Mission Stargate
Bonjour et bienvenue sur Mission Stargate, l'une des références des forums basés sur l'univers de la célèbre série Stargate SG-1 !

Inscrivez vous sans plus attendre en entrant un nom et prénom valides ! Créez ensuite la présentation de votre personnage (à l'aide de la fiche de présentation type) afin de commencer cette superbe aventure !

Délires, ambiance et émotions assurés sur Mission Stargate Wink
On vous attend !
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

๏ Le forum a 9 ans !! || Version 5.9 || Le Staff de Mission Stargate vous remercie de votre fidélité ! ๏


 

Partagez | 
 

 Humanité et expérience (Franz)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Franz Scorzi
----------------
avatar
----------------
Responsable de laboratoire
----------------


Nombre de messages : 1697

Arrivé au SGC : 30/05/2011

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
473/500  (473/500)

MessageSujet: Humanité et expérience (Franz)   Lun 14 Jan - 21:45

À la suite de la réunion avec le général j’avais écopé d’une mission spécial sur la planète P2Z-322, un si beau nom pour quelque chose de lointain et contenant une espèce proche des goa’uld de par leur patrimoine génétique. Et plus particulièrement pour leur mémoire génétique. Comme l’on voulait nous mettre à l’épreuve Alicia et moi on m’y avait envoyé tandis qu’elle était partie sur le site alpha pour une durée d’un mois, moi je ne partais qu’une petite semaine et m’imaginer un mois sans nouvelle de la jeune femme allait être extrêmement compliqué… Mais il faudrait faire avec, je n’avais pas le choix si je voulais garder mon boulot donc il fallait ce dire que cette mission nous permettrait de prouver à notre supérieur qu’on était capable de faire notre job sans hésiter un seul instant. Mais tout n’était pas noir dans cette mission, en effet je partais avec Max qui avait demandé à m’accompagner, pour m’assister dans mes recherches mais aussi prendre part à une mission sur une autre planète. Chose qui ne lui arrivait pas souvent, allez savoir pourquoi. Et c’est comme ça, qu’après une quarantaine de minute à me préparer et après avoir souhaité bonne chance à la femme qui j’aimais je suis partis sur une planète lointaine.

La traversé de la porte fut particulière, je ne savais pas trop pourquoi mais j’avais un drôle de pressentiment en arrivant sur cette planète baignant dans une atmosphère équatoriale avec de grand arbres et des petits ruisseaux partout se retrouvant dans une sorte de mangrove. En voyant cette scène j’avais l’impression de me retrouver en Amazonie, ça tombait bien je n’y avais encore jamais mis les pieds. En me retournant je pu voir Max et le reste de la petite équipe qui nous accompagnait avec du matériel, en tout et pour tout nous étions dix à faire le pas sur cette planète, huit scientifiques et deux militaires ce qui montait à vingt le nombre de membre du SGC sur cette planète.

Sans attendre nous nous mirent en route pour le camp qu’avait monté la première équipe du docteur Newman quelques temps avant notre arrivé et après que le site ait été sécurisé par une équipe du SGC. Les découvertes archéologiques avait été d’importance ici et le travail ne manquait pas pour un archéologue en mal de découverte et d’écriture de rapport. C’était ce qu’on m’avait dit juste avant mon départ et je ne savais pas trop comment le prendre…

Le camp était un petit ensemble d’une dizaine de tentes, d’assemblage de caisse diverses et de personne en plein travail dans des excavassions le tout entouré d’une petite rivière. L’endroit aurait pu sembler agréable sans la température écrasante et l’humidité ambiante qui habitait les lieux. Travailler dans ses conditions allait être compliqué et je devrais changer de tenue pour pouvoir réfléchir correctement sans me demander dans combien de temps j’allais mourir par manque d’eau… Mort somme toute atroce en plus. Alors qu’on se dirigeait vers le centre du camp un homme et une soldate vinrent à notre rencontre, il devait sans doute s’agir des responsables civils et militaires du camp. Et a voir la tête de la soldate elle me semblait avoir un air de Miles… Étrange…


«Professeur Scorzi je présume ? Vous et votre équipe venez nous aider sur les nouvelles excavations ? On vous attendez avec impatience, mais je suis bête, laissez-moi me présenter je suis le professeur Newman. Et voilà le Sergent Sechvenk. »

La jeune femme ne dit pas grand-chose, à peine fit elle un signe de tête… Cela devait lui faire vraiment chier de se retrouver ici, perdu avec des scientifiques, mais avait-elle seulement le choix ? .

« Je vais m’occuper des militaires, il est temps de leur expliquer comment cela marche ici, vous deux, avec moi. »

Et elle partit avec les deux soldats qui nous avait accompagné sur cette planète lointaine, décidément ce n’était pas quelqu’un de sympathique… Du moins c’était ce qu’elle laissait paraitre… Peut-être pour montrer que ce n’était pas seulement une femme comme les autres et qu’il ne fallait pas la prendre à la légère.

« Okay… Oui en effet c’est moi, et oui nous sommes venu pour cela, où pouvons-nous poser nos affaires avant d’aller plus loin dans le travail ? »

« Oui prenez les quatre qui sont là-bas, elles sont inoccupées et ont les a monté pour que vous soyez au frais. Il y a pas mal de truc à faire et comme la journée ne dure que quinze heures ici, donc si vous pouvez vous dépêchez ce serait parfait. »

Je le regardais et jetais un coup d’œil autour de moi, chacun avait entendu ce qui avait été dit et commençait déjà à se déplacer vers les tentes, seul max restait avec moi en attendant plus d’information, mais tout avait été dit.


« Ok, bon on va prendre place et ensuite vous allez nous expliquer ce que vous avez découvert pour qu’on puisse bosser tranquillement et récolter un maximum d’information sur ce que vous avez découvert. Allez viens max on y va. »

Entrainant le jeune homme vers une des tentes du camp je n’hésitais pas à regarder tout ce qu’il y avait à voir et à faire ici, car du travail il y en avait et peut être qu’une seule semaine ne suffirait pas à réaliser l’ensemble des prélèvements nécessaires à nos recherches ici. Mais l’important pour le moment était bien entendu de mettre en place notre bureau de fortune pour analyser nos découvertes. Déposant mes affaires au pied du lit de fortune je déposais mon matériel de recherche sur la table voisine, la chaleur était intense sous la tente aussi n’y restais je que le temps nécessaire pour l’installation de mes affaires.

Et c’est ainsi, alors que je me dirigeais vers la tente centrale pour rejoindre le docteur Newman sous une chaleur écrasante, que ma mission commença pour de bon. Que me réservait-elle ? Allez savoir….


-----------------------------------------------------------

Trois jours après notre arrivé nous étions toujours en plein travail, occupé tantôt dans les excavassions précédemment creusé tantôt dans le tertre que nous avions mis à nu la veille, en bref nous n’avions vraiment pas le temps de nous ennuyer. Quand bien même nous n’avions rien à faire, le sergent Sechvenk, Adria de son petit nom, nous poussait à faire je ne sais quels exercices physiques… Ok on devait se maintenir en pleine forme… Mais quand même. Mais à l’heure actuelle la jeune femme était calme et observait la beauté des lieux environnant le camp, il faisait nuit, le calme était tombé, et je devais être l’une des seules personnes encore réveillé à cette heure tardive. Je fis un petit passage par la « cantine » pour faire deux cafés grâce au générateur thermique qui avait été mis en place avant notre arrivé et les emmena à la jeune femme qui montait la garde tout en ayant un air franchement poétique. A quoi, ou à qui pouvait-elle bien penser ?

Arrivé à son niveau la jeune femme me regarda mais ne bougea pas forcement, prenant le café que je lui tendais elle m’interrogea du regard avant de m’interroger tout court.


« Qu’est-ce que vous faite encore debout à cette heure professeur ? N’y a il pas autre chose à faire ? »

« Voilà une question que je peux vous retourner sergent. Je sais bien que vous montez la garde, mais je vous ai observé depuis que nous sommes arrivés, et c’est toujours vous qui faite les gardes de nuits. »

Ma phrase sous-entendait la question, pourquoi est-ce toujours vous ? Mais je savais qu’elle avait compris car elle ne me répondit pas et retourna son regard vers le décor nous entourant, à priori elle ne voulait pas que je sache, pourquoi ? Allez savoir… Ne voulant pas la brusquer je ne dis rien et me consacra à ma tasse, mais tandis que je commençais à boire j’entendais des bruits bizarre en provenance des cieux, des bruits pas du tout rassurant pour nous. Je me levais un instant et scruta le ciel dans l’espérance d’y voir quelque chose mais je ne voyais rien. La jeune femme, qui semblait avoir entendu des bruits elle aussi, se leva et saisit son arme, mais alors que nous allions nous diriger vers le camp, l’enfer nous tomba littéralement sur le nez.

De nombreux vaisseaux passèrent en rase motte près du camp tout en le bombardant, dans la fureur de l’attaque l’ensemble des humains s’étaient réveillés et le sergent organisait déjà le repli vers la porte des étoiles. Nous n’y étions pas loin, cinq minute en courant tout au plus, mais sous le tir des vaisseaux jaffa ainsi que les guerriers eux même, cela allait être compliqué. Tandis que je courais pour mettre la main sur une arme pour me défendre et participer à l’évacuation du camp je vis débouler une trentaine de jaffa, ceux-ci devait arriver d’une téléportation. Ce qui était sur c’est qu’ils nous posaient un sacré problème ceux-ci.

J’étais au centre du camp, coincé avec un soldat derrière une barricade faite de caisse diverse à tirer sur tout ce qui bougeait tandis que les autres évacuaient les civils. Le problème c’est que nous n’étions que vingt, dont quatre ou cinq combattants tout au plus, et les pertes commençaient déjà à se faire sentir. Un des soldats protégeant l’avancé des civils s’était pris un tir et gisait à quelques pas de notre position, l’homme avait dû être tué sur le coup et nous ne pouvions déjà plus rien pour lui… Il fallait qu’on s’en sorte, se serait déjà pas mal…

Mais au plus le combat avançait au plus nous étions isolé, le soldat à mes côtés était jeune, et ce devait être sa première mission. Étant expérimenté je savais qu’un seule d’entre nous s’en sortirait, nous étions trop isolé maintenant. Les jaffa progressaient toujours et le sergent et le reste du groupe était à l’abri dans les sous-bois voire était déjà sur Terre. Alors d’une seule phrase j’envoyais le soldat rejoindre le reste du groupe, lui expliquant que je couvrirais d’ici et qu’ils allaient sans aucun devoir venir me chercher. Miles avait déjà été fait prisonnier, serait ce mon tour ?
Sans trop hésiter le soldat quitta la position, je me levais en même temps que lui pour le couvrir avec armes et grenades, et après cinq minutes de dur combat l’homme arriva à l’abri du sous-bois, expliquant ce que je lui avais dit au sergent, je les vis tout deux partir vers la porte. Je me retrouvais seul désormais. Voyant cela les jaffa se retrouvèrent revigorer et nombreux furent ceux à se diriger vers moi en courant, tout en me tirant dessus. En voyant cela je me préparais à me battre jusqu’à la mort, ils ne m’auraient pas vivant.

Le premier jaffa à arriver à mon niveau fut un barbu sans aucun charme, et à peine arriva il à mon niveau qu’il repartit en arrière avec un trou béant à la place du bas ventre, qu’un autre arriva, puis un autre, et un autre. Rapidement je trouvais submergé par une dizaine de guerrier, me battant jusqu’au bout, avec mes armes et mes lames je ne pus qu’observer le signe sur le front des soldats… C’était celui de Niirti, et qui sait ce qu’elle voulait… Et la dernière chose que je vis fut un grand jaffa avec une plaque en bronze ou en or je n’arrivais pas à le reconnaitre, me frappant avec son arme.


Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Humanité et expérience (Franz)   Dim 20 Jan - 0:00

Quand Franz Scorzi se réveilla, il sut tout de suite que s’il avait pu, dans de meilleurs circonstances, il aurait dormi bien plus longtemps et récupérer bien plus d’énergie. Qu’est-ce qui l’avait réveillé ? Ce n’était pas l’odeur, la saleté des lieux ou les mouvements de ses geôliers. Au contraire, l’endroit était plutôt propre pour une cellule. Il y faisait une bonne température. Une peau d’animal sauvage faisant office de couverture et un coussin rendait le sol un peu plus confortable. Ce qui l’avait réveillé était plutôt le faisceau lumineux qui pénétrait par une fenêtre. Le visage de Franz était dans la trajectoire de celui-ci et petit à petit, il avait écarquillé les yeux et repris ses esprits. A cela se conjuguait un mal de crâne suite au coup qu’il avait reçu.

Quand il se redressa, il fut accueilli par un jaffa qui ouvrit sa cellule, le prit par le bras et le tira vers une autre pièce. Il n’y avait aucun moyen de savoir où il se trouvait, sur quelle planète et dans quel lieu. Tout ce qu’il savait, c’était l’identité du goa’uld qui l’avait capturé. Des statues formaient comme une haie d’honneur dans les couloirs, la plupart d’entre elles adoptant des postures abstraites, composées d’une multitude de bras, telles des tentacules, et d’une trompe à la place du nez. Les regards de pierre étaient glaçant et hypnotisant, mais donnaient l’impression d’un sentiment de jugement.

Il fut emmené dans une pièce assez spacieuse. Les jaffas l’abandonnèrent au milieu et se mirent sur le côté. Franz n’avait aucune arme ni objet sur lui, juste ses vêtements de mission. A côté de lui, il put voir une installation semblable à la machine que son équipe avait découverte sur la planète de Svarog, celle qui avait servie à modifier le génome des pauvres esclaves prisonniers. Il fit la comparaison en se remémorant les photos qu’avait prises Helena avant que l’endroit n’explosa. Sauf que cette machine ci semblait bien plus moderne et perfectionnée. La texture était différentes, plus adoucie et design. Les couleurs faisaient la gloire au violet. En face de la machine se trouvait une console.
Et c’était à ces commandes que se trouvait Nirtii.


« Bienvenue, tau’ri. »

Sa voix était possédait un ton un peu moins grave que ses congénères, signe d’une touche de féminité dans cette créature divine. Sa mâchoire carrée et ses cheveux taillés au millimètre près, jusqu’au niveau de ses épaules, laissait présager un air autoritaire et soigné sur sa personnalité. Ses yeux brillèrent à cet instant précis.

« Quel est ton nom ? »

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Franz Scorzi
----------------
avatar
----------------
Responsable de laboratoire
----------------


Nombre de messages : 1697

Arrivé au SGC : 30/05/2011

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
473/500  (473/500)

MessageSujet: Re: Humanité et expérience (Franz)   Dim 20 Jan - 16:04

Dead Memories

Dans les profondeurs de l'âme,
L'ombre attend un instant d’inattention pour prendre le dessus....



L'endroit était tamisé, une petit chambre avec un lit, une table sans miroir et une fenêtre avec des barreaux de laquelle émanait une légère lumière. Cette lumière étant sans aucun doute la raison de mon réveil, je levais les yeux pour doucement analyser la situation dans laquelle je me trouvais et le constat fut affligeant. La pièce ne devait pas dépasser les dix mètres carrés et les murs étaient remplis d'inscription et de dessins en tout genre, ça et là on pouvait voir des écrits traitant des goa'ulds, des barres comptabilisant les jours, les mois ou les années. Ce lieu était effrayant, mais quand j'essayais de me lever je me rendis compte que je portais une camisole de force. Que se passait il ici ?! Mais je n’eus pas le temps d'y réfléchir car je vis entrer un homme en longue bure blanche portant une petite carte accrochée à sa veste. Il me regardait avec tristesse et tenait un calepin dans les mains et semblait y noter quelque chose.

Et bien et bien Franz, on a bien dormis ?

Que se passait il ici bordel ! Tout se bousculait dans ma tête, étais je en train de devenir fou ?!

Mais qu'est ce qu'il se passe ici bon sang ?! Et qu'est ce que je fais ici, putain j'étais en train de combattre les Goa'ulds et je me retrouve enchainé ?

L'homme secoua la tête tristement avant de continuer de me parler...

Voyons Franz, nous en avons déjà parler la semaine dernière, les Goa'ulds ne sont pas méchant, ils ne veulent pas nous tuer. Ils nous ont aidé à aller de l'avant avant que nous ne nous détruisions. Alors pourquoi croyez vous qu'ils veulent vous tuer...

Comment ?! Les Goa'ulds des bienfaiteurs ? Mais que se passait il ici ? C'est pas possible cela devait être forcement une entourloupe de leur part, ils me préparaient quelque chose, c'est pas possible!

Impossible ! Nos forces combattent les goa'ulds depuis des années car ceux ci veulent nous tuer et nous réduire en esclavage! Que me racontez vous sale traitre!!!

J'essayais de bouger mais il m'était impossible de faire quoi que ce soit car j'étais littéralement attaché au lit, l'homme appela des gardes pour me calmer et l'un d'entre eux m'injecta je ne sais quel produit pour m'anesthésier. Là, et alors que je tentais de me libérer, je me sentis sombrer petit à petit. Puis, quand je fut totalement amorphe, ils me mirent dans une chaise roulante et me firent faire un tour. Là je pouvais reconnaitre chacune des personnes présentes autour de moi, le Général portais lui aussi une camisole mais semblait se frapper la tête doucement contre un mur. Miles dessinait des plans de bataille sur un tableau avec un faux air de napoléons. Mais que pouvait il bien se passer ici bordel de merde !!! A un moment on passa devant une porte, et une jeune femme blonde se tenais dans l'embrasure de la porte, je n'arrivais pas à reconnaitre son visage, mais la jeune femme qui se trouvait à ses côtés fut tout à fait reconnaissable puisqu'il s’agissait du Dr Eiden. Elle semblait discuter avec cette jeune femme, mais je n'arrivais pas à comprendre ce qu'elles disaient... Je ne comprenais pas ce qu'il se passait ici, pourquoi est ce que tout les membres du SGC se trouvaient ici et pourquoi est ce qu'ils se trouvaient dans cet état!!!!

Mais tandis que je cherchais à comprendre, on me fit passer une porte d'où émanait un très forte lumière.






Le soleil me réveilla, et tandis que j'émergeais je me rendis compte que la pièce dans laquelle je me trouvais était plus une cellule qu'autre chose, un rayons de soleil m'avait réveillé et maintenant je me demandais ce qu'il avait bien pu se passer dans ce cauchemars. J'avais tellement l’impression que tout cette folie était réelle, pourquoi est ce la première fois que je rêvasse de cela ? Les vieux démons étaient ils de nouveau de retour ? J’espérais bien que non.... Mais tandis que je me réveillais doucement un jaffa me tira de ma torpeur en me tirant par le bras et en me faisant traverser plusieurs pièces. L'architecture était celle des goa'ulds mais je devais avouer qu'à ce moment là je n'avais pas trop l'envie, ni l'intension de m'attarder sur les détails de ce qui m'entourait.

Le guerrier me mena dans une large pièce où se trouvait de nombreuses autres personnes, des jaffas pour la plupart mais aussi des serveurs et enfin une femme, droite comme un i en face d'une machine qui me faisait tendrement penser à une machine déjà vu lors d'une mission précédente où la jeune Helena avait tirée quelques clichés fort pratique pour notre analyse des expériences de la vile Niirti... Mais je savais aussi que le lieutenant Finch avait disparu dans les mêmes conditions que moi.. Que lui avait elle fait ? Pour l'instant, et alors que j'étais encore dérouté par mes cauchemars, j'avançais toujours vers le centre de la pièce à l'aide de mon geôliers. Rapidement la créature me lâcha et je me retrouva seul au milieu d'une ordre de jaffa m'observant sous toutes mes coutures, combien aurais je voulu les voir morts... Mais c'était moi qui était dans une position délicate... Pas impossible à renverser mais très improbable à retourner...

La créature, entourée de violet, me souhaita la bienvenue, comme c'était étrange. Puis elle me demanda mon nom, qu'est ce que cela peut bien lui faire ? Restant un instant muet j'embrassais la salle des yeux en me demandant si j'allais mourir ici. Ce n'était pas que cela me faisait peur, j'étais préparé depuis longtemps maintenant, mais être loin de miens et penser que je ne les reverrais jamais me mis mal à l'aise. Mais quitte à partir, autant les pousser à bout avant. Non ?


C'est fort chouette à vous de m'inviter ici, mais en cas la prochaine fois, envoyez moi un mail se serrait fortement plus productif. Quand à mon nom, je ne vois pas en quoi cela vous regarde, mais autant que vous le sachiez puisqu'on va être forcer de côtoyer. Je m'appelle l'éponge, Bob l'éponge. Et vous ? N'est ce point Nirtii que vous nomes les esclaves qui vous servent de combattant ? Enfin combattant... Feu ma grand mère saurait être plus efficace que ces abrutis.

Mais que voulez vous, vous autres goa'uld et votre, comment dites vous déjà ? Divinité ? Vous devez être à court de personnel de qualité... Par notre faute si on vous bute aussi facilement des pauvres petit pigeons...


Je mis les mains dans le dos, peut être que ma petite tirade la ferait rire, ce qui était sûr c'est que cette créature n'aura rien de moi qu'elle n'aurait d'abord dû arracher de force... Code d'accès, plan de bataille, position des armes et tout autres informations resteraient en moi.. Avait elle seulement l'idée de ce que je pouvais être capable d'endurer... Je ne sais pas, mais je ne pouvais pas trop me douter de ce qu'elle pouvait être capable de me faire subir...

Autant vous le dire de suite, vous n'aurez rien de moi, et quoi que vous ayez en tête autant vous les foutres là où je pense. Sans animosité aucune n'est ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Humanité et expérience (Franz)   Sam 26 Jan - 13:57

Une déformation des pommettes et un étirement global des traits de son visage si lisse, prévoyait l’apparition d’un sourire. Un sourire diabolique et terrifiant de mauvaises ambitions. Nirtii laissa Franz parler et faire de l’humour, une forme d’esprit qu’elle connaissait peu. Elle ne le regarda pas, ou très peu, se contentant de faire bouger ses doigts sur l’écran de contrôle qui lui faisait face, mais que Scorzi ne pouvait pas voir. Quand ils en eurent terminés avec les présentations, elle s’avança de quelques pas, contournant la machine et laissant derrière elle sa robe lui emboîter le pas.

« Le dernier tau’ri à avoir été pris dans mes filets ne s’était pas montré aussi bavard… J’ai comme l’impression que je ne m’ennuierais pas, avec vous. Je ne connais pas votre nom, mais je le saurais bien assez tôt. »

Sa main lui caressa la tempe. Etrangement, Franz était libre de ses gestes et pouvait donc frapper la goa’uld. Mais le doute traversa son regard en voyant la troupe de jaffas qui l’entourait, et Nirtii perçu ce moment et recula, comme si elle avait compris l’idée qui émergeait de la tête de l’homme. Non pas qu’elle avait peur qu’il lui fasse du mal. Elle serait terriblement déçu s’il venait à mourir de la main de ses jaffas, en essayant vainement de lutter par la force pour s’échapper d’ici.

« Vous pensez que je vais vous torturer comme le ferait n’importe lequel de mes frères ? Vous vous trompez… Je vais vous aider à vous améliorer. A vous ouvrir les yeux sur la vérité… Vous pensez peut être qu’en éliminant Svarog, vous avez aidé la galaxie ? En détruisant Râ ? Apophis ? » Son rire glaça les jaffas présents dans la pièce tellement celui-ci semblait diabolique mais sensuel à la fois.

« J’aime votre force de caractère, bien que celle-ci soit basée sur de mauvais jugements et une foi occultée par l’égocentrisme que fait preuve votre peuple. » Elle commença à faire le tour de lui, le regard perdu devant elle, sa démarche lente et pleine de grâce.

« Depuis que la Tau'ri à décidé de voyager parmi les étoiles, jamais les hommes n’ont connu autant de souffrance et de malheur… La voilà la vérité sur vos actes. En déclarant la guerre aux miens, vous avez versé plus de sang que n’importe quel autre… Vous pensez avoir rendu service en libérant le peuple d'Abydos du joug de Râ ? Allé donc leur demander maintenant s'ils sont heureux... J'ai entendu parler de l'action d'Anubis. Croyez-moi, si vous n'aviez pas tué ce vieux Râ, le peuple d'Abydos n'aurait pas été décimé... Et vous pensez vraiment vous battre pour une cause juste, c’est bien ça ? Quel manque de largesse d’esprit… C’est une illusion cruelle qui guide votre peuple, je le crains. Il est dommage d’utiliser un tel potentiel pour répandre un cauchemar qui touche les hommes, dans le but d’y réaliser un rêve inconcevable… Vous ne pouvez remettre en cause l’équilibre de la vie dans cette galaxie. Vous avez déclenché des guerres qui déchirent actuellement des millions de mondes. La vérité, c'est que vous avez sacrifié plus de vies humaines que n'importe lequel d'entre nous. »

Sa voix ne tremblait pas, ne doutait pas et ne faisait ressortir aucune émotion. Elle était sérieuse, persuadée de ce qu’elle disait comme si elle en détenait des preuves irréversibles. Comme si elle était une spectatrice éloignée qui observait la guerre sans être touchée personnellement par tout ça. Mais cela avait changé dorénavant… Les tau’ris avaient mis le nez dans ses affaires et il risqueraient là de réveiller un démon bien différent des autres, tel qu’ils n’en ont encore jamais vu et combattu…


_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Franz Scorzi
----------------
avatar
----------------
Responsable de laboratoire
----------------


Nombre de messages : 1697

Arrivé au SGC : 30/05/2011

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
473/500  (473/500)

MessageSujet: Re: Humanité et expérience (Franz)   Sam 2 Fév - 15:04

Le ou la seigneur Goa'uld, à la vérité je ne savais pas s'il y avait un sexe autre que celui de l'hôte dans lequel l'infâme vers séjournait, se trouvait non loin de moi, et alors qu'elle se rapprochait un peu plus elle me parla d'un de ses prisonniers. Cherchant dans mes souvenirs ce fut le visage du lieutenant qui apparaissait, ainsi donc il avait bel et bien été capturé par le lézard... En fait je n'en avait pas du douté, mais je craignais cette réalité, il avait été capturé par une créature n'ayant pas l'humanité dans son coeur et va savoir ce qu'elle avait bien pu lui faire subir... Ce qu'elle allait bien pouvoir me faire subir...

Tout en continuant de blablater sans le moindre intérêt elle me toucha la tempe de ses doigts froid et sans vie. Je savais bien que j'aurais pu lui en mettre une bonne, mais est ce que cela aurait apporté quelque chose ? A part me défouler un bon coup je ne vois pas du tout. Elle recula, dans un moment de doute s'était elle demandé si j'oserais la frapper ? Car s'il y avait bien une chose que devait détester les lézards c'était qu'un "simple mortel" ne les touche.... Laissez moi cinq minutes avec elle et je peux vous assurer que je vous ferez redécouvrir le pâté en croute de serpent ! Mais malheureusement ce n'était pas possible tant que l'ensemble de son armée se trouvait là...

Je l'écoutais parler et au plus elle s'enfonçait dans ses explications au plus je me posais des questions, mais pas forcement de bonne question... Était elle seulement saine d'esprit ou était ce le fait de squatter un corps humain qui la rendait aussi stupide ? Me rendre meilleur ? M'améliorer ? Rien qu'à l'écouter me revenait à l'esprit les travaux fous des Nazis, eux aussi avaient essayer d'améliorer la race humaine pour en faire une race de guerrier... Elle me donnait la nausée cette bonne femme. Mettant les mains dans les poches en prenant un air ahuris devant les âneries que disait la goa'uld je ne pu retenir un petit rire quand elle me parla d'ouvrir les yeux sur la réalité...


" Ho bha tien ça me ferais une belle jambe que vous m'améliorez... Faut dire que je n'attendais que cela, dieu que j'ai été bête pendant tout ce temps... Dire que j'avais qu'à venir ici pour vous serez la pince et enfin découvrir la vérité...."

Elle continua à me parler de ses convictions, de sa façon de voir la galaxie, et au plus je l'écoutais au plus je commençais à me dire que jamais, au grand jamais, nous ne pourrions trouver une solution politique à la guerre qui nous opposait. Rien de ce que nous pourrions faire ne saurait les convaincre d'arrêter leurs folies destructrices... Nous n'avions plus d'autre choix que la solution militaire, armes et sang allaient devoir faire leurs preuves dans cette galaxie décimée par la folie d'une seule race ... Alors comme cela ce serrait nous qui avions déclaré la guerre à son peuple ? Nous qui décimions des peuples entiers pour faire des expériences ? Nous qui détruisons des planètes entières pour satisfaire je ne sais quelle folie personnelle ? Si je me lançais là dedans je savais que j'allais perdre le peu de sang froid qu'il me restait... Mais de toute façons qu'avais je de plus à perdre ? RIen...

Ben voyons. Donc si je vous suis bien, vous êtes de gentille personne, ô combien sympathique qui travaille pour la paix dans la galaxie, l'amour entre les peuples, les échanges commerciaux équitable voire écologiquement responsable ? C'est bien cela ?

Vous foutez pas de ma gueule, vous et tous vos frangins et frangines vers de terre à peine honorable pour vivre dans le marécage le plus profond du bayou n'êtes rien d'autre que des parasites. Vous avez beau dire ce que vous voulez, la guerre c'est vous qui l'avez entretenu. Mon peuple est là pour une simple et bonne raison, si nous vous faisions la guerre c'est toujours pour cette unique raison, mieux vaut mourir debout que vivre à genoux. Vous n'avez pas idée de ce à quoi vous vous attaquez.

Mon peuple s'est forgé dans plus de deux milles années de guerre depuis que vous êtes partis, depuis qu'on vous à foutu à la porte de chez nous. Et vous pensez qu'on va s'arrêter en si bon chemin ? Les possibilités qu'entraine la porte et les technologies que nous mettons au point pour notre peuple sont sans commune mesure avec tout ce que nous avions rencontrer depuis des centaines d'années. Et vous pensez que pour vos beaux yeux on va s'arrêter là ? Mon dieu mais faut aller consulter ma pauvre dame...


Je pris un petit instant pour respirer et me calmer, cela ne servait à rien de me mettre en colère...

Faite ce que vous avez à faire, mais priez que je ne m'en sorte pas vivant... Car dans le cas contraire je me ferais un plaisir de vous mettre une balle entre les deux yeux. Et ça, c'est n'est pas une menace en l'air, c'est un fait.

Et elle n'imaginait pas à quel point je faisais tout ce que je disais...Mais en y réfléchissant bien, quelles étaient les chances que je m'en sorte en vie ?
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Humanité et expérience (Franz)   Jeu 7 Fév - 23:40

La réaction qu’elle avait provoquée chez son prisonnier semblait l’avoir amuser. Elle le laissa parler, un petit sourire déformant ses traits trop lisses. Elle continua de faire le tour de lui en le scrutant, avant de retourner vers le panneau de commande de sa machine génétique. Cela était assez étrange. Rare étaient les goa’ulds qui se laissaient insulter de la sorte, surtout devant une audience qui n’était autre que la garde rapprochée de jaffas aguerris. Mais Nirtii n’était pas le genre de déesse comme les autres… Là où ses frères et ses sœurs s’énervaient, elle analysait. Là où ils mettaient en place des tactiques de combat, elle complotait diverses fourberies. Là où certains aimaient les grandes manœuvres de guerre pour impressionner les étoiles, elle privilégiait le subterfuge et la tromperie, préférant créer le désordre dans le moral de l’ennemi. Et plus que tout… Plus que n’importe quel autre… Là où tous les goa’ulds misaient sur la puissance d’un jaffa pour remporter une bataille, Nirtii, elle, faisait le pari de créer génétiquement des guerriers plus puissants aux pouvoirs surhumains, pouvant renverser le cours d’une bataille… Et d’une guerre.

« La vérité est si cruelle à réaliser que vous vous emportez contre moi. Je n’ai pas dis que nous étions porteur de paix. Nous sommes dans un système féodal où le peuple humain est dominé par les goa’ulds. Cela est la loi de la nature, du plus fort… Si un chien mord son maître, allez-vous le laisser sans le réprimander ? C’est pareil pour nous… L’Homme est à sa place dans cette galaxie. Il est dangereux de vouloir changer l’ordre naturel des choses… Et c’est ce que votre peuple a fait. » Dit-elle en commençant à tourner quelques objets sur son écran de contrôle.

« Depuis, la galaxie ne cesse d’être secouée par les pertes des plus grands et par l’arrogance et l’irresponsabilité dont vous faites preuve... Vous insinuez que votre planète se développe technologiquement ? Qu’elle se battra jusqu’au bout ? C’est une information qui devrait plaire à certains de mes frères… Jusqu’à maintenant, jamais une attaque d’envergure n’a été lancée contre la Tau’ri. Votre témoignage les convaincra d’agir rapidement. »

Elle annonça tout cela d’un air détaché, très concentrée sur ce qu’elle faisait. Elle actionna ensuite un bouton qui fit apparaître une lueur violette tout autour de Franz Scorzi, suivi de brins d’ADN tournoyant autour de l’homme dans des couleurs différentes. Nirtii observa tout cela avec beaucoup d’attention, n’accordant peu de crédit aux réponses qu’on lui formulait.

« Vous avez des caractéristiques différentes et plus passionnantes comparées aux sujets de la Citée Céleste… Ou devrais-je dire dorénavant, la Citée funeste. » Elle esquissa un sourire à son propre humour et ajouta : « Comme cela avait été démontré avec numéro 184… Votre ami. A partir de maintenant, votre nom sera Numéro 185. J’espère que ce chiffre vous portera chance. »

Elle désactiva les fonctions de la machine et ordonna à ses jaffas de prendre Scorzi et de le ramener en cellule, un sourire diabolique aux lèvres.


_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Franz Scorzi
----------------
avatar
----------------
Responsable de laboratoire
----------------


Nombre de messages : 1697

Arrivé au SGC : 30/05/2011

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
473/500  (473/500)

MessageSujet: Re: Humanité et expérience (Franz)   Ven 8 Fév - 20:46

Je ne savais pas encore quoi penser de cette... Chose. Elle fonctionnait différemment des autres Grand maîtres.. En fait je ne savais pas trop quoi dire, j'avais beau avoir perdu mon sang froid. Expliquer ma façon de voir le monde et limite l'humilier devant ses hommes et malgré tout cela elle ne disait rien. Pas de coup, pas de cri rien d'autre. Elle continua de m'expliquer pourquoi est ce qu'elle pensait avoir raison, ce qu'elle comptait me faire et tout ce qui allait avec. Des chiens... Elle faisait la comparaison entre l'espèce humaine et des chiens.... Je crois bien que c'est à ce moment là que je ne pris pas au sérieux tout ce qu'elle me dit, je n'en avais que faire en fait. Perdre mon sang froid m'avait fait perdre en crédibilité et je devais dorénavant tenter de garder le dessus sur cette femme.

En y réfléchissant je savais que j'allais mourir, la question était de savoir si je pouvais l’empêcher de mener son plan à bien avant de trépasser, si je pouvais faire sauter cet engin. Il semblait être la création de la goa'uld, enfin création; c'est sans doute un bien grand mots pour un parasite. Mais elle continuait à s'acharner de me parler de la galaxie, de la perte des plus grands ou de notre arrogance. Notre arrogance, elle est bien bonne celle là tien. Pour un peu j'en aurais roulé sur le tapis si tapis il y avait. Mais une fois de plus je du me résoudre à voir la réalité en face.... Il n'y avait pas de tapis ou même de moquette sur cette putain de planète à la con ! Même en terme de décoration ils étaient mauvais ces tocards.


Ho bha vous pouvez leur dire de venir, faut dire qu'on se faisait un peu chier en ce moment. Et je dois avouer qu'une petite attaque de vers de terre dans le plus grand style Worms 3D me ferais doucement rigoler. Manquerait plus que vous vous mettiez à jouer de la cornemuse et à balancer des troncs et ce serait le pompons... Tien ça rime en plus.

Là j'étais juste en train de craquer, la fatigue et le fait de savoir la fin proche me mettais dans tout mes états, de toute façons je n'avais plus rien à perdre. Ma vie, au SGC et sur Terre avait prit fin dès l'instant où je me suis fait choper par ces tocards. Maintenant je devais assumer, me montrer fort et brave devant la mort ainsi que les sept portes des enfers. Mais si cerbère ressemblait à cela j'imaginais à peine le reste de la joyeuse troupe.


Elle me parla du lieutenant, mon ami 184 comme elle disait . En plus elle faisait de l'humour de merde. Devant cette note à la con je ne pu retenir des applaudissements associés à un regard plus que cynique. Si l'humour avait un césar elle n'aurait même pas eu le droit de s'approcher de la remise des prix. Mais ce qui m'avait un peu plus inquiété c'était bien la mise en place de son appareil, il fit scintiller autour de moi un cercle de couleur et l'on peu voir mon ADN s'afficher. C'était génant mais aussi très mauvais signe pour la suite car si elle s'amusait avec mes gènes j'étais foutu... Littéralement.

Mais au moins elle semblait contente, ou heureuse, de voir mes gènes, était elle à son gout ? Cela me fit froid dans le dos, mais elle confirma mes craintes avec un petit discours sur la soi-disant puissance de mon ADN avant de m'attribuer un numéro et de me renvoyer en cellule avec ses jaffas. Lorsque l'un d'eux tenta de m'attraper par l'épaule je ne me laissa pas faire en tentant de garder un peu de dignité. Jamais personne ne me forcera physiquement à aller où je ne veux pas. Jamais. Pointant un doigt inquisiteur vers Nirtii je terminais sur un air presque théâtrale.


Souviens toi de ce jour, car si je m'en sors vivant il n'y aura aucune caverne assez profonde pour m’empêcher de te mettre la main dessus. Et ce jour tu comprendra ce que signifie le mot Terreur.

Je ne fis aucun commentaire de plus et me retourna vers ma cellule, je ne me faisais aucune illusion. J'étais mort , mais moi vivant, jamais je ne cesserais de combattre et jamais je ne me laisserais faire.

Je ne suis pas un numéro... Disais je pour moi même, je gardais la tête droite et jamais je ne lâcherais des yeux mes tortionnaires, jamais ils ne trouveraient en moi un élément docile de leur plan à la con.
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Humanité et expérience (Franz)   Sam 23 Fév - 21:01

La sortie de Franz Scorzi avait presque fait rire Nirtii. Elle aimait voir ce genre d’élan de colère sur jouée de la part de ses prisonniers, cela lui confirmait qu’ils tenaient encore à leur misérable vie et cela était positif pour les expériences futures sur leur organisme. Ce candidat était vraiment prometteur mais avant de s’amuser avec lui, elle avait d’autres choses à régler…

« Vous parlez de terreur, Numéro 185. Mais moi, ce que je vois en vous, s’appelle de la détresse. »

Sur ce dernier échange, Scorzi fut ramené dans sa prison sous escorte rapprochée. Il n’y eut aucune violence, l’homme n’était pas stupide au point de risquer sa vie maintenant. Il devait calmer ses nerfs et réfléchir à une solution, trouver une porte de sortie, avant de passer dans la machine qui pourrait lui causer des dommages intérieurs irréversibles.
Il passa le restant de la journée seul et le soir, quelqu’un arriva pour lui distribuer son repas. Il s’agissait de trois personnes pauvrement mais lourdement vêtus. Leurs toges étaient salies, déchirées par endroit, inconfortable au toucher. De couleur marron, ils endossaient aussi de lourdes capuches, comme des curés, couvrant une grande partie de leur visage. Ils trainaient des pieds en marchant et leurs faibles mains portaient de quoi nourrir le tau’ri : plateau de nourriture, boisson, et un peu de matériel nécessaire à une hygiène raisonnable. Deux jaffas étaient postés près de l’entrée, à surveiller de loin la scène.
Les trois personnes, probablement des esclaves, arrivèrent à la cellule de Franz et ouvrirent la porte. Peut-être était-ce le moment de s’échapper ? On posa par terre le plateau et tout ce qu’on lui avait ramené, et quand l’idée traversa l’esprit de l’archéologue, quelque chose le frappa comme un coup de tonnerre qui déracinait un arbre, faisant fuir toute son adrénaline et la confiance qu’il pouvait encore avoir. En effet, l’un des trois esclaves avait relevé la tête, dévoilant ses traits. Celle-ci était déformée, avec des proportions étranges. Ses dents, sa bouche, son nez, son crâne étaient disproportionnés et non naturels. Mais ce qui le choqua le plus fut de voir la couleur rousse de ses cheveux et les yeux de l’homme. Un regard qu’il avait croisé y a pas si longtemps que ça…


« Bienvenue, Docteur Scorzi. » Déclara l’homme, qui était connu auparavant comme étant le Lieutenant David Finch. « J’espère que vous allez bien et qu’on vous traite correctement… »

Les deux hommes derrière Finch étaient inconnus du terrien, mais étaient tous deux aussi difformes physiquement. L’un avait une face brûlée et un œil plus gros que l’autre, le second possédait une mâchoire bien plus grande que la partie supérieure du crâne et ses cheveux semblaient se fondre à son crâne pour ne devenir qu’une masse de gélatine.

« Si je peux vous donner un conseil, docteur. Ne résistez pas… Cela ne ferait qu’empirer. »

Au fond de la pièce, les deux jaffas se levèrent sur la pointe des pieds pour essayer de voir qu’est-ce qui pouvait prendre autant de temps. Nirtii leur avait conseillé de ne pas laisser les esclaves trop longtemps en contact avec le prisonnier, juste le temps de lui faire réaliser ce qui l’attendait s’il venait à passer dans la machine…

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Franz Scorzi
----------------
avatar
----------------
Responsable de laboratoire
----------------


Nombre de messages : 1697

Arrivé au SGC : 30/05/2011

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
473/500  (473/500)

MessageSujet: Re: Humanité et expérience (Franz)   Dim 24 Fév - 20:31

Je retournais donc à la case départ, dans un dernier mot elle me parla de détresse, mais pouvait elle seulement comprendre ce que je ressentais à ce moment là ? Ce n'était pas de la terreur, et encore moins de la détresse... Tout au plus de la tristesse. Je ne savais pas comment décrire ce que je ressentais, étais-je résigné ? Sans aucun doute. Elle me renvoya donc à ma cellule, où je m'employa à tenter de trouver un moyen de sortir, mais je compris rapidement que je n'avais quasiment aucune chance, et quand bien même je sortais de là qu'allais je pouvoir faire après ? Perdu au milieu des jaffas et d'un lieu totalement inconnu? Non je devais réfléchir et trouver un moyen de faire quelque chose de pas trop mal avant de mourir. Voila, c'était dit. Elle ne m'aurait pas vivant, mais je devais trouver un moyen de me débarrasser de la machine qu'elle m'avait présenté, de la tuer elle et autant de jaffa que possible. J'avais peu de chance de réussir mais cela ne rendait la chose que plus attirante, je n'avais plus rien à perdre.

Je pris quand même un bon moment pour me reposer convenablement et en dormant je sombrais une nouvelle fois dans la profondeur de la tourmente.


------------------------------------------------------------------------

Au fond de ton coeur se cache l'ombre
Démoniaque elle fut
Démoniaque elle sera
Mais tu ne le sais pas encore.

Reveille toi mon pote ! Il faut qu'on bouge d'ici !

Je me réveillais doucement et vis en face de moi Otto qui me secouait, qu'est ce qu'il se passait. Que foutait il ici ? ! Mais je n'avais pas le temps de comprendre quoi que ce soit que j'entendais des explosions tout autour de moi. En observant le décors je pu voir que je portais mon uniforme allemand et que j'avais mes armes dans les mains. Autour de moi se trouvait l'ensemble de mon ancienne section ainsi que des soldats du SGC. Ici et là on pouvait voir Miles, Alicia et tellement d'autre. Ils semblaient tous combattre dans des tranchées et je me trouvais moi même dans un trou d'obus.



Bordel bouge toi Seigneur Anubis veut qu'on prenne cette forteresse rapidement avant que les troupes de Nirrti n'arrive ! Et le général nous surveille alors prend ton arme et fonce !

Il me mit debout et je me retrouvais donc en première ligne avec un ensemble de soldat à courir vers une place forte d'où partait des dizaines de tir. Mais que se passait il ? Etait ce encore la même chose que précédemment ? Était je encore dans un rêve ou était ce encore autre chose ? Que pouvais je faire pour le moment ? A part essayer de trouver quelques réponses dans ceci ? C'était carrément fou mais peut être trouverais je une solution à mon problème... Le parasite qui avait séjourné en moi m'avait il laisser un dernier petit cadeau ? Cadeau qui, sous la puissance de Niirti s'était réveillé ?

Courant vers ce qui semblait être le mur d'enceinte du fort je fis feu de mon arme et tua ce qui sembla être un jaffa, mais dans ma tête je commençai à entendre une toute petite voix qui me disait de fuir. Fuir aussi loin que possible. Et plus je montais plus la voix s’amplifiait, il y avait donc bien quelque chose là haut. Sautant au dessus d'un trou d'obus je me retourna pour voir un instant une armée me suivre et une tente richement décoré à l'arrière des lignes, qui pouvait bien se trouver la dedans ? Anubis ? Faut pas déconner j'ai l'esprit tout retourné moi !

Une fois en haut de la petite colline je pénétrais dans le camp fortifié et me dirigea vers ce qui semblait être un temple. Depuis quand on fabriquait des temples dans un camp de l'armée ? Mais après tout j'étais dans un rêve alors... J'aurais pas été étonné de voir débouler casimir avec un fusil automatique. Dans le doute j'attendis un petit instant, mais ne voyant plus rien, ni personne d'ailleurs je me remis en route... *étrange tout de même...*

Viens à nous mon frère.

Que se passait il ? Je pénétrais dans le temple et était sur mes gardes car je ne savais pas ce qui m'attendait en bas. La voix était celle de feu ma soeur, mais j'avais cru aussi entendre celle de Julia, celle d'Anthony, celle de Miles et d'Alicia. Ma tête était totalement perdu dans les brumes de je ne sais pas quel bistro miteux. En descendant l'escalier je cru voir des ombres devant moi, des gens en armes et grande tunique noire avec capuche. Comme ils se mirent à me tirer dessus je me jetais en bas de l'escalier devant une colonne et répliqua. Tous tombèrent au bout d'un petit moment mais tandis que je me rapprochais d'eux j'entendis une voix, ou tout du moins, un souffle.

Je te l'avais dis... Tu es un des nôtres... Il est maintenant temps que tu le comprenne. Je t'aurais aimé si jamais tu avais accepté son cadeau...

Je soulevais sa capuche et pu voir, au travers diverses modifications physiologique et le sang, le visage de blondie. Je venais de tuer la femme de ma vie. Lâchant son corps dans la marre de sang qui commençait à se former autour de son corps, je pu voir une forme sur un trône non loin de moi. La femme dessus était Niirti, elle ouvrait les bras et me parlais.

Devient mien Scorzi !

Je du me convaincre que ce n'était qu'un rêve mais le choc de Sa mort m'avait tellement mis à mal que je ne pu que me jeter dessus, couteau brandit, et en hurlant .

Jamais !!!!!!!!!!

Mais en arrivant sur elle, et alors que j'allais la frapper je pu voir son sourire.[/color]

Une fois de plus tu échoue. Pathétique.

Et alors que mon arme pénétrait son frêle corps je me réveillais enfin.

------------------------------------------------------------------------

En me levant je me retrouvais nez à nez avec un lieutenant Finch dans un état dramatiquement vomitif, mais n'ayant rien mangé depuis des heures et des heures je n'avais plus rien à régurgiter. Par respect pour ce qu'il fut je pris sur moi pour l'écouter, il était dans un état déplorable, semblable à ses deux compères dans son dos mais aussi ceux présent sur la planète qu'ils avaient tout deux explorés. Il m'expliqua que je ne devais pas résister, en écoutant cela je me suis levé et lui ai tourné le dos.

C'est Elle qui t'envoie n'est ce pas ? Je vois bien que ses gens nous regardent avec intérêt. Pas vrai les débilos !

Je me retourna et me rapprocha vivement de lui, il avait été quelqu'un de bien fut un temps, la douleur et la souffrance l'avaient il changé ?

Tu étais bon Finch, tu sais bien que jamais je ne me laisserais faire. Tu peux retourner la voir et lui dire qu'elle ne m'aura jamais. Elle n'obtiendra rien de moi qu'elle ne devra m'arracher avec les dents.

Qu'allais je devenir... Aurais je le temps de faire quelque chose avant d'y passer... Dieu que je l'espérais...
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Humanité et expérience (Franz)   Mar 26 Fév - 1:15

La remarque de Scorzi blessa le Lieutenant Finch au plus profond de lui, reculant comme s’il avait été touché de plein fouet. Il ne pensait pas recevoir une telle réaction de la part de son collègue. C’était comme s’il ne faisait plus parti des leurs, comme s’il n’était plus du SGC. Comme si son statut était passé de Terrien libre à esclave de faux Dieu, surtout après son passage dans la machine de Nirtii. Peut-être était-ce son apparence qui avait rendu Franz aussi agressif envers lui. Dans tous les cas, il ne pouvait rien pour lui.

« Je pensais que nous étions amis… Mais je vois que vous m’avez déjà tous oublié… Personne n’a essayé de venir à mon secours ? Personne ne s’est mis à ma recherche, n’est-ce pas ? J’ai été porté disparu dès la fin de la mission… Je ne suis plus rien pour vous. »

Franz répondit à ses propos mais la conversation ne dura pas longtemps car les jaffas en eurent assez de ce petit entretien privé et ordonnèrent aux trois esclaves, dont Finch, de sortir de la cellule. Ensuite, Franz Scorzi fut laissé seul toute la nuit avec son repas. Ses pensées allèrent vers sa bien-aimée, vers le Général O’Neill qui l’avait envoyé sur cette autre planète pour aller faire des fouilles archéologiques, et envers tous ses amis au SGC… Même les collègues qu’il appréciait le moins, il eut une pensée pour eux alors qu’il était persuadé qu’il allait mourir d’ici peu, dans la machine à Nirtii.

Le lendemain matin, le soleil ne s’était pas encore levé quand soudain, un jaffa à la peau noire, qu’il n’avait encore jamais vu, arriva dans la pièce. Il fit signe aux deux autres guerriers qu’il prenait le relais pour garder les prisonniers. Ils échangèrent quelques mots et les deux jaffas partirent, laissant le nouveau venu seul avec Scorzi. Celui-ci attendit quelques minutes avant de regarder à droite et à gauche, et de foncer vers la cellule du Tau’ri, sortant la clé pour ouvrir la grille avec un maximum de discrétion. Il fit signe à l’archéologue de parler en chuchotant.


« Une fois que je vous serez sorti d’ici, vous n’aurez que quelques minutes avant de rejoindre la porte des étoiles, au nord. Ne perdez pas à instant. Voici un communicateur, ceci pourra vous servir pour contacter votre base. » Dit-il en lui donnant l’objet et en libérant Franz de sa prison. Voyant l’interrogation de l’homme, il ajouta :

« Un Tok’ra ne laisse jamais un ami dans la difficulté, entre les mains de l’ennemi. Vite, il faut filer d’ici avant qu’on ne se fasse prendre tous les deux. »

Ils coururent discrètement dans les couloirs amenant à la sortie. Ils passèrent devant une pièce servant de dortoir pour les esclaves mais l’un d’eux était réveillé, debout au milieu des lits. Allait-il donner l’alarme comme quoi le prisonnier s’échappait ? Fallait-il l’éliminer pour le faire taire ? Sortant de la pénombre de la pièce, l’esclave en question n’était autre que le Lieutenant Finch. Ce dernier regarda Scorzi et le tok’ra qui se faisait passer pour un jaffa. Il comprit qu’ils étaient en train de fuir et à l’idée de pouvoir suivre Scorzi jusque sur Terre et pouvoir retourner chez lui, cela lui donnait des frissons, des larmes presque, pour le lieutenant qui ne pensait pu cela possible depuis sa captivité. Il murmura donc ces mots à l’encontre de Franz :

« S’il vous plait… Laissez-moi venir avec vous. Je vous en supplie… Ne me laissez pas. »

« Vite, il ne faut pas trainer ! » Alerta le jaffa qui regardait attentivement les alentours. « Prenez une décision, rapidement. »

« Je ne vous ralentirais pas. » Renchérit David Finch. « Ne me laissez pas mourir ici… »

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Franz Scorzi
----------------
avatar
----------------
Responsable de laboratoire
----------------


Nombre de messages : 1697

Arrivé au SGC : 30/05/2011

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
473/500  (473/500)

MessageSujet: Re: Humanité et expérience (Franz)   Mar 26 Fév - 23:14

Il m'avait bien semblé avoir été brutal avec le lieutenant, ce qu'il me disait me faisait du mal, je le savais qu'il m'en voudrait mais je ne pouvais tout simplement pas montrer le moindre signe de faiblesse devant les jaffas ou devant les autres esclaves. Néanmoins, et devant la peine qu'avait l'homme je ne pu me retenir de poser ma main sur son épaule avec un grand regard franc.

Nous vous avons chercher, moi même je vous ai chercher, il ne s'est pas passer un jour sans que nous tentions de faire quelque chose pour vous sortir de là. J'ai, avec les autres, chercher dans les livres, les rapports de mission et tout ce qui pouvait nous aider pour vous trouver. Mais Niirti était différente, pas la moindre information n'a filtré jusqu'à nous..

J'avais été sincère, je n'avais rien à lui cacher, il avait risquer sa vie avec bravoure et aujourd'hui il était dans la merde. Mais j'étais moi même dans cette merde. Je n'eu pas le temps d'entendre sa réponse car les jaffas nous séparèrent rapidement, peut être en avaient ils eu marre... Sans aucun doute même. Il était certainement tard mais je n'avais aucune envie de dormir, rien à faire je ne me laisserais pas tomber dans un nouveau rêve à la con. Alors j'ai pensé, j'ai réfléchis à ce que j'allais faire demain quand viendrait mon tour de pénétrer dans la superbe machine à Niirti. Qu'allais je pouvoir faire une fois transformer ? Me laisser faire ? Jamais. Me laisser tuer ? Jamais là aussi. Il me faudrait tout faire pour sortir de ce lieu, quitte à en crever j'allais faire tout ce que je pouvais pour rentrer. Et si je devais mourir qu'il en soit ainsi.

J'avais bien vécu, j'avais rencontrer des gens extraordinaires, dont beaucoup avait participer à ma remise sur pied à la suite de la mort de mes parents. Le général et ses ordres, sa séance de thérapie qui avait bien faillit me tuer mais aussi le soutien inconditionnel qu'il m'avait apporté avant ma réintégration. Julia et Anthony et leur conseil, leur présence et leur soutien dans les moments les plus sombres de mes journées. Miles et son humour, son sens du devoir et son état d'esprit à même le combat, je ne pouvait me passer d'aucun d'entre eux. Cara, qui même si je ne la connaissais que peu avait su porter à ma connaissance une façon de voir la vie que je n'avais nullement imaginé. Alek, le docteur Eiden et tant d'autre même cet enfoiré d'italien de colonel à la con. Dieu que je donnerais n'importe quoi pour me retrouver avec eux, à boire une bière au mess. Mais cela m'était impossible. Otto, Anita, Frank, Andrew, Solène et les autres , que je ne révérait jamais. Ils devaient se trouver dans leurs maisons, à discuter, à partager des moments et à vivre une vie qui m'était maintenant refusé. Jamais plus je ne pourrais subir les boutades d'Otto, plus jamais encore je ne verais Anita me harceler d'épouser Alicia... Après plusieurs mois de fiançailles.

Alicia.. Dire que cette petite blonde allait devoir supporter ce que j'avais fais, subir ce que je faisais, et ce qu'il me restait à faire. Dire qu'en quelques mots seulement elle avait su comprendre et apaiser la douleur qu'il y avait en moi, qu'importe les moment je savais que je pouvais toujours veiller sur elle. Quand je pense que je lui avais promis d'être toujours là pour elle, que jamais je ne la ferais souffrir une fois de plus... Etait elle au courant de ce qu'il m'était arrivé ? Quand je me suis fait prendre elle était partie depuis trois semaines, mais combien de temps avais-je passé ici ? Deux jours, une semaine ? Je n'avais aucun repère et cela me tuais petit à petit.

La nuit ne vint pas me prendre, et au petit matin, alors que j'avais réfléchis sans interruption à tout ce que jamais plus je ne ferais je vis un nouveau jaffa arriver et renvoyer les deux autres. Que se passait il ? Avais je un nouveau tortionnaire ? Mais le plus étrange c'était quand la créature vint vers moi et m'ouvrit la cage, me donna un communicateur et me proposa de partir. Je le regardais d'un air étrange, était ce un piège ? Peut être, mais avais je le choix ? Non. Alors je suis sortis et je l'ai suivis.


Je vous suis mon vieux, mais je dois avouer que je n'attendais pas à vous voir ici...Merci.

Alors qu'on se mit à traverser les couloirs de ce qui semblait être les locaux de Niirti nous arrivâmes dans un dortoir, dortoir où séjournait des esclaves. L'heure était encore matinale aussi beaucoup dormais. Néanmoins l'un d'entre eux était debout. En s'approchant de nous je pu constater qu'il s'agissait de Finch, qu'allait il faire ? Crier à la garde ? Mais je ne fut pas déçut par ce soldat, il voulait venir avec nous et je le comprenais. Mais arriverait il à suivre la cadence ? Il n'aurait pas le choix, il voulait rentrer, être soigné. Je ne pouvais pas le laisser ici, sinon je ne me pourrais plus jamais me regarder dans une glace. Jamais. On ne laisse personne derrière. Aussi quand le Tok'ra me demanda de choisir vite, j'étais déjà en train de répondre. Ayant posé ma main sur son épaule, je regardais Finch dans le blanc des yeux.

Tu te souviens ce qu'on nous apprenais le tout premier jour ? On ne laisse personne derrière, aussi, même si je dois te porter jusqu'à la porte tu viendra avec moi. Je te ramène à la maison Finch, il est hors de question de te laisser ici... On te trouvera un remède. Je te le promet.

Je ne savais pas si cela allait être possible ou si nous allions pouvoir partir d'ici, mais au moins j'avais pu lui dire ce que je ressentais. J'avais beaucoup réfléchis cette nuit, et lui en vouloir n'avais aucun sens... Il n'était pas coupable de ce qu'il avait subit. Aussi je me devais de l'aider du mieux que je pouvais. Quoi qu'il en coûte.
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Humanité et expérience (Franz)   Mer 27 Fév - 21:17

Du soulagement se lut dans les yeux du Lieutenant, qui se mit aussitôt à marcher en avant pour sortir d’ici, accompagné de Franz et du tok’ra. Le passage dans les couloirs vers la sortie fut rapide et sans embûche. Ils ne croisèrent pas Nirtii ni de gardes jaffas. Tout semblait croire que tout le monde dormait. Quand ils passèrent l’arche principale de la maison, Scorzi sentit à nouveau l’air frais et naturel lui caresser le visage. Ils s’éloignèrent tout trois de la bâtisse, qui ressemblait plus à une grande maison de vacance qu’à une véritable base armée comme il avait l’habitude de voir chez les goa’ulds.
Ils se mirent à courir dans une forêt quand un son de cor se fit entendre, vers le lieu qu’ils venaient de quitter. Quelqu’un s’était rendu compte de la fuite des prisonniers et les jaffas de Nirtii n’allaient pas perdre une seconde et foncer vers la porte des étoiles pour les empêcher de s’enfuir de cette planète. Etant donné que Finch était le plus lent des trois, fatigués par sa condition physique de courir sur une telle distance à un tel rythme, le tok’ra infiltré en tant que jaffa de Nirtii s’arrêta et attira l’attention de Scorzi.


« Continuez sans moi. Je vais faire une diversion pour vous permettre de vous échapper. On n’arrivera jamais à atteindre la porte tous ensemble avant les jaffas. »

Finch était épuisé et bien que la porte des étoiles n’était plus très loin, il était probable que le tok’ra disait vrai. Déjà, les sons d’alarme et de cris ennemis se faisaient entendre de plus en plus, se rapprochant de leur position.

« Je saurais me sortir de là ne vous inquiétez pas. Continuez sur cette route vous y arriverez bientôt… Allez courez ! »

Le tok’ra ne perdit pas un instant et fit demi-tour pour mettre en place sa diversion. Cela allait-il marcher ? Peu importe, il n’y avait plus une seconde à perdre à réfléchir. Franz aida Finch à se remettre sur pieds et ils se dépêchèrent de rejoindre la porte des étoiles. Ils aperçurent celle-ci dans une petite prairie, dominant le paysage de son imposant gabarit. Finch commençait à vraiment fatiguer et s’écroula au pied de l’escalier menant à l’orifice, tandis que Franz pouvait entrer les coordonnées de la Terre. Il avait toujours le communicateur en main, faisant office de libre-passage au SGC s’il ne voulait pas se prendre l’iris en pleine poire dès son arrivée.
Derrière eux, plus loin dans le cœur de la forêt, ils pouvaient entendre du mouvement. Les jaffas de Nirtii semblaient cependant avoir stoppé leur avancée, probablement gênés par la diversion du tok’ra. Mais ils n’entendirent aucun tir ni aucune explosion, juste des ordres goa’ulds criés à tout va.
Le soleil prenait son envol dans le ciel de cette planète, dans le dos Scorzi. Il émettait une pression chaleureuse sur lui, comme s’il voulait le pousser à prendre sa chance et à s’en aller de ce monde qui aurait très bien pu devenir sa dernière prison…

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Franz Scorzi
----------------
avatar
----------------
Responsable de laboratoire
----------------


Nombre de messages : 1697

Arrivé au SGC : 30/05/2011

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
473/500  (473/500)

MessageSujet: Re: Humanité et expérience (Franz)   Jeu 28 Fév - 14:57

Ce que je venais de lui dire lui avait fais sans aucun doute plaisir puisque je pu lire soulagement et quelque chose d'autre dans ses yeux. Je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus mais je compris qu'il en était heureux. Arriverait il néanmoins à sortir d'ici ? Peut importe, je le porterais s'il le fallait. Ce qui m'étonna par contre ce fut de ne trouver aucun jaffa autour de nous, personne. Etais-je encore en train de rêver ? Ou était ce un piège ? Non peut être pas. Et tandis que je mettais enfin un pas dehors je pu, l'espace d'un instant, croire que j'allais pouvoir m'en sortir grâce à ce Tok'ra. Et en observant l'installation derrière moi je fus quelque peut surpris de ne voir qu'une "simple" maison de campagne. Enfin un palais de campagne, elle n'était pas goa'uld pour rien. Mais rien, aucune installation militaire comme j'avais pu voir dans d'autre résidence Goa'uld. Aucune tourelle de défense, aucune patrouille. C'était presque trop facile.

Et sans en attendre d'avantage nous nous mirent à courir vers la porte des étoiles, mais au loin on entendant le son d'une corne, avaient ils vu que je m'étais enfuis ? Surement. Il nous fallait donc redoubler d'effort et aller plus vite, mais avec Finch nous n'avions que pu de chance de nous en sortir. Le tok'ra l'avait bien comprit et il se proposa de lui même d'aller ralentir les jaffas. Je ne savais pas quoi penser de cet action, nous laissait il dans l'espoir de ne pas se faire capturer ? Ou bien étais ce quelque chose d'autre ? L'alarme se faisait ressentir et je compris que nous n'avions plus un instant à perdre et quand le jaffa s'enfuit je pris Finch par l'épaule et le soutint tout en lui parlant et en avançant vers la sortie.


Quoi qu'il puisse se passer Finch, tu passera cette porte, tu en sais beaucoup plus sur Niirti et ses machines que moi. Donc, si les jaffas nous serrent de trop près je les ralentirait pour que tu puisse prévenir le général et les autres. Ok ? C'est pas négociable.

Quoi qu'aurait pu dire cet homme à ce moment précis, cela n'aurait strictement rien changé à ce que j'avais prévu de faire dans le cas où nous étions rattrapé, il devait s'en sortir, je lui devais bien cela après ce qu'il avait subis. Et moi même, je m'étais déjà préparé à y rester, alors qu'avais je de plus à perdre ? Seulement quelque chose à gagner, c'était tout bénéfice pour moi.

Après avoir couru aussi vite que possible nous nous sommes retrouvé dans une petite prairie dans laquelle se trouvait la porte, alors nous avons redoubler d'effort pour y arriver. La course ne fut pas sans effet pour FInch, sa condition avait été considérablement réduite et il n'était plus en mesure de faire quoi que ce soit. Alors une fois sur place il tomba au sol pour me permettre d'entrer les coordonnées de la Terre et enclencher le communicateur du SGC. Devais je avoir confiance en l'objet fourni par le Tok'ra ? Je ne savais pas mais on allait bientôt le savoir.

Attrapant Finch pour le porter sur l'épaule comme un sac de patate je souffris un instant devant le poids de l'homme. Il avait souffert, et alors que je me retournais un instant pour observer la planète que j'allais quittée et qui avait été ma prison je me permis un léger sourire. Pour le moment tout allait bien, FInch était sous ma responsabilité et j'allais peut être m'en sortir. Peut être que cette journée allait bien se finir finalement.


Prêt à rentrer ?

SGC ! Ici le Professeur Scorzi et le lieutenant Finch, préparez vous à nous recevoir avec une équipe médicale ! Ça urge !


Et sans attendre d'avantage je traversais la porte vers la sortie et la liberté.Après je ne savais pas combien de temps passer à espérer puis à se résigner. Aujourd'hui était un autre jour.
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Humanité et expérience (Franz)   Dim 3 Mar - 14:48


_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
----------------

----------------
----------------



MessageSujet: Re: Humanité et expérience (Franz)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Humanité et expérience (Franz)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mission Stargate ::  :: ~ Galaxie ~ :: Voie Lactée-