Mission Stargate
Bonjour et bienvenue sur Mission Stargate, l'une des références des forums basés sur l'univers de la célèbre série Stargate SG-1 !

Inscrivez vous sans plus attendre en entrant un nom et prénom valides ! Créez ensuite la présentation de votre personnage (à l'aide de la fiche de présentation type) afin de commencer cette superbe aventure !

Délires, ambiance et émotions assurés sur Mission Stargate Wink
On vous attend !
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

๏ Le forum a 9 ans !! || Version 5.9 || Le Staff de Mission Stargate vous remercie de votre fidélité ! ๏


 

Partagez | 
 

 Shaq'rel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Shaq'rel   Mar 11 Nov - 2:16

Un étrange frisson parcourut l’échine du Général Jack O’Neill. En des années de service au SGC, il avait croisé la route de nombreux goa’ulds, ces aliens mégalomanes et tyranniques qui réduisaient en esclavage des populations et déclaraient des guerres à l’autre bout de la galaxie. Il y avait ceux que Jack appelait, les souverains. Ceux-là n’étaient pas du genre à voyager, ils préféraient rester sur leur territoire, à assouvir leur pouvoir et à terroriser les habitants locaux qui avaient eu le malheur de naître sur le même monde que leurs parents, et leurs parents avant eux, jusqu’à des générations.
Il y avait aussi les seigneurs de guerre, ceux qui n’hésitaient pas à partir en croisade contre un ennemi souvent inférieur dans leur soif infinie de conquête et de victoire.
Et puis il y avait aussi les indépendants, ou les imprévisibles, ceux qui sortaient du lot, ceux qu’on ne pouvait mettre dans aucun camp, ceux qui étaient trop différents des autres de par leur style, leur méthode, leur vision des choses… Niirty, qui était un goa’uld avec peu de guerriers et qui possédait des territoires de tailles modestes, passait son temps à expérimenter sur de pauvres êtres humains, perdus dans un coin de la galaxie extrêmement dur à vivre. Il y avait aussi Arès, qui d’après les récits de Miles Quaritch, s’amusait à se battre sur des mondes qu’il ne connaissait pas lui-même, telle une sauterelle vaquant de batailles en batailles, assoiffée de sang, et organisant des combats à l’intérieur même de ce qui lui servait de palais… Arès était proche de ses guerriers, mais ces derniers n’étaient pas des jaffas normaux. C’étaient tous des fanatiques complètement fous qui avaient perdu toute dignité.

Et puis il y avait Anubis.

Anubis était le goa’uld indépendant le plus puissant que Jack connaissait. Et donc le plus dangereux. Ses Kulls étaient considérés comme indestructibles et faisaient des ravages sur de nombreux mondes, au point de bousculer, de déstabiliser la souveraineté de tous les petits goa’ulds, et même les Grands Maîtres…
Anubis n’avait aucune pitié. Tout comme les serviteurs qui l’entouraient et l’aider à réussir cette incroyable entreprise qui était celle de vouloir dominer la galaxie…
L’un d’eux se trouvait dans la pièce d’à côté. O’Neill pouvait le voir à travers la vitre blindée, mais pas le prisonnier. Ce dernier faisait face à un simple miroir et n’avait pas du tout idée qu’on l’observait… Les mains et les pieds attachés, il était assis sur une chaise depuis des heures maintenant. Parfois, il criait pour qu’on l’entende. D’autres fois, il fermait les yeux et semblait dormir, se plongeant probablement dans un état de méditation appelé Kel’no’reem, si courant chez les jaffas. Il était de tradition de placer des bougies un peu partout dans l’espace, Jack n’avait jamais compris pourquoi d’ailleurs.
Mais ici, seule une misérable table et quatre murs gris entouraient le prisonnier.

O’Neill ne bougea pas d’un pouce lorsque quelqu’un entra dans la pièce. Il n’arrivait pas à détacher son regard du prisonnier.


« Il me donne la nausée… » Déclara Jack d’une petite voix pensive. « Je dois avouer que vous avez eu du culot pour le ramener ici. »

Le Général tourna la tête vers le nouvel entrant : le Capitaine Anthony Lang. L’officier avait pu profiter d’une bonne demi-journée de repos pour retrouver des forces après une mission pénible, dans des conditions difficiles.

« La bonne nouvelle, c’est qu’on a pu lui extraire la puce que lui avait implanté Anubis. Et on l’a détruite. Je sais que certains de nos scientifiques auraient aimé l’étudier mais j’ai préféré ne prendre aucun risque… Du coup, votre prisonnier, Shaq’rel, c’est bien ça ? Il est encore un peu sonné par l’anesthésie procurée pour cette extraction chirurgicale... Il retrouve ses esprits petit à petit. Je ne lui ai pas encore parlé, pour ma part. »

Et Jack n’était pas motivé pour le faire, pas encore. Rien qu’à l’idée de se rendre dans la même pièce que cette pourriture lui donnait envie de vomir, puis de le frapper à mort.

« J’espère qu’il nous sera d’une aide utile… Après cela, il payera pour toutes les atrocités commises auxquelles il a pu participer. »

Jack fixait avec haine ce rebut de la galaxie alors qu’il ne le connaissait même pas. Il savait juste qu’il était une sorte de scientifique jaffa qui avait aidé Anubis à créer les kulls et à les rendre aussi destructeurs. Aujourd’hui, il avait tourné le dos à son maître pour se rendre et fournir des informations qui pourraient aider les terriens à faire une arme anti-kull, ne sachant pas encore qu’ils avaient déjà commencé à fabriquer un prototype…

Le Général ne croyait pas un mot à cette histoire. Il ne faisait pas confiance à ce Shaq’rel. Mais malgré tout, il lui laisserait une chance, une seule.
Au moindre problème, il n’hésiterait pas à dégainer lui-même son arme de service pour lui coller une balle entre les deux yeux.


_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Anthony Lang
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 2961

Arrivé au SGC : 20/02/2011

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
687/3200  (687/3200)

MessageSujet: Re: Shaq'rel   Mar 11 Nov - 12:48

Anthony sortit de l'infirmerie un peu ragaillardi, même si la fatigue était encore présente. Il avait eu un check-up, suivi d'une bonne douche chaude et d'un copieux repas et enfin, quelques heures de repos. Cette mission avait été particulièrement éprouvante. Tant nerveusement que physiquement, et Anthony ne pouvait qu'admirer la manière dont ses collègues avaient tenu le coup, particulièrement Elizabeth et Michael, qui, en tant que civils, n'étaient pas préparés à ce type de situation et d'efforts physiques.

Une fois dans le couloir, Anthony prit la direction des salles d'interrogatoires. Il savait que Shaq'rel y était, attendant d'être interrogé. Rien ne l'obligeait à y aller, sa mission à lui était remplie, malgré tout, il tenait à être là. Il avait fait une promesse à Shaq'rel, et voulait aussi savoir ce que le prisonnier avait à leur révéler.

Pénétrant dans le couloir, il vit un garde devant une des portes.


"Le prisonnier est là?" demanda Anthony, même s'il se doutait de la réponse. Le garde hocha la tête affirmativement. Anthony entra alors dans la pièce accolée à la salle d'interrogatoire. Elle était sombre, un homme se tenait déjà là, observant pensivement le prisonnier derrière la vitre. Le colonel.
Anthony entra doucement, se rapprochant d'O'Neil. Celui-ci, sans se retourner, avait senti sa présence
.
« Il me donne la nausée…Je dois avouer que vous avez eu du culot pour le ramener ici. »

Anthony alla se positionner à ses côtés, observant Sharq'rel, calme, les yeux fermés pour l'instant.

"Notre mission était de découvrir ce qu'il avait à nous dire. Ayant été… interrompus, c'était le seul moyen de mener l'interrogatoire à son terme. Si on l'avait laissé sur place, le major Gebber serait mort pour rien. On le devait… pour lui."

L'image du major se faisant blesser, puis quelques heures après, celle du cadavre gelé s'imposa à l'esprit du militaire. Le général continua et Anthony le laissa parler. Il était bien décidé à faire payer Shaq'rel et il comprenait sa position. Les Go'aulds avaient entrainé tant de souffrance, les pulls notamment. Et Shaq'rel avait une responsabilité là-dedans. Ce qu'il allait dire n'allait peut-être pas beaucoup plaire au général, mais il le devait, tout en tournant ça de la manière la plus diplomatique possible.

"Mon général… tout reste encore à découvrir sur le prisonnier. Tout ce qu'on sait pour l'instant, c'est qu'il dit être prêt à nous aider. On doit déterminer son implication exacte dans le projet kull, s'assurer des informations qu'il nous donnera et seulement une fois toute la lumière faite, le condamner plus ou moins sévèrement… Il n'était peut être qu'un simple scientifique obéissant aux ordres… ou pas. Les bombes d'Hiroshima et Nagasaki ont été des atrocités sans précédent dans notre histoire. Les scientifiques ayant participés à leur construction sont-ils tous des criminels pour autant? Je n'ai pas la réponse, pas plus que je ne l'ai pour Shaq'rel. Tout ce que j'ai, c'est ces heures de fuites avec lui et le groupe. Je l'ai vu revêche, je l'ai vu avoir peur, je l'ai vu coopérer, et je l'ai vu vouloir se sacrifier. Ce n'est pas un Go'auld sans pitié et sans sentiment. C'est un homme avec tout ses défauts, mais aussi ses qualités. Ses erreurs et ses prises de conscience. Je comprends votre position, et je nous vous demande certainement pas de faire comme si de rien n'était. Je vous prie seulement de ne pas le condamner trop tôt et de tenir compte de ce que les interrogatoire vont donner…"


Anthony se tut alors, et prit conscience qu'il avait peut être été un peu trop loin. Il parlait au général tout de même… "Veuillez m'excusez, mon général, si j'ai été un peu trop direct…"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Michael Anderson
----------------
avatar
----------------
Responsable des scientifiques
----------------


Nombre de messages : 981

Arrivé au SGC : 18/03/2009

Age du Joueur : 33


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
281/500  (281/500)

MessageSujet: Re: Shaq'rel   Mar 11 Nov - 20:40

Notre arrivée sur Terre provoqua un affairement de tous les diables. Notre prisonnier eut droit à un accueil musclé et il nous  avait fallu  expliquer la situation à un O’Neill pas très ravi de la présence dans sa base d’un jaffa d’Anubis équipé fort probablement d’une balise de repérage.

A la suite d’un rapide débriefing improvisé, les soldats de la mission eurent droit à un moment de repos… ce qui ne fut pas mon cas. Tout d’abord il avait fallu discuter avec O’Neill des mesures à adopter rapidement par mon service. Ainsi il m’avait fallu organiser les scientifiques pour découvrir la localisation de cette balise et ce fut fait rapidement grâce à cette équipe de choc alliée aux médecins de la base.

J’eux beau insister pour qu’O Neill nous laisse étudier l’artefact de localisation, lui assurant que nous pouvions le désactiver sous peu, le colonel refusa, arguant du fait que  le risque à prendre était bien trop dangereux. L’appareil fut donc détruit sans plus de cérémonie.

Il fallut ensuite que je me rendre au labo pour voir où en étaient les scientifiques concernant les ordres que j’avais distribués. Je leur avais demandé de préparer le prototype anti-kull que nous avions déjà créé ainsi que son schéma technique complet accompagné de toutes nos connaissances des Kulls et du rapport d’autopsie du dernier qui nous était passé entre les mains.

A mi-chemin du laboratoire, je rencontrai une jolie infirmière que je connaissais fort bien pour avoir soigné mes blessures à la suite de l’attaque de la base par Sokar.


- Pouvez-vous m’expliquer je vous prie ce que vous faites, docteur, à rôder dans les couloirs alors que vous venez tout juste de rentrer d’une mission des plus éprouvantes ? Nous avons déjà ausculté et soigné tous vos camarades et…

- Je suis content pour eux, mais voyez-vous j’ai des responsabilités dans cette base. Au retour de mission mon travail ne fait que commencer, mes véritables fonction débutent maintenant… de surcroît je vais très bien.

- Bien entendu docteur cela se voit du premier coup d’œil. Vous respirez la santé… si on exclut bien entendu votre boitement, la façon dont vous tenez votre main gauche ou les engelures sur vos doigts… Docteur, on ne vous laisse pas le choix, soit vous venez de votre propre fait, soit je demande aux gardes de vous y amener de force. C’est un ordre des médecins.

- Soit !

Je pivotais sur mes talons et jetai un regard assassin à mon interlocutrice. Mais devant le joli sourire espiègle de l’infirmière j’abandonnai la partie et fut traîné à l’infirmerie où j’eus le droit à un check-up complet qui dura bien trop longtemps à mon goût. Mes nombreuses engelures furent soignées (j’échappais de justesse à l’amputation de quelques orteils de moindres importances) et mes entorses furent dûment pommadées et bandées.

Je n’étais cependant pas resté inactif durant tout ce temps. Il y avait trop de travail à effectuer, trop de choses à prendre en compte depuis l’arrivée du Jaffa pour rester inactif. J’avais demandé à ce qu’on m’installe près d’un téléphone et je fus en communication constante avec le service scientifique de la base.


- Non Sandy, cette partie-là du rapport il n’a pas besoin de le voir… On ne sait pas encore jusqu’à quel point il va être coopératif… oui… non… je dois vous laisser l’infirmière me fait signe de raccrocher, apportez-moi tout ça devant la salle où l’on retient le prisonnier. Merci.

Une fois le combiné raccroché, l’infirmière jeta un dernier regard sur son compte rendu, puis c’est en soupirant, qu’elle me fit part de la décision des médecins.

- Voila docteur, nous en avons terminé avec vous, il vous faut maintenant du repos. Si vous le souhaitez, vous pouvez dormir ici, nous…

- Parfait, je vous promets que je me reposerai à un moment donné… ou à un autre… allez savoir.

Je me rhabillais vite fait, embrassai la jolie infirmière sur la joue en guise de remerciement puis sortis. Je passai en coup de vent au mess qui était sur mon chemin me servir un café. Je l’absorbai d’une traîte puis… décidai d’embarquer avec moi la cafetière, malgré les vives protestations du serveur.

- Je ne me souviens pas de la dernière fois que j’ai dormi ce qui n’est pas bon signe. Je vous rapporterai ça tout à l’heure, promis.

Les imprécations qui résultèrent de mon menu larcin me suivirent jusqu’à l’ascenseur. Quelques secondes plus tard j’étais devant la salle où le jaffa était retenu. Sandy y faisait les cent pas et c’est avec joie qu’elle se débarrassa de son fardeau lorsqu’elle m’aperçut.

- Voila docteur, je retourne au labo.

Avant même que je puisse lui répondre elle avait disparu. C’est donc particulièrement encombré que j’ouvrai la porte avec mon coude. J’eus à peine le temps d’entrapercevoir O’Neill qui discutait avec Anthony Lang que je trébuchai et laisser tomber les rapports, le prototype… et la cafetière. C’est donc tout penaud que je ramassai les papiers et l’artefact tâchés par le breuvage renversé.  

- Ne vous inquiétez pas, c’est « Made in US », ça tient le coup. Il est réveillé ? J’ai manqué quelque chose ?

Devant le regard ahuri et décontenancé de mes camarades, je me sentis le devoir d’ajouter :

- Vous voulez un café ?

_________________





Dossier de Michael Anderson

«La capacité d'apprendre est un don ;
La faculté d'apprendre est un talent ;
La volonté d'apprendre est un choix.»


Frank Herbert
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-worldofart.actifforum.com
Julia Becker
----------------
avatar
----------------
Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 3176

Arrivé au SGC : 05/05/2011

Age du Joueur : 36


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Pilote de chasse
๏ Expérience:
484/3200  (484/3200)

MessageSujet: Re: Shaq'rel   Mar 11 Nov - 23:39

Alors que le bandage de sa main s'achevait, Julia ne pouvait pas s'empêcher de trembler et claquer des dents. Des heures passées dans le froid extrême avaient laissé quelques séquelles aux réflexes de défense de son corps. Mais on lui avait assuré que cela passerait vite. Elle se baissa légèrement quand on lui passa une écharpe autour du cou destinée à lui immobiliser la main 24 heures afin qu'elle cicatrise bien. C'était uniquement psychologique mais elle avait l'impression d'avoir toujours froid. Aussi un médecin eut la gentillesse de lui donner deux petites bouillottes qu'elle put glisser dans ses poches d'uniforme. Des bouillottes d'enfant en forme de M. Farceur et M. Canaille.

Julia songea qu'elle aurait bien aimé avoir les Arthur au téléphone mais il y avait d'autres priorités attenantes au travail. Elle avait demandé un entretien avec le Général O'Neill et on venait de l'informer que c'était le moment.

Elle se dirigea donc dans la pièce attenante à la cellule de Shaq'rel et manqua trébucher sur Michael Anderson occupé à ramasser des papiers qu'il avait du laisser tomber. Anthony était là aussi. Saluant tous les présents, elle aida le Docteur à ramasser ce qui restait puis se redressa avec un léger sourire.


- On dirait que les bonnes habitudes ont repris.

Tout le monde semblait être en bonne santé et étant donné ce qu'ils avaient vécu c'était presque un miracle. Son regard dévia vers le miroir sans teint où Shaq'rel pieds et poings liés faisait face à son destin.

- Mon Général je voulais vous voir concernant le prisonnier. Après tout ce que nous avons vécu ensemble et avoir scrupuleusement analysé ses réflexes et réactions notamment lorsque nous parlons d'Anubis il me semble qu'il faut lui laisser le bénéfice du doute.

De là à lui faire confiance par contre...

- Il a traversé de nombreuses épreuves et en traverse encore pour être avec nous. Alors peut-être devrions-nous écouter ce qu'il a à nous dire.

Un regard échangé avec Anthony lui fit comprendre qu'il avait déjà abordé ce sujet. Les grands esprits se rencontraient parfois. Aussi il était peut être temps de passer à la seconde partie de l'entretien qu'elle voulait avoir avec O'neill. Elle aurait peut être préféré être seule avec lui à la base mais finalement étant donné ce que l'équipe avait traversé...

- D'autre part, il semblerait que le Pentagone ne soit pas très...transparent au sujet de ses intentions. Le Major Gebber nous a fait quelques révélations avant de...

De passer l'arme à gauche. Mais elle ne put terminer sa phrase, encore un peu secouée par ce qui c'était passé et qui était encore très frais.

- En réalité le Major a été envoyé pour évaluer le bon fondé des dernières montées en grade que vous avez effectué.

A O'neill d'en faire ce qu'il voulait. Mais Julia estimait qu'il avait le droit de savoir que ses supèrieurs mettaient en cause le jugement des responsables du Stargate Command et que par conséquent il ne pouvait pas se fier à leur parole. Le vieux général devait probablement déjà le savoir cela dit...Fallait-il aller plus loin et approfondir le sujet ? Elle savait qu'Anthony pensait que oui. Mais il fallait y aller graduellement. Leur relation si elle n'était pas connue finirait par être révélée un jour. Il valait mieux qu'ils prennent les devant. Mais peut être pas maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Shaq'rel   Ven 14 Nov - 13:42

Légèrement perturbé par la prise de position défensive de son officier à propos du prisonnier, Jack l’écouta jusqu’à la fin sans le couper dans son oratoire. Premièrement, parce qu’au fond, il avait certainement raison, ses arguments étant cohérents. Deuxièmement, le chef d’équipe avait vécu l’enfer sur une planète hostile et au climat difficile. Il était normal d’interroger le prisonnier et de lui accorder un peu de temps, sinon tous leurs efforts auraient été faits en vain. Lang s’excusa à la fin, conscient que les mots et le ton qu’il pouvait employer étaient à la limite de l’incorrect, ou de l’irrespect, même pour un homme de son rang.
O’Neill finit par le regarder de son seul œil valide.


« Votre franchise est le meilleur de vos atouts, Capitaine. Ainsi que votre loyauté. C’est pour cela que je vous respecte. » Rapidement, son regard se rapporta sur le prisonnier, comme s’il craignait qu’il ne bouge.

Du bruit provenant de la porte de la pièce détacha son attention et il aperçut le Docteur Anderson à terre à ramasser de la paperasse, une cafetière et surtout le prototype de l’arme anti-kull, leur fierté et leur futur atout contre l’ennemi, qu’il avait fait tomber par terre à la plus grande crainte de tous. Jack se mit une main sur le visage, dépassé par tant de maladresse. Ses doigts remontèrent pour se frotter les cheveux grisonnants tandis que le responsable des scientifiques prononçait quelques mots pour les rassurer. En le regardant ainsi, Jack ne put s’empêcher de penser à une chose, à voix haute. Cela se transforma en question pour Anthony, à côté de lui.


« Dites-moi… Comment a-t-il fait pour survivre à cette mission ? » Michael avait probablement entendu et il s’empressa d’ajouter : « Non, je rigole… C’est une blague… » Malgré tout, l’air consterné ne quitta pas son visage.

Vint juste après le Lieutenant Becker. Jack ne s’attendait pas à autant de monde d’un coup et la jeune femme en profita pour aider le scientifique à remettre de l’ordre dans ses affaires. Il la salua brièvement de la tête.


« Dites-moi, vous tous qui êtes ici… Avez-vous pris le temps de vous reposer ? Vous avez pu dormir ? Vous êtes tous passé à l’infirmerie ? »

A la vue de leurs mines, certes fatiguées mais aussi impatientes, il comprit que ce genre de question leur avait déjà été posé et que si ça n’avait pas été fait, il ne pourrait rien faire contre leur volonté. En particulier Anderson, qui lui lança un drôle de regard, lassé qu’on lui dise d’aller se reposer depuis son retour sur Terre.
Revenant au sujet de leur préoccupation, Jack répondit à Julia tout en prenant appui sur une chaise pour se reposer un peu. Rester debout trop longtemps le fatiguait.


« Je crois en votre sincérité à tous… Mais il faut se méfier des apparences. Quand le Lieutenant Finch est revenu au SGC avec Franz Scorzi, rien ne le suspectait du geste qu’il envisageait d’accomplir, et pourtant c’est bien cet officier de l’armée qui m’a tiré dessus à deux reprises. Franz lui-même ne se doutait de rien, ils avaient vécu le pire ensemble dans les geôles de Nirty. Mais un bon traître arrive toujours à jouer le jeu, naturellement. Il ne faut jamais faire confiance avant d’être sûr que vous le tenez par les… »

Il s’arrêta là, ne voulant pas dire de mot vulgaire, surtout en présence d’une femme.

Il s’apprêtait finalement à partir dans la pièce d’à côté quand Julia, nouvellement chargée de diplomatie, lui fit une petite confidence qui le fit s’arrêter dans son mouvement. Elle avait parlé du Major Gebber, mort sur la planète neutre des rebelles. Il mit un certain temps avant de se retourner, dos à la porte. Il mit sa main sur la poignée mais la laissa ouverte.

« Peut-être, voudriez-vous vérifier l’état du prisonnier, Docteur Anderson ? »

Cela n’était pas une invitation, mais bien une sorte d’ordre. Même s’il n’avait pas grand-chose à craindre et que Jack connaissait très bien l’état du prisonnier, il préférait être seul avec ses deux subordonnés pour aborder ce type de conversation, entre militaires.

« Commencez à voir avec lui s’il est apte à répondre à certaines questions. »

Jack savait que Shaq’rel était encore un peu dans les vapes mais cela ne l’empêcherait pas de parler un peu. C’était l’opportunité pour préparer le terrain et établir un contact rassurant avec lui. Anderson eut le temps de répondre brièvement avant que Jack ne le pousse vers la sortie et ne ferme la porte derrière lui, le son du verrou succédant ses pas.
O’Neill s’appuya contre la porte, face à Anthony et Julia.

Il voulut poser une question mais il sut la réponse avant même de l’exprimer. C’était évident… Cet homme du Pentagone qui était parti en mission avec eux et qui avait trouvé la mort, avait eu la culpabilité trop grande pour garder cette information secrète. Il avait vidé son sac avant de décéder. Jack aurait préféré qu’il meure sans dévoiler son objectif secret… Ce n’était pas bon de remettre en question les capacités d’un homme à assumer un nouveau rang et il ne voulait pas que ni Lang ni Becker ne pensent que leurs supérieurs hiérarchiques ne croient pas en eux. Même s’il ne s’agissait que du Pentagone…


« Gebber était un type bien malgré tout. Je lui faisais confiance…  Je veux dire,  je lui faisais confiance pour remettre un bon rapport sur vous et dissiper les doutes de ses supérieurs. Car oui, j’étais au courant que j’étais surveillé mais pas au point de remettre en question mes initiatives... Vous savez quoi, eh bien, qu’ils évaluent ! Si cela leur fait plaisir… Je suis persuadé que je ne me suis pas trompé en vous donnant cette promotion. Vous n’avez pas à douter là-dessus, ni de vous, ni de moi. Le Pentagone nous surveille de près. Ils aimeraient avoir quelqu’un de plus fiable, de plus plaisant, à la tête du SGC et même des équipes SG. Pour le moment, ils se contenteront de moi, de nous ! Vous êtes actuellement les meilleurs éléments de la base, continuez à le prouver et ne me décevez pas. »

Voilà, c’était dit. Jack n’en avait que faire qu’on remette sa parole en question tant que ça ne l’empêchait pas d’accomplir son travail.

« Avec la mort de Gebber, le Pentagone voudra renforcer ses liens et éventuellement, son emprise sur vous, Becker. Vous êtes chargée de représenter notre planète lors de rencontres avec d’autres peuples extra-terrestres. La diplomatie et la négociation avec nos alliés, ennemis ou autres, passent par vous. Vous allez être un relais entre le Pentagone, le SGC et ce qu’il se passe sur le terrain. Autant vous dire qu’il faudra faire bonne impression mais aussi être efficace. Il faudra que vous sachiez danser sur un pied, parfois le droit, parfois le gauche, et apprendre à faire des compromis… Vous comprendrez bien vite qu’il existe deux visions : la vision humaniste, celle que j’essaye d’entretenir depuis que j’ai servi avec Georges Hammond, et la vision budgétaire, financière, politicienne... Une vision qui n’a en réalité cure des affaires des autres peuples et qui dégagent un sentiment de fébrilité, de renfermement et d’hyper prudence complètement insensée…. »

O’Neill se rendit compte qu’il partait dans un délire qui risquait de l’énerver. Ne voulant pas y penser et surtout ne pas mettre dans l’embarras ses deux officiers, il s’arrêta là. Il s’avança et regarda par la vitre pour voir où en était Anderson.

« Croyez-vous qu’il risque quelque chose ? »

Même attaché et affaibli, un jaffa pouvait causer du mal à un simple humain s’il s’y prenait bien…

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Michael Anderson
----------------
avatar
----------------
Responsable des scientifiques
----------------


Nombre de messages : 981

Arrivé au SGC : 18/03/2009

Age du Joueur : 33


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
281/500  (281/500)

MessageSujet: Re: Shaq'rel   Dim 16 Nov - 0:19

Le général ne put s’empêcher de faire état de ma maladresse à voix haute en mettant en question mes chances de survies lors de la dernière mission. Même après s’être excusé, il me semblait que sa phrase n’était pas aussi anodine qu’il voulait bien laisser l’entendre… ceci dit il était vrai que ma maladresse dans la base était devenue légendaire et que certains soldats ne voyaient pas d’un bon œil le fait que je les accompagne en mission…
Le général nous posa ensuite une question concernant nos faits et gestes depuis que nous étions rentrés de mission.


- S’agissant de l’infirmerie, je n’ai pas eu mon mot à dire… Quant au repos j’en prendrai plus tard, il y a d’autres choses plus urgentes à régler.

Pourquoi tout le monde semblait toujours penser que le sommeil était une obligation vitale ? Ce n’était pas la première fois que je passais plusieurs jours sans dormir grâce à mes deux amis intimes du nom de caféine et théine. Mon poste élevé au sein de la base ne me permettait pas toujours de faire ce que je voulais. La base fonctionnait 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 du fait du décalage horaire sur certaines planètes. En effet il arrivait très fréquemment que les mondes aliens soit éclairés par leurs astres respectifs uniquement lorsqu’il faisait nuit sur Terre. La base fonctionnait donc à toutes heures et il en était de même du service scientifique, toujours prêt à réagir en cas de retour d’une mission. Il y avait bien sur un roulement organisé entre les scientifiques pour ne pas les épuiser, mais il n’y avait qu’un seul responsable des scientifiques… je faisais donc des roulements avec moi-même et trouvais du repos là où je pouvais. Je ne m’en plaignais aucunement, la passion de ce travail l’emportant largement sur la fatigue.

La discussion s’engagea sur le major Gebber et tout d’un coup je devins « persona non grata ». O’Neill me poussa gentiment vers la sortie me demandant d’aller jeter un coup d’œil sur le prisonnier.


- Mais euh… bon d’accord. Est-ce que je… ?

Cette dernière question s’interrompit abruptement lorsque la porte fut refermée sur moi et qu’un déclic m’indiqua que le verrou avait été tiré…

- Charmant…

Perdu dans mes pensées, me demandant comment je pourrais bien interroger le prisonnier, j’ouvris la porte de la cellule et… me retrouvai nez à nez avec un sceau et un balais à frange, ce dernier me tombant sur la tête de toute sa hauteur. Il avait apparemment été utilisé récemment au vue de l’important taux d’humidité qu’il recelait encore et qui trempèrent mes cheveux sur le coup.

- Enfer et damnation !

Je refermai la porte du local d’entretien en plusieurs fois, essayant laborieusement de faire rentrer le balai à l’intérieur qui ne cessait de se bloquer dans l’ouverture. Une fois cette pénible tâche effectuée, mon ouïe fut sollicitée. Je pivotai vers la source de l’émission d’un son étouffé et me trouvai presque nez à nez avec un garde qui pouffait de rire, debout devant une porte. C’était très certainement la porte de la cellule. Je m’approchai du garde, lui lançai un regard assassin puis demandai :

- Pourrais-je entrer si ça ne vous dérange pas ?

Le garde m’ouvrit la porte toujours en pouffant et c’est avec un ressentiment certain que j’entrai dans la cellule.

- Bonjour Shaq’rel.

La porte se referma sur moi avec un dernier éclat de rire.
Shaq’rel était attaché à une chaise, assis, face à une table, le visage marqué par la fatigue et l’exaspération. De l’autre côté de cette table il y avait trois chaises. J’en tirai une, posai les documents et le prototype de l’arme anti Kull sur le meuble puis, après un léger temps de réflexion, engageai la conversation.


- Je sais que nous avons commencés notre relation sur de mauvaises bases tous les deux. Je vous propose qu’on fasse table rase du passé. Nous sommes tous les deux des scientifiques, il n’y a aucune raison pour que nous ne nous entendions pas.

J’étais plutôt content de mon approche mais hélas il suffit d’un seul geste pour que je ruine mon effet… je lui tendis la main pour qu’il me la serre… devant le regard exaspéré du prisonnier je me rappelai qu’il était attaché… et, du coup, je le lui avais aussi rappelé à lui … Grosse faute diplomatique…

- Ah oui euh… excusez-moi.

J’ouvris un dossier et fis semblant de le feuilleter, le moment que cet instant de gêne se dissipe, réfléchissant à la prochaine phase de l’interrogatoire. Lorsque je me décidai enfin à reprendre la conversation je me rendis compte que le dossier que j’avais ouvert était à l’envers… Je le fermai avec violence, me maudissant intérieurement.

- Vous avez subis une petite opération bégnine et sachez que la balise que vous aviez sur vous a été retirée. Vous n’avez donc plus rien à craindre pour le moment de la part d’Anubis. Au cas où vous vous posiez la question, sachez que de notre part non plus vous n’avez rien à craindre. Ces liens vous seront prochainement retirés, dès que vous nous aurez assuré de votre pleine et entière coopération concernant l’élaboration de l’arme anti-kull, pour le bien des jaffas, des hommes et des Tok’ra.  Avez-vous des demandes particulières ou des remarques à formuler avant que l’on avance plus loin dans l’entretien ?

Faire croire à un prisonnier qu’il n’en était pas un risquait de me faire déployer l’entièreté de mes talents de diplomate. J’espérai de tout cœur que mes camarades allaient bientôt venir m’épauler. Je jetai un regard plein d’espoir à la vitre, derrière laquelle je savais, mes très estimés collègues m’observaient avec attention…

_________________





Dossier de Michael Anderson

«La capacité d'apprendre est un don ;
La faculté d'apprendre est un talent ;
La volonté d'apprendre est un choix.»


Frank Herbert
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-worldofart.actifforum.com
Anthony Lang
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 2961

Arrivé au SGC : 20/02/2011

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
687/3200  (687/3200)

MessageSujet: Re: Shaq'rel   Lun 17 Nov - 14:34

Anthony fut heureux de voir que le général ne se braquait pas suite à l'avis qu'il avait formulé sur Shaq'rel. Mais s'il s'était permis de révéler aussi clairement son avis c'est parce qu'il savait qu'O'Neill était un homme prêt à l'écoute, qui n'était pas fermé à toutes propositions et qui avait bien conscience de la réalité du terrain. Son attitude ne le surprenait donc pas. Et de toute façon, la légère tension du moment fut rapidement dissoute avec l'entrée, fracassante comme toujours, du docteur Anderson qui s'étala par terre, accompagné de ses dossiers et de la cafetière. Alors qu'O'Neill soupirait, Anthony rigolait doucement. Ce n'était peut être pas très charitable mais après cette mission, toute occasion de rire était bonne à prendre.
Le général lui demanda d'ailleurs comment le scientifique avait fait pour survivre à cette mission.


"C'est une bonne question! Non, en réalité, il m'a bluffé, tout comme le docteur Hash. Ils ont vraiment bien tenu le choc."

Sur ce, Julia entra aussi. Décidément, c'était le nouveau salon où l'on cause! Même si Anthony et elle n'avaient pas vraiment eu le temps de parler, il se doutait de la raison de sa présence ici. La même que lui: Gebber et ses confidences. Tout d'abord, elle en remit une couche à propose de Shaq'rel. Elle était de son avis. Certes, comme le rappelait le général, il fallait rester sur ses gardes, mais malgré tout, lui laisser le bénéfice du doute et l'écouter.
Puis, sans transition, vint la question Gebber. O'Neill, avoua se douter de quelque chose. mais il se voulut rassurant et Anthony lui faisait confiance, totalement.

Anthony leva alors un regard vers Julia pour voir si elle comptait aborder la 2è mission de Gebber, à savoir les interrogations sur la nature de leur relation. Etrangement, Anthony qui comptait en parler à O'Neill, mais plutôt pour le rassurer, lui disant que ce n'était que de l'amitié, normal entre collègues travaillant régulièrement ensemble, perdait un peu de son assurance. Il aurait presque préféré se retrouver dans un vaisseau mère Go'auld, arme au poing! Mais O'Neill renchérit d'abord, en désignant Shaq'rel et Anderson. Anthony le rassura:

"Je pense qu'il ne risque rien. Non seulement parce que je le crois lorsqu'il dit vouloir nous aider, mais aussi parce que ce n'est pas dans son intérêt. En le tuant, il va direct à la case enfermement à permet' et extarctin de tout ses secrets par n'importe quel moyen, il le sait. Alors que là, il a une chance, peut être mince, mais une quand même."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Julia Becker
----------------
avatar
----------------
Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 3176

Arrivé au SGC : 05/05/2011

Age du Joueur : 36


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Pilote de chasse
๏ Expérience:
484/3200  (484/3200)

MessageSujet: Re: Shaq'rel   Mar 18 Nov - 14:09

Michael venait de se faire diplomatiquement sortir par O'Neill. Cela dit il valait mieux en effet que ce soit lui qui converse en premier avec Shaq'rel. Entre scientifiques ils se comprendraient certainement. Si il donnait des informations techniques sur la conception des guerriers Kull ce n'était pas Julia qui saurait les interpréter. Dommage qu'Elisabeth ne soit pas là. Cette partie là la concernait et l'aurait certainement intéressée. Curieux également que Mc kay ne pointe pas son nez. Il devait avoir peur et se cacher dans un labo!

O'Neill tenta de les rassurer sur leurs nominations. Mais à vrai dire ce n'était pas cela qui préoccupait vraiment Julia. C'était d'avantage le fait que les têtes pensantes soient prêtes à leur faire des coups bas. Allez savoir ce qui leur était réservé pour la suite ? Comme si les missions n'étaient pas assez difficile comme ça il faudrait désormais se préoccuper de coller au modèle du petit soldat parfait tel que le pentagone le concevait. Julia n'était malheureusement pas de cette trempe là. Mais elle avait été formée en tant que pilote de chasse après tout. Il n'était donc pas étonnant qu'elle en aie le profil.


- J'en ai conscience mon Général...depuis la fois où nous sommes revenus d'exil et que nous avons été interrogé. J'ai compris à ce moment là quel était leur état d'esprit. Et au risque de me faire l'avocat du diable il m'arrive d'adhérer. La notion de rentabilité devrait être un peu prise en considération lorsque nous franchissons la Porte. C'est le contribuable qui nous finance. Je ne serais pas contre essayer de rapporter des technologies ou alliances concrètes. Se faire botter les fesses sans que l'on en tire rien ça devient pénible! Pour autant ils n'ont absolument pas conscience de ce que nous affrontons!

Fallait-il aborder la partie concernant la relation Antholia ? Julia aurait souhaité le faire mais pour dire la vérité. Mentir à O'Neill et le prendre pour l'imbécile qu'il n'était pas lui paraissait...déloyal. Alors non, on ne parlerait pas de ça. Un jour pourtant il le faudrait. Mais son cher et tendre ne semblait pas être prêt à le faire et à en subir les conséquences. Le plus tard serait-il le mieux ? En tous cas le moment n'était pas approprié c'était certain. Elle enfonça sa main valide dans sa poches et poussa un léger soupir de bien être lorsque sa peau rencontra la chaleur des mini bouillottes. Le Général demanda alors si Michael risquait quelque chose de la part de Shaq'rel. Anthony donna son avis et Julia hocha la tête pour acquiescer.

- Oui mais il est émotif aussi. Ca lui a fait faire quelques bêtises pendant notre ascension. Je crois que Shaq'rel a besoin de se sentir en confiance et un minimum reconnu. Le maintenir dans la peur pourrait faire qu'il devienne dangereux.

La jeune femme se mordit les lèvres lorsqu'elle vit Michael tendre la main à un Shaq'rel qui ne pouvait pas la lui serrer puisqu'il était attaché. Avait-elle de la peine pour le prisonnier ? Il ne le fallait pas. Mais elle ne pouvait s'empêcher de penser que depuis le début on l'avait bien mal traîté alors que lui avait voulu se sacrifier pour eux.

- Avec votre permission mon Général, je souhaiterais pouvoir rester un peu ici pour observer et n'intervenir qu'en dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Shaq'rel   Mar 25 Nov - 23:24

O’Neill écoutait attentivement les remarques de ses officiers. Leurs avis avaient toujours beaucoup compté pour lui. L’expérience du terrain lui avait appris qu’un commandant ne disposait pas forcément de tous les éléments vécus en sa possession pour apprécier pleinement une situation. Au contraire, il avait le recul qu’il fallait pour prendre certaines décisions et avoir une vision globale des choses. Ici, il fallait combiner les deux et Jack avait besoin de l’appui et des conseils de Lang et Becker pour mener cet interrogatoire à bien.

Et puis, l'échec n'était pas une option. La mission effectuée avait été suffisamment chaotique pour subir un nouveau recul si leur prisonnier ne leur apprenait rien d'intéressant. Jack repensa aux rebelles jaffas qui avaient tant perdu, piégé par quelques sbires d'Anubis... C'était un drame qui avait donnait un coup sérieux au mouvement de liberté prôné par les jaffas, et la perte de Tolok chagrinait le commandant du SGC... Il fallait donc repartir sur de bonnes bases et tirer quelque chose de positif de ce prisonnier qu'Anubis voulait mort, à priori.
Maintenant qu’il avait une description un peu plus claire du prisonnier, il était curieux de voir ce que cela allait donner et finit par se laisser tomber sur un siège qu’il tira vers la vitre à l’aide des roulettes qui le rendaient mobile. Il jeta un œil sur Julia.


« Je reste aussi avec vous. Je n’ai pas non plus envie d’intervenir pour le moment… » Il regarda ensuite Anthony. « C’est votre prisonnier. Je vous en laisse l’entière responsabilité, Capitaine. Sauf si vous voulez le confier à quelqu’un d’autre bien sûr… Je ne vous oblige en rien. »

O’Neill rapporta son attention vers la pièce d’à côté où Michael leur lançait une sorte d’appel à l’aide. Le scientifique ne semblait pas à l’aise à l’idée de se retrouver seul avec le prisonnier. Il sous-estimait grandement ses compétences de diplomate, dans ce cas-là. Le Général lui faisait confiance pour mener un bien ce début d’interrogatoire.
Le prisonnier semblait émerger petit à petit, mais ne réagit pas beaucoup à l'entrée du chef des scientifiques dans la pièce, même quand celui-ci lui tendit la main, par réflexe inconscient.
Jack fut alors surpris et sursauta presque quand il entendit enfin le son de la voix du dénommé Shaq’rel, répondant à la dernière question d’Anderson.


« Allez-vous me tuer quand j’aurais fini de vous aider ? » Le prisonnier arrivait à bien articuler malgré la fatigue et l’air vaporeux qui masquait son visage. « Que se passera-t-il quand je ne vous serais plus d’aucune utilité ? »  

« Il est gonflé celui-là ! Il va chercher à négocier des conditions, dans sa situation… » Réagit Jack sans qu’on ne l’entende dans l’autre salle. « Il ne veut pas qu’on lui fasse signer une convention de Genève aussi ? »

Il regarda Becker et s’excusa aussitôt de s’être laissé aller aussi facilement. Dans l’autre pièce, la conversation continuait.

« Suis-je bête… Votre hiérarchie n’est pas si différente de celle des jaffas. Vous n’êtes qu’un scientifique et vous ne pouvez pas me garantir une issue de sortie à cette histoire. Un homme guerrier doit se trouver au-dessus de vous et c’est à lui qu’adviendra de décider de mon sort. »

Shaq’rel voulut continuer quand ses yeux se posèrent sur le prototype qu’avait ramené Michael. Il observa d’abord l’engin d’un air désintéressé avant de focaliser son regard dessus. Il ramena ses mains liées sur la table et se pencha pour mieux analyser l'objet, qu'il identifia rapidement comme étant une arme. Sans relever la tête vers Michael, il demanda :

« Qu’est-ce que… ceci ? »

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Michael Anderson
----------------
avatar
----------------
Responsable des scientifiques
----------------


Nombre de messages : 981

Arrivé au SGC : 18/03/2009

Age du Joueur : 33


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
281/500  (281/500)

MessageSujet: Re: Shaq'rel   Dim 30 Nov - 13:06

La réponse que me donna le prisonnier n’était guère celle à laquelle je m’attendais de prime abord, mais était on ne peut plus logique. Il voulait avoir des garanties concernant son avenir avant de nous aider. N’était-ce pas la chose la plus importante au final, que d’être sûr de garantir sa survie ? Je l’écoutai attentivement puis hochai la tête pour lui indiquer que je comprenais tout à fait son point de vue.

- Votre futur dépend entièrement de ce que vous allez faire ici et maintenant. Le futur n’étant qu’une conséquence logique de nos actions dans le présent. Nous ne sommes pas les goa’ulds, nous savons certes châtier nos ennemis, mais nous savons également remercier nos amis. Aidez-nous et nous vous aiderons en retour, comme il se doit. Nous aurions pu vous abandonner sur cette planète, des dizaines de fois. Mais même lorsque vous avez proposé de vous sacrifier, nous avons refusé. Si nous avons fait ce choix, ce n’est pas uniquement car nous avions besoin de vous, c’est aussi parce que pour nous, la vie humaine et particulièrement celle d’innocents, n’a pas de prix. C’est cela d’abord qui nous différencie des goa’ulds.

Ne pouvant pas répondre directement à sa question, n’étant pas habilité par O’Neill à faire des promesses que je ne pourrais donc pas tenir, j’espérai que le prisonnier ne se rende pas compte de la façon dont j’avais fait légèrement dévier la conversation. Au début, à la vue de l’air perplexe qui se dessinait sur le visage du jaffa, je sentis que j’avais gagné la partie. Puis Shak’rel sourit et sa réponse détruisit toute trace d’espoir concernant ma mystification. Je décidai de répondre à sa première question avant de lui présenter le prototype.

- Oui vous avez raison. Je ne suis qu’un scientifique. Le scientifique responsable de tout le personnel scientifique de cette base. Et oui, il y a bien un officier au-dessus de moi qui prendra la décision finale. Mais je ne suis pas là pour vous mentir. On m’a envoyé ici avec vous, pour vous donner des garanties. Celles du donnant-donnant. Vous nous aidez à construire le prototype, vous êtes libre. Sinon… vous ne me verrez plus jamais et un militaire prendra ma place et il ne sera plus en aucun cas question du donnant-donnant. C’est votre chance de vous repentir de votre ancien travail et de nous aider à nous débarrasser du joug d’Anubis. N’oubliez pas que quel que soit l’accord que vous passerez dans cette base, lorsque l’on vous relâchera, Anubis sera toujours après vous. Combien de temps selon vous durera votre cavale face à la science létale d’Anubis ? Or si l’on arrive à créer une arme capable de venir à bout des super soldats, alors nous aurons enfin une chance de vaincre cet infâme goa’uld et, avec sa chute, c’est une nouvelle vie qui s’annonce pour vous. Une vie remplie de la liberté que vous souhaitez. En bref vous avez tout à gagner de votre collaboration avec nous. Le seul qui ait quoi que ce soit à perdre c’est Anubis. Quant à ceci, Je posai ma main sur le prototype, cela va avec cela. Je fis glisser la pile de dossiers vers le goa’uld. Il s’agit de tous les dossiers concernant nos connaissances des super soldats d’Anubis. Nous en avons autopsié un il y a quelques temps. Je vous laisse consulter ces dossiers et étudier le prototype de l’arme anti Kull que nous avons élaboré avec le temps. Bien entendu la cellule d’énergie en a été retirée. Mais vous pouvez consulter les plans pour en savoir davantage la concernant.

Je jetai un regard vers la vitre de séparation entre la cellule et la salle d’observation en une demande implorante de consignes. Je n’en eus aucune. Je décidais alors de me lever, sentant que j’avais largement donné matière à réflexion au jaffa et qu’il aurait besoin de temps pour digérer tout ça. Arrivée à la porte alors que je posai ma main sur la poignée, je pivotai légèrement la tête et lançai, par-dessus mon épaule :

- Ah oui et autre chose. Lorsque vous aurez commencé à étudier ces documents nous considérerons que vous avez accepté de nous aider. A partir de là vous ne pourrez plus faire machine arrière. Réfléchissez bien et n’oubliez pas que vous avez tout à gagner de la fragilisation d’Anubis et que, de toute façon, la liberté que vous demandez et que nous vous accorderons, sera contreproductive tant qu’Anubis est là dehors pour vous chasser.

J’ouvris la porte, la refermai derrière moi, puis après un regard meurtrier à l’égard du garde qui avait repris son fou rire en me voyant, j’entrai de nouveau dans la salle d’observation du prisonnier.

- Alors ? Il réagit comment ?

_________________





Dossier de Michael Anderson

«La capacité d'apprendre est un don ;
La faculté d'apprendre est un talent ;
La volonté d'apprendre est un choix.»


Frank Herbert
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-worldofart.actifforum.com
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Shaq'rel   Mar 9 Déc - 19:50

Quand O’Neill observa la scène entre Shaq’rel et Michael Anderson, il se dit qu’il ne s’était pas trompé en nommant ce dernier responsable des scientifiques de la base. Il avait, en plus des compétences respectables que tout le monde lui reconnaissait, une aptitude à trouver les bons mots et les arguments nécessaires à chaque situation. Il avait certes tendances à s’alarmer trop facilement ou un goût assez prononcé, malgré lui, pour la maladresse. Mais il était moins irritant, arrogant et solitaire qu’un Rodney Mckay, par exemple.
C’était donc l’homme de la situation pour servir de lien entre le prisonnier et la technologie terrienne, le savoir des scientifiques de cette base, contribuant en même temps à baisser les tensions et pourquoi pas, attiser la curiosité de ce jaffa pas comme les autres.


Ce Shaq’rel était encore prudent, mou, démotivé… Il fallait qu’il reprenne goût à la vie, qu’il retrouve un sens à la sienne. Jack n’était pas du tout certain qu’il y arrive mais il espérait qu’il ferait au moins une bonne action ou deux, avantageant les terriens dans leur lutte contre Anubis, avant de déposer complètement les armes et de mourir en paix si cela lui chantait.

Quand Michael revint dans la pièce, Jack ne quitta pas des yeux le prisonnier et lui répondit :


« Pas trop mal. Il semblait surpris d’apprendre que nous étions aussi avancés dans la conception de l’arme… Je ne sais pas si c’est une bonne nouvelle ou pas. Mais il n’a pas l’air convaincu par le fait que si nous le libérerons dans la nature, il mourra. Anubis ne prendra pas le risque de le laisser vivant, comme cela s’est confirmé lors de votre mission… »

Il regarda Julia et Anthony et ajouta rapidement d’un air innocent :

« Enfin, si ça peut vous rassurer, je ne compte pas le relâcher. S’il refuse de coopérer, il croupira en prison. »

Se grattant le dessous du menton tout en réfléchissant aux éventuelles options, il épia le moindre mouvement du prisonnier assis sur sa chaise. Celui-ci avait l’air en plein débat intérieur quant à savoir quelle décision il fallait prendre. Pourtant, le choix n’était pas compliqué…

Quelques minutes passèrent où il se gratta les mains, la tête, ses chaînes claquant contre la table à chaque mouvement. Il avait du mal à tenir en place et en tendant l’oreille, bien aidé par les microphones cachés aux quatre coins de la pièce, le Général put entendre le prisonnier murmurer pour lui-même :


« Je… Je ne peux rien faire d’autre que de subir ça... Je ne veux faire que le bien, je veux aider à vaincre ce fléau, c’est à moi de le faire, c’est moi qui les ai créés… Mais si je les aide, je serais leur otage. Personne ne reconnaîtra jamais mes actes. Et jamais ils ne m’accepteront parmi eux. Je mourrai dès que tout ça sera terminé… »

O’Neill tourna la tête vers ses collègues, le regard interrogateur et un peu surpris.

« Il se parle à lui-même ? Je ne pensais pas que les jaffas pouvaient aussi avoir plusieurs voix dans leur… tête. »

A moins qu’il parlait à son symbiote mais c’était un fait complètement surréaliste, Jack connaissant bien les jaffas pour savoir qu’ils n’avaient pas besoin de la voix pour communiquer avec le satané serpent incrusté dans leur corps. Il se demanda donc un instant si le prisonnier ne se doutait pas qu’il était sur écoute, qu’il cherchait à amadouer les tau’ris, mais rien ne pouvait laisser présager une telle chose pour le moment.
Il attendit impatiemment d’autres paroles mais celles-ci ne vinrent pas. Le prisonnier Shaq’rel sembla enfin avoir pris une décision quant à son sort. Relevant la tête, il alla chercher du bout des doigts le dossier qu’avait posé Michael sur la table. Il se ramena vers lui et le feuilleta. Au bout de quelques minutes, il s’empara du prototype et commença à l’analyser très précisément, s’aidant toujours des documents papiers. Des interrogations se lisaient sur le visage du shol’va, probablement à cause de la différence de langage ou de procédé, mais il semblait tout de même avoir une vision globale des travaux des scientifiques et cela semblait l’intéressé, au plus grand plaisir d’Anderson, Jack ne pouvait pas en douter.


« Eh bien, je crois qu’il est devenu coopératif. Ou du moins, vous avez réussi à piquer sa curiosité… Je vous rappelle vos propres mots, Anderson : à partir du moment où il s’est intéressé à nos documents, il est hors de question pour lui de faire machine en arrière. Montrez-vous bien ferme avec lui si cela est nécessaire… » Tournant sur sa chaise pour faire face à Julia, Anthony et Michael, il ajouta :

« Vous pouvez le faire sortir d’ici pour l’amener aux labos si besoin. Mais je veux qu’il soit accompagné de gardes de manière constante et qu’il soit votre parfait petit assistant, Anderson, et que vous gardiez le contrôle de ce qu’il pourrait vous faire faire… C’est bien clair ? Si oui, alors à vous de jouer. »

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
----------------

----------------
----------------



MessageSujet: Re: Shaq'rel   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shaq'rel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mission Stargate ::  :: ~ Niveau 13 ~ :: Salles d'Interrogatoires-