Mission Stargate
Bonjour et bienvenue sur Mission Stargate, l'une des références des forums basés sur l'univers de la célèbre série Stargate SG-1 !

Inscrivez vous sans plus attendre en entrant un nom et prénom valides ! Créez ensuite la présentation de votre personnage (à l'aide de la fiche de présentation type) afin de commencer cette superbe aventure !

Délires, ambiance et émotions assurés sur Mission Stargate Wink
On vous attend !
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

๏ Le forum a 9 ans !! || Version 5.9 || Le Staff de Mission Stargate vous remercie de votre fidélité ! ๏


 

Partagez | 
 

 « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lola Aino
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 75

Arrivé au SGC : 24/05/2013

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
53/1000  (53/1000)

MessageSujet: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Jeu 9 Jan - 3:31


« Mais bordel puisque je vous dis que je n’ai rien ! » Poussée par une médecin, Lola entra en jurant dans ce qui était visiblement l’infirmerie. La pièce était identique aux autres lieux de la base à ceci près qu’elle comportait des lits séparés par des rideaux ainsi que du matériel médical avancé. Ca sentait comme dans les hôpitaux, on ne savait jamais vraiment d’où venait cette odeur particulière mais elle était toujours présente dans des endroits comme celui ci. Peut être la senteur des produits aux noms imprononçables avec une touche de désinfectant dégueulasse. C’était la première fois que la jeune femme se retrouvait ici. On lui avait logiquement indiqué le lieu à son arrivée au SGC mais elle s’était bien gardée de venir jusqu'à présent. Avant, l’ancienne tueuse avait pour habitude de se soigner toute seule et ne fréquentait jamais le milieu hospitalier. D’ailleurs, comment s’était-elle retrouvée ici, elle qui assurait ne pas être blessée ?

Sortant de la douche, Lola revint à la réalité. C’était toujours cette même journée et il y a quelques heures encore elle se trouvait dans l’espace à bord d’un vaisseau extraterrestre. Dit comme ça c’est étrange mais c’était bien la vérité et il faudrait que la jeune femme s’y habitue. Lola avait tué de ses propres mains un goa’uld, pour sa première mission. C’était une bonne chose. Après s’être habillée elle se décida alors de se mettre à la rédaction de son tout premier rapport de mission. On lui avait rapidement expliqué comment cela devait prendre forme mais c’était plutôt inutile de son point de vu. Elle ne pouvait pas se contenter d’écrire un petit
veni, vedi, vici ce qui était fort dommage mais finalement résumait plutôt bien ce qui s’était passé. Soupirant, la belle avait alors passé quelques heures sur ce travail ennuyant, tentant de décrire clairement tout ce qui était encore enregistré en elle. Lola avait toujours fourni un très bon travail et serait peut être la première à rendre son rapport, marquant peut être un point de plus. Ceci n’était d’ailleurs pas son objectif elle était plutôt du genre à se dire que plus vite elle aurait fini, plus vite elle pourrait aller s’entrainer dans la salle de tirs. Si ces supérieurs voyaient cela comme une marque d’efficacité et d’implication ça ne pourrait être que bénéfique. Le tigre détestait rester en cage et ainsi ce travail pénible l’épuisa. Il n’était pas rare d’entendre des soupirs de fatigue ou des jurons de temps à autre émaner de la chambre de la belle. Ce ne fut que plusieurs heures après que Lola sortit de sa chambre simplement vêtue d’un pantalon basique, une paire de chaussures et un t-shirt noir. Dans ses bras elle tenait son dossier, prête à aller le donner au colonel Narah. Toutefois, au détour d’un couloir elle entendit son nom et aperçu du coin de l’œil une médecin en tenue lui ordonnant de la suivre pour son check up obligatoire. L’ancienne tueuse avait alors voulu se dérober à ce passage obligé mais en vain.

«
Mademoiselle Aino, les passages à l’infirmerie sont obligatoires après une mission. Je suis sûre qu’on a du vous le dire. » Lola lui lança un regard sombre et entra dans la pièce. La plupart des lits étaient vides sauf un. Croisant son regard, la belle reconnu l’homme qui devait être le plus important ici, le général Jack O’Neill, véritable légende vivante d’après les dires de certains. Elle n’eu cependant pas le temps de l’observer plus longtemps puisque déjà on la poussait vers un lit ou elle du s’asseoir. La médecin lui pris son dossier des mains et le posa sur la table de chevet à côté avant de prendre son stéthoscope et lui demander de respirer. Levant les yeux au ciel, la belle obéis. « Vous avez mangé depuis votre retour de mission ? » Lola la regarda dans les yeux, faisant comprendre qu’elle était étonnée d’une question aussi absurde. « Non. » La femme nota quelque chose sur un petit carnet et continua ses questions sans lever les yeux vers l’ancienne tueuse. « Vous avez dormi depuis votre retour de mission ? » « Non. » Lola posa un regard sur son dossier. Fallait-il qu’elle le relise pour être sure de n’avoir rien oublié ? « Vous avez eu des maux de tête ou autre symptômes inhabituels depuis votre retour de mission ? » A part l’ennuie de l’écriture d’un rapport très long « Non. Attendez c’est quoi la prochaine question, est ce que j’ai eu des rapports sexuels depuis mon retour de mission ? » L’impatience commençait à pointer le bout de son nez et avec, la mauvaise humeur de la belle. La médecin leva brusquement les yeux vers elle, rougissant légèrement et presque choquée de ce qu’elle venait d’entendre. La belle ne la quitta pas du regard jusqu’à ce que la femme tourne le dos pour aller poser son carnet. « Vous savez que vous n’avez pas fourni de dossier médical ? » Lola fronça les sourcils. Fallait-il dire qu’elle était une ancienne tueuse et que des blessures elle en avait vues de toutes les couleurs ? Et puis elle n’avait même plus de dossier médical depuis des années déjà. Soupirant, Lola tourna légèrement la tête vers le général puis reporta son attention sur la médecin. « Franchement, vous avez mieux à faire que vous occuper de moi. Il y a des gens plus importants qui ont besoin de vrais soins. » La belle passa une main dans ses cheveux qu'elle avait laissés détachés. Après tout, elle n'était pas en mission et normalement elle aurait du faire un simple aller-retour et serait retournée dans sa chambre aussitôt qu'elle aurait donné son rapport.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.starwarsdestiny.net/
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13740

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Dim 12 Jan - 12:39

Le Général commençait à être pris d’un sentiment de frustration intense. Depuis son réveil, il avait passé son temps en pyjama, à rester cloué sur son lit, fragile aux yeux de tous. Quand il avait réussi à remettre sa prothèse au pied fantôme, il s’était levé, portant une robe de chambre qu’il ceinturait bien autour de lui. Sa poitrine et ses abdominaux lui faisaient mal, mais ce n’était rien comparé à son dos qui criait souffrance après des jours et des jours à être resté allongé, immobile. Maintenant, l’effet de l’anesthésie s’était presque dissipé. Il allait aux toilettes et la tuyauterie fonctionnait à nouveau. Mais il avait toujours des maux de têtes. Et il était certain que ceux-ci ne disparaitraient pas avant qu’il ne soit sorti de cet endroit.
Assis sur son lit, il voyait des hommes défiler pour n’importe quelle raison. Il les observait discrètement, rendait le salut de certains militaires, parlait brièvement avec quelques scientifiques venus à ses nouvelles. Jack ne se doutait pas que c’était plus de la politesse qu’une réelle intention de venir prendre des nouvelles et de passer un peu de temps à ses côtés.


« Vous souhaitez quelque chose, mon Général ? » Demanda une infirmière. Jack fit non de la tête, toujours un peu dans les vapes. Il était bien pour l’instant comme ça, assis sur son lit. Il était mieux comme ça qu’allongé. Mais encore une fois, le décor faisait beaucoup et il était sûr que ça pourrait aller beaucoup mieux s’il était chez lui, ou dans un endroit qui n’empestait pas les produits hospitaliers.

Il vit une jeune femme entrer, une militaire à son apparence bien qu’elle gardait ses cheveux longs détachés. Jack essaya de chercher dans sa mémoire qui ça pouvait être. Il ne la connaissait pas beaucoup, mais un peu pour savoir qu’il avait déjà vu sa tête une fois. Etait-ce dans le couloir, en ville ou sur une photo dans un dossier ? Il ne s’en souvenait plus. Manque de pot, il n’arrivait pas à retrouver non plus son nom. Celle-ci subissait un petit interrogatoire de routine de la part d’un membre du personnel médical, qui fut assez vite rembarré. O’Neill regarda la scène d’un coin de l’œil, tout en jouant avec ses pieds pour remettre les chaussons trop grands qu’il avait aux pieds. Surtout pour son pied prothèse, sur lequel il était difficile d’y appliquer un chausson ou une chaussure de ville de manière statique.


« Non. Attendez c’est quoi la prochaine question, est ce que j’ai eu des rapports sexuels depuis mon retour de mission ? »

Le Général avait haussé un sourcil et écouté le reste de la conversation. Enfin, ce qu’il en restait.

« Franchement, vous avez mieux à faire que vous occuper de moi. Il y a des gens plus importants qui ont besoin de vrais soins. »

A ce moment-là, il avait détourné son regard et fit mine de ne pas avoir entendu. En réalité, il lui aurait suffi de lire sur les lèvres de la jeune femme et d’interpréter son regard pour savoir qu’elle venait de faire allusion à lui. Avait-il un air si frêle que ça ? Jack laissa le médecin s’occuper d’elle quelques secondes, juste le temps pour lui de se lever et d’avancer lentement vers eux, s’aidant d’une canne. Le médecin qui s’occupait d’ausculter la militaire interrompit ses actions quand son champ de vision repéra le Général debout en train de marcher.

« Tout va bien mon Général ? Vous souhaitez qu’on vous ramène quelque chose ? » Encore cette question qui revenait au galop.

« Non, c’est bon. » Répondit-il, au début légèrement essoufflé et surtout irrité d’entendre cette question. « Tout va bien, ne vous occupez pas de moi. »

Il avança de quelques petits pas, passant devant eux. Et quand il jeta un dernier regard vers la jeune femme, il ne vit pas seulement l’irritation et l’impatience de cet instant. Ce fut son nom qui lui revint en mémoire comme un éclair de rappel.

« Soldat Aino, c’est bien ça ? » Il s’était arrêté, une main accrochée sur le haut de son pyjama comme pour protéger son cou du froid, l’autre s’appuyant sur sa canne.

« Vous êtes membre des Black Eagles, je me trompe ? En tout cas, vous avez le caractère. » Il fit signe vers le médecin tout en continuant de parler. « Laissez la doc faire son travail, ça ne prendra que deux minutes. »

A la fin de ses mots, il toussota, ce qui lui provoqua une brûlure dans son torse, mais il essaya du mieux de possible de ne pas montrer sa souffrance. Il n’avait certes plus le look d’un Général digne de cette base, mais il ne souhaitait pas non plus attirer la compassion ou la pitié.
Il resta là néanmoins, stable sur ses pieds. Si elle faisait bien partie des Black Eagles comme il le pensait et si elle avait participé à la mission pour éliminer Sokar, O’Neill serait intéressé d’en savoir un peu plus sur le déroulement de l’opération, les pertes, etc… Car jusqu’à maintenant, il avait eu très peu de nouvelles. Tout ce dont il était sûr, c’était que les Black Eagles avaient réussi leur mission.

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Lola Aino
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 75

Arrivé au SGC : 24/05/2013

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
53/1000  (53/1000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Dim 19 Jan - 19:45


Un bruit régulier se fit entendre dans son dos. Tournant légèrement la tête, Lola aperçu le général, debout, marchant vers elle en s’aidant d’une canne. Elle fronça légèrement les sourcils. Allait-il l’engueuler à cause de son comportement envers la médecin ? D’ailleurs cette dernière lâcha le bras de la jeune femme qu’elle tenait pour prendre sa tension et porta immédiatement son attention vers le général. Elle semblait inquiète qu’il se soit levé et lui demanda immédiatement si il voulait quelque chose. L’ancienne tueuse secoua légèrement la tête, quelle lèche-botte cette femme. Tout le monde se comportait-il ainsi quand O’Neill était dans les parages ? Ce dernier sembla légèrement irrité et répondit plutôt sèchement, ce qui amusa légèrement Lola. Il voulait visiblement qu’on le laisse tranquille ce que la belle pouvait tout à fait comprendre. Quand il fut à sa hauteur elle put l’observer un peu plus. Il était très maigre, ses joues étaient creuses et son visage pâle. Il donnait l’impression d’être exténué et assez fragile pour qu’une petite tape dans le dos le fasse tomber en morceaux. Elle croisa son regard. Il sembla soudain s’illuminer, comme si il venait de trouver quelque chose d’important au fond de son esprit fatigué.

Il lui adressa alors la parole et lui demanda de confirmer son identité. En entendant le terme soldat pour la désigner, ses lèvres se tordirent légèrement en une petite grimace. Elle aurait eu envie de lui dire qu’elle n’était pas un pion, ou du moins qu’elle n’avait pas vraiment demandé à être considérée comme telle. Si les choses ne s’étaient pas déroulées de cette façon, elle serait toujours libre comme l’air à l’heure actuelle.
« Ouais c’est ça, Lola Aino. » La médecin sembla sursauter et se retourna vers Lola, le regard noir. La belle fronça les sourcils, semblant se questionner sur l’origine de ce comportement. « Où vous croyez vous ? On dit « Mon Général » quand on est un soldat si peu gradé comme vous et on parle un peu mieux ! C’est votre supérieur direct, vous le devez le respect ! ». L’ancienne tueuse serra les poings et fit un effort immense sur elle même pour garder son calme.

Lola tourna la tête vers le général qui avait repris la parole, ne porta même pas attention au médecin qui continuait de lui prendre la tension au bras. La belle eut un petit sourire en entendant la remarque d’O’Neill. Elle n’avait fait la connaissance des autres membres des Black Eagle que depuis peu mais elle était bien en mesure de se rendre compte que ces derniers n’avaient rien de commun avec la plupart des autres soldats. Le colonel Narah recrutait-il tous ses hommes en fonction de leur caractère de merde ? Cette pensée amusa légèrement Lola.
« Oui, je suis la dernière recrue du colonel Narah … mon Général. » Ajouta t’elle en lançant un regard noir à la médecin. Quand O’Neill lui indiqua de laisser la femme faire son travail, Lola attendit quelques instants qu’elle se retourne et aille fouiller dans des dossiers. Alors, doucement elle se pencha en avant vers le général et murmura « Je n’aime pas vraiment les médecins. » avec un petit sourire. Elle le regarda dans les yeux avant de rajouter une petite phrase. « Mais je ne pense pas être la seule. » Lola lui adressa alors un petit clin d’œil plein de sous-entendu.

Le général eut alors une quinte de toux qu’il tenta de dissimuler. La médecin le regarda, inquiète. Tout le monde ici devait le regarder de la même façon, avec une pitié non dissimulée et des regards inquiets et faussement compatissants. Pour l’heure, la seule à ne pas le regarder comme ça c’était Lola. Son regard était sérieux et légèrement froid comme à son habitude mais il ne reflétait aucune pitié et encore moins de la compassion. Peut être était-ce la seule à le regarder encore comme un homme et non un malade.
« C’est bon on a fini ? » « Non, vous devez d’abord me remplir ce formulaire, cela me fournira des informations suffisantes jusqu’à ce que je reçoive votre dossier complet. D'où vous viennent ces cicatrices à votre bras ?» Lola soupira et leva les yeux au ciel. Elle ne pouvait pas fournir certaines informations sous peine de devoir révéler des secrets et elle ne pouvait se le permettre. Il fallait qu’elle trouve un moyen d’esquiver, à moins de pouvoir mentir, après tout, ce serait facile de mentir un bout de papier. « Vous n'avez jamais eu de chats ? Ils peuvent être violents parfois ... de vrais petits monstres ... » Encore en train de cacher des informations par des petits phrases pleines de sous entendus. Jamais elle ne pourrait révéler son passé, l'origine réelle des blessures et cicatrices qu'elle avait à quelques endroits sur le corps, pas même au général. Son passé n'était connu que d'elle seule et de Menchu.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.starwarsdestiny.net/
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13740

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Jeu 23 Jan - 22:13

Elle n’avait pas la formule « mon Général » au bout de la langue comme la plupart des gens ici. Elle n’était pas non plus du genre à lui cirer les chaussures, ou plutôt les chaussons, en cet instant. Elle était même du genre forte tête. Jack ne savait pas si c’était une bonne idée de faire la conversation avec ce genre de personne, lui qui était encore un peu stone. Mais maintenant qu’il était lancé il ne pouvait pas se défiler, ou alors avait-il tout simplement été pris d’un grand élan de flemme.
Lola Aino, qu’elle s’appelait. Une jeune femme pétillante pleine de vie mais qui avait un côté un peu agressif, et froid. Ça se voyait dans ses yeux. Jack n’avait pas l’habitude de voir ça chez une femme, ce qui piqua au vif sa curiosité. Il n’y avait que Menchu Narah pour rencontrer et faire venir des recrues de ce genre...
Et le terme « genre » ne désignait pas un groupe d’individus aux points communs. Car la réalité, c’est que tous les Black Eagles étaient différents. Les seuls choses qu’ils partageaient, c’était leur niveau élevé de dangerosité, et leur sale caractère, pour certains. Et elle lui confirma qu’elle faisait partie de cette unité d’élite, en ajoutant cette fois-ci la procédure de langage qui rendait hommage à son grade. Jack sourit légèrement. Il n’avait rien d’un Général à l’heure qu’il était. Et il ne commandait pas plus les hommes de cette base.


« J’ai cru comprendre ça. » Lui répondit-il directement quand elle lui annonça ne pas porter dans son cœur les blouses blanches de la médecine.

Elle lui sourit à ce moment-là. Assez bref mais sincère. Cela plut à O’Neill qui se sentit un peu charmé. Elle était jeune, avait de la répartie, et était charmante… Ou en tout cas, c’était l’image qu’elle envoyait aux yeux de Jack depuis ces quelques dizaines de secondes où il lui avait parlé. Un léger frisson le traversa, lui faisant perdre quelques années, dérider quelques plis du visage, ses yeux un peu plus ouverts et à l’affût.
Sa libido lui revenait comme un vieil ami qu’on avait plus recroiser depuis sa dernière cuite. C’était quelque chose d’assez étonnant et satisfaisant. Le désir qu’il ressentait était bon signe, cela signifiait que la santé revenait.
Comme une goutte qui allait faire déborder le vase, le petit clin d’œil d’après faillit lui faire perdre pied. Il tenta de faire bonne figure et de rester impassible devant cet excès de familiarité.


« Mais qu’est-ce qu’on ne ferait pas sans eux, des fois… » Tenta-t-il de défendre un peu maladroitement. Car après tout, s’il était encore là, c’était en parti grâce à cette pièce et ceux qui y travaillaient.

L’examen médical reprit d’ailleurs où le médecin demanda à Aino l’origine de cicatrices sur le bras, que Jack n’avait pas remarqué jusque-là. Elle mentionna comme réponse les griffures de chats. Une histoire qui fit stopper son interlocuteur dans ses mouvements, se demandant si elle se payait sa tête. Pour calmer le jeu, Jack intervint.

« C’est vrai que ça peut être de vrais prédateurs. Surtout les femelles. »

Le regard d’O’Neill se déporta vers le médecin et lui fit comprendre, le temps d’une seconde et d’un petit hochement de tête, d’abandonner les questions inutiles et de faire le dossier médical de mademoiselle Aino plus tard. Le plus important était de déterminer si elle gardait des séquelles, des signes physiques de blessures succédant son combat sur le vaisseau de Sokar.
Jack n’était pas toubib, mais il était persuadé qu’elle n’avait rien. Ces quelques minutes de dialogues avaient suffi pour l’en convaincre.


« Ca ira pour vous, Aino… » Dit-il soudainement en s’approchant un peu d’elle, tenant toujours sur une béquille et penchant légèrement vers l’avant. Si le Médecin Chef, le bon Docteur White, l'entendait dire ça... « Profitez de votre liberté, je pense que vous avez mieux à faire après votre exploit sur le vaisseau de Sokar… » Il toussota et tenta de faire demi-tour. Il le fit, mais à deux à l’heure. Comme s’il voulait tenter de convaincre Lola de ne pas lui dire au revoir tout de suite.

« Pour ma part, je vais sortir un peu, marcher… Sortir d’ici et de cette odeur de produits dégueulasse qui m’explose le nez et me tord le ventre… Ça me fera du bien. »

Ce n’était pas le meilleur exemple à donner à une forte tête, mais il n’était pas non plus d’humeur à faire preuve d’autorité ou d’exemplarité. Tout ça ne représentait plus rien pour cet homme en robe de chambre. Et il n’avait pas parlé fort pour ne pas attirer l’attention des autres. Faisant comme si de rien n’était, il commença à entamer son aventure vers la sortie de l’infirmerie, une vraie randonnée. Mais alors qu’il avait fait à peine quelques pas, il se retourna, lançant un dernier regard vers Aino. Il attendit, presque hésitant, presque suppliant. Si elle pouvait l’aider à sortir d’ici sans qu’un troupeau de médecins ne vienne lui prendre le bras pour le ramener au lit, il ne dirait pas non.
Et puis, contrairement aux apparences, il n’avait pas forcément envie de lui dire au revoir tout de suite.

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Lola Aino
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 75

Arrivé au SGC : 24/05/2013

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
53/1000  (53/1000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Ven 31 Jan - 21:43


Le regard aiguisé de Lola n’avait pas loupé le soudain éclair d’intérêt qui avait traversé les yeux du général. Il semblait soudain plus charmé, plus ouvert au dialogue et moins malade. Etait-ce elle qui lui faisait cet effet ? Au moment où elle lui avait fait un clin d’œil la jeune femme s’était rendu compte que Jack avait presque failli tomber à la renverse. Peut être qu’un signe aussi familier devait le perturbait. Il faut dire que Lola n’avait pas vraiment l’habitude de surveiller sa gestuelle en présence de haut gradé et cela avait eu l’air de perturber le général. Toutefois, la belle resta de marbre, elle n’allait certainement pas changer sa façon d’être pour convenir aux gens ici. L’armée n’allait certainement pas changer qui elle était. Peut être devrait-elle rester plus neutre et moins familière quand elle s’adressait au général mais elle n’était pas venue ici pour rentrer dans les rangs. Après tout, comme disait Jack, les Black Eagles avaient tous leur caractère et ils n’étaient pas fait pour être les parfaits petits soldats obéissants aux ordres comme des chiens. L’ancienne tueuse avait d’ailleurs toujours du mal avec ce concept. Ce collier qu’elle portait, les plaques militaires, elle mettrait certainement pas mal de temps à s’y faire.

Mais déjà Jack reprenait la parole. Oui, les médecins étaient utiles à certains moments comme dans son cas mais Lola avait eu toujours de mauvais souvenirs du milieu hospitalier et ceci la hanterait certainement pour le reste de ses jours. Toutefois, le général devait en effet la vie à ces médecins et il donc être forcément reconnaissant. Lola ne l’entendait pas vraiment de cette oreille mais préféra ne rien dire. D’ailleurs la médecin eut du mal à croire son histoire de chat mais le général intervint rapidement et entra dans le jeu de la tueuse. Ceci amusa la jeune femme, surtout quand Jack appuya son regard pour faire comprendre à la médecin d’arrêter ces questions. Lola n’était pas prête à révéler ses secrets les plus profonds et révéler son ancienne vie à une femme dont elle ne connaissait rien et devant le grand patron qui lui aussi ignorait tout de sa vie de tueuse. Peut être devait-il s’en douter au vu de son regard froid et dur, témoin d’une vie difficile même pour son jeune âge.

C’est alors que le général se pencha vers elle et murmura doucement que c’était fini pour elle et qu’elle était enfin libre de ses mouvements, autant en profiter. La belle eu un petit sourire complice et passa une main dans ses cheveux.
« Merci bien mon général ! » Son regard se posa sur son rapport qu’elle devait maintenant aller rendre avant de retourner dans sa chambre. Quel ennuie cette vie. Suivre les ordres puis attendre la prochaine mission. Dans son ancienne vie Lola ne s’ennuyait jamais, les missions s’enchainaient rapidement, mais c’était le bon vieux temps où elle était réellement libre de ses mouvements. Elle remarqua cependant que Jack mit du temps à se retourner, comme si il accentuait son état. Voulait-il faire de la peine à Lola ? C’était peine perdu. Toutefois, peut être voulait-il gagner du temps pour rester avec elle. Etrange. La belle ne pouvait pas réellement comprendre qu’on veuille passer plus de temps avec elle en sachant que se faire des amis n’était pas vraiment sa tasse de thé. Le général expliqua alors qu’il allait aussi quitter les lieux pour prendre l’air, cet air filtré déjà trois fois par les conduits d’aération, rien à voir avec l’air pur de l’extérieur.

Alors il avança très lentement vers la sortie, sous le regard amusé de Lola. Il voulait qu’elle l’accompagne, ça crevait les yeux. Ce vieillard était assez drôle dans son rôle de grand patron pas toujours sérieux. Toutefois, il risquait de se faire rattraper par la médecin qui ne serait certainement pas d’avis avec son escapade. D’ailleurs la chieuse en chef tourna la tête au moment ou Jack regardait Lola avec un air de chien battu, suppliant qu’elle le sorte d’ici.
« Général je ne peux pas vous laisser sortir d’ici tout seul vous êtes encore faible. » « Qui vous dit qu’il est seul ? » Lola avait sauté du lit, récupéré son dossier et elle était déjà à la hauteur du médecin, le tout dans un silence parfait. Ses vieilles habitudes de démarches furtives ne les quitteraient pas de si tôt. La femme médecin se retourna, l’air surprise. « Je dois remettre ce dossier au colonel Narah et il m’a expressément demandé de lui amener le Général par la même occasion. Vous ne voudriez quand même pas ignorer les ordres du colonel ? Il est plutôt de mauvaise humeur ces derniers temps, ça serait con de l’énerver encore plus alors qu’il veut voir son vieil ami pour des affaires qui doivent restées privées et ne peuvent être discutées dans une infirmerie … » Le ton glacial de la belle et son regard dur et sérieux acheva le travail. La médecin ne dit mot et Lola se retourna avant de passer la porte de l’infirmerie aux côtés du général. Après quelques pas, son visage redevint un peu moins dur et un petit sourire s’afficha sur ses lèvres. « Je crois qu’on est quitte maintenant ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.starwarsdestiny.net/
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13740

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Mer 5 Fév - 18:38

O’Neill observa le soldat Aino quitter le lit et se débarrasser gentiment du médecin en mettant en avant une excuse pour le moins… crédible, mais un peu imaginaire. Il n’avait pas toute sa tête, mais assez pour savoir que Narah n’attendait pas spécialement Jack, surtout dans cet état. Par contre, il était vrai qu’elle avait un rapport à rendre vu le dossier qu’elle avait en main et qui la rendait soudainement un peu moins défiante vers l’autorité, aux yeux de Jack. Comme quoi, malgré son caractère, Lola Aino pouvait toujours faire un effort et se plier aux ordres et exigences protocolaires du métier.
Ils passèrent la porte de l’infirmerie, la première fois depuis son opération pour le Général. Il lui indiqua qu’ils étaient quitte à présent, ce qui fit sourire le vieil homme affaibli. Ses pas étaient d’abord hésitant, lents, puis au fur et à mesure qu’il marchait, il gagna en confiance et retrouva des sensations dans ses mouvements. Il eut cependant un peu de mal au début à garder un bon rythme et il ne se gêna pas pour mettre une main sur le bras de la jeune femme pour prendre appui, quand cela devenait un peu plus compliqué. Il la retira aussitôt qu’il sut qu’il pouvait continuer sans son aide, sans jeter un regard vers elle, sa vision fixée devant lui et vers le bas.


« Si vous saviez combien de fois j’ai rêvé de passer cette porte ! » Dit-il alors qu’il commençait à marcher le plus loin possible. Il n’allait pas vite mais de son point de vue et dans son état, il avait l’impression de courir comme un lapin en pleine nature.

« Alors dîtes moi, que contient-il de beau ? » Le regard interrogateur du soldat Aino se posa sur lui, et comme réponse, il baissa son propre regard sur le rapport qu’elle tenait en main.

« Tout bon soldat est capable de synthétiser un rapport de mission en quelques points importants à son supérieur direct. » Il attendit quelques secondes pour voir la réaction de la jeune femme, avant de craquer et de lâcher un grand sourire.

« C’est une blague, héhé... je n’ai jamais été un bon soldat. »

Jack décida de laisser tomber l'humour. Déjà parce qu'il n'était pas là pour faire rire la demoiselle. Et aussi parce que son sourire prolongé lui arracha un léger grognement de douleur, coupant sa respiration le temps de quelques petites secondes. Sa poitrine était encore brûlante. Il continua de marcher vers l’ascenseur malgré tout, incognito. Pour le moment il était assez tranquille mais tôt ou tard, avec cette démarche et cette tenue, il serait remarqué et accosté par les membres du personnel qui iraient le saluer ou bien peut être, prendre quelques nouvelles de son cas. Il n’avait pas trop envie de parler de son état et Jack espérait que les gens qu’ils croiseraient seraient trop occupés dans leurs affaires pour le remarquer. Il voulait aller le plus loin possible. Et pourquoi aller voir ce vieux Narah finalement, si son corps l'acceptait ?

« Cependant, » poursuit-il, « Je suis quand même assez curieux. J'ai aussi l'impression d'avoir louper un épisode, et pas des moindre... Ça a dû être une sacrée mission, que de partir là-haut pour éliminer l’un des goa’uld les plus puissant de la galaxie. »

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Lola Aino
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 75

Arrivé au SGC : 24/05/2013

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
53/1000  (53/1000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Dim 16 Fév - 19:21


Visiblement même dans son état, le général ne pouvait s’empêcher de sourire à la remarque de Lola. Après tout, il lui avait épargné les questions emmerdantes du médecin et elle de son côté avait réussi à le faire sortir d’ici. Chacun pouvait donc remercier l’autre mais la belle n’était pas du genre à se mettre à genoux pour remercier quelqu’un, ainsi, elle l’avait fait à sa manière. Le vieil homme avait du mal à marcher, après tout il devait être encore sous l’effet de médoc donnés par les médecins pour le garder tranquille. Il n’avait certainement pas pu marcher aussi longtemps depuis quelques semaines. De temps à autre il prenait appui sur le bras de Lola pour se remettre doucement dans le bain et réapprendre les mécanismes. La belle ne disait rien. Elle n’était pas très douée pour le contact humain et s’attirait plus facilement des ennemis que des amis. Il fallait dire que son ancien métier n’aidait pas forcément et Lola côtoyait plus de cadavres que d’êtres vivants. Ainsi, elle ne dit rien et laissa le vieux général se reprendre tout seul. Son regard était fixé devant lui, comme si il apprenait à marcher pour la première fois. La belle adapta son allure de marche à celle du général, tandis que son regard semblait observait toutes les personnes qu’ils croisaient. Elle n’avait toujours pas l’habitude de ses lieux et son caractère méfiant n’arrangeait rien à la situation.

L’ancienne tueuse sortit de ses pensées lorsque Jack reprit la parole. On aurait cru un prisonnier qui venait de retrouver la liberté. Il semblait respirer ce doux parfum de liberté, marcher comme un homme qui n’avait plus de contraintes, qui n’était plus attaché à un lit d’hôpital faisant trop penser à une cellule de prison. Pour avoir été retenue quelques temps dans une prison marocaine, la belle connaissait la sensation de jouissance en réussissant à s’échapper. Toutefois, de son point de vu, être dans ses couloirs, dans cette base et ce règlement stricte, cela n’avait rien de bien réjouissant comme liberté. Même si elle était parti en mission et revenue il y avait à peine quelques heures, Lola avait envie de sortir d’ici, voir la lumière du jour et quitter cet endroit confiné. Il est toujours difficile de mettre un lion sauvage en cage. « Le prix de la liberté est parfois difficile à obtenir » Lui répondit-elle en souriant tristement. Plus jamais elle ne serait libre à présent Un voile sombre passa sur son visage à cet instant. A tout jamais prisonnière de l’armée …

Une fois de plus c’est le général qui la sortit de ses pensées lugubres. Il lui demanda ce que ça contenait. Un peu déroutée par cette question, Lola releva la tête vers lui alors qu’il désignait du regard son dossier. Il lui ordonna presque de lui faire un rapport rapide du dossier, sous-entendant qu’un bon soldat devrait en être capable. La belle le toisa du regard, l’air froid. Il ne l’impressionnait pas et ce n’était pas comme ça qu’on demandait quelque chose à quelqu’un. Cependant, le général finit par rire et préciser qu’il s’agissait d’une blague. Lola leva les yeux au ciel en secouant légèrement la tête, un petit sourire au coin des lèvres. Si il n’avait pas été un bon soldat, jamais il ne serait arrivé à ce poste. En guise de vengeance, la belle le regarda sérieusement avant de prononcer plutôt froidement « Ce dossier est confidentiel, je ne suis pas autorisée à en parler même à un général en convalescence. ». Une chose restait certaine, les gens tentaient de tenir Jack bien loin de ses histoires et peut être n’était-il même pas au courant de l’ensemble de la mission.

C’est d’ailleurs ce qu’il laissa sous entendre quand il reprit la parole. C’était donc vrai, les gens l’avaient volontairement mis à l’écart, ils lui avaient cachés des informations. Lola ne pouvait pas imaginer l’état d’esprit dans lequel le général pouvait être à ce moment là. La belle eu alors un regard étonnamment sombre à cet instant, fixant un point imaginaire sur le mur d’en face. Pour sa première mission ici, Lola avait commencé fort. Elle était partie dans l’espace infiltrer un vaisseau Goa’uld, elle avait tué ce chef extraterrestre et l’équipe avait perdu un des leurs. La belle passa une main dans ses cheveux. « C’est effrayant à quel point c’était facile … » Sa voix était devenue plus grave, bien plus sérieuse. Sans doute le général comprit-il que l’assassin du Goa’uld ne pouvait être qu’elle. Toutefois, elle préféra taire la mort d’un des leurs pour l’instant, ignorant complètement si le général était au courant ou non.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.starwarsdestiny.net/
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13740

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Mar 18 Fév - 21:18

L’échange d’humour entre elle et lui passait plutôt bien. Etrangement, Jack se fiait à elle comme s’il la connaissait depuis plus longtemps. Sa compagnie était agréable et sa présence distrayante, pour ne pas dire amicale. Il devait cependant se méfier car elle restait un soldat, et quelqu’un d’assez dangereux pour faire partie des Black Eagles. Jack n’était pas un ennemi pour elle mais il se tromperait s’il pensait pouvoir lui faire confiance si vite. D’autant qu’il n’avait pas encore tous ses esprits…
Quand il la questionna à propos de la mission de neutralisation sur le vaisseau de Sokar, il avait relevé la tête et porté son regard sur elle, scrutant sa réaction. Il voulait voir si elle avait été choquée, éprouvée et marquée par cette expérience. Il n’en semblait rien, comme s’il avait s’agit une basique mission de routine qui s’était terminée sans surprise, sans travers, et dans les règles de l’art. Cela créa une colonne de frissons dans le dos du Général. Le soldat Aino semblait plus froide encore qu’il n’avait pu le penser.


« Facile ? Voilà un mot que je n’avais plus entendu depuis longtemps. Je dirais même que depuis que je suis aux commandes SGC, ça n’a jamais été facile… Mais je suis content d’apprendre que ça a pu l’être. »

Ils arrivèrent peu après à l’ascenseur. La double-porte s’ouvrit et le Général décida de s’y engouffrer, y invitant Aino qui de toute façon, devait remettre son rapport au bureau de Narah, qui en attendant, devait n’occuper autre que le bureau de Jack en fait…
Il fut soulagé de voir qu’aucun médecin ne l’aperçut s’enfuir de la sorte. Une fois l’ascenseur refermé, il eut un léger haut le cœur quand la cage partit dans les profondeurs de la montagne, vers les niveaux inférieurs de la base. Sur le mur, une petite lumière de type LED éclairait l’intérieur des cases numérotées correspondant au passage de l’ascenseur à chaque niveau.

Niveau 21, 22, 23…


« Si jamais on croise Narah, promettez-moi de me protéger. Je pense qu’il n’aimerait pas me voir debout dans cet état. Il serait capable de me botter les fesses. » Il toussota. « Et… surtout maintenant que je n’ai pu l’uniforme. Je suis vulnérable. »

Evidemment, Jack ne le pensait pas vraiment. Il était quasi sûr que si Narah n’approuverait pas, c’était parce que cela pouvait donner une image négative, moins autoritaire et faible de Jack, aux yeux de leurs hommes. Et depuis la mutinerie de l’année dernière, autant dire que l’autorité des officiers était un sujet délicat à traiter. C’était une question d’image.
Sinon, le français comprendrait que son vieil ami ait décidé de quitter l’atmosphère nauséabonde de l’infirmerie.

A un moment, l’ascenseur s’arrêta au niveau 26 et un militaire vint les rejoindre, un jeune sergent qui semblait avoir eu tout juste la minorité. Jack ne l’avait jamais vu avant. Etait-ce un nouveau ? Le jeune homme salua Aino puis le Général, de manière peu formelle, comme s’il ne savait pas qui était ce vieil homme en robe de chambre. D’ailleurs, sa mine interrogative vint confirmer l’hypothèse.


« Bonjour… » Jack fit un petit sourire en se posant mille questions sur l’identité de l’homme. Il regarda de biais Aino, sur sa gauche, communiquant d’un simple regard son interrogation.

O’Neill examina l’uniforme et le badge de l’homme. Il vit aussi un dossier avec une fiche logistique dans ses mains. En quelques secondes d’observation, il comprit que cet homme était rattaché à l’armurerie. Plusieurs sous-officiers que Jack connaissait bien entretenaient habituellement cet entrepôt si important aux équipes SG. Ils tournaient en fonction des horaires. Et d’habitude, c’étaient eux qui avaient ce genre de badge particulier, et ces documents écrits listant le matériel ou contrôlant les entrées/sorties des équipements de mission. Voir ce jeune homme s’occuper de cette fonction avait fait naître chez O’Neill un étrange sentiment d’appréhension.
Quelle personne avait été remplacée par ce jeune militaire ? Et où était-elle aujourd’hui ? Avait-elle été tuée lors de l’attaque ? Paraitrait que le nombre de pertes était important…
Le Général fut pris d’un nombre incalculable de question mais resta silencieux. Il espérait éviter les mauvaises surprises. Mais au fond de lui, il avait toujours cette fameuse appréhension…
Enfin, l’ascenseur s’arrêta au niveau 27, celui-là où se trouvait, entre autre, le bureau du Général O’Neill.


« Après, vous. » Dit-il à Lola en la laissant sortir. Immédiatement, des hommes passant par-là se mirent au garde-à-vous. Et le jeune militaire resté à l’arrière de l’ascenseur se trouva soudainement idiot. « Repos messieurs. » Jack traça sa route, suivit de Lola Aino, souriant aux salutations qu’il recevait mais ne s’attardant pas plus dans le couloir.

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Lola Aino
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 75

Arrivé au SGC : 24/05/2013

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
53/1000  (53/1000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Jeu 20 Fév - 3:20


Le Général sembla choqué d’entendre le mot facile sortir de la bouche de la belle. Lola posa son regard sur lui. Peut être avait-elle abusée en utilisant ce mot, peut être aurait-elle du sembler plus modeste. Mais c’était un peu la vérité. Les Black Eagles avaient accomplis leur mission avec une rapidité et une efficacité sans pareille. Moins de deux heures après être monté à bord du vaisseau de Sokar Lola avait tué le chef Goa’uld et tout ce beau monde s’était enfuie. A y repenser, la mission semblait très lointaine pour Lola, cependant elle n’était rentrée que quelques heures plus tôt et ne s’était même pas reposée. Il faut dire aussi que sur Terre la tueuse avait eu des missions bien plus difficile à accomplir et seule par dessus le marché. C’est peut être à ce moment là qu’elle se rendit compte que l’équipe avait été d’une grande aide et que seule, peut être que cette mission dans l’espace n’aurait pas été aussi facile. La belle fut presque choquée de se faire cette réflexion, toutefois elle tenta d’éloigner ce genre d’idées de sa tête. Dans ce monde elle n’avait toujours pu compter que sur elle même et ce n’était pas prêt de changer. Toutefois, les paroles de Jack résonnèrent dans son esprit. Dans ce nouvel univers les missions ne seraient pas aussi simples que sur Terre et Lola commençait doucement à s’en rendre compte. Rien qu’à voir le massacre dans la base quelques heures plus tôt. La belle n’avait eu que peu d’informations mais visiblement il y avait beaucoup trop de morts.

Ils étaient déjà arrivés devant l’ascenseur et Lola s’étonna que personne n’ai empêché le général de quitter cet étage. Etait-ce elle qui éloignait tout le monde de lui ou personne ne s’inquiétait vraiment du sort de Jack ? Elle suivit cependant Jack à l’intérieur et par habitude pris place au fond de la boite métallique, appuyant son dos contre la paroi froide en pliant légèrement une jambe de sorte que son talon se retrouve aussi contre le mur de métal. Le regard de la belle se posa alors sur les LED affichant les étages quand Jack repris la parole. Ceci eu pour effet de faire rire la belle. Un jolie son bien inhabituel chez elle. «
Si vous cherchez un personne capable de tenir tête au colonel Narah vous frappez à la bonne porte ! » Dit-elle un petit sourire au coin des lèvres. Lors de leur rencontre les deux s’étaient battus sans retenu et Lola n’était pas le genre de femmes à se laisser faire. Si il n’y avait pas de haine entre les deux, on peut tout de même dire qu’il y avait une sorte de petit jeu de rivalité. Menchu était la personne qui avait obligé Lola à être ici aujourd’hui, lui arrachant sa liberté, lui prenant presque sa vie et pour ça elle lui en voudrait toujours. D’un autre côté, il lui avait également sauvé la vie et la tueuse ne pouvait l’oublier. Ainsi, leur relation était étrange, chacun voulant prouver la valeur de l’autre sans jamais afficher de faiblesses. Mais déjà l’ascenseur s’arrêta. Les portes s’ouvrirent et un garçon plutôt jeune entra à l’intérieur. Avec rapidité Lola l’examina de la tête au pied. Il portait un uniforme, un badge et une liasse de documents dans les bras. A son allure on aurait presque cru un stagiaire de corvée de photocopies. Il salua tout d’abord la jeune femme puis le général. Visiblement il ne savait pas qui il avait en face de lui ce qui amusa intérieurement la belle. Jack lui adressa un bonjour qui se voulait amical. Lola quand à elle resta de marbre, n’affichant que son regard froid posé sur lui. Il fut légèrement mal à l’aise et leur tourna bien vite le dos, se plaça près des portes.

Lola sentit alors le regard de Jack se poser sur elle. Tourna la tête elle vit sa mine interrogatrice et son regard  perdu. Visiblement il ne connaissait pas cette personne. Immédiatement l’attitude de la belle changea. Elle fronça légèrement les sourcils et son regard devint plus froid. Si le général ne connaissait pas cet homme c’était peut être mauvais signe. Lola se décolla du mur et fit deux pas pour se placer entre Jack et le jeune stagiaire. Jack dut rapidement comprendre la manœuvre. Un mot, un seul et ce jeune homme serait mort. La belle n’avait reçu aucun ordre, juste le regard étrange du général. Hors de question qu’elle soit responsable si il venait à être blessé surtout que la médecin l’avait vu partir avec lui, ainsi Lola serait en mauvaise posture si il arrivait quelque chose au général alors qu’elle était avec lui. La tueuse n’était pas un bon soldat, elle était loin d’être aussi discipliné que ses nouveaux collègues et ne voulait pas être un simple chien de l’armée qu’on envoie en mission quand on a envie. Lola voulait affirmer son identité, ne pas être une parmi tant d’autres. Mais là, tout était différent. Qu’il soit général, son supérieur direct elle s’en fichait pas mal. Pour l’heure, il n’était qu’un homme faible en robe de chambre et si il lui arrivait quoi que ce soit en la présence de Lola, même Menchu ne pourrait pas lui éviter la sentence ultime. Mais le général resta silencieux et la belle immobile.

Finalement l’ascenseur s’arrêta au niveau 27. Le général laissa sortir Lola en première. Immédiatement des hommes se mirent au garde-à-vous ce qui troubla la belle. Jack leur ordonna de se mettre au repos et marcha à travers les couloirs en direction de son bureau. La belle ruminait intérieurement de se retrouver dans une telle position. Elle était du genre à se faire discrète et n’aimait pas être mise en pleine vue. Hors à ce moment précis elle était en train de marcher aux côtés du Général O’Neill lui même en robe de chambre et elle sans uniforme et les cheveux détachés. Des personnes extérieures à la base pourraient penser qu’ils étaient intimes et cela devait peut être traverser l’esprit de certains hommes qu’ils croisaient. D’ailleurs, leurs regards déviaient parfois sur certaines parties de l’anatomie de la belle ce qui la mettait encore plus hors d’elle. Serrant les poings, elle du se retenir tout le trajet pour ne pas choper un soldat par le col et lui mettre une droite. Malgré son état, la jeune femme ne montrait rien, si ce n’est un regard plus froid et plus dur qu’auparavant. Lola était une inconnu de tous et la plupart ne devaient même pas se douter qu’elle faisait des Black Eagles. Si ils l’avaient su peut être que certains auraient vite détournés le regard …

Ce ne fut qu’après quelques petites minutes qui parurent une éternité pour Lola que les deux protagonistes arrivèrent devant la porte du bureau du général. Si Menchu était à l’intérieur il n’y avait aucun doute qu’il allait hurler de rage autant sur Lola que sur Jack. La belle déjà un peu en colère ne pourrait supporter un affront de plus et rien ne pourrait garantir qu’elle garderait son self control.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.starwarsdestiny.net/
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13740

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Mer 26 Fév - 16:08

Avant d’arriver au fameux bureau, Jack avait dû passer par la salle de briefing. Une vague de souvenirs et de familiarités lui revinrent en mémoire. Il avait caressé du bout des doigts la grande table qui occupait le centre de la pièce, comme s'il la redécouvrait. Mise à part la présence du soldat Aino et du Général, il n’y avait personne d’autre. Mais l’activité humaine ici était toute récente car des dizaines de dossiers, d’ordinateurs portables et de tasses de café vides étaient éparpillés sur la table. Cet endroit avait dû servir de QG de défense pendant l’attaque du SGC par les forces terrestres de Sokar. Un éclairage bleuté sombre et intimiste rendait l’atmosphère encore plus confidentielle et angoissante, presque froide. L’acoustique était différente qu’à l’infirmerie. Les bruits ambiants des machines et les voix s’élevant de la salle de contrôle juste en dessous d’eux résonnaient, signe qu’il y avait un peu de vie tout de même.

« Quelque chose me dit qu’ils sont tous en train de se reposer… Ou de faire une pause clope. »

C’était mieux ainsi, Jack préférait ne pas se montrer devant les intervenants du Pentagone dans cette tenue. La salle vide le rassurait et il put accéder à son bureau, qui était vacant lui aussi. Menchu Narah avait combattu avec les hommes, il devait toujours être parmi eux, Jack le connaissait assez bien pour savoir qu’il n’était pas du genre à rester dans le bureau, à organiser, régler les problèmes et passer tout son temps au téléphone. Narah était un homme de terrain et personne ne pouvait changer ça… A part peut-être, la vieillesse.

« Allez-y, déposez votre rapport. Narah le verra. » Jack contourna le bureau en éraflant là aussi du bout des doigts la matière en bois qui ornait le contour. Il releva son regard vers Aino.  « Si vous le voulez bien, j’y jetterais un œil aussi. J’ai tant de choses à apprendre et de retard à rattraper… »

Et puis, Jack était persuadé que le rapport du soldat serait clair et honnête. Exactement ce dont il avait besoin pour se tenir au courant. Pour une fois, il avait hâte d'en lire un, sans connaître davantage les éventuels talents en littérature de la jeune femme.  
O’Neill abaissa le bassin et se laissa tomber tout doucement dans le fauteuil en cuir. Il écarta la paperasse présente devant lui pour avoir au moins la place d’y poser les bras. C’était un peu le bordel sur ce bureau avec ces piles de documents et de dossiers empilés les uns sur les autres.


« J’ai l’impression de ne plus être revenu ici depuis au moins 1 mois… Alors que ça fait une semaine qu’on m’a tiré dessus… Et vous Aino, ça fait combien de temps que vous avez intégré la base ? … Ma base... D'où venez-vous ? » Ajouta-t-il en essayant petit à petit de retrouver ses sensations et le costume de Général qu'il avait perdu depuis qu'on lui avait troué le ventre. La route vers un retour à "normale" allait être encore longue, mais elle existait encore pour le Général Jack O’Neill.

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Lola Aino
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 75

Arrivé au SGC : 24/05/2013

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
53/1000  (53/1000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Mer 19 Mar - 5:52


Même si le couloir avait été peuplé de plusieurs hommes en uniforme, ce ne fut pas le cas des pièces suivantes. En effet, la salle de briefing était complètement vide, il ne restait que des traces d’un passage humain récent comme témoin d’une forte activité dans les heures précédentes. Lola laissa son regard se promener sur les différents dossiers présents sur la table, tous faisaient référence à l’attaque Goa’uld et au détour d’un document elle entre-aperçu son dossier personnel avec ceux des autres membres des Black Eagles. La belle fut piqué de curiosité et s’approcha doucement de la table centrale. Le général frôla cette dernière du bout des doigts comme nostalgique du bon vieux temps où c’était lui qui dirigeait cet endroit. Il ne devait même pas être au courant de toutes les choses mises en place par Menchu et devait se sentir complètement à part, comme si il n’était qu’un simple visiteur de sa propre base. Nul doute qu’il devait être confus et contrarié, cependant il ne laissait rien paraître. La belle se souvint la première fois qu’elle était venue ici pour s’entretenir avec Menchu à propos de ses nouvelles fonctions. Cette journée lui semblait si lointaine, et pourtant … cela ne faisait qu’une semaine. En si peu de temps elle avait déjà accomplie ses premiers exploits en prenant part à une mission de hauts risques et tué de ses propres mains un Goa’uld. Peut être même était-elle la plus jeune recrue à accomplir pareille chose. Elle sortit de ses pensées quand le Général reprit la parole. Oui, sans doute devaient-ils faire une pause méritée. La belle n’avait même pas pris le temps de dormir, comment le pourrait-elle après ce qu’il s’était passé d’ailleurs ? Elle avait l’esprit remplis de questions comme la plupart des gens ici présents se demandant si les Goa’uld allaient s’arrêter là. La réponse serait bien sur négative. N’allez pas croire que Lola ne pourrait pas dormir suite à son meurtre, ceci ne lui était jamais arrivé et les choses n’étaient pas prêtes à changer.

Finalement, ils se dirigèrent vers le bureau d’O’Neill actuellement occupé par Narah. Comme il fallait s’y attendre, il n’était pas là ce qui permit à Lola de se détendre. Sans doute l’aurait-il fusillé sur place de la voir avec O’Neill en dehors de l’infirmerie. Elle n’aurait bien entendu pas laissé passer une remarque et la discussion aurait sans doute tourné court. Le Général indiqua alors à la belle de déposer son dossier sur le bureau pour que Menchu puisse le retrouver. La belle fronça légèrement les sourcils, elle aurait préféré lui remettre en mains propres car certaines informations pouvaient être susceptibles de lui valoir une conversation musclée surtout pour l’assassinat d’un enfant. Soupirant, elle s’exécuta tout de même et releva la tête quand O’Neill lui indiqua qu’il y jetterait un coup d’œil également. Pouvait-elle l’empêcher ? Lui dire que ces informations devaient être confidentielles ? En lisant ce rapport il pourrait y apprendre des choses lui faisant comprendre que Lola n’était pas une simple nouvelle recrue. Cependant, elle ne pouvait rien dire car il était le grand patron.  «
Peut être devriez vous attendre d’être complètement rétabli avant et d’avoir un peu plus d’informations à propos de cette journée. Certains détails sont assez … » Elle croisa son regard et se rendit compte que ce n’était certainement pas à elle de juger. Lola haussa alors les épaules et préféra en rester là. Peut être serait-elle mal jugée pour ses actes mais elle n’avait fait qu’obéir aux ordres, n’était-ce pas ce qui était le plus important dans ce monde militaire ?

O’Neill pris alors place dans son fauteuil et sembla retrouver son attitude de Général. Cela faisait une semaine qu’on lui avait tiré dessus et presque autant de temps que Lola avait mis les pieds dans ce monde étrange. Si jusqu’à présent l’homme lui avait semblé tout à fait correct et presque amical la belle se rendit compte de sa position quand il lui demanda depuis combien de temps il avait intégré sa base. L’accentuation sur le pronom possessif lui fit froncer les sourcils et prendre un air plus froid. Se méfiait-il d’elle au point de l’interroger avec un tel détachement ? C’est à ce moment qu’il du se rendre compte de la froideur de cette femme. Il cherchait à affirmer sa position devant elle et son esprit sauvage et rebelle avait directement repris le dessus comme pour lui prouver qu’il ne l’impressionnerait pas si facilement. De plus, il lui demandait son origine, chose qu’elle ne pourrait nous révéler. Ceci était un secret entre elle et Menchu c’était d’ailleurs lui qui avait été chargé de changer son identité et il avait certainement fait cela dans le dos du Général. Ainsi, elle devait garder ce secret pour elle mais aussi pour le colonel car sans son appuie elle n’était pas vraiment sûre de rester en vie. Bonne chose pour elle, la belle savait parfaitement mentir sans laisser trahir la moindre expression sur son visage ou dans le ton de sa voix. C’est ainsi naturellement qu’elle répondit au général «
J’ai rejoint la base grâce au colonel Narah il y a donc environ une semaine. Il m’a recruté grâce à mes talents en combats armés et à mains nues. J’étais membre d’un petit groupe de mercenaires à la frontière mexicaine. » Avec ça au moins il ne se poserait pas plus de questions vu que la plupart des membres des Black Eagles été d’anciens mercenaires retrouvés par Menchu. Lola ne serait qu’une de plus. Il était impossible qu’elle lui révèle qu’elle était une ancienne tueuse à gages de renom et que Lola Aino n’était pas son vrai non. Comme pour appuyer ses paroles, Lola soutint son regard froid dans le sien.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.starwarsdestiny.net/
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13740

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Sam 12 Avr - 12:37

Elle semblait réticente à abandonner son rapport sur le bureau, Jack pouvait le comprendre et il n’y avait pas pensé. Elle voulait probablement attendre de voir Narah pour le lui remettre en main propre. Mais cela donnerait l’opportunité à Jack d’y jeter un œil. Et ce, en dépit de ce que pouvait dire Lola Aino qui sembla le mettre en garde sur ce qu’il trouverait à l’intérieur. Cela faisait dix années que Jack était ici dont trois en tant que Général, il avait connu tous genres de détails croustillants, bien que personnellement il préférait souvent ne pas trop en écrire, laissant la lucidité de ses supérieurs et responsables imaginer la suite réelle de certaines atrocités commises…

« Crus ? » Compléta-t-il sa phrase laissée en suspension. « Vous savez, plus vite je me plongerais dans le vif du sujet et plus vite je récupérerais ce fauteuil. Mon rétablissement physique suivra naturellement. »

Ses doigts tapotèrent le dos du rapport de Lola comme s’il était impatient de lire à l’intérieur. Après qu’il ait pu poser sa question sur l’origine de la jeune femme, d’où elle venait et depuis combien de temps elle était là au SGC sans qu’il n'ait pu s’en rendre compte, il sentit un regard plus froid et méfiant lui tenir tête, comme s’il était devenu quelqu’un de potentiellement dangereux. Jack l’avait senti. D’habitude, pour décompresser un peu il proposait une bière à la personne d’en face.
Il décida d’ouvrir le tiroir en bas à droite de son bureau et y découvrit un casier vide, avec quelques dossiers mélangés qui n’avaient pas à être là. Jack les prit d'une main, les rangea à leur place dans d'autres casiers, et se souvint alors que ça faisait un moment, plusieurs semaines avant qu’il ne soit hospitalisé, qu’il avait décidé d’arrêter de stocker de l’alcool dans son bureau. Il resta un moment à rêver un peu du passé, le temps que Lola prit pour lui répondre de manière très brève. Le Général ne chercha pas à en savoir plus, il comprenait.


« La frontière mexicaine… Humm je vois… »

Il fut perdu dans ses pensées. Il avait deux-trois anciennes connaissances qui avaient passés un certain temps sur le sol mexicain. Mais ce pays n’était plus le même depuis un certain nombre d’années. Il n’était pas facile de traîner dans un territoire où les frontières entre la corruption, la pauvreté et l’ordre, l’organisme même d’un pays, étaient étroitement liées. Même pour un mercenaire, aller au Mexique était une mauvaise idée. La criminalité n’avait pas la même définition qu’ailleurs. Elle était devenue banale, sans but, aussi animalière que naturelle. Les relations amicales de Jack avaient déserté ce pays pour rejoindre des pays comme le Honduras, le Nicaragua ou d'autres plus au Sud du continent. Le genre de pays qu’un homme voulait découvrir après tant d’années à avoir combattu en Orient ou dans les pays de l’ex URSS, au point de vouloir prendre le large...

Il sortit de ses pensées et leva les yeux vers Lola. Il n’avait certainement pas de leçon à lui faire. Elle était entrée dans le bain facilement, sans que Jack ne se rende compte de sa présence d’ailleurs, et avait participé à la mission qui avait préservée la Terre. Elle faisait parti de ceux qui avaient éliminés l’un des goa’ulds les plus fanatiques de la galaxie, bien qu’ils le soient tous…. A part peut être les tok’ras.
Et encore…


« Bien, je crois que je vais rester là un moment maintenant que je suis installé. Je me sens bien… » Il ouvrit un peu sa robe de chambre parce qu’il avait un peu chaud, mais se rendit compte de la présence de la jeune femme et se ravisa de prendre trop ses aises. Si seulement il pouvait retrouver son uniforme... « Je vous remercie beaucoup Aino, vous ne savez pas à quel point je suis soulagé de retrouver… cet endroit. » Il avala sa lourde salive. « C’est tout pour moi ici… J’y ai consacré le reste de ma vie depuis... La mort de mon fils. Je ne m’en étais pas rendu compte tout de suite, ça non... et pourtant, ce que je fais ici, la cause que je sers... Cette solidarité et tout ce que j’ai pu vivre ici avec nos hommes… C’est l’essence même de mon existence. Je n’y vois rien de plus important. Ca représente tout pour moi. J’étais là quand tout a commencé…. J’ai l’espoir de croire que je serais encore là quand tout cela finira. »

Son combat contre les goa’ulds, c’était sa principale motivation, son objectif ultime. La victoire totale serait longue et mettrait du temps à se profiler, mais Jack avait toujours été un optimiste et qui ne tentait rien n’aurait rien. Il fallait y croire, encore et toujours…
Si ce jour viendrait, alors le Général Jack O'Neill pourrait se retirer tranquillement et en paix, laissant sa place, le devoir accompli.

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Lola Aino
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 75

Arrivé au SGC : 24/05/2013

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
53/1000  (53/1000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Dim 13 Juil - 4:00


Le général semblait déterminé à reprendre sa place le plus rapidement possible ce que pouvait comprendre la belle. En effet, quand on goute à la frénésie du combat pendant des années ou à la gestion d’une base militaire il était fort éprouvant de se retrouver du jour au lendemain à faire les cent pas dans une pièce puant les médicaments. Lola ne pouvait que comprendre cet homme, une semaine c’était déjà beaucoup trop. La jeune femme était presque droguée à l’adrénaline et pouvait rapidement ressentir le manque de combat et d’action au bout de quelques jours. Dans son ancienne vie elle ne s’arrêtait jamais, enchainant contrats sur contrats. Ici, les choses seraient certainement radicalement différentes car elle ne pourrait pas partir en mission quand elle voudrait et devrait attendre les ordres. Lola en était déjà agacée d’avance. Cependant, la belle se contenta de rester silencieuse. Lire son rapport pourrait certainement l’aider à se remettre facilement dans le bain car la jeune femme n’avait omit aucun détail. Peut être d’ailleurs aurait-elle préféré que seul Menchu le lise, certains passages pourraient compromettre sa réelle nature de tueuse au cœur de glace.

Pour l’heure, le petit mensonge sur son identité et son origine sembla fonctionner car Jack ne releva pas. Lola remarqua son regard nostalgique quelques instants. Ce bureau devait marquer toute son histoire et être chargé en souvenirs. Ceci fut rapidement confirmé par l’homme quand il reprit la parole. Lola se figea l’espace d’une seconde quand le général parla de la mort de son fils. La lecture de son rapport allait être pire que ce qu’elle pensait. Pendant cette mission elle avait tué un petit garçon, peut être avait-il le même âge que le fils de Jack. On ne se sors pas aussi facilement d’un traumatisme pareil et sans doute le général se sentirait mal en apprenant les actions de la belle et le meurtre d’un enfant sans le moindre remords. Comment allait-il réagir face à cela et surtout, qu’allait-il faire en se retrouvant à nouveau face à Lola ? Peut être serait-elle sévèrement jugée pour un tel acte après tout, cet homme avait à peu près tous les pouvoirs sur elle et si  il décidait de lui faire payer ce meurtre, nul doute qu’il ne se gênerait pas. Cependant, la tueuse assumait ces actions et serait capable de se défendre face à lui, maintenant son sang froid si caractéristique. De toute façon, il était trop tard pour faire marche arrière maintenant et si le général devait apprendre cela, autant que ce soit par elle même durant ce rapport. La brune reprit alors la parole, son regard froid et déterminé posé sur lui
« On viens déjà de prouver à ces faux dieux de quoi on été capable. Ce n’est qu’une question de temps avant de venir à bout de cette vermine. » Ayant déjà tué l’un d’eux, Lola se sentait à présent capable de tuer du Goa’uld au petit déjeuner.

La belle le considéra un instant puis croisa les bras en penchant légèrement la tête sur le côté
« Par contre je ne quitte pas cette pièce sans vous. Je vous raccompagne à l’infirmerie. Vous ne devriez pas être là et si il vous arrive quoi que ce soit alors que beaucoup de témoins m’ont vu avec vous, ça me retombera dessus. Un lieutenant est déjà mort pendant une de mes missions, je ne compte pas salir d’avantage ma réputation … » Cette franchise et ce détachement sur une mort aussi récente pouvaient en déstabiliser plus d’un. Lola n’avait pas pour habitude d’y aller par quatre chemins. En effet, beaucoup de témoins pourraient affirmer avoir vu Lola en compagnie du général et si il lui arrivait malheur pendant qu’elle serait partie, les accusations se porteraient rapidement sur elle et personne d’autre. De plus, il n’avait pas vraiment le droit d’être ici puisqu’il n’était plus tout à fait le général. Sous son regard et ses paroles, Jack fut peut être convaincu puisqu’il se leva doucement. La belle tourna les talons et ressortit rapidement, suivit du général, empruntant le même chemin qu’à l’aller. Voilà qui était une sage décision que de la suivre, le cas contraire, Lola aurait du se montrer plus ferme envers lui car après tout, il était toujours en convalescence. De retour à l’infirmerie, la médecin sembla soulagée et la belle accompagna Jack jusqu’à son lit. Elle ne l’aida pas à se remettre au lit. Puisqu’il voulait reprendre son fauteuil rapidement, il devait commencer par arrêter d’être aussi assisté. Cependant, avant de partir, Lola lui adressa un fin sourire avant de lâcher en tournant les talons un « Rétablissez vous vite. »

---------------------------

La tueuse tenait entre ses mains ses five-seven, la tête haute et le regard froid, elle visait la cible à plusieurs mètres de distance. Vidant son chargeur, elle semblait d’un calme impassible, concentrée et les pupilles fixées sur la tête du mannequin en papier. Les chargeurs furent rapidement vidés et Lola reposa les armes devant elle avec délicatesse, comme si elle tenait de la porcelaine entre ses doigts. Il fallait respecter ses armes puisqu’ils étaient les outils de son œuvre funeste. Doucement la cible se rapprocha alors que la brunette retirait son casque, resserrant l’élastique retenant ses cheveux en une queue de cheval haute. Pas une balle en dehors du cercle représentant la tête. C’était trop facile. Dans son ancienne vie elle possédait un terrain d’entrainement sophistiqué permettant aux cibles de bouger, devant faire face à des obstacles en tout genre et ayant un temps limité. Soupirant, Lola récupéra ses armes et tourna les talons pour se diriger plus loin afin de prendre le temps de nettoyer ses armes avec minutie. Cela faisait plusieurs jours, peut être semaines, qu’elle avait fait sa mission et rencontré le général O’Neill. Depuis elle n’était pas repartie en mission et elle devait comme en manque de drogue. Tirer sur des cibles fixes ne soulageait en rien son envie d’action brute. La tueuse semblait comme un lion en cage, tournant en rond, se rendant à la salle d’entrainement puis au gymnase, sa chambre puis la salle d’entrainement et à nouveau le gymnase. Elle ne perdait jamais de temps pour s’entrainer physiquement et mentalement. Mais le temps commençait à se faire long et comme tout drogué en manque, Lola était facilement irritable …
Revenir en haut Aller en bas
http://www.starwarsdestiny.net/
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13740

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Dim 20 Juil - 20:52

La fin de la récréation avait sonné et Jack devait raisonnablement regagner l’infirmerie. Non pas qu’il y avait pensé mais le soldat Aino elle, oui. Elle fut son escorte jusqu’aux niveaux supérieurs. Elle ne voulait pas que le Général se fasse mal quelque part et que la responsabilité lui retombe dessus. Jack pouvait comprendre ça. D’où le peu de résistance qu’il lui opposa. Quand elle lui fit la remarque qu’un officier était déjà mort en mission, à  ses côtés, et que sa réputation risquait d’être salie, O’Neill fit une moue un peu triste.

« Si vous saviez combien d’hommes sous mes ordres se sont fait tués... Et combien d’entre eux n’avaient même pas la moitié de mon age. Parfois je me dis que si les gens savaient, ils ne me laisseraient pas vivre ainsi. Enfin bref… »

Arrivés à l’infirmerie, le médecin de garde fut soulagé et courut vers lui comme s’il accueillait quelqu’un en stade terminal, les bras grands ouverts et prudents. O’Neill prit place sur un lit et regarda une dernière fois la jolie brune qui lui dit au revoir.

« Rétablissez vous vite. »

« Oh vous savez, je ne me rétablirais jamais vraiment. Mais ça ira. »  

Et le rideau fut tiré.

Plusieurs jours passèrent comme le vent sur les prairies du Minnesota. Cette fraîcheur, cette liberté, lui manquait comme s’il était incarcéré et qu’il attendait impatiemment la fin de sa peine de prison. Il était en manque et sa vie manquait cruellement de goût. Il voulait rentrer chez lui, puis son chalet. Prendre sa canne à pêche et se poser près du canal. Le canal « du chat », qu’il s’appelait. Ce qui était assez bête car en vingt ans de vie là-bas, il n’avait jamais croisé un seul félin dans la nature. Le Minnesota n’était pas une terre de chat mais de chien. Un chien de ferme guidant des brebis à travers les contrées. Il y avait plus d’animaux sauvages que d’humains dans cette partie du monde que Jack aimait tant et qu’il pensait ne plus revoir.
Les jours puis les semaines passèrent, au nombre de deux, quand il put reprendre pleine possession de ses moyens. Et malgré cela, il n’avait toujours pas décidé de revenir sur ses terres…

Le Général O’Neill était assis à son bureau. Il venait de reprendre son poste à la tête de la base. Le commandement par intérim assuré par Menchu Narah avait pris fin. Le Colonel français avait fait un travail remarquable et Jack nota dans un coin de sa tête qu’il le recommanderait si un jour, quelqu’un d’autre devait définitivement prendre les rênes de cette base. Il était impressionné car il ne pensait pas son collègue et ami capable de cette responsabilité, non pas au niveau de ses compétences mais plutôt du caractère. Ce fut une agréable surprise quand il avait vu les récents événements gérés d’une main de maître par Narah, et que l’ambiance au sein du SGC se portait bien.
Il avait donc repris une base constituée de femmes et d’hommes qui avaient encaissé beaucoup de coups ces derniers temps mais pas autant que leurs ennemis : les goa’ulds. Il avait actuellement en main le rapport du soldat Lola Aino, jeune femme un peu froide qu’il avait rencontré deux semaines plus tôt à l’infirmerie mais dont il avait apprécié la compagnie. Il lisait la fin de ses écrits et de la mission considérée comme suicide des Black Eagles sur le vaisseau mère de Sokar.
Il referma le rapport et le posa sur son bureau, ses doigts tâtonnant la couverture. Il fut perdu dans ses pensées pendant un instant puis se releva, un peu trop vite pour son corps qui lui tira quelques douleurs musculaires. Il en oubliait parfois qu’il avait toujours des séquelles de son opération et de la dureté de sa rééducation. Il marcha vers la porte et bien bonne fut sa chance quand il vit le sergent Harriman passer en salle de briefing.
Walter se servait une tasse de café, faisant attention de ne pas se tâcher sa belle veste bleue.


« Walter ? » L’appela-t-il avant que celui-ci ne se retourne vivement, sans verser une goutte à côté.

« Oui mon Général ? »

« Convoquez le soldat Lola Aino à mon bureau s’il vous plaît. »

« Tout de suite »

Le fidèle serviteur de Jack prit son café et descendit les escaliers pour passer l’appel dans les haut-parleurs. O’Neill espérait que cela n’allait pas gêner la jeune femme d'être ainsi mise en valeur dans la base, mais il avait la flemme physique de monter plusieurs niveaux pour partir à sa recherche. Et puis, il faisait ce qu’il voulait et si ça lui plaisait pas, tant pis… Il tira un peu sur son treillis vert et referma quelques boutons de sa veste qui avaient été oubliés et partit se rasseoir en attendant la venue du jeune et prometteur soldat.

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Lola Aino
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 75

Arrivé au SGC : 24/05/2013

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
53/1000  (53/1000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Ven 29 Aoû - 18:29


Le nettoyage de ses armes avait toujours été très minutieux chez Lola. Elle prenait de temps de s’appliquer avec soin, n’oubliant aucune parcelle de l’arme, à l’image d’une femme ordinaire qui s’appliquerait à se mettre du vernis sur les ongles.  Tout en effectuant cette tâche, la belle laissait son esprit vagabonder. Il lui fallait trouver une mission pour l’occuper et ce, très rapidement sinon elle n’était pas sure de rester tranquille bien longtemps. Pour l’instant elle avait réussi à tenir, bien docile, s’occupant comme elle pouvait, mais l’attente se faisait de plus en plus longue et, connaissant les habitudes de la jeune femme, cette dernière risquait d’être moins de docile si on tardait à l’occuper. Ces armes avaient une grande valeur à ses yeux, elles avaient déchirés des vies, changés des destins, modifiés le cours de l’histoire. Lola devait en prendre soin avec la plus grande attention. Après tout, il faut toujours être minutieux avec les armes qu’on utilise dans son métier et sa vie de tous les jours. Une seule erreur et cela pourrait avoir de graves conséquences, surtout en tant que tueur ou membre de l’armée.

Une fois sa tâche accomplie, Lola se leva et alla reposer les armes dans le local prévu. Elle détestait devoir laisser ses armes ici, elle se sentait comme nue sans armes sur elle. C’était encore une des choses auxquelles elle avait du mal à s’habituer. Soupirant, elle s’exécuta quand même et ressorti du local rapidement. Toutefois, à peine eut-elle fait quelques pas dans le couloir pour rejoindre le gymnase afin de passer à son entrainement physique que quelque chose l’interpella. Du haut des hauts parleurs placés dans tous les couloirs, son nom retenti avec l’ordre d’aller dans le bureau du Général O’Neill. La belle se stoppa net dans son mouvement et fronça les sourcils
« C’est une blague … » Secouant la tête, Lola n’en revenait pas. Elle qui détestait se faire remarquer, voilà qu’on venait de l’afficher à tout le personnel de la base. Beaucoup de monde pouvait être appelé dans le bureau du patron mais une femme, qui plus est, une femme avait qui on avait déjà vu le Général, ça sonnait étrange … Lâchant un juron, Lola resserra l’élastique retenant ses cheveux, tira légèrement sur son petit short en jean et tourna les talons pour se diriger vers l’un des ascenseurs. Elle n’était pas du tout en tenue pour un entrevu avec le Général. Pour les bottes montantes noires ça pouvait aller mais pour ce qui était du mini short en jean et du débardeur noir un peu décollette, ça le faisait déjà moins. Le regard de plusieurs soldats quand elle fut dans l’ascenseur confirma ses pensées. La belle prit sur elle pour ne pas briser deux trois nuques et soupira une nouvelle fois, croisant les bras.

Quand les portes s’ouvrirent, Lola fut la première à sortir et se dirigea avec détermination vers le bureau du patron. Mais, moins de deux mètres avant la porte, en croisant un soldat, elle vit un détail qui la fit se stopper. Elle ne portait pas ses plaques militaires, cet espèce de collier avec des informations sommaires gravées dessus. Ce n’est qu’une seconde plus tard qu’elle se rappela avoir fourré ce collier dans sa poche. Elle détestait devoir porter ça, tel un chien en laisse. Elle n’était pas leur chien et ne comptait pas aboyer si ils le lui demandaient. Lola avait son caractère et jamais elle n’en changerait pour leurs beaux yeux. La belle mit une main dans sa poche, sentant le métal sous ses doigts, hésitante. Toutefois, elle fut interrompu dans ses pensées par l’arrivée d’un homme en face d’elle, portant son uniforme bleu impeccable. Il la regarda des pieds à la tête, comme légèrement étonné de sa tenue mais revint rapidement sur son visage
« Soldat Aino je présume ? » Lola le toisa, l’air froid, hésitant à lui dire que non et inventer un faux nom d’homme. Son silence servit de réponse « Je suis Walter Harriman, suivez moi je vous pris. » La belle s’exécuta et marcha derrière lui, s’interrogeant sur l’origine d’une telle convocation. Peut être le général avait-il une mission à lui confier. Cette perspective enchantait la jeune tueuse mais elle demeura impassible car après tout, peut être pouvait-elle se tromper. Harriman frappa à la porte du bureau et indiqua que le soldat Aino se trouvait là. La jeune femme patienta un instant, la main toujours dans la poche, ayant finalement oubliée de mettre son collier militaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.starwarsdestiny.net/
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13740

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Ven 12 Sep - 15:37

Les journées s’écoulaient rapidement après sa sortie de l’infirmerie et Jack avait toujours l’impression d’avoir la balle, celle qui avait failli le tuer, logée dans son corps. La partie de son ventre touchée semblait être alourdie par ce projectile fantôme, encore affaiblie par l’opération qui lui avait sauvée la vie. Quand il marchait, il le faisait lentement, comme un vieillard en bout de vie. Il avait commencé un minimum de rééducation la veille mais il devait être prudent et posé dans le moindre de ses mouvements. Sa réadaptation prendrait du temps mais il était indispensable d’en passer par là pour revenir au top niveau.
Cependant, il n’allait pas chômer pour autant. Il avait officiellement repris les commandes du SGC, bien aidé par des aides de camps proches de lui et efficaces, tel le Sergent Harriman. Jack lui devait pas mal de chose à ce bon vieux Walter et il espérait qu’un jour, il pourrait le remercier de son dévouement et prouver sa reconnaissance par des actes concrets. Hasard du moment, alors qu’il pensait à lui, la voix du Sergent vint le sortir de ses pensées.


« Mon Général, le Soldat Aino est arrivé. »

Debout derrière son bureau en train de trier des affaires dans une armoire, Jack se retourna, plusieurs dossiers en mains.

« Bien, je vous remercie. Faîtes-la entrer et fermez la porte je vous prie. »

Il déposa ce qu’il avait dans les mains à l’intérieur de l’armoire mais garda tout de même un dossier. C’était le rapport du soldat Lola Aino sur la mission nommée « Ecarlate » par le haut commandement, c’est-à-dire la mission commando-suicide envoyée pour tuer Sokar sur son vaisseau mère et libérer la Terre de sa menace. Il le jeta sur son bureau, referma l’armoire et se retourna délicatement pour s’asseoir, de manière plus brusque qu’il ne l’aurait voulu, dans son fauteuil en cuir noir. Entre temps, Aino était entrée et Jack ne lui laissa même pas le temps de se mettre au garde-à-vous, si l’idée lui avait traversée la tête.

« Repos. Vous pouvez vous asseoir, j’aimerais qu’on revienne sur ce joli rapport. J’ai mis un peu de temps pour le lire, je sais. J’ai été emmerdé avec de la paperasse exigée par ma hiérarchie, mais j’ai enfin trouvé le temps de lire votre…récit. » Dit-il, bien que le rapport n’avait rien d’un roman littéraire. C’était un vrai rapport d’expertise sur les évènements qui s’étaient enchaînés et les actes du soldat durant cette mission, décrits avec un réalisme froid et technique.

« La première chose que j’ai à vous dire, ce sont mes félicitations. Pour avoir tué personnellement cette pourriture de Sokar. On connaît les goa’ulds, on sait comment ils sont… Il n’y avait donc rien de surprenant sur notre ennemi, c’était un lâche, un imposteur, un tyran. Malgré les difficultés, vous n’avez pas perdu de vue votre objectif et avez dû faire des choix complexes, des sacrifices même, pour l’atteindre et réussir votre mission. »

Jack releva la tête et prit le temps, pour la première fois depuis son entrée dans le bureau, de bien l’observer afin de voir sa réaction et peut être ses émotions. En tout cas, si elle en avait, celles-ci étaient plutôt froides, ou neutres, contrastant avec sa beauté naturelle. Car il n’y avait pas à dire, elle avait un truc qui ne laissait pas Jack indifférent. Et cela allait au-delà de son style vestimentaire du moment. Il avait déjà vu assez de supérieurs, d’officiers de l’armée misogynes, faisant des remarques sexistes ou déshabillant du regard à longueur de journée la gente féminine, pour se laisser lui-même aller à de tels comportements. O’Neill avait toujours aimé les femmes c’était vrai, mais au boulot, et quand il s’agissait de femmes sous son commandement, il se faisait le code d’honneur d’être exemplaire et respectueuse envers elles. Mais malgré toute cette prudence, il ne pouvait s’empêcher de la trouver belle. Son visage, ses yeux, ses pommettes, ses lèvres… Tout était en harmonie. Il s’était déjà fait la remarque quelques jours plus tôt quand il l’avait rencontrée dans l’infirmerie. Ce n’était pas la morphine ou la fatigue qui lui avait donné ce sentiment, non. Il avait bel et bien eu toute sa tête à ce moment-là et il pouvait le constater à nouveau aujourd’hui.
Il avait donc en face de lui un soldat. Certes très jolie, mais un soldat tout de même, potentiellement très dangereux par la même occasion.


« Par contre, si vous le permettez, votre rapport manque de… comment dire… de sensibilité, si je puis faire remarquer. Ce n’est pas une remarque négative ou un manque, juste une constatation. La plupart des gens de cette base qui auraient vécu votre expérience, auraient transmis plus facilement leurs émotions ou dira-t-on, leurs points de vue personnels, sur ce qu’il s’est passé là-bas… En d’autres termes, je voudrais savoir comment vous vivez ce retour de mission ? Avez-vous parlé à quelqu’un de ce qu’il s’est passé sur le vaisseau mère ? Avez-vous… un confident ? J’ai cru entendre que vous étiez plutôt un loup solitaire. Pas pour rien que Narah vous ait recruté, d’ailleurs… »

O’Neill parlait avec une légère retenue, préférant prendre par des pincettes sur ce type de conversation, avec ce type de personne. Il avait les mains libres, pendouillant, ses avant-bras reposés sur les accoudoirs de son fauteuil. Il avait une posture décontractée. En gros, il n’était pas là pour jouer au psy. Il n’avait ni la blouse blanche, ni les mains jointes en signe de compassion, ni la voix douce et calme du docteur qui venait chatouiller les oreilles. Il était juste lui-même. Et il voulait profiter de ce moment de liberté pour discuter avec Aino, en apprendre plus sur sa façon de voir le déroulement de la mission, et savoir si cela avait laissé des séquelles invisibles ou non…

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Lola Aino
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 75

Arrivé au SGC : 24/05/2013

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
53/1000  (53/1000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Jeu 18 Sep - 0:45


Lola fut amenée au général à l’image d’un simple colis. Le sergent Harriman avait obéi aux ordres de son boss en lui apportant le paquet, l’avait fait entrer dans le bureau et était ressorti en prenant soin de refermer la porte. La belle n’avait pas apprécié ce manège, elle n’était pas une vulgaire marchandise  dont on pouvait disposer à sa guise. Toutefois, la tueuse se contenta de lever les yeux au ciel. Son regard parcouru alors la pièce. Elle était déjà venue ici quelques semaines auparavant et c’est comme si rien n’avait changé. Alors, enfin, son regard se posa sur l’homme assis au bureau. Il semblait en meilleure forme que lors de leur dernière rencontre. A présent, il portait son uniforme militaire de général et imposait bien plus le respect que lorsqu’elle l’avait vu en simple peignoir. Aujourd’hui, il semblait bien plus important, sérieux et presque impressionnant. La tenue en imposait pas mal et, alors qu’elle se l’était permis quelques semaines plus tôt, Lola n’allait peut être pas le taquiner avec humour, d’autant plus avec ce qu’il y avait posé sur son bureau. C’était l’une des premières choses que la belle avait remarqué et reconnu : son propre rapport de mission. C’était donc ça la raison de sa venue ? Parler du rapport de cette mission suicide, cette même mission durant laquelle elle avait tué de sang froid un enfant et un Goa’uld. Alors, au lieu d’avoir un nouvel ordre de mission, elle allait plutôt recevoir l’avis complet du général à propos de ses actions.

Mais, le général la tira de ses pensées lorsqu’il l’invita à s’asseoir. Lola s’exécuta, prenant place en face de lui en croisant les jambes, son regard planté sur lui. Il laissa un peu de suspense, jouant avec les mots. Lola n’avait pas écrit un récit, ce n’était ni un roman ni une œuvre littéraire quelconque, il s’agissait là d’un rapport des plus détaillé et froid qu’elle avait pu rendre. On pouvait aisément lire son professionnalisme dans sa manière de décrire ses actions, ses stratégies et aucun sentiment ne semblait transparaitre dans ce dossier. Tout d’abord il la félicitation pour son assassinat. Quelqu’un de nouveau dans le domaine du crime pourrait trouver choquant qu’on puisse réagir de la sorte face à un meurtre commis de sang froid. Toutefois, la belle ne laissa aucun mouvement trahir une once de surprise. Son visage demeura impassible car après tout, elle avait l’habitude qu’on la félicite pour ses assassinats, toujours net et sans bavure. Son visage pouvait peut être arborer une légère expression fière tout à fait charmante mais dans le fond, c’était ce que Lola avait toujours fait. Ainsi, recevoir des félicitations ne l’étonnait plus vraiment. Son regard émeraude toujours fixé sur lui, la belle sembla capter le regard du général qui avait rapidement parcouru son visage, presque comme l’analysant en détail. A quoi pensait-il au juste ? Voulait-il essayer de lire en elle ou tout simplement était-il en train de l’admirer ?

C’est alors qu’il reprit la parole, empêchant à Lola de savoir l’origine d’un tel regard sur elle. Il lui avoua que son rapport manquait de sensibilité. A cet instant, la belle fronça les sourcils et sembla intriguée, comme si elle ne comprenait pas ce mot. Le général tenta alors de s’expliquer sur cette impression, ce qui amena la belle à être encore plus perturbée. On pouvait clairement lire de l’incompréhension sur son visage. Sans le quitter du regard, Lola lui répondit le plus naturellement du monde
« La mission était de tuer Sokar. C’était un enfoiré qui voulait assiéger la Terre et faire de nous des esclaves. J’ai remplis mon contrat, je l’ai tué et je ne risque pas de le regretter. Je dors très bien la nuit si c’est là votre inquiétude. Qui plus est, je n’ai pas à parler d’une mission avec qui que ce soit. » On retrouvait là ce professionnalisme presque effrayant de son ancien métier de tueuse. Seul Menchu était au courant de son ancien job et peut-être qu’ici, les soldats se montraient plus sensibles qu’elle. Lola était du genre plutôt franche et ainsi, elle n’allait pas masquer son caractère et prétendre être perturbée par quelque chose de banal pour elle.

Croisant les bras, Lola reprit la parole.
«  Vous voulez que je vous dise la vérité général ? Je m’ennuie ! Dans mon ancienne … vie … j’avais pour habitude d’être en mission presque tous les jours. Cela fait plus de deux semaines que j’ai effectué cette mission. Ne vous inquiétez pas trop pour ma santé mentale, je vais bien et je peux reprendre une mission tout de suite. Faites moi confiance, je peux gérer ce genre de choses. » Elle appuya ses paroles d’un regard sérieux et déterminé, comme pour prouver à O’Neill qu’elle n’était pas une novice et qu’il était temps qu’elle fasse ses preuves. Toutefois, la dernière question du général la perturba à nouveau. Elle fronça les sourcils, comme si ce mot était étranger de son vocabulaire « Un quoi … ? Un confident ? » Cette idée semblait être la plus surprenante que la belle ai pu entendre. Elle ne voyait absolument pas pourquoi le général s’inquiétait de ce genre de choses. « Pourquoi aurais-je besoin d’un confident ? Je ne comprends pas … » C’était sans doute l’une des rares fois ou Lola affichait un expression sincère sur le visage. Elle ne comprenait absolument pas pourquoi le général voulu qu’elle ai un confident. A quoi cela aurait-il bien pu lui servir ? De mémoire, la belle n’avait pas le souvenir d’avoir déjà eu un confident. A moins qu’O’Neill y voit un prétexte pour qu’elle se confie à lui. Voulait-il qu’elle fasse de lui son confident ? Cela avait peut être un rapport avec son étrange regard un peu plus tôt. C’était bien l’une des premières fois ou quelqu’un réussissait à faire buguer la demoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.starwarsdestiny.net/
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13740

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   Mer 1 Oct - 14:30

Au fond de lui, Jack n’aimait pas trop ce qu’il faisait. Il avait une entière confiance en ses hommes, c’était un peu son leitmotiv depuis qu’il avait pris le commandement de cette base. Cette confiance était telle qu’il en résultait une certaine liberté, voire aussi une certaine déconcentration dans l’attitude de travail. Jack avait vu suffisamment d’évènements et de drames au sein du SGC pour savoir qu’il était important de prendre soin de ses hommes, de les questionner, d’essayer de déchiffrer leur sentiment après une période difficile. Il avait toujours en tête son ami Paul Davis, qui s’était tiré une balle dans la tête mais qui s’était loupé de peu, déviant son arme au dernier moment. L’homme avait survécu, mais son ami de toujours avait beaucoup changé après cela…
Le Général avait d’autres exemples en tête : Janet Frasier, Nyphus, Evans Dablord, Suzanne Winshester, Chris Redfield, Matt Eversman… Ces personnes représentaient durant un temps la crème de la crème de cette base. C’étaient des incontournables, des hommes sur qui compter pour n’importe quelle mission. Après toutes les missions qu’ils avaient traversées et auxquelles ils avaient survécu, on aurait pu croire qu’ils étaient devenus invincibles, intouchables, et qu’ils seraient toujours là pour répondre présent.
Aujourd’hui, aucun de ceux-là n’étaient présents. Ils appartenaient tous au passé. Certains avaient fini par succomber sous le feu de l’ennemi, en opération sur Terre ou ailleurs. D’autres s’étaient exilés ou avaient tout simplement jeté l’éponge, rincé par tant de visions d’horreurs et de guerre accumulées au fur et à mesure des missions.
O’Neill voyait en Lola Aino une future grande militaire, une sorte de fer de lance du SGC. Elle faisait d’ailleurs partie des Black Eagles, l’élite de la base. Tout comme le Capitaine Hagman. Sauf que lui aussi, à son tour, il n’était plus là, disparu en orbite avec le vaisseau mère de Sokar…


« En effet, vous avez simplement rempli votre objectif. C’est le plus important, vous n’avez fait que votre job… Mais cela me concerne dans le sens où le commandement du SGC supervisait cette opération. Et aujourd’hui, le commandement, c’est moi. Vous savez, ça arrive que mes supérieurs du Pentagone ou du CIS me tombent dessus sur des missions qui ont eu lieu il y a des années, et parfois je dois rendre des comptes. D’où l’importance de maitriser son sujet et d’avoir ceci. » Il tapota le rapport de mission. « Mais comme je vous l’ai dit, j’aime aussi avoir un point de vu plus personnel sur la situation. Si votre santé mentale se porte parfaitement bien, je suis heureux de l’entendre. Je sais que ce n’est pas la mort de Sokar qui va vous empêcher de dormir. C’était une ordure. Mais tuer un petit enfant innocent, de sang-froid, n’est pas donné à tout le monde. »

Il n’avait pas voulu l’offenser en quoi que ce soit. Quel mal il y avait-il à se comporter un peu moins comme une machine et un peu plus comme une personne ? En réalité, le soldat Aino représentait le soldat idéal aux yeux d’un officier. Elle était froide, ne calculait pas avec ses sentiments, elle avait un objectif en tête et devait le réaliser, sinon c’était l’échec, aussi simplement que ça. Jack pouvait même se reconnaître en elle, à une certaine époque il était pareil. Il ne vivait que pour ça. Et il aimait ça jusqu’à ce qu’il se rende compte du temps qui passe et des choses qu’il avait pu perdre à mener une telle vie.

« Ne vous inquiétez pas, je veux au contraire m’assurer que vous pouvez partir en opération dans les prochains mois sans craindre un éventuel surmenage. Je sais que vous prenez assez peu de congés et je ne pense pas me tromper en proclamant que vous ne sortez pas beaucoup de la base. »

Il se pencha un peu quand il vit qu’elle était légèrement déboussolée. Lui-même l’était. Le fait qu’elle ne comprenait pas pourquoi elle devait avoir un confident lui faisait froid dans le dos. Mais en même temps, à son âge, Jack O’Neill n’était-il pas lui aussi ce genre de personne ?

« Vous savez… En plusieurs années j’en ai vu des hommes défiler ici. Ils viennent avec un CV aussi long que le bras et leurs présences sur des théâtres d’opération ont fait d’eux des militaires aguerris et redoutables, très professionnels. Ils font une mission, puis deux, puis trois… Le soir, ils fêtent leur réussite au mess et le lendemain matin, ils s’apprêtent à revivre de nouvelles aventures sur d’autres mondes. Cela en devient un quotidien que l’on peut oublier… Jusqu’au jour où ils meurent.
Ce que j’essaye de vous dire, Lola. C’est qu’un jour, vous mourrez. Peu importe comment, peu importe si vous êtes la plus forte d’entre nous. Si ce n’est pas votre corps, c’est votre âme qui mourra à petit feu… Vous errerez dans cette base, tuant toujours plus d’ennemis. Des ennemis qui seront toujours là, car d’autres feront leur apparition, comme toujours… Jusqu’à ce que cette vie n’ait raison de vous. Alors un conseil, n’attendez pas ce jour pour profiter un peu de la vie. Ne faites pas de votre travail votre unique but, votre existence. Si c’est le cas, partagez-le à une ou plusieurs personnes, ça peut aider… Et même si vous ne pensez pas avoir besoin d’aide, vous vous rendrez compte que parfois il est bon de partager ses sentiments, surtout quand on côtoie la mort au plus près. Sinon, vous le regretterez au moment le plus tard qu’il soit. Vous êtes encore jeune, Aino… avez-vous une famille ? Des proches, quelque part sur Terre ? Ne me dites pas que cette vieille branche de Menchu est votre seule connaissance par ici ? »


Il avait dit ses derniers mots en rigolant pour décontracter l’atmosphère. O’Neill ne savait pas vraiment jusqu’où il voulait en venir. Il essayait de faire passer un message. Libre à elle de le comprendre ou non. Mais il aurait au moins tout fait pour la mettre en garde. Avant qu’il ne la connaisse à l’infirmerie, il n’avait jamais fait attention à elle. C’était une faute qu’il avait voulu corriger et c’était fait maintenant. Mais il avait voulu aller plus loin. Il voulait apprendre à la connaître un peu plus, à l’aider à avoir une vie sociale agréable en parallèle à sa vie d’assassin.
Il voulait essayer, juste… essayer. Avant qu’elle aussi, à son tour, elle ne soit plus là.

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
----------------

----------------
----------------



MessageSujet: Re: « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mission Stargate ::  :: ~ Niveau 21 ~ :: Salle de soins-