Mission Stargate
Bonjour et bienvenue sur Mission Stargate, l'une des références des forums basés sur l'univers de la célèbre série Stargate SG-1 !

Inscrivez vous sans plus attendre en entrant un nom et prénom valides ! Créez ensuite la présentation de votre personnage (à l'aide de la fiche de présentation type) afin de commencer cette superbe aventure !

Délires, ambiance et émotions assurés sur Mission Stargate Wink
On vous attend !
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

๏ Le forum a 9 ans !! || Version 5.9 || Le Staff de Mission Stargate vous remercie de votre fidélité ! ๏


 

Partagez | 
 

 La Voie écarlate [Intrigue 8]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sokar
----------------
avatar
----------------
Grand Maitre Goa'uld
----------------


Nombre de messages : 40

Arrivé au SGC : 22/01/2009

Age du Joueur : 106


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
1/2000  (1/2000)

MessageSujet: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Ven 9 Aoû - 19:37

La guerre était une mécanique particulière. Des pions étaient avancés sur un échiquier de dimension galactique, chacun jouant un rôle précis dans l'inconscience d'un plan total plus large concocté par le cerveau des opérations, la haute autorité, qui, d'un simple ordre ou mouvement de tête, pouvait condamner des milliers de personnes à un violent combat à mort. Parfois, quand il s'agissait d'affronter un ennemi plus malin, plus fort ou plus nombreux, des sacrifices étaient mis en œuvre dans le but de le tromper, de l'attirer à soi pour lui porter un coup fatal. Et l'avantage de ce genre de tactique venait du sentiment de surprise, de prudence, de l'adversaire, qui ne sait pas jauger une telle attaque dans sa vraie valeur. Celui-ci ne sait donc guère comment s'en défendre.

Sokar n'en avait que faire de telles stratégies. Cela traduisait seulement de la faiblesse, de la fourberie, de la lâcheté... Le Chacal Anubis, lui, utilisait ce genre de méthode. Et c'était pour cela qu'ils avaient rien en commun.
L'incarnation du Diable nourrissait sa haine grandissante au sein de son vaisseau mère, sa tour de contrôle où les cris des damnés résonnaient jour et nuit, surtout dans la froideur de la nuit spatiale. Seules les étoiles au loin faisaient office de réconforts pour les hérétiques prisonniers dans son antre... Jusqu'à ce qu'elles deviennent, à leur tour, siennes. Comme Netu.

Les paupières de Sokar se mirent à se soulever, lentement, son visage d'une pâleur maladive exprimant la fin d'un profond réveil tandis qu'il sortait de son sarcophage rouge saphir. La lumière de celui-ci engloba sa silhouette et l'accompagna jusqu'à l'extérieur, où il reçut la main de deux jaffas en guise d'appui pour faire le premier pas dans le monde des mortels.
Sokar sortit de son sarcophage, chaussons rouge au pied, et endossa une cape à en faire pâlir les plus grands couturiers de la galaxie. Sa capuche vint assombrir son pâle visage et il marcha solennellement vers son trône, laissant les deux jaffas agenouillés derrière lui. Quand il fut assis, les dernières pensées pour Netu qu'il avait eu dans son rêve lui revinrent et réveillèrent un souvenir récent. Trop récent...

Celui de la nouvelle de sa destruction, quelques heures auparavant.

A ce moment là, il avait ressenti une colère telle qu'il avait demandé à des centaines d'esclaves navigant avec lui à travers les étoiles de se flageller jusqu'à ce que les coupables soient punis. Il avait ordonné à sa flotte de sortir d'hyperespace, à quelques heures à peine de leur point d'arrivée, pour un rassemblement général et une cérémonie en l'honneur des habitants de Netu qui avaient emprunté la voie écarlate. Tués, assassinés, par un système de bombe inconnu mais puissant. D'après les premières informations, cet acte de folie avait été perpétré par un surprenant couplage entre l'ingéniosité des tok'ras et la témérité des tau'ris. Cet affront était impardonnable et Sokar se souvint de la raison pour laquelle il s'était éclipsé dans son sarcophage.

Pour calmer sa colère.

Ce n'était pas de la souffrance. Il n'en avait que faire des vies perdues sur Netu, et Delmak, sa forteresse, était mourante. Mais la symbolique de ces pertes avait atteint une portée inimaginable. Qu'allait penser ses frères et sœurs, ces vauriens de rapaces, quand ils apprendront qu'un seul vaisseau tau'ri a mis à terre le cœur même de ce qu'il avait construit ? C'était son image, sa réputation qui était en jeu. Pire, son honneur...

Le repos du Dieu ne changea rien. Le sarcophage n'avait pas réduit sa colère, au contraire. Il avait médité avant d'être tourmenté par des pensées de honte, des visions de son empire s’effondrant et de sa défaite cuisante. Cela ne pouvait se passer ainsi.
Devant Sokar se trouvait une unique bougie posée sur un socle. On y disait qu'il pouvait y voir l'avenir au cœur même de la flamme. Il y resta presque une heure à la contempler avant de relever la tête vers les deux jaffas toujours agenouillés. Les deux portaient une carapace rouge décorées de symbole mettant à l'honneur leur grade supérieur aux autres jaffas de son armée.


« J'ai vu la colère de notre vengeance s'abattre sur ce peuple. » Dit-il de sa voix grave qui faisait tressaillir n'importe qui qui n'était pas habitué, au plus profond de lui. Dès lors, ce fut la première fois qu'ils l'entendirent parler autant sans faire de pause. Il fallait avouer que Sokar n'était pas un grand bavard. Parler l'exténuait et l'énervait. La crainte d'une telle nouveauté s'empara alors de ces jaffas qui ne cillèrent pas d'un poil.

« Malheur à ceux qui nous ont causé du tort. A partir de maintenant et jusqu'au bout de la galaxie, la mort les suivra comme leur propre ombre. Fini... FINI, les tourments, les tortures, les abominations... J'ai vu la fin de leur pauvre rébellion, dès maintenant. Dans cette flamme, j'ai vu la mort de ces païens et je le clame à tous ceux qui suivent la voie écarlate, nous regagnerons notre salut dans la destruction de nos ennemis. »

Voyant que Sokar avait enfin fait une pause dans son discours de haine, l'un des jaffa se tenta à parler avec lui, quelques minutes plus tard.

« Ils ont attaqué notre base forte. Notre foyer.. Devrions-nous pas faire demi tour pour sauver ce qui peut encore l'être, monseigneur ? »

Son maître posa les yeux au regard perçant sur lui et il sut aussitôt qu'il allait regretter sa question. Regarder derrière soit n'était pas une doctrine du Seigneur Écarlate, pleurer les morts encore moins. Ceux qui avaient failli là-bas seraient vengés, mais non sauvés. L'avenir était à reconstruire, maintenant. Ainsi, il lui répondit par ces mots :

« Si Netu n'est plus, Netu renaîtra. »

Sokar était bien plus concerné par la perte de sa lune favorite que par sa forteresse qu'il pouvait reconstruire ailleurs. Il avait entendu dire que la tau'ri possédait aussi sa propre lune. Cela semblait parfait pour un nouveau départ.
Son regard s'éleva au dessus de ses serviteurs pour fixer au loin, au delà de la baie vitrée de son vaisseau, une petite forme ronde brillante et bleutée au loin. Celle-ci se trouvait en arrière plan, à des centaines de milliers de kilomètres de là, tandis qu'un peu plus sur la droite au premier plan, se trouvait un grand astre non viable entouré d'anneaux brillants constitués de roches et de glaces. Mais ce qui attirait l'attention, le désir même de vengeance de Sokar, était bien cette petite planète. D'aussi loin, elle semblait tellement fragile... Seule au milieu de nulle part.

Il y étaient presque. Toute leur colère serait bientôt déversée sur la Tau'ri. Sokar rebaissa la tête et ordonna le déploiement de sa flotte en formation de bataille. Repartir en hyperespace ne servirait à rien, les moteurs conventionnels suffiraient. Cela leur laisserait même le temps d'organiser un schéma tactique d'attaque qui ferait plierait la tau'ri, ne lui laissant pas la moindre chance de se relever.
Sur ces simples mots, Sokar condamna la planète bleue et les milliards d'habitants qui la peuplaient, sa voix résonnant à travers les parois diaboliques de son vaisseau mère :


« Je veux que ce monde brûle. »

_________________


I saw only to die, and die only to come alive again.
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Mer 9 Oct - 0:13

TROIS HEURES APRES LE DÉCOLLAGE


L'attente avait été aussi longue que celle qu'ils avaient endurée en prenant l'avion jusqu'à Houston, et plus longue encore que le voyage entre la Terre et la lune. Posés sur le satellite terrestre, les Black Eagles n'avaient que les quelques mètres carrés de leur navette pour se dégourdir les jambes, tout en se tenant prêt à agir. La concentration était très importante dans ces moments là. Il ne fallait pas trop cogiter ni péter les plombs.
Les Black Eagles étaient les meilleurs dans le domaine et ils attendirent patiemment. Cara et Anthony tenaient peut être un peu moins en place et la pression, l'envie d'en finir aussi, se lisaient plus facilement dans leurs yeux.
Les heures s'écoulèrent, puis petit à petit la communication radio entre les F-302 pilotant les navettes et la Terre se réveilla. Des voix repérèrent des anomalies, puis des OVNI, amenant à des confirmations et à des attentes d'instruction.
Petit à petit, c'était comme si le monde se réveillait. Comme si le calme avant la tempête avait disparu. L'air dans l'atmosphère confinée des modules devint électrique, et l'extérieur semblait s'être assombri. Soudain, la confirmation qu'ils attendaient tant leur parvint.
La flotte de Sokar était arrivée, légèrement en avance sur les estimations de la NASA.


« Tout le monde se rattache et se re-concentre ! » Fit Hagman, la voix bien portante malgré le temps passé à attendre, presque en silence. « Nous y sommes. »

De là où ils étaient, les Black Eagles pouvaient voir, par leurs hublots, l'armada de Sokar pénétrer progressivement dans leur champ de vision. Les Ha'taks étaient tournés vers la Terre et se dirigeaient lentement vers elle, menaçants.
Au signal du SGC, les moteurs se rallumèrent et les modules de transport reprirent vie. En ce moment même, les derniers F-302 restés sur Terre étaient en pleine manœuvre de diversion. Les Black Eagles attendirent encore quelques minutes dans un silence pesant. Certains pouvaient voir par le hublot proche, des petits points lumineux plongeant vers les gros vaisseaux goa'ulds.
Puis soudain, des explosions similaires à des holocaustes étouffés englobèrent les boucliers des premiers Ha'taks goa'ulds.


« Go go go ! Bonne chance Black Eagles. »

Cette voix grisonnante était celle de Walter Harriman.
Les modules décollèrent de la lune et foncèrent droit vers la flotte ennemie, à pleine vitesse possible malgré le poids tracté.


« Wilson, à vous le chalumeau. »

Les Black Eagles n'avaient pas le temps de regarder vers l'extérieur pour voir leur module se faufiler entre les grandes structures des Ha'taks et autres appareils goa'ulds. Et personne ne savait si l'effet néfaste de radioactivité allait durer dans les systèmes de repérage ennemis.
Soudain, un BAM similaire d’atterrissage improvisé sur la coque d'un Ha'tak signala aux militaires qu'ils étaient arrivés.


« Vous êtes sûr, pilote ? Confirmez, c'est bien le vaisseau mère ? »

« Confirmation à 100% impossible... Mais c'est le plus imposant. Et le symbole du goa'uld est inscrit en grand sur la face avant. »

Hagman semblait halluciner. Dans quel merdier ils s'étaient tous fourrés ? Ils ne pouvaient même pas être certains d'être au bon endroit. Trop tard, ils n'avaient plus le temps de réfléchir ou de faire demi-tour, le pilote reprit la parole, paniqué.

« J'ai repéré des chasseurs ennemis qui viennent vers nous ! Faites-vite ! »

« Merde ! Wilson, faites moi un trou dans cette coque ! »

Pas besoin de donner l'ordre, le soldat avait anticipé et était déjà au travail. Dans un endroit confiné semblable à une trappe pressurisée, il avait accès à la carcasse du vaisseau et pouvait la toucher. Avec son chalumeau, il avait déjà commencé à y tracer une ouverture.

« Vite, vite, vite... » Hagman se leva de son siège comme tout le monde et se prépara à sortir de là. De l'autre côté, nul ne savait s'ils seraient accueillis par des tirs de jaffas. Ou même s'ils arriveraient dans un lieu vital. Jusque là, ils avaient entièrement fait confiance aux scientifiques et aux pilotes de F-302.

Le temps les pressait de plus en plus et tout le monde regardait Wilson s’exécuter au plus vite. Il ne restait plus que quelques centimètres avant de pouvoir pénétrer dans le vaisseau.
Encore quelques secondes de trop.


« Capitaine... Je n'aurais pas le temps de m'enfuir, ils seront sur moi dans vingt secondes. » La voix du pilote était calme, comme soulagée d'être à présent fixé sur le funeste destin qui l'attendait.

« Je veux juste vous dire que le module du Lieutenant Barber s'est posé de l'autre côté. Je crois qu'ils ont essayé de rentrer par les hangars du vaisseau... J'espère qu'ils auront réussi... Quoi qu'il en soit, ce fut un honneur de vous servir. »

Le regard fixé sur la coque du vaisseau, Hagman attendit un peu avant de répondre, le doigt posé sur sa radio.

« Tout l'honneur fut pour moi, pilote. »

Wilson éteignit le chalumeau et, jetant son matériel inutile de côté, il donna deux gros coups de pieds dans la coque découpée du Ha'tak. C'était une petit ouverture, mais suffisant pour y glisser une personne équipée et armée. La plaque chuta lentement en arrière et retomba sur le sol d'un couloir. Sans perdre de temps, chacun se glissa à l'intérieur et quitta le module. Une fois de l'autre côté, les Black Eagles se dépêchèrent pour remettre le bout de paroi à son emplacement, en faisant attention de bien la caler pour qu'elle tienne naturellement, sans créer de failles sur les contours.
La seconde d'après, le pilote mit les gaz et éloigna la navette du vaisseau, prenant la fuite le plus loin possible.
Mais pas assez, deux chasseurs goa'uld le rattrapèrent et l'abattirent, transformant la superbe invention des scientifiques en une explosion de débris enflammés.

A l'intérieur du Ha'tak, le groupe du Capitaine Hagman se déploya. Ils étaient dans un couloir large aux murs recouverts de hiéroglyphes. A l'autre bout, ils purent entendre des bruits de pas lourds et des sons aigus d'armures s'entrechoquant.


« Une patrouille... » Chuchota Eric Hagman, qui fit signe au groupe de prendre position sur les côtés pour se cacher de la vue de l'ennemi.

Ils étaient sept. L'un d'eux était à l'avant et menait la marche. Il était suivi par deux colonnes de trois jaffas. Tous étaient vêtus de l'armure carapace rouge caractéristique des guerriers de Sokar, le Diable.
Ils passèrent dans le couloir sans se méfier de l'intrusion des tau'ris, comme s'ils n'étaient pas encore au courant de cette abordage. Leur cadence était rapide et ils étaient sur le point de traverser tout le couloir sans savoir que l'équipe était présente dans les parages, quand l'un d'eux remarqua la coque découpée sur la paroi, à leur gauche.


« Jaffas ! » Sa voix fit stopper nette toute l'escouade. Et les regards se tournèrent vers l'anomalie à bord de leur vaisseau. Le chef s'en rapprocha prudemment.

Ni une, ni deux, Hagman fit signe aux siens d'attaquer.
La première à se mettre en valeur fut Lola Aino. Et à vrai dire, elle n'avait pas vraiment attendu le signal de son supérieur pour attaquer. Il était évident que ces jaffas là ne devaient pas partir d'ici vivants. Et son côté solitaire l'avait poussé à agir avant tout le monde.
Elle exécuta le jaffa le plus proche d'elle à une vitesse qui aurait fait pâlir n'importe quel autre tueur professionnel. Le guerrier qui était en rang juste à côté eut à peine le temps de contempler son frère mourir, qu'il reçut le même sort.
Les deux jaffas en rang devant se retournèrent pour affronter Aino mais celle-ci était déjà partie ailleurs, semant le trouble dans les rangs. Et c'est Jim Wilson qui surgit d'un mur adjacent pour plomber le torse des deux jaffas.


« Kree !! » Mais le chef d'escouade avait dit cet ordre bien trop tard.

Il vit les deux derniers de ses guerriers tomber, pris par surprise par Mallory et Lang. Il paniqua devant la vitesse à laquelle ils avaient été décimés et voulut prendre la fuite.
Le Capitaine Lang lui barra la route, un Beretta en main. Il leva son bras, bien plus vite que le jaffa ne leva sa lance, et tira une balle dans le bras de son ennemi.
Le jaffa lâcha son arme sous la douleur.


« Ça, c'était pour le pilote qui nous a amené ici. »

Il tira une nouvelle fois, dans la jambe cette-fois.

« Ça, c'était pour mon propre plaisir. »

Il pointa son arme vers la tête du jaffa qui se tordait de douleur au sol, levant la main pour implorer pitié.

« Et ça, c'est pour ma planète. »

Non sans gêne de provoquer encore plus de bruit, Hagman appuya une dernière fois sur la gâchette et la tête fumante du jaffa cogna contre le sol.

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Lola Aino
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 75

Arrivé au SGC : 24/05/2013

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
53/1000  (53/1000)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Jeu 10 Oct - 4:37


L’attente sur la Lune fut interminable. Lola regardait par la fenêtre et restait extrêmement concentrée, toutefois, le temps semblait s’écouler deux fois moins vite. Impossible dans ces circonstances de fumer ou même faire des entrainements physiques, rien. Seule restait l’attente. Si certains paraissaient stressés, la tueuse arborait son calme légendaire et sa froideur. Toutefois, l’impatience d’aller au combat commençait à hurler en elle tel un loup à la pleine lune. La jeune femme était complètement accro à l’adrénaline, la sensation ressentie lorsqu’elle était en plein combat, seul ce sentiment demeurait lorsqu’elle se battait et Lola en était devenue complètement dépendante telle une drogue car après tout il n’y avait que dans ses instants qu’elle se sentait réellement vivante. La tueuse aimait danser avec la Mort car jamais on ne se sent plus vivant que lorsqu’on peut voir sa vie finir d’une seconde à l’autre. C’était une sensation qui la faisait bruler de plaisir, la peau sensible et parcouru des frissons d’excitation, finalement la Mort était son meilleur amant. Ce petit frisson en bas des reins, cette chaleur enivrante, ce moment de suspend pendant lequel le temps semble s’arrêter dans une impression de bien être total, le rythme cardiaque qui s’accélère, les muscles au travail, les soupirs en plein effort, le souffle court et la volonté que ça dure encore … Lola en était accro c’était trop bon, comment se passer de telles sensations. N’allez pas vous étonnez ensuite que la belle soit violente et fougueuse avec un homme. L’amour et la Mort étaient si proche dans certaines situations surtout avec Lola pour maitresse …
Toutefois, pensant au combat à venir, Lola ne pouvait tenir en place et finit par se lever pour se dégourdir les jambes, après tout quand l’action serait au rendez vous ce ne serait pas le moment d’avoir des crampes. La belle se mit ainsi à faire les cents pas, le visage tout de même impassible. On aurait dit un lion en cage attendant d’être libéré pour bondir sur ses futures victimes.
Puis enfin ce fut l’heure ! Enfin la délivrance, enfin le coup d’envoi, le début du jeu, le début de la traque, l’heure de passer à l’action, enfin ! La tueuse reprit sa place et boucla sa ceinture. Par le hublot elle vit ses énormes vaisseaux en formes de pyramides se diriger droit vers la Terre. Doucement, elle sentit quelque chose monter du fond de ses entrailles et l’envahir lentement. La peur ? Oh non mes amis, bien sur que non … l’excitation bien sur, l’avant goût de l’adrénaline. A cet instant le temps accéléra comme si il reprenait enfin vie. Rapidement le vaisseau du groupe se retrouva sur ce qui devait être le vaisseau mère de Sokar, espérons que ce ne soit pas une erreur. Jim Wilson armé d’un chalumeau commença à entamer la coque pour pénétrer à l’intérieur du vaisseau ce qui lui prit quelques minutes. Lola était la première à s’être levée et s’était placé à côté de Wilson pour pouvoir descendre rapidement. Le regard froid de la belle croisa tout de même celui de Hagman quand ce dernier dit un ultime mot au pilote qui allait sûrement mourir d’ici quelques minutes. Enfin le passage était fait et Lola sauta dedans après Wilson. Elle atterrit avec agilité sur le sol et observa les lieux. C’était un couloir vide de tout objet, uniquement éclairé par des lumières dans le plafond. Les murs avaient une teinte rouge et or et ils étaient couverts de hiéroglyphes. Des sortes de colonnes rectangulaires semblaient collées aux parois, offrant un potentiel abris en cas d’attaque. Si Lola s’était renseigné sur ce genre de vaisseau elle se rendit compte à quel point il serait difficile de s’y orienter pour trouver sa cible parmi ce dédale de couloirs se ressemblant tous. A cet instant Lola avait déjà ses deux Five-Seven en main.
Hagman, Wilson et Lang s’occupèrent alors de replacer le bout de plafond pendant que la belle semblait sur ses gardes. A cet instant là, tous ses sens étaient en alerte et un son lui parvint aux oreilles. Son regard se fit plus froid et déterminé et Hagman finit bientôt par dire dans un murmure ce que la tueuse avait déjà compris, des gardes approchaient. La belle se plaça donc à couvert sur le côté, elle était la première de la file. Rien ne semblait plus exister autour d’elle, son regard fixé sur l’angle du mur ou les ennemis allaient arriver. Régulant intérieurement son rythme cardiaque, Lola se sentit prête à attaquer. Elle vis ainsi de ses propes yeux des gardes jaffas. Ils portaient des armures lourdes que la tueuse analysa rapidement. Impossible d’atteindre les épaules, ni l’abdomen, il faudrait s’y prendre autrement. Son œil de lynx se posa alors sur leur cou, complètement dégagés, comme le reste de leur tête. Un léger sourire froid apparu au coin de ses lèvres. Idiots. Ils ne survivraient pas longtemps. Analysant leur formation Lola avait déjà planifier comment éclater ce joli rang. A cet instant, les jaffas s’arrêtèrent sur l’ordre de ce qui semblait être le chef qui fixait le plafond. Oh ! Ils étaient peut être intelligents après tout. Tout était joué, les jaffas ne mettraient pas longtemps à comprendre et débusquer le groupe plutôt mal planqué. Ce fut à cet instant même que le regard de Lola changea, durant cette seconde précise. Maintenant Lola avait un regard de tueuse froide.

N’attendant pas les ordres, la tueuse rangea ses armes et fut la première à se jeter sur les gardes. Sa démarche et ses pas étaient tellement léger tel un félin que la belle put aisément se jeter sur sa première victime. Objectif, la nuque. Le temps, cinq secondes. Le bilan, mort. Lola couru vers le jaffa le plus proche d’elle et avec une rapidité et une agilité sans pareille elle lui sauta sur les épaules. Prenant la tête du jaffa entre ses mains elle lui brisa la nuque d’un coup sec. Sauta en arrière avec élégance et une allure féline la tueuse était déjà proche du second garde. Prenant appuie sur ses épaules elle sauta au dessus de sa tête pour se retrouver derrière lui. Un coup de pied à l’arrière du crâne et la tueuse projeta violemment la tête du jaffa étourdit contre le mur le plus proche. Le doux son des os brisés sembla résonner comme une mélodie aux oreilles de Lola. Une partie de jambe en l’air mortelle. Prête à continuer sur sa lancée, la belle se rendit compte qu’elle avait complètement brisé le rang mais ses petits camarades étaient déjà en train de s’amuser avec le reste des jaffas. Toutefois la belle déchanta quand elle se rendit compte qu’ils étaient tous si peu discrets, sauf peut être Wilson. Le pire fut sans doute Hagman. Son regard se posa sur lui avec froideur. Il était en train de provoquer un raffut pas possible en torturant le garde, laissant complètement interférer ses sentiments. Il venait de briser l’une des règles fondamentales des tueurs. Laisser ses sentiments diriger les armes était le meilleur moyen de signer son arrêt de mort. Provoquer un tel boucan alors que l’équipe tentait de rejoindre Sokar au plus vite était également stupide et la belle bouillait de rage. Tout ceci était complètement contraire à ses méthodes et elle commençait à montrer les crocs. Autant se mettre à genoux devant Sokar et lui dire de les tuer rapidement. Et ce type était son supposé chef sur la mission ? Qu’il aille au diable. C’est alors que la tueuse entendit de nouveaux mouvements dans le couloir. Avec une rapidité et un silence hors du commun, la belle se retrouva tout près de Hagman et le poussa avec force sur le côté juste à temps pour esquiver de justesse une décharge de zat’. Deux balles, ce fut suffisant pour tuer les deux jaffas qui s’étaient pointés, pas de jaloux, jusqu’un une balle entre les deux yeux. Propre et rapide. Mais au fait, quand avait-elle dégainé … ?

Se retournant elle croisa le regard de Hagman. Voilà qu’elle venait de faire ses preuves, ainsi, personne ne pourrait douter du choix de Menchu. Son regard de tueuse n’impressionna certainement pas le capitaine mais ses talents … ca c’était une autre histoire. Observant les gardes jaffas au sol, la belle avança dans le couloir avec cette démarche si sensuelle mais déterminée.
« On doit bouger de là. Un couloir est le pire endroit pour se battre, on finira vite encerclé si on reste ici et il est hors de question de laisser Sokar s’en sortir vivant. ». Son ton froid et assuré du finir de convaincre les autres. Sans s’arrêter, la tueuse dépassa Lang et Mallory et sembla se diriger vers une extrémité du couloir mais finit par se retourner pour regarder Hagman comme si elle l’interrogeait du regard pour savoir si il était d’accord. Si il ne l’était pas la belle ferait vite son choix et abandonnerait son équipe ici et maintenant. Après tout, ne dit-on pas qu’on est mieux servit que par soit même … ?

Edit Jack: Oubli pas de mettre les actions en italique ;)je me suis permis de faire la modif directement
Revenir en haut Aller en bas
http://www.starwarsdestiny.net/
Jim Wilson
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 41

Arrivé au SGC : 17/01/2011

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 38 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
61/6800  (61/6800)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Lun 14 Oct - 0:31

Le top départ venait d'être donné. La Terre nous signala l'arrivée des Goa'uld dans le secteur et les F302 décollèrent de la lune. Je jetai un coup d'oeil par le hublot et décrouvris un immense amas de vaisseau à forme pyramidale qui se dirigeaient vers la planète bleue. Traverser cette masse sans se prendre ne serait-ce qu'un tir mettrait les talents de nos pilotes à rude épreuve. En plissant les yeux, je parvins à distinguer une douzaine de points lumineux filer en direction de la flotte. Lorsque les parties se rencontrèrent, plusieurs explosions nucléaires enveloppèrent les vaisseaux des envahisseurs. Devant ce spectacle, je dû fermer les yeux pour ne pas me brûler la rétine.

Les modules avaient déjà quitté le sol lunaires nous filâmes droit vers l'armada Goa'uld. Le combat faisait déjà rage entre les force du faux dieu et celles de la Tau'ri. Hagman m'ordonna de prendre le chalumeau. Avançant vers la trappe du module, je pris position et attendis l'ordre de faire un trou dans la coque. Nous étions pas mal chahuter avec toutes les manœuvres que devait exécuter notre transporteur pour rester en vie.

Lorsque le module s'arrima à la coque de ce que j'espérais être le vaisseau mère, Hagman demanda confirmation au pilote. Apparemment, on était sur le bonne carlingue mais rien n'était sûr. J'ouvris la trappe et entrepris de découper la coque du vaisseau. Elle était faite du métal le plus dur qu'il m'avait été donné de découper. Concentré, je ne fis pas attention aux paroles qu'Hagman prononçait à l'attention du pilote mais je compris toutefois qu'il ne parviendrait pas à s'échapper.

Une fois la coque découpée, je mis deux gros coups de pied pour dégager l'ouverture. Je m'y engouffrai en premier, suivi par les autres Black Eagles. A peine j'avais mis un pied dans le vaisseau, je m'emparai de mon Scar et mis un genou à terre, mon viseur pointé sur le couloir qui nous faisais face. Une fois tout l'équipe en position, une partie remirent le bout de cuirasse pour combler l'ouverture tandis que les autres les couvraient. Dans un timing presque parfait, des bruits de pas lourds teintés de métal résonnèrent dans le couloir. En tendant l'oreille, je devinai sept personnes marchant au pas dans un synchronisme parfait. Je me dissimulais avec le reste de l'équipe derrière les piliers situés de chaque côté du corridor. Je relâchai mon fusil qui resta accroché à mon torse et glissa silencieusement ma main droite vers le crosse de mon revolver. Ma respiration se calma, devenant presque imperceptible. Finalement, l'un d'eux remarqua l'irrégularité de la paroi à l'endroit où la coque avait été découpée et avertis ses congénères.

Du coin de l'oeil, je vis Hagman qui allait donner l'ordre d'attaquer mais avant qu'il le fasse, Aino avait déjà engager la confrontation. Elle mis hors jeu les deux Jaffas les plus proches de façon assez acrobatique, sans aucun coup de feu. A la voir, il était évident qu'elle n'avait jamais fait équipe avec personne et qu'elle n'était pas habituée à avoir quelqu'un pour couvrir son joli petit cul. Deux autres Jaffas pointèrent leurs armes sur elle, trop loin pour qu'elle ait le temps monter au corps à corps. Je sortis de ma couverture et dégaina d'un geste souple et rapide. Ramenant le chien en arrière de la main gauche, je tirai la première balle droit dans le cœur d'un des deux jaffas. A cette distance, la balle avait de puissance pour percer l'armure rouge sang. Le deuxième s'écroula une seconde plus tard, victime de la même attaque. Quant aux autres soldats de l'escouade, ils furent envoyés ad patres par Mallory, Lang et Hagman. Ce dernier prit d'ailleurs tout son temps pour tuer son Jaffa. Il lui colla une balle dans le bras, une autre dans la jambe et la troisème dans la tête, chacune accompagnée d'un message de bienvenue.

Une fois la zone sécurisée, je dégageai le barillet de mon arme et remplaça les deux cartouches que je venais de tirer. Sans attendre les ordres, Aino se dirigea vers l'une des extrémités du couloir en prétextant que rester dans un couloir serait la pire chose à faire. Malgré le ton qu'elle prit, je restai auprès de Hagman. Pas besoin d'être devin pour savoir que bosser en équipe ne lui plaisait pas. Avant que le Capitaine puisse répondre, je lâchais à l'attention de la jeune femme :



-Pas question de partir en solo, on est une équipe. Et surtout, on attend les ordres.
Revenir en haut Aller en bas
Cara Mallory
----------------
avatar
----------------
Sergent
----------------


Nombre de messages : 652

Arrivé au SGC : 29/02/2012

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 29
Profession: Militaire
๏ Expérience:
219/3200  (219/3200)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Mar 15 Oct - 10:25

Le trajet vers la lune aurait pu être l’une des plus grandes expériences qu’elle ait pu vivre si Cara ne pensait pas à la suite de la mission. Elle ne pouvait s’empêcher de regarder l’environnement sombre et froid qu’était l’espace. Aussi sombre et froid que son âme, cette simple pensée la fit frissonner, comment un instinct maternelle l’avait pu habiter dans ces conditions, et pourtant elle aurait tous fait pour protéger ses enfants. Mais ce n’était pas l’heure de faire son bilan moral, la survie de la Terre devait être sa priorité. Cara s’aperçu que pendant leur attente sur la lune, elle n’avait pas arrêté de tourner en rond, comme un lion en cage. Les autres eux étaient d’un calme olympien. Ce qui la rassurait c’était Anthony, il avait l’air aussi impatient qu’elle d’en finir.

Le calme, le vide de l’espace fit place à la flotte de Sokar. La flotte était immense, imposante. Ils étaient peut être mégalo mais ces têtes de serpents savait y faire dans le spectacle. Dès qu’ils détruisaient un peuple, ils le faisaient en grand. Hagman donna l’ordre de se rattacher et surtout de se reconcentrer. Cara se mit en mode glace, ne laissait rien transparaître, être impitoyable en faite. Elle redevenait celle qu’elle était avant. La manœuvre de diversion semblait bien se passer, car le pilote les emmena à destination. Cara jeta un coup d’œil à l’extérieur. L’espace, avant sombre, était maintenant parsemé de boule incandescente signe des combats inter spatiale. La jeune ne s’empêcha pas de comparer ça à Star Wars, elle était dans l’espace, dans un vaisseau, elle assistait à un combat spatiale, manquait plus que les sabres lasers et Yoda.

Une secousse confirma que le vaisseau venait de se poser sur la cible, bien que le pilote refusa de le confirmer à 100%. Cara le comprit, tous ces vaisseaux se ressemblaient, elle aussi, à sa place, aurait foncé sur le plus gros avec le sigle de Sokar. Wilson était déjà en train de faire joujou avec le chalumeau. Cara avait retiré le cran de sureté de son arme et était impatiente de rentrer.

Le trou avançait, mais l’extérieur avait pris des allures apocalyptiques. Derrière les attendait… rien, personnes ne pouvaient savoir se qui se cacher derrière cette coque. Ils pouvaient très bien tomber sur une salle vide ou en plein sur escouade ou encore être attendu et fait prisonnier après seulement deux secondes de missions. La voix du pilote résonna alors, il était condamné, il savait qu’il ne pourrait pas s’en sortir. Cara admira le courage de cette homme, la guerre faisait toujours son lot de victimes… mais pour le moment elle ne devait pas se laissait submergé par se genre de sentiment, elle pourrait avoir de la tristesse si la mission était une réussite.

Wilson venait de finir de faire le trou, deux coups de pieds plus tard et l’équipe pénétra dans le vaisseau ennemi. Une fois la paroi remis en place de manière à ce qu’un trou suffisamment gros pour faire passer un soldat en forme, passe inaperçu…

Le groupe se déploya, s’était un véritable voyage en Egypte vu la décoration intérieure. Depuis qu’elle avait pénétré dans ce lieu, Cara sentait une sueur froide lui coulé dans le dos. Le bruit d’une patrouille se fit entendre, niveau discrétion fallait tous leur réapprendre. Sur ordre d’Hagman, elle se camoufla pour éviter de se faire repérer, Cara en profita pour se calmer, elle n’avait plus fait de crise de panique depuis des années, pourquoi maintenant et dans ce genre de conditions. Elle semblait tétaniser au bruit des armures, elle ferma les yeux pour éviter de céder à cette chose futile. Elle se rendait ridicule devant cette équipe d’élite.

Les jaffas les avaient repéré. L’autre femme se lança la première et se fut juste le temps nécessaire pour qu’elle revienne dans le monde réel. Cara en avait un juste à côté d’elle. Elle se positionna devant lui, elle était redevenue elle et la jeune femme affichait un regard froid. C’est avec un sourire sadique qu’elle désarma le jaffas et lui cassa les vertèbres cervicales. Elle avait été efficace, et personne ne semblait avoir remarqué se comportement qui n’avait rien d’humain.

Toute la patrouille avait été décimée en un temps record. Lola semblait vouloir prendre les choses en main, cassé du jaffas en clair. Cara elle regardait les corps de ses hommes. Elle ne se sentait pas satisfaite de ne pas avoir pu faire assez de mal à ses hommes, les faire souffrir, les torturer comme ils avaient fait avec elle. Oui elle avait eu peur d’eux, peur parce qu’ils lui rappelaient le pire épisode de sa vie. Elle voulait tous les massacrer. Jim Wilson rattrapa Lola, lui rappelant qu’ils étaient tous dans la même équipe et qu’il fallait attendre les ordres. Cara se tourna vers Hagman. Elle attendait les ordres, mais maintenant son regard était devenu noire, noire de vengeance. Ca serait son bonus à cette mission…

Revenir en haut Aller en bas
Anthony Lang
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 2961

Arrivé au SGC : 20/02/2011

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
687/3200  (687/3200)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Mar 15 Oct - 16:51

Une fois la tension retombée, il fallut de nouveau attendre. Anthony se serait bien passé de l’épisode de la bombe qui lui avait donné pas mal de sueurs froides mais il fallait avouer que ça avait réveillé un peu son esprit qui commençait à s’assoupir légèrement. Et pour ce qui les attendait, il fallait être à 200% de ses capacités. De retour sur son siège, même s’il tentait d’avoir l’air détendu, sa jambe droite s’agitait nerveusement et ses doigts alternaient entre pianoter sur sa jambe et gigoter. De plus, il ne pouvait s’empêcher de penser à ce contretemps plutôt embêtant qu’était une bombe en moins pour faire sauter le vaisseau de Sokar. ET si jamais l’autre équipe n’atteignait pas le vaisseau ? Ou s’ils avaient aussi eu un souci de bombe ? Leur mission, déjà délicate, n’en serait que plus désespérée

Regard vers la montre, le temps avançait si lentement… Il sentait qu’inévitablement le moment fatidique approchait. Et il était bien décidé à ce que ça ne soit pas son dernier voyage. Même s’il était prêt à mourir pour sauver la Terre, éviter une telle alternative serait préférable, d’autant qu’il n’avait pas dit au revoir à Julia, ni à sa famille. Il avait déjà été porté disparu deux ans auparavant et ne voulait pas que ses proches revivent ça.

Au fur et à mesure que ces pensées circulaient dans sa tête, sa détermination et sa combativité ne faisaient que croître.. Et comme par hasard, c’est dans ces instants que la radio se remit à grésiller annonçant un certain nombre d’évènements ne voulant dire qu’une chose : les Go’aulds étaient là. Jusqu’au message fatidique. Hagman « réveilla » ses troupes. Jetant un coup d’œil à l’extérieur, Anthony aperçut les formes pyramidales sombres qui flottaient, sombre signe annonciateur d’un massacre. Celui des humains ou des Go’aulds ? Telle était la question.

Des bruits de tirs commencèrent à se faire entendre. Les terriens lançaient l’attaque. LA vue était presque belle : les trainées orangées des tirs, les bulles translucides des boucliers et l’explosion se dissolvant dans l’espace. Comme il était dit dans un certain filme : « Belle journée pour mourir ». Tandis que le vaisseau se remettait en marche pour aborder celui de Sokar, il fallait seulement espérer qu’ils passent à travers les tirs. Toute cette attente pour mourir à quelques centaines de mètres du but, c’était trop bête.

Anthony se releva, étira ses jambes et ses bras pour leur faire retrouver leur vitalité, saisit son équipement tandis que Wilson attrapait le chalumeau. Le bruit caractéristique de l’arrimage se fit entendre et une légère secousse déséquilibra un peu Anthony qui se retint au siège.

On leur annonça alors que des chasseurs approchaient, juste après leur pilote annonça calmement qu’il allait mourir… pas dis comme ça mais tout le monde le comprit très bien. Le passage pour accéder fait, ils traversèrent tous rapidement avant de reboucher. Quelques instants après, la navette explosa… Anthony eut une pensée pour ce collègue qui s’était sacrifié sans douter un instant pour leur permettre de mener à bien leur mission. Ils devaient réussir, ne serait-ce que pour lui.

Maintenant, à eux de jouer. Enfin. La décoration Go’auld, presque habituelle dorénavant, ornait les murs. Le couloir était calme. Anthony, P-90 pointé se déploya sur la gauche du groupe. Il tendait l’oreille pour anticiper la venue d’une patrouille qui généralement se faisait entendre. Et il ne fut pas nécessaire d’attendre longtemps. Hagman les avertit qu’une d’entre elles approchaient. Comme ses équipiers, Anthony alla se cacher sans bruit dans un recoin du mur. De sa place, il ne voyait pas les gardes mais pouvait fort bien les entendre. Le bruit métallique de leurs pas stoppa tout d’un coup. A une toute petite dizaine de mètre d’eux, dirait-il. Ils devaient se méfier de quelque chose. Anthony hasarda à avancer sa tête pour distinguer la scène mais pour les voir, il devrait trop se découvrir. Il s’abstint donc. C’est alors qu ‘Hagman fit signe : comme un seul homme, tous sortirent de leurs cachettes. Anthony, dans un mouvement fluide, comme une chorégraphie répétée maintes et maintes fois, avança de deux pas, mit une genou à terre, leva son arme et tira. Le jaffa sur que le sort lui désigna n’eut pas le temps de voir la chose venir. Son long baton avait à peine décollé du sol qu’une rafale de balles lui traversait déjà la poitrine.

Quelques secondes après, les tirs cessèrent. Tous étaient morts sauf le chef, dont Hagman s’occupait avec délectation. Une dernière balle l’acheva définitivement. Il était maintenant temps pour eux de quitter cet endroit avant que d’autres patrouilles n’arrivent. Ils avaient un objectif à remplir et Sokar n’allait surement pas tarder à apprendre leur présence.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Jeu 17 Oct - 19:48

Les derniers coups de feu mirent un terme au carnage et replongea l'endroit dans le silence... Mais celui-ci n'était pas total. Au loin, l'équipe pouvait entendre du mouvement. Il était temps de partir et cela fut appuyé par Aino, qui avait déjà eu le temps de montrer toute l'étendue de son talent. Wilson se rapprocha et insista sur l'idée d'agir en équipe et d'obéir aux ordres. Chose que Hagman approuvait complètement mais il fit cependant mine de défendre Lola, plus pour apaiser les esprits qu'autre chose.

« C'est évident qu'on doit rester ensemble. Je pense pas avoir à débattre là dessus. » Il fit quelques pas pour rejoindre la tueuse qui avait fait mine de s'éloigner, rengainant son Beretta pour attraper sa M4. « Et il ne me semble pas que le contraire ait été évoqué. N'est-ce pas ? »

Il interrogea Lola Aino du regard. Elle avait envi de jouer solo, cela crevait les yeux. Mais le Capitaine n'avait pas envi de s'en séparer. Plus ils étaient divisés et plus ils risquaient de se faire éliminer dans des coins isolés du Ha'tak, même s'ils étaient tous dotés d'un sens de survie extraordinaire.
Ils étaient déjà séparés et sans nouvelle de l'autre équipe. Ce n'était pas le moment pour vouloir se diviser.
Mais trêve de discussion, les extrémités du couloirs semblaient s'agiter, annonçant du remue-ménage dans peu de temps.


« Cachez les corps, vite ! Et la prochaine fois, attendez mon signal pour frapper ! » Encore une fois, son dernier regard fut adressé à Lola. Il n'avait pas envi de la tenir en laisse mais il ne voulait pas qu'elle aille trop vite non plus. Heureusement, l'équipe était composée d'hommes qui avaient le sens d'équipe. Notamment Cara et Anthony, et Hagman fut aussi étonné et réjoui de voir ce caractère,ce code de conduite même, chez Jim Wilson. Il savait que cette brute partait souvent en mission seul, la dernière en date lui fut confiée par Narah sur un autre monde. Mais là, il venait de fournir une preuve de son sens du collectif.

Rapidement, l'équipe ramena tous les corps derrière les colonnes carrées et lourdes sortant des parois, telles des extrusions à apparition constante. Quelques dizaines de secondes plus tard, ils étaient déjà partis, ne laissant aucune trace derrière eux.
Plus loin dans un autre couloir, ils entendirent du bruit venir vers eux et une fois de plus, Hagman fit signe à l'équipe de se cacher derrières les colonnes, laissant le passage à une unité de jaffa plus importante que la précédente. Cette-fois ci, ils ne virent rien de suspect mais un jaffa seul arriva plus loin derrière eux et appela ses frères jaffas qui marchaient dans la direction opposée.


« Jaffas ! » La troupe s'arrêta, se retourna vers leur frère qui était apparu en courant et l'écoutèrent parler. Les terriens purent tout entendre la conversation.

« Nous avons besoin de vous. Des intrus résistent dans le hangar ! Mais on les tient, ils sont piégés ! »

La troupe de jaffas changea alors de trajectoire et partit rejoindre celui qui avait parlé, en courant. Du côté des tau'ris cachés, le Capitaine Hagman avait pris soin de regarder tout le monde pour les dissuader d'attaquer, même si c'était pour aider l'autre équipe.
Cette fois, l'esprit collectif n'était pas pris en compte. Seul la cible comptait vraiment.
Des voix graves rugirent des « pour Sokar ! » avant de s'éloigner plus loin. Hagman fit signe après cela à ses hommes de sortir de leur couvert.


« L'équipe de Barber doit bien être occupée... » Il n'exprima pas plus le fond de sa pensée ni ses craintes. Les autres étaient peut être expérimentés mais ils avaient l'air d'être tombés sur un os. En même temps, pour aborder un vaisseau de guerre tel qu'un Ha'tak par le hangar, lieu de communion de plusieurs dizaines et peut être de centaines de pilotes, il fallait oser.

« Nous ne pouvons pas grand chose pour eux. Profitons de leur diversion pour tracer notre chemin tranquillement. »

Rapidement, ils se remirent en route dans le sens opposé, de manière prudente, tactique et offensive à la fois.

« Un Ha'tak goa'uld est peut être grand, mais je sais où trouver un faux-Dieu tel que Sokar... Allez tout le monde, direction la salle du trône. »

Celle-ci se trouvait généralement à l'extrémité des hangars. De plus, la salle du trône faisait souvent office de salle des commandes en même temps. C'était le lieu visé le plus prisé par le Capitaine. Et le grabuge de Barber, Smith, Kaiger, Biggs et Almie dans les hangars allaient peut être leur permettre d’accéder à cette partie importante du vaisseau sans trop attirer l'attention sur eux.

Une minute et demie plus tard à avancer dans ce long couloir, ils firent une légère halte. Ils avaient l'impression de tourner autour du cœur du vaisseau sans réussir à trouver un chemin qui les y conduirait. Ce n'était pas des pyramides juste vue de l'extérieur, l'intérieur étant aussi un casse tête pour se repérer.
Quelqu'un à l'avant du groupe signala la présence d'ennemis venant dans leur direction. Les bruits de pas leur étaient d'une grande aide pour ça et les Black Eagles se cachèrent une fois de plus sur le côté. D'autres jaffas passèrent ensuite en courant, sans remarquer les terriens.
Mais alors qu'ils allaient repartir vers l'avant, Wilson et Lang repérèrent quelque chose près d'eux : une ouverture derrière les colonnes menant à une salle.
Et au pas de cette issue se trouvait un gamin, à genou avec des outils, peignant un symbole goa'uld en l'honneur de Sokar sur la paroi. Quand les Black Eagles s'étaient glissés vers les colonnes pour se cacher, il les avait vu et ne les avait pas quitté des yeux, la bouche grande ouverte de surprise.
Le petit garçon regarda simultanément Wilson, puis Lang, puis Hagman qui arriva dans son champ de vision. Pendant quelques secondes qui semblèrent durer des heures, personne ne bougea. Mais si le garçon se mettait à crier ou à courir pour alerter les jaffas, les tau'ris n'auraient d'autre choix que de dégainer.
A l'observer de plus près, l'équipe put deviner qu'il s'agissait d'un esclave en train de retoucher les hiéroglyphes. Il avait brusquement arrêté quand il avait vu les intrus se cacher.
Enfin, très lentement et avec une assurance presque déconcertante, il déposa ses outils, laissa son travail en plan et se glissa dans la pièce adjacente au couloir. S'il s'agit d'une fuite, il n'y eut aucune précipitation.


« Merde. » Hagman hésita l'espace d'une demie-seconde, mais déjà, Lola arrivait vers eux pour leur prévenir que d'autres jaffas allaient arriver. Le Capitaine se tourna vers elle.

« On ne peut pas laisser partir l'enfant. Il nous a vu et il peut très bien avertir ses maîtres... » Il regarda chacun des membres de son équipe. Il devait envoyer quelqu'un pour éliminer le garçon en toute discrétion, quelqu'un qui avait l'habitude de faire ça.
Quelqu'un qui comprendrait à quel point il est important de ne laisser aucun témoin derrière eux jusqu'à ce qu'ils atteignent Sokar. Son regard se porta alors sur Lola.


« Aino, rattrapez le petit et assurez-vous qu'il nous causera aucun soucis. Faîtes le taire, faîtes ça vite, et proprement. » Le dernier mot n'était peut être pas nécessaire, il savait très bien au fond de lui qu'elle le ferait proprement et discrètement.

« Les autres, en position et sortez les couteaux. »

Fini de jouer les bourrins avec les armes à feux. Alors que Lola avait reçu sa mission et pouvait poursuivre l'esclave dans la pièce d'à côté, le reste de l'équipe se positionna derrière les colonnes de hiéroglyphes, arme blanche au poing.
Quelques secondes à peine plus tard et les guerriers Jaffas arrivèrent, d'un pas plus lent. Ceux-ci décidèrent soudainement de s'arrêter pour se positionner tout près des tau'ris, croyant pouvoir défendre cette position d'ennemis venant de l'autre côté du couloir.
C'est ce qu'Hagman avait craint. Maintenant que l'alerte était donnée, Sokar avait du ordonner à des sentinelles de se poster à chaque coin de couloirs afin de s'assurer qu'il n'y aurait pas d'autres intrus que ceux présents dans les hangars. Mais malheureusement pour eux, ils arrivaient trop tard.
Hagman joua quelques secondes avec sa lame avant de lever les doigts.
Il fit signe d'attaquer au bout de trois doigts. Il en leva un, puis deux...
Non loin, Mallory, Wilson et Lang se préparèrent à frapper les ennemis les plus proches. Lola était partie s'occuper du garçon esclave et reviendrait au plus vite.
Les jaffas étaient sept. Sept pour quatre tau'ris. Le tout avec un maximum de discrétion... La tension du combat à venir faisait naître de l'électricité dans l'air.

Quand il leva le troisième doigts, les Black Eagles surgirent et propagèrent le sang de leurs ennemis.


_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Lola Aino
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 75

Arrivé au SGC : 24/05/2013

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
53/1000  (53/1000)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Dim 20 Oct - 2:43


La tension était montée d’un cran depuis les premiers combats contre les jaffas et le calme de Lola était mis à rude épreuve. Alors que la belle voyait déjà à quel point ses compagnons ne lui correspondaient pas du tout, Hagman semblait ne pas avoir apprécié son manque de tact. Pourtant, ne venait-elle pas de lui sauver la vie ? Un simple merci aurait suffit, au lieu de ça, le capitaine fit mine de rien en insistant sur le fait qu’ils devaient rester grouper, interrogeant Lola sur cette décision. Pour seule réponse la tueuse leva les yeux au ciel en soupirant doucement. Il n’était pas compliqué d’imaginer ses pensées à cet instant mais les lèvres pulpeuses de la belle restèrent closes. Le point positif là dedans c’est qu’au moins Hagman n’était pas un imbécile en pensant pouvoir résister dans un couloir, ainsi, il rejoignit Lola à l’autre bout du couloir et quittèrent enfin les lieux après avoir rapidement cachés les corps. Toutefois, avant de déguerpir, le capitaine se permit une nouvelle remarque à l’attention de la tueuse. Gardant son calme et sa froideur légendaire, Lola tourna la tête vers lui pour lui adresser un sourire plein d’ironie. Hors de question d’attendre les ordres quand ceux-ci mettaient trop de temps à arriver. Hagman avait peut être fait ses preuves dans l’armée mais Lola pensait de loin être meilleure en terme d’infiltration et d’assassinat, cependant, la belle préféra garder cette pensée pour elle, au moins pour détendre le capitaine, déjà trop impliqué émotivement.
A peine quelques couloirs plus loin et déjà l’équipe devait se cacher à nouveau. Se collant contre une des parois près de Hagman, Lola se re-concentra. Cette fois l’unité de jaffas était composée de dix gardes en habits rouges. Alors que l’équipe allait les laisser passer, un autre jaffas arriva en courant, expliquant la situation à ses camarades. Ainsi, la seconde équipe était déjà en mauvaise posture. Intérieurement, la belle dut admettre qu’elle préférait peut être un peu plus l’unité dans laquelle elle se trouvait vue que cette dernière réussissait pour l’instant à avancer. Posant son regard sur Hagman, Lola se demanda ce qu’il allait décider. Voudrait-il voler au secours de la seconde équipe, quitte à compromettre la mission ? Si il faisait un tel choix, la belle n’aurait pas honte d’exprimer à quel point ce choix était idiot. Cependant, le capitaine réagit d’une façon satisfaisante pour Lola, la seconde équipe allait leur faire gagner du temps et il fallait en profiter immédiatement. Puis enfin, Hagman fit mention de la salle du trône, ou devait très certainement se trouver Sokar. Il n’y avait pas une minute à perdre et ainsi ils repartirent aussitôt. Rapidement, Lola se rendit compte que tous les couloirs se ressemblaient et qu’ils avaient l’impression de tourner en rond. Alors qu’elle s’arrêta d’avancer, prête à engueuler Hagman de les avoir perdu dans un moment aussi crucial, Lola tourna rapidement la tête vers le couloir derrière eux. Des jaffas arrivaient. Son regard intense croisa celui du capitaine et il comprit immédiatement. Une fois de plus, l’équipe se mit à l’abri des regards. La belle le dos contre le mur regarda la nouvelle troupe passer en courant. Combien étaient-ils au juste ? Il ne fallait pas perdre de temps contre toutes ces petites troupes et trouver le cœur du vaisseau devenait une question de vie ou de mort. Quand les jaffas furent passés, tous se décolèrent du mur et Lola se dirigea vers une extrémité du couloir pour voir si d’autres jaffas n’étaient pas en approche, pendant qu’elle espérait que Hagman allait enfin rassembler ses neurones pour les diriger dans la bonne direction. C’est alors qu’elle sentit quelque chose d’étrange, comme un flottement. Tournant la tête vers le groupe, la tueuse vit Lang, Wilson, Mallory et Hagman le regard fixé sur quelque chose, comme bloqués. Au milieu d’eux se trouvait un petit garçon qui les observait. L’enfant portait des vêtements déchirés et sales, témoins de sa condition. La bouche entrouverte il semblait choqué de sa découverte. Serrant les poings, la tueuse se rendit compte à quel point ils avaient été distraits et s’en voulu de ne pas l’avoir vu plus tôt. Soudain, un bruit familier lui vint aux oreilles et Lola tourna à nouveau la tête vers le couloir pour voir l’arrivé d’une nouvelle troupe de jaffas. Laissant échapper dans un murmure un juron la tueuse se précipita vers l’équipe pour signaler la présence de jaffas approchants dans leur direction.
« On a de la compagnie. Hagman il faut prendre une déci … Où est le gamin ? » Le regard de Lola se posa sur l’espace vide ou se trouvait l’enfant quelques secondes plus tôt. Leur avait-il filé entres les doigts ? Posant son regard noir sur Hagman, ce dernier ouvrit enfin la bouche pour formuler ce que tout le monde avait compris. « Merci Captain Obvious … » Ajouta Lola en levant les yeux au ciel. Déjà en mouvement, Lola était déjà à la poursuite du gamin quand Hagman finit de lui donner ses ordres. Bien sur qu’il fallait le faire taire, qu’avait-il en tête ? Serrant les poings pour tenter de rester calme, la tueuse accéléra le rythme pour rattraper le petit garçon. Elle le suivit en passant par une pièce et lui bondit dessus tel un lion affamé alors que le gamin allait se diriger vers un nouveau couloir.

L’enfant était à présent dans les bras d’une Lola ayant un genou au sol, une main sur sa petite bouche pour l’empêcher de crier. Les yeux émeraude de la belle se posèrent sur sa nuque pendant que le gamin se débâtait en vain. Son regard changea soudain, devenant comme lointain, le regard perdu dans le vide. Allait-elle tuer cet enfant, incarnation de l’innocence pure, esclave sans en avoir le choix ? La tueuse avait déjà commis un meurtre à distance en face d’un enfant, elle savait pertinemment dans ses missions qu’elle rendait des enfants orphelins, elle imaginait sans peine les pleurs des enfants après ses actes. Elle avait fait couler beaucoup de sang et aussi peut être beaucoup de larmes, dont des larmes d’enfants, brisant parfois rêves et espoirs. Combien de petits garçons avaient connu un triste sort après un meurtre commit par celle qu’on appelait Ange de la Mort ? Mais, cherchant au plus profond de son esprit, Lola se rendit compte que jamais encore elle n’avait tué de ses propres mains un enfant. Un jeune esclave méritait-il de mourir pour avoir été là au mauvais endroit au mauvais moment ? Qui oserait s’en prendre à un enfant sans défense ? Le garçon s’agitait à nouveau mais la tueuse ne lâchait pas son emprise, la renforçant même un peu plus. En serait-elle capable ? Au milieu de l’espace et durant un moment crucial où le destin de la Terre reposait entre autre sur ses épaules, serait-elle capable de tuer un enfant … ? Sa conscience semblait méditer sur la question. Bientôt, son code de tueuse lui revint en tête : ne jamais laisser interférer ses sentiments durant une mission, ne jamais laisser de traces,  ne jamais laisser de témoins, éliminer tous les obstacles pour parvenir à la cible. La mission, voilà ce qui était important maintenant. La Terre allait être attaquée d’une minute à l’autre par la flotte de Sokar et Lola avait pour mission de l’empêcher, c’était lui la cible, l’homme à abattre et rien ne devait empêcher la tueuse d’accomplir sa mission. L’enfant était un obstacle, un témoin gênant, une pièce sur l’échiquier géant de la galaxie. Le regard de la tueuse se fit plus dur et glacial. Le vaisseau mère de Sokar devrait être détruit à la fin de la mission et toutes les personnes à son bord mourraient dans une formidable explosion. En tant qu’agent de la Mort, Lola avait pour devoir de lui offrir des vies en échange de la sienne, tel un pacte avec le diable. Lentement, la belle approcha sa bouche de l’oreille de l’enfant et lui murmura quelque chose. L’enfant sembla se détendre.
L’enfant était à présent allongé sur le sol, une Lola regardant son corps d’un air froid. Une nuque brisée. Il n’était finalement resté dans ses bras qu’un peu moins d’une minute. Moins d’une minute pour faire ce choix. A ceux qui se posaient encore la question, non, Lola n’avait à présent plus rien d’humain. Son cœur n’était pas serré, ses yeux n’étaient pas emplis de larmes, ses mains ne tremblaient pas, elle ne regrettait rien. L’Ange avait envoyé une nouvelle âme entre les bras de sa bonne vieille amie la Mort. Peut être en prendrait-elle soin, comme son agent avait pris le soin d’offrir une mort rapide et douce à un enfant déjà condamné. Ses yeux émeraude étaient posés sur le cadavre d’un enfant, on aurait dit qu’il dormait. Lentement, la tueuse le prit à nouveau dans ses bras et se leva.

La pièce dans laquelle elle se trouvait était une sorte de salon privé avec des fauteuils, des petites tables, le tout dans une ambiance tamisée, comme apaisante. Etait-ce un salon près des appartements privés de Sokar ? Et si sa chambre se trouvait à côté, juste après ce couloir qui semblait s’allonger dans l’angle gauche de la pièce ? Portant le garçon dans ses bras, Lola finit par cacher son corps dans un placard vide. Se redressant, la belle allait se diriger vers le couloir qu’elle avait quitté pour rejoindre le groupe, cependant des bruits de pas provenant du couloir au fond de la pièce l’alertèrent. Se mettant accroupit derrière un fauteuil, la tueuse garda son calme profond et vit arriver dans la pièce deux jaffas ne portant pas les lourdes armures comme les autres. Etaient-ils des jaffas ayant un rôle plus important que de simples soldats ? Ils entrèrent dans la pièce comme si de rien n’était. Avec agilité et silence, Lola sauta derrière eux avant même qu’ils s’en rendent compte. Elle sauta alors sur les épaules du premier, et coinça sa tête entre ses pieds avant de se pencher en avant pour attraper la tête du second dans ses mains. D’un geste rapide elle donna une impulsion au niveau de ses pieds puis au niveau de ses mains pour que les deux têtes se frappent avec violence. Sautant en arrière Lola regarda les deux corps tomber au sol. La belle pencha la tête sur le côté et vit un objet intéressant à la ceinture d’un des deux hommes. La tueuse se pencha en avant pour ramasser l’objet. Elle avait déjà lu beaucoup de choses à propos des Zat’nik’tel mais elle n’en avait jamais tenus dans les mains jusqu’à présent. Il était l’heure d’essayer ce nouveau jouet. D’un appui sur la gâchette, elle l’activa, visa un des deux jaffas et tira une première fois. Il fut parcouru de spasmes incontrôlés. Deuxième tir, son cœur s’arrêta. Troisième tir et il se désintégra. Un sourire sadique et satisfait apparu au coin des lèvres pulpeuses de Lola pendant qu’elle faisait subir le même sors au second jaffas. La tueuse décida alors de garder l’arme et la plaça à sa ceinture, c’était très utile pour faire disparaître des corps, avec ça, elle pourrait être deux fois plus discrète.

Lola s’avança alors vers le couloir au fond de la pièce puis s’arrêta net. Jetant un regard en arrière vers le couloir ou elle avait quitté le groupe, la belle se demanda si il n’était pas temps de leur fausser compagnie. Après tout, seule elle réussirait à avancer plus vite et se rapprocherait sensiblement de Sokar. Cependant, alors qu’elle allait faire un pas vers le couloir pour continuer seule, Lola entendit le reste de l’équipe entrer dans la pièce. Levant les yeux au ciel elle se retourna vers eux pour leur faire face. Son regard froid se posa sur Hagman.
« La salle du trône doit se trouver par là. » Annonça t’elle en désignant du doigt le couloir derrière elle. Il fallait bouger rapidement car de nouveaux jaffas viendraient sans doute d’ici peu de temps. Hagman devait prendre une décision et le faire vite. Lola ne bougea pas, attendant ses ordres bien qu’elle détestait cette position d’infériorité.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.starwarsdestiny.net/
Anthony Lang
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 2961

Arrivé au SGC : 20/02/2011

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
687/3200  (687/3200)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Sam 26 Oct - 21:50

Le contraste entre les cris et coups de feu qui se succédaient et le silence, même relatif, de l’après confrontation faisait toujours un drôle d’effet. Surtout que dans ces couloirs, les bruits résonnaient particulièrement bien et rendaient ce contraste encore plus saisissant. Guettant d’autres bruits de pas d’une patrouille alertée par les tirs, Anthony ne remarqua rien. C’était l’avantage de ces immenses vaisseaux, les patrouilles étaient relativement disséminées et on pouvait donc en attaquer une sans mettre les autres au courant… sauf cas d’infortune. En tout cas, mieux valait ne pas trainer, d’autant plus qu’une sorte de compte à rebours était lancé avec l’attaque imminente de la Terre. Anthony alla attraper son mort par les poignets et le tira dans un recoin sombre du couloir, à l’abri d’éventuels regards. Il fit la même chose avec un deuxième corps, plus massif celui-ci, ses équipiers se chargeant des autres jaffas.

Quelques dizaines de secondes après, le lieu était dégagé, les impacts de balles étant les seules témoins de ce qui venait de se passer. Et la déambulation à travers les couloirs repris. Les bruits de bottes se mêlaient en un fond sonore régulier, tel un roulement de tambour, il ne manquait plus qu’une musique de film pour les accompagner ! Jusqu’à ce que, comme c’était prévisible, une nouvelle arrivée de jaffas se fit entendre. Même schéma, se cacher derrière les piliers, ne faire aucun bruit, se tenir prêt à agir au moindre signe… Les bruits se rapprochèrent dangereusement, arrivèrent à leur niveau. Anthony s’essuya une main moite sur sa tenue, retenant sa respiration. L’escouade ne ralentit pas et les dépassa. Il commença à souffler lorsqu’un nouveau jaffa arriva en les interpellant. La troupe stoppa alors juste après la position d’Anthony. Génial… Espérons qu’il n’ai pas une soudaine envie d’éternuer ! Heureusement rien de cela ! Le jaffa rameutait de l’aide, parlant d’intrus coincés dans le hangar. Les battements de cœur d’Anthony accélèrent. Des intrus ici, ça ne pouvait être que… Merde, la deuxième équipe de BE était coincée. Il lança un regard inquiet à Hagman. Ils ne pouvaient pas laisser les autres se faire tuer alors qu’ils ne devaient pas être loin. Ça aurait très pu être eux, pris au piège dans le hangar. Seul le hasard en avait décidé autrement. Mais les jaffas s’éloignèrent et Hagman ne fit aucun signal d’attaque.

Une fois tranquille, Anthony s’apprêta à ouvrir la bouche :
« Capit… »


« Nous ne pouvons pas grand chose pour eux. Profitons de leur diversion pour tracer notre chemin tranquillement. »l’interrompit Hagman.

Anthony allait répliquer mais préféra s’abstenir. Après tout, même si ce choix le déchirait il avait raison, la priorité absolue était la mission. Tentant de rester focalisé sur l’objectif, Anthony suivit le groupe qui venait de repartir.
Ils croisèrent d’autres patrouilles mais aucune ne remarqua leur présence en revanche ils tombèrent nez à nez avec un jeune garçon, complètement interloqué en les voyant. Anthony mit un doigt devant sa bouche pour lui faire comprendre de ne pas faire de bruit mais le gamin resta étonnamment calme. Malgré tout, la dure loi de la guerre les rattrapa et Hagman demanda à Lola de supprimer le gamin. Enfin, c’était de manière plus délicate mais tout le monde avait bien compris le second degré de ces paroles.

« Capitaine, on est vraiment forcé de faire ça ? On peut pas l’assommer, le zatter ? » chuchota Anthony à Hagman pour pas que le gamin ne l’entende.

Mais la décision était prise et le capitaine ne comptait pas revenir en arrière d’autant plus que d’autres gardes arrivaient et que le temps n’était pas au débat d’idées. Anthony jeta un dernier regard vers le gamin qui accompagnait Lola dans la pièce à côté. Le pauvre ne savait pas ce qui l’attendait. Ce n’était pas pour ça qu’il avait voulu faire ce boulot, et devoir cautionner ça le déchirait. Toutefois, les bruits approchants le sortirent de ses pensées. Imitant les autres, il lâcha son P-90, sortit son couteau de combat et garda les yeux fixés sur le décompte d’Hagman. A 3, il sortit, saisit la tête du premier garde qu’il trouve et lui trancha la gorge d’un coup net. Le garde s’écroula dans un gargouillis assez dégoutant. Alors qu’il se tourna vers le garde à sa droite, ce dernier lui donna un coup de lance dans la main ce qui lui fit lâcher son couteau. Improvisant, Anthony enchaîne avec un coup de pied dans les parties intimes du garde, coup imparable pour se laisser quelques secondes de répit, passa derrière lui et lui brisa la nuque.
Les autres gardes étaient morts eux aussi. Anthony ramassa son couteau rouge de sang, l’essuya sur l’armure d’un mort et se massa sa main endolorie par le coup de lance.

Bon, maintenant qu’ils étaient bien chauffés, il faudrait en venir au fait !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Mar 29 Oct - 12:22

Une fois le travail fini, Hagman fit signe à tout le monde de cacher les corps dans la pièce dans laquelle s'était faufilée Lola pour s'occuper du jeune garçon. Il était impensable d'utiliser un zat pour éliminer toutes traces des corps après les efforts fournis pour donner un maximum de discrétion. Faisant face à Anthony, il répondit brièvement à son interrogation de tout à l'heure.

« N'oubliez pas Lang. Ils sont ici pour envahir notre planète, la mettre à genou, la ravager et réduire en esclavage les malchanceux qui auront survécu à ce massacre... Ils n'auront aucune pitié, nous non plus. Je n'ai pas aimé donné cet ordre mais nous sommes en guerre et faut mettre nos états d'âmes de côté. Rien ne nous aurait garanti, même avec un tir de zat, que ce garçon aurait gardé le silence de façon permanente. Passons. »

Cette mise au point faite, ils pénétrèrent dans cette sorte de vestibule pour y cacher les corps. Ils découvrirent un peu plus loin celui du jeune esclave. Ce dernier ne respirait plus. Lola Aino avait fait du bon travail et c'est sur la fine silhouette de la tueuse que se posa le regard du Capitaine.
Pendant un instant, il avait presque eu le désagréable sentiment qu'elle était sur le point de les semer et de tenter sa chance, seule, dans les profondeurs du vaisseau pyramide. Finalement, elle s'était arrêtée et Hagman reposa doucement le corps ennemi au sol avant de la rejoindre.


« J'en ai marre de tourner en rond. »

La réponse fut accompagnée d'actes quand il fit signe à toute l'équipe d'emprunter le chemin découvert, un peu par hasard, par le soldat Aino. Il lui fit signe de passer devant avec lui. Derrière, Mallory et Lang les suivaient à quelques mètres de distance et enfin, Jim Wilson fermait cette marche progressive. Ils sortirent de l'autre côté du vestibule et arrivèrent dans un long couloir adjacent. Un coup d’œil sur la gauche suffit pour deviner la pièce qui figurait au fond : de nombreux tissus rougeoyants, des draps et des bougies installées un peu partout laissaient croire qu'il s'agissait des appartements privés du Dieu résidant dans ce vaisseau. Hagman et Aino se glissèrent jusqu'à l'entrée et purent apercevoir avec déception que la cible n'était pas là, la pièce étant vide. A l'intérieur, tout était le reflet de la personnalité, de l'humeur et du caractère du Sokar. Il y faisait sombre et l'air semblait presque étouffant. Hagman ressortit la tête de cet endroit et son regard se tourna à l'opposer du couloir. Ils repassèrent alors devant l'entrée du vestibule et partirent de l'autre côté, en gardant la même formation.

Longeant les murs de ce long couloir en plein cœur du vaisseau, chacun put percevoir des bruits et des voix s'élever en dehors de leur champ de vision, entre les murs d'une pièce bien plus grande. La particularité de celle-ci résidait en sa paroi opposée : c'était une large baie vitrée donnant sur l'espace, et plus précisément sur le globe terrestre. Cette vue était saisissante tellement elle plaçait la planète Terre dans une position de faiblesse, plus vulnérable que jamais.
Hagman leva le poing et l'équipe prit place contre les murs. Il sortit de son équipement une petite loupe au bout d'une fine broche, qu'il tendit vers l'intérieur tout doucement. Il l'inclina selon plusieurs axes et la ramena vers lui. Il fit signe à l'équipe de ce qu'il avait vu : 2 jaffas étaient quasiment en face et avaient une vue directe sur cette entrée. Trois autres jaffas étaient décalés sur la gauche et même s'il ne l'avait pas vu, quelque chose lui disait qu'un autre jaffa devait se trouver un peu en retrait. C'était lui qui donnait de la voix.
A moins que...
Le ton était différent, les mots employés aussi.
Mais surtout, le silence qui suivait les directives de celui-ci était lourd et ne laissait aucun doute sur l'autorité de cette personne.
Sokar...

Hagman regarda chacun de ses hommes. Il organisa rapidement l'attaque qui allait avoir lieu. Il désigna Lola et Cara pour se glisser le long de la paroi une fois à l'intérieur, à la recherche de leur cible. Lang et le Capitaine s'occuperaient des jaffas proches du Dieu goa'uld, et peut être d'une éventuelle garde rapprochée qu'il n'aurait pas pu voir malgré sa loupe.
Et dans ce mouvement collectif, Wilson s'occuperait des deux jaffas en face de l'issue par laquelle ils allaient entrer. Une fois ça fait, il allait devoir les couvrir et permettre à ses coéquipiers de s'occuper de Sokar sans avoir de jaffas dans le dos. Evidemment, tout ça ne fut pas expliqué uniquement en langage codé et signes militaires. L'essentiel des mouvements de chacun avait été donné, le reste, ils savaient déjà comment s'y prendre. Hagman n'avait rien à leur apprendre. Et dans le feu de l'action, même si garder la formation était un élément important, l'instinct primait avant tout.

Ils prirent tous une dernière grande respiration. 
Ca y est, ils y étaient. La cible était touche proche. L'heure n'était plus à la réflexion, à l'attente, aux hypothèses... La prise de risque devenait une évidence. Toute la mécanique qui avait été mise en place depuis maintenant 12 heures allait atteindre son point d'orgue. La tension était à son paroxysme, le bout des doigts picotaient, les échines frissonnaient.
Mais il était hors de question de trembler ou de reculer. Ils étaient face au plus grand défis de leur vie et ils n'avaient pas le droit de douter.

Le regard noir et extrêmement concentré, le Capitaine Eric Hagman donna le signal d'assaut.

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Sokar
----------------
avatar
----------------
Grand Maitre Goa'uld
----------------


Nombre de messages : 40

Arrivé au SGC : 22/01/2009

Age du Joueur : 106


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
1/2000  (1/2000)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Mar 29 Oct - 13:05

C'était le moment que Sokar aimait le plus, celui qui précédait la grande invasion d'une planète. Il avait envoyé un avant-garde s'emparer de la porte des étoiles mais maintenant, sa patience avait touché à sa fin. Il était temps d'envoyer son armada sur toute la surface de cette planète et de la réduire à feu et à sang. Ce monde devait contenir une bio diversité très intéressante et d'après ses sources, c'était une énorme production d'esclaves de tout type qui se trouvait là.

Il pouvait voir la Tau'ri à travers la grande baie vitrée de la salle du trône. Elle était là, tout près, à portée de main, plus vulnérable que jamais. Sokar salivait d'avance de sa grande victoire. Après cela, tous les grands-maîtres viendraient lui rendre hommage. Et Anubis se retrouverait de plus en plus seul contre tous...
Hormis les jaffas à l'entrée, il y avait ceux qui exécutaient ses ordres de mouvement et qui contrôlaient le vaisseau mère, quelques mètres devant lui.
Lui, était assis sur son trône et sa main jouait constamment avec une bougie posée sur l'accoudoir de celui-ci. A sa gauche se trouvait une vingtaine de jaffas, tous à genou et prêt à recevoir des ordres du maître. Car les païens avaient abordé le vaisseau et il devait s'assurer d'avoir une telle escorte près de lui, au cas où, même si les tau'ris repérés se trouvaient à l'autre bout du Ha'tak et semblaient être pris au piège.


« L'hémisphère nord est notre priorité. »

« Attaque imminente, tous à vos postes. »

« Sokar veille sur nous tous. »

Pouvait-il entendre de la part de ses jaffas aux commandes, qui retransmettaient aux autres vaisseaux toutes les directives qu'il venait de leur donner. C'était donc l'instant fatidique, celui où sa flotte de Ha'taks se déverserait sur ce monde impie.

« Je ne veux aucune pitié. » Déclara Sokar en s'arrêtant dans ses mouvements, sa main rasant la flamme dont le rouge flamboyant reflétait dans ses yeux blancs.

« N'oubliez pas... En lançant leur bombe sur Netu, ils ont tué vos frères. » Ajouta l'incarnation du Diable. « Ils ont fait souffrir vos familles... Ils ont humilié le peuple de Delmak. Pour cet acte, leur monde doit brûler. »

A cet instant précis, alors que le vaisseau mère avançait lentement vers l'orbite basse et qu'il était dépassé par de nombreux autres Ha'taks qui allaient dans la même direction, tout se passa très vite.
Une équipe de tau'ris vêtus de noir avec un symbole d'aigle sur l'épaule entra dans la salle du trône. Les deux jaffas en face de l'entrée furent éliminés par des armes à feu.
Sokar se leva d'un bond et regarda les intrus pénétrer dans la pièce. Il put voir le temps d'un bref instant la surprise dans les yeux de deux d'entre eux, des hommes, quand ils virent la présence de son contingent de jaffas à sa gauche. Ses gardes se levèrent immédiatement, tendirent leurs lances pour répondre à cet affront et protéger leur Dieu.
Les trois jaffas qui étaient aux commandes du vaisseau étaient déjà morts, éliminés par les deux hommes. En même temps, une alarme stridente sonna dans tout le vaisseau.


« Tuez les !!! » Hurla Sokar. « Tuez-les tous !! »

A peine eut-il terminé qu'il vit une jeune femme sur la droite qui le visait. Il put même en apercevoir une autre, ou plutôt sa silhouette, se glisser sur un côté pour contourner tout le monde. L'instant d'après, il la perdit de vue et celle qui pointait son arme sur lui tira, avant même qu'il n'eut le temps d'enclencher son bouclier. La balle traversa l'épaule de Sokar, qui s'écroula dans son trône, faisant tomber sa bougie dans sa chute.
Immédiatement, tous ses jaffas chargèrent et se mirent devant Sokar pour le protéger, encaissant les tirs à sa place. L'un d'eux tira sur la jeune femme qui avait osé l'attaquer. Le tir passa juste à côté mais la déstabilisa sous la force de l'impact tout proche. Le jaffa courut vers elle et lui donna un violent coup de lance. La tau'ri chuta au sol et le jaffa arriva sur elle, poussant de toutes ses forces sur sa gorge avec sa lance, voulant lui écraser la trachée.
Il crut y arriver mais ses pensées s'arrêtèrent là, son crâne explosa juste avant d'avoir put la tuer, à cause d'un homme musclé et barbu armé d'un fusil, au fond de la pièce.
Cet homme là dut d'ailleurs se retourner pour accueillir d'autres jaffas qui, alertés par l'alarme, accoururent vers la salle du trône mais qui reçurent un véritable déluge d'acier de la part de cet homme.

Sokar se tordait de douleur tandis que dans la pièce, la situation tournait au bain de sang. Des dizaines de jaffas étaient déjà morts, fauchés par les tirs à balles réelles.
Sokar profita de la cohue pour se glisser hors du trône et boiter jusqu'à l'issue opposée. Des jaffas l'encerclèrent pour le protéger dans sa progression. Du sang coulait à flot de sa blessure, salissant sa robe rouge. De la fureur ressortait de ses yeux. Non seulement il était blessé, mais en plus c'était une femelle qui lui avait causé ça. Il espérait qu'elle soit déjà morte.
Alors qu'il essayait de fuir, plusieurs jaffas formant sa protection furent exécutés. De rage, Sokar se retourna et leva sa main droite qui endossait son gantelet personnel. Malgré sa blessure et son apparence faiblarde, fragile, et son teint blême, il utilisa toutes ses forces pour actionner son gantelet vers les deux hommes au milieu de la pièce qui faisaient un carnage dans ses troupes.

Un puissant rayonnement onduleux se dégagea de son gantelet. L'un des deux hommes, le plus petit et armé d'un P90, fut déséquilibré et tomba sur le côté. L'autre, qui semblait être le chef de ce commando, reçut l'attaque de plein fouet et fut violemment propulsé contre le mur opposé, ses os se brisant contre la paroi. Mais l'homme n'était pas mort.

Cela donna un instant de répit à Sokar qui prit la fuite de l'autre côté, traînant son corps douloureux vers ce qui lui semblait être sa seule échappatoire.  
Il arriva dans un couloir et s'attendit à être reçu par une garde rapprochée de ses jaffas ayant survécus. Mais ceux-ci étaient morts... Leurs corps jonchaient le sol, leur sang s'écoulant lentement de leurs récentes blessures. Le regard interrogatif de Sokar se posa sur un jaffa qui était finalement encore debout. Il cracha du sang de sa bouche et tomba à genou avant de s'écrouler, laissant apparaître la silhouette d'une jeune femme.
C'était elle. Celle qu'il avait aperçu en train de se glisser sur le côté, avant de se faire tirer dessus.
Cette silhouette se rapprocha. D'une ombre, elle devint une entité.
Elle devint une tueuse.

Le temps d'un instant, Sokar ressentit de la peur. Il se ressaisit et leva son gantelet pour se protéger des tirs à balles réelles. La seule chose qu'il avait encore la force de faire était de se protéger.
Mais la jeune tau'ri s'avança vers lui sans fléchir, une lame dans la main.
Le bouclier personnel de Sokar ne pouvait pas contrer les armes blanches. Ses yeux ne furent jamais aussi grands ouverts quand il comprit qu'il allait mourir face au corps à corps qui s'annonçait. Et la colère ne le quitta pas quand il réalisa qu'encore une fois, c'était une femme qui l'agressait.
Il recula vivement mais gêné par sa robe, il trébucha sur le corps d'un jaffa. Tombant lourdement par terre, il se mit sur le ventre et traîna son corps frêle et mince vers une lance jaffa qui traînait au sol.
Trop tard, Lola Aino fit les derniers pas qui la séparaient du Faux Dieu et scella définitivement son glorieux destin.

~~~~

Dans la salle du trône, le nombre de jaffas morts au sol empêchait presque d'y circuler à pied. Cara Mallory s'était relevé de son duel, bien aidée par Wilson qui l'avait sauvée, et avait du se défendre des jaffas de Sokar qui s'étaient jetés sur elle, mais aussi sur Lang.
Le Sous-lieutenant avait évité de justesse l'attaque de Sokar et avait terminé la bataille au sol, tirant sur ses ennemis.

Ce ne fut pas le cas du Capitaine Eric Hagman. Son corps était touché, posé contre la paroi. Wilson le regarda pour analyser son état. Il lui répondit en tournant légèrement la tête vers lui.


« Ca va aller, ca va aller... »

Sa voix était faible. Il ne bougeait plus. Il toussota quelques bulles de sang. Il avait mal, comme l'impression que sa cage thoracique avait été broyée, ses os tordus dans tous les sens. Et l'impact contre ce putain de mur n'avait pas aidé.
Il avait perdu sa M4 quand il avait été projeté en arrière. Sa main, seul membre capable encore de bouger, partit attraper son Beretta et le retira de son holster de cuisse. Il voulait donner un coup de main à Jim, qui était posté à l'entrée et qui repoussait à lui seul les hordes de jaffas qui rappliquaient vers la salle du trône.
Hagman, avec son Beretta en main, fit signe à Lang et Mallory de les rejoindre. Il voulait leur parler mais ils étaient trop loin et il n'arrivait pas à porter sa voix jusqu'à eux.
Jim Wilson tomba à court de munition et appela à l'aide. Après avoir entendu un tel boucan de fusillade et de cris, l'alarme semblait bien faible, reléguée au second plan de l'acoustique générale.
Mais elle sonnait toujours...

_________________


I saw only to die, and die only to come alive again.
Revenir en haut Aller en bas
Lola Aino
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 75

Arrivé au SGC : 24/05/2013

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
53/1000  (53/1000)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Jeu 31 Oct - 2:25


C’est en se retournant et posant son regard sur eux que Lola vit l’équipe entrer avec des cadavres dans la pièce. Si Hagman posa d’abord ses yeux sur elle, il posa un peu plus longtemps son regard sur le corps du jeune garçon. Se demandait-il s’il avait prit la bonne décision ? Peut importe la réponse, la tueuse s’était très bien occupée de lui. Comme pour répondre à son indication, le capitaine passa à ses côtés et exprima son ennuie de tourner en rond. Il était donc temps de suivre ce couloir et de trouver Sokar ! D’un signe de tête, Lola compris qu’elle passerait devant avec lui, suivit par Lang et Mallory puis Wilson finirait la marche. Ils avancèrent tous d’un pas déterminé dans ce long couloir dans le silence le plus total. Lola avait sortie ses deux Five-Seven et elle était prête à s’en servir rapidement. Le pas de la belle était léger et silencieux tel celui d’un animal chassant sa proie et cherchant à se faire le plus discret possible afin de lui sauter à la gorge. Glissant sur le côté et collant son dos contre le mur, Lola regarda avant Hagman le contenu de la pièce qui leur faisait face. Visiblement il s’agissait des appartements privés de Sokar mais ce dernier n’était pas là. Comme déçus, les deux protagonistes se retournèrent pour prendre la direction opposée. Doucement le son d’une conversation parvint aux oreilles de la tueuse, c’est à cet instant que sa démarche devint plus discrète encore. Lola se colla de nouveau contre le mur et laissa Hagman diriger la troupe car tout le monde l’avait désormais compris : Sokar se trouvait dans cette pièce, entouré de jaffas. Doucement, la tueuse calma son rythme cardiaque qui commençait à s’emballer dû à l’excitation du combat à venir. Ses mains se resserrèrent sur la crosse de ses armes, son regard se fit plus glacial et déterminé, ses moindres sens furent mis aux aguets afin de ne rien rater. La concentration était la clé. Puis, le signal d’assaut fut donné.

Ses jambes se mirent en mouvement et en quelques secondes Lola fut dans la pièce, esquivant les premiers tirs de jaffas. Ses yeux émeraude se posèrent sur sa proie, la cible ultime, celle qu’elle ne voudrait rater pour rien au monde. Sokar était là, assis fièrement sur un trône tel le Dieu qu’il pensait être. La tueuse croisa son regard et tous les deux comprirent à cet instant qu’un seul sortirait vivant d’ici. Tout se passa très vite. Lola vit du coin de l’œil Mallory viser Sokar puis la belle continua de contourner l’homme par la droite, esquivant des tirs en même temps. Bientôt la tueuse se retrouva dans l’ombre et vit une porte dérobée dans le fond. Son étude des Goa’uld et les remarques qu’avait pu lui faire le colonel Narah à leurs propos se mélangèrent dans sa tête. Ils étaient des êtres lâches et ainsi, la fuite semblait la prochaine étape du plan pour Sokar. Glissant tel une ombre vers cette porte, Lola préféra éviter de tirer sur des jaffas afin de ne pas trahir sa position. Sokar était à présent entouré de jaffas mais ces derniers ne furent pas longs feu. Visiblement l’équipe s’en sortait plutôt bien ce qui conforta la tueuse dans son plan. En quelques pas elle fut dans un nouveau couloir et fut face à sept jaffas arrivant en courant. D’un bond sur le côté elle évita un premier tir. C’est alors qu’elle se servit enfin de ses armes. La rapidité de ses tirs et leur précision était presque impensable. La belle réussissait tous ses tirs en pleine tête et quatre jaffas tombèrent rapidement au sol. Les trois autres se mirent à tirer mais la belle parvint à éviter le tout par des acrobaties. L'efficacité de la belle une fois armée était redoutable et par ces talents Lola savait que très peu d'hommes lui arriveraient un jour à la cheville dans ce domaine. D’un coup elle se mit à courir, fonçant sur eux et glissa sur les genoux pour passer entre les jambes d’un des jaffas. Dans sa glisse, elle se retrouva derrière eux et se pencha en arrière, sa tête touchant presque ses pieds et ses bras tendus elle réussit à tuer deux autres jaffas. D’un bond la belle fut debout et lança une lame dans la nuque du dernier jaffas. Ce dernier était encore dos à elle, il toussa du sang et finit par s’écrouler au sol. C’est alors qu’elle le vit.

Il était là, au milieu du couloir comme pétrifié devant ces sept cadavres ensanglantés. Son regard se posa sur elle, celle qu’il devrait affronter. Lola se tenait debout, le regard froid et déterminé posé sur lui. Quelques gouttes de sang avaient atterri sur sa joue et l’une d’elle avait même glissée au coin de ses lèvres avant d’aller mourir sur son menton. Sokar semblait terrifié alors que la tueuse se mit en marche vers lui. Ses pieds se posaient avec délicatesse sur le sol et son regard ne le quittait pas des yeux. Lola avançait vers lui et cet être qui croyait être un Dieu tremblait comme une feuille. La belle semblait être entourée d’une aura sombre, terrifiante, meurtrière tel l’aura d’un démon. Elle était devenue un être motivé par une seule chose, ses traits n’avaient plus rien d’humain, de son regard glacial et meurtrier à sa démarche silencieuse et menaçante. Sokar leva sa main équipée de son gantelet mais l’Ange de la Mort tenait dans sa douce main la seule et unique arme capable de traverser son bouclier. Le faux Dieu se mis alors à reculer, voulait-il encore fuir ? Pensait-il réellement qu’il pourrait lui échapper ? Dans le fond du couloir, Lola vit alors sa très chère amie, habillée d’une cape noire en lambeau et toujours accompagnée de son immense faux brillante …

Sokar finit par chuter en arrière, se prenant les pieds dans sa robe ou trébuchant peut être sur un cadavre. Lola le regarda faire sans sourciller. Il se mit alors sur le ventre et rampa tel la larve qu’il était alors que sa main tentait d’attraper une arme. Penchant la tête sur le côté, la tueuse le regarda faire. Alors il pensait réellement avoir une chance. Et dire que ce vers rampant et sanguinolent voulait se faire maitre de la Terre.  Une lame tranchante se planta alors dans sa main, détruisant le gantelet et arrachant un cri de douleur au Goa’uld. Ce cri fit frissonner Lola et un sourire à peine perceptible apparu sur son visage démoniaque. La tueuse finit par se retrouver à sa hauteur et le canon de son arme se retrouva rapidement en contact avec l’arrière du crâne du Goa’uld. Des mots lui parvinrent aux oreilles, des supplications, des propositions de pouvoir puis vinrent les menaces mais Lola n’entendait rien. Doucement, un ultime tir retentit dans le couloir et Lola ferma les yeux, comme pour savourer ce moment, sous le regard satisfait de sa précieuse amie à qui elle confiait une nouvelle âme pourrie …

Quelques minutes plus tard Lola se retrouva de nouveau dans la salle du trône, à ses pieds de nombreux cadavres jaffas, toutefois, son regard se posa sur Hagman allongé sur le sol et entouré des autres. Il semblait mal en point et son regard se posa sur elle, il dut comprendre dans ses yeux qu’elle avait réussi sa mission. L’espace d’un instant, comme suspendu dans le temps, leur yeux se fixèrent l’un dans l’autre. Que fallait-il faire ? Le tuer pour achever ses souffrances, le laisser mourir ici au milieu du cadavre de ses ennemis ou tenter le tout pour le tout et le sortir de là ? Lola n’avait jamais eu à faire avec ce genre de problèmes et ainsi, elle ne savait pas comment réagir. Cette situation inédite lui donnait plus de mal que tuer un faux dieu finalement. Toutefois, les paroles du colonel Narah lui revinrent en tête. Son regard se posa sur Mallory, Lang et Wilson. Quelqu’un devait prendre une décision, quelqu’un devait jouer le rôle du leader. Les vagues de jaffas semblaient s’être calmées et il fallait bouger immédiatement avant de se retrouver pris au piège ici. Serrant les poings Lola finit par prendre la parole. Elle serait le pilier sur lequel ils pourraient s’appuyer pour sortir d’ici vivants. «
Wilson, portez Hagman, on va rejoindre Barber et les autres dans le hangar, les sortir de là, poser la bombe et se barrer d’ici en utilisant les chasseurs du vaisseau en plus ça fera un cadeau sur Terre en compensation des F-302 perdus. » Son regard se posa alors sur le capitaine. « Et vous, restez conscient. J’ai pas envie de ramener un cadavre au colonel Narah, ça ferait tâche sur mon rapport ! » Dans son langage, elle demandait à son capitaine de rester en vie. Une fois que tout le monde fut prêt, la belle s’engagea en première dans le couloir, arme à la main, il n’était plus question de faire dans la finesse. Avant de quitter la salle du trône, la belle avait laissé une petite surprise pour les commandants de la flotte de Sokar. En effet, elle avait réussi à faire marcher l’espèce de caméra du vaisseau et ainsi, tous les commandants pouvaient voir le cadavre de Sokar posé sur son trône. Il était temps d’en finir et de mettre en déroute toute cette flotte menaçant la Terre. « On ne fait plus dans la dentelle maintenant, sortez l’artillerie lourde et semer tous le C4 que vous avez comme des petits cailloux. On va faire un beau feu d’artifice pour annoncer la mort du grand patron. ». L’équipe avançait comme un seul Homme, tuant les jaffas sur leur chemin et se frayant un passage vers leur point de sortie, c’était leur seule chance de quitter ce vaisseau de malheur à présent. De temps à autre, Lola posait un regard vers Hagman se demandant combien de temps il réussirait à tenir et Wilson semblait partager ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.starwarsdestiny.net/
Anthony Lang
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 2961

Arrivé au SGC : 20/02/2011

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
687/3200  (687/3200)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Lun 4 Nov - 17:43

Comme de bons professionnels, après avoir travaillé, il fallait nettoyer. Une nouvelle fois, donc, Anthony attrapa son jaffa et l’emmena dans la pièce où Lola était partie avec le gamin. Là, il le vit. Un petit corps, les yeux clos, mort. Deux minutes avant encore, il ignorait tout de leur présence à bord. Et maintenant… Anthony savait que ce n’était pas le moment pour ce genre de considération. Il savait qu’ils n’avaient pas le choix, l’enjeu était bien trop important, mais c’était ce genre de chose qui lui faisait parfois se demander ce qu’il faisait dans l’armée. Il s’était engagé pour sauver des populations, ramener la paix. Pas tuer des gamins et des innocents dont le seul tort était de se trouver au moment endroit au mauvais moment.
Alors qu’il était immobile, perdu dans ses pensées face au corps sans vie, une voix le ramena à la réalité. C’était Hagman.


« Oui, je sais », murmura Anthony, essentiellement pour lui. Sur une respiration, il se détourna de l’enfant et suivit les autres, tentant de se recentrer sur la mission. Marchant derrière Hagman et Aino, dans les couloirs, ils tombèrent alors sur les appartements privés de Sokar. Ainsi c’était là. Ce monstre qui terrifiait la galaxie, était la cause de la mort de milliers de personnes, il vivait là. Il avait l’impression d’être dans l’intimité, si on pouvait dire ça, de Sokar. Et cette pièce semblait correspondre tout à fait à son propriétaire. Froide, inquiétante, sans sentiment. Un léger frisson parcouru le corps d’Anthony. C’était un peu comme être dans l’antre du mal. Cette vision eut le mérite de reléguer à un tout autre plan l’image du cadavre du jeune esclave. L’objectif de la mission lui parut plus clair que jamais et empli la totalité de son être.

Il fallut repartir trouver Sokar. Ils n’eurent plus à le chercher très longtemps. Rapidement des voix se firent entendre. Une voix notamment. Quelle voix. Ce n’était pas la voix d’un simple jaffa. Son timbre d’outre-tombe, son ton posé, autoritaire. Ce ne pouvait être que Sokar. Oui, il se rappelait, lorsqu’il l’avait croisé il y a deux ans de cela. Comment oublier cette voix ?  Observant les signes de Hagman, il apprit qu’il y avait vraisemblablement 5 jaffas en plus du Go’auld. Sachant que la fusillade qui allait suivre allait très certainement rameuter du monde… Il fallait donc faire vite et tuer Sokar avant qu’ils ne soient débordés par les ennemis.

Plaqué contre le mur, les mains crispées sur son arme, Anthony attendait le signal. Signal qui allait peut être signifier leur condamnation à mort, peut être signifier la victoire des Go’aulds. Ou bien alors, peut signifier la victoire, peut être signifier, la chute d’un des plus grands maitres Go’aulds de tous les temps… Hagman abaissa la main. Aussitôt, ils s’engouffrèrent dans la pièce, bénéficiant de l’esprit de surprise. Anthony était à droite de Hagman. Il mitrailla un premier jaffa qui n’avait eu le temps de comprendre ce qui se passait. Alors que son regard basculait vers son collègue, il aperçut une silhouette sombre quelques mètres derrière. Pas le temps de s’attarder, aussitôt le second jaffa dans sa ligne de mire, une courte rafale lui fit voler le crane en éclat.
Mais mauvaise nouvelle. Deux mauvaises nouvelles même. Un, l’alarme s’était déclenchée. Deux, tout un contingent de jaffa était dans un coin de la pièce et se précipitait vers eux. Une partie faisait bloc autour de Sokar tandis que l’autre partie allait au combat.  Mais avant que ses gardes ne le protègent, Sokar leva son gant. Aussitôt une onde choc se dirigea vers Hagman et lui. Par chance, Anthony ne fut touché que par la périphérie de l’onde et fut envoyé au sol. Sonné, il reprit ses esprits juste à temps pour voir un jaffa au dessus de lui, lance ouverte. Sans réfléchir, il leva son P-9à et tira une longue rafale. Le corps du garde fut agité de soubresauts, le sang giclant de son abdomen,  puis il s’écroula. D’autres gardes se dirigeaient vers lui. Il en neutralisa un, puis un autre, puis encore un autre. Enfin, le calme revint dans la pièce, mais pas dans le couloir où Wilson retenait d’autres troupes. Anthony se releva difficilement et regarda autour de lui. Pas de traces de Sokar, ni de Aino. Espérons… La salle n’était que mare de sang et accumulation de corps. Soudain, son regard se posa sur un corps, adossé à la paroi. Hagman. Il semblait en très mauvais état. Dire que ça aurait pu tomber sur lui. Anthony se dirigeait vers le capitaine lorsqu’il entendit Wilson appelait à l’aide. Il regarda Wilson, Hagman…Puis se dirigea vers le couloir en rechargeant son arme.

« Mallory, va voir Hagman ! » cria Anthony. Ils ne pouvaient pas laisser le capitaine seul dans un coin. L’un d’eux devait voir comment il allait.
Dans le couloir, les gardes commençaient à se raréfier. Ils allaient surement revenir, mais un petit moment de calme leur ferait le plus grand bien. C’est à ce moment qu’il vit revenir Aino. A son regard, il savait. Et un sentiment de soulagement le pris. Quoiqu’il arrive maintenant, Sokar était mort. Une partie de la mission était remplie. Maintenant, ils devaient évacuer et faire sauter ce vaisseau. Ce fut Lola qui reprit le commandement. Même si théoriquement elle était moins gradé que lui, c’était une Black Eagle,. Ils se préparèrent donc à faire une sortie, ce qui n’allait pas être une partie de plaisir…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jim Wilson
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 41

Arrivé au SGC : 17/01/2011

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 38 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
61/6800  (61/6800)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Jeu 7 Nov - 4:45

Selon les ordres de Hagman, je fermai la marche tandis que nous progressions à travers les couloirs de l'immense vaisseau-mère. En tant qu'arrière-garde, je marchai le plus souvent à reculons, mon Scar en joue, prêt à abattre quiconque tentrait nous prendre à revers. Ca ne me plaisait pas de ne pas avoir Aino dans mon champ de vision. Je voyais encore le corps du gosse qu'elle avait tout simplement exécuté, sans l'ombre d'un remord. Elle aurait simplement pu le ligoter et le cacher dans un coin. Sokar savait que nous étions là et cette bataille aurait connu son dénouement, quel qu'il soit, avant que l'enfant ait eu le temps de donner l'alerte. Dans un sens, j'avais piété d'elle. Oter la vie d'un enfant de sang froid ne pouvait témoigner que d'une seule chose : elle avait perdu son humanité depusi longtemps. Je ne connaissais que trop bien ce sentiment. N'être en vie que sur un champ de bataille. Sentir son cœur battre uniquement lorsqu'un autre s'arrête. Je la plaignais sincèrement

Plus nous avancions au sein de la structure, plus je me rendais compte que tout se ressemblait. Rien ne distinguait un corridor d'un autre et je n'avais vu aucune signalisation. Trouver Sokar dans un tel endroit allait se révéler plus compliqué que prévu. Nous arrivâmes finalement dans les appartements privé du faux Dieu. Les murs étaient tapissés de rouge et la décoration austère donnait un côté malsain à cette pièce. Mais aucune trace de la cible. La traque allait se révéler plus compliquée que prévu et pendant ce temps, la deuxième équipe se ramassait tous les jaffas du bâtiment sur la tronche. Nous fîmes demi-tour, toujours selon la même formation, pour nous enfoncer encore plus profondément dans les entrailles du vaisseau. Au bout de 10 minutes sans croiser aucune patrouilles, nous arrîvames devant une large porte d'où émanaient plusieurs voix. Parmi elle, l'une semblait plus profonde, plus oppressante. C'était Sokar. Hagman nous fis signe de nous arrêter et expliqua le plan d'attaque. Aino et Mallory allaient cibler le Goa'uld pendant que Lang et Hagman s'occuperait de sa garde personnelle. Quant à moi, je devais éliminer les deux jaffas en face et ensuite couvrir la porte. Ne pas pouvoir m'occuper de Sokar en personne me décevait mais on était une équipe et les ordres étaient clairs. Il fallait bien que quelqu'un couvre les arrières et hors de question de laisser cette responsabilité à Aino. Ca me permettrait au moins de dessouder du jaffa à tout va.

Au signal, je déboulais dans la salle de contrôle avec le reste de l'équipe. Mon Scar en joue, j'abattis mes deux cibles avant de retourner à la porte. Je m'agenouillais dans le coin inférieur droit de la porte, prêt à recevoir tous les renforts disponibles dans le vaisseau. Ceux-ci ne se firent d'ailleurs pas prier. A peine quelques minutes après notre insuréction, l'alerte fut donnée et les premières patrouilles ne tardèrent à se ramener à la fête. Ils arrivaient par paquets de quatre ou cinq et heureusement qu'ils ne s'attendaient pas à se faire accueillir de la sorte. L'oeil derrière le viseur, je ne tirai que par rafale pour ne pas perdre en précision et économiser les munitions. Pour l'instant, le nombre de guerriers ennemis était gérable mais ils réquieraient toute mon attention. Je parvins cependant à jeter un coup d'oeil en direction de la salle entre deux affrontements juste à temps pour voir Mallory aux prises avec un jaffa. Ce dernier, au-dessus d'elle, tentait de la tuer à coup de lance. Je tournai alors mon arme vers lui et d'une balle sûre, lui explosait le crâne avant de reporter mon attention sur les renforts.

Sans prévenir, un corps vola à la limite de mon champ de vision. Détournant le regard, je pus voir qu'il s'agissait d'Hagman. Le capitaine avait apparemment été projeté par l'onde de chox dégagée par le bracelet de Sokar. Pas besoin d'être médecin pour remarquer qu'il était dans un sale état. Son torse était enfoncé de quelques centimètres et l'une de ses jambes était pliée en trois. Un peu de sang coulait par la comissure de ses lèvres. Une salve d'énergie passa quelques centimètres de son visage, me rappellant à la réalité. Les jaffas arrivaient en trop grand nombre. Je lançais ma dernière grenade pour les forcer à reculer, le temps de recharger. Hagman lui avait sorti son arme de poing et, en digne soldat, comptait se battre jusqu'au bout.

Au final, après ce qu'il m'avait semblait des heures, Aino revint dans la salle du trône, ce qui ne pouvait vouloir dire qu'une chose : la mission était accomplie. Passant outre les règles de base de la hiérarchie, la recrue Aino commença à balancer des ordres à tout va. Black Eagle ou pas, Lang était actuellement le plus gradé et lui seul était en mesure de donner ce type d'ordres. Lorsque Lola me dit de porter Hagman, le Capitaine était déjà sur mes épaules.



-Mallory, couvrez la porte.


Tenant la jambe la moins amochée d'Hagman avec une main pour éviter qu'il ne tombe de mes épaules, je dégainai de la main droite et emboitait le pas à Lang. Je n'avais que 6 balles dans mon barillet et impossible de recharger avec une seule main.
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Ven 8 Nov - 12:45

Après une dangereuse percée à travers le Ha'tak, sous l'impulsion de Lola mais que dans le fond, tout le monde approuvait, ils arrivèrent aux hangars. Ce n'avait pas été difficile de trouver l'endroit qui avait captivé l'attention de tant de jaffas depuis l'abordage des Black Eagles. C'était par là que revenaient la plupart des guerriers de Sokar, abandonnant la salle des vaisseaux goa'ulds pour rejoindre au pas de course la salle du trône. Sur cette route, ils avaient croisé le groupe du Capitaine Hagman et avait subi leur puissance de feu de pleine face. Mais quand les jaffas étaient trop nombreux pour prendre le risque d'un affrontement direct, le groupe s'était caché dans le long des couloirs et les avait laissé passer, avant de reprendre la route vers les hangars.

Il n'y avait jamais eu autant de fumée en cet endroit. Et de morts. Le vaisseau mère de Sokar disposait d'un hangar assez grandiose contenant des centaines de planeurs goa'ulds. C'était donc un endroit conséquent.
Et pourtant, parcourir la pièce était chose difficile tellement le sol était traître sous leurs pieds. Des dizaines et des dizaines de corps ennemis jonchaient le sol.
Ils entendirent du bruit un peu plus loin et ils avancèrent prudemment, craignant de voir l'autre équipe dans un sale état. Ils marchèrent le long d'une passerelle cernée par des planeurs stationnés en rangée, telles des places de parking. Parfois, ils croisèrent des corps ennemis qui pendaient sur les rambardes de sécurité. Il y avait aussi parfois des blessés, rampant au sol, le corps meurtri par des armes terriennes.
Lola Aino, qui était à l'avant, ralentit le pas. Il aurait été dommage qu'elle se fasse descendre à ce moment-ci de la mission, que ça soit par les jaffas et surtout par leurs propres coéquipiers s'ils étaient en vie.
Lola s'arrêta, juste à temps pour esquiver un coup de lame qui aurait pu la décapiter. Elle se défendit immédiatement en tirant sur le bras de son agresseur mais stoppa aussitôt ses gestes en reconnaissant Almie.
L'indigène qui avait rejoint les Black Eagles, épaulée par son sauveur et désormais mentor Menchu Narah, reconnut aussi la soldat et baissa son épée.
Elle avait le visage en sang, celui de ses ennemis. Elle semblait être sortie d'une boucherie. Son corps tremblait encore sous la pulsion des combats récents. Sa respiration contrôlée était à un rythme effréné.


« C'est qui ? » Une voix de femme émergea d'un nuage de fumeux, probablement provoqué par l'explosion d'un outil dangereux quelques minutes plus tôt. Le reste de l'équipe se rapprocha de Lola.

Malgré le bandana noir sur le nez, ils purent apercevoir qu'il s'agissait du Lieutenant Barber, reconnaissable de part son grade puis de part sa voix.

« Enfin, on va pouvoir bouger de là. Faut trouver Sokar... » Elle vit alors le Capitaine Hagman blessé et porté par Wilson et continua. « A moins que... Vous ne l'ayez déjà croisé. Que lui est-il arrivé ? »

Lola, Cara et Anthony expliquèrent ce qu'ils avaient vécu, synthétisant leur vécu jusqu'à la mort de Sokar.

« Quoi ? Il est mort le serpent ? » Cette fois, c'est James Biggs qui se pointa en boitant. Il était gêné par un éclat qu'il avait reçu dans le pied pendant la bataille. Il se retourna. « Les gars, je crois que c'est terminé. »

Derrière le Sergent apparurent alors prudemment Smith et Kaiger. Non pas qu'ils se cachaient mais Smith, qui avait le visage plein de poussière et de sueur, était en train de bander la tête de son frère d'arme. Paul Kaiger avait reçu un vilain coup dans un combat rapproché et du sang avait coulé à flot de son arcade ouverte, se mélangeant avec celui de son ennemi qui avait giclé. C'était une blessure non mortelle mais la vue de son visage trempé de sang était impressionnante. Mais le cas le plus grave restait celui du Capitaine.

« Pose moi là, mon gars... » Dit-il doucement à Jim qui posa le corps de son supérieur à côté d'une petite vitre par laquelle il pouvait voir le globe terrestre dans toute sa beauté. Si proche et si loin à la fois.

« Si vous avez laissé du C4 derrière vous, alors ne traînons plus ici. » Biggs ne souhaitait plus s'attarder. Il fut approuvé par Barber.

« Les planeurs, vite. Mettez-vous par deux. Ceux qui sont moins à l'aise au pilotage se mettent à l'arrière. Ne traînons pas. »

Smith, qui était parti à l'avant, revint immédiatement en chargeant son arme.

« Merde, les jaffas reviennent... Je pense qu'ils ne sont pas content ! »

Des renforts avaient du être envoyés des autres Ha'taks par anneaux de transferts. Il était temps de lever les amarres. Jim voulut s'abaisser pour récupérer Hagman mais celui-ci le repoussa et lui fit signe de partir.

« Laisse moi là, soldat. Vous n'avez pas beaucoup de temps avant que les jaffas ne vous rattrapent.... Partez... Partez, je les retiendrais. »

« Vous souhaitez mourir en héros, Capitaine? » Osa commenter Smith tout en montant dans le cockpit d'un des planeurs goa'uld à disposition.

« On ne vous abandonnera jamais, Capitaine. » Cette voix était celle de Barber, rapidement suivie et soutenue par d'autres Black Eagles.

« Je pense qu'il plaisante. » Ajouta Biggs qui s'était arrêté dans ses gestes. Mais il ne pensait pas ce qu'il disait.

Un blanc s'en suivit, laissant la parole à Hagman. Le temps pressait car les bruits de pas des jaffas commençaient à se faire entendre sur la passerelle du hangar. Kaiger passa sa tête et essaya de tirer une rafale mais dut se rabattre vite sur le côté de la paroi qui le protégeait, laissant passer un tir mortel.
Ils étaient coincés s'ils restaient ici.
Enfin, après un sourire non joyeux le Capitaine prit la parole.


« Vous devez rentrer sur Terre... Les prévenir de ce qu'on a fait ici... Notre mission est accomplie, ce n'est qu'une question de temps maintenant... C'était ma dernière chasse avec vous, Black Eagles. » Et alors que des voix dissidentes se faisaient entendre, il réussit à hausser la voix.

« Je ne survivrais pas... Je le sais. Mais vous, vous pouvez encore vous en sortir. Partez vite avant qu'on ne vous prenne en chasse à votre tour. Je les retiendrais le plus longtemps possible. C'est un ordre, Barber... Je vous l'ordonne à vous tous. Je suis très fier de vous... » Son regard se posa sur Lola pendant un moment, exprimant du regard ses pensées positives, puis sur Lang et Callory dont il avait été agréablement surpris par leur talent et leur sang froid.

« J'ai été heureux d'être avec vous pour cette mission. Maintenant, sauvez-vous! Et n'oubliez pas le C4... »

Les tirs des jaffas se faisaient de plus en plus pressant. Les dernières personnes à partir dans les cockpits des planeurs de la mort, et en particulier le Lieutenant Barber, furent celles qui eurent du mal à accepter ce choix, mais qui furent poussées par leurs coéquipiers à partir. Ils ne devaient pas tous mourir ici.
Hagman savait qu'il allait mourir. Même s'il les avait laissé l'embarquer et s'ils avaient reussi à atteindre le SGC sans se faire descendre par l'ennemi, il n'aurait pas survécu au trajet. Ses côtes lui faisaient affreusement mal et il ne pouvait plus beaucoup bouger. Il avait l'impression d'étouffer, d'être de plus en plus compressé et prisonnier dans son propre corps.

Il avait toujours cru qu'il mourrait un jour dans un de ces putains de déserts du Sahel, dans un trou perdu ou dans un refuge taliban, ou bien même dans une forêt au vent glacée au fin fond d'un pays de l'ex-URSS. Tous des endroits désagréables pour une belle mort.
Il se considérait comme chanceux quand il se rendait compte qu'il allait mourir ici, si loin de tout ça. De là où il était, il voyait une moitié de la Terre avec l'aurore se profiler. C'était le plus beau spectacle dont il aurait pu rêver avant de s'éclipser à tout jamais... Devant cette vision, ses dernières pensées furent pour sa petite amie. Il espérait au fond de lui qu'elle puisse continuer à profiter pleinement de sa vie.

Cette fois, un par un, les planeurs pilotés par les Black Eagles se détachèrent de leur amorce. Des jaffas s'approchèrent pour faire feu sur les véhicules en mouvement mais furent reçus par Hagman, qui, toujours assis près de la fenêtre, leva son bras de toutes ses forces pour faire feu de son Beretta. Le recul de l'arme lui arracha un cri de douleur.
Plus loin dans le hangar, des jaffas partirent dans des planeurs pour poursuivre les Black Eagles.
Ceux-ci quittèrent enfin le Ha'tak, suivant un long tunnel jusqu'à leur sortie. Ils s'éloignèrent du vaisseau mère et entamèrent leur entrée dans l'atmosphère.
Dans leurs cockpits respectifs, les Black Eagles qui avaient semé du C4 à l'intérieur du Ha'tak de Sokar n'avaient plus qu'à actionner leur détonateur avant qu'il ne soit hors de portée.
Et causer un véritable feu d'artifice.

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Anthony Lang
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 2961

Arrivé au SGC : 20/02/2011

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
687/3200  (687/3200)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Dim 17 Nov - 19:34

Alors que Lola ouvrait la marche et donnait le tempo de la marche, Anthony collait de près Jim, handicapé car il portait le capitaine, se tenant près en cas de problème. Comme il fallait s'y attendre, les jaffas affluaient en masse dans leur direction. Des tirs résonnaient presque en continue. A croire, qu'ils s'étaient tous donnés rendez vous au même moment. Heureusement pour eux, la chance était de leur côté et ils gardaient l'avantage pour l'instant. De leur côté, les jaffas s'écroulaient au fur et à mesure le long de leur chemin, tel les graines du Petit Poucet! Et dans les rares secondes de répit, il en profitait pour semer des pains de C4 dans les recoins des couloirs. Mais Anthony commença à s'inquiéter car il n'avait plus qu'un chargeur avant d'être à court de munitions. Il chargea ce dernier d'un geste rapide tentant de cibler au maximum ses tirs pour économiser les munitions. Comme par miracle, un calme relatif arriva à ce moment. Une petite pause entre deux fournées de jaffas, tandis qu'ils arrivaient à destination: le hangar. C'est là où était l'autre groupe des BE. Y étaient-ils encore? Dans quel état? En tout cas, l'état du lieu montrait qu'ils 'étaient défendus comme des bêtes: une forte odeur de poudre régnait, de la fumée commençait à se dissiper et le sol était lui aussi recouvert de cadavre. Mais aucune trace des BE pour l'instant...

Aucune trace jusqu'à ce Lola se retrouva un couteau sous la gorge! Elle allait se défendre par réflexe mais Anthony s'écria:
"Stop, c'est Almie!"

S'ils pouvaient éviter de s'étriper en entre eux, ça serait toujours ça! Juste après, Barber arriva, surgissant d'un nuage de fumée comme un esprit.

"Pour Sokar, ce n'est plus un problème... Il a compris éternellement qu'il ne faut pas sous estimer les terriens. On a plus qu'à partir et faire sauter tout ça!"

Pendant qu'il parlait le reste des BE arriva: Biggs, Smith et Kaiger.

"Comment ça va vous?" demanda Anthony en les voyant salement amochés.
Le capitaine demanda alors à Jim de le reposer. Anthony alla l'aider à faire ça le plus doucement possible. Il semblait vraiment souffrir.
Barber leur donna alors l'ordre de gagner les planeurs de la mort, par deux tandis que le capitaine ordonna de le laissa sur place. Les autres protestèrent et Anthony regarda la scène sans rien dire. Le capitaine savait ce qu'il faisait quand il a demandé à Lola de tuer l'esclave, il savait là aussi ce qu'il faisait. Il ne changerait pas d'avis. Et à voir son état, on pouvait facilement se douter qu'il risquait fort ne pas survivre au vol...

Il fallait s'activer, le bruit de pas des jaffas se rapprochait rapidement. Même si c'était dur de laisser un des leurs ici, ils n'avaient plus le choix. Anthony se dirigea avec d'autres vers les planeurs


"Allez, faut y aller!". Montant dans le planeur, il lança un dernier regard vers Hagman avant de s'installer derrière le pilote. Il eut une petite pensée pour Julia. Espérons qu'elle allait bien! Il faudrait qu'il lui demande une petite leçon de pilotage en rentrant, ça pouvait toujours être utile!

Le pilote installé, les jaffas déboulèrent et commencèrent à tirer sur les vaisseaux juste quand ils partaient. Mais aucun tir ne fit de dégâts. Ils sortirent du vaisseau mère et une fois à un portée suffisante Anthony sortit son détonateur et mit le doigt dessus


*Bon vent* Et il appuya...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lola Aino
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 75

Arrivé au SGC : 24/05/2013

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
53/1000  (53/1000)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Lun 18 Nov - 3:28


La progression dans le vaisseau ennemi ne fut pas de tout repos. De temps à autre l’équipe devait s’occuper de plusieurs jaffas. Lors de ce genre de moment Lola fonçait la première et Jim mettait le capitaine Hagman à l’abri des tirs. Cependant, leur avancée fut rapide et bientôt toute l’équipe arriva dans le hangar. Le sol était jonché de cadavres de jaffas, du sang coulait des rambardes et un silence de mort semblait peser sur l’immense pièce ajoutant une touche angoissante à cette atmosphère déjà glauque. La belle ralentit doucement le pas, son regard extrêmement concentré. Elle était attentive aux moindre bruit et faisait attention à l’endroit où elle mettait ses pieds. Le groupe la suivait au même rythme et tous se demandaient si l’autre équipe était encore en vie. C’est alors qu’une main surgie de nulle part et agrippa le pied de la tueuse. Son regard dur se posa sur un jaffa à l’agonie, blessé à de nombreux endroits. Il semblait souffrir mais voulait sans doute la retenir. Lola haussa un sourcil. Etait-il vraiment capable de penser l’arrêter alors qu’il était au sol, incapable de bouger et mourant ? Etait-il si stupide ? A moins qu’il ne la supplie intérieurement d’achever ses souffrances ? Soupirant, la belle s’agenouilla et d’un mouvement rapide, lui brisa la nuque. Telle était la mission de l’Ange de la Mort, suivant son propre code, connu uniquement d’elle suivant son accord passé avec la Faucheuse. La belle reprit sa marche après s’être levée, comme si de rien n’était, comme si elle avait simplement lassé ses chaussures.

Avançant avec prudence, Lola entendit un mouvement sur la droite et recula d’un pas, juste à temps pour éviter un bras armé d’une lame la toucher. Avec rapidité, elle tira le bras pour attirer vers elle l’agresseur, pointant le canon d’une de ses armes contre sa tempe. C’est alors que derrières le sang sur son visage, la tueuse reconnue Almie. Toutes deux abaissèrent leurs armes en silence. Lola avait senti son corps tremblant en la prenant par le poignet et maintenant elle entendait sa respiration rapide. Visiblement le combat ici avait du être rude. C’est ainsi que le reste de l’équipe arriva et Anthony leur expliqua rapidement la situation. N’écoutant la conversation que d’une oreille, Lola avait déjà le regard tourné vers la prochaine étape : les vaisseaux. Fronçant les sourcils, la belle dut bien se rendre à l’évidence, elle n’avait jamais piloté de vaisseaux et ne risquait pas de faire long feu si elle se risquait toute seule la dedans. Toutefois, avant qu’elle n’ait pu trouver une solution, le ton de la conversation avait changé.

Tournant la tête vers le petit groupe, Lola vit Hagman au sol, expliquant qu’il allait rester ici. Beaucoup protestèrent et le regard de la tueuse se fit plus dur à cet instant. Ses yeux se posèrent sur le capitaine qui sembla l’observer avec bienveillance et la belle ne comprit pas ce regard. Les BE n’étaient pas prêt à perdre un des leurs mais le capitaine dut insister pour les faire continuer la mission sans lui. Finissant enfin par décoller son regard du sien, Lola fit volte face et fut l’une des premières et se diriger vers les vaisseaux, sans jamais se retourner. Petit à petit les duo se composèrent et la tueuse posa les yeux sur Jim Wilson. Elle croisa son regard et décida ainsi de monter avec lui, il piloterait et elle pourrait s’occuper de tirer sur les vaisseaux ennemis. Une fois dans le vaisseau, la belle se rendit compte à quel point pour une fois, sa vie était réellement entre les mains d’un homme qu’elle connaissait à peine. Fronçant les sourcils, Lola secoua légèrement la tête pour chasser cette idée de son esprit. Balançant son petit sac à dos à ses pieds, la tueuse ferma les sangles qui visiblement était là pour leur sécurité, franchement dans l’espace si le vaisseau est touché c’est la mort assuré, pas besoin de ceintures. A cet instant, Jim fit s’envoler le vaisseau et en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, ils étaient déjà loin du vaisseau mère. Une fois à bonne distance, la belle décida d’enclencher ses commandes pour activer tout le C4 qu’elle avait laissé derrière elle. Jim et les autres membres de l’équipe durent faire pareil puisqu’on pouvait voir de loin de fabuleuses explosions du vaisseau mère emportant le cadavre d’un faux dieu ainsi que celui d’un capitaine mort en héros comme beaucoup le rapporteraient certainement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.starwarsdestiny.net/
Jim Wilson
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 41

Arrivé au SGC : 17/01/2011

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 38 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
61/6800  (61/6800)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Jeu 21 Nov - 3:28

Une fois arrivé dans l'un des hangars du vaisseau, notre route croisa celle de l'autre équipa des Black Eagle. Cette rencontre manqua de tourner au désastre lorsque Lola et Almie, les deux êtres les plus instables qui soient, tombèrent nez à nez par surprise. Les réflexes prenant le pas sur la raison, les deux dégainèrent leurs armes et se braquèrent mutuellement. Heureusement pour tout le monde, chacun retena son coup au dernier moment et elle restèrent quelques secondes avant de daigner baisser leurs armes. A la tête qu'ils tiraient tous, ils avaient du affronter au moins la moitié des jaffas présents sur le bâtiment. Almie semblait la plus touchée. Les yeux injectés de sang et le corps tremblant, elle apparaissait comme épuisée, vidée. J'imaginais sans peine la fureur qu'elle avait dû déchainé sur nos ennemis pour se retrouver dans un tel état. Puis le Lieutenant Barber sortit d'un nuage de fumée, le visage masqué d'un bandana noir. Je posai Hagman près d'une baie vitrée à travers laquelle brillait la surface bleutée de la Terre. Le Capitaine était mal en point et je savais qu'il ne s'en sortirait pas. J'avais vu suffisamment de soldats mourir pour deviner qu'il préférerait rester ici et voir sa vie se terminer dans un baroud d'honneur des plus glorieux. Et justement, il dicta son dernier ordre : partir et le laisser sur place. Certains protestèrent comme Barber, d'autres l'acceptèrent. Quant à moi, je ne prononçai pas un mot. C'éait son désir de mourir sur le champ de bataille et je le comprenais parfaitement. De toute manière, les chances qu'il arrive sur Terre encore en vie étaient très minces. Je m'agenouillai près de lui et sortis un étui en inox que j'ouvris en le tendant à Hagman. Ce dernier prit le cigare à l'intérieur et l'alluma.


-Si je meurs un jour aux champs d'honneur, ma dernière volonté sera de fumer un bon cigare.


Sans un mot de plus, je me relevai et laissa derrière moi le Capitaine qui allait bientôt faire face à une horde de jaffas désespérés et enragés. Je fus l'un des derniers à rejoindre les chasseurs et Lola m'attendait déjà dans l'un d'eux. Elle s'était installée à l'arrière, à la place du co-pilote. La charge de piloter cet engin extra-terreste s'imposait à moi. C'était toujours mieux que de laisser une femme aux commandes. Je m'installai donc sur le siège du pilote et ce dernier fut tracté jusque dans l'appareil. Un rapide examen des commandes me mit face à la réalité : jamais je n'avais piloter un objet volant qu'il soit terrien ou autre. De plus les rares inscriptions sur le tableau de bord étaient toutes en langage alien. Je parvins au mois à mettre le doigt sur la commande d'allumage. C'était la seule qui était allumée. L'appareil commença à vibrer puis les entraves se relachèrent. Au final, le planeur se retrouvait en lévitation. Derrière, les jaffas commençait à se masser aux portes du hangar. Hagman tentait tant bien que mal de les retenir mais ils semblait se focaliser en priorité sur nous. Je voyais les tirs passer au-dessus du cockpit pour aller terminer leur course dans l'espace. Prenant en main les commandes, je mis les gaz et sortis du hangar à la suite du chasseur de Lang.

Soudain, alors que nous nous éloignions de la flotte Goa'uld, plusieurs brèches percèrent la coque de l'intérieur d'où jaillirent des geysers de feu.  Les C4 venaient d'être activés, menant le vaisseau-mère vers la ruine. Une mer de flamme envahit également le hangar, signe que Hagman venait de se transformer en bombe humaine avec les explosifs que je lui avais laissé. Mais nous étions trops près et le souffle de l'explosion nous rattrapa rapidement.

Plusieurs voyants se mirent à clignoter sur le tableau de bord et avant que je puisse en comprendre la signification, l'onde de choc percuta violemment l'appareil. Incapable de lutter, le planeur fut embarqué par le souffle et projeté droit vers la Terre. Heureusement, et par miracle, aucun débris n'heurta la coque mais j'avais perdu le contrôle. Et droit devant se dressait une deuxième flotte de vaisseau Goa'uld. Cependant, ils ne nous tiraient pas dessus -ce qui était déjà un bon point- et semblaient même être en position pour engager le combat avec l'armada de Sokar. Enfin, pour le moment j'avais autre chose à penser que de savoir qui étaient à bord de ces bâtiments. Le planeur était parti en vrille et j'avais toutes les peines du monde à le redresser. Le souffle avait également dispersé le groupe et j'avais perdu le contact avec le reste des Black Eagle. L'un des Hataks se rapprochait dangereusement tandis que j'essayais de stabiliser l'assiette. Je ne parvins qu'à dévier légèrement l'axe du planeur et évitai de justesse la collision. Mais ce ne fut pas assez puisque l'extrémité l'aile gauche laissa une belle rayure sur la coque.



-Et merde, j'ai rayé la peinture.


Cette « petite » frayeur passée. Je pus recouvrer mon sang-froid et réussis enfin à stabiliser l'appareil. Puis je mis le cap direction la Terre, et plus précisément les Etats-Unis. Piloter un planeur n'était pas si compliqué que ça. Les commandes étaient peu nombreuses et ça ressemblait pas mal à un jeu vidéo.


-Doit y avoir un sac en papier sous le siège si t'as besoin. Dis-je avec un air amusé.


Soudain, les voix des autres Black Eagle résonnèrent dans la radio. Apparemment Lang et Smith avaient subi des tirs, comme nous tous, mais l'un d'eux avait atteint les moteurs. Ils se trouvaient à ce moment au-dessus de l'océan Pacifique et avaient perdu le contrôle de leur planeur. La communication sur des reproches quant aux Goa'uld qui n'avaient pourtant simple de sièges éjectables.

Quelques minutes plus tard, alors que la surface des continents se firent plus précises, six F-302 nous rejoignirent accompagnés des autres planeurs. Ils avaient apparemment pris soin de nous regrouper et de nous escorter.



#Ici Rogue 2 à équipage du planeur. On va vous escorter jusqu'à la zone 51.#
#Bien reçu Rogue2, on vous suit.#


Je calais ma trajectoire et ma vitesse sur l'escadrille terrienne. L'atmosphère s'était maintenant apaisée et c'était la première fois que je pouvais souffler depuis l'alerte donnée au SGC plusieurs heures plus tôt. Je coupai la radio et lâchai à l'attention de Lola :


-J'ai vu ton regard quand on a laissé Hagman là-haut. C'était son choix et il a eu la chance de choisir sa mort. Chance que nous n'aurons peut-être pas. J'imagine que tu ne t'ai jamais retrouvée face à cette situation. C'était notre première mission avec lui mais il reste un frère et sa dernière volonté est sacrée.

Il ne nous fallu que quelques minutes pour arriver en vue de la zone 51. En réalité, il ne s'agissait que d'une étendue désertique avec rien de plus qu'une zone militaire, la base se trouvant en profondeur. Suivant les F-302, j'amorçais la descente vers une zone dégagée. Déjà, plusieurs jeep nous attendaient, prêtes à rejoindre la zone d'atterrissage. Mais même si j'avais réussis à amener la chasseur jusque là , il fallait maintenant le poser. C'est à ce moment qu'une voix résonna dans la radio


-Planeur numéro 3, vous êtes trop bas. Remontez. Remontez !


Mais je n'eus pas le temps de redresser l'appareil et l'aile droite heurta une des antenne, fracassant littéralement une parabole qui alla s'écraser quelques mètres plus bas. Finalement, le planeur ne se posa pas en douceur comme espérer. Je coupais les gaz et activai les rétro fusées ce qui freina brutalement l'appareil. Ce dernier termina sa course en glissant sur le sol, soulevant au passage un énorme nuage de poussières.


-Un jeu d'enfant.


Sortant une clope de mon paquet, je l'allumai et ouvris le cockpit pour rejoindre les autres membres de l'équipe.


Dernière édition par Jim Wilson le Sam 23 Nov - 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Ven 22 Nov - 21:05

Les Black Eagles, hormis Le Capitaine Hagman, s'étaient enfuis du vaisseau mère à bord des planeurs de la mort. Lola et Jim se mirent ensemble et leur vaisseau avait été le premier à partir. Dans les autres planeurs, on pouvait trouver Biggs avec Almie, Kaiger avec Mallory, Smith avec Lang et enfin, le Lieutenant Barber était seule dans son cockpit, le poste du tireur laissé vacant par le Capitaine resté sur place.
Mais leurs vies n'étaient pas saines et sauves. Alors qu'ils étaient entrés dans l'atmosphère et que le vaisseau de Sokar venait de subir une successions d'explosions internes menant à sa destruction totale, des planeurs de la mort pilotés par des jaffas avaient échappé à l'onde de choc de l'explosion et réussi à les poursuivre, se mettant à tirer vers les Black Eagles, traversant le ciel terrestre.
Au début, il y en avait juste trois. Trois planeurs qui posaient problème et allaient empêcher les Black Eagles de rentrer chez eux. Puis finalement, il n'en resta qu'un, les deux autres n'eurent pas l'opportunité de pénétrer dans l'atmosphère et furent détruits par des Ha'taks en orbite, sans savoir pourquoi exactement.
Le dernier planeur put malgré tout se glisser et poursuivre les terriens. Après plusieurs tentatives de tirs, il toucha dangereusement le vaisseau piloté par Smith.


« Merde ! Voilà pourquoi je déteste piloter ! »

Derrière, Anthony était impuissant et s'attendait à recevoir d'un instant à l'autre le tir fatal.
Celui-ci ne vint jamais. Au bout d'une minute à peine après son entrée dans l'atmosphère, le planeur goa'uld qui les poursuivait se désengagea et reprit de l'altitude, s'éclipsant vers l'orbite basse.


« Vous avez réussi à vous en débarrasser ? ? » Demanda Biggs par radio.

« Aucune idée. Il est partit d'un coup... Ils ont peut être enfin compris que Sokar était mort. » Répliqua Smith.

« Smith, Lang, ça va allez ? Je n'ai plus de contact visuel avec vous, ni sur mes écrans. » S'exclama le Lieutenant Barber.

« On a subi un tir. Nos moteurs sont touchés. »

Lang put aussi le constater, en regardant derrière lui, pour voir une épaisse fumée noire s'échapper de l'arrière du vaisseau.

« Vous allez pouvoir rejoindre Cheyenne Mountain ? » Demanda la voix inquiète de Barber.

Aux commandes du planeur endommagé, Léon Smith fit une moue et secoua doucement la tête de gauche à droite. Petit à petit, il perdait les commandes du vaisseau, qui perdait beaucoup d'altitudes. Et le pire, c'est qu'il n'y avait pas d'endroit pour atterrir d'urgence : ce qu'il y avait sous eux était une immense étendue d'eau à perte de vue.

« On va s'écraser dans l'océan... Sous-lieutenant Lang, c'est moi où ces putains de serpents n'ont pas prévu de siège éjectable ?! Vous parlez d'une technologie plus avancée, on est coincé et on ne peut rien faire... On est bloqué ! »

Des bruits similaires à des alarmes de danger retentissaient dans le planeur de Lang et Smith. Des symboles goa'ulds clignotaient aussi sur leurs écrans. Les terriens étaient piégés dans cette boîte close.

« Les commandes ne répondent plus. Lieutenant Barber, on va avoir besoin de... »

Smith fut incapable de finir sa phrase. Le vaisseau commença à piquer du nez et à tomber comme une pierre en chute libre. La vue de l'océan se rapprochant inéluctablement lui enleva les mots de la bouche. Il finit enfin par dire à Anthony.

« Accrochez-vous ! »

Et leur vaisseau se brisa à la surface, soulevant une houle d'eau de plusieurs mètres de haut dans son sillage.

[Suite et fin à la fin de ce post là : ici]

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Anthony Lang
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 2961

Arrivé au SGC : 20/02/2011

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
687/3200  (687/3200)

MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   Dim 1 Déc - 12:47

En tournant la tête, Anthony put contempler une partie de la destruction du vaisseau de Sokar… et cela faisait un bien fou! Voir ainsi la plus grande menace de la Terre réduite à néant juste à temps. La conscience du travail achevé. Un poids disparu. Il ne restait plus qu'à rentrer à la maison et ils pourraient tous savourer des vacances bien méritées.

"Smith, vous connaissez le chemin, c'est bon?" lança-t-il pour plaisanter."Ah merde, ils ont même pas un pack de bière en réserve là-dedans!"

Mais alors qu'ils s'éloignaient de l'explosion et que leur capteurs, perturbés par l'onde de choc, se remirent en marche, ils virent qu'ils étaient suivis par 3 planeurs.

"C'est pas vrai, on leur a pas dit que c'était fini?!". Soudain, un des planeurs disparut des radars, suivit d'un deuxième. Anthony tapota le radar, étonné de ces disparitions soudaines. En revanche, il en restait toujours un et celui là semblait avoir une préférence pour leurs planeur. Leon était crispé sur le pilotage, tentant d'éviter les tirs.
Un très violent choc fit alors trembler tout le vaisseau, la tête d'Anthony heurta le dossier et des voyants commencèrent à clignoter. Evidemment, pas moyen de savoir ce qu'ils signifiaient précisément, le manuel de traduction n'étant pas fourni. En tout cas, c'était mauvais signe…Pour compléter le tout, l'entrée dans l'atmosphère les secoua violemment. Mais ils purent aussi constater le départ du dernier planeur. Leur seul souci était donc maintenant de pouvoir se poser quelque part. Parallèlement, Smith était par radio avec les autres qui s'inquiétaient pour eux. Ils avaient de quoi: le moteur semblait touché, une épaisse fumée noir s'échappant de l'arrière et aucune terre en vue. Anthony ne savait même pas où ils étaient. Atlantique? Pacifique? Indien?
Tout ce qu'il voyait c'était du bleu, à perte de vue, et Smith qui lui annonça que les commandes ne répondaient plus… l'aventure risquait de s'achever là pour eux.

S'accrochant à son siège, Anthony dit à Smith d'une voix cripsée:
"Ravi d'avoir fait cette mission avec vous. Au moins la Terre est sauve…"

Et il ferma les yeux, ces dernières pensées allant à Julia. Il repensa à la première fois qu'il l'avait rencontré, à la salle de tir, leur exil forcé, là où ils s'étaient rapprochés, leur premier baiser, leur voyage à Munich… Un choc très violent coupa ses pensées, une douleur se répandit un bref instant puis il perdit conscience...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
----------------

----------------
----------------



MessageSujet: Re: La Voie écarlate [Intrigue 8]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Voie écarlate [Intrigue 8]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mission Stargate ::  :: ~ Galaxie ~ :: Voie Lactée-