Mission Stargate
Bonjour et bienvenue sur Mission Stargate, l'une des références des forums basés sur l'univers de la célèbre série Stargate SG-1 !

Inscrivez vous sans plus attendre en entrant un nom et prénom valides ! Créez ensuite la présentation de votre personnage (à l'aide de la fiche de présentation type) afin de commencer cette superbe aventure !

Délires, ambiance et émotions assurés sur Mission Stargate Wink
On vous attend !
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

๏ Le forum a 9 ans !! || Version 5.9 || Le Staff de Mission Stargate vous remercie de votre fidélité ! ๏


 

Partagez | 
 

 Repos forcé [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Repos forcé [PV]   Jeu 28 Juin - 23:59

Le tic tac de l'horloge était le seul repère existant dans cette pièce lugubre. Alitée, dans l'attente des résultats des premières analyses, Annabel attendait, patiemment, fixant le plafond. Depuis son examen, pratiqué par un infirmier un peu timide et visiblement impressionné (ou apeuré ?) par le nombre de ses cicatrices, elle avait eu le temps de repérer tous les défauts du plafond, et des murs ... et du sol. Oui, cette "distraction" avait été le seul moyen de canaliser son esprit dans le but de ne pas exploser. Déjà qu'elle avait du supporter les premiers soins sur l'Odyssée ... Heureusement que Menchu avait réussi à rester auprès d'elle durant quelques instants. D'avoir pu le voir ... Si proche et pourtant impossible de pouvoir se rapprocher de lui, vu le monde qui les entourait. Elle ferma les yeux, s'enfonçant dans le lit. Son plateau repas était posé à côté d'elle mais elle n'avait pas eu le cœur à y toucher, 6 mois de viandes fraiches et de fruits contrastait fortement avec un sandwich au thon, un coca pas frais et un pot de salade de fruits au sirop. Le tic tac faisait passer le temps au moins mais tous les bandages que l'infirmier lui avait mis sur chaque blessure ou autres plaies plus ou moins bien cicatrisés la gênaient à chaque fois qu'elle bougeait et lui faisait presque ressembler à une momie. Ok, elle avait la peau abîmée mais elle n'avait pas besoin de recevoir 6 mois de soins manqués en une seule fois ... Bon, le tic tac. Son esprit se calma de nouveau d'un coup.

Soupirant langoureusement, son index droit commença à tapoter son avant-bras, sur lequel sa main reposait, rencontrant de temps à autre le tuyau scotché sur le dessus de sa main. Oui, l'infirmier l'avait trouvé déshydraté et en manque de vitamines ... Étonnant !! Bien qu'elle avait envie de tout envoyer en l'air et d'aller se planquer dans un coin le plus vite possible, elle avait fini par se contraindre à écouter Menchu, lui ayant ordonné de se laisser se faire soigner lorsque l'Odyssée était arrivé en orbite autour de la Terre. Menchu ... Elle ne l'avait pas vu depuis la mission de Svarog. Autant dire beaucoup de temps. Et beaucoup de choses remontèrent, tout ce qui lui était arrivé depuis ... Riedel entre autre. Un sentiment d'angoisse et de malaise profond revint à la surface. Déjà que les gardes de Svarog lui hantaient toujours l'esprit, alors repenser à Riedel ne faisait que renforcer le problème. Et finalement, elle finit par faire le bilan de sa vie au grand complet. Une succession de malheurs et de difficulté, un amoncellement d'emmerdes qu'elle devait sans cesse surmonter. Franchement, à quoi ça servait de continuer ?? Elle y avait pensé après son retour de Nebek, elle y avait pensé après l'évacuation du Dédale mais elle avait toujours eu cette force intérieure pour ne pas s’exécuter. Avait-elle peur ?? Étrangement oui. Car en pratique, elle était déjà passé de l'autre côté et elle savait pertinemment qu'il n'y avait rien après. Alors la fin de tout, c'était ça la réponse ?? Elle rouvrit les yeux, scintillant, tourmentée par l'idée qu'elle disparaitrait comme ça. Voilà pourquoi elle voulait s'occuper l'esprit, sinon elle partait dans un psycho-mélodrame de gonzesse. Bref, elle se redressa et finit par se gratter au niveau de sa perfusion. Son couteau, voilà ce qui lui manquait ... Elle espérait que l'infirmier ne l'avait pas jeté en même temps que ses bouts de tissus qui l'avaient habillés pendant 6 mois.

Tiens, une autre envie ... Mais celle là un peu plus primaire, celle d'aller aux toilettes. Et puis faire un brin de toilettes aussi pour enfin enfiler de vrais vêtements et pas cette blouse informe et horrible. Malheureusement, elle était passé de l'infirmerie de l'Odyssée à l'infirmerie du SGC et les vêtements à sa taille ne se baladaient pas dans les parages. Tant pis, elle prendrait sa poche sous le bras et irait à la recherche de sous-vêtemens, d'un pantalon et d'un débardeur, propres, le rêve !! En tout cas, avant toute chose, pause toilettes. Se débattant comme elle pouvait entre les tuyaux qui trainaient et le matelas trop mou pour apporter un appui solide, elle finit tout de même par s'assoir au bord du lit, ses pieds pendant dans le vide. Avait-elle rapetissé en 6 mois ou était-ce le lit qui était trop haut ?? Pas le temps de répondre à cette question, l'alarme résonnait désormais dans sa tête. Sous l'impulsion d'un coup de bassin, ses pieds touchèrent le sol et ses mains vinrent se poser sur le trépied de la poche et une fois débarrassée des histoires de tuyaux qui s’emmêlent, elle fit quelques pas, cherchant du regard la porte magique. Déambulant un peu au travers de la pièce, elle finit par trouver une porte qui se révéla être celle d'un coin toilette. S'y engouffrant avec soulagement, elle referma la porte derrière elle, laissant ainsi la pièce vide de tout occupant.
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: Repos forcé [PV]   Sam 30 Juin - 15:06

« Jaro ! »

Almie ne cessait de lui répéter ce mot depuis qu'il était revenu de sa mission avec l'Odyssée pour ramener les members perdus du Dédale. Ne connaissant pas ce terme, il avait mit un peu de temps à le comprendre, surtout que la jeune femme se montrait peut coopérative pour le traduire, préférant s'enfermer dans un état de semi-mutisme peu productif et très irritant.

« Jaro, Di'kut ! »

Ah, par contre le second mot, il connaissait bien son sens, ça pouvait se traduire comme idiot, ou imbécile, voir sale con selon le ton. Souvent, le sens d'une phrase comptait pour beaucoup sur l'intonation et c'était encore plus vrai pour le traduire dans une langue terrienne, plus fournie lexicalement parlant. Par déduction, il avait finit par comprendre que ça revenait à lui dire que c'était une mauvaise idée, un mauvais plan ou en tout cas, quelque chose de négatif. La connotation négative était évidente. Il ne s'en formalisa pas pour autant, vaquant à ses occupations dans ses quartiers, Almie faisant les cents pas derrière lui. Une fois son rapport terminé, il le laissa sur le bureau pour passer à la suite. Lorsqu'il se dirigea vers le sac posé à coté de son armoire, Almie arrêta de faire les cents pas pour aller se mettre devant la porte, les bras croisés et un air mauvais. Il plongea son regard dans le sien et s'arrêta juste devant elle.

« Pousse toi. »
« Nayc ! »
« Ni tatugir naasad. »
« Tu ne passer pas. »

Il fit craquer sa nuque et l'extraterrestre finit par s'effacer devant son mentor. Il posa la main sur la poignée et elle en profita pour l'attraper au vol. Leurs regards se croisèrent de nouveau.

« Kaysh kyr'amur Alor. »
« Tu seras toujours là pour me protéger, petit fauve. »

Elle eut un sourire partagé entre la fierté et la tristesse et elle relâcha la main du français qui put sortir de ses quartiers. D'un pas léger, il traversait les couloirs avec un sac sur l'épaule. Il du s'arrêter en chemin pour signer quelques papiers pour les Black Eagle que lui amenaient Barber, il avait apparemment oublier de le faire hier soir. Il ne se souvenait pas de les avoir eut entre les mains, mais depuis quelques mois, sa mémoire immédiate lui jouait des tours. Il reprit ensuite sa route, sa main libre jouant avec l'attache de son arme de service. Il passa devant les deux gardes de l'infirmerie qui le saluèrent, il leur rendit sans trop de formalités et avec un sourire. Il traversa la pièce et alla jusqu'au lit ou était... censé se trouver Annabel. Il fronça les sourcils et inspecta le lit, d'après les marques laissées sur le matelas, il en déduit qu'elle était partit en vadrouille, sans qu'il ne sache trop où. Certainement pas très loin. Il posa le sac au pied du lit, tira légèrement le rideau pour les isoler du reste de la salle assez silencieuse et feuilleta rapidement sa feuille de soin, il grimaça en voyant tout ce qui avait été relevé par l'infirmier en charge de la jeune femme. Une fois que ce fut fait, il s'assit sur le tabouret à coté du lit, attendant que la blondinette veuille bien revenir.
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: Repos forcé [PV]   Sam 30 Juin - 20:41

6 mois à s'être contenté de s'éloigner dans la forêt, 6 mois c'était à la fois beaucoup et peu. Car après "seulement" 6 mois, elle trouvait désormais bizarre de se servir de toilettes. Bref, ne pas oublier de tirer la chasse d'eau, de se laver les mains et d'éteindre la lumière ... Pfff trop de choses à penser en définitive. D'ailleurs la piqure qu'elle ressentit sur le dessus de la main lui fit rappeler qu'elle était toujours attachée au trépied à roulettes. Elle soupira, bon dieu qu'elle voulait tout envoyer en l'air et partir loin d'ici. Mais elle avait fait une promesse et elle s'y tiendrait, elle lui devait bien ça. Ouvrant la porte et oubliant complètement la lumière, le trépied métallique la précéda, avançant dans un bruit strident et très désagréable à l'oreille interne. Mais lorsqu'elle arriva finalement dans la pièce de séquestration, elle s'arrêta, haussant un sourcil. Le rideau était fermé autour de son lit. Elle regarda alors de droite à gauche, inspectant la pièce dans ses moindres recoins mais elle ne remarqua pas qu'autre chose avait changé. Elle prit en main alors son trépied, le soulevant du sol afin qu'il ne fasse plus de bruit, puis se rapprocha doucement de son lit. Une fois à quelques centimètres du rideaux, elle resserra sa main autour du trépied, histoire de pouvoir s'en servir d'armes si la situation l’exigeait, puis ouvrit d'un grand coup le rideau, prête à frapper. Et là le choc. Elle fit un pas en arrière, reposant bruyamment le trépied sur le sol puis commença à rire, se sentant stupide. Se calmant assez vite, elle regarda autour d'elle pour s'assurer qu'il n'y avait personne d'autre, puis s'exprima tranquillement, avança vers son lit pour s’asseoir.

"Faut pas me faire ça tu sais ... Je ne suis pas encore cardiaque mais on ne sait jamais."

Elle le regarda, souriante, sereine. Oui, ça lui faisait plaisir de le voir, enfin seul à seul. Ce regard vert émeraude arrivait à lui faire sentir protection et sécurité en une fraction de seconde, sans même qu'il n'ai quoi que ce soit à faire ou à dire. Comme lorsqu'ils étaient tombés sur eux à la sortie des anneaux. Mais comme l'avait fait un tir jaffa à ce moment là, une sorte d'alarme dans sa tête retentit et son sourire disparut.

"Tu ne vas pas avoir des problèmes si on te voit ici ??"

Non, elle ne voulait pas qu'il soit mis à mal par n'importe qui par sa faute. Mais son sourire revint vite lorsqu'il s'exprima enfin, oui sa présence lui faisait du bien. Elle se rallongea sur son lit, remettant un drap par dessus sa blouse. Ben oui, 6 mois à vivre à tarzan et jane dans une cahute n'avait pas fait du bien à son corps et, rien que pour son égo, elle ne voulait pas que Menchu la voit dans cet état. Mais désormais qu'elle se trouvait proche de lui, seule, une question envahit son esprit. Que faire ?? Continuer comme si de rien n'était, comme si il ne s'agissait que d'un ami visitant un autre ?? Cela faisait quoi, 7 ou 8 mois qu'ils s'étaient vu pour la dernière fois. Cela lui ferait bizarre de reprendre leur petit jeu comme si ces 7 ou 8 mois n'étaient jamais passés. Mais en même temps, elle avait une furieuse envie de contact, pas forcément bestial comme ils avaient pu en avoir tous les deux, mais simplement réconfortant et rassurant. Mais ça, elle ne pourrait jamais le lui dire, déjà qu'elle n'arrivait même pas elle-même à définir ce qu'il représentait ou était pour lui, alors lui demander des trucs qu'elle ne saurait même pas être sur de vouloir .... Oh non ... La psychologie des blondes. Elle vint se frotter le visage, voulant chasser de sa petite tête ses réflexions inutiles et débiles. Mais une nouvelle fois, elle ressentit une piqure sur sa main. Crispant les dents de colère, elle se retint d'arracher cette satané perfusion. Puis elle détourna son regard vers le colonel mais finit par lever les yeux au ciel en sentant encore un bandage lui démanger la peau et tirer sur ses poils.

"S'il te plait, dis moi que je vais bientôt sortir ... j'en peux plus de rester ici !!"
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: Repos forcé [PV]   Dim 1 Juil - 0:30

Le calme de l'infirmerie l'avait toujours dérangé, c'était un faux calme, un masque de tranquillité qui masquait les inquiétudes et la gravité omniprésente en ces lieux de guérison. Il regarda quelques instants le lit, des flashs apparurent et il se passa une main sur le visage, fermant les yeux en respirant profondément pour les éloigner de son esprit.
Un néon de chaque coté, une perfusion, des sangles, une putain d'odeur de sang séché et de poudre.
Il secoua la tête, tapant régulièrement du pied sur le sol pour se concentrer sur le rythme qu'il créait plutôt que sur ses souvenirs.
Ce regard de fou, sa seringue.
Il se leva mais fut prit d'un vertige, il se rassit en serrant les poings. Pas maintenant se répétait-il en boucle. Il prit une grande respiration avant d'expirer lentement, son pied ne tapait plus le sol, il se mit à fixer le sol, se concentrant sur leur motif.
La rage, l'envie de tuer, non, le besoin ! La douleur... Arrêtez cette putain de douleur !
Ses mains commencèrent à trembler, il releva la tête et il le vit juste devant lui. Un bond en avant et il passa au travers de ce fantôme, il poussa un grognement de frustration avant de recommencer à taper du pied sur le sol, l'air impatient. Les femmes et leur foutue manie de se faire attendre ! Un grincement. Annabel ? Il se rassit, recentra ses pensées et prit l'air neutre que tous lui connaissait. Il entendait sans problème le son d'une personne de petit gabarit approcher. Le bruit du trépied pour les perfs ne l'agressait plus, ce qui signifiait que la dite-personne le portait pour ne pas faire de bruit. Le rideau s'ouvrit brusquement sur un Menchu Narah aux allures décontracté, un léger sourire dessinant ses lèvres. Il laissa la blondinette se réinstaller sans rien dire, attendant de voir dans quel état d'esprit elle était. Mais le sourire qu'elle arborait tendait vers une certaine bonne humeur de le voir, surement ?


« J'ai bien le droit de venir voir mes hommes non ? »

Il se tourna vers le lit -et donc vers elle- en jetant un regard bref vers son bras perfusé, il regarda ensuite furtivement ce que contenait les poches attachées en hauteur avant de reporter son attention vers elle. Étrangement le trouble qui l'avait habité quelques minutes plus tôt s'était évaporé à la vue de la jeune femme. Comme quoi, elle l'apaisait bien plus que ce qu'il s'était lui-même laissé entendre. Laissant ça de coté pour le moment, il posa ses mains sur le bord du lit en l'écoutant se plaindre de l'infirmerie, ce qui agrandit son sourire. Il acquiesça sensiblement avant de laisser un léger rire s'échapper de sa bouche entrouverte.

« T'en a déjà marre ? Ils te chouchoutent pas assez ? Il regarda les bandages de la jeune femme en souriant. Ou trop peut être ? Il t'a prit pour une momie le doc ?»

Il se passa une main dans ses cheveux qu'il avait laissé poussé depuis quelques temps, au point qu'il pouvait s'en faire une queue de cheval maintenant. Ou la coiffure du guerrier dans des temps reculés. Cette ressemblance s'ajoutant à son corps puissant et résistant aurait fait de lui le parfait soldat gaulois combattant aux côtés de Vercingétorix en -52. Il se gratta pensivement la barbe en se voyant manier une hache en plein milieu d'un champ de bataille ancestral. Son regard croisa de nouveau celui d'Annabel et il revint au moment présent.

« Vu que t'as été sage, j'ai pensé à te ramener un petit truc... »
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: Repos forcé [PV]   Dim 1 Juil - 17:08

"L'infirmier ..."

Elle grimaça en repensant à ce jeune homme sans expérience qui avait du suivre à la lettre tout son manuel scolaire alors qu'il l'examinait. Déjà qu'elle ne portait pas les soins médicaux dans son cœur, mais se faire traiter comme un exercice de mise en pratique parce qu'elle ne représentait pas un cas urgent ou problématique ...

"Il m'a soigné toutes les plaies, même celles qui sont guéries depuis des mois ..."

Elle baissa alors son décolleté pour montrer le bandage recouvrant sa brulure en forme de tête de chacal, soupirant en affichant un regard blasé d'avoir du supporter tout ça. Surtout qu'il s'y était repris à 3 fois avant de lui mettre sa perfusion, qui au passage était totalement inutile car il s'agissait que de minéraux et vitamines. Ayant laissé sa main sur le bandage placé au dessus de sa poitrine, elle commença à enlever le scotch et finit avec le bandage pendouillant dans sa main, sa cicatrice brillant légèrement à cause d'une crème hydratante. Elle allait pour continuer sur sa lancée, donc enlever le bandage qui entourait son avant-bras droit, lorsque Menchu lui déclara avoir quelque chose pour elle.

Se retournant d'un coup, se demandant bien ce qu'il avait bien à lui donner, sa main vint se poser sur celle du colonel, voulant prendre appui. Mais lorsque sa paume vint au contact de cette main, la jeune femme perdit totalement le fil de l'instant présent. Cette main à l'aspect rugueuse, marquée par l'effort et la violence, bien plus large que la sienne, mais tellement forte et rassurante. Cette main qui avait déjà parcouru son corps dans une tendresse infinie et qui avait finie par la sortir d'un enfer vert de 6 mois. Son regard était restée bloquée sur cette réunion incongrue et elle ne sut pourquoi, une autre alarme retentit dans sa tête. Le cœur battant à 100 à l'heure, elle retira doucement sa main de celle du colonel, ayant un léger mouvement de recul dans son lit, ne sachant pas trop comment se comporter avec lui sur ce point. Car leur relation était totalement flou, étaient-ils un couple ou non ?? Etait-ce une véritable histoire ou juste quelques nuits passées ensemble pour s'amuser un peu ?? Elle s'était toujours promis de ne jamais s'engager, de ne jamais se prendre la tête pour un homme. Mais ses 6 mois d'exil lui avait donné beaucoup de temps pour penser à des trucs sans importance et maintenant qu'il était en face de lui, elle se découvrait une émotion nouvelle ... Une chaleur à l'intérieur.


"Oui donc ... Tu m'as ramené quoi ?? Je dois deviné ou je peux donner ma langue au chat pour l'avoir quand même ??"
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: Repos forcé [PV]   Dim 1 Juil - 19:11

Il gardait son sourire en voyant Annabel sagement assise dans son lit en grognant contre ce qui l'entourait, juste parce qu'il le lui avait demandé, ou bien lui avait-il ordonné ? Il n'était pas évident de savoir par moment. Elle compliquait tout et lors de la mission pour allez chercher les survivants, il commençait à s'emmêler les pinceaux. Où bien se prenait-il trop la tête ? Après qu'il ai quitté l'infirmerie à leur retour, il avait parlé avec Devans qui lui avait assuré que ses choix avaient été les bons. Alors, en fait se montait-il la tête alors qu'il arrivait visiblement à faire la part des choses ? Un picotement à l'arrière de sa cuisse lui rappela sa perte de contrôle lors du retour sur Nebek, ou il avait laissé de côté tout ses principes pour courir vers elle, alors qu'elle venait d'être blessée. Bref, plus tard. Remettons ça à plus tard, comme à chaque fois.

« Il a osé ? Son sourire s'agrandit sensiblement alors qu'il découvrait le bandage recouvrant la tête de chacal. Il voulait peut être juste se rincer l’œil. »

Cette fois, ce fut un léger rire qui vint, suivit de près par un clin d’œil complice. Oui, il était de bonne humeur et oui la présence d'Annabel à la base ni était pas étranger et non, il ne culpabilisait pas le moins du monde. Les autorités militaires dites-vous ? Connait pas ! La seule autorité à la quelle il répondait en tout temps était son esprit. Il avait bien gagné le droit d'avoir une attache, que ça plaise ou non. Il attendait de pied ferme celui qui tenterait de lui dire le contraire. Mais même en partant de ce principe, savoir comment se comporter dans le fond avec elle était assez compliqué, elle avait accepté de ne connaître qu'une part de lui, de le laisser s'évaporer durant des mois sans jamais poser la moindre question, mais était-ce toujours d'actualité ? Un Exil en territoire hostile de plus de six mois vous change une personne. Ou en était-elle maintenant ? Voilà une bonne question... Une petite chose chaude toucha sa main. Il baissa son regard vers la main d'Annabel qui touchait la sienne. Un simple contact mais suffisant pour faire naître le doute si quelqu'un arrivait, pourtant, la jeune femme ne semblait pas avoir envie de la retirer. Alors il releva les yeux vers les siens, attendant qu'elle ne retire sa main pour esquisser le moindre geste. Ce qu'elle fit. Il en profita pour retirer ses mains du lit, écoutant la demande de la petite tête blonde avec un nouveau sourire.

« Tu ne veux pas la garder pour moi, ta langue ? »

Il souffla ses mots à voix basse, pour être sur de ne pas être entendu, il n'était d'ailleurs même pas sur qu'Annabel elle-même l'ai entendu. Il se releva pour prendre le sac qu'il avait laissé au bout du lit, il se contenta de le poser sur le bout du lit, en prenant garde de ne pas le poser sur les jambes de sa protégée. Oui, parce que c'est ce qu'elle était depuis ce jour ou ils avaient fait connaissance dans cette salle des archives. Il avait accepté de veiller sur ce petit bout de femme comme sur l'un de ses frères. Il lui avait appris qu'on pouvait vivre malgré la haine -il en était en exemple concret- et ensemble ils avaient affronter un retour difficile sur Nebek, il était allez la chercher chez les Tok'ra et il y a peu, le français menait les forces venues chercher les membres du Dédale portés disparus. Cette série d'épreuve qu'il avait choisit de s'imposer pour elle les avaient rapprochés et aujourd'hui encore, il était là, devant elle.

« J'ai réussit à me démerder pour que tes affaires se... Il chercha ses mots pendant quelques instants, perdent avant leur envoi vers ta famille. Il ouvrit le sac. J'ai pensé que ça te serait plus pratique d'avoir tes affaires, y a le contenu de ton casier dedans, plus une arme de service réglementaire et un couteau de combat tous deux cachés au fond. Il tapota le sac avant de l'attirer vers Annabel pour le poser à coté d'elle. Le contenu de tes quartiers est sous clé dans un garage de location à Cheyenne Mountain. »

Il se rassit en attendant sa réaction. En fait, si la praticité avait été une motivation, ses sentiments pour elle avait été le moteur de sa décision, il refusait sa mort -et ceux du reste des disparus- et pour cette raison, s'était arrangé pour que les affaires n'arrivent jamais à bon port. Usant de ses relations, il avait même réussit à les récupérer quelques jours après que le tout ai du quitté la base en bon et due forme.
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: Repos forcé [PV]   Dim 1 Juil - 20:57

Garder, Langue, voilà tout ce qu'elle avait comprit des mots du jeune homme. Elle repassait sans cesse les sons qu'il avait émit dans sa tête, cherchant toutes les traductions possibles mais décidément, il n'y avait que Garder et Langue qui passait. Et elle n'osa pas lui demander de répéter, il s'était déjà levé. Elle baissa alors le regard vers sa main, ressentant encore certains picotements mais elle savait que c'était plus psychologique que physique. Elle l'enferma alors dans son autre main et prit la position du tailleur, rejetant sur le côté le fil de la perfusion. C'est alors qu'un sac noir apparut derrière le montant du lit et atterrit sur ses couvertures. Elle suivit le mouvement du regard, se demandant bien ce que ce gros sac pouvait bien contenir et lorsque Menchu commença son explication, ses pupilles passèrent alternativement de son visage au sac. Et plus il parlait et plus de questions se chamboulaient. Ses lèvres se fermèrent, son visage devint neutre, essayant de comprendre tout ce que le colonel lui disait. Elle leva son genou droit et posa son coude dessus, alors que Menchu rapprochait le sac d'elle. Elle posa alors ses deux mains dessus, restant à le fixer, n'osant pas vraiment l'ouvrir.

Il avait ses affaires ?? Pourquoi ses quartiers avaient-ils été vidés ?? Renvoyés à sa famille ?? Elle détourna son regard vers celui de Menchu, esquissant une question du bout des lèvres mais rien ne sortait. Elle essayait de tout remettre dans son contexte, de répondre aux questions les plus pressentes. Ses mains se crispèrent alors sur le tissu sombre du sac qui semblait contenir toute sa vie. Alors doucement, elle ouvrit la fermeture éclair et mettant de côté le rabat, découvrit un t-shirt de l'uniforme réglementaire.


"On a été déclaré mort ..."

Pour Nebek, elle avait gardé le statut de disparue au combat. Et comme elle n'avait pas vraiment écouté le discours du Général O'Neill sur l'Odyssée, elle ne prenait compte de la réalité qu'à cet instant. Et du coup, elle ne comprenait pas vraiment la réaction de l'administration, ne voyant pas de différence flagrante entre leur exil et sa capture du Nebek. Elle commença à défaire le packtage, mettant à côté d'elle le t-shirt, un pantalon se trouvant en dessous et un boxer. Des vêtements propres et à la limite du neuf. En dessous, tous ses effets personnels, une crème pour ses cicatrices qui avait expiré de date, un déo et quelques autres produits de premières utilités. Une fois exploré le tout, elle reposa ses mains sur son genou levé.

"Merci ..."

Elle ne cherchait même pas à comprendre pourquoi il les avaient gardés car pour le moment, elle avait du mal à accepter le fait d'avoir été déclarée décédée. Et soudain, elle pensa à Rosa, qui était sa seule "famille" qui lui restait. Déjà que le retour de Nebek avait été extrêmement dur et difficile à gérer, elle ne se voyait pas lui infligé cette épreuve encore une fois. Tant de doutes, tant de questions. Elle ne prenait conscience que maintenant de ce que ses 6 mois avaient pu être de ce côté. Et là, la dernière phrase du colonel vint lui percuter l'esprit. Encore pour son casier, elle pouvait comprendre si c'était lui qui s'en était chargé, mais pourquoi son quartier tout entier aussi ?? Elle fronça les sourcils d'incompréhension et se tourna vers Menchu, venant se gratter la tempe du bout des doigts.

"T'as gardé toutes les affaires de l'équipage aussi ??"

Mais rien que de penser à la somme de choses à mettre sous clé, elle se mit à sourire, se rendant compte que sa question était bien bête. Alors du coup, l'affreuse question du pourquoi t'as gardé que mes affaires lui brulait les lèvres. Mais juste avant de la laisser s'échapper, elle se rappela des soutes du Dédale et de sa promesse de ne jamais poser de questions et d'attendre simplement que les choses se fassent.

"Tu me diras combien je te dois pour la location ... Enfin, sauf si ils ont aussi fermé mon compte bancaire ..."

Elle changea de position, allongeant sa jambe qui vint toucher le fond du sac et par la même les armes y étant soigneusement rangés. Elle repensa alors à son couteau. Même si il était bon à jeter vu son état, mais elle y tenait tout de même.

"Tu sais si ils ont déjà prévenus nos proches de notre retour ou pas ?? Car j'aimerais qu'on ne prévienne pas les miens. Et je ne sais pas si tu peux y faire quelque chose mais j'avais un couteau qui m'a beaucoup servit, j'aimerais le récupérer si c'est encore possible mais je ne sais pas ce qu'ils en ont fait ... En tout cas, merci beaucoup pour les affaires, ça change d'en avoir des propres ..."

Elle sourit légèrement, encore perturbée par toutes les questions qui lui trottaient dans la tête. Elle prit néanmoins les vêtements posés à part, dans ses mains et commença à les déplier, se penchant sur le côté du lit pour les mettre immédiatement.
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: Repos forcé [PV]   Sam 7 Juil - 1:59

Le choc fut rude, et c'est à cela qu'il comprit qu'Annabel n'avait prêté aucune espèce d'attention au discours du Général sur l'Odyssée. A dire vrai, ça ne l'étonnait pas vraiment. Le retour fut brusque et il n'était pas facile de refaire surface, le geste d'O'Neill, bien qu'il était louable, n'avait pas servit à grand chose. Sortir d'un Enfer de six mois pour apprendre qu'on vous a déclaré mort n'est pas vraiment le rêve. Croyez le sur parole. Ou True Story comme dirait un certain personnage d'une série télévisée sur laquelle était tombé Almie, quelques jours plus tôt. Il avait bien tenté d'éteindre la télé, mais la jeune extraterrestre s'était montrée assez récalcitrante et avait préférer l'emmerder pendant la demi-heure suivante -l'empêchant de taper ses rapports- plutôt que d'aller regarder la télévision depuis sa propre chambre. Allez comprendre...
Le regard se perdant dans le vague, alors qu'elle articulait -et donc prenait conscience- difficilement de la réalité des faits ici-même. Même si le calvaire ne pouvait être comparé entre celui vécu par les Exilés, et celui vécu par les membres du SGC, la situation n'avait rien eut de facile. Une pointe de tension apparu dans sa nuque, il se passa une main dessus, avant de pencher la tête sur le coté et de la faire craquer. Il poussa un court soupir de bonheur, la tension disparaissant aussi vite qu'elle était apparue. Ca aussi, il devrait en parler à Naomi, il le nota dans un coin de son esprit tout en gardant Annabel en tête et en vu. Elle semblait perdue, et il se doutait bien de tout ce qui pouvait bien se bousculer dans sa petite tête blonde. Il eut tout de même un sourire -quelque peu triste- quand à sa demande.


« J'ai essayé, en fait. Il se racla la gorge. C'était irréalisable mais j'ai fait ce que j'ai pu pour faire trainer la procédure, j'ai eut cours à quelques techniques... Il eut un haussement d'épaule lié à un regard d'ange, peu orthodoxes dirons nous. Mais rien à faire, l'administration est implacable. J'ai tout de même réussit à intercepter tes affaires grâce à quelques relations. Il se gratta le menton, pensif. Tes comptes ont été bloqués et l'argent à suivit selon ton testament, sinon vers ta plus proche famille. Mais toute façon, tu m'dois rien. Sa main redescendit, jouant avec l'attache de son arme de service. Si tu veux vraiment me rembourser, tâche de retrouver la forme. »

Un clin d’œil plus tard et il était sur ses jambes pour s'étirer tel un félin. L'ensemble des muscles de son corps se contractèrent et par le mouvement même, une coupure profonde et ne datant pas de plus de quelques jours décidé de montrer le bout de son vilain nez sur l'arrière du bras du militaire français, une bonne partie étant cachée sous la manche de son T-shirt. Une fois ce mouvement ample et lent accompli, il se rassit à coté du lit, en jetant un regard en coin à Annabel qui était en train de se changer pour enfiler une tenue dans laquelle elle se sentait visiblement plus à l'aise.

« Logiquement, ils ne seront prévenus que dans quelques jours, le temps qu'on soit sur de votre état de santé à tous. Il s'humidifia les lèvres en réfléchissant à la position actuelle possible du couteau et son funeste destin. Hum, j'vais voir si je peux te le récupérer. Logiquement, il devrait être en attente de destruction. Je m'en occuperais en sortant. J'ai bien réussit à détourner tes affaires, j'devrais bien pouvoir remettre la main sur un couteau. »

Il fronça légèrement les sourcils en la regardant, comme s'il tentait de lire les pensées traversant cette tête blonde -haha, blonde et pensée font pas bon ménage, je sais- mais c'était peine perdue. C'était une femme, il était un homme, comprendre son fonctionnement n'était pas dans ses attributions et malgré tout ses essais, il n'avait jamais réussit à entrer dans la tête d'une femme, son éternel échec, une faiblesse potentiellement exploitable. Et pourtant, il continuait à essayer, au cas où un jour, la solution finirait par lui apparaître, mais pour l'instant, rien. Les sentiments les dirigeaient bien trop pour anticiper leurs réactions. Difficile de prévoir du coup...

« Qu'est ce qui te tracasse ? »
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: Repos forcé [PV]   Lun 9 Juil - 23:48

Bouger était une épreuve, non insurmontable, mais qui réclamait tout de même un effort qu'elle se serait bien épargné pour le moment. Les courbatures faisaient leur apparitions à force de rester inerte dans ce lit à attendre. Et les bandages rattachés à sa peau avec nombre de scotch lui étaient assez désagréable au toucher. C'est pourquoi la jeune femme prit tout son temps pour passer son pantalon, s'enfermant dans un silence presque religieux alors que Menchu répondait à ses questions. Sa voix était reposante, les mots qu'il prononçait telle une berceuse. Elle déconnecta son cerveau le temps d'enfiler les vêtements (et ce ne fut en aucun cas difficile pour son cerveau) et prit une pause lorsqu'elle termina de boutonner son pantalon, la blouse médicale relevée au niveau de son ventre et qui laissait apparaître des bandages ... Devant elle se trouvait le rideau fermé, de l'autre côté du lit, le colonel. Elle n'aimait pas se sentir enfermée de la sorte, comme prise au piège. Elle voulait sortir de cet endroit et partir loin. Mais où ... C'est ce moment que choisit Menchu pour lui poser LA question. Elle resta à fixer le rideau en face d'elle pendant quelques secondes, l'envie de parler ne se faisant aucunement ressentir. Puis elle releva son regard vers sa poche, toujours de dos au jeune homme. Les larmes vinrent alors flouter sa vision et une voix incessante dans sa tête répétait "Non, pas maintenant !! Oui mais quand alors ?? Pas maintenant, c'est tout." Et cycle après cycle, elle tentait de retenir ce liquide qui lui brulait les yeux. Elle balança alors sa tête en arrière, espérant ainsi que ses larmes retourneraient d'où elle provenait, elle ne voulait pas se mettre à chialer comme une gonzesse, elle avait sa fierté. La crise finit par passer et elle se redressa alors sur ses jambes afin de prendre sa poche en main, ramenant le long fil autour de son poignet. Son autre main libre passa alors sur sa nuque à la recherche du lien de la blouse. Une fois ce dernier trouvé, elle enleva cette blouse horrible et dérangeante en faisant attention de ne pas s'arracher quelque chose en passant la poche dans la manche.

La question était toujours en suspend, comme si elle attendait dans les airs jusqu'à ce qu'Annabel entrouvre les lèvres pour signifier qu'elle l'avait bien assimilée. La blouse fut ramenée sur le lit par une main assez frêle, presque tremblante et se saisit assez rapidement du t-shirt réglementaire. "Non pas maintenant !!" La poche repassa par la manche, la tête par le col et en deux temps trois mouvement, on aurait presque pu croire qu'elle était prête à repartir en mission, si ce n'était le fait que l'on voyait les bandage et la perfusion. Et c'est au signe de présence qu'émis de nouveau Menchu que la jeune femme compris qu'elle ne pouvait échapper à la réponse. Elle reposa alors la poche sur son trépied et resta debout, se retournant vers Menchu. Elle ouvrit la bouche mais rien ne sortait, ses pensées ne se matérialisaient pas en mots. Très vite, elle ressentit les larmes venir et détourna le regard sur le côté. Elle prit alors une grande inspiration, essayant ainsi de se calmer et de ralentir son rythme cardiaque.


"Je ... Je l'ai vu ... "

Sa main libre vint se coller contre sa poitrine, sa paume se posant contre sa brûlure.

"Et ..."

Et comment expliqué tout ce qu'elle ressentait, tout ce qu'elle pensait croire de ce monde et tout ce dont elle doutait à présent. Mais désormais qu'elle avait commencé à parler, il fallait qu'elle termine, plus pour elle que vraiment pour répondre à Menchu. Elle renifla un bon coup, serrant des poings pour se redonner de la consistance et surement du courage.

"Il tenait dans sa main un appareil. Il nous a fait comprendre qu'il l'implantait dans le cerveau et que ça comme téléchargeait notre esprit, nos connaissances. Et ainsi, plus besoin d'interrogatoires."

Est-ce qu'il avait compris ou elle voulait en venir ou pas du tout ?? Elle ne pensait pas, car il n'avait pas été bloqué sur cette planète durant 6 mois et n'avait pas vécut tout ça. Alors elle devrait lui expliquer et si elle ne le faisait pas maintenant, elle savait qu'elle n'aurait pas le courage de le faire à un autre moment. Et puis le fait de raconter lui changeait quelque peu l'esprit. Ainsi, son visage reprit son ton neutre et sa voix se posa un peu plus, elle se cala sur le timbre du narrateur en quelque sorte.

"On s'est nourrit de ce que l'on trouvait car les rations se sont très vite épuisées. Et un jour, des scientifiques ont découvert une plante qu'ils assimilaient à du thé. Forcément, tout le monde en a bu à quelques exceptions près. Mais à ce que j'ai compris par la suite, il s'agissait d'un hallucinogène. Bref ... On s'est retrouvé dans des histoires pas possibles mais le truc, c'est qu'on a tous subit la même hallucination."

Elle passa alors sa main sur son bandage à l'avant-bras droit, se souvenant de sa blessure par balle.

"Et entre autre, on a rencontré un kull, un serpent et ..." elle déglutit "j'ai ressentit de nouveau l'arc électrique du bâton traverser mon corps ... Et ça avait l'air tellement réel ..."

Sa voix était beaucoup moins posée sur cette fin de phrase, ses bras venant se réfugier contre sa poitrine. Il y avait tellement d'idées diverses qui lui traversaient l'esprit à cet instant que ça l'en effrayait presque. Et c'est pourquoi elle avait beaucoup de mal à continuer son récit. Mais elle se reprit, elle avait commencé, il fallait qu'elle termine car Menchu était décidément le seul à pouvoir comprendre ce qu'elle voulait exprimer.

"Alors ... Depuis que j'ai vu cet appareil ... Tu comprends ... Je ... J'ai peur qu'en fait, je ne sois jamais sortie de Nebek et que tout cela ne soit qu'un monde créé pour qu'ils aient aisément accès à tout ce que je sais ..."

Rien que cette phrase aurait pu déclencher un fou rire général mais le regard d'Annabel trahissait son état d'esprit. Elle croyait fortement à cette possibilité et avait peur de ne plus savoir faire la différence entre réalité et irréalité. Menchu se leva alors et elle eut un mouvement de recul en réaction. Elle était soulagée d'avoir pu exprimer sa pensée mais en même temps, tout dépendait de la réaction qu'allait avoir le militaire en face d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: Repos forcé [PV]   Mar 17 Juil - 0:23

Il n'avait jamais vécu un exil comme elle venait d'en connaître un et ne pouvait donc qu'essayer de comprendre ce que cela avait été. Il avait des certitudes, des suppositions et des doutes mais malgré tout, il se sentait bien impuissant pour une fois. Lorsqu'il avait prit sous son aile la jeune femme, il avait été à même de la comprendre et de l'aider au mieux, même si elle l'avait certainement détesté à certains moment. Là, il se retrouvait désarmé. Il devait donc improvisé et tâtonner pour tenter de comprendre ou en était Annabel avant d'entreprendre quoi que ce soit, mais en dernier recours, il avait un joker qu'elle ne soupçonnait pas.
Il lui laissa le temps, la laissant s'habiller et rassembler son courage. La suite n'allait pas être aisée, il le sentait. En six mois, beaucoup de choses pouvaient se passer et Annabel avait le don de s'attirer des ennuis -comme lui, mais en moins fort quand même- ce qui lui faisait redouter la réponse à sa question. Malgré tout ça, elle devait extérioriser, comme tout un chacun, sous peine de finir fou avec toutes les blessures qui s'enchaînaient. Même lui devait extérioriser, à sa manière, les hommes avaient besoin de montrer leur peine, d'en faire quelque chose -alors que les femmes devaient en parler- et sa manière à lui c'était la violence, la douleur physique : transformer sa douleur en rage et s'en servir sur le champ de bataille pour dépasser ses limites. C'est ainsi qu'il avait trouvé la force nécessaire pour survivre dans des situations intenables pour beaucoup. Mais c'était à double tranchant ; son refus catégorique de panser ses vieilles blessures et sa soif continuelle de combat le rendent instable. C'était un cercle auto-destructeur, le combat amenant les blessures qui conduisaient à la rage qui le pousse à partir au front. Nul doute que sa fin viendra dans quelques années, violente et soudaine, brutale et sauvage. Une mort qui lui ressemblera.
Un raclement de gorge pour rappeler à Annabel qu'il désirait une réponse, même si elle était négative, un rejet quelconque. Cette option ne l'avait qu'effleurer tellement elle semblait peu probable. Alors la jeune femme se tourna et prit la parole, la terreur envahissant son regard, elle énonça sa peur, cette crainte qu'il avait lui même ressentit à son retour de chez Nienor et encore aujourd'hui il se surprenait à se poser la question, cette question :


« M'en suis-je vraiment sortie ? Est-ce que c'est un piège de plus ? Son pied tapa nerveusement sur le sol alors que ses yeux fixaient un point invisible sur le drap les cachant. Et le pire ne viendra que dans quelques temps : Me suis laissé avoir ? »

Il avala difficilement sa salive, sa main alla chercher le contact rassurant de son arme de service. Il se leva et commença à faire les cents pas, une goûte de sueur perlant sur son front. Son esprit lui renvoyait des images, des sons, des sensations...

-Assez !

Le français se stoppa net, son visage baissé lui permettait de discerner son vieil ami. Il releva lentement les yeux vers Grey Fox. Son ancien frère d'arme était identique à ses souvenirs, comme à chaque fois. Perturbé par son apparition soudaine, il recula de deux pas en secouant nerveusement la tête de gauche à droite, et inversement. Les souvenirs du combat à mort entre eux remontait violemment, lui donnant envie de vomir. Il pouvait sentir l'odeur de la terre battue, le goût du sang dans sa bouche, le mélange de sueur et de sang coulant le long de son dos depuis son cuir chevelu, la sensation de ses muscles endoloris par ses derniers jours très éprouvants. Le déchirement d'affronter un frère d'arme.
L'explosion de la mine, quand le corps de Fox percutait le sol. Les gerbes de sang et son cri d'agonie.
Une larme perle.


« Arrête... »

Fox disparu et c'est un souffle chaud qui secoua d'effroi le militaire, le faisant changer d'état d'esprit en l'espace d'un battement de cœur. Il rugit intérieurement et fit volte-face pour attraper à la gorge Nienor. Il cligna des yeux et elle disparue elle aussi. Un pas en arrière, l'air décomposé. Dans la périphérie de sa vision, il vit Annabel et comprit qu'il avait merdé. Elle venait d'être témoin de ses hallucinations. La seule. Il se tourna vers elle, la respiration profonde.

« C'est pas aussi grave que ça peut en avoir l'air. Il se racla la gorge. Tu te souviens quand je t'ai expliqué qu'on pouvait se servir de sa haine ? C'est à double tranchant... »

Il avait envie d'une clope, d'un paquet même. D'une caisse de bière. D'un champ de bataille. Lui contre une armée, besoin de laisser libre court à sa fureur.
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: Repos forcé [PV]   Sam 28 Juil - 19:00

La haine, la peur, la rage, l'angoisse. Alors leur vie se résumait et ne se résumerait qu'à ça ? Annabel était restée silencieuse et porta sa main à son visage, cherchant un contact réconfortant. Et elle se rendit compte qu'elle recherchait de l'aide auprès d'un homme qui en avait encore plus besoin. Leur conversation à bord du Dédale lui revint en mémoire, le laisser libre et ne jamais poser de question. Se retrouver uniquement pour passer le temps et s'aérer l'esprit et reprendre leur vie par la suite, comme si l'autre n'avait jamais existé. Mais elle put discerner une chose qu'elle connaissait bien aussi, le fait d'être déstabilisé. Ils étaient tellement proche par ce qu'ils avaient vécut et tellement éloignés par ce qu'ils avaient besoin. Elle baissa alors le regard vers le sol, sans doute pour trouver n'importe quoi, un signe, un indice. Mais rien. Lentement, elle s'humecta les lèvres et et porta sa main sur sa perfusion.

"Je sais. Tu es de la race des mauvaises herbes. Tu vis dans un lieu inadéquat à tes besoins, on te détruit et tu reviens quand même. Mais pas dans le même état."

Ces derniers mots avaient été prononcé dans un souffle, comme si c'était pour elle-même qu'elle les disait. Elle enleva alors sa perfusion, arrachant le scotch la maintenant en place, et enleva petit à petit tous les pansements qui la gênait et l'empêchaient de respirer. Une fois débarrassée de tous ces bandages inutiles qu'elle laissa en vrac sur le lit, elle regarda Menchu et se rapprocha de lui, jusqu'à se poster droite devant lui, à quelques dizaines de centimètres de son corps. Ce regard vert émeraude lui avait tellement manqué et il finit même par lui arracher un sourire.

"Ne t'en fais pas."

Au cas où qu'il douterait qu'elle parle de son côté hallucinatoire. Elle lui avait promis de ne jamais poser de question et elle se tiendrait à cette promesse, tout comme jamais elle ne le trahirait. C'était sa manière de prendre soin de lui, de lui permettre de s'échapper de ses tourments et, l'espérait-elle, qu'il puisse avoir confiance en quelqu'un. Quant à ses propres doutes d'être dans ce monde et pas dans une illusion, elle s'était sentit quelque peu rassurée, jamais les goa'uld et encore moins Anubis n'aurait pu mettre en scène un Menchu Narah ainsi. Mais bien qu'elle aurait aimé se serrer contre son buste, pouvoir lui dérober un peu de cette force et de cette protection, elle s'éloigna avant que l'un des deux ne tente quoi que ce soit. La situation était déjà assez compliquée comme cela sans y rajouter des sentiments.

"Du moment que tu vas bien, le reste n'a aucune importance."

Qu'importait tout ce qu'il avait pu vivre, il n'avait pas besoin de sa pitié et elle non plus d'ailleurs. Elle l'accepterait tel qu'il était, tout comme il le faisait avec elle et c'était la seule chose efficace dans l'état actuel des choses. Ne pas enfoncé le clou mais ne pas essayer pour autant de le retirer, laisser les choses se faire naturellement, à leur rythme. Et bien qu'elle se demandait bien à qui il s'était adressé, elle se faisait violence afin de ne pas aborder le sujet. Elle repensa alors à ce qu'elle avait pu lui dire précédemment, et Anubis lui revint en tête. Et maintenant qu'elle y repensait, elle avait tout de même réussit à le défier cet enfoiré, malgré tout ce qu'il représentait pour elle.

"Mais au fait, comment vous avez fait pour nous retrouver ??? Parce que dans le même jour, on a vu débarquer l'armada d'Anubis et vous. J'ai du mal à croire à une coïncidence."
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: Repos forcé [PV]   Lun 20 Aoû - 21:15

Une mauvaise herbe ? Ça le décrivait superbement bien. Indésirable et extrêmement résistant, rien ne pouvait le détruire, quoi qu'on lui fasse, il se relevait toujours. La mort elle-même n'avait pas réussi à l'arrêter alors que faire si ce n'est continuer la lutte ? Toutes ses blessures ne le handicapait pas au combat, au contraire, il en faisait sa force pour tenir, pour être une muraille se dressant devant ses hommes. Combattre, c'était tout ce qu'il savait faire, l'unique chose dans laquelle il excellait et comme Rayburn lui avait dit un jour : « Chaque homme peut être un artiste dans son domaine, toi tu es un artiste de la mort. » Alors autant endosser le rôle, s'y confondre et en tirer parti.

« La guerre, c'est la seule chose que je sache faire mais j'ai choisit mon combat, et c'est l'important. »

Il la regarda alors enlever tout ce qui la coinçait à l'infirmerie, il avait l'impression de la voir muer, une étrange force émanait de ce petit bout de femme qui se rapprochait de lui. Une décharge d'adrénaline traversa son corps alors qu'elle se postait devant lui, la tête levée pour le regarder dans les yeux. Une goutte de sueur perla dans sa nuque, sa respiration reprenant un rythme régulier mais puissant du à la présence d'Annabel, si proche de lui. Elle l'apaisait de par sa présence, il arrivait à lui prêter un certain crédit, une confiance qu'il n'avait pas l'habitude de donner aux femmes. Ses problèmes de confiance avec le sexe féminin venant du fait qu'il n'arrivait pas à les comprendre suffisamment pour anticiper leurs réactions et même si Annabel restait assez imprévisible, il savait assez de choses sur elle pour anticiper en cas de problème, du moins il l'espérait... Sinon c'est qu'il commençait à baisser sa garde malgré le refus catégorique de son sens logique. Une phrase lui revint à l'esprit en cet instant : « La femme sera la perte de l'homme. » C'est ce qu'il avait dit à Annabel pendant leur première rencontre et une partie de lui lui criait de prendre cette maxime plus au sérieux mais non, rien n'y ferait, il resterait avec elle.

« Je ne m'inquiète pas avec toi. »

Ou un moyen détourné de lui dire qu'il avait confiance en elle. Sa fierté lui interdisait de le lui dire, d'avouer ce qu'il savait être une faute, faisant d'elle une cible pour ceux qui voulait l'atteindre lui. Et si le NID s'en prenait de nouveau à elle ? Ils avaient déjà réussit à abattre Nyphus alors pourquoi pas elle ? Une ombre passa sur ses traits alors qu'elle se reculait. Il éloigna tout ses tourments d'un revers de pensée, il avait tout le temps d'y penser après. Il devait profiter d'être avec Annabel, c'était trop rare pour gâcher le moment... Putain, mais depuis quand il pensait comme ça ?! Elle l'influençait plus qu'il ne le pensait, qu'il ne se l'était autorisé au début de leur relation.

« Je vais bien. Ou presque. J'suis solide. »

Et Annabel changea de sujet, demandant quelques explications sur le pourquoi du comment du déchainement synchro d'Anubis et des terriens. Le français se gratta pensivement le menton et remettant lui même les pièces du puzzle dans le bon sens pour s'y retrouver.

« Les Tok'ras, lança t-il alors simplement. Ils ont eut des infos et ont été lents à nous les fournir. J'avais détaché une équipe de Black Eagle pour continuer à vous chercher mais ça donnait rien de concluant. Sans eux on vous aurait pas retrouvé, c'est certain. Mais une fois encore, ils l'ont fait par intérêt. Il soupira. M'enfin, pour c'coup-ci je serais presque prêt à les remercier. »
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: Repos forcé [PV]   Dim 9 Sep - 20:18

Les Tok'ras. L'un des grands sujets de discorde entre le colonel et la jeune femme. Elle ne se sentait pas particulièrement proche de ce peuple mais elle savait reconnaître tous leurs sacrifices et l'aide qu'ils avaient apportés aux humains. Et elle le reconnaissait, le fait que Menchu ne leur donne aucun crédit ni aucune confiance l'offusquait. C'est pourquoi elle ne put s'empêcher de réagir à la dernière phrase de l'homme. Mais malgré le titillement, elle ne pouvait afficher de la colère, c'était Menchu après tout.

"Ne dis pas ça des Tok'Ras. Tu refuses de l'admettre mais nous n'existerions plus si ils n'avaient pas été là, que ce soit moi, toi ou la planète. Ils ont des espions dans tous les rangs goa'ulds et c'est par leur sacrifice que nous avons souvent des informations ... Mais je reconnais qu'ils ont leurs manières de faire et de fonctionner et ceux-ci diffèrent des nôtres. C'est une autre culture, c'est tout. Moi je leur fais confiance."

Et si les Tok'Ras venaient à demander de l'aide, elle serait la première à se porter volontaire, que ça plaise ou non au colonel. D'ailleurs, c'est à cet instant qu'elle se demanda comment les relations diplomatiques avaient évolués durant les 6 mois passés sur cette planète.

"Et d'ailleurs ... Ca s'est arrangé avec les Tok'ras ??"

Elle se doutait déjà de la réponse mais cela l'amuserait presque d'entendre la réponse du colonel. Et ça ne rata pas, à peine ouvrait-il la bouche qu'elle ne put retenir un sourire. Elle pouvait se le dire désormais, sa personnalité lui avait manqué. Pourtant elle avait essayé de se convaincre que ce n'était pas le cas, qu'elle devait se débrouiller seule car si elle ne se prenait pas en main, personne ne le ferait à sa place. Et c'est pourquoi elle ne s'était pas vraiment mêlée aux autres durant ses 6 mois, pour ne pas avoir de faux espoirs, ou des attentes qui resteraient stériles. Mais comment ces 6 mois se seraient passés si Menchu avait fait partie des rangs ? Que se seraient-ils passés entre eux deux ? Elle inspira profondément, venant se frotter les yeux et s'étirer de tout son long.

"Alors quoi maintenant ? Va falloir faire encore d'innombrables entretiens avec la hiérarchie, le CIS, remplir des rapports ... Rien que d'y penser, ça me fatigue déjà. Ya pas un moyen d'éviter tout ça ?"

Elle voyait déjà tous les entretiens avec un psy qui finiront par dires qu'elle est désiquilibrée et la retireront du service pendant un temps, comme après Nebek. Elle avait faillit se remettre au civil d'ailleurs, mais elle avait finit par comprendre que rien ne la retenait sur Terre et que seuls les missions extra-planétaires maintiendrait son esprit en place, aussi ironique que cela puisse paraître.Et puis si elle finissait à en avoir assez de tout ceci, elle préférait largement tomber au combat que de se terminer dans une baignoire, seule, dans une maison inconnue.

"Ca m'étonne de dire ça, mais j'ai presque hâte de repartir."
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5150

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: Repos forcé [PV]   Dim 23 Sep - 17:11

Confiance... Jamais il n'en accorderait aux Tok'ras. Ce sont des Goa'ulds déguisés en bon samaritain. Leurs discours et leurs manières de faire sont totalement opposés, il se disent différents mais agissent comme le reste de leur race. Ils n'ont jamais caché qu'ils préféraient sacrifier une centaine d'humain plutôt que l'un des leurs et après il faudrait leur accorder un quelconque crédit ? Qu'ils aillent crever ! Les mâchoires du gradé se serrèrent alors qu'il repensait à tout les morts sur Nebek. Non, ils n'étaient pas des alliés, mais des ennemis. Une force qu'il fallait détruire.

-Une culture Goa'uld oui. Il poussa un soupir de dédain. Ils se comportent avec nous comme les Goa'ulds avec les Jaffas. Ils ne nous respectent pas, nous traitent comme des outils jetables, ils se moquent de nos vies, de nos pertes... Ils se moquent de tout, si ce n'est de leurs propres intérêts et ils ne s'en cachent pas.

La colère se mêlait à la douleur dans sa voix, des flashs des pertes subies lors des combats remontant. Il se passa une main sur le visage pour tenter de masquer sa rage mais il savait pertinemment que ça ne tromperait pas Annabel.

-Toujours identique, on s'regarde en chien de faïence et c'est pas plus mal ! Moins j'les vois, mieux j'me porte et eux aussi du coup.

Son envie de bouger ne le quittait pas et l'idée d'un combat commençait à le tirailler sérieusement. Bastonner un Tok'ra le tentait bien d'ailleurs. Il se voyait déjà débarquer dans l'une de leur base souterraine et tuer les uns après les autres chaque larve qu'il verrait, sans la moindre pitié ni le moindre remord, qu'ils le craignent pour ce qu'il était : le pire salopard de la Terre.
Il revint d'ailleurs sur cette même Terre quand Annabel lui demanda comment allait se passer la suite, craignant déjà tout l'administratif qu'il allait falloir remplir. Après quelques secondes, son joker lui trotta dans la tête, il tourna et vira cette idée saugrenue dans tout les sens pour tenter de se convaincre que c'était la pire idée de sa vie mais sa raison n'aurait pas le dernier mot, il le savait d'avance.


-En fait... Si. Il eut un sourire énigmatique. Y a un moyen mais tu vas devoir me faire confiance, je ne peux rien dire, il désigna le SGC d'un signe circulaire de la main. Trop risqué, souffla t-il à voix basse, mais garde un sac de prêt dans tes quartiers.

Il lui fit un clin d’œil et tourna les talons, s'en allant sans donner plus d'explications. Il allait avoir besoin d'un peu de temps pour préparer son plan et n'oublier aucun détail qui pourrait les trahir tout les deux et avoir des répercussions fâcheuses.
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13740

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Repos forcé [PV]   Dim 14 Oct - 22:27

Les notes:
Annabel Spence :
Orthographe / Conjugaison / Structure des posts 4/4

Cohérence dans les Posts, imagination et originalité 3/4

Respect des Règles de RP, de l’Intrigue Générale et des écrits des autres membres 2/2

Total 9/10

Menchu Narah :
Orthographe / Conjugaison / Structure des posts 3/4

Cohérence dans les Posts, imagination et originalité 4/4

Respect des Règles de RP, de l’Intrigue Générale et des écrits des autres membres 2/2

Total 9/10

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
----------------

----------------
----------------



MessageSujet: Re: Repos forcé [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Repos forcé [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mission Stargate ::  :: ~ Niveau 21 ~ :: Salle de soins-