Mission Stargate
Bonjour et bienvenue sur Mission Stargate, l'une des références des forums basés sur l'univers de la célèbre série Stargate SG-1 !

Inscrivez vous sans plus attendre en entrant un nom et prénom valides ! Créez ensuite la présentation de votre personnage (à l'aide de la fiche de présentation type) afin de commencer cette superbe aventure !

Délires, ambiance et émotions assurés sur Mission Stargate Wink
On vous attend !
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

๏ Le forum a 9 ans !! || Version 5.9 || Le Staff de Mission Stargate vous remercie de votre fidélité ! ๏


 

Partagez | 
 

 A la sortie du vestiaire (suite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elizabeth J. Hash
----------------

----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 239

Arrivé au SGC : 13/04/2013

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
103/500  (103/500)

MessageSujet: A la sortie du vestiaire (suite)   Jeu 2 Jan - 23:23

Nos pas nous avaient finalement menés au mess et j’eus un sourire de ravissement lorsqu’il prononça mon nom.
Elizabeth… Dans sa bouche…
Mes pensées avaient fini par s’égaré et je me devais de les ramener dans le droit chemin mais cela faisait tellement longtemps que je n’avais pas vécu ce genre de… proximité avec un homme…

Enfin.

Il n’y avait pas grand monde au mess et nous nous installâmes à une table dans un coin.


- Alors… Monsieur… Soldat Smith… Erm… D’où venez-vous exactement ?

Je me retrouvais à ne pas savoir comment l’appeler car même si je l’avais autorisé à m’appeler par mon prénom, lui ne m’avait rien dit.

J’avais deviné par son accent qu’il venait d’Angleterre, tout comme moi et cela me rendit nostalgique lorsque mon téléphone décida de me rappeler son existence. Instinctivement, je me crispais. Encore un message. Encore lui. Cette course poursuite m’épuisait, je n’avais vraiment pas besoin d’un stress supplémentaire. J’avais pris ma décision. Dès que possible, je changerai une fois de plus mon numéro espérant que cela serait suffisant.

Me rendant compte que j’avais retenu ma respiration à la sonnerie de mon portable, je pris une profonde inspiration en jetant un regard à mon compagnon de table.


- Je suis désolée… Le passé est parfois tenace !

Je n’en dis pas plus, pourtant je savais que si il me posait des questions, je lui répondrais.
Revenir en haut Aller en bas
Leon Smith
----------------

----------------
Soldat de 1ere classe
----------------


Nombre de messages : 139

Arrivé au SGC : 11/07/2010

Age du Joueur : 24


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 37
Profession:
๏ Expérience:
107/3200  (107/3200)

MessageSujet: Re: A la sortie du vestiaire (suite)   Ven 3 Jan - 23:26

Ce n’était pas l’heure de pointe au mess et il n’y avait pas une queue phénoménale de personnes attendant impatiemment avec un plateau à la main. Smith et Hash avaient donc l’embarras du choix pour s’asseoir et ce fut tout naturellement que l’anglais suivit la jeune femme. Ils prirent place néanmoins dans un coin discret, non pas en plein milieu de la cafétéria. La machine à café, justement, ne se trouvait qu’à quelques mètres et avant qu’il ne s’assoie, Léon partit se servir une tasse pour lui et lui en proposa une. Elle venait de s’asseoir et pouvait le voir debout devant la machine.

« Un café ? Ou une boisson froide ? »

Smith se prépara son café alors qu’elle lui parla et ne fit pas attention tout de suite au fait qu’elle le nomma par son grade et son nom, alors que lui pouvait l’appeler par son prénom. Cela était tellement habituel qu’il n’en fit pas attention et, revenant vers la table, il posa sa tasse et la laissa refroidir un peu.

« Londres. J’y ai vécu toute mon enfance… Quand j’ai pu, je me suis engagé et j’ai pas mal voyagé, au Moyen Orient surtout. Et puis, j’ai atterri ici. »

C’était résumer très brièvement sa vie que de se limiter à ces quelques mots. Mais Léon n’était pas du genre à aimer raconter son passé, surtout dans les détails. Et en parlant de passé, Elizabeth fut dérangée par son téléphone portable, qui semblait vraiment la perturber depuis leur rencontre devant les vestiaires. Smith ne comprenait pas que le passé pouvait être tenace, lui qui avait toujours cru que seul l’avenir lui souriait et s’approchait de lui, oubliant tout ce qui avait bien pu se passer avant, s’éloignant à toute vitesse. C’était donc étrange pour lui de se dire que le passé pouvait s’accrocher à ce point aux gens. Il repensa à Cara Mallory, torturée par son passé douloureux. Puis là Elizabeth. Mais le problème n’était peut-être pas de la même nature que la femme soldat et dans un élan de curiosité indiscrète, il lui posa la question.

« Vous avez des ennuis ? Cela concerne votre famille ? » Demanda-t-il un peu au hasard alors qu’il comptait repartir chercher à boire à Elizabeth après qu’elle lui ait répondre à sa toute première question.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth J. Hash
----------------

----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 239

Arrivé au SGC : 13/04/2013

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
103/500  (103/500)

MessageSujet: Re: A la sortie du vestiaire (suite)   Dim 5 Jan - 19:30

Il me proposa un café que j'acceptais avant qu'il n'aille nous les chercher à la machine. Il me révéla ensuite qu'il venait de Londres et sans que je ne puisse m'en empêcher, mon esprit parti dans mes souvenirs parfois douloureux et parfois non... Je revenais à la réalité alors qu'il me demandait si j'avais des ennuis.
Des ennuis? Ça n'en était pas vraiment mais comment expliquer tout cela à un inconnu? Je cherchais un instant mes mots, réfléchissant à la meilleur façon d'expliquer cette histoire pendant qu'il allait me chercher mon café.
Tournant machinalement la touillette dans mon gobelet, je prenais du courage pour parler de ce qui me hantait depuis tant d'année.


- Mon téléphone qui sonne, c'est mon ex-mari... Je vivais en Angleterre, moi aussi, il y a quelques années! Je me suis mariée à un homme merveilleux mais il a changé et a commencé à... Enfin... Il a changé et je ne pouvais plus vivre avec lui... J'ai fini par le quitter mais il m'a poursuivi, j'avais réussi à lui faire perdre ma trace, j'ai même dut changer de continent pour ça mais visiblement, même travailler pour une organisation secrète ne l'arrête pas!

J'avais parlé sans lever le regard une seule fois et je n'avais put me résoudre a parler des violences, ni même a dire que c'était un passage à l’hôpital qui m'avait décidé à le quitter. Je redoutais son jugement sur moi. Quelle femme reste avec un homme qui la bât? Quelle genre de femme continu d'aimer un mari comme ça?

Je ne comptais pas lui raconter ma vie mais sans que je ne me rende compte, j'avais parlé, expliquant en quelques mots, ce qui m'était arrivé pourtant maintenant que c'était fait, je redoutais plus que tout sa réaction, son jugement...
Revenir en haut Aller en bas
Leon Smith
----------------

----------------
Soldat de 1ere classe
----------------


Nombre de messages : 139

Arrivé au SGC : 11/07/2010

Age du Joueur : 24


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 37
Profession:
๏ Expérience:
107/3200  (107/3200)

MessageSujet: Re: A la sortie du vestiaire (suite)   Dim 26 Jan - 17:51

Il lui avait servi son café et s’était assis à la table. Il touilla le liquide dans sa tasse, le regard vaquant d’Elizabeth à l’arrière-plan où se trouvaient le buffet et le personnel cuisinier, en train de préparer le nécessaire pour le prochain repas. Il écoutait d’une oreille attentive ce que lui raconta l’archéologue et dès le début, il sut qu’il s’était embarqué dans une conversation délicate. Il redoutait presque sa réponse, mais il ne voulait pas l’empêcher de s’exprimer ni la couper, ni parler pour elle. Il resta silencieux, buvant une première gorgée de café et dégageant presque une aura de sérénité.

« Il fait quoi, comme métier, votre ex-mari ? »

Cette question-là, il n’avait pas pu s’empêcher de la poser, ne serait-ce pour mesurer le niveau de dangerosité de cet homme qui était prêt à tout pour récupérer la femme qu’il avait perdu, quitte à la harceler. Son comportement pouvait être très malsain et tourner mal s’il se perdurait. Ce détail capta l’attention de l’anglais mais il ne voulait pas trop insister sur la question. Si elle parlerait, il la laisserait faire, mais ne voulait en aucun cas la forcer.

« Et... vous viviez où en Angleterre ? Ravi de trouver quelqu'un qui vienne de chez moi. »

Cette question était certes par curiosité mais aussi pour donner un peu d’air à cette conversation qui, si Smith pensait avoir raison, tournait pas loin d’un passé de violence domestique. Il ne l’espérait pas pour elle, mais vu sa façon de réagir et le peu qu’elle avait pu lui dire, il pouvait s’imaginer certaines choses… Et si cela s'avérait vrai, il était peiné pour l'archéologue.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth J. Hash
----------------

----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 239

Arrivé au SGC : 13/04/2013

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
103/500  (103/500)

MessageSujet: Re: A la sortie du vestiaire (suite)   Dim 2 Mar - 19:18

Le café brulant entre mes mains, je tentais de garder mon calme. Replonger dans ces souvenirs douloureux étaient une épreuve pour moi mais je savais aussi que cela était nécessaire. Le psy que j’avais vu à une époque m’avait bien dit qu’en parler était la meilleur thérapie moi. Alors je me lançais.

J’inspirais, les mains tremblantes.

Peut-être que le fait qu’il soit anglais me donnais le sentiment d’être plus proche de lui, je n’en savais rien mais il était temps de parler même si je redoutais qu’il me juge, qu’il dise que c’était de ma faute, que j’aurais dut agir ou pire, que je le méritais…


- Il est professeur d’université et ça me rend malade de me dire qu’il influence les jeunes esprits mais… Personne ne sait… Personne ne le soupçonne même ! J’ai vécu à Londres avec lui mais j’ai grandi dans un tout petit village, vous ne devez pas connaître ! Ça s’appelle Little Yeldam ! Il… enfin… Après, j’ai quitté l’Angleterre pour Denver, enfin, quand je n’étais pas en expédition ! Et vous ? Vous viviez où ?

Finalement, je n’avais pas dit grand chose, ni même le plus important sur ce qu’il m’avait fait. Pourtant, ce n’était pas par envi de garder le secret, c’était juste que, quelque fois, les révélations prennent du temps et la conversation n’était pas fini. Je me doutais qu’il poserait d’autre questions et au plus je parlais, au moins j’avais peur de me confier, c’était comme une libération et au fond, peut-être pourrait-il m’aider, me conseiller… Ou alors me rejetterait-il carrément en me disant à quel point je suis idiote, soit parce qu’il ne me croirait pas, soit parce qu’il ne comprendrait pas…

Les yeux rivés sur mon café, j'attendais qu'il prenne la parole, redoutant sa prochaine question autant que je l'attendais. J'avais envi de lui révéler tout le calvaire que j'avais vécu mais en même temps, je ne savais pas si j'avais le droit de lui en parler. Il n'avait peut-être pas envi de savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Leon Smith
----------------

----------------
Soldat de 1ere classe
----------------


Nombre de messages : 139

Arrivé au SGC : 11/07/2010

Age du Joueur : 24


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 37
Profession:
๏ Expérience:
107/3200  (107/3200)

MessageSujet: Re: A la sortie du vestiaire (suite)   Mar 15 Avr - 13:55

Il fallait laisser faire le temps. Lui laisse reprendre sa respiration, attendre le bon moment pour parler, se sentir prêt. Léon était le candidat idéal pour ça, même s'il n'aimait pas particulièrement prêter une oreille attentive aux problèmes des gens. Mais dans le genre "j'écoute et je me tais, j'observe", il était plutôt bon. Il laissa donc le temps à Elizabeth de se confier, sans la forcer non plus, en tête à tête avec elle et les tasses de café. Smith jouait un peu avec la sienne d'ailleurs, touillant avec sa cuillère ou caressant la poignée.  

"J'ai vécu à la capitale durant quasiment toute mon enfance. Mon oncle y est toujours d'ailleurs... J'y retourne, quelque fois. Mais dès que je suis entré dans l'armée, j'ai passé plus de temps dans des casernes dans d'autres pays que sur notre territoire."

Une confidence en valait une autre. Après qu'elle lui ait révélé que son ex était professeur à l'université, qu'elle avait vécu dans une ville où Léon n'avait jamais mis le pied et qu'elle s'était ensuite déportée sur Denver. Une bien jolie ville que Smith n'avait jamais visité là aussi, mais dont il aimerait en avoir l'occasion car il en avait entendu que du bien.
Pour revenir au sujet, il avait du mal à se faire une idée neutre de son ex mari car elle semblait avoir très peur d'en parler. Quand elle lui dit qu'il influençait les jeunes esprits, Léon se demanda à quel point et pouvait vite s'imaginer un tas de chose négatif. Il préféra ne pas trop réfléchir et attendre d'avoir un peu plus d'informations.


"Rassurez-moi... Ce n'est pas un goa'uld ?" Avait-il dit avec un ton léger se voulant être humoristique. Il le regretta assez vite car si ça se trouvait, l'ex mari était encore pire qu'un goa'uld... Qui sait...

"Vous avez dit que personne ne savait pour lui... Mais personne ne sait quoi ? Était-il... violent ? Ou fou ? Qu'a-t-il fait pour qu'on doive le soupçonner de quoi que se soit ?"

Elle lui en avait parlé, Léon estimait qu'elle serait capable de détailler un peu plus sinon elle n'aurait pas pris le risque d'entrer dans ce délicat sujet de conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth J. Hash
----------------

----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 239

Arrivé au SGC : 13/04/2013

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
103/500  (103/500)

MessageSujet: Re: A la sortie du vestiaire (suite)   Sam 10 Mai - 1:09

il me parla un peu de lui, de sa vie, assez solitaire visiblement.
J'étais tendu. Je ne m'étais pas imaginé raconter ma vie à un homme que je ne connaissais pas mais je devais bien avouer que j'avais envi ou plutôt besoin d'en parler. J'espérais ne pas l'ennuyer avec tout cela mais il semblait avoir une oreille attentive alors je me laissais gagner par ce sentiment de confiance qui commençait à naître en moi.

Sur le ton de l'humour, il me demanda si IL n'était pas un goa'uld. Je me forçais à sourire mais au fond, je me demandais si je n'aurais pas préféré, au moins, j'aurais sut pourquoi il avait agit ainsi avec moi.


-Non! Ce n'est qu'un homme... Réussis-je à dire finalement.

et comme je m'y attendais, il demanda des détails. J'en avais trop dit, je devais aller jusqu'au bout. Quitte à l'ennuyer, autant qu'il comprenne pourquoi. Et alors que j'allais lui parler, je priais intérieurement pour qu'il ne se moque pas de moi. Qu'il ne dise pas que tout était de ma faute et que je n'avais pas à me plaindre de la situation. Voir même que j'étais cruelle puisqu'il semblait encore tenir à moi et que je ne faisais aucun effort pour repartir vers lui, pour lui donner une seconde chance.


-Ce n'était pas un goa'uld mais je crois que j'aurais peut-être préféré! Dis-je finalement. Il... Il me battait! Enfin, je crois qu'il ne se rendait pas compte ou... Je ne sais pas! Il s'excusait à chaque fois, me promettant qu'il ne recommencerait pas et puis, il recommençait! Et un jour, je me suis retrouvée à l'hôpital alors je n'ai plus eut le choix! Je l'ai quitté et j'ai fui... mais depuis il me harcelle...

Rien que d'y repenser, j'avais la chair de poule et je tremblais. J'avais eut beau affronter des extra-terrestre sanguinaire, mon ex-mari me terrifiait bien plus, sans parler de la réaction de mon compagnon de table que je redoutais.
Revenir en haut Aller en bas
Leon Smith
----------------

----------------
Soldat de 1ere classe
----------------


Nombre de messages : 139

Arrivé au SGC : 11/07/2010

Age du Joueur : 24


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 37
Profession:
๏ Expérience:
107/3200  (107/3200)

MessageSujet: Re: A la sortie du vestiaire (suite)   Jeu 19 Juin - 16:20

Ce que redoutait Léon venait d’arriver. Il avait eu un peu peur de ce moment car il savait d’avance qu’il serait impuissant face à ce drame personnel et sentimental. Elizabeth était une femme maltraitée par son conjoint et par amour, et donc par confiance, elle était apparemment restée un certain temps avant de se résigner à le quitter.
Mais l’amour pouvait être tenace, même le plus violent, et voilà que l’individu harcelait la scientifique et menaçait probablement de revenir la voir, la hanter la nuit psychologiquement ou physiquement. Cela pouvait créer une atmosphère quotidienne désagréable, presque paranoïaque. Smith, s’il le connaissait, lui aurait répondu qu’il arrangerait le souci et aurait foutu quelques paires de baffes à cet homme. Mais comme il s’agissait d’un ancien couple qu’il ne connaissait pas, cela devenait tout de suite moins facile. Quel jugement pouvait-il apporter ? Quelle garantie ? Aucune. Il ne pouvait que rester là à écouter Elizabeth et à confirmer ce qu’elle craignait déjà.


« Il reviendra sûrement un jour… Il voudra vous récupérer… Mais il ne vous mérite pas et vous devez vous protéger de lui… Vous en êtes bien consciente, Elizabeth ? »

Léon se faisait un peu de mourront pour elle car même si elle prétendait ne plus l’aimer, il avait peur qu’au fond d’elle, elle ait toujours cette faiblesse et que si un jour son ex conjoint débarquait, serait-elle assez forte pour lui résister ou se ferait-elle avoir par ses vieux sentiments qui remonteraient à la surface, plus fort que les coups qu’elle avait pu recevoir jusque-là. C’était quelque chose qui était tout à fait possible et c’était le cas chez de nombreuses femmes battues. Elizabeth avait eu le courage de le fuir, elle avait bien eu raison.

« Vous avez eu raison de vous en aller. Votre ex a besoin de se faire soigner. » Ca y est, Léon avait lâché le mot de trop selon lui car il n’était pas dans ses habitudes de parler comme ça de personnes qu’il ne connaissait pas. Mais il était pratiquement sûr qu’une bonne baffe réglerait bien les choses. Sinon, l’ex d’Elizabeth continuerait d’agir avec elle ou avec d’autres femmes qu’il pourrait rencontrer plus tard.  

« Je dois vous avouer que je suis abasourdi par ce genre de problème. Pour ma part, jamais je n’aurais osé lever la main sur mon ex-petite-amie. Je la chérissais plus que tout. Elle était celle qui me rendait plus calme, elle me détendait, m’inspirait. Même par colère, nervosité ou je ne sais pour quelle autre raison… Je ne l’aurais jamais frappé. Il n'y a aucun excuse à cela. »

Il s’était rendu compte qu’il était peut être allé trop loin mais une fois commencé, c’était trop tard pour s’arrêter. Il avait parlé d’une femme qu’il avait connu et avait terminé son exemple sans trop savoir pourquoi, car ça ne répondait pas forcément à la situation. Si ce n’était pour prouver que l’ex d’Elizabeth était vraiment à côté de la plaque.
Il voulut continuer à parler mais ses lèvres se figèrent, tout comme son regard. Il s’arrêta discrètement dans ses mouvements, étant sur le point de boire une gorgée de café avec un bout de spéculos.
Finalement, il en but une toute petite, trempant à peine ses lèvres pour reposer rapidement la tasse avec le morceau de spéculos posé contre le socle. Tout cela lui avait un peu coupé l’appétit.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth J. Hash
----------------

----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 239

Arrivé au SGC : 13/04/2013

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
103/500  (103/500)

MessageSujet: Re: A la sortie du vestiaire (suite)   Lun 7 Juil - 18:05

Il me parlait. J'en avais conscience mais je ne l'entendais qu'à moitié.
Protéger, vous en aller, colère...
J'avais eut raison, ce n'était pas de ma faute. Voilà ce qui en ressortait et voilà ce que j'avais besoin d'entendre. Comme si ses paroles avaient été une bouffée d'oxygène, je relevais la tête... Juste à temps pour entendre la fin de son histoire sur cette femme qu'il avait aimé mais surtout juste à temps pour le voir se crisper.

En avait-il trop dit?
Était-ce une histoire dont il n'avait pas envi de parler?

Je ne savais pas trop si je pouvais le questionner à ce sujet mais en même temps, je m'étais beaucoup livré à lui, suffisamment pour qu'il sache qu'il pouvait me faire confiance.
Je le regardais monter son gobelet à ses lèvres et le reposer.

Je pris une inspiration et me décidais.


- Cette femme... Que lui est-il arrivé?

Je ne savais pas si j'avais eut raison de poser la question mais son histoire avait piqué ma curiosité et il était libre de ne pas répondre si je me montrais trop invasive.

Je ne savais pas comment il s'y était pris mais il m'avait redonner un peu confiance en l'avenir et en moi. Il avait sut trouver les mots juste et j'espérais qu'à cause de moi, il n'allait pas plonger dans de mauvais souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Leon Smith
----------------

----------------
Soldat de 1ere classe
----------------


Nombre de messages : 139

Arrivé au SGC : 11/07/2010

Age du Joueur : 24


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 37
Profession:
๏ Expérience:
107/3200  (107/3200)

MessageSujet: Re: A la sortie du vestiaire (suite)   Mer 9 Juil - 19:49

Léon avait eu peur d’en avoir trop dit mais c’était trop tard. Elle l’avait bien entendu et ses débuts de confidence avaient attisé la curiosité de l’archéologue. Cela n’était pas dans ses habitudes mais cette diversion avait au moins le mérite de changer de sujet et de permettre à Elizabeth de penser à autre chose, de voir que chacun avait eu ses soucis même si ceux de l’anglais étaient moins graves que les siens… Il ne voulait pas trop se confier mais elle l’avait bien fait avec lui et pour renforcer la confiance qu’il pouvait y avoir entre eux, il devait au moins lâcher quelques mots pour lui répondre. Quel homme il serait s’il refusait de répondre à ce sujet ?

Et s’il prenait la liberté de lui raconter cette petite histoire, qu’allait-il lui en coûter ? Rien, rien du tout. Il n’y avait aucun danger, mis à part le fait de paraître pour un sentimentaliste. Ses problèmes étaient de loin insignifiant par rapport à ceux de Elizabeth et même si l’ex de Léon lui manquait, elle ne le hantait pas autant que l’ancien compagnon de la jeune femme qui était plus menaçant, collant et influant à l’état actuel des choses, du moins psychologiquement. Léon avait toujours les yeux baissés sur sa tasse de café quand il commença son récit.


« J’étais en Afghanistan quand je l’ai rencontrée. Elle travaillait là-bas en tant que reporter pour la télévision anglaise… » Il laissa un instant de silence s’instaurer entre eux. Il reprit, la voix plus basse accentuant le côté intimiste de leur conversation. « Je n’aurais jamais cru avoir une telle relation dans un des lieux les plus dangereux au monde. Et pourtant… J’étais fou de cette fille. C’était la première fois que je ressentais ça aussi fortement. Je me sentais comme piégé et, en même temps, heureux de pouvoir la côtoyer… Pendant quatre ans on était ensemble, parfois par intermittence selon les contraintes de nos métiers respectifs… Puis un jour, nos carrières respectives ont pris tellement place dans nos vies qu’on a arrêté de se voir. »

Il était en train de boire les dernières gouttes de son café et avait relevé le regard. Non, l’histoire ne s’arrêtait pas là. Car lui n’aurait jamais laissé son métier prendre le pas sur ses sentiments. Et ceux qui le connaissaient savaient à quel point il y avait très peu de chose aussi importante que son métier et son code d’honneur. Avant de rencontrer son ex petite amie, l’armée était sa vie. Cela avait changé à ce moment-là et la perdre avait été plus dure qu’il ne l’aurait cru.

« Des opportunités se sont présentées à elle lui permettant d’aller encore plus loin dans sa carrière. Elle en voulait toujours plus, aller toujours plus loin... C’est honorable et j’étais fier d’elle mais d’un côté, je n’ai jamais compris pourquoi elle avait sacrifié notre relation pour ça. Elle ne cessait de me dire qu’elle voulait vivre quelque chose d’exceptionnel… Alors que de mon point de vue, ON VIVAIT déjà quelque chose d’exceptionnel… Mais elle était aveuglée par sa profession et ce qui devait arriver arriva, on s’est quitté et on ne s’est plus revu depuis que j’ai quitté l’Afghanistan. J’ai appris il y a pas longtemps qu’elle avait un poste important dans sa chaîne de télévision maintenant... Et aussi qu’elle a rencontré son futur mari là-bas. »

Voilà, c’était dit et il ne voulait plus en parler maintenant. Il était déjà assez morose en temps normal pour risquer de se souvenir de cette période. Il y avait eu des bons moments, c’était indéniable, mais au final seule la douleur persistait et il ne souhaitait plus lui accorder de l’importance. Le destin avait fait que, aujourd’hui, il était là, au SGC, ce qui n’aurait pas forcément était le cas si sa relation avec son ex petite amie avait perdurée. Il était redevenu un militaire à part entière complètement engagé et droit dans ses bottes. Sa vie était ici, maintenant. Et à cet instant précis tout ce qu'il voulait s'était de se lever et d'aller taper du poing dans un sac de sable.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth J. Hash
----------------

----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 239

Arrivé au SGC : 13/04/2013

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
103/500  (103/500)

MessageSujet: Re: A la sortie du vestiaire (suite)   Ven 18 Juil - 22:07

Je ne savais pas trop quoi lui répondre.

Son histoire m’avait touché. La femme qu’il aimait lui avait préféré sa carrière. Dans un sens je la comprenais mais en même temps… Lorsqu’on a la chance d’avoir un homme qui nous aime auprès de nous, faut-il prendre le risque de le perdre pour sa carrière ? Après tout, ce n’est pas notre carrière qui nous tiendra chaud l’hiver, nous consolera lors des moments durs, nous dira qu’il nous aime…

Mais en l’écoutant jusqu’au bout, j’appris qu’elle avait également rencontré son mari à la suite de cette histoire et c’était certainement le plus dur pour lui.

Non je ne savais vraiment pas quoi lui répondre. Alors je me contentais de poser ma main sur la sienne et de lui sourire en tentant de lui faire comprendre que je comprenais.


- Je sais que vous l’aimiez mais si vous voulez mon avis, ce n’était pas une femme faîte pour vous ! Surtout maintenant que vous travaillez au SGC ! Mais ce n’est certainement pas à moi de vous dire ce genre de chose…

Je ne savais plus où me mettre. Comment pouvais-je avoir la prétention de lui parler de sa relation alors que ma vie sentimentale pouvait se résumer en un mot « Titanic ».

Le silence s’installa et je ne savais pas quoi dire pour relancer la situation lorsque tout à coup, mon nom résonna dans les haut-parleurs du mess.


- Elizabeth Hash ! Elizabeth Hash est demandé au laboratoire 2 niveau 19 !

Sauvé par le gong, songeais-je en mon fort intérieur. Mais d’un autre côté, j’étais un peu triste de devoir écourter notre tête à tête.

J’avais bondi de ma chaise à l’entente de l’annonce comme si on m’avait mis une décharge électrique dans les fesses.


- Je… Heu… Je suis désolée mais je dois y aller ! Mais c’était très agréable ! Il faudra recommencer ! Dis-je tout à coup sans même réfléchir à mes paroles.

Je piquais un fard mais j’attendais malgré tout sa réponse, triturant nerveusement les dossiers que j’avais repris dans mes bras. Je l’appréciais beaucoup et j’espérais que notre rencontre déboucherai sur quelque chose de plus qu’une simple relation de travail que l’on croise à l’occasion dans les couloirs de la base.
Revenir en haut Aller en bas
Leon Smith
----------------

----------------
Soldat de 1ere classe
----------------


Nombre de messages : 139

Arrivé au SGC : 11/07/2010

Age du Joueur : 24


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 37
Profession:
๏ Expérience:
107/3200  (107/3200)

MessageSujet: Re: A la sortie du vestiaire (suite)   Mar 22 Juil - 16:27

Léon Smith aurait cru que son histoire serait ridicule comparée à celle que pouvait toujours vivre Elizabeth. Et pourtant cela avait l’air de la toucher aussi, ou alors faisait-elle semblant. En tout cas elle mit vite de côté sa relation avec son acharné d’ex-compagnon pour essayer de réconforter l’anglais. Bien que « réconforter » était un grand mot. Même si cela était un mauvais souvenir qu’il n’aimait pas revoir surgir, il n’était plus vraiment attristé par cette ancienne relation et avait largement eu le temps de tourner la page. Cela faisait de nombreuses années. Il accepta tout de même le réconfort de la jeune femme, chaleureux, qui alla même jusqu’à lui prendre sa main. Du coup, il n'osa plus bouger la sienne.
Léon jeta un œil à droite et à gauche en espérant qu’aucun de ses collègues ne le verrait dans cette posture avec la scientifique. Non pas qu’il avait honte mais il était un peu gêné et n’avait pas envie que les autres, et en particulier des membres des Black Eagles bien chambreurs, ne les voient ensemble comme ça. Cela pouvait faire naître des idées et des rumeurs nauséabondes dans cette base où les potins et les mœurs du personnel servaient de divertissement au quotidien.


« Ne vous inquiétez pas, je ne regrette rien, je suis bien où je suis et je sais très bien pourquoi je suis là. J’ai emprunté un chemin qui me va très bien. Et je suis sûr que vous aussi, en quittant votre ex et en venant ici, vous avez pris une décision difficile, mais probablement la meilleure. »

Le silence qui s’ensuivit fut à la fois calme, reposant, et gênant, car les deux personnes qui ne se connaissaient pas du tout à peine une heure auparavant, s’étaient dits autant en peu de temps. L’anglais s’était confié et avait été le confident de cette femme aussi facilement et naturellement qu’il ne l’avait jamais été. C’était donc un peu troublant pour lui. Et le silence reprit ses droits jusqu’à l’annonce aux haut-parleurs. Elizabeth était attendue dans un laboratoire de blouses blanches et elle avait fait un bond en entendant son nom résonner comme ça dans la pièce. Léon resta immobile et n’avait pas sursauté. Il voyait que la jeune femme était un peu embarrassée à l’idée de partir comme ça mais c’était normal, le militaire comprenait parfaitement. Ils étaient ici pour le travail avant tout. C’était la cafétéria d’une base militaire, pas la terrasse du café du coin sur la grand place.

« Non non, ce n’est rien. Allez y on vous attend. » Il lui fit un sourire fin et sincère. Il avait hâte aussi de la revoir. « J’espère bien… Au revoir, Elizabeth. »

Elle s’en alla, son absence laissant un vide devant le soldat. Léon reste à peine quelques secondes, seul, avant de se lever et de quitter la pièce.
L’entrainement l’attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
----------------

----------------
----------------



MessageSujet: Re: A la sortie du vestiaire (suite)   

Revenir en haut Aller en bas
 

A la sortie du vestiaire (suite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mission Stargate ::  :: ~ Niveau 23 ~ :: Le mess-