Mission Stargate
Bonjour et bienvenue sur Mission Stargate, l'une des références des forums basés sur l'univers de la célèbre série Stargate SG-1 !

Inscrivez vous sans plus attendre en entrant un nom et prénom valides ! Créez ensuite la présentation de votre personnage (à l'aide de la fiche de présentation type) afin de commencer cette superbe aventure !

Délires, ambiance et émotions assurés sur Mission Stargate Wink
On vous attend !
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

๏ Le forum a 9 ans !! || Version 5.9 || Le Staff de Mission Stargate vous remercie de votre fidélité ! ๏


 

Partagez | 
 

 Intrigue VII : Introduction et suite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Michael Anderson
----------------
avatar
----------------
Responsable des scientifiques
----------------


Nombre de messages : 981

Arrivé au SGC : 18/03/2009

Age du Joueur : 34


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
281/500  (281/500)

MessageSujet: Intrigue VII : Introduction et suite   Jeu 12 Juil - 1:15



Une femme d’une soixantaine d’années, les bras croisés et la bouche pincée me fustigeait du regard alors que je ramassais au sol la dizaine d’ouvrages qui avait dégringolé un mètre cinquante d’étagères. Les livres en retombant suggéraient une envolée de papillons un matin d’été. Mais la bibliothécaire ne partageait pas mon approche poétique de la chose, aussi je me confondis en excuse tout en remettant les ouvrages en ordre.

Au bout d’un moment, comprenant que je m’en sortais tout seul, la femme s’éloigna en maugréant tandis que je continuai mon difficile labeur qui consistait à remettre chaque précieux livre à sa place.

La Bibliothèque du Congrès est la bibliothèque la plus importante du monde en nombre de livres. Aussi je profitai de la demande d’Edgard Roover à me voir pour venir consulter le large catalogue de cet édifice culturel mondialement connu et reconnu. J’eus bientôt terminé mon rangement, aussi je saisis un livre sur le démotique (celui qui, retiré avait provoqué l’avalanche de ses congénères) et retournai à ma place, sous l’œil inquisiteur de la bibliothécaire.

Je repris mon carnet de note où j’avais fait un rapide croquis de l’objet sur lequel je travaillais. Il avait la forme d’une pyramide à degrés dont la base formait un carré de trente centimètres de coté et qui s’élevait à une trentaine de centimètres de hauteur. Chaque degré était couvert de lettres en goa’uld. Sur la base de cette pyramide il y avait marqué ce que j’avais déchiffré comme étant : « Le savoir des dieux. Si vous cherchez la fin du voyage alors soyez le bienvenu ». C’était tout ce que j’avais pu traduire. Tout le reste semblait n’être que du charabia, des bribes de mots et des semblants de phrases. Et cela ne paraissait jamais s’arrêter. Il suffisait de passer le galet d’une tablette goa’uld sur le dessus de l’objet pour que les inscriptions s’effacent et laissent leur place à des nouvelles aussi incompréhensibles que les précédentes. C’était à en perdre son goa’uld.

Plusieurs mois de travail acharné et je n’avais toujours pas trouvé de façon de déchiffrer cet artefact. Je l’avais comparé à toutes les langues découvertes sur terre et ailleurs dans l’univers et je n’avais rien trouvé de concluant. C’était comme si une langue avait été inventée dans le seul but de créer cet artefact. Si cela se passait de la même façon que pour la traduction du linéaire A (forme archaïque du grec ancien), le déchiffrement de ce dialecte pouvait durer un bon moment… voir prendre toute une vie sans aucune garantie de réussite.

J’étais en train de m’assoupir sur mon ouvrage traitant du démotique lorsqu’un bruit de papier froissé me fit sursauter. Un homme venait de s’installer en face de moi et était absorbé par la lecture du
Washington post. Je le décrirais comme ayant… les dernières phalanges des doigts boudinés… c’était alors tout ce que je voyais de l’homme, le reste de sa personne étant dissimulé de mon regard scrutateur par son journal. Au lieu et à la place de son visage, une grille de mots croisés vierge se tenait devant mes yeux.

Pas un seul « bonjour », ou « est-ce que cela vous dérange si je m’installe à cette table ?» en guise de politesse. J’étais passablement énervé. Le gens sont d’un sans gêne ! Je jetais un dernier regard courroucé à la grille de mots croisés et me replongeais dans ma traduction. Seulement il semblait que cette langue ne collait pas plus à mon texte que toutes les autres que j’avais déjà testées… Ah si seulement la traduction d’un texte obscur était aussi simple que de compléter une grille de mots croisés…

Je sursautais. Une idée lumineuse venait de me traverser l’esprit. Mais oui ! Cela ne pouvait n’être que ça !


- Polybe !

J’émis ce son malgré moi, sous le coup de l’excitation. Saisis par une impulsion provoquée par l’enthousiasme de ma découverte, j’arrachais la dernière page du journal qui se trouvait en face de mon visage. Je pliais la feuille en 4 et commençais à griffonner furieusement la grille de mots croisés.

Lorsque je relevai enfin les yeux, je tombai nez à nez avec un homme rougeaud, au visage rond défiguré par une moustache hirsute qui le faisait ressembler à s’y méprendre à un morse.


- Savez-vous qui je suis monsieur ?! Eructa-t’il, postillonnant profusément à chaque syllabe prononcée.

- Excusez-moi deux minutes, je vous promets que je vous le restitue promptement.

- Si vous vouliez les mots croisés, il suffisait de…

- Non ça ne marche pas… à moins que…

- Mais voulez-vous daigner m’écouter au moins ?

- « Si vous cherchez la fin du voyage alors soyez le bienvenu »

- Je vais appeler la sécurité si vous ne vous décidez pas à …

- Mais oui ! C’est ça ! Bon dieu c’est ça !

Un concert de « chuuuuuuuuut » me répondit alors que je venais de crier ces quelques mots. J’étreignis avec fougue mon voisin rubicond et je le laissai médusé, la bouche grande ouverte, alors que je partais en courant en direction de la sortie, l’ouvrage sur le démotique toujours à la main… cette erreur me fit perdre une demi-heure à expliquer aux gorilles du service de sécurité que je n’avais pas tenté de voler ce livre mais que mon excitation m’avait juste joué un mauvais tour. Lorsque je fus enfin relâché après avoir payé une sévère amende, je courus faire appel à un taxi. Il me conduisit à l’aéroport mais il était trop tard. J’avais raté mon avion de peu. Au vu de la découverte que je venais de faire, je n’en avais cure.

Une chose était certaine : O’Neill serait satisfait…




***




- Il s’agit de SG-8 mon général.

C’était la première bonne nouvelle de la journée. SG-8 était en retard de 12 heures sur le programme et O’Neill avait commencé à sérieusement s’inquiéter. Le stress de la perte d’une équipe il avait déjà connu ça récemment et il comptait bien faire en sorte que cela ne se réédite pas. La mission d’exploration de SG-8 ne comportait pourtant a priori aucun danger particulier… a priori… Mais O’Neill était habitué à ces missions jugées routinières qui tournaient pourtant trop souvent en eau de boudin.

- Ouvrez l’iris Walter et envoyez des hommes armés en salle d’embarquement.

Une dizaine d’hommes lourdement armés se postèrent en face de la porte avec une discipline militaire impressionnante qui faisait à chaque fois la fierté d’O’Neill en tant que commandant de ces troupes d’élite.

- Je reçois une communication radio monsieur.

- Passez-là.

« Ici le colonel Barns. N’ouvrez pas l’iris ! Je répète n’ouvrez pas l’iris ! »

- Fermez l’iris !

Deux éclairs lumineux franchirent le vortex et formèrent deux tâches noires sur le mur de la salle d’embarquement, face à la porte. Dans un bruit métallique l’iris se resserra. Le colonel, haletant et criant presque pour couvrir le bruit des tirs amis et ennemis, se fit entendre dans la salle de commande du SGC.

« Nous sommes sous le feu ennemi des guerriers Kull d’Anubis. Nous sommes trop loin de la porte pour pouvoir y accéder avant les Kulls. Le professeur Phillips a donné sa vie pour actionner la porte des étoiles mais nous devions vous prévenir. Il se trouve que cette planète est une des planètes du seigneur Goa’uld Thot. Anubis a remporté le combat ici, la prochaine étape est la planète où s’est réfugié Thot et toute son armée. Si Anubis s’empare de cette armée plus rien ne pourra l’arrêter. Le capitaine Sanders vous transmet en ce moment même les coordonnées de la planète où vous trouverez Thot… Capitaine attention ! Capitaine ! … »

Il y eut alors des grésillements, puis la communication radio reprit, au bout d’une dizaine de secondes.

« Ce fut un plaisir de servir sous vos ordres mon général. Dites à mon épouse que… »

Et la porte se referma. Le général s’appuya sur le bureau en face de lui et baissa la tête sous le poids de l’émotion poignante qu’il ressentait. Encore de bons éléments qui disparaissaient sous les coups des guerriers Kulls. Jamais il ne s’y habituerait. Il lui faudrait encore écrire quatre lettres à destinations des familles des victimes leur expliquant que leurs maris, amis ou frères étaient morts en héro, sans pouvoir leur en révéler davantage… Cela ne pouvait plus durer ainsi.

- Mon général ?

O’Neill ne répondit pas, il semblait perdu dans ses pensées, dans un état d’accablement intense.

- Mon général ?

- Oui Walter.

- Nous avons reçu les coordonnées avant que la porte ne se referme.

O’Neill hocha la tête. Il n’avait pas la force d’en dire plus. Puis il se ressaisit. A lui de faire en sorte que la mort de ces soldats n’ait pas été en vain. Il tourna alors les talons pour regagner son bureau et vaquer à de pénibles occupations. Mais contre toute attente, se tenait devant sa porte un jeune archéologue qu’il ne voyait que rarement dans cette partie là de la base… Le sourire qui illuminait son visage contrastait étrangement avec ce que ressentait O’Neill au même instant…



****




La salle de briefing était pleine à craquer. Le rétroprojecteur affichait un écran noir au bout de la salle et je tenais entre mes mains la précieuse télécommande qui ferait défiler mon diaporama, produit d’un dur labeur… que dis-je, d’une bataille de chaque instant entre l’homme et la machine. O’Neill salua chaque arrivant, puis quand toutes les chaises furent occupées, il prit la parole.

- Messieurs si nous sommes réunis ici c’est parce que le docteur Anderson a une annonce importante à faire.

Il me jeta un coup d’œil rapide, puis soupira à la pensée de ce qui allait inéluctablement arriver.

- Je lui laisse la parole pour qu’il vous explique tout ça… longuement… et de façon exhaustive….

J’avais fait promettre à O’Neill de ne pas m’interrompre pendant mon exposé. Après tout j’avais travaillé là-dessus depuis plusieurs mois, j’avais droit à mon heure de gloire… si une heure suffisait… Tous les regards étaient tournés en direction de ma personne ce qui n’était pas pour me déplaire. Certains montraient l’expectative, d’autres déjà, l’agacement.

- J’ai enfin réussi à décrypter une base de donnée goa’uld que nous avons découverte… lors d’une mission sur... euh… classée secret défense.

O’Neill se prit la tête entre ses mains. Il avait suffit d’une phrase et j’en avais déjà trop dit. Cela ne tromperait en aucun cas tous ceux qui avaient participés à la mission en Angleterre. Et les autres auraient de sérieux doutes concernant l’acquisition de cet artefact. En fait l’objet provenait du château d’un lord que nous avions cambriolé… Dire que j’avais volé l’artefact en question était hors de question. Je décidais donc de continuer comme si de rien n’était. Une pyramide à degrés, couverte d’inscriptions, apparut alors grâce au rétro-projecteur.

- Déchiffrer ceci m’a pris beaucoup de temps et je ne pourrai traduire qu’une petite quantité d’informations à la fois, mais cela en vaut largement le coup. Je vais vous expliquer comment je m’y suis pris. Partons d’une inscription qui aurait pu être sur l’objet.

J’appuyai sur la télécommande une fois de plus et une phrase s’afficha sur l’écran :




- Si on utilise l’alphabet goa’uld que voici :




- Cela nous donne : Ikaux cub dybas. Jusque là c’est simple, mais le souci vient du fait que cela ne veut strictement rien dire. J’ai tout essayé, le goa’uld, l’égyptien ancien, le hiératique, le démotique , les hiéroglyphe, le latin antique et médiévale, le cunéiforme, le grec, le phénicien…

O’Neill leva les yeux au ciel en une imploration muette à l’intention de notre créateur.

- Je pense que tout le monde a bien compris Anderson, continuez.

- J’en étais là de mes recherches, c'est-à-dire au point zéro lorsque je suis tombé par hasard sur une grille de mots croisés qui m’a fait me souvenir du carré de Polybe.

Je fis alors afficher une autre image à l’aide du rétroprojecteur :




- Ceci est le carré de Polybe. Il s'agit d'un code où chaque lettre de l'alphabet est remplacée par les coordonnées de sa position dans un carré. Par exemple la lettre A sera codée : 11. Ainsi le texte « Stargate » sera codé comme ceci :

Nouvelle image :

43 – 44 – 11 – 42 – 22 – 11 – 44 – 15

- Jusque là vous me suivez ? Ensuite si on prend un remplacement de lettres de l’alphabet par des chiffres tel que :

Les lignes de l’image suivante apparurent progressivement (cela m’avait pris une heure de travail acharné pour arriver à cet effet).

A : 1- 26 - 51
B : 2 - 27 - 52
C : 3 - 28 - 53
D : 4 - 29 - 54
E : 5 - 30 - 55
F : 6 - 31
G : 7 - 32
H : 8 - 33
I : 9 - 34
J : 10 - 35
K : 11 - 36
L : 12 - 37
M : 13 - 38
N : 14 - 39
O : 15 - 40
P : 16 - 41
Q : 17 - 42
R : 18 - 43
S : 19 - 44
T : 20 - 45
U : 21 - 46
V : 22 - 47
X : 23 - 48
Y : 24 - 49
Z : 25 - 50

- On obtient alors : RSKQVKSO pour « Stargate ». Trop de consonnes et pas assez de voyelles me direz-vous ? Que cela ne tienne, on va reprendre le code et supprimer les espaces : 4344114222114415. Avec cela on peut faire différents textes. L’un d’eux pourrait être :

D(4)i(34)p(41)a(1)d(4)v(22)u(21)n(14)p(41)e(5) = Dipad vunpe.

Certains regards paraissaient déjà complètement vides et beaucoup étaient passés à d’autres activités bien moins essentielles et intellectuellement infiniment moins stimulantes. C’était le cas d’O’Neill qui griffonnait sur une feuille blanche. J’avais décidé de ne pas me laisser distraire de mon travail. Je continuai.

- Une inscription en goa’uld sur le socle de l’objet a alors retenu mon attention. Nous savons que le carré de Polybe peut contenir un mot de passe. Par exemple, si le mot de passe est STARGATE, on commencera à remplir le carré avec les lettres de ce mot, puis on complètera le tableau avec les lettres inutilisées.
Hors l’inscription sur l’objet est : « Si vous cherchez la fin du voyage alors soyez le bienvenu ». Cette seule inscription permet de découvrir le mot de passe que nous cherchons ! « Si vous cherchez « la fin du voyage » alors soyez les bienvenus » : Hors « fin du voyage » en goa’uld se dit : Remoc. En sachant cela, voici le carré de Polybe que l’on obtient :





- A partir de là, la traduction coule de source. Il suffit de transformer le texte de la pyramide en chiffres, puis de se servir du carré de Polybe pour le transformer en lettres. C’est cette dernière étape qui prend le plus de temps car 111 par exemple peut se traduire par « aaa » ou « ka » ou encore « ak ». Par exemple si l’on prend la première phrase de l’objet, voici la méthode que je…

O’Neill qui avait abandonné son griffonnage, s’étant rendu compte qu’il n’aurait pas assez d’encre pour le terminer avant la fin de mon speech, m’interrompit grossièrement.

- Bravo Michael c’est épatant. Si on passait maintenant à ce qui nous intéresse vraiment, c'est-à-dire ce que vous avez déchiffré et non la manière dont vous l’avez déchiffré.

Quelques mots désagréables me vinrent à l’esprit pour signaler son mauvais comportement au général mais je ravalai ma diatribe et passai quelques dizaines d’images en cliquant frénétiquement sur la télécommande. J’entendis quelques soupirs de soulagement dans la salle et en réponse je fusillai mon assistance du regard. Un paragraphe en texte goa’uld s’afficha enfin devant les yeux de chacun.

- Ceci est le premier passage que j’ai déchiffré. Je crois que j’ai trouvé une solution pour nous débarrasser définitivement des guerriers Kulls.

Cette fois-ci un profond silence s’installa dans l’auditoire et tous furent désormais accrochés à mes lèvres. A croire qu’ils ne s’intéressaient pas au carré de Polybe…

- Voici ce que j’ai appris au cours de ma lecture. Le sarcophage goa’uld n’existait pas du temps des Unas, les premiers hôtes des Goa’ulds. Il a été inventé par un grand ingénieur goa’uld du nom d’Imhotep lorsque ces parasites sont arrivés sur terre et ont commencés à récupérer des Terriens pour les répartir dans la galaxie. Il s’est servi pour créer ce premier sarcophage d’un artefact que les Goa’ulds ont trouvé et qui semble provenir de la même technologie que celle de la porte des étoiles. Toujours selon l’inscription, Ra a dissimulé l’artefact sur Terre avant de s’en faire chasser pour que les autres Goa’ulds n’en bénéficient pas. Ainsi il obtenait l’avantage ultime pour conquérir toute la galaxie. Cela n’a pas servi à grand-chose vu que le procédé a vite été recopié par les grands-maîtres goa’ulds à la suite de guerres intestines, de traités fragiles et de trahisons diverses et variées notamment de la part d’Imhotep lui-même.

Maintenant parlons d’Imhotep. D’après les trouvailles archéologiques Terriennes, Imhotep fut un homme aux multiples talents. Vizir et architecte, on le dit également médecin et philosophe. Mais la suite devrait davantage vous intéresser. C’est lui qui a construit la première pyramide en Egypte et on parle de lui comme étant le fondateur de la médecine égyptienne. Ce n’est effectivement pas étonnant si c’est lui qui a inventé le sarcophage Goa’uld, aux propriétés curatives tout bonnement extraordinaires. Si on combine cette technologie aux premières pyramides qu’il a fait ériger pour les vaisseaux de ses congénères, ce Goa’uld est certainement celui qui a permis à cette race de parasites de dominer la galaxie. Même si je n’en suis pas encore certain, je crois d’ailleurs que cette base de données lui appartient. En effet si on étudie les…


L’audience semblait enfin résignée à écouter ma petite conférence. J’avais donc fort logiquement décidé de revenir à mon carré de Polybe dans un but d’édification qui ne serait pas superflu face à cette masse de militaires aux muscles durcis et aux neurones ramollis. Mais c’était sans compter sur le vigilant O’Neill. Il s’était une fois encore pris la tête entre ses deux mains et, changeant alors de méthode, se fit implorant.

- Anderson je vous en prie venaient-en aux faits !

La muflerie de ces militaires me laisserait toujours sans voix. Soupirant de frustration, je passai donc à la conclusion de mon exposé.

- L’artefact qui a été utilisé par les Goa’ulds pour créer leur sarcophage a pour nom ce que l’on pourrait traduire par « la fontaine de jouvence ». Après en avoir discuté avec les scientifiques du SGC, je suis presque certain que ses puissantes vertus curatives et régénératives pourraient permettre de créer une arme contre les guerriers Kulls. Ce n’est pas une certitude… mais je pense que cela vaut le coup d’essayer.
Il ne reste plus qu’à la dénicher… Toutes les grandes civilisations depuis les Egyptiens sont à sa recherche. Sans résultats. Mais je suis persuadé qu’elle se trouve toujours sur Terre. Ra n’aurait pas eu le temps, ni les moyens d’en faire autre chose.
Mon idée repose sur la théorie dont je vous ai déjà fait part. C'est-à-dire que Imhotep ait créé non seulement les premiers sarcophages goa’ulds et les premières pyramides égyptiennes, mais aussi la base de données sur laquelle je travaille. Nous ne savons pas où a été trouvé la base de donnée goa’uld, mais nous savons par contre quel monument est connu pour avoir été inventé par Imhotep : la pyramide à degrés de Saqqarah dans le but d’accueillir les premiers vaisseaux goa’ulds. Même si elle a déjà été fouillée par une armée d’archéologues et de pilleurs de tombes, je pense qu’avec notre expérience de la technologie goa’uld, nous pouvons tomber sur quelque chose d’intéressant.


- Très bien. Docteur Anderson vous ferez partie de cette mission. Le reste de l’équipe sera constituée de Mc Kay en sa qualité de scientifique, de Saegger, du sergent Lang et du major Sheppard qui mènera le groupe. Anderson veuillez annoncer votre autre théorie. Qu’on en finisse enfin avec ce briefing.

- Je vous l’ai déjà dit, Imhotep est l’inventeur de la pyramide à degrés. Mais il n’y a pas qu’en Egypte où l’on en trouve. Les civilisations précolombiennes ont elles aussi construites de telles pyramides.
Une seule a retenu mon attention et elle se trouve sur le site de Chichén Itzá au Mexique. Pourquoi me demanderez-vous ? L’orientation et la construction de la pyramide sont telles qu'au moment précis des équinoxes de printemps et d'automne, le soleil produit avec les arêtes de la pyramide une ombre portée qui fait croire au corps ondulé d'un serpent… Moi j’ai une autre théorie : c’est celle d’un goa’uld.


- Et j’ai trouvé que ça valait le coup d’y envoyer une équipe sous les ordres du capitaine Eversman. Scorzi sera l’archéologue du groupe, et Rizzoli s’occupera de l’aspect scientifique de la mission avec l’aide de Sorrens. Reynolds et Mallory, vous partez également à Chuchan machin.

- Chichen Itza.

- Oui voila. Sorrens m’a personnellement demandé à faire partie de la mission et j’ai accepté. Si vous y trouvez un quelconque artefact, l’aide technologique des Tok’ra vous sera utile. Pour finir, les Blacks Eagles, nous aurons besoin de vos compétences sur P7X365, la planète mère de Thot, pour capturer un guerrier Kull. Vous aurez besoin de renforts pour cette mission au vu de l’extrême difficulté de celle-ci et de l’absence d’Eversman qui, exceptionnellement ne fera pas partie des vôtres. Par conséquent Quaritch, Jonshon et Bentley vous accompagneront. Un médecin ne sera pas de trop non plus. Becker Johansen, assurera vos soins.
Votre mission sera de capturer un guerrier Kull pour qu’il serve de rat de laboratoire. Je ne vous y envoie pas pour gagner une guerre, seulement pour capturer une de ces saloperies. Une fois que c’est fait, vous revenez à la base illico quoiqu’en dise Thot.

Est-ce que quiconque à des questions à poser ?





[HRP]
L’intrigue de l’été démarre donc aujourd’hui et vous avez une semaine pour donner vos impressions concernant ce briefing.
Si vous avez la moindre question n’hésitez pas à nous contacter par MP.

Merci à Evans pour la bannière Wink

Bon RP à tous Wink


_________________





Dossier de Michael Anderson

«La capacité d'apprendre est un don ;
La faculté d'apprendre est un talent ;
La volonté d'apprendre est un choix.»


Frank Herbert


Dernière édition par Michael Anderson le Lun 20 Aoû - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-worldofart.actifforum.com
Josh Reynolds
----------------
avatar
----------------
Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 7724

Arrivé au SGC : 13/01/2009

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
645/3200  (645/3200)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Jeu 12 Juil - 3:13

Relativement énervé par l’attitude profondément irrespectueuse du type que je venais de croiser, je pris mon plateau d’un geste brusque sans me préoccuper des gens autour. Saisissant couverts et divers plats plus ou moins appétissants, je me fis finalement un menu relativement copieux sans pour autant avoir la moindre envie de le déguster. L’homme à qui j’avais parlé m’avait tout simplement coupé l’appétit, et seul le grignotage parviendrait certainement à bout de ma frustration. Seul à ma table je voulus vérifier que je n’étais pas en retard ; malheureusement, sans montre, je ne pouvais que compter sur les nombreux gargouillis de mon estomac. On avait, me semblait-il, largement dépassé midi ; il devait maintenant sans doute être bien plus de treize heures. Repensant d’ailleurs toujours à ce fameux civil qui se croyait tout permis, je me surpris à compter les grains de maïs au lieu de les manger. Quand je m’aperçus que je tournais autour depuis dix bonnes minutes je les avalai presque d’un coup, hésitant à jeter un œil aux tables autour de moi et où on aurait pu me prendre pour un cinglé. Supposant que personne n’avait rien remarqué, j’entamai ensuite mon steak en prêtant à peine attention à la jeune recrue qui prit place à côté de moi. En fait, même si j’étais moi-même relativement nouveau, je comptais sur mon grade pour dissuader tout inconnu de venir m’emmerder maintenant. Après tout, après cinq mois de missions scientifiques où ma présence n’était en fait absolument pas nécessaire – je soupçonnais le général de tester ma patience et ma résistance à la hiérarchie –, j’estimais pour une fois avoir droit lors de mon repas de perdre mon sang-froid. Toutefois, pour une raison que j’ignorais, je n’en fis rien et me contentai de maugréer dans mon coin ; j’aurais sans doute largement de quoi me défouler dans l’après-midi…

Ma dernière grappe de raisin avalée, je subtilisai un beignet à la framboise et une serviette avant de me rendre en salle de briefing. Quelques couloirs et ascenseur plus tard, je constatai en montant les dernières marches de l’escalier de la salle de contrôle que je n’étais pas si en retard que cela : d’après l’horloge j’avais en fait cinq minutes d’avance. Je saluai donc les quelques rares personnes présentes et pris place à un siège, posant en même temps ma serviette sur la table. Je levai la tête ; le général était toujours dans son bureau. Imaginant déjà que j’allais devoir attendre un moment avant que le briefing commence, je me déplaçai jusqu’à la cafetière et me remplis toute une tasse. Dans mon jour de bonté je servis aussi mes collègues présents et me réinstallai convenablement dans mon fauteuil, tapotant doucement sur la tasse le temps que le liquide refroidisse.

Perdu dans mes pensées, je vis soudainement arriver Matt du coin de l’œil. Lui désignant le siège à ma gauche, mes yeux se posèrent en fait sur le col de son uniforme, qui scintillait un peu trop à mon goût…


« Pas trop durs les six mois sur une planète hostile, à ce que je vois… »

Je n’étais en fait pas tant étonné par cette promotion que par la façon dont mon camarade s’était sorti de cette enquête ; d’après les rumeurs les entretiens avec l’agent Rasmussen avaient plutôt l’habitude de déboucher sur un renvoi que sur une récompense… En guise de félicitations je découpai en deux mon beignet – que je venais à peine de commencer – et lui collai une moitié dans sa main. Au moins, en partageant équitablement de mon plein gré, j’étais sûr qu’il ne viendrait pas picorer dans mon dessert…

« Tiens, au fait ! commençai-je la bouche pleine en repensant à mon embrouille de la journée. Tout à l’heure, au mess, je demande l’heure à quelqu’un avant de prendre mon plateau… Le type – notre âge, à peu près ma taille – s’arrête alors, un tas de papiers à la main. Il fait semblant de réfléchir deux secondes, et tout d’un coup il me sort un truc du genre ‘le soleil brille sur P3X-275 mais il fait nuit sur sa lune, alors maintenant bon courage’. Moi, évidemment, j’ai rien compris, mais le pire c’est qu’il s’est barré avant même que je réponde ! Résultat : je n’ai pas su l’heure et en plus j’ai perdu trois places dans la queue… »

Alors que je racontais ma passionnante anecdote à mon coéquipier de toujours, la salle s’était sans que je m’en aperçoive considérablement remplie. Il devait même y avoir tout le monde, car entre-temps le général O’Neill nous avait rejoint et celui qui allait nous faire le briefing trépignait déjà d’impatience. Ce fut alors que, la pile de documents en moins, je reconnus le sale type aux énigmes tordues !

« Tiens bah… c’est lui le type douteux ! »

Remplaçant mon habituel bonjour courtois par un regard noir, je repris mon grignotage sans faire le moindre effort pour faciliter l’entente du discours du scientifique. Néanmoins, malgré toute la mauvaise volonté dont je faisais preuve, je prêtais tout de même une oreille attentive à ce qu’il disait, sachant pertinemment que le nerf de la guerre était la parfaite connaissance de la mission et de tout ce qui y était associé. J’arrivais d’ailleurs à peu près à suivre, jusqu’à ce que fatalement j’arrive à la fin de mon beignet et que je m’aperçoive que Matt avait déjà récupéré ma tasse de café. Lui faisant discrètement un coup de pied, je constatai alors que contrairement à ce que je pensais le briefing était beaucoup, beaucoup, beaucoup plus compliqué que ce qu’il n’y paraissait au départ… Peu à peu sans m’en rendre j’écarquillais grand les yeux, et lorsque le professionnel des énigmes tordues se mit à supprimer les espaces de je-ne-savais-plus-trop-quoi, moi j’attrapai une feuille et entreprit de faire un pliage des plus saisissants. En quelques minutes j’aboutis à avion que je nommai P3X-Polybe grâce à un feutre noir, et finalement le lançai en l’air sans me préoccuper de l’assistance qui devait s’ennuyer au moins autant que moi.

« […] Nous savons que le carré de Polybe peut contenir un mot de passe. Par exemple, si le mot de passe est STARGATE… »

PAF ! Après maintes courbettes au-dessus de nos têtes, l’avion termina son vol d’essai dans la tête du scientifique tordu, qui en fait l’avait bien mérité. Agréablement distrait je reportai alors enfin mon attention sur ses explications, comme si de rien n’était, satisfait de ma vengeance personnelle. La suite devint d’ailleurs beaucoup de patience plus tard bien plus intéressante, et après avoir abordé l’Histoire de toutes les civilisations terriennes on en vint finalement à la composition des équipes et à ce que nous, militaires de la base, allions devoir faire. A l’annonce de mon nom pour la mission à Chichén Itzá je hochai la tête très respectueusement, mais intérieurement j’étais en fait très excité de refaire enfin une mission avec mon pote des Rangers. En plus, même si nous allions devoir garder à l’œil un alien, cela serait nous qui commanderions l’unité…
Cependant, même si je ne rechignais absolument pas à exécuter ces ordres, je ne pus m’empêcher à la fin du briefing de m’exprimer une fois le silence revenu :


« Que ceux qui n’ont rien compris lèvent la main bien haut ! incitai-je en levant moi-même la main, bien installé au fond de mon fauteuil – ce qui n’était pas le cas de tout le monde. Allez… bien haut ! Ne soyez pas timides ! »

Loin de moi l’idée de parasiter ce briefing passionnant, je voulais surtout bien mettre en valeur l’incapacité totale du scientifique à s’exprimer dans des termes clairs et précis. D’ailleurs, preuve que je n’avais pas l’intention de mettre des bâtons dans les roues à la hiérarchie, je n’attendis pas bien longtemps avant de poser une question parfaitement sérieuse.

« Tout ceci est bien joli docteur, mais je vous rappelle que Chichén Itzá et les pyramides d’Egypte sont des lieux touristiques très fréquentés… Qu’est-ce qu’on fait des civils si ça se passe mal ? On tire à travers comme s’ils n’étaient pas là ? »

En fait ma question ne sous-entendait qu’une seule chose : comment allait-on faire pour préserver tout le secret de ce Programme en menant des fouilles aussi précises ? Ce genre de sites archéologiques étaient réputés pour être truffés de pièges, et s'il s'agissait de pièges Goa'ulds on n'allait sans doute pas mettre longtemps avant de mettre toute la population au courant...

_________________


>> Fiche / Dossier
>> #771215


Anciennement Evans Dablord : Fiche / Dossier


Dernière édition par Josh Reynolds le Jeu 12 Juil - 12:56, édité 1 fois (Raison : J'ai maladroitement un peu vieilli Anderson xD)
Revenir en haut Aller en bas
Franz Scorzi
----------------
avatar
----------------
Responsable de laboratoire
----------------


Nombre de messages : 1697

Arrivé au SGC : 30/05/2011

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
473/500  (473/500)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Jeu 12 Juil - 11:13

J’étais en plein débat avec Max sur l’utilisation des tableaux blanc lors de nos recherches quand je me rappelai que j’avais été convoqué par la direction pour un briefing qui aurait lieu vers 14H. En ce moment, et surtout depuis le retour de nos expatriés ainsi que l’acquisition de l’œil j’avais noté un certain degré d’activité au sein de la base. En même temps c’était normal quand on connaissait l’évolution de la guerre entre les Goa’ulds, une guerre entre eux était une très bonne chose…. Mais il fallait faire en sorte qu’aucun d’entre eux ne prenne l’avantage sur les autres clans de son espèce… Sinon cela allait être emmerdant pour nous autres. En tout cas je positionnais mon tableau en face du bureau commun que je partageais avec Max et l’observa un petit instant.

Ce tableau était là à mon arrivé et il m’a servis à de nombreuse reprise, qu’il ne bouge pas de place pendant mon absence c’est clair ? Et si la jap’ t’ennuis avec tu l’envois bouler c’est clair ? Allez j’y go sinon je vais encore me faire disputer par les militaires, tu sais comment ils sont avec l’heure ceux là.

Tandis que je sortais de la pièce je commençais à me demander ce que j’allais bien pouvoir faire durant cette mission, sur quelle planète inconnue allais je être envoyé ? Surement très très loin de la terre… Du moins je l’espérais. J’entrais dans l’ascenseur et me laissa guider jusqu’au niveau adéquat. Néanmoins l’engin s’arrêta plusieurs fois pour prendre des soldats qui semblaient monter eux aussi au briefing, et j’aperçu Quaritch, qui semblait tenter de se faire une place dans l’ascenseur..

Dis donc Miles je ne savais pas que les Doc’s t’avaient laissé partir ? Tu avais tant que ça envie de tabasser du jaffa ?

La réponse de l’intéressé était à son niveau et cela me fit beaucoup rire, en même temps on n’était jamais un ex béret vert, non on l’était jusqu’à sa mort j’imagine. Et lui était partit pour mourir dans très longtemps. Alors autant profiter de son savoir.

L’ascenseur montait toujours et au bout d’un moment plus personne ne put entrer dans l’ascenseur, dieux, je ne savais pas combien de personne était convié au briefing mais on serait plus qu’une équipe ça c’est sur… Les portes s’ouvrirent sur le niveau 27 et tout le monde descendit du transporteur, on se déplaçait avec un certain bruit vers la grande table qui pour le coup ne pourrait pas tous nos accueillir en son sein, mais ce n’était pas grave pour le moment, l’important c’était de savoir pourquoi est-ce qu’il y avait autant de personne à la réunion. Mais quand je vis débouler le Général ainsi que le professeur Anderson je compris que les mauvaises nouvelles allaient arriver avec eux… La dernière fois que j’avais eu affaire à eux deux on avait cambriolé un château en Angleterre…

Mais je me détendis un instant, laissant quand même une chance aux deux hommes pour qui j’avais pas mal de respect, et me mis à observer la salle. Il y avait beaucoup de monde dedans et je connaissais une bonne partie d’entre eux, il y avait même les black eagle et leur commandant avec qui j’avais eu une sacré discussion il y a peu… Avait-il eut gain de cause sur ses blindés ? Peut-être pas. Mais le briefing commençait et je me mis à noter les informations importantes qui nous étaient données.

Il était question du déchiffrage d’un objet goa’uld et je compris immédiatement qu’il s’agissait de l’objet qu’on avait volé dans le manoir Anglais, il ne fallait pas être une lumière pour le comprendre et tous ceux qui avait participé à l’opération devait l’avoir compris. L’explication que donna Anderson fut, à de nombreuse reprise interrompue par le Général qui, comme beaucoup d’autres, était en train de devenir fou avec les questions de traduction de la plaque goa’uld. Mais quand il arriva enfin à placer le mécanisme de décodage qui avait permis de rendre limpide ce texte je me retrouvai comme un con, jamais je n’aurais pensé à cela… Du moins pas avant une petite semaine ou un bon mois de travail acharné, j’étais archéologue et je ne connaissais quasiment rien à l’art du codage et du décodage.

Bon finalement il réussit à finir sa phrase et nous expliqua tout ce qui avait pu découler de sa découverte, j’étais un peu embêté de ne pas avoir pu participer à ses recherches, mais j’avais eu beaucoup à faire, la récupération de l’œil entre autre…. Mais quand il dit ce qu’on allait devoir faire, je compris pourquoi il y avait besoin de tant de personne dans cette salle de briefing… Il y avait en effet énormément à faire…. Mais seulement un des trois groupes partirais sur un autre monde, les deux autres quant à eux devrons rester sur terre et explorer les deux grandes pyramides Egyptienne et précolombienne… Et comme je l’espérais j’étais en partance pour l’Amérique centrale, je ne connaissais pas tous les membres de mon équipe mais il y avait Eversmann, sergent quand j’étais arrivé maintenant capitaine, Rizoli que j’avais croisée une ou deux fois, Soren avec qui j’avais combattu les jaffas et Malorie que j’avais croisée aussi une ou deux fois. Par contre je ne connaissais pas le dernier membre… Pas grave on aurait tout le temps du voyage pour se connaitre un peu plus.

Je n’étais pas franchement ravi qu’Alicia parte à la capture du Kull mais je n’avais pas le choix, elle était militaire, elle n’était pas seule et je savais qu’avec les Black Eagle et leur commandant elle ne risquait rien alors je restais pro’ et ne disais rien. On en discutera à notre retour, car on aurait beaucoup de chose à nous dire je pense….

Quand on nous demanda si on avait des questions j’entendis quelqu’un demander de lever la main pour ceux qui n’avait rien compris avant de poser une question sensée… Ce gars était bizarre.


Effectivement il a raison, d’autant plus qu’envoyer un groupe armé en plein territoire mexicain… Ça va être dur de le justifier non ? Par contre serrait-il possible d’avoir une copie de vos recherche Anderson ? Histoire de comprendre votre méthode, votre raisonnement et m’en servir pour trouver quelque chose d’intéressant pendant nos recherches ?
Revenir en haut Aller en bas
Matt Eversman
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 6164

Arrivé au SGC : 07/02/2009

Age du Joueur : 28


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
855/3200  (855/3200)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Jeu 12 Juil - 16:06

20 Août 2012. Une nouvelle barette venait de rejoindre la première sur le col de sa veste. Il y avait quelque chose de fort dans cette promotion. Celle ci, il n'avait pas eu le courage de la refuser ou de la faire retarder comme les deux précédentes. Non, ce poste de capitaine, il le devait particulièrement à cet exil et ses pensées allaient notamment vers son ami disparu. Le souvenir de cet échange qu'ils avaient pu avoir dans ce cabanon de fortune était présent. Evans croyait en ses capacités de commandement contrairement à lui et il avait une nouvelle fois raison puisque le Général O'neill était en train d'apposer ses nouveaux galons. Décidément, le désormais Capitaine enchainait les bonnes nouvelles depuis son retour...

Après une convalescence surveillée, notamment par un certain médecin et deux semaines de permission entre les Caraibes, la famille et quelques jours de détente, le retour à la réalité était plutôt difficile. Il fallait désormais reprendre l'entrainement, récupérer une certaine masse musculaire, l'endurance. C'était si facile et rapide à perdre mais à reprendre il s'agissait d'un petit enfer. Les séances d'abdos, de gainage, de renforcement musculaire ou de cardio training étaient devenus quotidiennes pour lui permettre de récupérer le plus rapidement possible. Bien sur, les examens médicaux étaient eux aussi nombreux pour éviter une rechute, même si les médecins la pensaient quasi impossible mais surtout des soucis cardiaques. Son rythme n'était pas revenu à celui d'avant exil et était de quelques battements supérieurs. Une telle cochonnerie laissait des séquelles derrière elle.

21 Août. Finalement la première convocation tomba plus rapidement qu'il l'avait pensé. Certes, il était loin d'avoir retrouver son potentiel ou sa forme d'antan mais il était de nouveau apte au service. Suivant les autres, le Capitaine se servit une quobelet de café. C'était loin d'être un délice pour lui mais il lui faudrait bien ça pour rester attentif. Comme à leur habitude, les deux Rangers se retrouvèrent réunis pour le meilleur et le pire.


"Tu vas devoir me vouvoyer maintenant..." Avec un grand sourire, il accueillit le modeste présent s'empressant d'en déguster un morceau et écoutant l'anecdote de son collègue.

"Y a vraiment des dingues dans cette base...D'ailleurs y en a un là-bas que tu vas adoré, un dénommé Quaritch..." Pas le temps d'en dire davantage, le fameux type venait de faire son entrée et un simple regard échangé avec Josh suffit pour le faire pouffer de rire. ça allait promettre le reste du briefing. Ou pas... Le dénommé Anderson était parti dans des explications qu'il tenta bien de suivre au départ mais au bout de cinq minutes, il était déjà en train d'égaliser la taille de ses ongles. Le café était devenue une ressource indispensable à la survie, le sien n'était plus, il se permit donc de prendre celui de son pote. C'était parti pour une bagarre silencieuse, le regard toujours rivé vers l'écran. Finalement le café finit en partie étalé sur sa veste et au sol. Occupé à faire réparer les dégâts, Matt avait désormais quelque chose à faire et ne consentit à lever la tête que lors des compositions d'équipe. Premier reflexe, mettre un coup de coude à son voisin avant de lui murmurer.

"Prépare quelques bières fraiches pour le retour !"

Le Mexique, plutôt une belle destination et en plus un lieu touristique. Le chicken machin truc... Il y avait pire comme destination et le Capitaine était emballé par la suite. Il n'était surement pas assez en forme pour retrouver les Black Eagle et c'était le dénommé Quaritch qui allait occupé sa place. Dommage qu'il ne puisse pas assister à ça car avec le Colonel, cela risquait de faire quelques étincelles. Bon allez, se concentrer sur sa mission et il jeta un vague coup d'œil au récapitulatif écrit tout en participant à l'initiative de son coéquipier.
Les questions de ses coéquipiers étaient des plus légitimes. Lui même se demandait s'ils allaient exécuter la mission habillé en civil ou s'ils allaient débarquer avec leur équipement complet en plein territoire mexicain... La zone avait surement été fouillé à plusieurs reprises et pourtant ils allaient y retourner.


"Mon Général, devons-nous nous déployer avec l'équipement complet de mission ou en simples touristes ? Des touristes seront ils présents sur place lors de notre passage ?"

Peut être pouvaient ils agir de nuit ou voir le site fermer occasionnellement pour quelques heures...
Revenir en haut Aller en bas
http://poudnoir.goodforum.net/index.htm
Boba Fett
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 7273

Arrivé au SGC : 18/03/2006

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 38 ans
Profession:
๏ Expérience:
2463/15000  (2463/15000)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Jeu 12 Juil - 16:33

On nous avait donné rendez-vous le 21 août pour un briefing, une mission spéciale encore une fois. Mais avant ça, je devais faire face à d’autres missions, tels que m’occuper de l’instruction au tir de militaire du rang. 6 soldats patientaient au champ de tir du camp d’entrainement. Je me tenais devant eux, tenant une cible grandeur nature de jaffa. Si ils étaient des tireurs confirmés, la connaissance des points faibles de l’ennemi était d’une importance cruciale. Cela pouvait faire la différence entre la vie et la mort sur le champ de bataille, abattre son ennemi au plus vite en économisant le plus de munitions possible.

-« Rappelez-vous, les armures goa’ulds sont épaisses. Tirez dans le thorax avec une arme de poing, et vous aurez la désagréable surprise de le voir avancer, les 2-3 premières balles ayant été stoppées net. Quelque soit votre arme, tirez des courtes rafales, de 5 balles. Généralement cela suffit. Si l’ennemi avance, remettez une couche. Si vous avez le temps de faire un tir précis, privilégiez la tête, ils sont comme nous, c’est un point vital, et là une balle suffit. En position ! »

Les 6 soldats se mirent en position, prenant en main leurs armes, des M16. je leur donnais l’ordre de charger et de verrouiller leurs armes. Ils obéirent, puis j’actionnais le mécanisme pour faire apparaitre les cibles à des distances aléatoires dans les couloirs de chaque soldat. De nombreux coups de feu claquèrent, en courtes rafales comme je l’avais conseillé. J’ordonnai de cesser le feu. Tous posèrent leurs armes sécurisées au sol, pendant que j’auscultais les cibles de chacun. Certains se débrouillaient bien, maitrisant le tir groupé. D’autres un peu moins, les 2 dernières balles ayant trouées une épaule de jaffa.

-« N’oubliez jamais de contrôler votre arme, plus vous serez précis et plus vous serez efficaces. Vous allez continuer les exercices avec le sergent Barnes. »

Je fis un signe de tête au sergent en question, ancien marine, qui attendait sur le côté. Avec lui, ils allaient être entre de bonnes mains. Je grimpais dans ma jeep pour m’envoler vers le SGC, le briefing n’allant pas tarder.
Une fois sur place, je me lavais puis me changeais avant de pénétrer dans la salle favorite du général, qui était également présent et que je m’empressais de saluer. Il y avait également beaucoup d’autres personnes, comme Anderson qui avait l’air de se battre avec le vidéo projecteur, un jeune lieutenant fraichement débarqué, Scorzi que je connaissait bien, les Black Eagles, et beaucoup de personnel civil. Je pris place à coté de Menchu, en attendant le briefing.


-« Ravi de te revoir mon ami. Almie ne t’accompagne pas aujourd’hui ? »

Anderson finit pas commencer son briefing. Son allusion à une mission top secrète, me fit sourire. Je me remémorais brièvement cette excursion en Angleterre. J’avais bien failli passer Michael à tabac. Que de bons souvenirs. Enfin ça c’était la meilleure partie du briefing. L’archéologue enchaina directement avec des cours de cryptage. Là, mon attention fut des plus transparente. Je fixais constamment ce qui s’affichait sur l’écran, mais je n’y comprenais strictement rien. Et les explications d’Anderson ne changeaient rien, vu qu’elles entraient par une oreille et sortaient par l’autre. Le temps passait lentement, très lentement.

* Je veux sortir…*

Mon regard balaya la salle furtivement. Un avion en papier traversa mon champ de vison, quelques personnes commencèrent à s’endormir, le général gribouillait sur une feuille. La porte de sortie se trouvait de l’autre coté de la salle, pas moyen de sortir tranquillement. Discrètement, je fit mine de vouloir refaire mon lacet. Je me penchais en avant, ma tête se posa sur la table… et ne bougea plus.

*Briefing de merde… *

Les yeux clos, je commençais à partir en balade avec Morphée quand une vois un peu plus rauque me sortit de ma torpeur. Brusquement, je me relevais, O’neill venant de prendre la parole et expliquant la suite des choses. Trois groupes, un à Saqqarah, un autre à Chichon pizza et les Black Eagles sur une autre planète., accompagné de trois militaires que je connaissais bien. Notre mission était simple : capturer et ramener un Kull. Mais pas forcément des plus aisée.

-« Et on fait comment pour le ramener ? Je peux l’attirer avec du fromage, mais une tapette à souris géante ne suffira pas. D’autant plus que nos armes sont inefficaces. On lui demande gentiment de bien vouloir nous suivre ? »

Un kull résiste au zat. Et à chaque fois que l’on en trouve un, cela finit en bain de sang.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Leon Smith
----------------
avatar
----------------
Soldat de 1ere classe
----------------


Nombre de messages : 139

Arrivé au SGC : 11/07/2010

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 37
Profession:
๏ Expérience:
107/3200  (107/3200)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Jeu 12 Juil - 20:39

« T’es sur de ce que tu racontes, là ? »

« Sûr de sûr. » Répondit Eric d’un ton calme, tout en faisant toujours de grands gestes avec ses mains sales.

« Pour qu’une bonne machine fonctionne de façon optimale, il faut la nettoyer régulièrement et changer les pièces qui merdent ! »

« C’est une façon de penser très étroite… Le SGC ne se résume pas à une grosse machine contrôlée par des automates. Ce sont des hommes et des femmes qui font vivre cette base, et c’est un fonctionnement bien plus complexe qu’un simple engrenage. » Smith ne savait pas pourquoi il s’intéressait à cette conversation, mais sur l’instant présent, il jouait le jeu et se montrait curieux, tout en avançant calmement dans le couloir.

« Malheureusement oui, l’humain n’est pas parfait. Mais regarde… Si nous les techniciens nous ne serions pas là, il n’y aurait plus personne pour faire marcher les circuits électriques, pour réparer les pannes de courants, les ascenseurs… C’est grâce à nous, les mécanos, que des têtes brûlées comme toi peuvent prendre une bonne douche chaude en rentrant de mission. Plein de choses dépendent de nous, est-ce qu’on se plaint pour autant ? Non, on ferme not’gueule et on fait not’job. »

« Eh bien… T’es en forme toi, t’a bouffé quoi ce matin ? » Il sourit de bon cœur

« Nan mais ça me pète les couilles quoi… Ces marines arrogants et narcissiques croient qu’ils sont les maîtres du monde ici, mais sans nous ils ne feraient plus rien. Ils seraient perdus ! »

« Vous les mécanos vous êtes les travailleurs de l’ombre. On ne vous remerciera jamais assez pour ça. Surtout dans une base secrète comme le SGC. »

« Je n’ai même pas parlé une seule fois au Général depuis mon arrivée. C’est presque un manque de considération à côté de ces glorieux et beaux marines qui combattent pour not’liberté ! »

« T’a qu’à faire grève. »

Eric s’arrêta de marcher et jeta un regard froid à l’anglais. Puis petit à petit, ses traits se transformèrent, plus rieurs et décontractés, avant de sourire de bon cœur. Il en rit presque, tapant sur l’épaule de Léon. Les deux hommes étaient devenus amis à force de se croiser dans les couloirs, et après quelques conversations passionnantes qu’ils avaient eues ensemble autour de quelques bouteilles de whisky.

« Bon, fini de rigoler. J’ai un travail minutieux qui m’attend. J’suis pas encore rentré je te le dis ! »

« A la prochaine, et soit gentil avec les marines que tu croises la prochaine fois. »

« J’les emmerde. »

Ils rirent tout les deux et Léon regarda Eric monter les marches vers la salle de contrôle. C’était une partie de la base dont il avait peu l’habitude d’aller, trop souvent cantonné aux fonctions de maintenance aux niveaux inférieurs. Tandis que Smith, lui, avait souvent mis les pieds dans cet endroit. Tous deux effectuaient un travail complètement différent ici. Mais ça ne les avait pas empêchés de sympathiser et de garder de bons contacts, même s’il était rare de voir de simples techniciens côtoyer des marines, des scientifiques, des docteurs, etc…
Il comptait repartir pour la salle de muscu quand la porte des étoiles s’enclencha. La curiosité le fit grimper les marches menant à la salle de contrôle. Restant en retrait, il put suivre en direct le message de SG-8 et la décision du Général O’Neill de fermer l’iris. L’équipe qu’il avait envoyée en mission allait être perdue, anéantie par des Kulls. Et le Goa’uld Thot semblait dans de sales draps lui aussi, mais Léon s’en préoccupait moins. Il ne vit pas d’en face la réaction du Général mais il se doutait que ça ne devait pas être facile pour lui de vivre cette situation, totalement impuissant. Discrètement, Léon retourna sur ses pas et quitta la pièce. Juste avant de passer la porte, son regard se posa sur Eric qui était posté près d’un panneau de commande hors service. Il lui fit un petit sourire, sans réelle joie ni tristesse, avant de retourner à ses occupations.
Un jour peut être, l’un de ces super soldats aurait sa peau tout comme SG-8 et pleins d’autres membres du SGC tombés en mission.
Mais pas aujourd’hui.

Le lendemain, Léon repensa à cette scène quand il arriva en salle de briefing. Peu après la disparition de SG-8, le Général avait convoqué beaucoup de gens pour une réunion exceptionnelle. Il y avait aussi le docteur Anderson, avec qui il avait pu partir en mission sur ses terres natales. Les Black Eagles avaient été appelés et c’est donc en toute logique que Smith se rangea aux côtés de son unité, dont les membres étaient repérables grâce à l’écusson spécial de l’équipe sur leur épaule.
Ainsi, pas moins de sept aigles noirs étaient tournés vers Anderson, le fixant et l’écoutant attentivement pour commencer, avant de piquer du nez petit à petit… Ce briefing était mortel, et le premier à succomber fut le Colonel Fett. Léon était sur le point de le suivre mais étant donné qu’il était debout à cause du manque de chaise, il prit soin de reculer d’un pas pour s’appuyer contre le mur, frottant son visage endormi avant de laisser sa main devant ses yeux, comme s’il avait mal à la tête ou réfléchissait, fermant doucement ses yeux mais laissant ses oreilles grandes ouvertes.


*Une arme anti-kull ?!*

Sa tête s’était redressée tel un ressort qui venait d’être relâché. Il ressentit une douleur à son cou, étant resté trop longtemps dans cette position. La fin du briefing fut plus attractive et concrète, bien qu’Anderson prenait toujours son temps. Heureusement, le Général O’Neill était là pour faire court. Une équipe irait au Mexique pour trouver la clé de cette arme miracle, tandis qu’une autre allait être envoyée en Egypte.
Puis vint le moment qui concerna les Black Eagles. Leur mission était d’aller sur la planète refuge de Thot, probable destination du prochain Kull envoyé par Anubis pour éliminer son rival goa’uld. Léon n’était pas contre de laisser le super soldat tuer Thot avant de le capturer, mais apparemment, il en déduit que cela allait provoquer une certaine déstabilisation au sein des maîtres goa’ulds, qui au final serait bénéfique à Anubis. Donc il fallait prendre le guerrier invincible, avant qu’il ne tue Thot. Une mission qui plaisait à moitié à Smith mais il obéit aux ordres sans contester.
Arriva l’heure des questions, et le premier à se lancer fut un ranger qui faisait son malin devant tout le monde. Si Eric avait été là, il ne l’aurait pas supporté, à coup sûr. Rangers, marines... Ca aurait été pareil pour le mécano. Mais après un briefing aussi ennuyant, il était normal que des militaires osaient se lâcher, surtout ceux qui possédaient un peu de galons sur le treillis. Fett parla à son tour, et sa question fut loin d’être mauvaise.


-« Et on fait comment pour le ramener ? Je peux l’attirer avec du fromage, mais une tapette à souris géante ne suffira pas. D’autant plus que nos armes sont inefficaces. On lui demande gentiment de bien vouloir nous suivre ? »

« J’ai un filet de pêche dans mon coffre, si ça peut suffire pour le capturer… » Ajouta l’anglais.

Non, évidemment. Ca n’allait pas être si facile que ça. Il allait falloir réfléchir pour trouver un moyen de ramener le Kull ici sans qu’ils ne les exterminent tous. Autant dire qu’il fallait avoir une idée ingénieuse pour réussir cette mission, le genre d’idée qui ne venait pas spontanément dans l’esprit de Léon Smith. Il n’avait jamais combattu de supers soldats. Mais à chaque fois qu’il en avait entendu parler, c’était accompagné de pertes humaines importantes. Il repensa à SG-8, les derniers en date…
Un seul de ces gars en armure noir pouvait vaincre une armée entière de Jaffa. Le rapport de force penchait dangereusement vers Anubis ces derniers temps. Il était donc nécessaire de trouver une solution pour les tuer, et vite, avant qu’il ne soit trop tard…
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Lang
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 2961

Arrivé au SGC : 20/02/2011

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
687/3200  (687/3200)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Jeu 12 Juil - 23:46

Au volant de sa nouvelle voiture, une décapotable rouge, Anthony roulait, cheveux au vent en direction de la base du SGC. Quinze jours qu’il était parti pour rentrer chez lui et revoir sa famille. Ce retour ne fut pas évident. Il avait choisi d’envoyer une lettre à sa famille avant de débarquer comme ça. Autant dire que son arrivée était plus qu’attendue. Ses parents avaient appelé toute la famille et les amis proches à venir pour le retour du fils prodigue. Passons les retrouvailles, les larmes, les bobards à raconter pour ne pas révéler la vérité… Les discussions avec ses parents furent longues. Le plus difficile fut de réinventer en quelque sorte leur exil. De le rendre plus… terrien ! Adieu, singe-araignée, bonjour dragons de komodo ! Toute une gymnastique à faire pour alterner entre mensonge et vérité. Il lui fallut aussi argumenter durement lorsqu’il annonça qu’il ne comptait pas arrêter l’armée pour l’instant. Incompréhension de la famille. Pour faire passer la pilule, il leur parla alors de Julia. Et voilà ses parents qui retrouvèrent le sourire et avaient hâte de la rencontrer. Anthony retrouva aussi le plaisir de se faire chouchouter, ne faire aucune corvée. Quel bien ça faisait! Un vrai dépaysement !

Ces deux semaines passèrent à une allure folle, alternant randonnées, piscine, repas de familles… Le quotidien reprit vite sa place lorsque son bipper sonna : on avait besoin de lui au SGC et il avait briefing le lendemain à 14h. Expliquer ça à ses parents, toujours réticents face à sa carrière militaire, ne fut pas évident mais après une séparation et la promesse de revenir aussi vite que possible en compagnie de sa nouvelle compagne, Anthony prit la route.

--------------------------------------------------------------------------------
.
Approchant de Cheyenne Moutain, Anthony s’arrêta une station-service déserte pour faire un plein. Il en profita aussi pour appeler Julia, qui était toujours en vacances avec sa famille. Il préférait l’appeler à l’extérieur de la base pour plus de discrétion. Ils ne s’étaient pas vus depuis deux semaines, s’étant mis d’accord pour revoir au calme leur famille chacun de leur côté, après ce qu’il s’était passé. Les grandes réunions de familles seraient pour une prochaine fois. Malgré tout, ils s’appelaient tous les jours.
Petite déception, c’était le répondeur… C’est vrai qu’elle lui avait parlé d’emmener Arthur à la plage aujourd’hui.


« Oui, Juju, c’est moi. Bon, bah, je suppose que t’es occupée à construire un beau château de sable pour ton petit prince…. Je t’appelle maintenant parce que j’ai été bipé ce matin par la base. Ils ont besoin de moi, briefing de mission demain. Je vais être assez occupé jusque-là donc on pourra pas trop s’avoir, et je sais pas du tout pour combien de temps on en va en avoir une fois parti. Voila… euh… on essaye de se skypper ce soir ? Sinon,… à plus tard… Je t’aime ! »

La dernière mission qui avait tourné au désastre complet avait mis Anthony devant les réalités du métier. Même s’il en était conscient, il avait alors vraiment réalisé qu’ils pouvaient partir pour une mission de routine, et ne jamais rentrer… Ils avaient vraiment eu de la chance sur ce coup-ci. Pas tous, malheureusement… Du coup, tout prenait une autre importance. C’était peut-être le dernier message qu’il laissait à Julia ? C’était peut-être la dernière fois qu’il avait vu ses parents ? Les départs en missions ne seraient jamais plus les même désormais. Il avait songé à arrêter de nouveau… Mais il aimait trop ce job pour l’instant. En tout cas, il n’excluait pas l’idée, un jour…
Remontant en voiture, il fila droit sur la base, où il arriva 45 minutes après. Là, il se fit alpaguer par le garde à l’entrée.


« Tiens ! Sergent Lang! On reprend du service ? Content de vous revoir après ces longs mois de vacances ! »

Anthony le dévisagea d’un air mauvais mais préféra se taire.

*Connard… je vais t’y envoyer, là bas, moi, on va voir si c’est le club med… *

Il restait toujours un ou deux abrutis pour lancer des blagues vaseuses sur leurs prétendues « vacances ». Se fiant aux bruits de couloir, ils avaient juste entendu parler de planète vierge, montagne, forêt, mer et du coup, dans leur esprit étriqué, ils associaient ça aux images diffusés par les voyagistes genre Guadeloupe, ou Hawai… Mieux valait les ignorer sinon ça risquait mal finir… Il alla se garer au parking du personnel, prit ses valises et parti réintégrer ses quartiers.

-----------------------------------------------------------------------------------

L’heure du briefing approchait. La veille, il était arrivé à la base en fin d’après- midi. Le temps de ranger ses affaires, passer dire coucou aux potes (dont Matt qui était passé capitaine et qui semblait en pleine forme), aller manger et discuter un peu avec Julia qu’il avait réussi à avoir sur Skype, et il était déjà l’heure d’aller dormir! Le jour J, la matinée fut essentiellement consacrée au sport. Après un tour au mess pour prendre un copieux repas, histoire de pouvoir tenir le coup lors du briefing, direction la salle de réunion. Il arriva à 13h56. La salle était déjà bien remplie. Saluant brièvement les personnes présentes, il aperçut notamment le colonel Fett, Sheppard, Quaritch ou encore Matt en train de plaisanter avec un inconnu. Trouvant une chaise vide, il s’assit, échangea quelques mots avec son voisin puis attendit le début du briefing en tapotant son bloc de papier avec son crayon.
A l’heure prévue, alors que la salle était bondée, les lumières principales s’éteignirent, un rétroprojecteur fut allumé et le général O’Neill commença à parler. Quel drôle de sensation que de se retrouver là, après tout ce temps, comme si rien ne s’était passé ! C’était de cette salle qu’avait été lancée la mission qui les a menés en enfer. Chassant de mauvais souvenirs qui commençaient lui venir à l’esprit, Anthony se força à se reconcentrer sur ce qui se disait face à eux. Le général avait très rapidement laissé la parole à Michael Anderson, un scientifique avec qui Anthony avait déjà fait équipe dernièrement. Plutôt sympa. Il commença à leur expliquer une démarche de traduction. Intéressé, Anthony commença à prendre des notes. Il avait toujours aimé s’instruire et profitait donc de l’occasion présente pour découvrir un domaine totalement inconnu pour lui. Il était par exemple ravi de découvrir le carré de Polybe. En revanche, l’intérêt pour le travail du scientifique ne semblait pas partagé par tout le monde. Le militaire assit à côté de lui baillait longuement. D’autres coloriaient tandis qu’un autre faisait des avions en papier.

Mais, malgré son écoute attentive, plus l’exposé avançait, plus Anthony se perdait et lorsqu’Anderson parla de remplacer les lettres du carré par des chiffres, en supprimant les espaces, il fut définitivement largué et reposa son crayon sur la table, se callant au fond du siège pour attendre qu’on en arrive aux choses compréhensibles par des militaires de bases !
O’Neill, à bout de nerfs, finit par demander au scientifique d’accélérer la cadence. Ce dernier leur parla alors d’Imhotep et du but de la mission : aller trouver un artefact pour les aider dans la lutte contre les Kulls d’Anubis. Anthony ferait partie d’une équipe chargée d’explorer la pyramide de Saqqarah. Avec lui, Sheppard, à qui il fit un petit signe de la main en entendant son nom, Saegger, un nouveau dont il avait fait la connaissance au mess, un scientifique dénommé Mc Kay (espérons que ça ne soit pas un autre Wolowitz…) et Michael Anderson. Deux autres équipes étaient formées : vaste opération donc, qui montrait bien la détermination du général à en finir avec la menace Kull.
A la fin de l’exposé, l’heure des questions ! Les principales que se posait Anthony furent soulevées avant qu’il n’eut le temps de réagir. Il ne lui restait donc qu’à attendre les réponses.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kate Rizzoli
----------------
avatar
----------------
Astrophysicien
----------------


Nombre de messages : 460

Arrivé au SGC : 10/02/2012

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 28 ans
Profession: Scientifique
๏ Expérience:
92/500  (92/500)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Ven 13 Juil - 6:57

Mardi 21 aout
La routine quoi. Mais une routine qui serait présente seulement jusqu'à 14h00. Mais aujourd'hui, permission spéciale, Kate n'avait rien de programmé et rien ne lui avait été demandé comme dossier ou autre trucs qu'elle faisait à l'ordinaire dans son cadre de travail. Aujourd'hui, c'était un jour important puisque la veille, elle avait reçu un mémo qui l'avait fort étonné. Le SGC préparait une mission de grande envergure et Kate avait été sélectionnée parmi des scientifiques de la base pour faire parti de la mission.

Étonnée ? Oui. Effrayée ? Oui ! En fait, jusqu'à maintenant, elle était restée pas mal tapie dans l'ombre et avait fait seulement ce qu'on lui demandait, mais maintenant, on lui offrait une chance de faire valoir ses qualités et ses compétences. C'était une chance qu'elle ne pouvait certes pas manqué et elle ferait tout pour être au top de sa science !

Toute la journée, la jeune femme n'avait été capable de se concentrer sur autre chose que l'horloge. Pourquoi le temps ne filait pas rapidement !! On aurait dit que le temps faisait exprès !! Oh c'était cruel tout ca !!!! Vers 13h00, la jeune femme alla au mess pour prendre le repas, mais elle n'avait pas beaucoup faim. Elle était trop stressée pour ce briefing ! C'était si important, elle voulait faire bonne figure. Elle se présenta donc à la salle de briefing une demi heure en avance et il y avait déjà beaucoup de monde. Il n'y avait pas beaucoup de monde qu'elle connaissait, si ce n'est que le Professeur Scorzi, le Dr Becker et le Soldat Quaritch. À part eux, tous étaient des inconnus pour la jeune scientifique.

Le briefing ne se fit pas attendre et lorsque 14h00 s'afficha sur l'horloge, un homme du nom d'Anderson commença son exposé. Le commencement laissait la jeune femme perplexe, elle ne comprenait rien aux hiéroglyphes ou comme ce qu'en disait, une langues Goa'ulds qui ressemblait fortement à l'égyptien. Mais la seconde partie de ce qu'il disait, ça elle connaissait. Les carrés de Polype. Si personne ne comprenait, Kate, elle, y comprenait tout ! C'était une experte des chiffres et elle en mangeait presque !! Les images défilait et Rizzoli comprenait où voulait en venir le présentateur dans son exposé. Alors que d'autre semblaient totalement s'emmerder ( ralalala ces militaires) Kate était plus que présente d'esprit et machinalement, elle griffonnait des cubes sur une feuille de papier. C'était un genre de tic nerveux chez la jeune femme

Ce petit exposé sur les Goa'ulds et sur ces fameux sarcophages fut bien apprécié pour une personne comme Kate qui n'était pas vraiment aux faits avec cette civilisations. Elle prêta une attention particulière aux explications du docteur puis lorsque ce dernier evoqua le phénomène de Chichén Itza, Kate fut doublement attentive. Elle en avait eut vent à la NASA et connaissait l'existence d'un rapport sur ces phénomènes, ainsi que d'autres choses qui concernaient certaines pyramides.
Sortant discrètement son Blackberry, elle envoya un message à une très grande connaissance qui bossait encore pour la National Aeronautics and Space Administration ou pour faire bien plus court, la NASA. Sur son texto elle écrivait :


Message texte a écrit:
J'ai besoin des rapports sur Chichén Itza et ceux de la pyramide du Soleil à Visoko. J'ai besoin du rapport dans moins d'une heure s'il-te-plait, je te revaudrai ca. Envoie moi le tout par courriel. Kate

Tout cela devenait de plus en plus intéressant. Si elle pouvait fournir des infos pertinentes, ca aiderait surement les équipes. Telle ne fut pas sa surprise quand elle entendit son nom parmi l'équipe qui explorerait cette pyramide. Et hop, direction l'Amérique centrale ! Elle ne connaissait que le Professeur Scorzi dans son équipe, mais elle apprendrait à connaitre les autres.

Comme le Général demandait s'il y avait des questions, un textos entra dans le Blackberry de la jeune femme qui le lu très discrètement. Tellement que ca passait inapercu.

Message texte entrant a écrit:
Je t'envoie ces rapports d'ici une demi-heure sans problème, mais tu vas me devoir un sacré service. Détruit tout après. Greg

Et voila le travail ! Greg savait toujours tout trouvé.

Puis, revenant au fait de la discussion, Kate entendit un militaire demander comment ramener un guerrier Kull à la base sans se faire tuer. Ils étaient si terribles que cela ? Vu la façon dont les militaires en parlaient, ça semblait impossible.

Mais ce qui la préoccupait c'était la même chose que ses coéquipiers : comment entrer dans la pyramide de Chichen Itza ?


C'est un site hautement sécurisé pour y éviter les pilleurs. On peut facilement avoir accès à l'extérieur du site, mais l'intérieur, c'est autre chose, même en tant que touriste. Les zones accessibles sont extrêmement retreintes.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.song-of-ice-and-fire.com/
Cara Mallory
----------------
avatar
----------------
Sergent
----------------


Nombre de messages : 652

Arrivé au SGC : 29/02/2012

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 29
Profession: Militaire
๏ Expérience:
219/3200  (219/3200)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Ven 13 Juil - 16:22

Un bruit assourdissant résonnait dans les oreilles de Cara. D’où pouvait il bien venir, ha oui du réveil posait juste à côté d’elle qui lui servait également d’agenda et pour un tas de chose d’autre. Bref cela venait de son portable. Pour une fois qu’elle avait réussi à dormir il fallait que le réveil soit là pour la ramener à la réalité. Mais pourquoi l’avait elle mit déjà ? Okay hier soir elle avait passé la soirée avec son frère aîné qui revenait de mission, ils avaient échangé des histoires mais aussi des verres. Elle se souvenait d’avoir traversé la base la tête avec comme seule pensée : je ne dois pas m’écrouler ni vomir, ça ne le ferait pas…

Par qu’elle miracle elle avait atteint sa chambre et avait eu l’intelligence de mettre le réveil car elle avait un breifing important le lendemain. Un breifing ! Voilà pourquoi elle avait mit se foutu réveil, ni une ni deux elle se leva à toute vitesse, elle failli tout de même s’écraser au sol. Une douche rapide et surtout très froide pour la réveiller, ainsi qu’un café bien noir, tellement noir que la cuillère pourrait tenir dedans… Elle couru à travers les couloirs, elle n’avait pas beaucoup de temps avant le début du breifing pour une mission importante, en même temps, au SGC tout était important, peut être passerait elle la porte pour celle-ci…

Quand elle arriva, elle fut rassurer de voir qu’elle n’était pas en retard. Elle s’installa dans un coin, il y avait du monde, plusieurs équipes allaient être formées, car déplacer autant de monde ne serait pas du tout discret. C’était Anderson qui en charge d’expliquer la mission, elle savait qu’il allait bien expliquer. Dans sa première mission elle avait été coordonné par lui et tout c’était très bien passer, bon avec quelque imprévu… Il commença son explication du pourquoi du comment. Elle avait beau être intéressait, la petite sortie avec le frérot se faisait sentir. Elle essayait de rester concentrer mais ses paupières étaient de plus en plus lourdes…

Depuis combien de temps s’était elle assoupie… Heureusement elle avait mis sa main et donc personne n’avait remarqué son filer de bave et avait empêché sa tête de toucher la table dans un bruit sourd. Puis elle entendit son nom. On l’envoyait au Mexique, avec Franz et d’autres dont elle n’avait pas encore fait la connaissance, elle les connaissait juste de nom pour certains… Bon pas cette fois ci qu’elle passerait la porte, la prochaine fois peut être, mais la mission semblait plus qu’intéressante… Une aventure digne du SGC en soit.

Ensuite ce fut les questions, celle concernant sa partie résumé bien ce qu’elle aurait pensée. C’est sûr que leur arrivait risquer de ne pas être discrète. Peut être, que comme lors de la dernière mission, on leur donnerait une fausse identité, genre groupe de touristes en vacance…

Kate fit remarquer une chose à propos du site et des zones restreintes.


« L’intérieur du site peut il être ouvert pour des groupes spéciaux, genre étudiant en archéologie ou anthropologie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Dean Jonshon
----------------
avatar
----------------
Sergent
----------------


Nombre de messages : 4142

Arrivé au SGC : 08/08/2008

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 34
Profession: Soldat
๏ Expérience:
298/3200  (298/3200)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Ven 13 Juil - 21:33

Casque, treillis, M4A1 en mains et surtout ! Lunette d’aviateur ! Un look parfait de soldat américain. Il était avec des jeunes recrues, ils faisaient une petite ronde autour de la base. Ils avaient commencé par la salle d’embarquement, ils avaient inspecté de fond en comble la salle, la rampe, derrière la porte. Partout ! Dean était aujourd’hui leur instructeur ! NE sachant pas trop quoi leur faire faire il avait décidé de leur apprendre comment vérifier les équipements de la base histoire de connaitre les endroits ou on pouvait potentiellement trouver des bombes, engins d’espionnage… Genre de connerie quoi ! Certes la base était la plus sécurisé de toutes les autres, personne n’entrait ou ne sortait sans autorisation… Donc c’était futile comme vérification mais on ne sait jamais. Après la salle d’embarquement direction l’extérieur ! là petit tour à l’entré du tunnel, discussion avec les autres soldats, bah quoi ? Quand on se fait chier faut bien s’occuper !

Après quoi, ils étaient partis dans la montagne pour leur montrer la sortie d’urgence de la base. Ce petit tunnel traversé tout les niveaux ! De la salle d’embarquement à l’infirmerie ! Une petite échelle permettait de rejoindre la surface, on ne pouvait ouvrir le sas que de l’intérieur ou alors… Il fallait toutes une série de clés…ou C4 le sas. Quand on était en ronde en extérieur il fallait toujours vérifier l’état de ce sas ! Pour contrer une potentiel intrusions dans le SGC.


Bon alors… Les gars ! C’est simple ! Ce sas est la chose la plus importante à vérifier lorsque vous êtes dehors. Si jamais vous voyez une quelconque anomalie sur l’état du sas vous contacté immédiatement la base ! ET vous restez là à la surveiller. Après si y a rien...bah ya rien ! Vous retournez en bas, signez le registre et…

Sergent Jonshon présentez vous au briefing !
Bon... Caporal, vous prenez le commandement ! Finissez la ronde retournez à la base.

Après un bref salue avec le groupe le sergent redescendit à la base. Il croisa plusieurs personnes dans les couloirs parler de chose et d’autre. Il se demandait quels missions ont allé lui donner. Quelque chose de dangereux ? De suicidaire ? Sa dernière mission sur abbydos avait été sans aucun doute la plus dangereuse après Nebek. Il arriva rapidement à la salle de briefing ou déjà bon nombre de personne était là. Le général O’neil était présent, comme d’habitude ! Il reconnue Fett, Scrozi avec qui il avait fait la dernière mission…. Et d’autre ! Bref !

Parlons de la mission maintenant ! Encore un truc à la con à aller chercher ! Aujourd’hui c’était un artefact pour pouvoir tuer les kulls… Il y avait des black Eagle aussi, un groupe sois disant élitique… Et pour combler la perte de l’un de leur membre c’était trois membres du SGC qui devait le remplacer… et Dean en faisait parti, super ! S’il était avec eux ! C’était que cette parie de la mission serait difficile, dangereuse… tout ce que Dean aime en clair ! il avait hâte de partir là ! Il n’avait pas de question pour les officiers mais il écoutait attentivement les autres questions.


Je pense pas avoir le profil type d’un étudiant ! Mais ça… après…
Revenir en haut Aller en bas
Miles Quaritch
----------------
avatar
----------------
Caporal
----------------


Nombre de messages : 439

Arrivé au SGC : 02/04/2010

Age du Joueur : 32


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 45
Profession:
๏ Expérience:
253/3200  (253/3200)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Sam 14 Juil - 21:38

Ce n’es pas trop tôt, j’étais convoqué dans la salle de briefing a 14h, depuis le retour d’Abydos, j’avais levé le pied du au mal de crane incessant du a ma blessure, j’avais encore de beau point de suture parcouraient mon crane. Le faite de ne rien faire me rendais encore plus de mauvaise humeur, le manque d’action se faisait ressentir. Maintenant, j’étais redevenue accro au combat, surtouts depuis le dernier contre le Prima d’Anubis.
Je me rendais tranquillement vers l’ascenseur pour aller a la réunion, il y avait du monde et je réussi de justesse à rentrer dedans et j’entendais derrière moi une voie qui m’était familière.


Dis donc Miles je ne savais pas que les Doc’s t’avaient laissé partir ? Tu avais tant que ça envie de tabasser du jaffa ?


C’été ce bon vieux Franz, toujours le mot pour rire.

« Il était obligé de me lâcher, ils sont incapable de soigner mon envi de tuer du Jaffa et ce n’es pas deux trois égratignure qui vont m’empêcher d’assouvir ma soif de sang. »

Enfin, Alicia m’avait bien précisé de faire attention quand même a mes point et a ne pas laisser de la merde s’infiltrer dedans, je mettrais un bandana pour lui montrer que j’essais de suivre ces conseils.

Arrivé, au niveau 27 une vague de personnel sorti de l’ascenseur, putain vu le monde, ca va être une mission d’envergure. Me tarde de savoir qui ont va zigouiller ou ques qu’on va faire péter. En arrivant je pouvais apercevoir les revenant, ce con d’Evans qui m’avait arrêté avec ces gorilles a mon arrivé au SGC, Eversman qui avait pris du galon, mais bon un ptit con pareil et plusieurs personne que je connaissais déjà, Cara, Dean, Fett et plein d’autre personne, je pris place a coté de Franz en attendant le début du Briefing.

Puis Anderson pu commencer son briefing, enfin comment dire, un briefing ennuyeux, il parlais de code et de signe, des truc a la con, je regardais Franz qui lui arrivait a suivre et surement a comprendre, putain si la mission est aussi ennuyeuse que son briefing, on n’est pas dans la merde. Puis le General s’impatientait et lui demandait d’aller droit au but.

La mission était clair, il avait peu être réussir a trouver un moyen de tuer les guerres Kull, ces putain de guerrier qui ont massacré la dernière poche de résistance Abydosienne, des putain de guerrier invincible, la poisse. Puis le General donna ces ordres et je me trouvais affecté avec la sois disant équipe de choc du la base, je verrais bien de quoi ils sont capable, dommage qu’Eversman ne soit pas de la partie, mais je me réjouissais de savoir que je piqué sa place. Alicia et Dean venait avec moi, tant mieux, je connaissais bien Alicia et quel a un bon potentiel, puis Dean depuis Abydos, on avait eu un clache entre nous deux, mais ca c’est arrangé au moment de ce serrer les coudes pour sortir de la merde. Donc je peux lui faire confiance. Notre mission, capturer un guerrier Kull, chose qui ne sera pas facile a faire vu sa résistance, mais on trouvera bien, les pièges les plus simples peuvent être d’une grande utilité souvent.

Puis en regardant Franz rapidement, je pouvais voir sur son visage de l’inquiétude, surement par rapport à Alicia qui partait avec moi pour capturer un Kull.


« T’inquiète pas pour Alicia, Franz, je vais veiller sur elle et le premier qui ose la blesser je lui explose le crane juste après lui avoir écrasé les couilles entre mes doigts. »
Revenir en haut Aller en bas
Alicia Becker Johansen
----------------
avatar
----------------
Sous Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 2353

Arrivé au SGC : 05/07/2011

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 28 ans
Profession: Médecin-Militaire
๏ Expérience:
571/3200  (571/3200)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Dim 15 Juil - 7:34

Mardi 21 aout 2012, 00h35
Et voici la meilleure recette pour une garde de nuit tranquille : deux ou trois cafés pour vous tenir éveiller, un peu de paperasse et un peu de musique pour se détendre. Et maintenant, le défi du jour ou plutôt de la nuit : rester éveillé au cas où une urgence se présenterait . Dans la cas contraire, rester éveillé quand même
!

Et bien, c'est bizarre à dire, mais depuis un bon moment, j'espère que quelqu'un va venir se plaindre de quelque chose ! Maux de ventre, maux de tête, n'importe quoi !, chialait une infirmière.

Alicia la regarda, puis esquissa d'un bref sourire. S'ils savaient ... Alicia était prise toute la nuit pour cette garde, elle était là à remplir des dossiers et à écouter les autres chialer alors qu'elle n'avait pas fini de rester éveillée. Demain, elle devait assister à un briefing, mais elle ne savait pas pourquoi. Une nouvelle mission surement. Ce qui voulait dire que son planning était chargé jusqu'à demain. Elle terminerait son boulot vers les huit -neuf heures, elle irait prendre une bonne douche, un petit déjeuner au mess, avec Franz peut-être puis elle irait dormir jusqu'à quatorze heures ... Drôle de routine hein ....

8h30.
Allez hop ! C'était le temps de quitter le boulot pour la jeune blonde. Alicia tenait à peine debout et en plus, elle faisait peur ! D'énormes cernes marquaient on visage, il faudrait qu'elle pense à se poudrer le visage avant de partir au briefing! Mais pour l'instant c'était son ventre qui s'affolait ! Elle avait tenter de joindre Franz, mais il ne répondait pas, il devait être occupé. C'est donc seule qu'elle prit le petit déjeuner et une fois son estomac bien rempli, elle fila aux vestiaires des femmes. Vide à cette heure ... Normal, puisque tout le monde étaient réveillés depuis un bout de temps et avaient entamé leurs journées ... C'était l'inconvénient de la médecine : vous dormez quand les autres font leurs quarts de travail et vous faites le votre quand les autres dorment ( du moins, pour ce qui était de la garde de nuit .

Bref, une fois ces deux choses faites, ce fut direction les quartiers et déjà en ouvrant la porte, le lit semblait vouloir accueillir Alicia avec empressement. Mais d'abord, la jeune femme mit une sonnerie de réveil à tout cassé . Elle était partit pour une petite sieste régénératrice avant ce fameux briefing.

13h30.
Et voila, c'est l'heure du réveil et un peu plus, il fallait extirpé de force la jeune doc de son lit ! En un rien de temps, elle enfila son uniforme réglementaire puis passa un petit dix minutes à cacher les poches sous ses yeux. Elle devait avoir l'air fraiche et dispo pour cette mission !! Elle passa au mess pour se chercher un double expresso qu'elle bu en un rien de temps et elle en prit un autre pour le moment de la réunion. Arrivée, elle vit beaucoup de tête qu'elle connaissait déjà, elle avait été en mission avec la plupart d'eux, sinon, elle les avait croisés une ou deux fois. Alicia sourit particulièrement à Franz puis alla prendre place sur un siège. Elle ne s'était pas assise trop près de Franz pour montrer ne pas trop faire jaser. Certes les militaires n'étaient pas des commères et n'en avait certainement rien à faire de ce qui se passait, mais Alicia ne voulait rien alimenter.

Une fois tout le monde arrivé, un homme du nom d'Anderson fit sa présentation qui était MORTELLEMENT longue et incompréhensible pour le commun des mortels. Si elle avait su, elle aurait demandé un triple expresso au lieu d'un double !! C'était presque de la torture d'entendre toutes ces explications qui auraient pu être mise dans un petit dossier, tout en enlevant les détails des carrés et autres blablabla scientifiques auxquels peu de gens avaient compris ! La jeune femme fut ravie quand le Général perdit patience et demanda d'en venir au fait !
Finalement, ce n'était pas si compliqué! Trois sites, trois équipes, trois buts qui finalement se rejoignaient en un seul et même but : une arme anti-Kull.

Lorsqu'on nomma son nom dans l'équipe qui allait capturer un Kull, Alicia hocha de la tête. Elle savait ce que c'était comme guerriers, mais elle était certaine que l'équipe y arriverait. Et puis, il y avait tous de bon éléments : Quaritch, Jonhson, les Black Eagles dont elle avait entendu parler. Par contre, elle ne connaissait pas le dénommé Bentley.
Tous étaient d'accords pour dire que les Kulls étaient redoutables, mais on ne leur demanderait pas d'en ramener un si c'était à 100% impossible.


Ils doivent bien avoir un point faible ces guerriers. Suffit de le trouver et de l'exploiter ....
Revenir en haut Aller en bas
Rick Saegger
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 12

Arrivé au SGC : 02/07/2012

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
22/1000  (22/1000)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Lun 16 Juil - 21:01

    Rick avait rejoint la base du SGC depuis quelques semaines seulement et il n'avait pas encore été envoyé pour une quelconque mission. Cela ne le dérangeais pas plus que cela, bien qu'au fond de lui il aimerait un peu d'action, car rester trop longtemps sans rien faire, n'était pas bon pour lui. L'inaction, il n'aimait pas, si bien que chaque jour, il courait et s'entraînait aux tirs. Au tir, il n'était pas plus mauvais avec un flingue en main. Néanmoins, il était meilleur au tir avec sniper et pour cause, s'était sa spécialité depuis plusieurs années.

    Pourtant RIck n'avait pas exercé ses talents de sniper au SGC et cela lui titillait de plus en plus. IL voulait savoir jusqu'où il pouvait aller, mais avant tout, savoir jusqu'où il doit aller pour ne pas être une gêne. Et pour ne pas rester inactif, Rick s'entrainait de plus en plus quitte à ne plus pouvoir bouger pendant plusieurs minutes.

    Aujourd'hui, Rick devait se rendre à une certaine heure à la salle de briefing. Il devait donc ne pas faire trop de sport et pourquoi pas ne pas en faire. Cela était une bonne idée, car s'il commençait l'entrainement il ne s'arrêterait plus. Il préférait donc juste marcher un peu pour passer le temps. Il profitait de cette marche pour visiter quelques niveaux, comme par exemple le niveau 22 ou le niveau 23.

    L'heure du repas arrivait et ne voulant pas arrivé en retard au briefing, Rick prit son repas un peu plus tôt et pu manger assez. Pourtant la faim n'était pas là et donc il finissait au moment où au mess les tables commençaient à se combler. Il laissa donc sa place et se rendit à la salle de briefing où il y avait déjà quelques personnes attendant l'arrivée des derniers arrivant.

    Rick s'assit donc à une chaise se trouvant sur le côté et attendit avec les autres les dernières personnes convié au briefing sur quelque chose. Lui-même n'en savait rien et avait hâte de le savoir. Lorsque tout le monde fut arrivé, Rick écoutait attentivement ce que disait le docteur Anderson. Rick n'était pas idiot, mais les explications du docteur était un peu trop compliquer à son goût. Il nota que les choses dont il arrivait à se souvenir et relira cela plus tard. Cependant peu de temps avant que le général ne fasse accélérer les choses, Rick était complétement perdu et ce ne fut pas le seul apparemment. A la fin du briefing, il posa une seul question en raison de ceux que les autres poser avant.

    - Quand devrons nous partir ?
Revenir en haut Aller en bas
Rodney Mc Kay
----------------
avatar
----------------
Assistant
----------------


Nombre de messages : 241

Arrivé au SGC : 07/07/2012

Age du Joueur : 50


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
99/500  (99/500)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Lun 16 Juil - 22:46

- Docteur Mc Kay j'ai une idée!

Rodney glissa une carte dans un lecteur magnétique et le pavé numérique de l'ordinateur s'éclaira. Avant de composer le code, il s'arrêta, le doigt en suspens au-dessus des touches lançant un regard courroucé à cet incompétent de Docteur Lee qui ne cessait de l'interrompre.

- Eh bien vous n'avez qu'à la saluer de la main et attendre qu'elle passe!

Rodney avait de grosses responsabilités et beaucoup de travail. Il ne pouvait pas se permettre de se laisser distraire, le Département Recherches du SGC s'appuyait sur lui et son génie. L'astrophysicien entra la date de naissance du brillant Einstein et pu accéder librement au programme sur lequel il travaillait depuis des mois maintenant : Un MALP amélioré. En fait c'était nettement plus élaboré que cela. Rodney voulait faire en sorte que les sondes d'explorations envoyées en éclaireuses sur les planètes ne soient plus limitées dans leurs déplacements et analyses des environs. Cela réduirait les mauvaises surprises et leur en apprendrait plus sur l'essence même d'une planète.

- Docteur Mc Kay, c'est l'heure de votre conférence!

Rodney avait complétement changé la forme des MALPS pour qu'elles puissent voler en ajoutant notamment un système de répulseurs qui devrait lui faire atteindre les 40 km/heures. Des capteurs de radiations et optiques ainsi que des senseurs lui permettraient d'analyser chaque particule d'une planéte. Enfin, de par leur programmation, ces machines seraient curieuses et inquisitrices. S'il y avait quelque chose de précis à trouver sur un monde, alors elle le trouveraient dans la majorité des cas. C'est alors qu'il réalisa qu'on venait de lui parler. Levant la tête et manquant se cogner à sa lampe de bureau il demanda

- Hein ? Quoi ?? Quelle conférence ?

...

Contre toute attente, cette réunion se révélait intéressante. Bien sûre Anderson n'avait pas su mener la conférence avec autant de charisme que l'aurait fait Mc Kay mais ce n'était pas mal. Ca changeait agréablement des militaires un peu bourrins qui ne pensaient qu'à tout faire exploser. Il avait pris des notes sur sa tablette tout en songeant que si il avait pensé le premier à travailler sur les guerriers Kull il aurait certainement trouvé la solution depuis longtemps. Car utiliser le carré de Polybe était un jeux d'enfants. Même O'neill pouvait y parvenir si seulement il renait le temps de bien suivre les explications. Seulement voilà, Mc Kay ne pouvait pas tout faire en même temps. Bref tout lui semblait clair et net. Il était donc intégré à l'équipe qui se rendrait en Egypte dans la nécropole de Saqqarah.

Tout ce que Rodney espérait c'était que les gens d'armes sauraient le protéger afin qu'il puisse travailler tranquillement. Anderson semblait particulièrement exalté toutefois. Un peu trop même. Il se faisait beaucoup d'illusions et allait certainement être déçu. Rodney décida donc, en tant qu'astrophysicien responsable et rationnel de le prévenir.

- J'ose espérer que vous ne caressez pas l'illusion de trouver vraiment une fontaine de jouvence!

Car entre le mythe et la réalité il y avait tout un monde. Si on prenait la fontaine de Jouvence de Brocéliande par exemple, les conteurs prétendaient que son eau associée à un rituel approprié permettait de vivre éternellement. Mais les historiens-scientifiques, eux, avaient démontré que cette appellation avait été donnée car on y baptisait les nouveaux-nés tous les 21 juin. Mais lorsqu’on ne pouvait pas amener un enfant né dans l’année, on venait l’année suivante. Ils gagnaient ainsi un an, d'où ce nom pompeux de "fontaine de jouvence".


Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Lun 16 Juil - 23:27

Pas de sommeil, mais de la méditation. Il devait avoir l'esprit clair et un corps sain. Transe. Cette transe guerrière qu'il avait de plus en plus de mal à atteindre, la colère et la rage de vaincre sans l'aveuglement. Afficher un calme à toute épreuve alors qu'il boue à l'intérieur, ses entrailles rongées par ses mauvais sentiments qu'il se devait de contrôler avec précision pour ne pas sombrer dans une fureur destructrice. Une limite, cette limite, la dernière. Il la sentait proche, il s'en approchait à pas de loup, les images s'éloignaient et le goût de sang persistait dans sa bouche. Ça y est.
Le Berserk était de retour.
Il rouvrit les yeux, inexpressif. Sa petite excursion avait portée ses fruits. Maintenant il fallait maintenir cet état jusqu'à l'affrontement, ce qui n'était pas aisé : le moindre écart et il pouvait exploser en plein millieu de la base. Pas un mot, pas de cigarette ou de pensées que celles concernant le combat. Le Général avait réquisitionné les Black Eagle et d'après les premières infos, c'était pour affronter un Kull. Ces salopards étaient proche de l'invincibilité et à chaque rencontre les terriens avaient souffert. Lui-même avait hérité de sales blessures lors d'affrontements rapprochés avec.
Tranchée, C4, diversion, bruit assourdissant, douleur. Ces yeux.
Corps à corps, survie, mauvais souvenirs, vengeance, protéger Annabel, force surhumaine. Ces yeux.
Il s'arrêta juste devant l'ascenseur, prit de vertiges. Non, pas maintenant, pas déjà, se calmer, tenir les parasites à distance. Il prit une longue inspiration, des picotements désagréables apparaissant sur le long de sa jambe gauche, de son avant bras gauche et sur sa joue. Non ! Il entra dans l'ascenseur d'un pas vif mais mal assuré, prit sa radio et appela Almie sur le canal réservé aux Black Eagle. Au niveau 22, l'extraterrestre s'engouffra aux côtés de son mentor dans la cage métallique, elle attendit que la porte se ferme pour lui tendre une seringue. Le militaire ôta le cache et l'enfonça à la base du cou. Un grognement bestial accompagna la diffusion du produit dans son organisme, ses jambes flanchèrent et il fut rattrapé par sa protégée. Elle le maintint entre elle et la paroi de l'ascenseur et lorsqu'il ralentit, elle s'éloigna, féline. Ses petites mains quittèrent son torse juste avant l'ouverture des portes, non sans une caresse discrète sur une cicatrice qu'il avait reçu lors de la mission sur Alania.

-Alor.
Les portes s'ouvrirent sur deux militaires en pleine discussion sur une quelconque mission de routine. Almie s'éclipsa et le gradé fit ce qu'il put pour contenir la rage lui dévorant les tripes. Il sentait le sang affluer dans ses muscles qui se contractaient sporadiquement, une tension bien connue avait prit naissance à la base de son cou pour remonter progressivement vers le bas de son crane. Chaque fibre de son corps se préparait au combat, il était comme une machine à qui on faisait un check-up avant le démarrage. Une machine de guerre. L'ascenseur s'ouvrit de nouveau et il se retrouva devant une vision de plus en plus familière. Hagman, Barber et Biggs l'attendaient. Pour le briefing mais cette fois, il ne leur sourit pas. Cette fois ce n'était pas une mission, c'était la mission, celle qui pouvait être la dernière, bien plus dangereuse que les autres. Il sentait que ce serait éprouvant et douloureux. La concentration , l'analyse et la réactivité seraient les maîtres mots. Ses hommes le comprirent et sans le moindre mot, ils se dirigèrent vers la salle de briefing. Le Général fut salué et les Black Eagle prirent place au fond de la salle, tels les sales gosses qu'ils étaient. Quelques instants après, Fett entra et salua ses frères d'armes.

« Bien, t'as l'air en forme aussi ? Répondit-il d'une voix neutre. Almie resta à la base cette fois-ci, elle manque encore de discipline. »

Smith suivit de près et les salua, le gradé en fit de même. Le briefing commença dès que tout le monde fut là. L'espace d'un instant, alors qu'Anderson expliquait le fonctionnement du carré de polybe, la silhouette de Nyphus fit son apparition dans un coin de la pièce, il reporta son attention sur les diapos pour ne pas perdre sa concentration. Boba avait déjà succombé, Biggs faisait un rubis-cube -caché sous la table- et Hagman semblait compter quelque chose, quoi ? Aucune idée. Barber en revanche, semblait être intéressée par le flot continue d'Anderson qu'elle ne lâchait pas des yeux. Un bref regard vers l'arrière lui assura que même Smith avait lâché prise, malgré son sérieux tout anglais. Dans d'autres conditions il se serait lui aussi laissez aller mais s'il relâchait sa vigilance, tous ses efforts auraient été vain.
Enfin le Général prit la parole pour donner les ordres de mission. Et c'était pire que ce à quoi il s'attendait, le gradé se passa une main dans sa barbe laissée en friche. Certains prirent la parole, il écouta sans retenir, tout ses commentaires étaient sans intérêt. Il se racla la gorge.


« On trouvera un moyen. On a abattu Svarog, on peut très bien venir à bout d'un salopard en armure. Ils sont plus con qu'les Jaffas, c'est pour dire ! Il se leva. Si toutes les questions sont réglés pour mon unité, Général, je souhaiterais guider mes hommes vers l'armurerie pour faire un premier point avec eux ? »
Revenir en haut Aller en bas
John Sheppard
----------------
avatar
----------------
Major
----------------


Nombre de messages : 5862

Arrivé au SGC : 07/11/2006

Age du Joueur : 34


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 35
Profession: Floodeur
๏ Expérience:
2002/3200  (2002/3200)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Mar 17 Juil - 22:52

Quelle belle journée….du soleil, de la chaleur, un peu de vent, au revoir la pluie, une journée agréable s’annonçait, du moins, c’était la météo qui l’annonçait, car oui, à l’intérieur de la base, le temps n’avait pas d’incidence sur la journée du Major. Malgré cela, il était ravi d’être là, ravi d’être revenu après quelques semaines de vacances où il en avait profité pour aller boire quelques bières avec amis ou collègues dans plusieurs bars, où il s’adonnait à plusieurs journées de détente au bord de sa grande piscine à s’ennuyer comme un rat crevé, il était enfin revenu après deux mois s’en avoir quitté cette planète. Une mission, voilà ce qu’il lui fallait, et voilà pourquoi il était ravi, un briefing était organisé le lendemain, il devait bien sûr y assister en vue de sa prochaine mission. L’excitation se lisait sur son visage, il allait enfin poser le pied sur une nouvelle planète…du moins, c’est ce qu’il croyait.

Le jour J, le Major avait été un des premiers à rejoindre la salle de briefing, saluant ses collègues déjà présent, il s’installa sur une chaise libre et jeta un œil au scientifique debout, près du rétroprojecteur, il semblait bien excité lui aussi, impatient de faire part de ses découvertes, tout comme le Major était impatient de savoir qu’allait être leur prochaine mission. Vu le monde qui arrivait, quelque chose de lourd se préparer. O’Neill avait pris la parole, invitant le scientifique à commencer ce briefing, ce qu’il fit. Pour le moment, tout allait bien, Sheppard comprenait chaque mots, il écoutait attentivement toujours plus pressé d’en savoir d’avantage, les images défilées une par une, montrant l’alphabet Goa’uld tandis qu’Anderson expliqué en même temps son travail, la traduction qu’il semblait avoir essayé de faire, ou qu’il avait faite, ou qu’il allait réussir à faire… Et voilà, c’est à ce moment précis que le Major avait décroché. La suite était d’un ennui mortel, lui qui avait attendu avec impatience ce briefing durant une journée bizarrement plus longue que les autres, il était tout aussi déçu que lorsque qu’il avait appris que, durant ses six mois d’exil, les Giants n’avaient gagnés aucun match.

Le bras accoudé sur la table, le menton encré dans la pomme de sa main, il écoutait quelques phrases par ci par là, des mots comme « carré de polybe » l’avaient plongé dans une léthargie que seul un avion avait réussi à perturber, « Tiens un F-302… », ses camarades semblaient tout aussi perdu, peut-être pas tous, certains écoutés avec une grande attention, surement par politesse, d’autres avaient carrément la tête plaquée sur la table, il aurait aimé en faire autant, mais la partie la plus intéressante venait d’arriver.

Les équipes étaient maintenant formées, deux d’entre elles resteraient sur Terre, malheureusement pour lui, le Major en faisait partie, une autre partirait sur une planète afin de capturer un Kull… Facile… Leur mission : Trouver et ramener la fontaine de Jouvence, qui pourrait permettre de créer une arme contre les Kull, voilà tout ce qu’il y avait à dire, et pourtant, le briefing avait été si long… Pour lui, la destination était l'Égypte, fouiller une pyramide semblait bien ennuyeux comparé aux autres qui allaient pouvoir affronter du Jaffa, et comme l’avait déjà signalés ses coéquipiers, comment fouiller un site touristique avec une équipe composée de deux scientifiques et trois militaires ? Mais cette question n’était pas la plus attendu, ni la plus intéressante, comment les Black Eagle allaient-ils capturaient un Kull ? Et même s’ils y arrivaient, ne serait-ce pas dangereux pour eux ? Pour la Terre ? Comme cela avait été le cas quand ils avaient ramenés Khalek à bord du Dédale.

Revenir en haut Aller en bas
Joshua Bentley
----------------
avatar
----------------
Sergent Major
----------------


Nombre de messages : 906

Arrivé au SGC : 11/12/2007

Age du Joueur : 35


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
355/3200  (355/3200)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Mar 17 Juil - 23:34

Depuis combien de temps était-il coincé à la base ? Josh ne savait plus, les jours devenaient si longs, le temps était à présent son pire ennemi, on le retenait contre son gré, repoussant sans cesse le rendez-vous qui statuerait définitivement sur son avenir, allait-il être obligé de rester sur Terre ? Rester au Sg-c ? Ou lui donnerait-on le droit de passer la porte et de faire sa vie où il le souhaitait ? Il espérait tant que le dernier choix soit adopter, et pourtant, vu l’attente prolongée qu’il devait subir, ça ne semblait pas très bon pour lui. Il enchainait les gardes, les séances d’entrainement et les allés et venu dans la base et plus précisément non loin du bureau de Rasmussen, espérant que celui-ci le verrait et se rappellerait de leur rendez-vous, mais rien, il avait perdu tout espoir de sortir de ces murs un jour quand un militaire vint l’interrompre au mess. L’homme n’avait pas trainé, et alors qu’il quitté les lieux d’un pas pressé, Bentley afficha un léger sourire sur le visage, un grand briefing avait lieu demain, et il devait y assister.

A son entré en salle de briefing, le jeune homme salua les autres militaires présent, ça ne devait pas être une mission comme les autres, vu les gradés qui étaient réunis ici. Il reconnut par ailleurs la jeune femme qu’il avait rencontrée durant sa petite balade autour des labos, cette scientifique qui lui avait valu une bonne heure de prise de tête avec son supérieur complètement débile, plus jamais il ne mettrait un pied dans ce niveau. Un drôle de petit gars à lunettes commença à parler à l’attention de toute le monde, la télécommande du rétroprojecteur en main, il fit défiler images tout en racontant sa vie, enfin son travail qui semblait très soporifique, cela lui rappelait l’école, tout assis sur une chaise, écoutant une seule et même personne, s’endormant lentement au rythme des mots débités par le professeur. L’envie de bailler devenait de plus en plus forte jusqu’au moment où il ne pouvait plus l’a retenir, il bailla donc en s’étirant discrètement, espérant qu’on mettrait vite un terme à ce calvaire. Malheureusement, le professeur ne semblait pas vouloir s’arrêter, malgré les très nombreuse interventions du Général pour le presser, il en avait fini des traductions et parler maintenant d’une pyramide en Égypte, d’une autre au Mexique, deux équipes iraient là-bas pour les fouiller à la recherche de la Fontaine de Jouvence, espérant que celle-ci les aideraient à créer une arme contre les Kull.

Son nom avait enfin été cité, il ferait partie de l’équipe qui se rendrait sur une planète Goa’uld afin d’y capturer un Kull, et quelle équipe, les Black Eagle, l’élite du Sg-c. Il n’allait pas s’ennuyer dans une pyramide au moins, l’action serait au rendez-vous, et peut-être pourrait-il en profiter pour ne jamais rentrer sur Terre. Tout le monde semblait perplexe quant à la manière de capturer un Kull, pour eux, c’était tout simplement impossible, le Sergent était tout de même confiant, et l’homme qui les mènerait au combat l’était aussi, « Loué soit Narah », pensa-t-il au moment où celui-ci demanda à ce que lui et son équipe quitte le briefing pour se rendre à l’armurerie.

Revenir en haut Aller en bas
Michael Anderson
----------------
avatar
----------------
Responsable des scientifiques
----------------


Nombre de messages : 981

Arrivé au SGC : 18/03/2009

Age du Joueur : 34


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
281/500  (281/500)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Mer 18 Juil - 21:04

« Que ceux qui n’ont rien compris lèvent la main bien haut ! Allez… bien haut ! Ne soyez pas timides ! »

Je hais les militaires. Et après certaines personnes au SGC se demandaient pourquoi je passais le plus clair de mon temps enfermé dans mon bureau ! Le carré de Polybe était à la portée d’un élève de 14 ans. Il semblait que la masse de cellules musculaires en face de moi n’égalait pas la masse des cellules grises d’un collégien lambda. Je soupirai et décidai qu’un cours supplémentaire pour mes élèves obtus s’imposait. Je remis la première diapo.

- Ceci est un carré de Polybe. Pour le déchiffrer il suffit de…

O’Neill pâlit, puis secoua ses index frénétiquement dans ma direction.

- Non non docteur ce n’est pas nécessaire. Je pense que tout le monde a en fait bien tout compris.

L’expression des hommes assis en face de moi révélait exactement le contraire, mais je me tus. Il semblait que le général ne souhaitait plus que je m’exprime. Alors que je réfléchissais à un moyen quelconque pour contourner le problème, une conversation s’engagea entre les membres du SGC concernant les sites sur lesquels nous nous rendions.

« Tout ceci est bien joli docteur, mais je vous rappelle que Chichén Itzá et les pyramides d’Egypte sont des lieux touristiques très fréquentés… Qu’est-ce qu’on fait des civils si ça se passe mal ? On tire à travers comme s’ils n’étaient pas là ? »

Effectivement il a raison, d’autant plus qu’envoyer un groupe armé en plein territoire mexicain… Ça va être dur de le justifier non ? Par contre serrait-il possible d’avoir une copie de vos recherche Anderson ? Histoire de comprendre votre méthode, votre raisonnement et m’en servir pour trouver quelque chose d’intéressant pendant nos recherches ?

"Mon Général, devons-nous nous déployer avec l'équipement complet de mission ou en simples touristes ? Des touristes seront ils présents sur place lors de notre passage ?"

C'est un site hautement sécurisé pour y éviter les pilleurs. On peut facilement avoir accès à l'extérieur du site, mais l'intérieur, c'est autre chose, même en tant que touriste. Les zones accessibles sont extrêmement retreintes.

« L’intérieur du site peut il être ouvert pour des groupes spéciaux, genre étudiant en archéologie ou anthropologie ? »

Je pense pas avoir le profil type d’un étudiant ! Mais ça… après…


Je m’apprêtai à répondre à ces questions dont la plupart m’étaient directement destinées, mais le général me devança, certainement par peur que j’enchaîne une fois de plus sur le carré de Polybe… ce que j’aurais bien entendu fait sans le moindre remord et, je dirai même plus, avec grand plaisir.

- Vous n’aurez pas à vous inquiéter des autorités mexicaines et égyptiennes, ni des touristes. Le CIS s’en charge actuellement. Nous avons des hommes politiques impliqués dans le programme « porte des étoiles », autant les utiliser. Vous aurez votre équipement complet lors de ces missions. Nous ne savons pas si la fontaine de jouvence est protégée ou non. Et oui, les travaux du docteur Anderson sont consultables sur l’intranet de la base pour tout un chacun. Mais je vous préviens, ce n’est pas plus simple vu écrit qu’entendu de la bouche de l‘archéologue.

La plupart des membres satisfaits, la conversation s’orienta alors vers un autre sujet : la capture du guerrier Kull.

-« Et on fait comment pour le ramener ? Je peux l’attirer avec du fromage, mais une tapette à souris géante ne suffira pas. D’autant plus que nos armes sont inefficaces. On lui demande gentiment de bien vouloir nous suivre ? »

« J’ai un filet de pêche dans mon coffre, si ça peut suffire pour le capturer… »

Ils doivent bien avoir un point faible ces guerriers. Suffit de le trouver et de l'exploiter ....

« On trouvera un moyen. On a abattu Svarog, on peut très bien venir à bout d'un salopard en armure. Ils sont plus con qu'les Jaffas, c'est pour dire ! Il se leva. Si toutes les questions sont réglés pour mon unité, Général, je souhaiterais guider mes hommes vers l'armurerie pour faire un premier point avec eux ? »

- C’est exactement ce que j’attends de vous. Je sais que je vous demande beaucoup, mais si l’on veut un jour se débarrasser d’eux cela passe par là. Soyez ingénieux et montrez à Anubis de quel bois nous nous chauffons, nous les Terriens. Si personne n’a rien à rajouter colonel Narah, vous pouvez vous rendre à l’armurerie…

Ce fut alors que le dénommé McKay qui allait m’accompagner en Egypte se permit une remarque pour le moins déplacée, qui mettait en doute toutes mes recherches.

- J'ose espérer que vous ne caressez pas l'illusion de trouver vraiment une fontaine de jouvence!

- Sans vraiment espérer… bah… euh… si. Si j’en crois la base de données que j’ai transcrite cela semble plus que probable. Mais il est vrai que je peux me tromper.

Cela ne sembla guère rassurer le scientifique et je commençai sérieusement à m’inquiéter concernant la mission à Saqqarah. S’il se comportait de cette façon, la mission risquait de paraître bien longue.

- Quand devrons nous partir ?


- Dès que les derniers détails sont arrangés avec le CIS. D’ici 24 heures je pense concernant l’équipe qui part par la porte des étoiles. L’équipe qui se rend en Egypte quant à elle décolle d’ici une poignée d’heures. Il faut compter une vingtaine d’heures d’avion pour arriver en Egypte. D’ici là, le CIS aura arrangé les détails de votre mission là-bas. Concernant Mexico, le trajet étant moindre, nous allons attendre le feu vert du CIS avant de vous y envoyer.

Tandis que je trouvais un siège pour m’asseoir, ayant enfin compris, à mon plus grand désespoir, que la conversation ne s’orienterait plus vers le carré de Polybe, le général quant-à lui abandonna sa position assise. Il se leva et embrassa du regard l’ensemble des hommes réunis devant lui.

- Messieurs, j’espère que vous vous rendez bien compte de ce que ces missions impliquent. A moyen terme cela veut dire l’éradication des guerriers Kull qui sèment la terreur dans notre galaxie et l’affaiblissement non négligeable du plus grand ennemis que nous ayons rencontré jusqu’alors. Pourtant je ne suis pas inquiet. Mes meilleurs éléments se trouvent réunis ici, aujourd’hui, et je suis particulièrement confiant en vos capacités. Messieurs bonne chance à tous.


_________________





Dossier de Michael Anderson

«La capacité d'apprendre est un don ;
La faculté d'apprendre est un talent ;
La volonté d'apprendre est un choix.»


Frank Herbert
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-worldofart.actifforum.com
Michael Anderson
----------------
avatar
----------------
Responsable des scientifiques
----------------


Nombre de messages : 981

Arrivé au SGC : 18/03/2009

Age du Joueur : 34


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
281/500  (281/500)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Lun 20 Aoû - 21:41

Suite des posts : Saqqarah et Chichen Itza



O’Neill faisait les cents pas dans son bureau, boitant plus que jamais, les mains jointes derrière son dos et le front plissé par l’anxiété. Certes, l’équipe de Chichén Itzá était à l’infirmerie et ils avaient découverts la fontaine de jouvence. C’était une grande nouvelle, mais O’Neill n’en était pas moins tracassé pour autant. Si la fontaine de jouvence était au Mexique, qu’y avait-il à Saqqarah ? L’équipe en Egypte aurait dû le contacter depuis longtemps et les autorités égyptiennes qui n’avaient pas eu non plus de nouvelles de leur colonel sur place, avaient envoyé à Saqqarah une patrouille qui n’avait découvert qu’une galerie effondrée qu’ils s’étaient mis en devoir d’explorer. Et d’après sa conversation avec l’état major de ce pays, les Egyptiens ne semblaient pas être très contents de la manière dont l’armée américaine traitait un patrimoine archéologique vieux de plusieurs millénaires…

De surcroît, le délai de cinq heures qu’il avait donné aux Black Eagles pour contacter le SGC était écoulé.

Cela ne pouvait guère aller plus mal…

C’est alors que le téléphone sonna. Il se précipita sur le combiné et répondit. Lorsqu’il raccrocha, un souci de moins pesait sur ses épaules. L’équipe de Saqqarah était désormais à Abou Simbel et avait découvert un laboratoire appartenant à Imhotep.

Il ne restait plus qu’à recevoir des nouvelles d’une seule équipe… les Blacks Eagles. Les membres douloureux à force de déambuler dans son bureau, O’Neill prit la décision qui s’imposait. Il se dirigea vers la salle de commande du SGC. Rasmussen était déjà sur place. Lui aussi semblait pensif et mal à l’aise. Les deux hommes se saluèrent, puis O’Neill se tourna vers le sergent Harriman.


- Walter, composez Garazem, nous allons tenter d’entrer en contact avec nos hommes.

Le technicien s’affaira sur les commandes. Chevron après chevron, la porte des étoiles s’activa. O’Neill en trépignait presque d’impatience. Aussi lorsque le vortex se forma, le général se jeta sur le micro de la salle de commande.

- Ici le général O’Neill, les Black Eagles où en êtes-vous ?...

Rien. Pas une seule réponse. Ils entendirent seulement une ininterruption de sons parasites. Cela ne présageait rien de bon.

- Je répète, les Black Eagles quelle est votre situation ?

Toujours rien. Puis au bout de trente secondes d’attente insoutenable, une voix familière répondit. O’Neill laissa exploser sa joie en donnant une tape amicale dans le dos de Rasmussen. Ce dernier, sans pour autant exprimer son contentement de manière aussi visible, sembla soulagé.

Mais l’enthousiasme du général retomba tel un soufflé lorsque le chef d’équipe sur Garazem leur eut expliqué la situation. Elle était loin de leur être favorable. Entre les nombreux super soldats qui avaient débarqués, les blessés, la division de l’équipe en trois groupes et l’arrivée des jaffas dans la partie… la bataille semblait perdue d’avance…


- Tenez bon, je vous envoie des renforts.

Sur ces quelques mots qui apporteraient à n’en pas douter, espoir aux Black Eagles, la porte se referma et O’Neill se tourna en direction du sergent Harriman.

- Walter branchez-moi sur les haut-parleurs de la base.

Mais Rasmussen, qui n’avait encore rien dit, veillait au grain. Il n’avait rien loupé de la scène et il connaissait bien le caractère impulsif des militaires, pour en avoir été souvent témoin par le passé. Il se racla la gorge pour attirer l’attention des personnes présentes, puis prit la parole.

- Qu’allez-vous faire général ?

- Envoyer tous mes hommes disponibles sur cette satanée planète bien entendu ! Que voulez-vous que je fasse d’autre ?

- Je ne peux pas vous laisser faire ça général.

- Pardon ?

O’Neill se redressa de toute sa hauteur, une étincelle brillait dans son regard. Malgré les lourds handicapes du général, Rasmussen n’en menait pas large. Cependant, certain du bien fondé de son argumentation, il soutint le regard de l’officier et enchaîna.

- Nous nous étions mis d’accord pour une mission d’envergure, aussi j’ai accepté l’envoi des Black Eagles augmentés de quelques hommes, ainsi que le départ de deux autres équipes en Egypte et au Mexique. Non seulement j’ai accepté une telle décision mais je l’ai aussi appuyée. Mais la situation a évoluée. Il y a trois, quatre ou même davantage de super soldats d’Anubis sur cette planète. Je refuse d’envoyer d’autres de nos soldats à une mort quasi-certaine. Et vous général ? Vos Black Eagles devront se débrouiller tout seul. Je suis désolé.

O’Neill foudroya Rasmussen du regard puis pivota vers le technicien en charge de la Porte des étoiles.

- Moi aussi je suis désolé. Walter, contactez l’Odyssée en orbite.

Rasmussen tiqua.

- Que faites-vous général ?

- Comme vous ne me laissez pas le choix, je vais utiliser « tous » les hommes qui font déjà partie intégrante de cette mission. Il nous en reste quelques-uns en Egypte et d’autres sont actuellement à l’infirmerie.

Les deux hommes s’affrontèrent du regard un moment, puis Rasmussen pivota sur ses talons et sortit de la salle de contrôle. O’Neill avait remporté la partie… pour cette fois.

- Dites au capitaine de les téléporter directement en salle de débriefing, comme pour les autres, nous gagnerons du temps…


***



Après avoir exprimé de différentes manière notre joie concernant la réapparition inexpliquée de notre leader (je me bornai à lui serrer la main, le pauvre commençait déjà à avoir les chevilles qui gonflaient, davantage d’effusion aurait porté atteinte à sa santé mentale), je décidai qu’il était temps de constater les dégâts. Je vérifiai d’abord que tout le monde s’était suffisamment éloigné, je levai alors ma lampe-torche puis lançai : Barokna atohara !

Rien ne se passa… enfin presque… Sheppard fit demi-tour et vint me mettre une claque derrière la tête. Il passa ensuite un long moment à me sermonner concernant mon imprudence. J’en avais cure. L’important était que j’avais appris ce que je voulais savoir. Le laboratoire ne serait plus jamais accessible à quiconque… lui et tout ses merveilleux artefacts.

La prochaine étape fut le retour au vaisseau Tel’tak. A la suite d’un excellent travail de la part de McKay, nous pûmes y entrer et ainsi contacter le SGC pour les prévenir de notre situation. Sheppard était en train de nous narrer ses exploits lorsqu’ une lumière nous entoura et nous nous retrouvâmes à bord de l’Odyssée. Cette étape dura deux petites secondes puis nous atterrîmes tous ensemble à Cheyenne Mountain, en salle de briefing. La pièce était déjà en partie remplie, le général ne semblait attendre que nous pour débuter.


- Installez-vous messieurs, ne perdons pas de temps. Vous passerez à l’infirmerie quand nous en aurons terminé ici. Les choses pressent. L’équipe de Chichén Itzá va commencer le débriefing.

Je mis quelques secondes à reprendre mes esprits (passer du désert à l’espace puis atterrir dans une montagne et tout cela en quelques secondes en aurait désorienté plus d’un) puis je m’assis à la seule place restante. Une personne prit la parole et narra succinctement les aventures de son groupe. D’autres prirent la relève et quelques précisions furent apportées par certains. Ils avaient l’air tous très satisfaits par la découverte de la fontaine de jouvence. Trop satisfaits… leur air fat étaient assez exaspérant, je dois bien l’avouer.

- Très bien, bon travail. L’équipe de Saqqarah qu’avez-vous découvert ?

Nous nous regardâmes tous, puis, comme un seul homme, nous tournâmes vers Sheppard. C’était lui le chef d’équipe, à lui de faire le sal boulot après tout. Surtout que nous ne connaissions pas tous les détails concernant sa petite aventure.

Pendant qu’il narrait nos exploits, je pensai à mon pauvre professeur Emerson, qui devait au moment même être pris en charge par les autorités Egyptienne. Lorsque notre mission serait terminée, il faudrait que j’aie une petite conversation avec lui concernant tout ce qu’il avait vu et entendu… Le CIS ferait certainement jouer ses contacts sur place pour qu’il reste quelques jours en quarantaine au Caire en attendant son briefing, sécurité oblige.

D’autres de mes camarades ajoutèrent au récit du major quelques commentaires et quelques remarques acerbes avant qu’O’Neill conclue, énonçant la vérité que nous redoutions tous.


- Donc au final, vous n’avez rien ramené ?

Un silence pesant s’installa. Je souris sous cape et laissai un petit peu mes camarades mariner, puis, d’un geste théâtrale, je sortis de ma veste le petit journal qui avait attiré mon regard lorsque nous étions encore dans le laboratoire d’Imhotep.

- Général je m’inscrits en faux ! Nous n’en sommes pas revenus les mains vides. J’ai récupéré ce petit journal en piteux état mais qui semble prometteur. Le dessin sur sa couverture représente un sarcophage goa’uld ! Associé à la fontaine de jouvence, et en nous y mettant tous, je crois que nous pouvons faire quelque chose de correct d’ici quelques semaines…

- Vous avez quatre heures.

- … ou quatre heures alors…

- Une fois que l’équipe de Saqqarah sera passée par l’infirmerie, les militaires des deux équipes, partiront sur Garazem. Le plus tôt sera le mieux, les Blacks Eagles ont besoin d’aide, ils sont en mauvaise posture. Les scientifiques, quant-à-vous, vous travaillez sur la fontaine de jouvence et sur le journal et vous nous pondez un prototype rapidement. Messieurs, je ne vous retiendrai pas plus longtemps, bonne chance.




[HRP] Je vous laisse remplir les trous jusqu’au débriefing (infirmerie d’un coté, entrée dans le Tel’tak puis communication radio de l’autre). Concernant le débriefing, n’hésitez pas à vous prendre à partie et à vous répondre les uns les autres. Ça devrait être sympa Very Happy

Bon RP, vous avez une semaine pour répondre Wink

_________________





Dossier de Michael Anderson

«La capacité d'apprendre est un don ;
La faculté d'apprendre est un talent ;
La volonté d'apprendre est un choix.»


Frank Herbert
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-worldofart.actifforum.com
Franz Scorzi
----------------
avatar
----------------
Responsable de laboratoire
----------------


Nombre de messages : 1697

Arrivé au SGC : 30/05/2011

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
473/500  (473/500)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Mar 21 Aoû - 9:29

A peine avions nous eut le temps d’arriver à l’infirmerie pour panser nos plaies que déjà il fallait que nous nous redirigions vers la salle de briefing, que pouvait-il se passer ? J’avais beaucoup de chose qui me venait à l’esprit, le groupe d’Alicia n’était pas encore revenu, celui de Sheppard non plus et même si nous avions mis la main sur la fontaine cela ne servirais à rien si les autres ne s’en sortait pas… Mais je ne voulais pas laisser mes pensées prendre le dessus sur mon esprit rationnel, et malgré le fait qu’Alicia n’était toujours pas là j’essayais de rester calme…. Mais parfois c’était plus fort que moi, j’avais une boule dans l’estomac rien qu’à l’idée de….. Non il fallait penser à autre chose…
Mais malgré le fait que je tentais de penser à autre chose notre petit groupe se déplaçait vers la salle de briefing, je ne faisais pas attention à ce que se disait les autres et j’étais tellement absorbé par mes pensées que j’ai faillis, par deux fois, renverser une personne… Et même cela ne me sortit pas de mes pensées. En fait ce fut qu’une fois dans la salle de briefing que je repris un peu conscience de ce qui m’entourait… Surtout quand je vis apparaitre l’équipe venant d’Egypte… Cela me rassurait un peu…. Mais il manquait toujours Alicia et son équipe, eux devaient toujours se battre contre les kulls… Merde ce n’était pas bon pour nous ça…

On ne voulait pas perdre de temps, mais le général voulait des explications vite et sans fioriture… Ayant jeté un regard rapide à mon équipe je pris la parole en griffonnant dans mon carnet. Je ne regardais pas le général ni personne d’autre, seulement à l’équipe manquante et à Alicia…


Ce fut rapide, on a été accueilli par les mexicains et après quelques moments de recherches nous nous sommes gentiment débarrassés de nos amis guides et nous sommes orienté vers l’observatoire. Là nous avons trouvé un accès vers une salle secrète dans laquelle se trouvait un mécanisme protégeant un coffre contenant la fontaine. Puis nous sommes sorti et avons été rammené ici.

Fin de l’histoire.


Je laissai les autres raconter ce qu’ils voulaient dire sur la mission et ce qu’on avait pu découvrir, certain levèrent la voix contre d’autre, d’autre ne disait rien. Et moi j’étais là, perdu dans mes pensées à réfléchir à ce que l’on pourrait faire pour sauver l’équipe d’Alicia s’il y avait besoin… Et je savais qu’il fallait qu’on aille les chercher… Quoi qu’il m’en coute, je savais que je devais rester serein et professionnel. Mais comment est-ce que je le pouvais dans cette situation ? Je ne savais ce qu’il pouvait advenir d’elle… Ni de son équipe…

Tandis que je laissais mon esprit vagabonder j’entendais vaguement l’autre équipe faire son rapport et tenter d’expliquer ce qui avait bien pu se passer durant leur voyage dans la région du Nil… Je m’arrêtai de griffonner dans j’entendis Anderson parler d’Imhotep, et leva doucement la tête vers lui pour écouter sa tirade. Mais avant que je réalise de quoi il était question le général expliqua qu’on devait prendre d’assaut la planète où avait été envoyé la troisième équipe car les Black Eagle étaient en difficulté…. Ils parlaient des militaires, que devais-je faire ? Demander au général si je devais participer à l’assaut ? Ou m’occuper du journal ? Mon cœur me disait de participer à l’assaut, mon cerveau, de décrypter le journal. Mais avec les linguistes et Anderson… Ils devraient arriver à se passer de moi, tandis qu’on avait besoin de tous les hommes pour participer au sauvetage des Black Eagle.
Alors que chacun partait pour se préparer à sa mission je me dirigeais vers le général, je savais au fond de moi que je devais prendre le bon choix, mais je n’arrivais pas à le prendre. Il fallait que je demande au général ce qu’il en pensait…


Général… Il y a déjà beaucoup de scientifique sur place pour étudier la fontaine et le journal et… Nous avons besoin de tous les hommes pour aller chercher nos Hommes sur place… Je sais que je ne suis peut-être pas le plus indiqué pour participer à cette mission… Mais je vous demande si je peux participer au sauvetage de nos amis… Même si je ne suis plus militaire…

Je savais qu’ils avaient besoin de nous… Et le général avait mon sort entre ses mains….
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Lang
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 2961

Arrivé au SGC : 20/02/2011

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
687/3200  (687/3200)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Dim 26 Aoû - 11:24

A priori, nous voilà sorti des ennuis. Tous les mercenaires, ainsi que Joshua, étaient morts, nous avions pu nous enfuir de ce temple souterrain, Sheppard était de retour, toujours en pleine forme…. Seul ombre au tableau, tout ceci n’avait servi à rien : nous n’avions nullement découvert la fontaine de jouvence et l’espèce de laboratoire Go’auld venait de finir sous les décombre ! Il fallait espérer que l’équipe de Chichen Itza avait eu plus de chances que nous… Il était maintenant temps de rejoindre le Tel’tak abandonné un peu plus loin et de rejoindre notre base préférée de Cheyenne Moutain pour un débriefing. Mais, alors qu’Anthony commençait à s’éloigner avec les autres, il entendit la voix d’Anderson qui reprononçait la formule magique Go’auld. C’est pas vrai ! S’il les ramenait là-bas, ils allaient tous mourir noyés ! Qu’est ce qui lui prenait ! Anthony se retourna d’un mouvement brusque et tenta de le rappeler à l’ordre :

« Anderson ! Arrêtez ! » Il n’était pas le seul à avoir réagi. Le major se dirigeait vers le scientifique pour lui administrer une petite tape et le sermonner sur son attitude imprudente. Une fois ce petit imprévu réglé, ils purent enfin rejoindre le vaisseau.

La nuit était bien fraiche, voir froide. Toute la chaleur emmagasinée pendant la journée s’était évaporée. Après plusieurs minutes de marches, la troupe arriva au vaisseau et Mc Kay se chargea de l’ouvrir de l’extérieur, sans oublier au passage de vanter ses qualités de scientifique…. Une fois à l’intérieur, pendant que le major était en train de raconter la manière dont il s’était sorti de ce qui avait failli lui coûter la vie, Anthony alla actionner la radio du vaisseau pour contacter le SGC :


"SGC ? Ici le sergent Lang. Pas de fontaine de jouvence de notre côté. Par contre on a gagné un Te’tak, on va vous le ramener."
« Négatif sergent, l’Odyssée va vous ramener. »

Trois secondes après la fin de la communication, un flash lumineux les entoura (de nouveau) et ils se retrouvèrent à bord de l’Odyssée. Alors qu’Anthony allait s’avancer pour saluer le commandant, même cinéma, encore un flash lumineux et les voilà cette fois-ci dans la salle de briefing du SGC.
Cette fois-ci, c’était bon, Anthony avait eu son quota de téléportation pour la journée… Regardant autour de lui, il vit la salle déjà bien remplie avec l’équipe de Chichen Itza et O’Neil qui semblaient les attendre. Drôle d’effet que celui de passer d’un désert à un briefing où il avait l’impression d’être une bande de gamins en retard à l’école !

Le général ne perdit pas de temps et voulut commencer le débriefing immédiatement : la situation devait être assez grave pour qu’il soit si impatient. Cela avait-il à voir avec ce que l’équipe d’Amérique du Sud avait trouvé ? Anthony alla donc s’assoir sans perdre de temps à une place libre, à côté de Mc Kay, pour son plus grand plaisir…
Ce fut l’autre équipe qui commença à parler : les chanceux avaient trouvé la fontaine ! Ensuite vint leur tour. Pour leur part, c’était beaucoup moins glorieux… Anthony jeta donc un regard vers Sheppard pour voir ce qu’il allait raconter. Il ne s’en tira pas trop mal. Anthony se permit juste de demander la parole pour souligner un autre point
.

« Mon général, je pense qu’il serait important pour la suite d’éclaircir assez la vite la manière dont la Confrérie a pu se tenir informé des déplacements du docteur Anderson et nous préparer un comité d’accueil à Saqqarah sans que personne n’en sache rien. »

Puis le général conclut par cette phrase qui fit se sentir Anthony un peu honteux :

« Donc au final, vous n’avez rien ramené ? »

Regardant tour à tour les autres membres de l’équipe : « Euh… c’est-à-dire qu… »

Il fut aussitôt coupé par Anderson qui brandit un petit livret qu’il avait ramené de là-bas. Ouf, pour une fois, il leur sauvait la mise ! O’Neil leur donna alors l’ordre de se rendre à l’infirmerie faire un petit point avant de partir sur Garazem porter mains fortes à l’équipe des Black Eagles. Voilà qui devait expliquer la crispation du général : ça devait mal tourner là-bas, dans la récupération du super-soldat. En se relevant, Anthony alla voir Anderson et, lui donnant une petite tape dans l’épaule, lui adressa quelques remerciements :

« Eh, merci pour le carnet, ça nous a un peu sauvé la mise…. Pourquoi vous nous avez rien dit avant? »

Il était ensuite temps de passer à l’infirmerie. Ce fut assez bref pour lui vu qu’il n’avait que quelques égratignures et un bel hématome à l’abdomen suite aux coups de poings généreusement donnés par Joshua. Le médecin se contenta donc de l’examiner pour voir s’il n’avait rien de grave au ventre suite à cela et lui mit un peu de désinfectant et deux petits pansements pour son visage. Une fois de remis en état, il se rendit rapidement à la porte où il retrouva les autres membres prêts à partir. Anthony n’était pas tellement serein avant de partir : déjà que savoir qu’ils allaient surement être confrontés à des super-soldats n’était pas très rassurant soi, mais si en plus la situation tournait mal de l’autre côté pour les Black Eagles, ils ne savaient pas du tout dans quoi ils allaient tomber là-bas. Si ça se trouve, ils auraient déjà un comité d’accueil de Kulls à la sortie de la porte… Espérons que la chance soit de leur côté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kate Rizzoli
----------------
avatar
----------------
Astrophysicien
----------------


Nombre de messages : 460

Arrivé au SGC : 10/02/2012

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 28 ans
Profession: Scientifique
๏ Expérience:
92/500  (92/500)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Dim 26 Aoû - 16:26

C'était bien de rentrer à la base. Cette première mission n'avait pas été trop dangeureuse, mais bon, elle avait eu son lot de risque !
Rester pris dans un vestige précolombien, ce n'était pas ce qu'il y avait de plus chouette !!

Kate en était à sa première fois sur le terrain avec le SGC, mais elle n'aurait pas fait partie de la mission et il n'y aurait pas eu une grande différence. Ce n'était pas son travail qui avait servie le plus. Cependant, elle était contente d'avoir contribué un tout petit peu.
Restée dans un labo toute la journée, ce n'était pas aussi mouvementé que sur une vraie mission sur le terrain ...

Lorsque le Général donna ses ordres, Kate obéit et fit un passage à l'infirmerie. Elle n'avait rien, seulement un peu de difficulté à respirer...
Tout rentrerait dans l'ordre dans avec un tout petit peu de temps. C'était probablement dû au stress un peu et aussi a l'isolement auquel ils avaient eut droit ...

Une fois sortie, la jeune scientifique fit un rapide tour au vestiaire pour prendre une douche et se faire un peu plus présentable par la suite. Elle était un peu échevelée à cause de ces aventures ...
Revenue à la salle de briefing, elle écouta ce que les autres donnèrent comme infos. tous semblaient un peu inquiets à cause de l'équipe qui était allé chercher un super soldat.

Le Général fut formel, les militaires partaient à la recherche de l'autre équipe, les scientifiques se penchaient sur les deux découvertes. Pendant que tous se rendaient à son poste, Kate s'approcha de McKay et de Anderson.
Elle se présenta.

Dr Rizzoli ... je peux vous filer un coup de main ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.song-of-ice-and-fire.com/
Cara Mallory
----------------
avatar
----------------
Sergent
----------------


Nombre de messages : 652

Arrivé au SGC : 29/02/2012

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 29
Profession: Militaire
๏ Expérience:
219/3200  (219/3200)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Dim 26 Aoû - 23:17

Le tour à l'infirmerie fut assez rapide, les seule petite plaies à déplorer étaient des égratignures dû à leurs courses effréné jusqu'à l'observatoire. En faite la rapidité était sans doute dû à l'urgence de la situations. Il y avait un breifing qui semblait assez important pour que le résumé du voyage au Mexique passe au second plans. Est ce que l'une des autres missions aurait mal tourné? Pour l'instant leur groupe avait eu de la chance, c'était eux qui avait trouvé l'objet. Cara avait remarqué qu'à l'infirmerie il manquait les groupe, donc ils n'étaient pas encore rentrée, cette absence commençait à l'inquiété... Dès la nouvelle de leurs trouvaille, les autres auraient déjà dû revenir.

Cara arriva dans la salle de briefing, elle n'était pas toute seule. Ceux déjà faisait de bref commentaire, mais les regard inquiet de certains, confirma le doute qu'avait eu Cara. Les autres n'étaient toujours pas rentré et cela voulait dire qu'une chose, quelque chose avait mal tourné. Mais alors pourquoi personne ne faisait rien. Une équipe de secours devait être en train de se préparer pour aller les chercher... Cara fut apaisé quand l'équipe partit en Egypte fit leur entrée, peut être s'était elle inquiété pour rien. C'était son côté maman qui ressortait malgré sa cuirasse de reine de glace. Par contre que faisait l'équipe partit par la porte, toujours à l'infirmerie ou... valait mieux pas y penser.

Elle jeta un coup d’œil à Franz, il était inquiet, elle savait qu'il y avait sa fiancée dans le groupe encore absent. Il y avait eu un truc, sinon ils seraient dans la salle avec eux à célébré la victoire de leur missions. Le général voulait une explication, sans doute était ce obligatoire mais Cara trouvait ça futile, tout son être lui criait de partir par la porte pour aller les aiders. Cela voulait dire aussi ne pas attendre les ordres et n'en faire donc qu'à sa tête. C'était son points faible, elle n'écoutait que rarement les ordres et jusque là elle avait réussi à se contrôler, arriverait elle encore ne serait ce pour pouvoir participer à la mission...

Franz fit un résumé rapide mais il expliqua l'essentiel, pourquoi dire plus. Mais on sentait surtout le stress de ne rien savoir. Cara remercia le ciel de n'avoir personne de chère dans cette situations, enfin si... sa sœur, mais cela faisait tellement d'année qu'elle réussissait maintenant à mettre côté la petite voix qui avait le don de paniquer n'importe qui. Les autres racontèrent également leur mission, elle n'avait pas envie de raconter la sienne, en même temps il n'y avait rien à dire, les autres le faisait très bien pour elle. Elle ne pensait qu'aux membres coincés sur une autre planète.

Il s'avèra qu'aucune équipe de secours n'était prévu. Si un sauvetage devait avoir mieux, c'était qu'avec des militaires et volontaire qui ne sont pas non plus occupé ailleurs. Ni une ni deux, elle savait ce qu'elle devait faire et en plus, égoïstement, elle pourrait passer la porte pour la première fois. Une fois que tout fut fini, elle alla voire le générale, était elle la première à lui adressait sa candidature pour cette mission de sauvetage, peut importe... seule le résultat était important.


"Mon général, je suis volontaire pour cette mission, vous connaissait mes états de services, vous savez que je suis faites pour cette situations."


C'était en partit vrai, le seule risque était qu'elle fasse une crise, mais depuis qu'elle était ici, au SGC, elle n'en avait plus fait. Maintenant la décision revenait à son supérieur...[
Revenir en haut Aller en bas
John Sheppard
----------------
avatar
----------------
Major
----------------


Nombre de messages : 5862

Arrivé au SGC : 07/11/2006

Age du Joueur : 34


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 35
Profession: Floodeur
๏ Expérience:
2002/3200  (2002/3200)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Lun 27 Aoû - 0:52

Cette mission était un échec, ils n’avaient pas trouvé ce qu’ils étaient venu chercher ici, ce qui été très décevant pour Sheppard, tout ce sable et ces récits sur Égypte Antique à supporter pour…rien… Ils pouvaient toujours se consoler en se disant que grâce à cette mission, ils avaient découvert qu’un groupe appelé « Confrérie » copié le programme Porte des Étoiles et qu’ils n’hésitaient pas à trahir leur pays pour obtenir ce qu’ils voulaient, d’ex agents du NID en faisait partie, il ne faisait nul doute que le Général apprécierait apprendre cette nouvelle. Il était temps de mettre fin aux émouvantes retrouvailles, bien que le Major appréciait grandement toute cette joie porté à son attention, quitter ce pays devenait une obsession, et alors qu’il ordonna à son groupe de rejoindre le Tel’Tak , il entendit derrière lui Anderson prononcé des mots qu’il avait entendu auparavant, il se hâta de faire demi-tour et administra une bonne claque derrière la tête de ce dernier.

Vous vous êtes shooté avec le sable ou quoi ? Je vous rappelle que l’endroit que vous cherchez à rejoindre s’est effondré et inondé par-dessus tout. Il attrapa le professeur par la bretelle de son gilet tactique et le tira en arrière pour l’éloigner le plus possible de ce temple.

Vous êtes vraiment un cas vous… Moi qui pensez que les scientifiques étaient beaucoup plus intelligents que moi, j’avais tort, vous êtes totalement imprudent et indiscipliné aussi, si je vous dis qu’on rentre, on rentre.

Il lâcha le professeur avec le sentiment d’en être lui-même un, sauf que lui, son lieu de travail se trouverait plutôt dans un collège, à vrai dire, on l’avait gâté pour cette mission, deux scientifiques borné et puéril qui n’en faisaient qu’à leur tête, c’était épuisant et irritant en même temps. Ce Mc Kay détenait surement la palme, bon, bien sûr il avait réussi à ouvrir la porte du vaisseau, mais ce n’était pas une raison pour s’en vanter pendant si longtemps, d’ailleurs, l’exploit du Major durant cette mission était bien plus intéressant, il coupa donc la parole à Mc Kay pour raconter ce qu’il avait vécu durant son absence du groupe, comment il s’était extirper des décombres, la mort du Colonel Égyptien, son retour à la surface, et plus important encore, la façon astucieuse qu’il avait eu de se déguiser en mercenaire pour les faire disparaitre un par un et en finir avec ce Joshua, c’est vrai qu’il en était fier, trop même, au point qu’il entama une nouvelle fois le récit, détaillant toujours plus les actions qu’il l’avait conduit à sauver tout le groupe tout en retirant la djellaba qui l’avait tant aidé, mais cette fois, il n’eut pas le temps de terminer qu’un flash lumineux les enveloppa pour les transporter dans un autre vaisseau.

La dernière fois qu’il s’était trouvé ici, il venait d’être sauvé d’une planète sur laquelle il avait été coincé durant six mois, l’Odyssée, quelle merveille, sa joie fut de courte durée, à peine avait-il posé un pied devant l’autre qu’un autre flash lumineux enveloppa le groupe. Cette fois-ci, il se retrouva, lui et ses compagnons, dans la salle de briefing du Sgc, le Général était là, il n’avait pas l’air très heureux de les revoir.


Mon Général, mon estomac ne va pas supporter bien longtemps toutes ces téléportations, d’ailleurs, je pense à ça mais j’ai rien mangé en Égypte moi, leur cuisine est bizarre, c’est une autre culture…

Installez-vous messieurs, ne perdons pas de temps. Vous passerez à l’infirmerie quand nous en aurons terminé ici. Les choses pressent. L’équipe de Chichén Itzá va commencer le débriefing.
Oué…bon tant pis je mangerai plus tard. Il s’installa sur un fauteuil libre et jeta un œil à l’autre équipe qui était revenu avant eux, le professeur Scorzi résuma la mission qu’ils avaient effectués au Mexique sous les oreilles attentives de toutes les personnes assises dans la pièce. La poisse ! Ils avaient trouvés la Fontaine eux, c’était bien sur positif, mais le Major se sentait ridicule à présent d’annoncer qu’eux étaient revenu bredouille.

Et bien… A part le fait que depuis qu’on est revenu j’ai du sable qui me démange un peu partout sur moi, on n’a…rien… Enfin si, une fois sur le site, des mercenaires nous ont fait prisonniers, à leur tête il y avait un homme du nom de Joshua, il avait tellement confiance en notre fin prochaine qu’il nous a révélé pour qui il travaillé, la Confrérie ça ne vous dis rien je suppose ? Il s’arrêta un instant et fixa O’Neill qui semblait ne pas savoir de qui il parlait. Il disait en faire partie, lui et d’autres personnes, y compris des ex agents du NID, je ne sais pas comment ils ont su qu’on partait en mission en Égypte, mais en tout cas, ils cherchaient la même chose que nous, et après m’avoir mis hors-jeu, ils se sont servi du reste de mon équipe pour faire le sale boulot à leur place. Il afficha un grand sourire sur son visage et continua. Heureusement, ils me croyaient mort, j’ai réussi à tous les mettre hors-jeu avant qu’il ne découvre ce qu’on a ramené, c’est-à-dire rien en fait. Vous voulez que je vous raconte comment j’ai fait ? … Non ? Bon tant pis je ne manquerai pas de le préciser dans mon rapport.
Mon général, je pense qu’il serait important pour la suite d’éclaircir assez la vite la manière dont la Confrérie a pu se tenir informé des déplacements du docteur Anderson et nous préparer un comité d’accueil à Saqqarah sans que personne n’en sache rien.
On a surement quelqu’un à la base qui travail pour eux, ils étaient également présent pendant la mission du professeur en Angleterre. J’ai bien conscience que la priorité pour le moment est Anubis, sa menace est bien plus importante, mais je suis d’accord avec le Sergent Lang, il faudra tout de même s’y intéressé de près, ils sont à prendre au sérieux et ne reculent devant rien pour arriver à leur fin, ils pourraient faire des dégâts conséquents dans nos rangs, comme ils ont failli le faire à Saqqarah.

Malgré l’annonce qu’ils venaient de faire, le Général n’en avait pour autant pas oublier qu’ils n’avaient rien ramenés de leur mission, l’air bête de Sheppard se dissipa aussitôt que Michael prit la parole, annonçant qu’il avait trouvé un journal qui pourrait les aider à obtenir ce qu’ils cherchaient. Le Général enchaina ensuite sur la mission des Black Eagles, eux n’étaient toujours pas rentrés, d’ailleurs, ils semblaient avoir de sérieux ennuis, et O’Neill ordonna que les militaires des deux équipes qui venaient de rentrées partent le plus tôt possible en renforts. Le repos du guerrier devrait attendre, la douche aussi, tout ce sable avait gagné un peu de répits pour pouvoir continuer à démangé le Major qui salua son supérieur et quitta la pièce pour aller se préparer à l’armurerie, un bon ravitaillement ne ferait pas de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Michael Anderson
----------------
avatar
----------------
Responsable des scientifiques
----------------


Nombre de messages : 981

Arrivé au SGC : 18/03/2009

Age du Joueur : 34


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Archéologue
๏ Expérience:
281/500  (281/500)

MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   Lun 27 Aoû - 21:53

Alors que nous nous levions tous pour satisfaire aux ordres du général, je vis Franz se diriger vers O’Neill et entamer une conversation avec ce dernier. Je tendis l’oreille… ce n’était pas de la curiosité mal placée c’était juste pour… dans le but de… ce n’était pas de la curiosité mal placée.

Général… Il y a déjà beaucoup de scientifique sur place pour étudier la fontaine et le journal et… Nous avons besoin de tous les hommes pour aller chercher nos Hommes sur place… Je sais que je ne suis peut-être pas le plus indiqué pour participer à cette mission… Mais je vous demande si je peux participer au sauvetage de nos amis… Même si je ne suis plus militaire…

- Je ne suis pas certain que vous compreniez bien la situation. Nous allons avoir besoin de toutes les forces disponibles dans cette base pour créer un prototype en quelques heures. C’est certainement la seule chance de survie de toutes les personnes coincées sur cette planète. Vous croyez vraiment faire mieux là-bas avec une arme automatique, qu’ici avec un lexique ? Moi je ne crois pas. De plus j’aimerais vous avoir sous la main au cas où nous aurions des problèmes avec le Mexique à la suite de la neutralisation du guide alors que vous étiez chef de votre groupe. Je pourrais rajouter à cela certaines… relations que vous avez sur Garazem qui pourraient mettre en danger nos hommes. Soyez déjà heureux que je vous autorise à participer au coté scientifique de cette mission. Ne vous méprenez pas, vous avez toujours toute ma confiance, mais c’est dans cette base que j’ai besoin de vous, pas sur Garazem.

Conversation intéressante s’il en est, qui me fit m’interroger sur ces fameuses « relations » qu’aurait Franz sur Garazem. Le fait de rester enfermé la plupart de mon temps dans un bureau de vingt mètres carrés me faisait louper pas mal de potins. Je secouai la tête et me dirigeai vers la porte. Ce genre de rumeurs ne m’intéressait pas de toute façon. C’est alors que je sentis une petite tape sur mon épaule gauche qui me fit me retourner.

« Eh, merci pour le carnet, ça nous a un peu sauvé la mise…. Pourquoi vous nous avez rien dit avant? »

C’était une excellente question dont je n’avais moi-même pas la réponse. Je restai la bouche ouverte un moment me triturant les méninges pour connaitre la raison pour laquelle je n’avais rien dit. La cause principale était que j’avais été obnubilé par l’inondation de toutes ces trouvailles archéologiques fabuleuses, ce qui m’avait rendu tout bonnement malade. Cela m’avait fait oublier mon récent chapardage. Pourtant Arsène Lupin lui-même aurait salué ma dextérité.

Ne pouvant pas décemment révéler mon obsession à mon camarade je bafouillai quelque peu.


- Je… lorsque le plafond s’est effondré… Joshua… Sheppard en djellaba… Vous avez vu l’heure ? Il faut que je me dépêche de me rendre à l’infirmerie. Content d’avoir discuté avec vous.

A la sortie de l’infirmerie je rejoignis mes camarades scientifiques, relooké par l’infirmière qui m’avait affublé d’un large bandage autour de la tête. McKay, moi-même, Franz Scorzi et Kate Rizzoli, nous accordâmes rapidement sur le fait qu’il ne fallait pas chercher chacun de son coté mais travailler ensemble. Si l’on avait écouté McKay il aurait très bien pu se débrouiller sans nous, mais même si le scientifique était très talentueux, sa proposition fut écartée au profit d’un travail davantage collectif. Le laboratoire des scientifiques de la base fut choisi pour nous servir de salle de travail. C’était cet endroit ou le labo des archéologues. Seulement il était plus simple de déplacer un ordinateur portable et quelques livres que tout un équipement hyper sophistiqué, encombrant et particulièrement lourd.

Scorzi et moi récupérâmes donc notre matériel et nous nous retrouvâmes quelques minutes plus tard au labo des scientifiques. Un regard aux objets divers et variés qu’il y avait dans cette salle suffit à me décourager. Je ne connaissais pas la moitié de cet équipement et n’aurait pas pu faire fonctionner ne serait-ce que la machine à café. Les deux scientifiques étaient en train de discuter âprement lorsque nous entrâmes. Je m’installai sur le coin d’un bureau inoccupé et me mis à travailler.

Franz s’était porté volontaire pour déchiffrer ce qu’il y avait dans le journal qui, au contraire de l’artefact en forme de pyramide « trouvé » en Angleterre, n’était pas codé. Il était entièrement écrit en vieux dialecte goa’uld. Je travaillai donc de mon coté à transcrire certains passages de la pyramide. Il y avait des tonnes de textes, aussi je décidai d’œuvrer comme sur chantier de fouille archéologique : en faisant des sondages à des endroits clés. Je traduisais une phrase ou deux à un endroit, qui ne comportait aucun mot clés se rapportant à notre problème, puis passais à un autre passage. Déchiffrer le texte me prenait énormément de temps. Franz avait déjà trouvé que le journal était une sorte de manuel de fabrication de sarcophage goa’uld alors que quant-à moi j’avais à peine traduit une phrase.

De leur coté, les deux scientifiques s’étaient aussi partagés les tâches. Tandis que McKay faisait passer toutes sortes de tests à la fontaine de jouvence, Kate s’occupait de lire ce que Franz traduisait et elle essayait de le mettre en application. Le problème étant qu’il fallait maintenant trouver comment passer du sarcophage goa’uld régénérateur à une arme anti-kull destructrice. Lorsque fier de moi j’avais conseillé qu’il suffisait peut-être d’inverser les polarités, la réponse de McKay avait été cinglante et Kate avait souri. Penaud, je retournai donc à ma traduction, jurant, mais un peu tard, qu’on ne m’y reprendrait plus…

Nous travaillâmes ainsi plusieurs heures et l’ultimatum donné par le général se rapprochait de plus en plus. Certains d’entre-nous n’y croyaient déjà plus. Il était impossible de fabriquer une arme à partir d’un objet à la technologie inconnue et à l’aide d’un journal qui expliquait comment construire un prototype aux vertus diamétralement opposées… et cela en quelques heures…

McKay avait déjà découvert plusieurs propriétés de l’objet, Franz avait presque terminé sa traduction et Kate avançait de plus en plus concernant la compréhension de la technologie employée pour créer un sarcophage goa’uld. Mais nous n’avions pas le moindre indice utile à la construction d’une arme… Il nous manquait le liant à tout cela. Et surtout j’étais pour le moment le seul à n’avoir rien trouvé du tout. Mon amour propre en prenait un coup. Certains de mes collègues commençaient à me jeter des regards noirs lourds de reproche et de sous-entendus cinglants.

C’est alors que je relis à haute voix une phrase que j’avais traduite, qui comprenait un des mots clés que je recherchais. Le problème étant qu’elle ne semblait avoir aucun sens.


- Le sarcophage goa’uld imite ce que la pierre crée, mais seulement dans la phase active de celle-ci. Dans sa phase passive les propriétés de la pierre sont latentes. L’énergie libérée peut être canalisée… Je suis désolé, pourtant il me semble l’avoir bien traduit… mais la suite et encore plus obscure...

McKay redressa la tête puis courut m’arracher le papier des mains. Il me relut, raya quelques mots qu’il remplaça par d’autres, puis sourit. Kate le rejoignit, ratura quelque chose, nota autre chose puis les deux scientifiques tombèrent dans les bras l’un de l’autre et partirent chacun de leur côté vaquer à leurs occupations.

Franz et moi nous nous regardâmes, interdits. Franz demanda des explications, mais les deux scientifiques étaient trop absorbés pour répondre. Au bout d’un moment Kate leva la tête et nous annonça qu’un prototype serait disponible d’ici une heure. McKay rajouta que puisque nous n’avions plus rien à faire désormais nous pourrions aller rendre-compte de nos résultats au général (version édulcorée de la demande du scientifique). Franz, décrocha le combiné du laboratoire pendant que je continuais mes traductions.

Une heure plus tard nous étions dans le bureau du général. Le briefing fut clair et net. Nous dûmes interrompre McKay plusieurs fois car il souhaitait nous expliquer par a+b tout ce qu’il avait fait en quatre heures. Chacun parla, expliquant sa contribution, puis le général résuma la situation en quelques mots.


- Donc nous avons désormais une arme anti-kull, mais nous ne savons pas si elle fonctionne ? C’est bien cela ? Et si par le plus grand des hasards elle fonctionne, nous ne connaissons pas ses effets exacts ?

- Au départ général c’est pour cela que nous avions besoin de capturer un guerrier Kull : pour tester notre arme expérimental sur lui et l’améliorer.

- Merci Michael, ceci ne m’avait pas échappé.

Un ange passa. Après cette remarque plutôt sèche en mon encontre, le général se tut un moment, se murant dans la réflexion. Au bout de trente secondes, il rompit enfin ce lourd silence qui nous entourait.

- Je tiens d’abord à vous féliciter tous les quatre. En un temps particulièrement restreint vous avez fait un travail formidable. Equipez-vous, vous partez dans dix minutes. Vos ordres sont simples : vous dénichez un des officiers du SGC sur Garazem, vous lui donnez le prototype et vous rentrez fissa à la maison. Vous n’êtes pas préparés au combat et nous ne savons même pas si ce prototype fonctionne correctement, alors ne jouez pas aux héros. Scorzi, vous allez mener cette équipe… oui je sais ce que j’ai dit tout à l’heure, mais mes mains sont liées, je n’ai pas d’autre choix. Vous êtes le seul à avoir un passé de militaire parmi vous quatre. Bonne chance à vous.




[HRP] Un peu de technique serait le bienvenu dans vos RP les scientifiques… enfin si c’est possible Rolling Eyes   Essayez aussi de RP entre vous et de vous amuser Wink Bon RP à tous Wink

_________________





Dossier de Michael Anderson

«La capacité d'apprendre est un don ;
La faculté d'apprendre est un talent ;
La volonté d'apprendre est un choix.»


Frank Herbert
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-worldofart.actifforum.com
Contenu sponsorisé
----------------

----------------
----------------



MessageSujet: Re: Intrigue VII : Introduction et suite   

Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue VII : Introduction et suite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mission Stargate ::  :: ~ Niveau 27 ~ :: Salle de briefing-