on a menacé ou pris en otages. Ils continuent tous leurs petites vies avec juste la distraction que l’on représente. Pour le piège, je ne pense pas, le comportement des gens ne peut pas être caché, encore plus avec un profiler, comme moi, ayant travaillé avec des psychopathes. »

Le poissonnier attira alors leur attention. Il parlait sans rien dire de particulier ni même réfléchir. Quand il parla de charmante compagnie, Cara siffla entre ses dents :

« Je suis tout, sauf de charmante compagnie. »

Mais le poissonnier semblait trop occupé à blablater donc Cara n’en fit rien de la remarque. Pourquoi se prendre la tête avec un homme du village pour une simple phrase, elle avait connu bien pire. Quand le forgeron les rejoint, Cara dû se mordre les lèvres pour ne pas éclater de rire devant la scène qui se déroulait devant elle. « Astérix et Obélix » sont les mots qui lui vinrent en mémoires, cette BD original, originaire de France, qu’elle avait découverte avec sa correspondante dans sa jeunesse. Il manquait plus que le grassouillet disant : « où ça un gros, je ne suis pas gros, juste légèrement enrobé ».

La petite scène, bien qu’agréable, s’interrompit quand la radio de Cara et de Léon annonça qu’il devait se rendre immédiatement à la porte nord. Elle se précipita à la suite de Léon, quand ils arrivèrent enfin sur place, Cara pu voir ce qui avait attiré l’attention de l’équipe. Une autre équipe se tenait devant eux. La confrérie fut la première chose que tout le mode pensa, même la jeune femme.

« Je ne vois aucune attitude agressive dans leur comportement. Ils ont l’air tout à fait normal, enfin en parlant vite fait. Je dirais plutôt inoffensif pour nous. »


Cara avait eu raison, ils n’étaient pas des ennemis, même plutôt des alliés, mais assez particulier car ils venaient du futur. Elle repensa alors à une des premières missions faites avec le couple Anthony et Julia. Ils avaient rencontré le fils de ces deux là qui les avertissait d’une attaques Goaul’d. Elle avait alors eu à l’époque la confirmation que ça sœur était bien en vie et que ces têtes de serpent la détenez et en avait fait une tueuse pour leur compte comme toute les petites filles ayant survécu à leurs séquestration. Pour résumé, le futur, elle ne voulait pas trop s’y frotter.

Léon aussi avait l’air d’angoisser à l’idée d’aller dans le futur, ce qui rassura légèrement la jeune femme, mais elle préféra se taire. Pour se changer les idées, elle préféra regarder plus attentivement l’autre équipe. Aussi atypique que pouvait l’être une équipe SG. L’un était la copie du colonel Fett et un autre lui rappelé son ancien collègue Spencer Reid. Elle avait quand même hâte de faire connaissance avec eux, en espérant que l’adage « la curiosité est un vilain défaut » ne s’applique pas dans cette situation.

Tous partir en direction du présumé laboratoire de Janus. Bientôt l’entrée fut bloquée et surtout assez énigmatique. Elle avait bien envie de soutenir Léon dans son idée de tout faire sauté au C4, mais il fallait être réaliste, laboratoire voulait dire quelque chose de précieux et donc une explosion même maitriser pouvait endommager l’objet convoité. Mais après ça, elle l’allait plus supporter longtemps la couleur violette. La question des lasers se posa.

« Logiquement oui, ils sont monochromatiques », répondit Cara avec les quelques connaissance de physique qu’elle pouvait avoir.

Cela fut alors calculé, hypothèse et tout le reste. Sincet allait le tester quand la radio se mit à grésiller.

« Cela était trop beau pour durer », pensa la jeune femme. Encore plus quand la seconde équipe expliqua la raison.

Cara décrocha son arme, prête à tirer en cas de nécessiter. Mais elle fut contente de voir que le bruit du vaisseau ennemi ne dura qu’un certain temps. Elle apprécia encore plus le bruit du crash et cria un « bien fait pour vous » dans sa tête.

« Il ne faut pas se laisser aller, je pense que d’autres vont les rejoindre », commenta Cara à son supérieur.

L’expérience des lasers marcha et la porte s’ouvrit, au moins pas besoin d’utiliser le C4 de Léon qui aurait peut être permis d’être plus vite repéré. Pour Cara elle avait quand même l’impression, malgré la beauté du lieu, de rentrer dans un tombeau. Elle espéra pouvoir y ressortir. Elle se mit en retrait en attendant de recevoir ses ordres, mais tout en restant près de la sortie. Le message d’activation de la porte Cara voulu se portait volontaire pour rester devant. Pourtant seul Josh et Méta se désignèrent.

« Vous êtes sûr, je pourrais vous donner un coup de main… Non ? Compris
»

Cara accompagna Anderson, comme promis elle lui répondit qu’avec elle il ne risquait, par contre elle ne savait pas trop comment réagir avec les deux autres, une chose la dérangée, mais quoi elle ne savait pas. Dans la salle, elle vit deux consoles et un présentoir circulaire. Cela lui rappela l’époque où elle voulait devenir médecin et les cours d’anatomie sur des vrais corps. Mais l’épée en plein milieu dénoté étonnamment. Elle contempla cette arme, elle était attirée par elle.


« Anderson vous devriez trouver votre bonheur avec cette épée », déclara-t-elle avec un sourire.

Son sourire ne dura pas longtemps car elle sentie une douleur extrême sur le flanc gauche. Elle la reconnu sans problème elle venait de se faire poignarder. Difficilement elle tomba en genoux, elle avait toujours le poignard planté et heureusement, pour le moment elle ne se viderait pas de son sang. Plus loin elle vit Michael par terre et le maire peut être mort. Elle attrapa la radio et tenta vainement de prévenir les autres.

« Je viens de me faire poignarder et Anderson est en mauvaise état. Faite attention… »


Elle s’écroula sans savoir si les autres avaient bien reçu le message.


Revenir en haut Aller en bas
Thomas Sincet
----------------
avatar
----------------
Scientifique
----------------


Nombre de messages : 136

Arrivé au SGC : 26/07/2006

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Scientifique
๏ Expérience:
1793/5000  (1793/5000)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Lun 30 Mar - 16:38

Thomas n'avait eu aucun succès avec son cyalume. C'est alors qu'on proposa d'écraser des fruits sur une lampe-torche. Thomas doutait de la réussite d'une telle opération mais regarda quand même. Josh Reynolds parla ensuite de laser.

"Un laser rouge et le cristal bleu. Bonne idée."

Thomas posa son sac pour en sortir le cristal qui pourrait les aider à pénétrer dans le laboratoire de Janus. C'est alors que les radios de l'équipe du SGC grésillèrent, signalant une attaque. Des Goa'ulds. Thomas se dépêcha de sortir le cristal et avec le laser de s'Fallen éclaira le soleil au travers du cristal. Un rayon violet illumina le soleil et la paroi s'enfonça avant de disparaître de chaque côté, laissant la voie libre aux équipes. Thomas entendit un grondement, c'était un vaisseau ennemi qui venait de s'écraser non loin de là. Il pénétra dans dans le couloir et observa les décoration typique qui lui rappelaient son passage sur Atlantis lors de son premier combat contre Tonatiuh. Cette bataille avait été rude. Paul le rappela pour lui faire savoir qu'il devait attendre le reste de l'équipe. Josh et Méta restèrent à l'extérieur pour protéger l'accès. Les deux équipes se séparèrent. Thomas ouvrit la première porte. Il remarqua les lits et les draps.

"Une chambre visiblement. Peut-être pour se reposer à l’abri des regards indiscrets."


Puis ils continuèrent vers une autre salle et tombèrent sur des consoles. Paul Parfait se jeta dessus et commençait à pianoter jusqu'à obtenir des informations intéressantes sur la planète où ils étaient.

"Regardez, des signes de vie autour de la porte."

Les combats semblaient rudes et les signes de vie s'éteignaient pour réapparaître selon la mort des uns et l'arrivée des autres. C'est alors que Josh Reynolds surgit en expliquant ce qu'ils venaient de voir, confirmant leur supposition. Pendant que Paul continuait ses recherches, une partie de l'équipe se dirigea vers la sortie pour se battre et leur laisser un peu plus de temps. Thomas fit signe à Reynolds avant qu'il ne reparte, il lui donna le cristal et le dispositif qui leur avait permis d'arriver ici.

"Gardez-le sur vous, il contient une faille dans un vaisseau de Tonatiuh, notre ennemi. Avec ça vous pourrez nous sauver et gagner notre confiance. Et ce dernier dispositif est un peu grillé mais avec l'aide de nos scientifiques ils pourront le réparer et vous renvoyer à votre époque."

Suite à ça il laissa le militaire aller se battre et se dirigea vers une troisième porte. En entrant il remarqua les consoles de style Ancien et la console de pierre. Il en avait vu dans les archives du SGC. Parfait devait en savoir plus que lui. Il s'apprêtait à repartir quand Thomas remarqua la porte des étoiles et l'inscription. Il tenta de la traduire.

*ici se trouve la Porte de l’Age. Selon votre Sensibilité, Avancez ou reculez et Générez l’Espace.*

Son regard s'illumina, ils devaient avoir trouvé la machine qui a permit et qui permettra à l'équipe du SGC de passer vers leur époque. Ils devaient l'activer. Thomas s'éclipsa au pas de course et alla chercher Parfait et Hawkins.

"Venez, j'ai trouvé quelque chose qui vaut le coup d'oeil."

Il les amena et montra la porte des étoiles et l'inscription.

"ça signifie : ici se trouve la Porte de l’Age. Selon votre Sensibilité, Avancez ou reculez et Générez l’Espace. Ce doit être cet appareil qui permettra à l'équipe du SGC de retourner à notre époque."

Il montra ensuite à Parfait la console de pierre en lui traduisant les inscriptions à l'aide d'un de ces dictionnaires Anciens établis par le SGC. C'est alors que des tirs se firent entendre. Thomas agrippa son P-90.

"Charlie, avec moi."

Il devait faire gagner du temps à Parfait le temps qu'il parvienne à activer la porte des étoiles. Mais n'étant pas militaire ça risquait d'être plus compliqué à faire. Il visait devant lui pour tirer à la moindre activité suspecte. C'est alors que Reynolds tomba inconscient. Thomas regarda Charlie pour lui faire signe de le couvrir et avança rapidement, agrippa le col du militaire et le fit glisser sur le sol jusqu'à la salle de la porte.

"Charlie, occupez-vous de lui."

Thomas se replaça sur le côté de la porte avec vue sur le couloir. P-90 en main.
Revenir en haut Aller en bas
http://sgz-rpg.forumactif.org/
Paul Parfait
----------------
avatar
----------------
Responsable des scientifiques
----------------


Nombre de messages : 7

Arrivé au SGC : 21/02/2015

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 35
Profession:
๏ Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Lun 30 Mar - 16:59

Paul suivait d'un air désabusé les veines tentatives de ses collègues jusqu'à ce qu'un militaire proposa le laser.

"Oui c'est bien ça une lumière monochromatique ... Rouge !"

C'est ensuite que Reynolds parla du cristal bleu. Paul haussa un sourcil.

"Il se pourrait que ça marche."

C'est alors qu'un vaisseau s'écrasa non loin d'eux, ils étaient attaqués. Paul se précipita à l’abri tandis que Thomas ouvrit la fresque, laissant un passage. Reynolds proposa de laisser Méta à l'entrée.

"Très bien, Méta, vous gardez l'entrée du laboratoire."

Puis il entra avec les autres. Il détecta une multitude de signaux.

"Je crois qu'on approche du but."

Il arrivèrent à un embranchement. Paul montra une direction.

"Nous on prend cette direction. Vous n'avez qu'à prendre l'autre."

Paul et le reste de son équipe arrivèrent devant une première salle. Une chambre d'après Sincet. Puis une autre salle plus intéressante pour Paul. Il poussa tout le monde et s'y installa.

"Voyons voir ce qu'il y a là-dedans ..."

Il pianota pour accéder aux systèmes concernés par cette console et afficha une carte de la planète et zooma vers la porte des étoiles. Thomas fit une remarque sur les signes de vie.

"Bravo Einstein ... Oui ce sont des signes de vie et là ce doit être l'équipe SG en charge de la protection de la porte des étoiles. C'est foutu pour cette issue."

Puis Reynolds déboula, il fit son explication et embarqua d'autres militaires.

"Très bien allez les aider dehors."

Thomas sortit de la salle. Paul de son côté cherchait d'autres informations sur la console quand l'archéologue fit part d'une découverte. Paul se leva et suivit avec Hawkins l'archéologue. En entrant dans cette troisième salle il remarqua les consoles mais surtout l'interface de pierre et la porte des étoiles miniature.

"C'est ici."

Il se dirigea vers la console pour l'activer et charger les données de Janus afin de savoir comment programmer l'interface de pierre pour activer la porte des étoiles. Sincet lui donna les traduction des différents boutons. C'est alors que des bruits de tir se firent entendre. Paul se baissa par réflexe.

"Mais c'est quoi ça encore ?"

Thomas et Charlie allaient s'en occuper.

"Super, protégé par un médecin autiste et un archéologue fêlé ..."

Paul se reconcentra sur son travail pour savoir comment programmer l'interface de pierre correctement. C'est alors que Sincet ramena Reynolds inconscient.

"Ah ces militaires, des petites natures ..."

Sur ce bon mot, il esquissa un sourire et continua son travail, le coeur battant à toute vitesse.
Revenir en haut Aller en bas
Michael Anderson
----------------
avatar
----------------
Responsable des scientifiques
----------------


Nombre de messages : 981

Arrivé au SGC : 18/03/2009

Age du Joueur : 35


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
281/500  (281/500)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Mar 31 Mar - 21:16

Après avoir résolu brillamment cette petite énigme (et je reste modeste), nos amis du futur proposèrent quelques solutions (plus loufoques les unes que les autres) qui me laissèrent coi de stupeur. Je voyais Josh aussi incrédule que moi-même aussi je m'approchai de lui pour lui chuchoter discrètement au creux de l'oreille :

- Euh… on va régresser dans le futur tu crois ? Y a peut-être eu un hiver nucléaire ou un truc comme ça qui expliquerait…

Je m'interrompis au milieu de ma phrase au moment où Léon Smith excédé devant le comportement de nos amis probablement venus en DeLorean, proposait une solution… plus radicale.

- Faire sauter la porte ! Criais-je tout en m'agrippant les cheveux de mes deux mains sous le coup de l'émotion. Mais vous n'y pensez pas ! C'est probablement la seule civilisation qui peut nous sauver la mise face aux goa'uld et vous, vous voulez tout faire sauter ! Et pourquoi ne pas avoir directement envoyé une ogive par la porte des étoiles ça aurait été plus rapide ! Remarque ce n'est que partie remise car si vous faites sauter cette porte et s'il y a bien une technologie Ancienne derrière, la déflagration suffirait certainement à raser une bonne partie de cette planète….

C'est à ce moment-là que Josh intervint et débloqua la situation à mon grand soulagement. Grace à sa proposition, l'équipement adéquat fut finalement réuni et l'expérience fut une brillante réussite. La porte s'ouvrit alors, coulissant à l'intérieur même de la paroi laissant apparaitre une ouverture des plus engageantes pour le brillant scientifique que j'étais… Ah oui j'allais omettre un détail. Pendant que la fresque s'ouvrait, un Al'kesh avait été détruit par notre équipe restée en arrière. Tout était donc sous contrôle… pour le moment…

Deux voies différentes s'ouvraient devant nous. Mes camarades et moi-même, accompagnés par notre ami bibliothécaire et le maire, prîmes le  chemin de droite. Pourquoi la droite ? Bah… la gauche avait déjà était prise par nos amis… ou futures amis devrais-je peut-être dire ? La bonne direction était de toute façon forcément la gauche. Pour quelle raison ce brillant scientifique en vient-il à ce raisonnement vous demandez-vous ? Car à mon grand dam,  la jolie Philae était dans l'autre groupe…

La première salle que nous visitâmes était un espace de stockage. Tout était en pièces détachées et nous aurions dû passer des heures pour analyser ne serait-ce que quelques objets dans tout ce capharnaüm. Nous décidâmes donc de visiter le reste du complexe avant de nous intéresser à cette salle. C'est alors que nous tombâmes sur Reynolds qui nous emprunta Boba et Smith…


- Quitte à me répéter, je ne suis pas sûr que cela soit une bonne idée que nous nous séparions ! J'avais parlé creschendo pour que la fin de ma phrase soit entendue par nos camarades militaires qui avaient déjà disparus au détour d'un couloir.

- Aléa jacta est.

Nous continuâmes donc d'avancer dans le couloir et tout en marchant, je décidai de faire la conversation. Je ne souhaitais surtout pas déranger Cara qui était à présent le seul militaire de l'équipe à pouvoir me protéger (bien qu'elle m'ait assuré que je ne risquais rien avec elle), aussi je me tournai vers mon nouvel ami bibliothécaire pour entamer la conversation.

- Vous allez rire mon ami ! Dis-je en lui donnant une tape amicale sur l'épaule. Delmak ça veut dire  "cristal" en Goa'uld… ça vous en fait un joli nom ! Bon c'est aussi le nom de la planète mère de Sokar mais bon… on ne peut pas tout avoir n'est-ce pas ?

Je stoppai là mon monologue (vu que mon interlocuteur ne daigna pas me répondre et me lança tout juste un sourire en coin) alors que nous arrivions devant une salle au bout du couloir.

Le contenu de cette salle me laissa sans voix. Entre deux consoles, une épée lumineuse en lévitation se tenait au milieu de la pièce. La lumière était hypnotisante, aussi il me fallut plusieurs minutes avant de retrouver mes mots. Ce fut une remarque de Cara à mon encontre qui ranima ma prolixité.


- Vous vous rendez bien compte de ce que c'est ! Il s'agit très certainement de la célèbre Excalibur ! L'épée que le roi Arthur, l'élu des dieux a retiré de son rocher. Ne la touchez pas ! criais-je en direction du maire qui s'était avancé. On ne sait pas exactement ce qui pourrait se passer. Imaginez par exemple que cela soit une source d'énergie dévastatrice ! On ne sortirait pas vivant de cette pièce !

Hélas vu la suite des événements, il semblait que j'étais devenu momentanément médium… Je vis, horrifié, Cara se faire poignarder et avant même d'avoir pu faire quoi que ce soit, l'ennemi était déjà sur moi. J'évitai par miracle un coup de couteau mais pas le coup de poing donné à l'aide de son autre main. Je fus propulsé en arrière. Ma tête tapa contre la cloison et je m'écroulai de tout mon long sur le sol sentant un liquide chaud et épais couler le long de mon précieux crâne…

_________________





Dossier de Michael Anderson

«La capacité d'apprendre est un don ;
La faculté d'apprendre est un talent ;
La volonté d'apprendre est un choix.»


Frank Herbert


Dernière édition par Michael Anderson le Dim 5 Avr - 9:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-worldofart.actifforum.com
Méta
----------------
avatar
----------------
E.T
----------------


Nombre de messages : 12

Arrivé au SGC : 21/02/2015

Age du Joueur : 39


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Mer 1 Avr - 9:40

Méta s’assit sur une pierre et attendit. C’était à son tour d’attendre, toujours et encore. Encore avec l’autre idiot. Mais il fallait parfois enterrer la hache de guerre.

Méta ouvrit une de ses poches dorsale et en sortit…. Une boite de cookie.

Il en avait pris au cas où, et sur le coup, il avait faim. Il tendit la boite à l’homme en grognant d’une manière amicale, insistant même pour qu’il en prenne un. Ils restèrent assis un moment, regardant le paysage, quand soudain la radio de l’autre se mit à grésiller. Apparemment ils avaient besoins de renfort au niveau de la porte des étoiles. Méta regarda l’autre partir avant de prendre son arme favorite.

*Prêt ?

-OWI OWI OWI OWI !*

Méta soupira avant de se lever et se préparer à courir. Il avisa le chef de l’autre bande et l’arrêta afin qu’il regarde dans sa direction.

Méta a écrit:
« Assurez-vous que vos hommes ne me tirent pas dessus avec vos armes Anti-kull. Cela serait préférable pour notre personne. »

Il le relâcha, avant grogner sourdement. Tout son être grognait de l’adrénaline de la bataille, et il avait hâte d’y être. Ils commencèrent donc à courir dans la campagne, avant de rejoindre les autres sur le rempart. La situation semblait être chaotique, et désespérante. Méta grogna sourdement avant d’afficher un message pour ses camarades.

méta a écrit:
« Faites-les se rassembler en un point du village. Nous allons nous en occuper. »

Le colosse se retourna vers Théna avant de la regarder.

Méta a écrit:
« M’accorder vous cette danse mademoiselle ? »

Il lui expliqua rapidement ce qu’il allait faire par le biais de ses messages. Soit elle courrait à coté, soit elle grimpait sur son dos et se calait sur ses épaules. En courant suffisamment vite et activant son camouflage  il pouvait gérer tous les adversaires qui viendraient sur lui. Une fois prêt, il empoigna sa Hache de combat avant de s’accroupir légèrement.

*Tu veux ta musique ?
-OWIOWIOWIOWIOWI.
-Et bien c'est partit!*

Méta tremblota avant de se relever. Il y avait de la baston, il y avait de l’action. Et il allait rigoler.

« GRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR »

Son cris résonna aux alentours, remplie de violence, de haine et de plaisir sanguinaire, arrétant pendant un instant la tourmente des combats. Mais trop tard. Méta avait déjà bondit dans l’action.
Il bondit dans la rue et se mit à courir, sa hache dans une main, son couteau dans l’autre.
Tous ceux qui se retrouvaient sur sa route étaient massacrés. Tous ceux qui s’avéraient agressif contre lui ou portaient la marque des Goa’ulds.

Des corps volaient dans les airs, découpés en rondelles ou déchiqueté par l’arme de Méta.
Il était sur son terrain. Il était chez lui.
La situation se passa bien jusqu’à ce que trois planeurs  choisissent de se rajouter  à la fête. Pas un problème.
Méta grogna avant de faire signe à Théna de s’éloigner. Il allait tenter quelquechose de stupide.
Il attrapa un baril avant de la balancer sur le planeur qui passait. Toucher.

*J’ai l’aggro, j’ai l’aggro !
-On est pas dans un jeu bon sang
- Mais si ! Je suis Donkey Kong !*


Le colosse se prépara pour le match retour. Et ce fut un bon gros rocher qui alla gentiment percuter le planeur sur l’aile stabilisatrice. Tout le monde put le voir partir en vrille et s’écraser en plein milieux du village. Encore mieux. Méta jeta un regard en direction des cieux. Un des machins volants avait été détruit au lance roquette. Et le deuxième venait tout juste de s’en prendre une. Parfait. Le colosse attrapa sa hache avant de repartir à l’assaut avec sa hache de combat. Le Méta avait faim de sang et de destruction. Il lacha un grognement joyeux avant d’attraper un cadavre et de le balancer sur un groupe qui arrivait.

*Strike !
-MAIS TAIT TOI BON SANG !*
Revenir en haut Aller en bas
Boba Fett
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 7281

Arrivé au SGC : 18/03/2006

Age du Joueur : 28


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 38 ans
Profession:
๏ Expérience:
2463/15000  (2463/15000)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Mer 1 Avr - 23:10

Les recherches concernant le laboratoire Janus avançait tant bien que mal. Nos têtes pensantes se retrouvant bloquées sur une énigme du père Jan. Chacun y allait de son grain de sel, mais je préférais me tenir à l’écart de ce débat, où mes idées de militaires n’avaient que de place. Smith tenta sa chance, que j’approuvai sans le dire, mais se fit rembarrer par la majorité du groupe. Pendant ce temps, Groff nous contacta pas radio, nous informant qu’un Al’kesh venait d’arriver. Anubis était à nos trousses. Une détonation suivi d’un message radio nous confirma que le vaisseau fut abattu. Finalement, il trouvèrent la solution. Si cette mission allait s’apparenter à une chasse au trésor géante, j’allais perdre patience. Pendant que la fresque bougeait, j’établissais le contact radio avec Groff.

// Groff, ici Fett, on avance de notre coté. //

Mon subordonné me répondit par l’affirmative et m’indiquait qu’il gardait les yeux ouvert. De notre coté, la fresque avait laissé place à un passage débouchant sur un couloir qui n’avait rien a voir avec ce qui se faisait sur la planète. Méta et Reynolds choisirent de rester en arrière, pour la sécurité. Avec le reste de l’équipe nous nous engouffrions dans le couloir.

-« Restez en contact radio Lieutenant. »

Nous parcourions les galeries du complexe, je l’espérais, de Janus. Plusieurs impasses plus tard, un appel radio de Groff brouillé m’alerta au plus haut point. Le signal radio ne passait pas ici. Reynolds arriva en courant, confirmant mes craintes, Groff s’était replié.

-« Mallory restez avec eux. Smith avec moi. »

Nous repartions vers la sortie au pas de course. L’adrénaline montait en moi. Mon cœur s’accélérait, mon cerveau commençait à imaginer tous les scénarii possibles. Ce n’était pas de la peur, seulement une putain d’excitation. Arrivé à la sorite du complexe, l’armure next-gen ambulante nous emboîta le pas.


-« Je ne connais pas tes capacités. Fais ce que tu veux, mais ne nous mets pas en danger. On se débrouillera pour éviter de tirer comme un lapin. »

Une fois dehors, je pouvais voir Groff, couvert de sueur et de suie avec le reste de son équipe. Pas de perte visiblement. Les braves gars continuaient la lutte sur les remparts et leur supérieurs fit son rapport, plutôt critique.


-« La recherche avance de leur coté. Nous on s’occupe du bourg. Ici c’est Fort Alamo ! Rien n’entre ! »

Je montais sur les remparts pour contempler le spectacle et ce fut assez désolant. Kulls et Jaffas présent dans les champs aux alentours, champs en feu à certains endroits. Le tout survoler par quelques planeurs. Je pris le lance-roquette qui traînait près de Matheson et je mis en joue un planeur qui fonçait droit vers notre position. Je pris le temps de viser sous le feu de l’appareil. Des débris de pierre volaient dans tous les sens. Je fis feu. La roquette fila vers l’engin volant et explosa, lui arrachant une aile. Le reste de l’appareil s’écrasa sur quelques jaffas malchanceux.

-« J’espère que les nouveaux jouets du SGC on beaucoup de batterie, la journée va être longue ! »

Je tirais avec le bidule sur un kull. Trois décharges qui s’écrasèrent sur son poitrail massif. Il ralentit, puis un quatrième tir le mit à terre. J’arrosais en suite plusieurs jaffas à la M249. Le recul de l’arme stimulait mon excitation. Aussi primaire que cela pouvait paraître, liquider du jaffa me donnait la banane.


-« Les antibiotiques, c’est pas automatique. »

*Le 5,56 OTAN si…*

J’envoyais au tapis un autre kull. Pendant ce temps, des jaffas tentèrent de passer au dessus des remparts avec une échelles de fortune. Le premier fut accueilli d’une rafale en pleine tête lorsqu’il montra cette dernière au dessus des créneaux. Les autres furent lardés de plombs américains et d’une échelle extra-terrestre dans les dents.

* Ca commence à craindre nos histoires. *

L’ennemi semblait toujours aussi nombreux, et nos chances de survies s’amenuiser.


// Groff de Fett. On va prévoir un plan de repli. Sécurisez la rue qui mène au complexe de Janus. Je veux que l’on puisse se remplier sans embûches quand ce serra nécessaire. Embauchez des locaux pour ça. //

Si on devait retournez dans les couloirs, je ne voulais pas me retrouvez avec des jaffas dans les pattes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Hawkins
----------------
avatar
----------------
Externe
----------------


Nombre de messages : 14

Arrivé au SGC : 21/02/2015

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 28
Profession:
๏ Expérience:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Ven 3 Avr - 21:17

Bon , okay. Avec un laser rouge et un cristal bleu, c'était mieux. Charlie décida donc qu'il limiterait son talent à la médecine et qu'il ne s'occuperait désormais que ce de cette partie là de l'expédition. Lorsque le laboratoire fut accessible, il suivit son groupe en silence, se contentant d'observer avec minutie chaque couloir, chaque porte et chaque objet. Tout cela ne ressemblait en rien à ce qu'il avait vu dans le village. Paroi lisse, colorées, exploitant de toute évidence une technologie plus avancée que celle des villageois semblant encore à l'ère du Moyen-Age européen.

Arrivés à un croisement, son équipe prit à gauche alors que les étrangers tournèrent à droite. Ils débouchèrent sur un cul-de-sac contenant trois portes. La première porte qu'ouvrit Sincet devait être une chambre selon lui. Charlie ne prit pas la peine de vérifier, patientant dans le couloir aux lumières automatiques et observa Parfait foncer sans préavis dans la seconde pièce où il passa un moment. Lassé d'attendre, Hawkins entra dans la pièce et vit des petits signes rouges sur un écrans. Cela n'ayant de toute évidence aucun lien avec la médecine, il se posta dans un coin de la pièce et attendit une fois de plus. Thomas partit et revint bien vite, excité. N'ayant pas d'autre chose à faire, le médecin suivit l'archéologue.

Mais il ne pu pas rester bien longtemps, les combat faisant rage à l'extérieur semblaient se rapprocher. Charlie posa un regard inexpressif sur Thomas lorsque celui-ci lui ordonna de le suivre pour participer au combat. Etait-il sérieux ? Hawkins était médecin, pas soldat. Il ne bougea donc pas, jusqu'à ce que l'archéologue ramène dans la salle le corps inerte de Reynolds. Ce fut comme si Charlie venait de se réveiller d'un long sommeil. Là il s'agissait de son champ d'expertise. Sans plus attendre, et ignorant totalement le reste de la situation, le médecin de défit de son sac à dos et ausculta rapidement le militaire et chercha une plaie quelconque sans succès. Le lieutenant avait simplement était assommé, il n'écoperait que d'une grosse bosse. Charlie le plaça tout de même en position latérale de sécurité pour éviter tout problème.

Puis le regard du médecin se porta sur les autres membres de son équipe. Il se demandait combien de temps il faudrait à Paul Parfait pour faire ce qu'il cherchait. Mais que cherchait-il donc à faire d'ailleurs ? Lorsqu'il tourna la tête vers la porte, la vue d'un archéologue se prenant pour un militaire le surpris davantage. Arriverait-il un jour à comprendre le comportement de ses pairs ?
Revenir en haut Aller en bas
Leon Smith
----------------
avatar
----------------
Soldat de 1ere classe
----------------


Nombre de messages : 139

Arrivé au SGC : 11/07/2010

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 37
Profession:
๏ Expérience:
107/3200  (107/3200)

MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   Dim 5 Avr - 2:00

Finalement, Smith rangea tranquillement son pain de C4. Evidemment, au fond de lui, il n’avait pas envie de faire exploser la fresque. Pas parce qu’il se doutait de la réaction en chaîne qui aurait pu créer une puissance de feu fatale pour cette planète, non, ça il n’y avait même pas pensé… Non à vrai dire, il n’aurait rien fait exploser tout simplement parce que ce n’était pas son genre, de jouer à la grosse brute épaisse qui faisait tout péter. C’était surtout un moyen de pression pour dire aux intellectuels du groupe : « dépêchez-vous, le temps presse et j’en ai marre, décidez-vous vite et bien ! ». Ainsi, ils prirent une décision et ce fut la bonne. Mais avant cela, l’arrivée des goa’ulds fut apprise et le temps leur était compté. Comment allait se finir cette mission ? Et les gens du futur, que se passera-t-il avec eux ? Trop de question sans réponse auxquelles il ne voulait plus penser… Le laser ultraviolet avait enclenché le mécanisme qui permit l’ouverture du passage. Smith s’enfonça à l’intérieur, parmi les derniers, laissant les plus impatients entrer en premier et découvrir cet endroit caché… Un endroit côtoyé par les créateurs de la Porte des Etoiles, d’après ce qu’avait pu comprendre l’anglais plus tôt dans la journée de la bouche de Michael Anderson.

« Alors comme ça, des anciens ont vécu ou travaillé ici ? … Janus, c’est bien ça ? Pourquoi devait-il se cacher pour faire ça ? Ils n’avaient pas des citées super bien foutes avant, les anciens ? Ils ont su voyager de planète en planète mais leur style architectural reste à désirer… En tout cas, drôle d’endroit pour installer un laboratoire. »

Smith partit dans un côté de la déviation en compagnie de son équipe, sans Reynolds qui gardait l’entrée. Ils y trouvèrent au fond, une sorte d’atelier avec pas mal d’outils poussiéreux.

« Tout ça est très chouette, sans aucun doute. Mais inutile. » Fit-il remarquer avec ironie.

Reynolds vint ensuite à leur rencontre et avec Fett, ils durent quitter leurs camarades pour rejoindre les zones de combat.

Son rythme cardiaque s’accélérait mais restait contrôlé. Au pas de course, il était d’une certaine manière plutôt heureux de se joindre à une bataille, lui qui n’avait pas sa place dans un laboratoire, surtout un labo appartenant à une espèce inconnue. Mais il avait aussi peur pour la survie du reste de l’équipe. Car si l’ennemi contrôlait la porte, cela deviendrait difficile de repartir.

*Comment ont-ils pu céder la porte à l’ennemi* Pesta Léon tout en gardant ses pensées pour lui, ne voulant pas incomber cette erreur à l’autre équipe devant le Colone Fett.

Arrivé sur place, Smith ne rejoignit pas les murailles, préférant rester au sol auprès de plusieurs villageois. Beaucoup d’autochtones étaient partis se cacher mais quelques-uns trainaient encore dehors, dirigés du mieux que possible par Boone. Immédiatement, Smith pensa à sécuriser la porte, l’entrée principale menant au cœur du village. Quand ils étaient arrivés, tout était ouvert mais il espérait que les gens d’ici aient eu le réflexe de tout refermer.
Le combat s’engageait pour ceux qui étaient sur les murailles et Smith perdit de vue le gars bizarre des SDT avec son armure de Kull et sa hache. Smith ne se faisait pas de soucis, cela dit. Sa perte lui importerait peu.


« Eh ! Toi ! Vient te battre ! » Il agrippa le col d’un villageois qui s’était réfugié derrière une sorte de petit établi de commerce, et le sortit de sa cachette par la force. Quelques vieux poissons pas frais tombèrent alors qu’il le faisait venir à lui. Aussitôt, il reconnut le gars qui lui avait adressé la parole au marché. Le frère d’une meuf qui ne faisait plus le fier.

« Ah tient, toi ! Johnny, c’est bien ça ? »

« Euh, Joe tout court… » Répondit l’homme qui avait perdu toute assurance devant l’invasion brutale qui avait lieu.

« Ah oui, Joe, bref. Prend ça, Joe. » Il lui passa son Beretta, que l’homme refusa avec un regard horrifié et en reculant de quelques pas.

« Je ne pourrai jamais… » Commença-t-il à balbutier alors que la guerre faisait rage.

« Ils sont  à nos portes, ce n’est pas le moment de flancher, brave homme ! Bats-toi pour ta planète, pour ton peuple… Bas-toi pour ta sœur !! »

Mais rien n’y faisait, et Smith ne faisait pas confiance en cet homme pour tirer droit avec le pistolet. Il s’empara plutôt de toutes ses grenades à fragmentation et les cala dans les mains de Joe.

« Tu vois le petit anneau en fer qui est là ? On appelle ça une goupille… Suffit de la tirer fort, et dès que t’as fait ça, tu envoies le reste de l’objet le plus loin possible vers les ennemis… Compris ? »

Smith regarda l’homme dans le blanc des yeux et attendit sa confirmation orale afin d’être sûr de pouvoir compter sur lui. Il lui répéta, juste au cas où, de bien envoyer la grenade vers les ennemis, surtout pas vers les terriens ou vers des gens de son peuple, de le signaler en criant « grenade » et de se mettre à couvert en attendant l’explosion. Une fois cette mise au point faite, Smith lui tapa sur l’épaule et voulut prendre part au combat mais Joe s’était retourné vers un bâtiment fermé pour appeler son ami Jerry, qui s’était lui aussi caché dans sa forge.

« Quoi ? Qu’est-ce qu’il fait là lui, faut arrêter de jouer aux poules mouillées ! »

Jerry sortit à son tour de sa cachette sans prendre la peine de remercier son ami pour l’avoir débusqué. L’inquiétude se lisait aussi dans ses yeux mais Léon sentait que l’homme était plus serein à l’idée de se battre, bien qu’il n’aimait pas ça. Ainsi, l’anglais lui tendit son Beretta et des chargeurs.

« Tu semblais curieux de savoir comment marchaient nos armes tout à l’heure, pas vrai ? C’est le moment de tester ! Tu charges ça, comme ça, puis tu pointes vers un ennemi et tu tires. Prend une bonne respiration avant chaque tir et tout ira bien. Ça ne sert à rien de tirer sur les robots tout en noir par contre. D’ailleurs, si vous en voyez un, dites le moi ! »

Ainsi, accompagné de ces coéquipiers d’infortune, Smith s’engagea vers l’entrée principale du village. Un planeur de la mort venait de s’écraser en plein centre du village et ils durent contourner la zone du crash pour arriver devant la grande double porte en bois, clôturée. Mais cette porte n’avait rien d’une porte blindée et finit par céder à coup de tir à énergie à peine furent-ils arrivés. Une explosion créa une brèche dans le bois et une grenade jaffa fut jetée vers eux.

« Cachez-vous !! »

Léon fut étonné de voir le réflexe de Joe et Jerry, tous les deux se jetant au sol derrière un puit. La grenade explosa, les assourdissant quelque peu mais ne les neutralisant pas pour autant. Des jaffas s’empressèrent de se jeter dans la brèche et Smith sortit de son couvert pour ouvrir le feu, tuant le premier d’une balle en pleine tête.

« Grenade !!! » Hurla Joe en balançant un premier explosif qui mit à terre au moins trois jaffas. Smith le regarda et lui tendit un pouce pour le féliciter.

« Grenade !! » Il en envoya une deuxième à peine vit-il un jaffa arriver.

« Economise tes grenades ! » Lui fit savoir l’anglais, se remettant en place et ouvrant le feu de son M16. Il pouvait aussi entendre les tirs de son Beretta placé dans les mains de Jerry, le forgeron qui s’appliquait à mettre toute sa force pour presser la gâchette. Ses tirs étaient peu efficaces mais c’était mieux que rien. La situation devenait critique et Smith le fit savoir à son supérieur.

[Radio] : « Ça chauffe mon Colonel ! Vous avez un plan de prévu ? »

Apparemment, le repli vers le labo semblait être la meilleure option, ou tout du moins, celle envisagée. L’équipe de Groff s’arrangerait pour sécuriser la retraite. Smith fit signe à Jerry et Joe de reculer avec lui. Accepteraient-ils de fuir vers le labo et d’abandonner le village ? Ce n’était pas sûr du tout…
Alors qu’ils se repliaient vers le cœur du village, des tirs de guerriers Kulls vinrent arroser les alentours, éliminant un villageois trop hagard qui n’eut pas le temps de se mettre à couvert, trop ahuri par ce qu’ils se passaient devant chez lui. Un autre homme, armé d’une lance, tenta de foncer vers la position estimée du Kull mais fut abattu en pleine course. Son corps sans vie et plombé de trous fumant s’affala dans l’herbe.

Smith s’arrêta dans son repli et se positionna derrière une table qu’il renversa sur le côté. Patiemment, il attendit sans bouger la venue du Kull. Il était calme malgré le vacarme qui s’abattait sur le village. Il pouvait voir les tirs du super soldat et sentait que celui-ci se rapprochait. De son doigt, il enclencha le mécanisme anti-Kull.

*Allez… Ramène ta poire*

Dans une démarche habituelle propre à ce type de guerrier, le super soldat d’Anubis apparu dans son viseur, le bras levé semant la mort. Ni une ni deux, Smith profita de cette seconde parfaite où il avait l’ennemi dans sa ligne de mire pour faire feu. Il tira deux coups immédiatement, juste pour être sûr. Les projectiles bleutés vinrent se planter dans l’armure du Kull, qui s’effondra quelques secondes après, au ralenti.

*Je me demande si ce monstre a réalisé qu’il était en train de mourir…*

Sans perdre de temps, il sortit de sa campe et essaya de retrouver de vue le dénommé Joe, son ami forgeron mais aussi le Colonel Fett.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
----------------

----------------
----------------



MessageSujet: Re: MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)   

Revenir en haut Aller en bas
 

MS – SGZ ■ « Ab ante », Première partie (exploration)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Mission Stargate ::  :: ~ Missions planétaires en cours ~-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet