Mission Stargate
Bonjour et bienvenue sur Mission Stargate, l'une des références des forums basés sur l'univers de la célèbre série Stargate SG-1 !

Inscrivez vous sans plus attendre en entrant un nom et prénom valides ! Créez ensuite la présentation de votre personnage (à l'aide de la fiche de présentation type) afin de commencer cette superbe aventure !

Délires, ambiance et émotions assurés sur Mission Stargate Wink
On vous attend !
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

๏ Le forum a 9 ans !! || Version 5.9 || Le Staff de Mission Stargate vous remercie de votre fidélité ! ๏


 

Partagez | 
 

 MJ Test by Shepp - Chimères

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
John Sheppard
----------------
avatar
----------------
Major
----------------


Nombre de messages : 5862

Arrivé au SGC : 07/11/2006

Age du Joueur : 33


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 35
Profession: Floodeur
๏ Expérience:
2002/3200  (2002/3200)

MessageSujet: MJ Test by Shepp - Chimères   Dim 16 Oct - 20:16



Le calme revenait peu à peu à la base, les missions avaient reprit cours et une équipe s'apprêtait à embarquer par la porte des étoiles pour visiter une planète inconnue à la recherche d'alliés et/ou de technologies nouvelles. Le MALP avait ramené quelques images qui montrées une forêt dense surement peuplée par des milliers d'insectes et autres bêtes inquiétantes, une chaleur étouffante, un parcours dangereux sans aucuns points de repères pour s'y retrouver....La jungle. La mission s'annonçait périlleuse pour l'équipe qui devrait faire preuve d'une grande prudence, par mesure de sécurité, le Sg-c la contacterait en réactivant la porte au bout de deux heures afin de s'assurait de son bon retour. L'équipe avait passée la porte et se retrouvait à présent dans cet environnement hostile dans lequel elle allait devoir s'engouffrer, cette jungle n'était pas différente des autres que l'ont pouvait trouver sur Terre, des arbres à profusion, une végétation abondante et tout un tas de bruits différents qu'émettaient les divers animaux peuplant les lieux. La première chose à remarquer était l’absence de chemin menant à la porte des étoiles, ce qui voulait dire qu'elle n'avait pas été activée depuis longtemps, la deuxième, s'était bien sur de s'assurer que personne n'était présent pour éviter une éventuelle attaque, mais difficile d'y voir quoique ce soit, des kilomètres de verdures s'étendaient au loin et la chaleur n'allait pas aider à avancer. Le Lieutenant Eversman était le chef d'équipe, et en bon chef, il prit la tête de la marche, écartant au passage les diverses plantes devant lui à l'aide de son arme, n'oubliant pas, par la même occasion, de prévenir ses coéquipiers d'être sur leur garde. En effet, ils ne savaient pas sur combien d’hectares s'étendait cette jungle, d'ailleurs, la planète entière pouvait n'être qu'une immense jungle dans laquelle ils pouvaient marcher des heures et des heures sans jamais en sortir. Le côté positif était que le chemin qu'ils étaient en train de se frayer serait facilement repérable au milieu de toute cette végétation, retrouver la porte serait donc plus facile pour eux. Après plusieurs minutes à marcher dans cet enfer végétal, toujours aucunes traces de vie autre qu'animal, l'équipe avait du mal à supporter la chaleur, et le pire était les moustiques qui s'en donnaient à cœur joie sur la peau des militaires, ils n'avaient emporté que très peu d'eau et trouver une source devenait leur principale objectif à présent. En un instant, Eversman s'envola en un éclair, la corde s'était refermé sur son pied et l'avait propulsé à quelques mètres au dessus du sol, ce piège était le signe qu'ils n'étaient pas seul sur cette planète, Spence dégaina son arme et en un tir, le Lieutenant se retrouva sur le sol avec plus de peur que de mal. Il s'était vite relevé au moment ou il avait senti quelque chose lui grimpait sur la main, cherchant la bête du bout de son arme qui avait déjà fuit bien loin à travers la végétation, une difficulté s'était rajoutée et il allait être encore plus dur pour l'équipe de rejoindre la civilisation.

L'équipe avait déjà parcouru quelques kilomètres mais n'avait trouvée aucun point d'eau, leurs gourdes étaient bientôt vides mais cet endroit était rempli de bambou et de lianes avec lesquels ils pourraient facilement récupérer de l'eau. Plus l'équipe avançait, et plus la végétation se faisait moins dense, lui permettant ainsi de progresser plus facilement, mais une chose avait frappé net chacun des membres de l'équipe, le silence, plus aucuns bruits d'animaux, tous s'était arrêté, regardant tout autour d'eux, anticipant le moindre danger suite à cette absence de vie animale, une petite brise était venu caresser l'oreille du Soldat Becker, elle sursauta sur le moment puis jeta un regard sur ses coéquipiers, eux n'avaient rien senti apparemment, le Soldat McKnight, lui, avait cru voir une ombre au loin mais n'étant pas sur de lui préféra ne rien dire tout en restant vigilent, pendant quelques secondes l'équipe resta immobile, formant un cercle tout en scrutant chaque arbres, chaque feuilles, chaque plantes à la recherche de quelque chose ou quelqu'un qui avait imposer ce silence, mais rien, c'était comme si la jungle s'était endormie. Quelques secousses s'étaient faites sentir puis la terre trembla de plus en plus, la panique avait gagnée l'équipe quand tout s'arrêta d'un coup, on pouvait de nouveaux entendre les cris des animaux, laissant l'équipe dans une confusion la plus totale. Cette planète devenait de plus en plus intéressante, bien qu'effrayante, ce qui venait de se passer ne pouvait être naturel. Lorsque le Lieutenant se retourna pour reprendre la marche, il fut surpris de voir que leur périple avait prit fin, en effet la jungle qui avait l'air de s'étendre à des kilomètres auparavant, prenait maintenant sa fin, mais chacun d'eux étaient sur de ne pas avoir vu de sortie avant le tremblement. Et pourtant ils avaient enfin quitter la jungle, à l'horizon se dessinait un village vers lequel l'équipe se dirigea aussitôt. Au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient, ils pouvaient voir plusieurs personnes visiblement en train de combattre, ce peuple ressemblait à un peuple asiatique sur Terre et les combats qu'ils pratiquaient au "Muay Thai", techniques de combat Thaïlandaises. Le village n'avait pas l'air très grand, quelques cabanes seulement devant lesquelles les femmes du village lavaient leurs linges ou surveiller leurs enfants essayant d'imiter leurs pères au combat. L'équipe s'arrêta un instant pour observer les combats assez spectaculaires, ils ne limitaient pas leurs coups et frappaient de toutes leurs forces comme s'il s'agissait d'un vrai combat pour leur survie. Un homme se dirigea alors rapidement vers l'équipe d'un air furieux.


Qui êtes-vous ?! Comment êtes-vous arrivés ici ?!

Les combats étaient stoppés, tous avaient remarqués les militaires qui les observaient, d'autres hommes avaient rejoint le premier et entourés à présent l'équipe muni de diverses armes, telles que des bâtons, couteaux taillés à la main ou encore des arcs ou sarbacanes. Leur présence n'était apparemment pas souhaitée et ce fut bientôt tout le village qui se réunissait autour d'eux, bien que paraissant petit, il y avait bien une cinquantaine d'hommes autour d'eux à présent. La diplomatie était maintenant la meilleure arme pour éviter toute confrontation car même si les armes de l'équipe étaient bien plus puissantes, elles ne viendraient pas à bout d'autant de personnes.



(Voila petit post pour commencer, papoter durant l'ascension dans la jungle ou violer les deux femmes (:p), vous répondez ce que vous voulez aux mecs, la vérité ou des conneries mais évitez de les provoquer Smile La suite sera plus intéressante^^ Prochain post le week-end prochain).
Revenir en haut Aller en bas
Matt Eversman
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 6164

Arrivé au SGC : 07/02/2009

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
855/3200  (855/3200)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Lun 17 Oct - 19:43

Quelques temps s’étaient écoulés depuis la mutinerie du Stargate Command qui risquait de rester dans la mémoire collective comme Nebek avait pu l’être, elle aussi. La vie reprenait son cours et des missions étaient de nouveau au programme. Eversman était de la partie et la barrette sur son uniforme lui permettait désormais d’évoluer en tant que Chef d’équipe. Lui qui pensait passer pas mal de temps à l’ombre, il ne pouvait qu’apprécier même s’il redoutait tout ce qui pouvait accompagner cette prise de galon, responsabilités, paperasses…
Un briefing rapide afin de recevoir les informations nécessaires ainsi que les ordres de mission : trouver une trace de civilisation mais aussi avoir une idée de l’équipe qui était avec lui. Matt plaçait vraiment le concept d’équipe au cœur des missions contrairement à certains officiers qui pensaient leur grade comme un privilège et en faisaient baver. Lui était issu des rangs et n’avait pas demandé à devenir Chef d’équipe mais voilà, il avait fini par devenir Lieutenant et c’était maintenant à lui de ramener ses hommes à la base. Ainsi il observa les différents membres qui composaient l’équipe. Il y avait là deux militaires qu’ils ne connaissaient pas, un homme et une jeune femme. En revanche, Annabel Spence était loin d’être une inconnu , ils avaient collaboré sur leur précédente mission. A ce moment-là, ils évoluaient au même grade mais là, à lui de la diriger ce qui risquait de paraitre étrange. Lorsque le Général mit fin au briefing, Matt ne put s’empêcher de s’approcher du sergent histoire de la taquiner un peu.


« Hé Spence... Je vais finir par croire que tu ne peux pas te séparer de moi » dit-il à voix basse avec un grand sourire repesant notamment à ce petit moment dans cette chambre. Il aimait la provoquer, la taquiner comme nombre de ses coéquipiers et ne lui laissait pas le temps de répliquer qu’il s’était déjà éloigné pour aller s’équiper. Une fois aux vestiaires, il passa un treillis avec le camouflage jungle histoire de ne pas être repérable facilement ainsi qu’un t-shirt noir et pris une casquette kakie avant d’aller faire un petit tour dans l’armurerie où il retrouva certains de ses coéquipiers du jour. Quelques mots et blagues pour se distraire un peu mais aussi faire connaissance notamment des noms de ceux-ci tout en enfilant son gilet tactique. Le Ranger serra fortement le holster de sa cuisse afin qu’il tienne correctement avant de placer son Berreta ainsi que son couteau de combat. On ne change pas une équipe qui gagne, c’est ainsi qu’Eversman n’eut pas à choisir parmi tout l’arsenal du SGC pour son arme principale car il avait déjà jeté son dévolu sur son M4-Carbine. Quelques chargeurs ainsi que deux grenades à fragmentation et un flash bang et il était bon.
Une bonne dizaine de minutes après la fin du briefing, l’équipe était au complète dans la salle d’embarquement. Matt vérifia une dernière fois que ses rangers étaient correctement lassés ainsi que le fonctionnement de sa radio tandis que la porte était en train de s’activer derrière lui. Une fois le vortex établit, le Lieutenant mit en place la casquette sur sa tête avant d’avancer sur la rampe d’accès. Une simple habitude prise depuis quelques jours pour dissimuler la cicatrice au niveau de sa tempe qu’il devait à Quaritch.


« Allez c’est parti ! » dit-il tout en faisant signe à ses collègues d’avancer à sa suite, l’arme devant lui.
A peine le premier pied sur la planète qu’une intense chaleur se fit ressentir, on avait l’impression de se retrouver dans un sauna en pleine nature. Il n’y avait rien à part du vert aux alentours, pas un chemin pour continuer leur périple ce qui faisait penser à une planète vierge de toute civilisation. Matt releva ses lunettes de soleil qui ne lui servait pas à grand-chose, la jungle ne laissant pas passer suffisamment de lumière.


// RAS autour de la Porte des Etoiles. On se met en mouvement. Contact d’ici deux heures. Terminé. //


Une fois l’appel radio passé, le Lieutenant se retourna vers ses collègues qui tachaient de sécuriser le périmètre.

« Quelqu’un a pensé à embarquer une machette ? Ou allez soyons fous, un bulldozer pour se frayer un passager rapido…Non ? Personne n’a ça dans son sac ? » Le jeune homme pouvait toujours espérer même si là il aurait peut-être mieux valu se munir d’une hache ou d’une machette pour pouvoir avancer plus facilement. Celui-ci commença à dégager un passage à coup de pieds ou de crosse, cela risquait vraiment de ne pas être une partie de plaisir. « Spence, tu couvres l’arrières. En avant ! »

Le jeune homme avait placé à l’arrière garde, une personne en laquelle il avait confiance, non pas que les deux autres n’étaient pas dignes de confiance mais ils n’avaient encore rien vécus ensemble donc il ignorait leur valeur au combat. L’avancée était fastidieuse, il fallait sans cesse jeter un coup d’œil à ses pieds pour ne pas trébucher sur un tronc d’arbre, une racine et le Lieutenant dégageait le passage au minimum obligeant parfois les suivants à se contorsionner. A plusieurs reprises, le groupe marqua une pose, arme à la main avec l’impression d’avoir entendu quelque chose d’étrange parmi tous ces bruits mais rien n’était visible à part la végétation. Les moustiques ne facilitaient pas la tâche, attirés par le sang humain et la sueur et se livraient à cœur joie devant ce festin. Eversman se maudissait au départ pour ne pas avoir pris une veste pour s’en protéger mais en fait vu l’effort fourni pour dégager la voie, cela n’aurait servi à rien car il avait beaucoup trop chaud avec ce climat humide et le niveau de sa gourde était déjà fortement diminué.

« Si l’un d’entre vous remarque un point d’eau, je lui paie une bière en rentrant ! » Lança le Lieutenant pour stimuler ses coéquipiers. L’homme se retourna pour écouter la réponse d’un de ses coéquipiers et ce fut le pas de trop.

« AHAHAHAHAAAAAAAAAAAAA » En moins d’une seconde, Eversman s’était retrouvé suspendu par le pied à deux mètres de hauteur. Ce dernier gigota tentant de se défaire de son lien mais un tir allié trancha net la corde, la gravité l’attira alors lourdement au sol. Maugréant la personne qui avait eu cette idée en sentant son dos râlait contre ce traitement, Matt ne prit pas la peine de remercier cette personne mais s’empressa de se relever en sentant une sorte de pattes poilues sur sa main, la trouille remplaçant la douleur alors qu’il regardait autour de lui agitant les feuilles pour faire sortir la vilaine mais rien.

« On se remet en route et cette fois, on reste sur ses gardes. On n’est pas seuls dans le coin… » Effectivement qui dit piège dit forcément êtres humains pour le mettre en place or les Terriens avaient un peu balayés l’hypothèse humaine depuis leur arrivée. Pas mal de temps plus tard et quelques kilomètres de plus dans les jambes, un phénomène bizarre eut lieu. La jungle était devenue silencieuse et peu après une secousse se fit ressentir. Matt était prêt à donner l’ordre de repli à toute vitesse mais à leur grande surprise, les animaux se firent de nouveau entendre. Cela commençait vraiment à devenir étrange, limite flippant et lorsqu’il se retourna découvrant alors la fin de la jungle devant eux, le Ranger se demanda sérieusement s’il n’avait pas pris un bon coup sur la tête. Ce dernier se retourna vers l’équipe et chacun semblait confus, au moins il n’était pas le seul. Voulant tirer l’histoire au clair, Eversman marcha jusqu’à la lisière et là autre surprise un peu plus loin un village était visible.

« Vu la tournure de la mission, on va aller là-bas et peut être qu’on tombera sur le village des bizounours… On est plus à une surprise près… » Déclara-t-il d’une voix méfiante en remettant ses lunettes de soleil. Lui qui détestait les surprises, il était particulièrement gâté aujourd’hui. Au moins, le gradé n’avait plus à dégager la voie et pouvait remettre la sangle de son arme autour de son corps histoire de récupérer un peu. Au fur et à mesure de leur progression, l’équipe découvrit un peuple guerrier où du moins qui semblait maitriser un certain art du combat traditionnel, surement des chasseurs et les responsables du piège dans lequel il était tombé. Tous étaient intrigués par l’un des combats en cours, cela y allait franchement et à chaque coup, le sang de l’adversaire allait rejoindre le sol. C’est naturellement qu’ils s’arrêtèrent et observèrent mais cela ne plut pas à l’un d’eux qui les interpella.

Qui êtes-vous ?! Comment êtes-vous arrivés ici ?! L’individu venait d’attirer l’attention de tous sur le petit groupe de Terriens faisant converger dans leur direction, super... Au moins, ils parlaient leur langue, c’était déjà un bon point.

« Je m’appelle Matt Eversman, voici McKight, Spence et Becker » dit-il tout en les montrant rapidement de la main sans lâcher son interlocuteur des yeux. « Nous sommes de la planète Terre et sommes venus jusqu’à vous grâce à la Porte des Etoiles… Vous savez le grand truc rond au milieu de la jungle ? »
Matt avait la franche impression de parler à une pierre tombale et se demandait si l’homme avait compris le moindre de ses mots mais une chose était sure, leur présence n’était pas la bienvenue car les autres villageois commençaient à se réunir autour d’eux, les entourant petit à petit et chacun était muni d’une arme pus que rustique mais arme quand même. Les Terriens se mirent en cercle afin de pouvoir surveiller chaque côté et le doigt d’Eversman bascula sur la gâchette de son M4 même si le canon de celui-ci était toujours dirigé vers le bas.

« Nous venons ici en paix… Nous n’avons pas l’intention de vous faire de mal ! Si vous ne voulez pas de nous, laissez-nous repartir… » La tension montait rapidement, les Terriens étaient encerclés par une bonne cinquantaine de personnes, ils leur seraient donc difficiles de s’en sortir sans trop de damages en cas d’affrontement malgré leurs armes puissantes. Matt tentait de se contrôler pour maintenir son arme avec le canon baissé, son autre main bien visible afin de montrer qu’il n’était pas hostile mais la diplomatie ce n’était pas vraiment son fort.

« Si l’un de vous se découvre un talent de diplomate, qu’il n’hésite pas… Les autres, on ne tente rien pour le moment. Au cas où, on se fraie une issue et on se replie dans la jungle quitte à piquer le plus grand sprint de votre vie… »
Murmura-t-il rapidement à ses coéquipiers.
Revenir en haut Aller en bas
http://poudnoir.goodforum.net/index.htm
Julia Becker
----------------
avatar
----------------
Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 3176

Arrivé au SGC : 05/05/2011

Age du Joueur : 36


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Pilote de chasse
๏ Expérience:
484/3200  (484/3200)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Lun 17 Oct - 23:55

Cette planète aurait fait le bonheur des militants de Greenpeace. De la végétation, du naturel partout sans rien d'artificiel et apparemment sans "parasites humains" contre lesquels organiser des manifestations. A tel point que c'en était trop. La progression dans la jungle était bien difficile. Julia passa le revers de sa main sur son front. La chaleur était étouffante. Heureusement leurs uniformes les protégeaient plutôt bien. La jeune femme jeta un oeil sur son compteur geiger à la recherche d'une source d'énergie quelconque.


« Quelqu’un a pensé à embarquer une machette ? Ou allez soyons fous, un bulldozer pour se frayer un passager rapido…Non ? Personne n’a ça dans son sac ? »


Julia sourit amusée. Leur chef d'expédition, qui était le seul de l'équipe qu'elle ne connaissait pas semblait avoir de l'humour.

- Un bulldozer IKEA en kit à monter soit même alors pour que ça passe dans les sacs...

Elle jeta un coup d'oeil à Annabel Spence qui fermait la marche juste derrière elle pour voir si tout allait bien. Elles ne s'étaient qu'aperçues lors d'une mission sur Mrs Burns mais la jolie blonde lui avait parut aussi sympathique que professionnelle.

« Si l’un d’entre vous remarque un point d’eau, je lui paie une bière en rentrant ! »

Julia détestait la bière mais les gourdes allaient bientôt être à sec en effet et si on lui en avait proposé une tout de suite elle ne l'aurait pas refusé. Toutefois la végétation leur indiquait qu'ils pourraient recueillir de l'eau. Et à la réflexion la pilote préférait ce système plutôt que de risquer de tomber sur une rivière à l'eau non potable qui les rendraient malades. Matthew marchait juste devant elle. Depuis leur rencontre ou retrouvailles à la réunion des anciens cadets de Westpoint elle s'était attendue à le croiser sur la base mais de là à partir en mission ensemble...Le hasard faisait bien les choses parfois. Et elle était plutôt contente de faire équipe avec l'Irlandais. Chassant un énième moustique elle répondit.

- Moi je parierais plutôt pour dire que nous allons tomber sur une sorte de temple maya...cet endroit me fait penser à un décor d'Indiana Jones!

« AHAHAHAHAAAAAAAAAAAAA »

Julia sursauta et porta la main sur son arme qu'elle était prête à dégainer en cas d'attaque. Finalement Eversman venait de tomber dans un piège et se retrouvait suspendu par le pieds à environ deux mètres du sol. Spence délivra le jeune homme grâce à un tir bien ajusté. Julia serra les dents quand leur chef d'expédition retomba brutalement sur le sol mais apparemment il n'avait rien.

« On se remet en route et cette fois, on reste sur ses gardes. On n’est pas seuls dans le coin… »

Aucune bestiole ne criait plus. Les oiseaux même s'étaient tus. Julia fronça les sourcils. Ce n'était pas bon du tout!!

- Excusez-moi, je procède juste à une vérification...

Julia parla dans sa radio pour voir si elle fonctionnait toujours et tendit l'oreille pour voir si ses coéquipiers l'entendaient à travers les leurs. Les moyens de communication dans ce genre d'endroit et de situation avaient toujours une fâcheuse tendance à tomber en panne. Des secousses se firent alors ressentir. Solidement campée sur ses deux jambes et n'osant plus avancer elle murmura abasourdie

- Bonté gracieuse, mais qu'est ce que c'est que ça ?

La jeune-femme tapota à nouveau son compteur geiger à la recherche de renseignements précieux. Finalement ils purent continuer à avancer. Julia était de plus en plus méfiante. Il était évident que quelque chose allait leur tomber dessus. Mais quoi ? Et d'où cela viendrait-il ? Et puis d'un coup, comme dans un rêve ou une hallucination, ce fut la fin de la jungle. Des cris, des paroles humaines parvinrent aux oreilles des SGciens qui découvrirent alors un petit village. Les habitants ressemblaient à des Asiatiques mais ce qui fascina immédiatement Julia ce fut la démonstration de Muay Thai à laquelle ils assistèrent. Pour avoir pratiqué l'Aïkido à haut niveau à Westpoint, Julia avait survolé les différents arts martiaux qui existaient et la culture Asiatique. En des temps anciens et au sein de la Thaïlande cette boxe mélangeant les coups de poings et les coups de pieds était un moyen de choisir des hommes, avec de grandes qualités de combattant, afin de défendre militairement des positions importantes...Depuis cette discipline s'était modernisée et on se faisait fort de respecter certaines valeurs comme le fair-play, l'honneur, la maîtrise de soit, le respect de l'adversaire. Ici pourtant les combattants, qui étaient tous masculins, ne retenaient pas leurs coups. Elle dit à ses coéquipiers

- Normalement il y a un arbitre pour ce genre de combats...ces gens là doivent avoir peur d'un adversaire redoutable pour jouer ainsi sur l'agressivité.

Qui êtes-vous ?! Comment êtes-vous arrivés ici ?!

Tout sembla alors se figer. Un homme venait de les hêler. Il n'avait pas l'air franchement ravi de voir des visiteurs. Petit à petit les Terriens se retrouvèrent encerclés par une cinquantaine de personnes. Numériquement, si les choses tournaient mal ils n'auraient pas l'avantage. Mais tout de même, ils ne pouvaient pas être tués ou prisonniers alors qu'ils venaient à peine d'arriver!! Ce serait le comble! Julia regarda autour d'eux si une écahapattoire était possible, et commença à penser à une diversion éventuelle...Eversman donna à celui qui devait être le chef du village les réponses qu'il attendait avant de dire plus bas

-Si l’un de vous se découvre un talent de diplomate, qu’il n’hésite pas… Les autres, on ne tente rien pour le moment. Au cas où, on se fraie une issue et on se replie dans la jungle quitte à piquer le plus grand sprint de votre vie…

Julia fit signe qu'elle avait enregistré l'ordre.

-Je ne connais pas grand chose à la diplomatie et ça va certainement paraitre ridicule mais peut être que si on leur disait tous bonjour déjà...ça appuierait vos propos Monsieur.

La jeune femme prit soin d'enlever ses lunettes de soleil. Les guerriers n'appréciaient pas en général que l'on cache son regard dans lequel, parait-il, se reflettait l'âme. Elle effectua le salut asiatique d'une légère inclination de la tête mains jointes.

- Namaste.
Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Mer 19 Oct - 0:23

Voilà, c'était le grand jour. Envoyée en mission d'exploration après tant de mois d'arrêt du service actif. Bon d'accord, elle avait participé à une infiltration de 2 mois mais c'était pour apporter sa connaissance sur les goa'uld à l'équipe de militaire. Et puis il y avait eu la planète au singe infernal mais elle devait juste jouer les intermédiaires ... Bref, là c'était de l'officiel !! De la réintégration dans les rangs pur et simple !! Elle reprenait ainsi de bon droit ses galons de Sergent, son beretta fétiche et son obligation de respecter ses supérieurs. Ce dernier point l'ennuyait plus grandement mais bon. Bref, la convocation au breifing vint assez vite et le rapport sur la planète fut assez ennuyeux. La seule distraction ?? Découvrir que Matt avait été promu. L'odeur de sa veste en peau lui revint aux narines et elle ne put réfréner un rictus et détourner le regard, essayant de chasser l'odeur de sa mémoire. Elle tomba alors sur la jeune femme blonde. Becker. Oui MIss Burns. Bien. Et enfin ... Heu inconnu au bataillon celui là. Elle plissa légèrement le regard, inspectant l'homme comme elle le pouvait. Mais assez vite, elle se dirigea vers Becker et leur regard se croisant, elle lui sourit. Matt vint lui glisser une pique à l'oreille. Si seulement il savait celui là ...

Voilà, tout le monde quitta la salle pour partir se préparer. Elle alla directement à l'armurerie, ayant déjà ses habits adéquats pour une mission. Elle rejoignit ainsi les autres de l'équipe, prenant soin d'attacher un holster à zat sur sa cuisse droite, prendre un gilet tactique rempli de diverses choses et un P-90. Ben ouais, pas de beretta pour une fois. Tout le monde en salle d'embarquement et tout le monde sur la planète. La transition fut ... fulgurante. Passer d'un air sec et semble toute à température ambiante, à un air humide et étouffant. Une fois les alentours assurés, Annabel prit une posture de repos, rattachant son arme à son gilet tactique afin de se libérer les mains. A cause de la chaleur, elle se dit qu'un bon chignon ne lui ferait pas de mal. Vite fait et bien fait, les cheveux coincés sous la casquette. Cela laissait apparent sa cicatrice à la nuque mais du coup, comme elle se retrouvait à l'arrière, cela ne la gênait en rien que tout le monde puisse la voir. Un "Oui Lieutenant" vint en réponse de l'ordre donné et le groupe commença sa petite ballade. Matt se retrouvait à l'avant, il devait bien s'amuser. Elle avait un passage royal juste après les 3 personnes la précédent. Il lui semblait avoir entendu le mot buldozer devant. Elle aurait bien aimé savoir comment ils auraient réussit à le faire arriver dans la salle d'embarquement ... Les minutes puis les kilomètres s'enchainèrent, mettant à rude épreuve les organismes. Annabel commençait à ressentir de nouveau les sensations éprouvés au début de sa captivité sur Nebek. La chaleur, les courbatures qui commencent dans les jambes, la respiration cadencée, la fatigue s'accumulant, les gestes devenant de plus en plus difficile à réaliser.

Un cri vint néanmoins la tirer de sa létargie mentale. Le temps d'arriver au niveau des autres, elle put admirer le lieutenant se balancer au bout d'une corde. Enfin, à l'envers quoi. Elle retenu un rire, plutot humoristique comme situation non ?? Elle conseilla alors aux autres de s'éloigner, prit son P-90 qu'elle enclencha en "Coup par coup" puis visa la corde. Avec chance, un tir suffit et un bruit sourd s'ensuivit. Elle renquilla la sécurité et resta à regarder le lieutenant, savourant le moment. Mais même pas un merci !! Voilà, elle avait apporté son aide, dévouée comme elle était, elle avait trouvé la solution la plus rapide et efficace possible, et voilà, du dédain. Rah l'orgueil des hommes alors ... Et encore plus des chefs d'équipe !! Bref, tout le monde repris le chemin sans rien ajouté sauf que la procession s'arrêta net de nouveau. Elle se demandait ce qu'il se passait de nouveau mais personne ne disait rien. C'est comme ça qu'elle s’aperçut que tout autour d'eux était calme en fait. Puis les secousses. Mais c'était quoi cette planète bon dieu !! Annabel commençait à perdre patience à la fin !! Et de nouveau, le chants des oiseaux, le cris des animaux et un village. Hein ?? Bon alors soit yavait un truc de louche la dessous, soit que l'air de cette planète contenait un narcotique super puissant ... Le lieutenant ordonna la marche en direction des bâtisses. Oui, allons faire ami-ami avec un peuple inconnu, chouette !! Ironique bien sûr. Elle reprit alors sa place de dernier homme et plus ils se rapprochaient, plus ils pouvaient chacun distinguer une sorte de place avec un combat en cours. Chouette, des barbares, encore mieux !! Cette mission devenait une vraie poilade dis donc !!

Le petit groupe finit par s'arrêter à quelques dizaines du village, Annabel regardant les femmes et les enfants plus que les glandus en train de se battre. Becker semblait connaitre l'art martial de ces gens. D'ailleurs, un vint vite les voir en aboyant des paroles. Tient, il parlait leur langue, premier bon point. Matt prit les devants et présenta toute l'équipe. Un mauvais présentiment s’empara d'elle quand elle vit tout le reste des hommes se colmater tout autour d'eux. Mauvais signe tout ça. Ils se mirent ainsi tous dos à dos, faisant face aux indigènes. Annabel n'aimait pas trop ceux qui se trouvaient en face d'elle, des têtes d'obsédés ... Matt demanda pour une personne plus qualifiée en diplomatie que lui. A part montrer ses seins, elle ne savait pas quoi faire d'autres .... Donc elle préféra se taire et poser la main sur son zat, encore dans son holster.


"Heu, vous pensez quoi de "Pas bouger, nous gentil" Lieutenant ??'

Oui, si c'était pour dire ça, elle aurait mieux fait de se taire.
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Allen McKnight
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 348

Arrivé au SGC : 15/08/2011

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Troupe - Soldat
๏ Expérience:
27/3200  (27/3200)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Mer 19 Oct - 2:30

Voila près d'un mois que le soldat McKnight avait intégré les effectifs de la base de Cheyenne Mountain. Depuis, il avait pris ses marques dans le profond complexe militaire et ne se perdait à présent plus dans l'enceinte du site. Bien qu'affecté à une équipe d'exploration, il n'avait encore effectué aucune mission et n'était cantonné qu'aux travaux communs, dont un poste de garde. La semaine précédente, il avait été convoqué dans le bureau du major Davis afin d'évoquer son rôle à long terme au sein de la base. Au cours de ce fructueux entretien, le gradé lui avait annoncé qu'il devait se tenir près pour sa première mission officielle. Cette nouvelle avait réjouit Matthew, qui croyait n'être roturier au milieu de l'organigramme. Dès lors, le militaire renoua avec ses vieilles habitudes coutumières qu'il avait rodées en Afghanistan. L'entrainement physique matinal se renforça et le militaire accentua le contrôle et l'entretien de son matériel personnel.

Pour lui, beaucoup de choses changeaient. Il s'agissait de sa première mission officielle depuis cet accident en Afghanistan et sa dégradation. Il n'était plus lieutenant et il devrait faire avec, en dépit de sa formation tactique et technique avancée qui, selon lui, ne pouvaient qu'aider l'équipe. Il n'avait jamais été homme du rang et appréhendait cette situation. Car bien qu'il eut côtoyé pendant près de sept ans la troupe, il l'avait toujours dirigée et non l'inverse, et c'est bien ce qui refrénait le militaire. Deuxièmement, c'était pour lui la toute première fois qu'il traverserait la Porte et outre une évidente excitation à voyager sur d'autres planètes, il voulait absolument faire la meilleure mission possible, afin d'avoir les meilleurs échos possible à l'état major. En effet, Matthew avait, comme une grande partie des cadets qui sortaient des académies militaires supérieures, un sens du devoir, moral et éthique renforcé par l'instruction qu'il y avait reçue.

L'heure était au briefing. Matthew avait peu dormi la vieille, tenu en haleine par l'excitation, mais gardait une forme olympique, certainement grâce à ses entrainements journaliers. La salle, avec son imposante table hexagonale en bois recouverte de dossiers bien rangés, était vide à l'exception d'un garde vers la porte du bureau du général et un autre affairé sur un ordinateur près de l'escalier en colimaçon. Le militaire se savait en avance et profita de cet instant pour s'informer au mieux sur la mission. Il s'assit sur l'un des confortables sièges en cuir et commença à feuilleter l'un des documents à disposition. Le temps fila, et sans que le soldat ne s'en aperçoive vraiment, l'équipe était au complet après une petite demie-heure. Il ne connaissait personne, excepté le général, et à son grand étonnement, Julia Becker, qu'il avait rencontré deux semaines plus tôt à West Point. Le briefing s'était déroulé sans anicroche et l'irlandais était resté silencieux en bout de table, jetant de temps à autres un regard en direction de l'équipe et répondant aux quelques maigres questions qu'on lui avait adressées.

Après avoir reçu les informations nécessaires à la mission, le militaire se préparait déjà mentalement à la suite et entre le passage de la Porte et la traversée d'une jungle inconnue, la sortie ne serait pas de tout repos. Dès la fin de la séance avec le général, il fit mouvement en direction de l'armurerie en compagnie du reste de l'équipe. Le mitrailleur avait sans doute l'équipement le plus conséquent du groupe, l'armement pensant son poids, sans compter le matériel de corps. Il était vêtu d'un uniforme de combat de l'armée teinté du motif Multicam, en vigueur en Afghanistan. Son gilet tactique de dernière génération comportait un nombre de poches compartimentées important, à l'avant comme à l'arrière. On y trouvait tout le nécessaire, et même plus. Outre les munitions, il y avait matériel de communication, système de vision nocturne et une trousse de secours, entre autre chose. Néanmoins, le militaire était loin d'être un "Joe-Kit" avec leurs équipements fancy. Comme toute arme, il avait une M240b chambrée en 7.62mm, de quoi faire des dégâts, un Zat' qu'il avait appris à bien maitriser, un M11 en 9mm comme arme de secours et un couteau de combat classique. Ni plus, ni moins, exit les FN P90 à la munition faiblarde...

Une fois dans la salle d'embarquement, malgré qu'il avait eu tout le loisir d'observer la Porte durant l'une de ses gardes, Matthew était fasciné par le grand cercle et bien qu'il avait été documenté de manière soutenue - rapports, documents et vidéos - l'ouverture du vortex restait un moment unique et délectable. Il resta pendant un infime instant devant la rampe avant de réagir. Après avoir attaché son écharpe Shemagh, un porte bonheur personnel qu'il prenait toujours en mission, par tous les temps, sur son sac, il s'avança lentement mais décidé vers la Porte. Le lieutenant était passé devant lui, sans grand hésitation d'ailleurs, et l'irlandais, qui aurait bien voulu pouvoir observer de près l'écran du vortex, se déroba de son étude pour suivre son chef de section. Les sentiments que l'on ressentait lorsqu'on passait la Porte étaient indescriptibles, mais le militaire fut un peu déboussolé en arrivant de l'autre côté. Toutefois, il se remit rapidement en situation.

La première chose que Matthew remarqua fut la véritable étuve dans laquelle il débarqua, contrastant beaucoup avec la fraicheur souterraine de Cheyenne Mountain. L'humidité, lourde et omniprésente, s'imprégna rapidement sur leurs vêtements, au grand dam du militaire qui n'aimait pas cette sensation. La forêt, dont les arbres s'élevaient hauts dans le ciel, était très touffue et la vie animale débordante. L'activation de la Porte avait agité un bon nombre d'insectes, parmi lesquels des nuées de moustiques qui s'attaquaient cruellement à leur peau. Heureusement pour l'irlandais, l'écharpe fétiche qu'il prenait partout offrait une bonne protection après qu'il l'eut mise autour de son cou. Il eut alors une pensée pour son lieutenant qui n'avait pris qu'un uniforme léger. La zone périphérique à la Porte n'était composée que de verdure ; ni sentier, ni ruines ou monument quelconque. Le périmètre fut rapidement dégagé et sécurisé. Eversmann, après quelques rapides instructions et un message radio pour la base, commença alors la fastidieuse tâche de dégager un chemin.


«McKnight sur vos six heures» lança-t-il à l'attention de son chef de section qui lui répondit brièvement. L'avance fut rebutante. L'équipe avait malgré tout parcouru plus d'un kilomètre dans une jungle qui tendait à se dégager, leur laissant apercevoir le ciel. Le lieutenant pouvait maintenant se frayer un itinéraire plus facilement et ce dernier avait quelque peu rehaussé le rythme de marche. Les heures défilaient et leur attention s'était affaiblie en dépit des tous les bruits inquiétants du monde animal qui leur parvenaient. Face à à l'apathie qui s'était emparée du groupe, Matthew fut tenté de lancer une discussion et tentait de se décider à qui adresser la parole entre Matt, qui était son supérieur direct, et Julia, qu'il connaissait déjà, lorsqu'un cri déchira le calme relatif de la forêt.

«AHAHAHAHAAAAAAAAAAAAA» Le lieutenant était pendu par les pieds à plus d'un mètre du sol. Matthew s'arrêta net, regardant dans toutes les directions devant lui, son arme prête à tirer. Après un rapide contrôle visuel, il sortit son couteau de combat de son fourreau et s’apprêtait à couper les liens d'Eversmann lorsque le sergent Spence le prit de vitesse en brisant la corde d'un tir audacieux au FN P90. Mais bien qu'elle avait sommé la troupe de s'écarter, l'irlandais lui jetait un regard noir tandis qu'elle se régalait de la scène. Il ne dit rien mais n'en pensait pas moins. L'utilisation de l'arme était superflue, dangereuse et de surcroît pas très discrète. Le chef de mission fut amorti par les feuillages dans sa chute, mais s'agitait dans tous les sens, comme s'il était attaqué par une quelconque bête. Avant d'avoir pu identifier la menace, l'animal s'était enfui, certainement plus effrayé encore que le lieutenant.

Matt remit le groupe en marche avec pour consigne de rester attentif. Le cheminement se fit plus aisé parmi la végétation et ils continuèrent à s'éloigner de la Porte. L'ambiance changea graduellement, et sans que personne ne s'en rende compte, plus aucun bruit ne filtrait aux oreilles des militaires. D'un coup, chacun des membres de la mission se rendit compte de cet inhabituel silence et tout le monde se mit sur la défensive. Soudainement, Becker sursauta, affolant du même coup le reste de l'équipe. Arrêtés net, ils scrutaient les alentours, décidément très tendus. McKnight cru apercevoir une forme plus loin dans les branchages et pointa son arme brutalement dans cette direction. Il ne dit rien. Le sol se mit alors subitement à trembler dans un terrible grondement et tous furent terrorisés. Puis le calme revint aussi vite qu'il était parti, laissant chacun des membres pantois.

Cet évènement ne pouvait être naturel, même si le bénéfice du doute était de mise sur cette planète inconnue. Bien qu'un peu inquiété après ces péripéties, Matthew savait qu'il fallait aller de l'avant car leur mission était d'explorer la planète. Ils ne pouvaient pas rentrer et annoncer au général qu'ils n'avaient vu de de l'herbe et des arbres. La confusion était totale lorsque son supérieur parvint à la lisière de la forêt, dont la limite franche ne leur était pas apparue plus tôt. Au loin se dessinait un village aux allures asiatiques, bien que très rural. À l'instar du lieutenant, l'irlandais avait sorti ses Oakley de leur boite et les glissa sous son casque. Leur progression, malgré qu'à découvert, passa inaperçue.

Il arrivèrent alors au hameau et purent admirer un combat qui quoique brutal n'était qu'un entrainement. Leur entrée dans le village fut remarquée et tout un chacun arrêta ses activités pour venir voir les étrangers. Rapidement, une foule compacte entoura les militaires qui ne pouvaient pas rivaliser face à tant d'hommes et femmes, surtout au corps à corps. Un homme les interpella. Il se profila comme être le chef du village. Des pour parlés s'engagèrent et le lieutenant, épaulé par Julia, tentèrent de converser avec cette personne du mieux qu'ils purent. À contrario, le manque de sérieux du sergent Spence le déconcerta. Matthew, qui au début se trouvait en retrait du groupe, avait été forcé par l'afflut de personne de rejoindre ses collègues, formant ainsi un cercle. La tension sembla monter, et le militaire avait enlevé la sécurité sur sa mitraillette.

< hrp 1 voila pour la tenue de Matthew - lien >

< hrp 2 vu que c'est mon premier message dans ma première mission, si des corrections s'imposent, je suis tout ouïe, merci >
Revenir en haut Aller en bas
John Sheppard
----------------
avatar
----------------
Major
----------------


Nombre de messages : 5862

Arrivé au SGC : 07/11/2006

Age du Joueur : 33


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 35
Profession: Floodeur
๏ Expérience:
2002/3200  (2002/3200)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Dim 23 Oct - 20:40

L’équipe avait tentée de converser avec ce peuple mais comme réponse ils n’eurent que le silence assisté par des regards froids et hostiles, visiblement ils n’étaient pas les bienvenue ici. Dans ce genre d’endroit, et avec ce mode de vie, ils auraient pu tomber sur un peuple maigrichon, sans aucunes aptitudes au combat et enthousiaste à la venue de visiteurs amicaux, mais non, ceux là n’avaient rien de maigrichon, maitrisaient l’art du combat à merveille, et n’approuvaient franchement pas l’arrivée de visiteurs quels qu’ils soient. Ce silence paru long tandis que l’équipe se demandait en combien de parties ils allaient être découpés, mais un des hommes s’avança un peu plus près de l’équipe, tenant fermement un grand bâton dans sa main. Il était un peu plus âgé que les autres et ses vêtements étaient différents, son haut était identique aux autres, sans manches, échancrés jusqu’au bas du torse, mais il portait une robe longue alors que tous les autres portaient des pantalons amples, à son poignet il avait un brassard et ses vêtements étaient noirs alors que ceux des autres étaient bleu pâle. Il s’agissait surement du chef du village, l’équipe n’avait plus à faire à une bande d’aliens enragés mais pourrait parler avec une seule personne qui prendrait la décision pour tous sur le sort réservé à chacun des membres.

L’anneau ancestrale est abandonné depuis longtemps, il est recouvert par la jungle, vous n’avez pas pu venir par là. Un autre homme s’était rapproché de lui pour lui dire :
Ils lui ressemblent... Le premier homme inspecta avec insistance chacun des membres de l’équipe et reprit :
Et même si vous étiez arrivés par l’anneau ancestrale, vous n’auriez jamais pu atteindre notre village, la jungle vous aurez engloutie avant. Il les regarda de haut puis fit demi-tour, avança de quelques pas et s’arrêta de nouveau, dos à l’équipe il ajouta :
Quant à votre paix Matt Eversman, vos armes prouvent le contraire.

L’équipe commençait à regrettée d’être venue jusqu’à ce village, le chef ne leur avait laissé aucune chance, l’espoir d’établir des relations amicales avec ce peuple s’éloignait de plus en plus au fur et à mesure que les hommes se rapprochaient de l’équipe. Ils s’étaient mit par deux pour attraper chacun des membres de l’équipe par un bras en les forçant à laisser tombées leurs armes, l’équipe n’avait aucune chance en résistant et chacun d’eux laissa tomber son arme au sol en priant pour ne pas finir en morceaux. L’équipe fut trainée jusqu’au centre du village et enchaînée au sol en se demandant s’il ne valait mieux pas être tué tout de suite plutôt que d’affronter le soleil et les brûlures sur leurs peaux pour finir par mourir de déshydratation. Les enfants avaient stoppés leurs jeux et regarder maintenant les quatre militaires souffrirent comme s’il s’agissait d’un spectacle très divertissant, ils étaient formés très jeunes au combat et ne ressentaient aucune peur face à la mort d’autrui, ce qui en faisait toujours de très bons combattants une fois adulte. Les hommes et femmes du village avaient reprit leurs activités, ignorant l’équipe et chacune des questions que chacun d’eux posées afin de savoir pourquoi ils étaient enchainés au sol. Au bout d’une heure, un homme s’approcha enfin deux, il était vêtu de la même façon que celui qui leur avait adressé la parole juste avant qu’ils soient fait prisonniers, il jeta un regard dur à l’équipe puis se tourna vers un homme qui s’entrainer seul et lui ordonna de le rejoindre, il semblait légèrement en colère face à la situation.

Qu’est-ce qui se passe ici ?! Que font ses étrangers dans notre village ? L’homme lui expliqua la venue de ces quatre étrangers, la planète d’où ils provenaient et le fait qu’ils soient arrivés par l’anneau ancestrale, il jeta un regard par-dessus son épaule pour apercevoir l’équipe en détaillant bien leurs uniformes et ordonna qu’ils soient libérés. Quatre personnes arrivèrent aussitôt pour détacher l’équipe, chacun d’eux se releva avec peine en frottant leurs genoux qui les avaient supportés tant bien que mal durant tout ce temps, l’homme s’approcha d’eux et engagea la conversation.

Veuillez excuser le Maître Satomi et nos disciples, ils sont toujours très prévoyants face aux étrangers, bien qu’on en reçoivent très peu ici. Je suis le Maître Matsuura, vous devez avoir soif je suppose. Qu’êtes-vous venu faire ici ?

Il appela un disciple qui les emmena dans sa cabane pour leur offrir de l’eau bien fraiche. Ces gens avaient vraiment un niveau de vie très bas, à croire qu’ils passaient leur temps à se battre et rien de plus, leurs « maisons » étaient petites, il y avait juste la place pour un lit, à même le sol, une table basse et des coussins sur le sol pour s’asseoir, et tout cela fabriquer à la main grâce aux divers matériaux qu’offrait la jungle. L’homme s’installa et regarda l’équipe se désaltérer avant de reprendre la parole.

Comme cela vous êtes venu ici grâce à l’anneau ancestral ? Je dois avouer que je suis sceptique, la jungle à totalement recouvert le chemin qui y mené, et ce depuis des années. Et traverser cette jungle est très dangereux, même nous n’y allons que s’il cela est vraiment nécessaire. Nous y avons posés beaucoup de pièges pour attraper des animaux plus facilement mais il y a d’autres choses bien plus dangereuses là-bas… Il bu une gorgée d’eau et se pencha légèrement en avant en regardant un par un chacun des membres de l’équipe. Des choses mystérieuses se produisent et s’y vous vous y trouvé et que la jungle se déchaine sur vous, vous n’en ressortait pas vivant. Voyant le visage suspicieux de chacun, il sourit et se leva. Je vais vous faire visiter tout le village, c’est assez grand.

Grand ? La première chose que l’équipe avait remarquée c’était la taille du village qui était minuscule par rapport au nombre de ses habitants, cette homme devait surement blaguer, ou n’avait pas toute sa tête mais il continua de sourire et quand l’équipe se trouva hors de la cabane, un immense village s’étendait devant eux. Peut-être avait-ils respirer un gaz hallucinogène dans la jungle car ce village ne pouvait pas s’être agrandi en quelques minutes, il n’y avait que de la terre aride derrière et voila maintenant que s’étendait des quantités de maisonnettes un peu plus grandes et bien mieux décorées que leurs cabanes à l’entrée, un peu plus loin une grande place ou une cinquantaine d’hommes s’entrainés et répétés les mêmes mouvements à l’unisson en criant à chaque coup porté dans le vide, et tout au fond, bien en évidence, une cabane bien plus imposante avec sur chaque côtés, deux autres maisonnettes qui devaient être celles des deux Maîtres ainsi que celle du chef du village. D’ailleurs, le Maître Matsuura le confirma. La question qui restait en suspend, Eversman venait de la poser, comment avait-ils fait pour dissimuler ce village ?

Oh ça… Un cadeau de la part de nos amis.

La réponse du Maître fut brève et il était certain qu’il ne leur en dirait pas plus. Le Maître Satomi était devant chez lui, d’un air méchant, il observait l’équipe en se demandant surement pourquoi ils avaient étés libérés. Matsuura s’excusa auprès de l’équipe en la laissant devant la grande place pour se diriger vers Satomi. L’équipe pu en profiter pour discuter sur ce qu’il fallait faire à présent tandis que tout deux entrèrent dans la maison du chef du village. Leurs radios s’étaient mit à grésiller, cela faisait maintenant deux heures qu’ils étaient sur cette planète et le Sg-c les contactaient comme prévu.

[Radio]Lieutenant Eversman, ici le Sg-c, veuillez faire votre rappo…..[/Radio]

La radio avait grésillé de nouveau et le signal s’était couper sans que Walter n’ait le temps de finir sa phrase laissant l’équipe sans aucune aide de la base. Qui sait ce qui allait encore leur arrivés ? Et s’ils pourraient retrouver leur chemin jusqu’à la porte, le contact radio avec le Sg-c toutes les deux heures leur était très précieux, et maintenant ils l’avaient perdu.

-------------------------------------------

Au Sg-c

Walter entré les symboles de la planète ou l’équipe était allé afin d’avoir un rapport sur leur situation, un par un ils s’enclenchèrent jusqu’à ce que l’énorme vague explose en salle d’embarquement et laisse place à ce magnifique fluide bleuté qui permettait de voyager à travers toute la galaxie. Le Général se tenait là également et Walter prit contact avec l’équipe mais sans même avoir le temps de terminer sa phrase, la porte se referma.

Qu’est-ce qui se passe ?
Je ne sais pas, le vortex s’est coupé comme il le fait toujours après le passage d’une équipe, sauf que j’avais gardé l’activation le temps de la transmission radio.


Il entra de nouveau les symboles mais le dernier chevron refusa de s’enclencher, après plusieurs essai infructueux, il abandonna et se tourna vers le Général d’un air inquiet.

Impossible d’ouvrir un vortex vers cette planète, c’est comme si les coordonnées n’étaient plus valides. Si de leurs côtés il y a également un problème, ils ne pourront pas rentrer.
On a plus aucun moyen de les contacter, s’ils ne sont pas revenu dans trois heures, appelez le Dédale et demandez au Colonel Turner d’allait les chercher.



-------------------------------------------

Les villageois ne cessaient de lancer des regards noirs à l’équipe, même si Matsuura leur avait paru sympathique, il était clair que leur présence n’était toujours pas souhaitée. Ce dernier revenait tranquillement vers l’équipe suivit de près par Satomi qui conservait toujours ce regard dur et froid envers les militaires, Matsuura se plaça à côté de l’équipe, le regard tourné vers la grande place et les disciples toujours en plein entrainement tandis que son confrère resta en retrait mais assez proche pour entendre la conversation.

Je ne vais pas pouvoir vous emmenez voir l’ancêtre, il est très faible en ce moment et la moindre visite le fatigue d’autant plus.
Ils ne sont pas dignes de lui !
Satomi !
Il lui jeta un regard noir et insistant avant de reprendre sa position initiale. J’ai cependant une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous, la bonne, c’est que vous allez pouvoir participer à la chose qui nous tient le plus à cœur, et la mauvaise, c’est que vous allez vous faire massacrer. Vous allez devoir affronter chacun d’entre vous un de nos disciples.

Au souvenir des combats qu’ils avaient vu juste avant d’être encerclés par une cinquantaine de villageois, la dernière chose que l’équipe souhaitait c’était bien de combattre ces gars là. Il n’avait pas pesés ses mots, ils se feraient littéralement massacrer. N’ayant pas constaté qu’il s’agissait d’une obligation et non d’une proposition, l’équipe avait répondu non bien sur, préférant quitter cette planète sur leurs deux jambes et non pas sur une civière, d’ailleurs, il n’y avait même pas de civières ici.

Oh si vous allez combattre… J’ai été, jusqu’ici, la plus agréable possible avec vous, et bien que Satomi vous ai paru bien plus hostile que moi, croyez-moi, je suis pire que lui.


Son regard et le son de sa voix avait totalement changés à présent, on pouvait y lire et y entendre la colère, la rage, la cruauté et le sadisme dont il était capable, il frappa fortement dans ses mains et tous les disciples s’entrainant sur la grande place se mirent en rang de chaque côté du terrain. Il obligea l’équipe à pénétrer sur « l’arène » et invita un volontaire à s’avancer en son centre. Les militaires avaient comprit que l’un d’entre eux devait faire face à ce premier adversaire, ce fut Eversman qui se mit face à cet homme qui sautillé déjà sur place, prêt à combattre. Satomi frappa son bâton par deux fois sur le sol pour prévenir que le combat pouvait commencer. Le Muay Thaï était un art martial très violent et le Lieutenant allait l’apprendre à ses dépends. Le combat était engagé, l’homme attaqua en premier, avançant vers Eversman il donna son premier coup de pied sur le flanc droit du militaire qui n’avait pas eu le temps de parer le coup, la rapidité des mouvements du disciples était impressionnante, le bon côté était que son adversaire retenaient ses coups, il ne frappait pas aussi fort qu’il pouvait le faire sur les autres disciples mais ses coups étaient tout de même dur à encaisser. Il ne s’était pas encore remit du coup que son adversaire fit un saut dans sa direction pour le frapper violemment d’un coup de genou en plein dans la mâchoire. Eversman était à terre mais n’avait pas encore dit son dernier mot. Spence avait fait un pas en avant pour aller aider son coéquipier mais Satomi la stoppa à l’aide de son bâton tout en lui lançant un regard noir, comme il savait si bien le faire. Matsuura regardait le combat sans en perdre une miette, un large sourire se dessinait sur son visage à chaque coup que prenait le Lieutenant. Après quelques minutes, Eversman était à terre mais ne se relevait plus cette fois, il en avait tellement prit qu’il n’avait plus la force de faire le moindre mouvement, il fut transporté par deux disciples jusqu’à son équipe ou Spence s’occupa de lui tandis que Becker « montait sur le ring » et qu’un autre adversaire prenait le relais. Même résultat, Becker à terre, inconsciente, elle avait résisté moins longtemps qu’Eversman. Ce fut autour de McKnight puis de Spence, mais ils n’eurent guère plus de chance que leurs prédécesseurs. L’équipe était salement amochée, Becker n’était toujours pas revenue à elle, ce qui était une chance pour elle, car les trois autres avaient l’impression qu’on leur avait broyés tous les os. Matsuura s’approcha d’eux, et d’un regard froid il leur dit :

Votre présence n’est pas souhaitée ici, une fois soigné, vous quitterez ce village et il vaudrait mieux pour vous qu’on ne vous revoit plus jamais.

Les villageois transportèrent l’équipe jusqu’à une maisonnette ou ils furent soignés à l’aide d’herbes médicinale hautement curatives et de breuvages aussi infectes qu’écœurants. Qu’avaient-ils fait pour mériter cela ? Pourquoi ce peuple prenait du plaisir à voir des gens se faire massacrer ? Ils n’avaient pas les réponses à ses questions, mais sur Terre, ce genre de personnes existées aussi et une simple mission d’exploration pouvait se transformer en cauchemar s’ils se retrouvaient sur la mauvaise planète.





[Voila donc si vous avez des questions pour Matsu et que vous voulez intégrer ses réponses dans votre post, envoyez-moi un MP je vous donnerez les réponses. Et si vous avez des questions pour le reste, pareil par mp. Pour les combats, j'ai décris vite fait le début pour Matt, mais t'as tout le loisir de faire le reste, vous faites ce que vous voulez, en respectant deux choses, vous vous faites bien sur défoncer^^ Et j'aimerai qu'en décrivant les actions de votre adversaire, vous respectiez la technique de combat, le Muay Thaï, si besoin, vous avez les vidéos sur youtube et y a aussi le film Ong bak qui est sympa pour ça Smile ]
Revenir en haut Aller en bas
Matt Eversman
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 6164

Arrivé au SGC : 07/02/2009

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
855/3200  (855/3200)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Mar 25 Oct - 18:13

Les différentes initiatives des membres de l’équipe n’étaient pas vraiment mieux que sa tentative pour calmer le jeu. Il faudrait penser à former un diplomate dans chaque équipe SG, ce serait utile. Matt s’efforçait de garder son calme et de ne pas lever son arme pour ne pas en faire un geste hostile qui pourrait leur être mortel mais la tentation était forte de prendre ses jambes à son cou, fallait-il encore briser l’encerclement. Il était nerveux ne cessant de jeter des coups d’œil vers ses coéquipiers qui tenaient eux aussi la position et semblaient être dans le même état de nerf que lui. Il suffisait d’une étincelle, d’un mot déplacé pour que tout ne dégénère. Incapable de rester sur place, Eversman gigotait sur place, son doigt toujours sur la gâchette de son arme mais il n’osait rien faire et ne cessait de réfléchir à une issue pour que toute l’équipe s’en sorte vivant. Finalement un homme d’apparence différente fit son apparition, surement le Chef du Village ce qui était une bonne chose ou pas au vu de ses paroles.

« Nos armes nous servent à nous défendre… » Répliqua de suite Eversman avant de lever son M4 tandis que les guerriers se rapprochaient de leurs positions suite aux paroles de leur chef. La tension était à son comble, Le Lieutenant tenait en joue ses cibles mais elles étaient trop nombreuses, trop proches, trop humaines aussi. Il lui suffisait simplement d’appuyer sur la gâchette, ce geste il l’avait déjà exécuté à de nombreuses reprises mais là, il était bien incapable de le faire et les hommes ne cessaient d’avancer.

« STOP ! » tenta une dernière fois le Ranger envers les indigènes mais ceux-ci continuèrent de progresser et bientôt l’un d’eux dévia le canon de son fusil d’assaut. Des mains se posèrent alors sur son corps. Il n’avait pas fait feu, il n’en avait pas eu le cran. L’heure n’était pas à réfléchir à ce qui aurait pu se passer mais à la réalité. Eversman tenta de repousser les ennemis, de se débattre mais rien n’y fit, ceux-ci le maitrisèrent l’empêchant d’exécuter le moindre geste sous peine de ressentir une forte douleur dans l’épaule avec une sorte de clé de bras. « LACHEZ MOI ! » Ses cris ne servaient à rien, ses compagnons de galère subissaient le même sort et tentait eux aussi de défendre. Aucun tir n’avait eu lieu. Les quatre furent trainés jusqu’à la place centrale par deux guerriers et avant même qu’ils ne puissent tenter quelque chose, ils se retrouvèrent agenouillés, un lien reliant chaque bras à un anneau différent afin de les maintenir immobile dans cette position. La corde était solidement attaché, impossible de s’en défaire. La position était très inconfortable. Les guerriers récupèrent aussi leurs armes.

« Est-ce quelqu’un est blessé ?» vérifia Eversman en observant ses coéquipiers. Pas de réponse affirmative, c’était bien la seule chose de positif de la journée. « Bordel ! Hé Toi là ! » Demanda-t-il sans grand résultat à un habitant qui passait juste à côté d’eux. La femme releva les yeux vers lui avant de continuer son activité comme si de rien n’était ce qui agassa le Lieutenant. « Pourquoi est on attaché ?!!! Je veux parler à votre chef !! » Rien n’y fit, la femme était partie sans un mot. Il renouvela à deux reprises son appel mais il était complétement ignoré.
« Rassurez moi, je n’ai pas manqué de délicatesse avec le vieux ? Non ? Car là y a pas de raison qu’on se retrouve là ! » Le Ranger ne décolérait pas de se retrouver dans une situation pareille, il ne cessait de tirer sur ses liens mais rien n’y fit, assez rapidement pourtant il cessa. Les militaires étaient laissés sous un soleil de plomb, l’effort y était beaucoup plus dur et cela en plus de la traversée de la jungle. Bientôt les conversations cessèrent elles aussi, les hommes préférant garder le peu de salive pour tenir le coup et souffrait en silence.
Tête baissée, Matt était dans ses pensées, essayant de comprendre comment ils avaient pu en arriver là. Peut-être s’il avait donné l’ordre de tirer, ils auraient pu s’en sortir. Là, ils attendaient peut être la sentence ou alors on les laisserait là, mourir les uns après les autres. Que de pensées réjouissantes… Au bout d’un long moment, l’homme finit par relever la tête découvrant alors un groupe de gamins sagement assis à quelques mètres d’eux et qui semblait se délecter du spectacle. L’un d’eux avait sa casquette sur sa tête, tombée lors de l’affrontement. Lui qui était assez proche des enfants, avait plutôt envie de prendre une grosse voix pour récupérer son bien mais cela ne servirait à rien. Eversman tenta alors de changer un peu de position, les crampes avaient fait leur apparition. Lui qui ne parvenait jamais à rester en place y était forcé.

« Les filles, voyez le bon côté, vous allez affiner votre bronzage. » déclara-t-il avant d’essuyer son visage couvert de sueur contre sa manche de t-shirt. « Peut-être que ça ajoutera un atout séduction à notre charme naturel. Tu en penses quoi Matthew ? Et vous les filles, plutôt mec bronzé ou non ? Spence ne dit rien, je connais la réponse !» Vu la situation, il fallait bien passer le temps comme ils pouvaient donc autant papoter un peu et il ne pouvait s’empêcher de charrier un peu Annabel. Les membres de l’équipe lancèrent à leur tour des petits sondages, il fallait bien tuer le temps comme il pouvait. L'un était en train d’interroger sur les sous-vêtements de ces coéquipiers lorsqu’elle fut interrompue par un nouveau type.
Quelques instants plus tard, ils étaient libérés de leurs liens et remis difficilement sur pied.


« Nous demander de quitter les lieux aurait suffit.. » déclara Eversman d’un ton qui ne dissimulait en rien sa colère. « Pourquoi nous avoir libéré ? De quels étrangers parlez-vous ? » Après tant de temps d’inaction, Matt ne pouvait s’empêcher de poser toutes les questions qui lui venaient en tête et laissa l’un de ses coéquipiers expliquait la situation. L’homme esquiva toutes les questions du gradé, les invitant alors à le suivre pour se désaltérer.

« Où sont nos armes ? » Nouvelle question du Lieutenant qui n’en faisait qu’à sa tête. Au diable la politesse avec l’accueil qu’ils avaient reçus. Cette fois, l’individu prit la peine de lui accorder de l’attention.

« Tant que vous serez dans ce village, vous ne serez sans armes… »
« Nous quittons alors de suite ce village… »
« Il ne vaudrait mieux pas, Matt Eversman… Vous le regretteriez. »

Devant cette menace, l’homme se retourna vers ses coéquipiers pour avoir leurs avis, après tout il n’était pas seul dans cette galère. Le choix fut pris de suivre l’homme au nom imprononçable, Maitre Machintruc. Les Terriens ignoraient la localisation de leurs armes et affronter la meute de guerriers à mains nues n’était pas une possibilité. Une fois à l’intérieur de la sorte de hutte, Matt se désaltéra, tout d’abord méfiant vis-à-vis du breuvage avant de reconnaître que ce n’était que de l’eau. Il but pas mal pour se remettre des derniers événements. Le vieux ne semblait pas les croire et commençait même à partir dans un délire sur quelque chose de mystique dans la forêt mais aussi la taille du village. Une nouvelle fois, Eversman échangea un regard avec l’équipe et tous semblaient partagés le même scepticisme. Il y avait peut-être d’autres villages de quelques huttes dans le coin et celui-ci ayant plus de maisons que d’autres était qualifié de grand. Il n’y avait pas d’autres explications possibles.
Docilement tous le suivirent à l’extérieur et là surprise. Un immense village voir même une ville s’étendait devant eux, ce n’était plus du tout ce village perdu en plein milieu de désert mais bien des centaines de huttes. La place sur laquelle ils avaient été attachés, elle aussi avait changée, gagnant en dimension et de très nombreux guerriers s’entrainaient de manière synchrone ce qui était assez impressionnant.


« C’est pas possible… Il y avait à peine 10 huttes tout à l’heure et là… Comment…»
Oh ça… Un cadeau de la part de nos amis.
« Vos amis ? » répéta-t-il sans comprendre. Matt avait de plus en plus l’impression d’être en train de faire un rêve, il se pinça afin de s’en assurer et à voir la tête de ses collègues, il n’était pas le seul en plein rêve éveillé. Le Maitre Machin les laissa alors et de suite l’équipe se rassembla pour échanger.
« C’est quoi ce délire !!! Il y avait rien, il y a à peine cinq minutes et là ! Pareil pour la jungle tout à l’heure ! Ce peuple ne peut avoir inventé l’invisibilité… Il est primitif ! » Non il ne l’avait pas inventé, cela provenait de leurs amis. Ces derniers leur avaient permis de se rendre invisible et cela fit un déclic dans l’esprit du Sergent.

« Il y avait un peuple capable d’être invisible… J’ai lu ça dans les vieux rapports de mission… » L’homme avait beau déployé tous ses efforts possibles, il ne parvenait pas à retrouver le nom de ce peuple mais se rappelait très bien en avoir entendu parler. Le laissant se creuser la tête, ses coéquipiers échangèrent entre eux.

[Radio]Lieutenant Eversman, ici le Sg-c, veuillez faire votre rappo…..[/Radio]
// SGC, ici Eversman. Me recevez-vous ?// Matt renouvela à plusieurs reprises son appel mais rien n’y fit, pas moyen de prendre contact avec la base. Ils étaient seuls. Avec un peu de chance, le Stargate Command enverrait une autre équipe voir ce qui se passait mais d’ici là ils ne pouvaient compter que sur eux même pour se tirer de ce coup fourré. Cela voulait aussi dire que deux heures s’étaient écoulées depuis leur départ. Il leur avait bien fallait une bonne heure pour rejoindre ce village ou cette ville, il ne savait plus trop maintenant.
Matt ne comprenait vraiment pas pourquoi on refusait de les laisser partir, leur présence n’était pas la bienvenue vu l’accueil et le regard des habitants. Ceux-ci semblaient se retenir de ne pas leur lancer des cailloux de leur cracher dessus ce qui rendait l’atmosphère très sympathique et chaleureuse.

« Bon allez, on se barre d’ici ! On ne va pas attendre qu’ils veuillent nous rattacher sur la place… » Eversman s’était déjà mis en route lorsqu’on lui signala du mouvement. Les deux Big Boss étaient de retour, surement pour leur annoncer une autre mauvaise nouvelle, ils n’étaient plus à cela prêt. Allez, maintenant ils allaient devoir combattre chacun un Bruce Lee. Oubliant son grade ou même toute forme de diplomatie, Matt prit la parole.

« Il en est hors de question… Vous nous agressez sans raison puis vous nous attachez et maintenant on devrait se battre… Il en est hors de question et nous quittons ce village sur le champ ! »
Oh si vous allez combattre… J’ai été, jusqu’ici, la plus agréable possible avec vous, et bien que Satomi vous ai paru bien plus hostile que moi, croyez-moi, je suis pire que lui.

La menace sous entendue était assez claire notamment car l’homme qui semblait plus sympathique auparavant venait radicalement de changer, se dévoilant sous un jour beaucoup plus sadique. Matt n’avait pas l’habitude de se laisser impressionner, l’homme n’était pas non plus dans la fleur de l’âge et à quatre contre deux, les Terriens avaient toutes leurs chances. Quoique avec les autres soldats dans le dos. Pas le temps d’élaborer un plan que Maitre Truc s’éxécuta et Matt resta sans voix devant la discipline des guerriers derrière eux réalisant qu’ils allaient vraiment devoir combattre et sans armes. Il se rappelait très bien le duel observé à l‘entrée du village, très violent et pourtant c’était entre personne du même village alors face à un étranger, il ne fallait pas imaginer la violence des coups.

En face, un guerrier fit plusieurs pas en avant et les Chefs invitèrent l’un des Terriens à faire de même ou plutôt à aller au massacre. Eversman n’avait pas vraiment le choix, il était le chef de l’équipe, c’était à lui d’y aller, de tenter de montrer l’exemple. C’est donc sans grand enthousiasme que l’homme s’avança à son tour, il n’en menait pas large en progressant jusqu’à la marque au sol contrairement à l’autre qui sautillait impatient d’en découdre. Le signal donné, le Lieutenant regretta vraiment d’avoir été désigné Chef de mission, Sergent c’était finalement pas si mal que cela. Il se mit quand même en position de combat, se protégeant le visage de ses bras mais c’était sans compter l’autre qui attaquait de suite. Bam, un premier coup sur le flanc droit déstabilisant Eversman qui n’avait même pas eu le temps de parer l’attaque ni même de réagir alors que le guerrier lui mit un bon coup de genou dans la machoire l’envoyant au sol.
Par reflexe, le ranger porta sa main sur sa mâchoire endolorie, cela lui étonnait presque qu’il ne lui ait pas cassée mais une chose était sure ce crétin allait le payer cher. Cette fois ce fut le Terrien qui mena l’attaque avec ses poings essayant de frapper fort le visage de l’indigène mais ce dernier parait et esquivait avec une rapidité indécente avant de répliquer par le même geste. Allez hop, tapis. Pourtant Matt comme tout membre du Stargate Command avait une certaine formation en combat de corps à corps mais là ils ne jouaient pas dans la même cour. Changement de tactique, il allait laisser l’initiative au guerrier pour tenter de contrattaquer. Se protégeant, Matt encaissa les coups choisissant le bon moment pour que sa main gauche se referme sur le poignet droit de son ennemi, la laissant ainsi sa défense. Mais la rapidité d’exécution du guerrier était telle qu’il tira de son pied derrière le genou du militaire avant d’enchainait plusieurs coups de genoux dans les côtes lui faisant lâcher prise.

Les côtes douloureuses, Matt tentait de reprendre son souffle mais son adversaire en avait décidé autrement choisissant de lui manger le tapis une nouvelle fois. Deux minutes plus tard de ce traitement, le Terrien était dans un sale état et heureusement pour lui que le disciple se retenait sinon il aurait déjà plusieurs os de briser.L’indigène semblait prendre son pied vu le grand sourire sur son visage ce qui mit la haine au Lieutenant qui tenta une dernière charge. Encore une fois rien n’y fit pourtant ce n’était pas dénué d’énergie, d’envie de sa part. Le disciple l’attrapa au niveau du cou l’obligeant à pencher la tête avant de lui mettre plusieurs coups de genoux dans la face puis l’acheva d’un coup de pied retourné. Eversman, cette fois, ne se relevait plus, complétement sonné avec l’impression qu’on venait de lui rouler dessus avec une voiture, ne parvenant même plus à savoir vraiment d’où provenait la douleur.
Au bout d’un moment, l’homme ayant perdu toute notion de temps, on leur annonça qu’ils n’étaient plus les bienvenus et qu’ils devaient partir. Eversman fut bien incapable de répondre et se contenta de lever le pouce vers le haut.

L’équipe fut porter jusqu’à une maison où on prit soin d’eux, enfin ça c’était vite dit. Les villageois chargés de leur apporter ses « soins » n’étaient pas ravis de devoir s’occuper d’eux et cela se ressentait dans leurs gestes des plus délicats leur faisant avaler de force des breuvages en pinçant leur nez ou appliquant sans douceur des pâtes ou des chiffrons sales sur les plaies. Néanmoins ce fut efficace. L’équipe finit par revenir peu à peu avec toujours cette même impression de s’être fait tabasser ce qui était assez vraie.


« On va pas s’éterniser ici si vous êtes d’accord… On a suffisamment goûté à l’hospitalité locale…McKgnith, pas de passage apr la boutique souvenirs, désolé ! »


Le gradé se releva avec difficulté, on aurait dit un vieillard de 70 ans avant de marcher jusqu’à l’extérieur de la hutte où deux guerriers étaient postés.

« Rendez-nous nos armes, on se barre… » Après tout, les indigènes étaient les premiers à les avoir prévenus des dangers de la forêt.


Hj : je parie sur les Sodans Rolling Eyes
2686 mots, trop fier !
Revenir en haut Aller en bas
http://poudnoir.goodforum.net/index.htm
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Jeu 27 Oct - 23:48

A chaque respiration, son regard se durcissait. Plus les secondes s'écoulaient et plus les personnes les encerclant se rapprochaient, se faisant de plus en plus pressant, agressif. Elle était de dos à Eversman donc elle ne put voir le visage du nouvel arrivant, mais rien qu'à les entendre, elle savait que la situation n'allait pas s'arranger. La seule solution, se concentrer, pour parer à toutes les éventualités et y réagir au mieux. C'est pourquoi, elle ne fit rien quand les hommes se rapprochèrent de leur petit groupe. Elle entendait les autres protester à moitié, elle ne bougea pas et se laissa conduire. Inutile de résister, de gaspiller des forces, la situation ne leur était pas propice. Le chemin fut assez brusque jusqu'à une certaine place. Beaucoup d'agitations, à être malmenés par la rudesse de ces personnes. Mais bien vite, le sol terreux rencontra ses genoux et ses fesses n'apprécièrent pas tellement de rencontrer le talon de ses rangers ... Elle aurait préféré un contact plus doux sur son postérieur mais là pour le coup, c'était raté. Matt demanda si tout le monde allait bien, elle ne répondit pas, plus occupée à regarder s'éloigner les hommes et à analyser la situation. Les poignets étaient attachés, reliés par des chaines à des mousquetons au sol. Elle sentait doucement ses rotules s'aplatirent face à la dureté de ce sol et la chaleur du soleil venir les englober. La jeune femme se contorsionna alors le plus qu'elle pouvait afin de venir défaire son chignon. S'ils étaient destinés à rester moisir en plein soleil, ses cheveux la protègeraient au moins des brûlures. La vie avait vite repris autour d'eux, à part des enfants et quelques femmes qui les fixaient. Matt leur vociférait après, aucune utilité, elle ne savait que trop. La chaleur la replongeait dans les horreurs de son passé, ce soleil provocateur, qui nous colle à la peau, fait comme une pression au niveau du thorax, fait perler la sueur à chaque centimètre carré de peau. Elle fixait ses rotules, meurtries par le poids de son corps. Les autres discutaient entre eux, elle ne disait rien, se concentrant ou plutôt, essayant de refouler ses vieux démons. Cette terre n'était pas la même que celle de la mine, ces chaines n'étaient pas les cordes .... Mais pourtant, c'est comme si elle entendait ce bruissement caractéristique de cuir ... Annonçant qu'il allait bientôt lui mordre le dos.

Elle eut alors un mouvement mécanique, de survie, elle enfonça la pointe de ses rangers dans le sol poussiéreux et poussa d'un coup sec, se projetant en avant, comme si elle réussirait à se libérer les poignets par ce phénomène. Mais naturellement, elle ne réussit qu'à retomber sur ses rotules, déjà endoloris. Matt essaya alors un ton d'humour. Comme si il croyait tout savoir d'elle depuis leur baiser volé. Néanmoins, il la fit tout de même sourire. Les autres répondirent, elle préféra se taire au lieu de dire des trucs encore inadaptés. Mais il ne leur fallut pas attendre encore trop longtemps avant qu'un nouvel individu n'intervienne. Pour porter le coup fatal ? Ah bah non. En fin de compte, il ordonnait à ce qu'on les libère. Revirement de situation ?? Ils allaient pouvoir prendre leur clic et leur clac et rentrer tranquillement à la maison. Ah ... bah non. Néanmoins, la sensation qu'offrait la libération de ses poignets étaient encore mieux qu'un orgasme. Elle prit alors quelques secondes pour se masser les poignets et se relever. Les genoux manifestèrent leur mécontentement en craquant de toute part. Une fois debout elle s'étira afin de réveiller tous ses muscles endormis et s'essuya le front. Reprenant un élastique dans sa poche de pantalon, elle refit rapidement son chignon afin de ne pas être gênée dans ses mouvements. Ils furent alors tous conduit dans une cabane et une fois à l'intérieur, elle apprécia la fraicheur des lieux. Ce qu'elle désirait ?? Enlever tout son équipement et s'allonger sur ses coussins ou dans un bain d'eau fraîche. Des pots emplies d'eau trônaient sur une sorte de table basse. L'homme s'y assit et commença à parler de la porte avec la jungle. Annabel attendit un peu avant de prendre une gorgée. Elle avait prit l'un des pots dans ses mains mais elle était restée debout, essayant de garder un angle de vue le plus important possible. Elle préférait boire petit à petit, ayant déjà connu la soif, elle connaissait les conséquences d'une ingestion trop important en trop peu de temps. Mais bien vite, le vieux se releva et les invita à sortir.

Alors soit il y avait un truc pas clair dans l'histoire, soit en revenant de mission, il lui serait impératif d'aller voir un ophtalmo. Parce que là, avoir pris une ville entière pour un hameau, fallait le faire ... Un petit cadeau de leurs amis. Bon, mieux ne valait pas trop trainé dans le coin car vu l'hospitalité de ce peuple et la technologie de leurs amis, cela sentait assez mauvais (pour rester poli). Eversman s'en étonna tout autant lorsqu'ils se retrouvèrent qu'entre eux 4. Le vieux s'en était allé, les laissant seuls au milieu de la place qui avait soudainement pris en largeur. Eversman parla d'un peuple capable de devenir invisible. A ces propres souvenirs des nombreux rapports de missions qu'elle avait pu lire, elle ne voyait qu'une seule possibilité.


"Vous parlez des Nox ?? Ils ne sont pas un peuple guerrier et l'invisibilité ne leur sert qu'à se protéger, ce ne sont pas des guerriers comme ces personnes."

Oui, elle venait d'étaler sa science. Mais après avoir lu et relu tous les rapports de missions pendant des mois afin de trouver des éléments pour ses recherches et études des forteresses goa'ulds, elle avait finit par retenir certaines choses. La radio grésilla et Eversman quitta la conversation pour répondre au SGC. Ils pourraient peut-être leur venir en aide en leur envoyant une équipe de soutien mais avec des hommes aussi bien entrainés, soit ils se retrouveraient 8 à être retenus, soit ce serait un vrai bain de sang. Mais pas le temps de savoir quelle version se produirait car aucune réponse ne vint aux relances du lieutenant. Cette situation commençait à laisser un goût amer à la jeune femme, regrettant presque d'avoir choisi de réintégrer le service actif. C'est vrai qu'elle était bien dans son bureau au SGC, à faire une ou deux missions de soutien au même rang que des scientifiques sur le terrain, sans grades, sans obligation ... Mais avec le CIS attaché au basque. De toute manière, elle se doutait bien qu'ils ne la lâcheraient pas comme ça une fois réintégrer les rangs mais au moins ils ne pouvaient plus la rappeler à Washington à leur bon vouloir. Bref, pour le moment, le dilemme résidait dans le fait de rentrer au SGC sans laisser des dents ou membres sur place. Eversman lança l'idée de quitter les lieux sur le champs. Même s'ils n'avaient pas récupérer leur arme, l'idée ne lui déplaisait pas, loin de là. Faudra juste se dépêcher afin d'être sûr de ne pas être rattrapé par ces indigènes. Néanmoins, le vieux revint accompagné de l'autre ****, bref, et ils leur annoncèrent qu'ils devraient participer à une sorte de gala ou de combat. Annabel ne put réfréner un sourire en détournant le regard sur le reste du village, essayant de contenir un rire nerveux. Ils étaient tous illuminés dans ce patelin. Elle entendait Eversman en train de poser ses conditions mais bien vite il se tut. Lopette ...

Ils furent alors tous conduits, enfin, quand on est encadré de mecs pas très accueillants qui vous ont très clairement montrés qu'ils pouvaient vous casser tous les os en moins de 5 minutes, forcément, on évite de faire les fanfarons devant. Les claquements de chairs derrière eux venaient de s'estomper et lorsqu'elle se retourna vers la petite placette, elle vit que tout était fin prêt pour le combat. Enfin, pire raclée de sa vie serait plus appropriée. Et pourtant, elle en avait supporté des choses sur Nebek. Mais là, ça ne lui disait rien de meurtrir son corps une fois de plus. Avançant plus ou moins rapidement vers cet espace créé, le groupe s'arrêta avant d'entrée dans l'espèce de carré au sol. Un disciple s'avança et le vieux invita un d'eux à s'avancer. Annabel allait protester, expliquant que contre une femme, il fallait une femme et non un homme, mais Eversman s'avança. Un rictus anima ses lèvres, se disant qu'elle l'avait bien apprécié et qu'il lui manquerait. Elle resta donc avec les deux recrues sur le côté à regarder son lieutenant encaisser les coups. Encaisser était d'ailleurs un bien grand mot. Disons que dans une salle de sport, le disciple était un boseur et Matt le sac plein de sable qui prenait les chocs. Mais lorsqu'elle remarqua le coup de genou dans le menton et Matt par terre sans pouvoir se relever, là elle ne supporta plus la plaisanterie. Elle détacha alors d'un coup sec son gilet tactique en le laissant tomber à terre et s'avança d'un pas décider vers les deux hommes. Rien à ...


"QUOI ???"

Un coup de bâton au niveau de la poitrine venait de lui barrer le chemin, l'empêchant d'aller plus loin. Elle s'était retournée vers le vieux crouton prête à lui faire savoir ses quatre vérités mais ce regard noir emprisonna sa voix au fond de la gorge. Par simple défi, elle essaya de lui résister et de lui rendre son regard mais le bâton s'écarta d'elle pour revenir frapper son torse, un peu plus sèchement. Elle en tira un léger toussotement mais du coup ses pieds reculèrent et revinrent au niveau de ses deux compagnons. De toute manière, le combat avait repris et Matt n'en menait pas large. D'ailleurs le combat pris rapidement fin et le corps du lieutenant fut ramené vers eux et tomba à leur pied. Tout de suite, Annabel s'agenouilla à sa hauteur et examina son visage afin de voir si rien n'avait été cassé ou endommagé trop durement. A peine s'était-elle mis à regarder que Becker s'avançait déjà. Annabel essaya alors de se relever pour prendre la place de la jeune femme mais ce maudit bâton arrêta de nouveau son élan. Elle se le jurait, soit il finirait par le bouffer, soit il rentrerait par l'un de ses autres orifices à ce vieux. Pour Becker, elle ne préféra pas regarder. Un combat entre un homme et une femme était largement inégale et donc injuste. Autant s'occuper d'Eversman car sérieusement, elle ne comptait pas le porter jusqu'à la porte. En tout cas, il était encore conscient, c'était déjà ça, mais totalement dans un autre monde pour le moment. A peine avait-elle finit d'examiner le chef d'équipe que Becker arriva auprès d'eux, inconsciente. Bah bravo, encore mieux. Elle allait donc pour se relever, voyant que McKnight s'occupait déjà de la jeune femme quand une nouvelle fois, le bâton arriva. Bon ça suffisait pour le coup quand même !! Mais non, McKnight fut invité à prendre la suite et Annabel sentait la colère monter ... monter ... Non, il ne fallait pas rentrer dans ce jeu avec eux. Cette colère allait la déconcentrer et pour gagner un combat, il faut la maîtrise de soi.

Voyant que Matt geignait comme une pauvre petite fille dans son coin mais ne semblait pas en danger immédiat, Annabel se déplaça jusqu'à Becker et commença à lui examiner le visage aussi. Elle par contre n'était plus avec eux, black out complet. Elle regarda alors McKnight en plein exploit ... Ah bah non, non plus. En même temps, les disciples lui faisaient penser aux moines tibétains, s'entrainant à la moindre seconde de la journée. C'est sur que comparé à eux, avec leur pauvre formation militaire hein ... Elle retourna en direction de Becker, toujours dans le coltar mais elle respirait toujours et calmement, bon signe aussi. Elle préféra prendre son pouls, pour être sur, il était assez actif mais vu l'effort demandé par son corps, rien d'étonnant. Bah, McKnight ne tarda pas à rejoindre le groupe, toujours conscient mais pas loin de l'état du Matt. Alors, face, elle reste consciente comme les deux mecs, pile, elle revient dans le même état que Becker. Heu non, pas d'autre possibilité pour une fois. Inspirant à fond, elle se releva, enleva sa veste pour se retrouver en t-shirt et s'avança à son tour au milieu de la place. Voilà pourquoi elle n'aimait jamais passé en dernière. Vu la prestation des 3 premiers, dur dur de faire mieux. Elle se mit alors en position, les techniques de combat jaffa revenant dans la mémoire de ses muscles. Les secondes entre le début du combat et le premier coup lui parurent une éternité. Mais la douleur en résultant sortie son esprit de sa léthargie abrutissante. Elle partit en arrière, sous la force du coup mais bien vite se reprit et commença les enchainements avec son partenaire du moment. Bon, le ratio ?? 6 coups reçus pour 1 porté. Ouais, on a fait mieux dans l'histoire du combat. Mais leur truc martial là, c'était assez éloigné des techniques jaffas, fallait bien le dire. Donc aucun étonnement quand Annabel atterrit par terre en crachant ses poumons. Alors qui avait tenu le plus longtemps ?? Forcément, personne n'avait chronométré. Bien vite, elle fut encadrée par deux costauds et ramenée près des 3 autres éclopés. Quelle fine équipe !! Le vieux leur parla mais le bourdonnement qui régnait dans la cavité lui servant de crâne l'empêcha de tout comprendre. Apparemment Matt gémissait toujours et McKnight restait près de Becker. Ni une ni deux, le chemin reprit pour leur pauvre corps. En même temps, son cerveau ressemblait tellement à du pâté et son corps à de la guimauve maltraitée qu'ils pouvaient bien la transporter où ils voulaient, elle n'en avait rien à faire !!

Bien vite, elle sentit son dos rencontrer violemment une surface plane et dure et quelqu'un commençait à lui appliquer une pâte sur des endroits de son corps. Heu pas trop non plus, elle avait pas envie de se retrouver à poil. Matt s'en ferait trop une joie. Mais au bout d'un moment, elle ressentit une agréable sensation dans les muscles. Mais tout bascula quand on essaya de lui faire boire un truc. Malheureusement pour celui qui s'était collé à cette tâche, elle lui régurgita tout ce qu'elle avait avalé sur le pantalon. Ben oui, c'était soit ça, soit elle s'étouffait. Et le corps a certains réflexes ... qui parfois sont forts utiles. Bref, elle reprit alors rapidement conscience des choses qui l'entouraient alors qu'elle finissait de tousser et que l'homme sortait de la case. Matt avait aussi repris conscience, d'ailleurs les deux autres aussi. Le chef d'équipe se leva, enfin c'était un assemblage de mouvements qui avait pour but final de l'amener à se redresser sur ses pieds. Elle se redressa sur sa couche et pris son temps pour finir le reste du mouvement. Matt quant à lui sortit et elle se mit à regarder ses compagnons.


"Sympas cette mission d'exploration n'est-ce pas ??"
Revenir en haut Aller en bas
Julia Becker
----------------
avatar
----------------
Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 3176

Arrivé au SGC : 05/05/2011

Age du Joueur : 36


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Pilote de chasse
๏ Expérience:
484/3200  (484/3200)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Jeu 27 Oct - 23:57

Pas un mot, pas un cri. Tout le monde attendait de connaître la réaction du chef des Indigènes Asiatiques. Au fonds d’elle Julia savait que même le plus fin des diplomates ne pourrait pas engager une conversation avec un mur. Ces types là avaient décidé qu’ils n’étaient pas les bienvenus et rien ne les ferait changer d’avis.

- L’anneau ancestrale est abandonné depuis longtemps, il est recouvert par la jungle, vous n’avez pas pu venir par là.

- lIs lui ressemblent...

Le premier homme les regarda de bas en haut et de haut en bas, Julia fit de même

- A qui ressemble t-on ? On peut savoir de qui vous parlez ?

- Et même si vous étiez arrivés par l’anneau ancestrale, vous n’auriez jamais pu atteindre notre village, la jungle vous aurez engloutie avant. Quant à votre paix Matt Eversman, vos armes prouvent le contraire.

« Nos armes nous servent à nous défendre… »

Cause toujours tu m’intéresses. L’espace d’un instant Julia se demanda si de temps en temps il arrivait que l’on apprenne des choses, que l’on conclue des alliances. Parce qu’il lui semblait , au bout de la troisième mission, qu’à part se faire botter sublimement les fesses et explorer le fameux manuel du « comment se faire ligoter pour les nuls » on ne retirait rien des explorations. Bien sûre elle avait lu des rapports parlant de Goa’ulds, de Tokra mais elle commençait à se demander si il ne s’agissait pas d’une propagande destinée à vendre le programme porte des Etoiles à d‘innocents curieux et à des bureaucrates qui devaient allonger les sousous pour financer toutes ces petites sorties. Pif, paf, boum, cris de protestations, le groupe se retrouva enchaîné au sol à rôtir au soleil. La vraie surprise dans cette histoire c’est qu’une des brettelles de soutien gorge de Julia venait de céder.

"Est-ce quelqu’un est blessé ?»

La pilote balaya le groupe du regard en se tordant pour essayer d’enlever ou de remettre cette fichue bretelle qu’elle sentait se balader dans son dos.

- Non Monsieur. Ca a l’air d’aller…pour l’instant!

Eversman s’agaçait de plus en plus.

« Pourquoi est on attaché ?!!! Je veux parler à votre chef !! »

Julia se mit à râler

- C’est toujours la même chose on se farcit des kilomètres à pattes pour être mal reçus ou se faire insulter voir même les deux parfois. Cette fois je le dis, je le fais : c’est ma dernière mission!

Petit blanc

- Si on en sort vivants.

« Rassurez moi, je n’ai pas manqué de délicatesse avec le vieux ? Non ? Car là y a pas de raison qu’on se retrouve là ! »

- Sauf votre respect Monsieur il n’y a jamais rien de rationnel dans ce qui se passe dés que nous franchissons cette sacrée porte. Et puis c’est eux qui ne connaissent pas la délicatesse.

Elle prit quand même le temps d’analyser la situation bien que sachant que cela ne servirait à pas grand-chose pour ne pas dire rien

- Ils craignent un ennemi qui a dû leur causer des dégâts je suis prête à le parier. Et apparemment, d’après ce qu’ils ont dit, nous leur ressemblons. Quand même, j’aimerais bien en savoir plus sur tout ça.

Le soleil brûlait, et le silence avait même finit par s’installer. De temps en temps un groupe d’adultes ou d’enfant passait sans même leur jeter un regard.

« Les filles, voyez le bon côté, vous allez affiner votre bronzage. » « Peut-être que ça ajoutera un atout séduction à notre charme naturel. Tu en penses quoi Matthew ? Et vous les filles, plutôt mec bronzé ou non ? Spence ne dit rien, je connais la réponse !»

Julia ne put retenir un petit rire. Elle glissa à Matthew, Irlandais d’origine et probablement aussi peu habitué au soleil qu’elle sur le ton de la plaisanterie.

- Est-ce que vous aussi vous regrettez d’avoir oublié votre écran total ?

Avant de répondre tout haut

- Merveilleux! A notre retour nous pourrons postuler pour l’équipe la plus bronzée du SGC…ou la plus rouge! C’est vrai que ça ne manque pas de glamour!

Tout ceci était vraiment frustrant, les courbatures commençaient à se faire sentir et la pilote faisait une fixation sur cette bretelle qui la chatouillait dans le dos et qu’elle ne pouvait pas atteindre. Elle recommença à se trémousser un peu. Quand elle croisa le regard de ses collègues elle sentit le rouge lui monter aux joues. Son attitude devait paraitre bien étrange

- Désolée mais…euh…j’ai une bretelle de soutien gorge cassée qui se promène dans mon dos et c’est assez gênant…Je pensais que le SGC fournissait des sous vêtements solides et je me suis trompée.

Bien sûre les garçons ne pouvaient pas comprendre ce genre de problème mais Annabelle peut être…C’est alors qu’un vénérable homme s’approcha d’eux et les délivra même... Ce peuple était vraiment curieux!

- Veuillez excuser le Maître Satomi et nos disciples, ils sont toujours très prévoyants face aux étrangers, bien qu’on en reçoivent très peu ici. Je suis le Maître Matsuura, vous devez avoir soif je suppose. Qu’êtes-vous venu faire ici ?

Eversman posa des questions mais le vieil Hermite ne répondit que par énigmes ou moitiés de réponses. Julia ne disait rien mais observait beaucoup et écoutait. Le processus de dissimulation du village que « des amis »avait offert aux indigènes était très intéressant et cela confirma sa théorie selon laquelle cette tribu avait peur de quelqu’un.

« Il y avait un peuple capable d’être invisible… J’ai lu ça dans les vieux rapports de mission… »

"Vous parlez des Nox ?? Ils ne sont pas un peuple guerrier et l'invisibilité ne leur sert qu'à se protéger, ce ne sont pas des guerriers comme ces personnes."

- C'est vrai... Si je me souviens bien les Nox sont des sortes de hippies avec des cheveux de toutes les couleurs qui refusent tout combat bien qu‘ils ne fument aucune sorte de tabac rigolo. Alors ça ne correspondrait pas vraiment à ce que nous avons ici…

Méfiante, et bien que brûlante de soif, elle fit signe à ses camarades d’attendre que le vieil homme eut absorbé l’eau avant de faire de même. Walter tenta alors de les contacter mais la radio finit par ne plus émettre. Elle profita de ce moment d'inattention pour enfin se débarasser de cette fichue brertelle qui glissait gentiment dans son t shirt.

- C’est le dispositif d’invisibilité qui doit perturber nos appareils.

Lorsque Eversman proposa de partir Julia allait approuvé mais V’là t-y pas que le vieux avait changé d’avis. Il fallait rester et se battre. Génial!

« Il en est hors de question… Vous nous agressez sans raison puis vous nous attachez et maintenant on devrait se battre… Il en est hors de question et nous quittons ce village sur le champ ! »

-Oh si vous allez combattre… J’ai été, jusqu’ici, la plus agréable possible avec vous, et bien que Satomi vous ai paru bien plus hostile que moi, croyez-moi, je suis pire que lui.

Julia lança un regard oblique leur « hôte »

- Vous êtes très lunatique. Est-ce que vous vous en rendez compte ?

Malgré les protestations générales, et pour changer, on ne les écouta pas. Eversman fut le premier à être envoyé sur le ring. Tout se passé très vite et Julia en voyant la violence du combat étouffa un léger cri. Le coup dans la mâchoire de leur collègue fut tellement violent qu’elle ne peut s’empêcher d’aller au devant de l’Hermite avec l’envie dévorante de le secouer comme un schecker pour lui faire entendre raison.

«  Ca suffit maintenant! Arrêtez ça tout de suite!! A quoi ça vous sert ??? »

Eversman fut blessé mais toujours vivant. Et la pilote se retrouva à son tour à devoir se battre contre une armoire à glace Asiatique qui n’avait pas l’air doté du moindre sens de l’humour. Il fallait être réaliste, elle n’avait aucune chance. Toutefois elle avait un faible espoir dans la mesure où l’Aïkido qu’elle pratiquait se basait principalement sur le fait de retourner l’agressivité de l’adversaire contre lui. Et le Muay Thaï était suffisamment violent pour qu’elle puisse, peut être, parvenir à ses fins. Sautillant sur place afin d’évacuer la peur qui la tenaillait elle scruta son adversaire avec l’œil de la tigresse.


Ce serait un face à face, un combat qu’elle DEVAIT remporter. Le buste penché en avant, toutes les fibres de son énergie concentrées sur ses poings elle attendait qu’il fasse le premier pas et le provoqua délibérément, se rappelant d'une réplique issue de la célébre série "Camelote"

- En garde ma petite danseuse! Viens te faire câliner!

Avait-elle surestimé ses forces ? Quoiqu’il en soit elle fut touchée et hors d’aplomb. Il l’avait envoyé mordre la poussière le souffle coupé. Puisant un regain de colère dans cette humiliation elle se releva aussitôt et attendit son adversaire le pieds ferme. Il s’élança. Julia se ramassa sur elle-même en position défensive puis para l’attaque en glissant sous le molosse. Elle enchaîna en donnant un bon coup de ranger sur le mollet de son adversaire avant de se redresser pour exercer un point de pression sur sa carotide. Ni une, ni deux l’Indigène la saisit à bras le corps et la força à se retourner d’une torsion du bras; La dernière image que Julia vit ce fut celle d’un poing énorme qui s’écrasait sur elle suivit d’un coup de pieds dans son ventre avant qu’elle ne s’effondre sur le sol.

…..

Julia ne savait pas combien de temps s’était écoulé lorsqu’elle reprit connaissance. Un marteau piqueur semblait s’être installé dans sa boîte crânienne et ses entrailles étaient en compote. Elle se redressa en grimaçant et mit quelques secondes avant de se souvenir de l’endroit et des gens avec lesquels elle se trouvait. Il semblait que les SGCiens avaient tous été amochés. Une main posa un linge humide sur son front ce qui lui fait un bien fou. La pilote saisit la main de son soigneur et plongea son regard dans le sien. Elle n’y rencontra qu’hostilité et défiance mais ne se démonta pas.

- Qui que vous soyez, merci!

Elle la lâcha et fit abstraction de la présence de son soigneur cherchant Matthew, Annabelle et Matt du regard.


- Ca va aller ?? Vous n’êtes pas trop blessés ??

La voix du rabat-joie se fit à nouveau entendre.

-Votre présence n’est pas souhaitée ici, une fois soigné, vous quitterez ce village et il vaudrait mieux pour vous qu’on ne vous revoit plus jamais.

C’est sur un ton cassant qu’elle répondit

- Vous vous répétez!

« On va pas s’éterniser ici si vous êtes d’accord… On a suffisamment goûté à l’hospitalité locale…McKgnith, pas de passage par la boutique souvenirs, désolé ! »

- Pour ma part ils m’auront laissé un souvenir mémorable….

Les Sgciens se relevèrent avec difficulté, se soutenant. Julia n’espérait qu’une chose, c’était que le Général enverrait des renforts pour les secourir, puisqu‘il n‘avait pas eu de nouvelles. Elle craignait que la marche soit trop longue pour eux tous

« Rendez-nous nos armes, on se barre… »

"Sympas cette mission d'exploration n'est-ce pas ??"

- Ah on ne s'est pas ennuyés!






Revenir en haut Aller en bas
Matthew Allen McKnight
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 348

Arrivé au SGC : 15/08/2011

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Troupe - Soldat
๏ Expérience:
27/3200  (27/3200)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Dim 30 Oct - 18:16

La situation s'était rapidement envenimée. La tension était palpable au milieu de cette foule compacte et dense qui ne semblait pas prête de desserrer son étau autour de l'équipe d'exploration. Matthew n'avait jamais tiré sur une foule, même hostile, car il considérait que les civils ne devaient en aucun cas être des dommages collatéraux, alors que dans certaines cultures sur Terre la famille toute entière participait aux combats. Néanmoins, le militaire avait une certaine expérience suite à son activité en Afghanistan où il avait su se faire à ce genre de comportement et user quelques talents cachés pour les pourparlés. Mais là tout était différent. L'ancien lieutenant était oppressé, et il savait que si rien ne désamorçait cette situation ils seraient débordés dans très peu de temps. Soudain, un homme s'avança. Il paraissait bien plus sage que le reste de la foule mais parlait avec beaucoup de fermeté. Matthew laissa se prononcer ses collègues mais tous leurs efforts parurent vains et le mitrailleur se découragea à engager la discussion. Les réponses de son lieutenant n'étaient que trop prévisibles, un boy scout qui ne lâche jamais rien.

Brusquement, les relations changèrent et l'équipe se retrouva à Terre. Il avait fallu deux hommes pour chacun des membres, et malgré toute les tentatives des militaires ils perdirent leurs armes. Matt et Matthew étaient certainement ceux qui s'étaient le plus débattus, bien que les deux femmes n'étaient pas sans éloge, et sans aucun doute ceux qui avaient perdu le plus de force dans cette bataille perdue d'avance. Deux hommes pourtant maigrelets s'étaient emparés du mitrailleur. Celui-ci n'avait pas voulu lâcher son arme et profitait de son poids excessif pour résister. En vain. Matthew se retrouva au sol, un genou sur le visage, son poignet tordu par le doigt encore coincé dans le pontet du fusil-mitrailleur, maugréant et jurant sans finir. On les avait trainés sur la terre sèche jusqu'au milieu du village pour les y attacher au sol, dans une sorte de pilori avec pour seul instrument une solide corde et un épais piquet de bois planté à même le terrain pourtant dur.

Une heure. Une heure, voilà le temps qu'ils avaient passés, exposés à un soleil mordant et devant supporter l'humeur des quelques passants qui leur prêtaient attention. Jamais le soldat n'aurait pu imaginer une telle chose. Durant toute cette période, ses collègues tentaient tant bien que mal de passer le temps en discutant. Il laissa le lieutenant faire ses blagues sur le bronzage du personnel féminin de la mission et n'y répondit que très formellement.
«Je pense qu'elles n'ont pas besoin d'une séance de bronzage. Elle sont assez jolies comme ça. J'abrège la sentence.» dit-il en tentant futilement de tirer sur la corde. Elle ne céderait pas. Finalement, ce peuple était plein de ressources, comme tous ceux qui vivent avec la nature, par ailleurs. Mais la chance tourna et un nouvel arrivant, vêtu très typiquement asiatique, comme son confrère, s'inquiéta de leur situation. Rapidement, ils se retrouvèrent libérés, mais sans armes, dans la demeure du sage. Celui-ci expliquait que l'excès de zèle exercé par son confrère Satomi n'était que purement défensif. Puis il les invita à visiter le village.

Au premier abord, après leur rapide approche plus d'une heure auparavant, le village leur avait paru petit. Mais au moment de suivre leur guide improvisé, ils furent soufflés par l'étendue d'un nouveau village qui s'étendait à plusieurs lieues à la ronde. Il était impossible qu'ils soient passés à côté de ça, et donc ce changement cachait quelque chose dont Matthew aurait voulu connaitre le fin mot. Il arrivèrent devant une grande place où un nombre impressionnant de guerrier s'activaient en une magnifique chorale. Profitant d'un rapide instant de répit, Matt tenta de contacter la base, mais le grésillement qui coupa la voix de Walter ne laisser présager rien de bon. Sans pouvoir en parler entre eux, ils furent pris à parti par Satomi, qui semblait décidé à en finir avec eux. L'annonce du combat rameuta beaucoup de monde, et c'est au milieu d'une arène de fortune qu'ils combattirent. Le sort du lieutenant ne laissa présager rien de bon. Après Becker, ce fut au tour de McKnight. Celui-ci avait tenté de surprendre son adversaire en enchainant les prises en clef. Le disciple se prit au piège deux fois, avant de faire valoir sa supériorité de frappe, effaçant toute chance pour Matthew. Il se trouva au sol, le visage dans la poussière et douloureux de partout. Il ne disait rien et avait même de la peine à réfléchir clairement après cette claque.

La suite avait été un peu vague pour le militaire qui en avait pris pour son grade. Quelques souvenirs d'infectes remèdes aux herbes et il se réveilla au milieu d'une modeste masure. Le lieutenant et Spence se disputaient pour savoir quand partir, tandis que Julia était d'un autre côté. Il était grand temps pour eux de partir. La jungle aura surement de plus grandes choses à leur apprendre.
«McKnight, pas de passage par la boutique souvenirs, désolé !» lui lança le gradé. Sans vouloir faire dans l'humour, Matthew répondit brièvement. «Oui, monsieur, on évacue d'ici et vite!»

< hrp désolé j'étais un peu à l'arrach' et pas très inspiré, je ferai mieux promis! >
Revenir en haut Aller en bas
John Sheppard
----------------
avatar
----------------
Major
----------------


Nombre de messages : 5862

Arrivé au SGC : 07/11/2006

Age du Joueur : 33


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 35
Profession: Floodeur
๏ Expérience:
2002/3200  (2002/3200)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Lun 31 Oct - 0:12

Quelques disciples étaient postés devant l’entrée de la maisonnette quand l’équipe en sortit un par un après s’être remit de leurs diverses blessures, il avait dû s’écouler moins d’une heure pour cela et ce grâce aux médicaments des « médecins » du village. Des regards provocants s’échangés entre les deux peuples et il était plus que temps de quitter ce village avant de ne plus pouvoir le faire, du moins, vivant. Durant la courte traversée du village, l’équipe se posaient certaines questions, pourquoi les avoir mis en pièces pour ensuite les soignés ? Ils auraient pu aussi bien les laisser là, comme quand on écrase un animal sur la route, ou bien en finir pour de bon avec eux, et pourquoi les avoir cognés ? Ils n’avaient rien fait de mal, ils n’avaient pas mérités autant d’hostilités. La réponse était sans doute pour le divertissement, ils ne voyaient jamais personne passé par ici, ils ne faisaient que se battre toute la journée, cette vie paraissait ennuyeuse mais semblait les satisfaire, et peut-être avaient-ils trouvés une forme d’amusement en massacrant les Terriens ? Ou cherchaient-ils tout simplement à prouver que personne n’est capable de les vaincre par soucis d’orgueil ? Ce qui était sûr, c’est qu’ils ne leur donneraient surement pas les réponses. Matsuura se tenait à l’entrée du village, son sourire avait totalement disparu et il semblait impatient de voir l’équipe en dehors du village, l’équipe se voyait déjà mit dehors à coups de pieds au derrière mais il n’en fit rien. Bien sûr, des choses étaient essentielles à récupérer, leurs armes, ils s’attendaient à les trouvées par terre, ou que Matsuura leur rendraient une fois sortit du village, mais non, ce dernier refusa de leurs restituer leurs biens, prétextant qu’ils leurs seraient alors facile de se venger une fois leurs armes en mains. Que faire dans ce cas ? Insister et camper devant le village en attendant qu’on leur rende leurs armes ? En risquant au passage de se faire une nouvelle fois dégommée, ou repartir à travers la jungle sans aucuns moyens de défense à part leurs pieds et poings ? Le choix était facile, certes, ce n’était pas un choix qui leur plaisait, mais ils ne pouvaient pas restés une minute de plus ici, ils avaient vu de quoi ils étaient capable, et ils n’hésiteraient surement pas à les tués, et il valait probablement mieux affronter la jungle plutôt que ce peuple de fou furieux. Se résignant à laisser leurs armes ici, les membres de l’équipe étaient prêts à partir quand Matsuura leur adressa ses dernières paroles.

Faites attention dans la jungle, sans armes c’est vraiment risqué et la nuit ne devrait plus tarder à tomber…
Dit-il, un sourire au coin de la bouche. Je vous conseille par ailleurs d’opter pour ce chemin. Il montra du doigt un chemin menant directement dans la jungle mais dans une direction bien plus à l’Est par rapport à la porte des étoiles. Il ne vous ramènera pas chez vous mais vous y trouverez certainement nos amis qui pourront peut-être faire un geste pour vous.

Sur ces mots, le grand village disparu et laissa place aux cabanes miteuses qu’ils avaient vu en arrivant, Matsuura avait lui aussi disparu, laissant l’équipe seule face à un nouveau choix. Lui aussi fut rapide, il était hors de question de rester sur cette planète, Eversman ordonna le retour au bercail en ignorant totalement la proposition faite par Matsuura. Après tout, si leurs amis étaient comme eux, mieux valait-il ne pas les rencontrés. Ils pénétrèrent de nouveau dans la jungle par le chemin qu’ils avaient emprunté à leur arrivée, mais comme l’avait signalé juste avant le Maître, la nuit allait bientôt tomber et le soleil descendait peu à peu dans le ciel au fur et à mesure que les minutes s’écoulaient. Rien de bien particulier n’était arrivé durant la traversée qui avait été bien plus rapide cette fois, le chemin avait déjà été déblayé et la situation à laquelle ils avaient dû faire face leur avait donné des ailes, ils étaient arrivés devant la porte et Eversman s’empressa de taper les coordonnées de la Terre sur le DHD. Tous s’attendaient alors à voir le vortex apparaitre, mais bizarrement, rien ne s’était produit, peut-être s’était-il trompé en allant trop vite ? Il retenta une nouvelle fois mais toujours rien, jamais deux sans trois, il essaya encore en prenant son temps cette fois, vérifiant bien les coordonnées auprès de ses coéquipiers, mais la porte refusait toute ouverture. La situation fut rapide à analyser, ils étaient coincés sur cette planète de dingue sans armes et sans aucuns moyens de contacter la base. Bien sur le Sg-c ne les laisserait pas tomber, ils enverraient une équipe ou un vaisseau pour les rapatrier, mais en attendant, ils devaient rester ici, dans cette jungle. Rester devant la porte paraissait être une bonne solution, mais y passer la nuit se révéler dangereux, bien que chacun était sceptique à ce que Matsuura avait dit sur cette jungle, ils n’avaient pas vraiment envie de le vérifier par eux-mêmes, un campement de fortune aurait était simple à faire avec toutes les ressources qu’offraient la jungle, mais s’il s’y passait vraiment des choses étranges, comme à leur première traversé, ils mettaient peut-être leurs vies en jeu en restant ici. Après une concertation entre eux, ils décidèrent d’aller vers l’Est à la recherche des amis dont Matsuura avait parlé, bien qu’il était dangereux d’allé les voir, la curiosité l’avait emportée, il était intéressant de rencontrer ce peuple qui disposait d’une telle technologie, ils ne pouvaient pas rester ici, ils ne pouvaient pas retourner au village non plus, leurs options étaient limitées et c’était probablement celle-ci qui était la plus intéressante. Il fallait surtout sortir de cette jungle avant la nuit, ils partirent donc vers l’Est, de débrouillant comme ils le pouvaient pour se frayer un chemin, en prenant bien soin de vérifier si un piège n’était pas dissimuler sous la végétation importante de l’endroit, la température avait perdu quelques degrés mais il faisait tout de même encore très chaud, ce qui ralentissait encore un peu leur progression. Tout ce qu’ils souhaitaient à présent s’était de retrouver leurs lits, un bon repas, la sécurité, tout le confort qu’ils avaient sur Terre en fin de compte et l’opposé de ce qu’ils avaient ici, alors qu’ils avançaient péniblement dans la jungle, la nuit tomba d’un coup, comme si quelqu’un avait appuyé sur l’interrupteur, « Des choses mystérieuses se produisent », cette phrase avait résonné dans leur tête, ils avaient tous pensés à la même chose, mais préférant l’ignorer, ils s’étaient tous dit que la tombée de la nuit devait se produire comme cela sur cette planète, tout comme on peut trouver des planètes avec plusieurs soleils, ou plusieurs lunes, ce phénomènes était surement banal ici.

Une difficulté s’était une fois de plus rajoutée à la liste déjà bien longue mais le point positif était que la tombée de la nuit n’avait pas totalement obscurcit la jungle, ils y voyaient encore assez bien et avaient heureusement des lampes torches sur eux, mais peut-être aurait-il mieux valut qu’ils ne voient pas ce qui se trouvaient maintenant devant leurs yeux. Une scène d’horreur s’était déroulée ici, peut-être était-ce là pour décourager les intrus ? Cela était très persuasif en tout cas, une patrouille Jaffa s’était littéralement fait embrochée ici, un énorme tronc d’arbre rattaché par deux lianes pendait dans les airs, ce dernier était recouvert de pics sur lesquels étaient accrochés deux Jaffas, au sol se trouvait des poteaux pointus sur lesquels des têtes Jaffas étaient plantées, leurs corps trainaient un peu plus loin là où se trouvaient une fosse dans laquelle des dizaines de corps étaient empilés les uns sur les autres, la vue aurait été certainement plus terrible en plein jour mais même en pleine nuit c’était déjà assez suffisant pour vous retourner les boyaux. L’odeur était au rendez-vous également et les militaires commencèrent à regretter d’avoir opté pour ce chemin et malheureusement pour eux, aucunes armes Jaffas n’avaient étés laissées sur place, il était bien sur étonnant qu’aucunes bêtes ne soient venu se payer un steak ici, les corps avaient l’air intact mais commencés à se putréfier. Quelque chose passa à proximité de l’oreille de Julia et bien trop vite pour qu’elle n’ait le temps de voir de quoi il s’agissait, croyant avoir imaginé la chose, elle ne le signala pas à l’équipe et continua d’inspecter les cadavres, mais bien vite, ce qui venait de se produire avec Julia se produisit avec le reste de l’équipe, à cela s’ajoutait de petits râles venant chatouillés les oreilles de chacun, des formes blanches zigzaguant dans les airs apparaissaient et disparaissaient aussi vite, déstabilisant totalement l’équipe. Ces choses n’avaient pas l’air de vouloir les attaquer, elles se contentés de les frôlés très rapidement, les faisant vacillés à chaque fois, certains tentèrent de les attraper mais elles filèrent entre leurs doigts pour disparaitre ensuite. L’équipe commençait à croire que ce que Matsuura avait dit été vrai, il y avait déjà eu ce petit tremblement de terre et le grand silence qui l’avait précédé, et maintenant ça, soit quelqu’un faisait tout pour leur mettre le trouillomètre à zéro, soit on se moqué bien d’eux. En tout cas, il n’était plus nécessaire de campé ici, l’équipe reprit alors la marche, quittant ainsi ce théâtre d’horreur, au fur et à mesure qu’ils avançaient, l’adrénaline grimpait en flèche, sur quoi allaient-ils tombés ensuite ? Qu’est-ce qui les attendaient encore ? Une patrouille Jaffa n’avait pas fait long feu ici, mais eux avaient étés épargnés depuis leurs premier pas dans cette jungle, avaient-on voulu qu’ils s’en sortent sain et sauf ? Ou avaient-ils eu simplement beaucoup de chance ?
Beaucoup trop de questions, beaucoup trop de mystère ici, la seule chose que voulait l’équipe à présent c’était pouvoir rentré sur Terre le plus vite possible mais un autre obstacle venait encore leur barré la route, le sol venait de céder sous leur poids et tous firent une chute de quelques mètres avant de se retrouver face contre terre sur le sol. Après avoir vérifié que chacun n’était pas blessé, ils inspectèrent les lieux, ils se trouvaient maintenant sous terre, dans un espace confiné tout en pierre, ne pouvant pas remonter à la surface, ils s’engouffrèrent dans l’étroit conduit dans lequel ils devaient courbés le dos, ce n’était vraiment pas l’endroit idéal pour les claustrophobes, après quelques mètres, ils se retrouvaient dans un cul-de- sac, pourtant si ce conduit était là il devait bien servir à quelque chose, et débouché quelque part, ou peut-être était-il condamné et qu’ils se retrouvaient alors coincés ici ? Après inspection du mur, il n’y avait apparemment rien qui permettait d’ouvrir un passage, l’équipe commençait à en avoir plus qu’assez de n’avoir aucun avantage durant cette mission, tout était toujours négatif pour eux, ils perdaient patience et la fatigue commençait à les gagner. Spence s’adossa contre la paroi derrière elle et commença à fléchir les genoux pour s’asseoir quand cette dernière se renfonça en arrière, faisant tomber la jeune femme et libérant un chemin sur le côté. Après avoir aidé le Sergent à se relever, l’équipe continua son avancé espérant pouvoir remonté à la surface, ce qui arriva quelques mètres plus loin, un escalier tout aussi étroit que le conduit mené directement dans une sorte de temple, après avoir soulevé la dalle qui les séparés de ce qui semblait être une salle rempli de vieux parchemins poussiéreux sur lesquels étaient dessinés diverses techniques de combats ainsi que leurs enchainements et des textes décrivant tout cela, ils avaient non seulement trouvé un abri pour la nuit, mais aussi pas mal de lecture pour les occuper. Il y avait également une autre pièce dans laquelle Eversman et Spence s’était dirigé tandis que les deux autres continuaient d’éplucher le reste des parchemins, au moment où ils entrèrent, un mur se referma juste derrière eux, séparant ainsi l’équipe en deux.



-------------------------------------------

Matthew et Julia

Les deux soldats se précipitèrent alors jusqu’au mur pour tenter de l’ouvrir en imitant le geste qu’avait eu le Sergent Spence pour dévoiler un chemin dans le conduit mais rien ne se passait, le mur insonorisé également très bien la pièce car ils avaient beau criés à l’attention de leurs coéquipiers mais ces derniers n’avais visiblement pas l’air d’entendre, et n’étaient pas non plus entendu. La première chose à laquelle ils avaient pensés était bien sur le contact radio, ils avaient commencés à émettre mais n’avaient reçu aucun message en retour. Quand le mur s’était refermé, un autre s’était ouvert et les deux soldats s’y étaient dirigés, espérant retrouvés leurs collègues via un autre chemin. Ils arpentés à présent un long couloir qui les mena directement dans une autre pièce, il y avait une autre porte en face avec sur le côté un bouton poussoir taillé dans la pierre, Matthew tenta de l’actionner mais rien ne se passa, il n’y avait rien de particulier dans cette pièce à part une sorte de damier au sol, les carrés étaient tous de la même couleurs et quand Julia posa un pied sur l’un d’entre eux, une flèche sortit de nulle part manqua de lui transpercer le crâne. Il y avait en effet des trous de chaque côtés du mur qui réservait une surprise aux intrus à chaque fois qu’ils avaient le malheur de poser le pied au mauvais endroit, mais certains d’entre eux ne déclenchés aucuns pièges, Matthew était certain d’avoir marché sur deux d’entre eux sans qu’il se passe quoique ce soit. C’est alors que Julia remarqua une inscription sur le mur, elle dirigea sa torche dessus et se rapprocha, bizarrement elle était écrite en anglais et disait :

On ne peut me voir, on ne peut me sentir,
On ne peut m’entendre, on ne peut me respirer,
Je m’étend derrière les étoiles et sous les collines
Je remplis les trous vides.
Je viens d'abord et suit après.
Je termine la vie, tue le rire.

Il s’agissait d’une énigme qu’ils allaient devoir résoudre avant de pouvoir avancer plus loin, espérant toujours que leur compagnon seraient sain et sauf.

-------------------------------------------

Matt et Annabel

Ils avaient tentés les mêmes choses que leurs coéquipiers, mais le résultat fut exactement le même, ils devaient eux aussi trouvait un autre chemin pour retrouver leurs amis mais rien n’avait été simple depuis le début de cette mission, et il était fort probable que cela continu encore, ils ne savaient même pas où ils étaient mais cet endroit avait l’air complètement abandonné à la poussière et aux araignées. La pièce dans laquelle ils étaient n’était qu’une copie de la précédente et menée elle aussi vers un couloir qui lui mené jusqu’à une autre pièce plongée dans le noir, une fois à l’intérieur, le mur derrière eux se referma et des torches s’enflammèrent, le sol était composé de grilles métalliques, juste en face se trouvait un sablier accroché au mur et à l’entrée de la pièce il y avait deux bâtons sur lesquels étaient accrochés deux seaux rempli d’eau, les deux militaires avaient tentés de traversé la pièce mais à peine avait-il posé un pied sur les grilles que des flammes avaient jaillit d’en dessous. Sur le côté droit du mur il y avait une inscription en anglais qui disait :

Pieds nus vous devrez traverser,
Porter ses deux seaux vous devrez,
Si une goutte, vous faites tombez,
Brûler par les flammes vous serez.

Des braises rouges se trouvaient juste en dessous des grilles qui devaient par conséquent être brûlantes et traversé pieds nus se révélerai très douloureux pour les deux équipiers. Le sablier s’était retourné lui-même et le sable s’écoulait maintenant leur laissant peu de temps pour traverser.

-------------------------------------------

Les deux groupes avaient réussi leurs tests et au moment où les deux portes s’ouvrirent, une voix s’éleva tout autour d’eux.


Bravo étrangers ! Mais ce n’est que le début, d’autres défis vous attendent, si vous réussissez, vous serez épargnés et pourrez rentrer chez vous.





[Rien de particulier pour cette partie si ce n'est pour le groupe de Julia et Matthew, vous m'envoyez la solution par mp je vous dirai si c'est bon Smile, si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas Smile]

Revenir en haut Aller en bas
Matt Eversman
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 6164

Arrivé au SGC : 07/02/2009

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
855/3200  (855/3200)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Lun 31 Oct - 19:15

Pour toute réponse, l’indigène montra une direction de la main vers l’Est. Eversman commençait vraiment à en avoir plein le dos de cette mission, si les guerriers ne voulaient pas s’embêter d’eux, il suffisait simplement tout à l’heure de leur demander de faire demi-tour. L’équipe se mit en route avançant assez lentement, les courbatures se faisaient encore ressentir et Matt ne cessait de masser sa pommette douloureuse. Elle était belle, l’équipe d’élite de la Terre, on aurait dit une équipe de bras cassés vu l’allure générale maintenant.
Finalement le Maître Machin truc les attendait au bout du village, ce dernier méritait une bonne correction pour les avoir envoyés dans l’arène sachant très bien qu’ils se feraient massacrer. A quoi cela pouvait-il servir ? Lui montrer que ses guerriers étaient très forts ? Une démo aurait suffi pour s’en convaincre. Eversman répéta sa demande de voir leurs armes restituées mais ce dernier refusa prétextant une vengeance des Terriens. Incompréhension du militaire qui se retourna pour voir le visage de ses collègues, eux aussi semblaient perplexes.


« N’importe quoi… » Il n’est plus temps pour la courtoisie, pas après s’être fait tabasser. Matt n’avait pas l’intention de se mettre à genoux pour les réclamer une nouvelle fois et il voulait mettre la plus grande distance entre eux et son village. Avec un peu de chance, une équipe du Stargate Command était déjà en route et suivrait la trace faite à l’aller. Tanpis pour les armes, tout sauf rester une minute de plus ici. Matt fit quelques pas avant que l’homme ne leur adresse une dernière fois la parole pour leur délivrer des conseils. Le sourire sur son visage n’insistait pas du tout à suivre la moindre de ses paroles, il semblait même espérer que les Terriens subissent les pires malheurs. A quoi bon prendre un chemin qui ne les ramènerait pas vers la Porte ? Et puis cet enfoiré leur avait donné assez de conseils pour aujourd’hui. Puis tout disparut autour d’eux et ils se retrouvèrent avec le village misérable du départ, c’était vraiment bizarre… Il faudrait penser à envoyer des scientifiques avec une armée de soldats, voir quelques blindés…

« Allez, on rentre chez nous ! » annonça Eversman pour se motiver lui-même à la marche. Sur le trajet jusqu’à l’entrée de la jungle, Matt fut très intéressée par la couleur de sa peau qui semblait avoir bruni mais il était bien incapable de dire si c’était à cause de la poussière, des coups ou des coups de soleil. Il aurait surement un élément de réponse après une bonne douche, il ne rêvait que de cela et d’un bon soda avec plusieurs glaçons.
Le jeune Lieutenant resta silencieux durant la progression de l’équipe ce qui était inhabituel pour lui mais son ras le bol général était suffisant pour jouer sur son humeur et il accéléra un peu l’allure pour rentrer au plus vite. Le fait d’être désarmé aussi dans un jungle hostile incitait au silence. Une fois le DHD en vue, Matt s’empressa de composer l’adresse de la Terre. Rien. Il réessaya à deux reprises mais toujours rien. Eversman n’était pas con, il ne comprenait pas pourquoi cela ne fonctionnait pas car l’adresse était bonne comme le confirma l’un de ses coéquipiers par-dessus son épaule.


« Je crois qu’on a vraiment la poisse… C’est pas possible. »

Le Ranger ne put s’empêcher de soupirer longuement avant de se mettre à faire les cents pas, mains sur la tête en cherchant une solution mais surtout pour calmer un peu ses nerfs avant finalement de s’asseoir en s’appuyant le dos sur le DHD de malheur.

« Si l’un d’entre vous s’y connait en DHD, on sait jamais, j’ai vu de nombreux miracles aujourd’hui donc… » dit-il en prenant quelques brindilles au sol avant de les balancer un peu plus loin. Une discussion s’engagea alors entre l’équipe, chacun donnant son avis sur la suite de la situation, attendre ou se rendre ailleurs. Il est vrai qu’avec les noms bruits des animaux autour d’eux, rester sur place ne donnait pas une grande impression de sécurité mais si le Stargate Command tentait de les contacter, ils pourraient expliquer leur problème. Chacun s’exprima sur le sujet.

« Si on reste ici, on pourra contacter la base dès qu’ils activeront la porte et ils nous enverront du renfort… »

Il fut de suite suivi par les autres qui mirent en évidence les dangers de rester sur place, le temps entre le prochain contact etc… Bref un vrai débat de politique dont la décision finale revenait à Eversman. Lui qui adorait justement rester en retrait et laisser les autres faire un choix, raté… Tous les regards s’étaient d’ailleurs tournés vers lui.

« Bon allez, on avance vers l’Est pour tenter de trouver un abri… Mais je préfère dormir ici que de retourner dans ce village de fou… et si on tombe sur leurs amis, on se barre direct aussi… »


La décision était prise de se bouger, Matt entreprit de faire un passage vers l’Est comme il pouvait, écarter les branches avec ses pieds mais il faisait le minimum, le manque de motivation et la fatigue n’y était pas pour rien. Histoire de garder un peu de forces, un relai se mit en place afin de changer l’ouvreur de voie dès que celui-ci semblait en difficulté ce qui arrivait assez rapidement vu la chaleur, la soif et la non alimentation aussi. L’estomac du gradé finit par se faire entendre malgré que celui-ci ne tente de le stopper. La seconde d’après, la nuit tomba ce qui stoppa l’équipe. Cette planète était vraiment digne d’intérêt pour les scientifiques vu le nombre de trucs bizarres. Matt était tellement blasé qu’il reprit la route après avoir sorti sa lampe torche.
L’homme fit encore une dizaine de pas avant de s’arrêter net devant le spectacle offert devant lui. Malgré toute la haine qu’il avait pour les Jaffas, il ne put s’empêcher d’être dégouter par leurs sorts. Leurs visages semblaient marqués par la souffrance endurée, la peur… L’équipe se rapprocha pour mieux observer l’horreur devant eux, le nez caché à l’intérieur du coude. Cela en donnait vraiment des frissons et Matt ne put s’empêcher de penser que le Maître Truc était capable de leur faire subir le même sortilège et il n’avait aucune envie de s’ajouter au paysage. Le lieutenant s’approcha des cadavres, tentant de se concentrer uniquement sur leurs armes mais il n’y avait plus rien. Pas de lances ni même de zats. Il aurait même dû garder ses forces, avec la poisse du jour, rien ne pouvait réussir.
C’est à ce moment-là que quelque chose l’avait frôlé, le jeune homme fit un bond sur le côté levant les mains prêt à se battre mais il n’y avait rien. Il ne put s’empêcher de lâcher à sa collègue la plus proche.


« Très drôle, Becker… »

Celle-ci se retourna et ne semblait pas comprendre la remarque du gradé mais lui s’intéressa plutôt à la trainée blanche juste à droite de son visage. Il fut bien incapable de dire quelque chose de cohérent mais montra la direction de sa main mais à peine que celle-ci détourna la tête et il n’y avait plus rien. Matt était en train de perdre complétement la tête et quelques secondes plus tard, ses collègues semblaient avoir les mêmes hallucinations que lui vu leurs réactions. Eversman ne cessait de regarder dans tous les sens mais il n’y avait rien, rien du tout.
Préférant mettre le plus de distance entre eux et ces phénomènes étranges, l’équipe reprit la route à grande vitesse et là le sol se déroba sous leurs pieds. Chute de plusieurs mètres.


« Putain c’est pas possible !!! » Impossible pour Matt de se contenir devant la situation, se relevant difficilement après les épreuves de la journée. L’un demandant si tous allaient bien et il n’y répondit pas. « On retourne à la Porte ! et on y bouge plus de là-bas !!! » Avant, il fallait déjà sortir de ce cul de sac. Après un petit passage, ils étaient de nouveau dans une autre impasse et Eversman ne pouvait s’empêcher de ruminer sa mauvaise humeur, râlant sur tout… O’neill, la jungle, le Maître Truc, la jungle, cette mission débile… Spence finit par mettre fin au calvaire de l’équipe en libérant un passage jusqu’à un temple. Le jeune homme jeta un vague coup d’œil aux dessins sur les murs, lui pensait maintenant plus à trouver à manger maintenant qu’ils avaient l’abri.
Le lieutenant suivi Spence dans une autre pièce et là un mur se referma derrière eux. De suite les deux tentèrent de toutes leurs forces de la bouger mais rien. La jeune femme tenta la radio mais rien n’y fit et leurs cris n’eurent aucune réponse.


« Je serai ravi quand cette fichue journée serait terminée… J’en ai marre… » Bon cela ne servait plus à rien de continuer à taper sur cette fichue pierre. Les deux coéquipiers avancèrent dans la prochaine pièce, on avait un peu l’impression d’être dans un épisode de « Indiana Jones ». Une grille métallique avec des flammes en dessous, des seaux d’eaux, deux bâtons et un sablier. Un remake de « Fort boyard »… Spence lui signala alors les inscriptions sur le mur.

Pieds nus vous devrez traverser,
Porter ses deux seaux vous devrez,
Si une goutte, vous faites tombez,
Brûler par les flammes vous serez.


Matt relut plusieurs fois le petit couplet pour n’avoir rien louper avant d’observer le matériel à leur disposition. Tout était fait pour qu’ils accomplissent le défi mais poser un pied nu sur cette grille risquait ne pas être très agréable. C’est alors qu’il remarqua que le sablier venait de se retourner et il donna un léger coup à Spence avant de lui montrer. Le rythme cardiaque d’Eversman monta en flèche devant cet épreuve, il marchait assez à la provocation et aimait bien les petits défis mais après cette journée, rien ne leur souriait alors ils avaient de grande chance de finir en tas de cendres.
Le lieutenant approcha son pied de la grille et de suite de grandes flammes jaillirent, c’était pas bon, pas bon du tout. Annabel, elle était déjà en train de délier ses rangers lui faisant remarquer que l’énigme précisait d’être à pieds nus. Le jeune homme l’imita ce qui libéra une bonne odeur dans la pièce ce qui le fit sourire, un peu gêné quand même mais il en fallait plus pour le Sergent qui était déjà prête à traverser et n’avait plus qu’à épauler les seaux.


« Attends ! Tu es sûre de toi là ?!! »

Quelques instants plus tard, Spence effectua sa traversée, vu ses rictus et ses gémissements s’étaient loin d’être très agréables mais elle était en vie de l’autre côté. La leçon de courage donnée, il était temps de l’appliquer pour Eversman. Ce dernier avait les chocoques et après avoir vu Annabel souffrir, cela ne donnait pas envie d’y passer mais il le fallait, il n’y avait déjà presque plus de sable. Et là, Matt eut une étincelle, il reposa le bâton le temps de balancer leurs chaussures de l’autre côté, quitte à en lancer une sur Spence, avant de l’épauler de nouveau.

« Un petit pas pour l’humanité, un grand pas pour Eversman… » Aussitôt Matt posa son pied sur la grille et il ne put retenir un cri. La sensation était telle que si on marchait sur des braises incandescentes. L’homme s’empressa d’enchainer les pas quitte à être un peu déséquilibrer mais il ne voulait pas rester une seconde de plus sur cette grille et surtout pas imaginer l’état de ses pieds avec l'affreuse impression d'en perdre un peu à chaque fois. A peine de de l’autre coté, le Lieutenant posa de suite le bâton n’ayant qu’une hâte s’asseoir et surtout pas jeter un coup d’œil à ses pieds douloureux. Malheureusement son regard se posa sur ceux d’Annabel, rouge vif, de nombreuses cloques et à certains endroits la chair à vif…Super... Et comment ils allaient marcher maintenant ? Annabel fit une réflexion à laquelle il ne put s'empêcher de réenchérir.

"Et moi la retraite anticipée... Je compte bien finir en un morceau..."


Dernière édition par Matt Eversman le Jeu 3 Nov - 20:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://poudnoir.goodforum.net/index.htm
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Mer 2 Nov - 0:28

Le pire était une fois debout. Les muscles de posture s'étaient remis en fonction et des sensations de tirallement provenaient de tout son corps, principalement des mollets et du dos. Elle s'étira donc, entendant Eversman à l'extérieur en train de transmettre ses exigences. Apparement, il n'était pas question de leur rendre leur armes. Annabel prit alors sur elle de vérifier qu'elle possédait toujours son couteau placé à la cheville. Heureusement, il n'avait pas disparu. C'était une maigre défense, mais valait mieux une lame que des mains nues. Elle attendit que Becker et McKnight quitte la pièce pour les suivre à l'extérieur. Là, le vieux leur indiqua un chemin à prendre, en direction de l'Est, selon lui beaucoup plus sécurisé. Néanmoins, il parlait d'"amis" à croiser en cours de route et ce chemin ne menait pas directement à la porte des étoiles. Grosse contrariété. Eversman était vraiment à bout de nerf et il décida alors de ne pas écouter "les conseils" du vieux et reprit le chemin. Annabel reprit alors sa place à l'arrière du cortège, reprenant son couteau à la cheville, ayant pris soin de ne pas révéler sa présence au cas où on le lui prendrait, et l'inserra entre sa ceinture et le bouton de son pantalon, l'ayant ainsi plus facilement à porter de mains en cas de nécessité. Le chemin de retour vers la porte fut plus rapide que l'allée, car le chemin était beaucoup plus dégagé. Mais ennui supplémentaire pour eux, le soleil semblait disparaître derrière les arbres et parcourir une jungle inconnue de nuit, très peu pour elle. Heureusement, elle avait toujours son gilet tactique, récupéré dans la cabane, et avait vite ressortit sa lampe torche de l'une de ses nombreuses poches. Elle il glissa une petite corde dans une anse accorchée au culot de la lampe, et entoura son poignet de la lampe.

Bien vite, la clairière contenant la porte et le DHD apparut devant le groupe et Eversman s'empressa de composer le code de la Terre. Annabel s'était alors retournée en direction du sentier empreinté, continuant de surveiller si quelqu'un avait pu les suivre ou non, son couteau en main en attendant que la porte s'ouvre. Elle patientait, attentive, mais d'un coup elle remarqua qu'elle n'avait pas entendu le vortex s'ouvrir. Elle se retourna alors vers le DHD et vit les autres penchés sur le DHD, l'air perplexe.


"Becker, McKnight, surveillez les alentours."

Elle s'avança alors vers le DHD, Eversman commençant à faire les 100 pas. Elle vint se placer devant le DHD et, sortant son couteau, ouvrit la petite trappe qui cachait les cristaux. Bon, ce n'était pas une experte en la matière, mais le passage du symbiote dans son esprit avait au moins le mérite de lui avoir laisser les rudiments de la technologie goa'uld en mémoire. Avec sa lampe torche, elle éclaira le panneau multicolore et pointa chacun des cristaux avec son couteau, suivant les connexions entre chaque. Tous étaient allumés et les connexions semblaient fonctionner. Un peu dépitée, elle se décida à refermer le panneau et se releva, remettant son couteau à la ceinture.

"Tout est opérationnel, le matériel fonctionne normalement. Ce n'est donc pas une panne de matériel. C'est peut-être un blocage automatique de la porte d'un point de vue énergétique."

Première mission de chef d'équipe pour Eversman et elle devait avouer qu'il n'était pas gâté pour le coup. Il proposa de rester sur place dans l'attente des secours provenant du SGC. Annabel resta silencieuse, un peu perplexe. Si la porte ne fonctionnait pas dans ce sens, elle ne risquait pas de fonctionner dans l'autre. Etait-ce un dysfonctionnement momentané ou définitif ?? Si la deuxième solution était exacte, alors seul l'envoit d'un vaisseau pourrait les ramener au SGC et à part le Dédale appartenant au Terriens, elle n'en voyait pas d'autres. A part peut-être les Tok'Ras mais vu les relations tendues actuelles entre les deux peuples, cela l'étonnerait fortement que les Tok'Ras leur donne un petit coup de main. Donc la meilleure solution serait encore d'aller se trouver un abris pour passer les prochaines heures. Mais à voir autour d'eux, la nuit s'installait doucement, évolué dans un environnement dangereux de nuit n'était pas forcément la meilleur des solutions non plus. Becker et McKnight donnèrent leur avis sur la question et Eversman finit par prendre la décision de bouger. Annabel reprit alors son poste arrière, attendant que tout le monde quitte la clairière pour les suivre. Mais bien évidemment, l'avancée se fit moins vite que l'ascension vers la porte. Eversman semblait faire ce qu'il pouvait pour dégager un passage mais le combat était encore bien présent dans les corps douloureux et la faim si était aussi ajouté. Etonnemment, Annabel supportait assez aisément cette sensation de faim et de soif, comme quoi elle n'avait pas tout perdu de sa captivité. Mais il était vrai que la douleur dans ses membres était assez éprouvante et usante au point de vue du moral. Elle vit alors débarquer le lieutenant à ses côtés, comprenant ainsi qu'il avait cédé sa place au second dans la file. Oui, sans doute qu'un roulement leur permettrait d'atteindre une position beaucoup plus rapidement. Mais d'un coup, la luminosité s'éclipsa.

Annabel s'arrêta et regarda tout autour d'elle, afin de vérifier si ça venait d'elle ou pas. Mais non, la lumière avait disparut et restait juste une légère pénombre, de sorte qu'elle pouvait distinguer ses compagnons mais ne voyait plus à partir de 5 mètres. Elle prit alors sa lampe torche en main et la dirigea dans tous les sens afin de voir le maximum de choses. Mais rien à faire, le faisceau lumineux n'était ni assez volumineux, ni assez puissant pour éclairer le nécessaire. Le groupe se remit donc en route, sentant l'agacement s'amonceler de plus en plus en chacun d'entre eux. Mais alors qu'Annabel était remontée dans la hiérarchie de la file, ils arrivèrent bientôt dans une sorte de clairière avec un drôle de spectacle. Déjà, l'odeur mettait bien en condition. Les lampes torches n'éclairaient pas la totalité de la scène et c'est pour ça qu'ils découvraient petit à petit les corps et les têtes. Prenant soin de là où elle mettait les pieds, Annabel se rapprocha des deux corps empalés sur le tronc d'arbres. Elle pointa alors sa lampe sur leur visage. L'odeur ne la dérangeait pas tellement que ça alors qu'elle entendait les rictus de dégoût des autres. Après avoir examiné les deux jaffas, elle se retourna vers les autres et pointa sa lampe sur les têtes embrochés par des piques. Il s'agissait de la même patrouille. A tous les dénombrer, il y en avait pour une petite dizaine. Pour une invasion, les goa'ulds en envoyaient beaucoup plus. Ce devait donc être une patrouille de repérage. Le truc qui la chiffonait le plus, c'était qu'ils étaient relativement en bon état. Pas de traumatisme multiples, des blessures nettes et précises, comme des executions. Et puis leur corps n'étaient pas réellement abimés, pas de dégénérence malgré la chaleur et l'humidité en journée, pas de morceaux manquants alors qu'ils avaient tous entendus des animaux. Elle s'écarta alors des corps et alla voir Eversman.


"Ce n'est pas normal, même si ça c'était passé juste avant notre arrivée, le climat de cette jungle aurait déjà fait pousser des miliers d'asticots et larves de mouches sur eux."

Bon c'était sans doute un peu excessif mais les corps étaient trop "propres". Elle se retourna alors pour voir où se trouvaient Becker et McKnight et c'est là que Eversman s'en prit à Becker. Un peu étonnée, la jeune femme n'étant pas tellement si proche du lieutenant, Annabel essaya de comprendre ce qu'il se passait. C'est à ce moment là qu'une trainée blanche, subtile et furtive, passa devant son regard. Elle se frotta les yeux, se demandant si elle n'avait pas cligné des yeux trop brutalement ou s'il s'agissait d'une poussière. Mais bien vite, le reste de l'équipe réagit comme elle et elle put alors remarquer que les traces blanches changeaient rapidement de direction. Elle leva alors la main, essayant de rentrer en contact avec une de ses "poussières" mais elles étaient définitivement insaisissable. Eversman ordonna d'avancer mais pour une fois, Annabel n'était pas très enclin à laisser un mystère derrière elle. Même si les corps jaffas n'invitaient pas vraiment à la relaxation ... Bref, tous se remirent en marche, les lampes torches éclairant le chemin et les alentours directs comme elles pouvaient. Et en une seule seconde, Annabel se retrouva en pleine chute, son corps un peu désarticulé rencontrant durement un sol de pierre. Son épaule, lieu de premier contact, n'apprécia pas du tout la rencontre et la jeune femme mit un certain temps avant de reprendre un rythme repiratoire et cardiaque "normal". Un bourdonnement exaspérant s'installa dans son crâne et elle entendit quelqu'un demander si tout le monde allait bien. Elle sentit alors une main se poser sur elle et l'aider à se relever. Eversman s'énervait encore à priori. A part râler, il savait faire autre chose celui là ?? C'est vrai qu'elle en avait assez aussi et son corps endolori lui imposait presque de se rallonger à terre et d'attendre les secours là, presque dans une position foetale. Mais avec ce grand trou béant au dessus deux, rien de mieux pour qu'un bête tombe avec eux et ils pourraient faire un remake de gladiator.

S'aidant des murs, Annabel se redressa, cherchant des mains son couteau et sa lampe torche, priant de n'avoir pas perdu le premier ni cassé la deuxième. Une fois retrouvé, elle utilisa sa lampe pour éclairer chacun et déterminer si quelqu'un était blessé avec des plaies ouvertes.


"Si ya besoin, utilisez vos kit de survie, si il n'y a pas assez, j'ai du surplus de lingettes désinfectantes."

Bref, au bout de quelques minutes, le parti fut pris de suivre la seule et unique direction possible, un petit passage, tellement petit qu'Annabel, en le voyant, hésita sur le fait qu'elle pourrait passer. Mais à voir Eversman et McKnight s'engouffrer assez facilement, elle se dit que si leur carrure passait, la sienne n'aurait aucun problème. Encore une fois, en queue de peloton, Annabel suivait comme elle pouvait. Le combat et la chute semblaient finir par avoir raison de son corps. Bien qu'elle avait supporté tant de choses sur Nebek, elle finissait par comprendre qu'elle atteignait ses limites. C'est pourquoi, quand tout le groupe arriva dans un cul de sac, elle décida de laisser les autres chercher et à elle le repos de ses jambes. Et ben non en fait. A peine avait-elle pris appuie sur le mur avec son dos qu'elle bascula en arrière et se retrouva encore une fois à terre. La position n'était pas si mal en fait, pendant un quart de seconde, la surprise avait diffusé assez d'adrénaline pour faire stopper la douleur émanant de ses membres. Et sans rien demandé à quiconque, une main vint se saisir de son bras et la remit sur pied. Un peu déboussolée, elle remercia allégrement celui qui l'avait aidé, posant ses mains sur son avant-bras le temps qu'elle rejoigne le mur en face, dégageant ainsi le passage pour les autres. Le groupe reprit assez vite le chemin pour arriver dans une grande pièce empli de bouquins très poussiéreux. Becker et McKnight commencèrent à analyser la pièce, Annabel décida alors d'explorer le reste afin de s'assurer que l'endroit pouvait être un endroit sur pour la nuit. Un petit passage dans un coin semblait mener à une dépendance. Annabel informa donc qu'elle partait sécuriser le tout et alors qu'elle s'engouffrait dans l'espace, elle entendit Matt la suivre. Il laissait donc les deux jeunots ensemble. Pas forcément la meilleure solution de les laisser sans gradé mais elle comprenait qu'il ne voulait pas laisser un membre de son équipe s'éloigner seul.

Mais à peine avaient-ils fait quelques mètres qu'un frottement lourd se fit entendre. Le temps de se retourner suffit pour que le passage ne se condamne. Les deux compèrent vinrent alors se blotirrent contre la paroi et essayèrent tout ce qu'ils purent pour rouvrir le passage mais rien n'y fit. Elle activa alors sa radio, voulant ocntacter les deux autres mais les murs semblaient épais, les ondes ne passaient pas.La jeune femme pensa bien au C4 mais les pièces étaient trop petites pour absorber le souffle de l'explosion, et aucune idée sur le fait que la structure résisterait. Bon ben pas vraiment le choix n'est-ce pas, il fallait continuer dans leur direction en espérant que les deux soldats s'en sortiraient tout seuls. C'était bien comme ça que commençait les films d'horreur en plus, un groupe de 4, qui se séparaient en 2 groupes de 2 et ça finissait toujours mal. Bref, bien vite, les deux gradés arrivèrent dans une pièce très sombre. Mais une fois à l'intérieur, tout s'illumina, une chaleur venant agresser la peau de son visage. Une grille metallique, un fossé en flamme. Bon, la traversée allait être sympas, comme d'habitude. Mais en analysant toute la pièce, elle remarqua une inscription sur le mur. Et plus elle la lisait, et plus elle sentait un rire désespéré s'emparer d'elle. Ok, la blague avait bien fonctionné, maintenant ils devaient retrouver les autres. Elle vit Matt s'avancer alors mais à peine avait-il mis le pied sur la grille qu'un jet de flamme vint lui barrer la route et le força à reculer. Alors ce n'était pas une blague ... Bon, là elle en avait marre, elle arrivait à saturation. Donc comme ça, fallait enelver les rangers. Et porter les jarres d'eau de l'autre côté. Elle défit alors ses rangers et en les posant à terre, se dit qu'elle en aurait sans doute besoin de l'autre côté. Elle attacha donc les lacets ensemble et les balança sur son épaule. Puis elle s'enquit de la barre en bois où elle installa les seaux. Eversman semblait faire dans son pantalon. Quel leader !! Et d'un coup, elle sentit une odeur étrange. Elle se retourna et vit que le lieutenant avait enlevé ses rangers.


"Nannn ... A ce point là ?? Eh beh ..."

Bref, le sablier venait de se retourner. Josh l'avait déjà vécut et il était toujours en vie. Quelque part, mais il était sortit vivant de Nebek. Bon, avec beaucoup de séjour dans le sarcophage, c'est vrai ... Allez ma petite, pas d'autres choix de toute manière. Se regonflant le thorax, Annabel chargea les seaux sur ses épaules et engagea la traversée. Pourtant, au début, elle n'avait rien sentit. Mais le dixième de seconde de béatitude avait vite laissé place à la douleur. Elle accéléra fortement le pas, ayant l'impression de laisser des morceaux de chairs sur son passage et arriva en moins de 10 secondes de l'autre côté. Elle se laissa tomber à terre, portant ses mains à son visage. Elle entendit d'un coup un hurlement masculin. Ah, Matt s'était engagé. Elle se redressa comme elle put et vit Eversman arriver à ses côté, en un seul morceau. Et si l'état de ses pieds ressemblaient à ceux du lieutenant ... Elle se laissa retomber en arrière, pourquoi n'avaiet-elle plus d'eau ?? En tout cas, personne n'approcherait de lingettes désinfectantes de ses pieds, elle l'égorgerait avant !!

"Ok, c'est finit les missions pour moi, je retourne à la vie civile !!"
Revenir en haut Aller en bas
Julia Becker
----------------
avatar
----------------
Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 3176

Arrivé au SGC : 05/05/2011

Age du Joueur : 36


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Pilote de chasse
๏ Expérience:
484/3200  (484/3200)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Ven 4 Nov - 1:19

Julia ne portait pas particulièrement cette planète à laquelle on avait même pas donné de nom dans son coeur. Ils y étaient depuis à peine une demi-journée et déjà ils s'étaient faits allégrement molestés, insultés et ce qui comptait d'habitants dans cette jungle à la gomme semblait désirer les voir morts.

Cerise sur le gâteau la porte, terre promise qu'ils n'avaient pas atteint sans mal, ne voulait pas s'ouvrir, bien que techniquement parlant tout était en ordre.


- A croire qu'elle a été déconnecté du réseau...

Pensa tout haut la pilote. Leur seul espoir résidait en le fait que le Général leur enverrait des renforts. Julia allait émettre une théorie suggérant que si l'on ne pouvait pas l'ouvrir de ce côté il en serait probablement de même sur Terre mais déjà la décision de bouger, plutôt que de chercher ce qui clochait était prise. De toutes façons Julia était sûre à 95% qu'on ne l'aurait même pas écouté. Bref, ils reprirent leur marche à la recherche d'un endroit un peu plus sécurisé pour passer la nuit.

« Des choses mystérieuses se produisent » Cette phrase résonnait dans le subconscient de la militaire. Le mystère se résolvait toujours,il y avait forcément une explication rationnelle et logique à tous les tours de passe-passe qui se déroulaient ici. Auraient-ils assez de temps pour le découvrir ?? C'est la question qu'elle se posait. L'étonnement fut général lorsque l'on rencontra des Jafas morts depuis longtemps apparemment. A la vue de cette scène franchement dégoutante Julia eut le coeur au bord des lèvres.. d'un geste précis Julia chassa ce qui devait être un un moustique pour se permettre de venir bourdonner si prés de son oreille. Spence et Eversman conclliabulaient entre eux à croire que Matthew et elle ne faisaient parti que du décor...ce qui n'était pas complétement faux d'ailleurs. Après tout il n'y aurait rien eu d'étonnant à ce qu'ils se transforment comme ça d'un coup en potiche inutile plante verte Amazonienne

« Très drôle, Becker… »

La blondinette arqua des sourcils étonnés. Venait-elle de penser tout haut ? C'est là qu'il désigna quelque chose mais il n'y avait rien.

« Putain c’est pas possible !!! »

- Moi j'ai plutôt l'impression que tout est possible ici au contraire.

Il se parla vaguement de retourner à la porte et Julia en avait vraiment marre. Heureusement il lui restait encore quelques réserves de patiences. Installer une mauvaise humeur ambiante au sein de l'équipe ne servirait qu'à offrir un spectacle digne d'une téléréalité idiote. Elle lança donc un sujet de conversation pour que leur marche soit le plus "agréable" possible.

- La planéte Casse-pieds ça sonnerait bien non ? Je ne sais pas ce que vous en pensez....

C'est alors que la planéte casse-piieds leur joua un tour digne d'un cartoon genre Bip-bip et Coyote. Le sol se déroba sous leur pieds

- AHHHHHHHHHAA!!!!!

Julia cria comme Tarzan qui avait raté sa lianne tout le long que dura sa chute puis son corps percuta le sol.

"Si ya besoin, utilisez vos kit de survie, si il n'y a pas assez, j'ai du surplus de lingettes désinfectantes."

La pilote avait l'impression d'avoir le corps en miettes et se demanda où elles trouverait le courage de le bouger.

- Heu ben écoutez, faites ce que vous avez à faire...j'vous attends là, je fais une petite sieste.

Finalement il y avait plus de peur que de mal et tout le monde parvint à se remettre sur ses pieds. L'équipe rencontra un escalier qui les mena à un temple muni d'une dalle qui une fois soulevée découvrit une salle avec....

- Des parchemins!! Enfin nous allons pouvoir découvrir quelque chose!

Matthew et Julia s'attelérent donc à la lecture à la lueur de leurs torches. Des techniques de combats. La blondinette fit la grimace et regarda avec curiosité par dessus l'épaule de l'Irlandais

- Vous trouvez quelque chose d'intéressant Matthew ? Ces gens ne savent que se battre...A croire que si ils n'èxercent pas cette activité il leur arrivera quelque chose d'affreux.

A peine eut-elle dit cela qu'un mur tomba lourdement entre eux et le duo Spence Eversman. Dans un même réflexe Matthew et Julia se précipitèrent pour essayer de rouvrir le passage mais malgré leurs efforts conjugués rien n'y fit. Et bien sûre leur radio ne fonctionnait pas.

- Je n'irais pas jusqu'à dire que notre situation est désespérée mais quand même...nous sommes bien dans la mouise!

Ils décidérent d'emprunter un autre chemin dans l'espoir de rejoindre le reste de l'équipe. Julia prit soin de ranger quelques parchemins dans son sac et de marquer leur chemin avec un coup de crayon sur les murs. Ils arpentérent un long couloir qui les mena directement dans une autre pièce, il y avait une autre porte en face avec sur le côté un bouton poussoir taillé dans la pierre, Matthew tenta de l’actionner mais rien ne se passa, sauf la présence d' une sorte de damier au sol, les carrés étaient tous de la même couleurs et quand Julia posa un pied sur l’un d’entre eux, une flèche sortit de nulle part manqua de lui transpercer le crâne. Pourtant Matthew avait marché sur des carrés sans qu'ils ne se passe rien. Prenant une bréve inspiration afin de calmer son coeur qui battait à la chamade Julia lui demanda

- Est- ce que vous vous rappellez desquels ? On devrait les marquer pour s'en souvenir...

C'est alors qu'une énigme leur apparut

On ne peut me voir, on ne peut me sentir,
On ne peut m’entendre, on ne peut me respirer,
Je m’étend derrière les étoiles et sous les collines
Je remplis les trous vides.
Je viens d'abord et suit après.
Je termine la vie, tue le rire.


La pilote demanda à son collégue

- Je ne sais pas pour vous mais moi je n'ai pas pris l'option "Pére Fourrat" durant mon instruction à West Point...Vous avez une idée de la réponse ?

Immédiatement Julia pensa à quelque chose d'immatériel puisque aucun des sens humains ne pouvait détecter la...heu...chose. Elle essaya

-L'obscurité ???

La porte s'ouvrit. Une voix s'éleva.

Bravo étrangers ! Mais ce n’est que le début, d’autres défis vous attendent, si vous réussissez, vous serez épargnés et pourrez rentrer chez vous.

Quoi ??? Mais est ce qu'on se moquait d'eux ??? Elle fusilla du regard l'endroit d'où venait la voix et croisa les bras

- Je n'ai pas l'âme d'un chien de cirque! Je ne saute pas dans les cerceaux sur commande!

Revenir en haut Aller en bas
John Sheppard
----------------
avatar
----------------
Major
----------------


Nombre de messages : 5862

Arrivé au SGC : 07/11/2006

Age du Joueur : 33


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 35
Profession: Floodeur
๏ Expérience:
2002/3200  (2002/3200)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Lun 7 Nov - 23:58

Matt et Annabel

Les deux militaires avaient souffert de ce passage sur des grilles aussi brûlantes, leurs pieds n’allaient probablement pas les portés aussi bien qu’habituellement mais après ce message venu de nulle part, ils savaient maintenant qu’ils étaient observés et que tout ce qui se passait sur cette planète n’était pas dû au hasard, ni d’origine mystique comme certains auraient pu le pensés. Mais savoir que s’ils réussissaient les épreuves ils pourraient enfin rentrés chez eux leurs redonner espoir, quant aux épreuves, après ce qu’ils venaient de subir, ils les appréhendés d’autant plus. C’est avec grande peine qu’ils s’étaient relevés et s’apprêtés à franchir la porte qui les mèneraient à la prochaine épreuve, une fois à l’intérieur, ils constatèrent que la pièce n’était pas différente de la précédente, bien que « meublé » différemment… Un pilier en bois était au centre de la pièce accompagnés par deux poulies de chaque côtés, une corde enroulé autour de chacun, chaque extrémités pendant au milieu de la pièce, à hauteur des deux militaires et les murs droits et gauches étaient tous les deux garnies de dizaines de pics bien tranchants. Un déclic se fit entendre et aussitôt la porte derrière eux se referma et les murs commencèrent à avancer l’un vers l’autre, Eversman et Spence comprirent aussitôt que le seul moyen d’en réchapper était d’attraper les deux cordes et tirés de toutes leurs forces dessus pour empêchés les deux murs de les transpercer. Mais la tâche n’était pas aussi simple, la force qu’ils devaient déployer pour cela les épuisaient très vite, ils n’arrivaient pas à stopper la progression des murs mais seulement à la ralentir et le but semblait être de les ramener à leur position initiale. Au bout de quelques secondes, les murs n’étaient plus qu’à quelques centimètres d’eux et la perspective d’être empalé dessus poussèrent les deux militaires à utiliser leur force musculaire au maximum, les cordes lacéraient leurs mains mais peu à peu ils arrivèrent à repousser les murs qui finirent par reprendre leurs places d’origine. Ils s’écroulèrent tous les deux au sol regardant leurs mains qui n’étaient guères en meilleures états que leurs pieds. Ils prendraient quelques minutes de repos bien mérité avant de reprendre la route vers une nouvelle épreuve certainement.


-------------------------------------------

Matthew et Julia

Cette épreuve avait été plutôt simple pour cette partie de l’équipe, mais à la surprise générale, une voix mystérieuse venait d’annoncer que d’autres allaient suivre, qu’allaient-ils trouver une fois cette porte passée ? Ils n’avaient pas mis longtemps à le découvrir puisqu’en pénétrant dans l’autre pièce, ils avaient la prochaine épreuve devant les yeux. Un grand précipice occupé en majorité la pièce, juste au-dessus d’eux, une échelle traversée la pièce à l’horizontal, une nouvelle épreuve plutôt simple bien qu’éprouvante pour les bras. Matthew fut le premier à s’agripper à l’échelle, il progressa lentement de peur qu’une des barres ne lâche, évitant à chaque fois de regarder en bas, la distance entre chaque rebords étaient assez longues, cette épreuve était très physique et même Matthew faiblissait quelque peu en se demandant si Julia arriverait à traverser. A mi-chemin quelques choses frôla son gilet pare-balle, une flèche venait de se planter droit dans le mur et avait failli le transpercer par la même occasion. C’était beaucoup trop simple, il fallait bien y ajouter quelques pièges pour pimenter le tout, voir redécorer la pièce avec l’hémoglobine des militaires. Matthew avait enfin atteint son but (avec ou sans blessure(s) c’est à toi de voir Rolling Eyes idem pour Julia) et motivé maintenant Julia pour sa traversée. Elle avait bien sur un peu plus de mal et progressé nettement moins vite que son compagnon mais elle avait tout de même réussit en frôlant la catastrophe de près quand une flèche lui fit lâcher la barre d’une main. Il était évident que leurs bras étaient vidés de toutes leurs forces mais fort heureusement pour eux, ils ne les empêchaient pas d’avancer, ils quittèrent alors cette pièce pour en retrouver une similaire. Et oui dans celle-ci un précipice était toujours au rendez-vous mais à la place d’une échelle pour le traverser, il y avait un chemin très étroit, juste assez grand pour y poser un pied, là aussi rien d’insurmontable si les militaires maîtrisés un certains équilibres, en espérant qu’aucun des deux n’ait le vertige, ce fut encore Matthew qui prit les devants en s’engageant en premier sur cette poutre pas très rassurante, Julia le suivit de près au cas où l’un des deux aurait besoin d’un coup de main pour rester ou se remettre debout sur la poutre. Tous deux avancèrent lentement, prenant soin de vérifier au passage qu’aucunes flèches ne viennent perturber leur traversée, mais cette pièce en semblait dépourvue, aucun mauvais tour ici ? Apparemment non, ils avaient fait le trois quart du chemin sans encombres quand soudain la pièce trembla quelque peu, tentant de garder l’équilibre comme ils le pouvaient, ils stoppèrent leurs avancées espérant que les tremblements allaient prendre fin très vite, mais ce ne fut pas le cas, Matthew prit l’option la plus rapide, celle de finir le chemin le plus rapidement possible avant de faire le saut de l’ange. Il avait réussi mais pour Julia, s’était une autre histoire, le vide ainsi que les tremblements l’avaient totalement paralysé et malgré les encouragements de son coéquipier, Julia n’arrivait plus à avancer. Et c’est ainsi que le plus tragique venait de se produire, un tremblement plus fort que les précédents fit basculer la jeune femme sur le côté, elle tomba dans le vide profond et disparu ensuite sous le regard impuissant de Matthew. Bien qu’il savait que Julia n’avait pu en réchapper, il cria son nom à plusieurs reprises espérant entendre une réponse de sa part, mais il dut vite se rendre à l’évidence, Julia était morte. Il se laissa tomber sur le sol, la tête entre les mains, tout en pleurant son amie disparue.


-------------------------------------------

Matt et Annabel

Le repos des deux militaires avaient étés bénéfiques, bien sur leurs mains et leurs pieds leurs faisaient encore énormément mal mais ils ne pouvaient pas rester ici plus longtemps, s’ils réussissaient ils pourraient rentrer chez eux et se faire dorloter par les infirmières sur un lit d’hôpital était bien plus attrayant. La salle suivante n’avait pas l’air insurmontable, plutôt facile même, la pièce était grande mais il n’y avait rien de bien particulier à l’intérieur à part un grand pont en pierre au-dessus d’un gouffre assez profond. Les portes étaient restées ouvertes et apparemment il n’y avait qu’à traverser tranquillement pour atteindre la salle suivante. Matt et Annabel s’était engagé sur le pont, avançant lentement à cause des brûlures qu’ils avaient sous leurs pieds, mais bien sûr, aucunes des pièces qu’ils avaient visitées jusqu’à présent n’était sans danger, et le danger fut de taille, après quelques pas sur le pont, ce dernier se craquela et l’extrémité par laquelle ils avaient commencés la traversée tomba dans le vide en remontant très vite jusqu’aux deux militaires qui n’avaient pas perdu une minute pour courir le plus vite possible, mais vite n’était pas vraiment le terme à employer dans ce cas de figure, un : ils couraient du mieux qu’ils le pouvaient, auraient mieux résumé la situation. Ils n’étaient déjà pas au mieux de leur forme pour piquer un sprint mais vu l’état de leurs pieds, c’était encore plus difficile pour eux de de courir. Mais leur vie en dépendait et comme pour les épreuves précédentes : Savoir qu’on va peut-être mourir donne des ailes. A cet instant ils avaient oubliés leurs pieds quelques instants le temps de rejoindre l’autre côté du pont qui creusait dangereusement l’écart entre eux et le gouffre. Ils avaient toutefois atteint l’autre côté mais à quelques secondes près, le pont se serait écroulé sous leurs pieds. Et une de plus de réussit, et encore une fois, un repos bien mérité assit contre un mur n’allait pas leur faire de mal. Le repos fut bref, la porte à côté d’eux ne donné pas sur une autre pièce, mais sur un grand escalier qui les conduisit dans une pièce qui elle n’était certainement pas abandonné. Aucunes toiles d’araignées, très peu de poussières, des décorations ornent les murs et représentant des paysages d’une beauté éblouissante mais aussi des guerriers en plein combat, cette pièce n’avait pour but que le côté décoratif apparemment, et alors que les deux militaires visités les lieux, la voix mystérieuse était de retour annonçant que la dernière épreuve était un combat contre un homme qu’il devait battre pour pouvoir quitter la planète. Mais ils étaient totalement seuls ici, personne n’étaient venus les provoqués en duel, ils quittèrent alors la pièce à la recherche de leur prochaine adversaire.


-------------------------------------------

Julia

La jeune militaire se réveilla dans une grande pièce totalement vide, elle était pourtant certaine d’avoir fait une chute mortelle et pourtant elle était là, apparemment bien vivante vu qu’elle venait de s’érafler la main sur une pierre coupante quand elle s’était relevé. Alors qu’elle tenté de joindre le reste de son équipe à l’aide de sa radio et de sa voix qui n’aboutissait à rien, une porte en face d’elle venait de s’ouvrir, l’invitant à quitter cette pièce peu intéressante. Celle-ci était déjà bien plus décorée que les précédentes, on aurait dit une sorte de pièce cérémoniale, un très grand tapis recouvrait le sol et au bout de la pièce il y avait quatre sièges, les torches avaient laissées place à de beaux chandeliers accrochés aux murs, quelques tableaux y étaient accrochés représentant des combats, des arbres et autres paysages diverses, cette pièce n’était certainement pas abandonnée comme celle qu’ils avaient visités auparavant. Julia avait senti une présence derrière elle mais quand elle se retourna, il n’y avait personne, mais il y avait une autre sortie à cette pièce et quand elle y pénétra elle put voir un bref instant un homme de dos qui en sortit juste après. Cette nouvelle pièce était la jumelle parfaite de la précédente, mise à part les décorations qui changées l’absence des quatre sièges « royaux » pourrait-on dire, elle s’empressa alors de suivre cette homme et une fois à son but, elle eut la surprise de voir Matthew en face de l’homme qu’elle venait d’apercevoir, ce dernier fut très surpris de la voir en vie et quand il voulut la rejoindre, l’homme lui barra le passage de son bras et le repoussa ensuite en arrière. Il était vêtu comme les hommes qu’ils avaient rencontrés dans le village et n’avait pas dit un mot malgré les paroles des militaires à son encontre et au moment où Matthew retenta de forcé le passage jusqu’à Julia, l’homme lui mit un grand coup de coude en plein visage, Julia se précipita alors pour aider son coéquipier mais l’homme la projeta violemment en arrière. Matthew comprit alors qu’il allait devoir une nouvelle fois faire face à un combat avant de ne pouvoir aller plus loin, mais le résultat du premier n’avait pas était très concluant pour lui et celui-ci s’avérer déjà perdu d’avance, alors qu’il se mettait en position pour combattre, la mystérieuse voix refit son apparition et vint leur confirmé que le combat était inévitable.

Voici votre dernière épreuve, si vous battez cet homme, vous pourrez quitter cette planète.

Ils avaient réussi jusque-là mais cette dernière épreuve semblait impossible pour eux, d’ailleurs où étaient Matt et Annabel ? Ils avaient réussi de leur côté mais sans nouvelles de leurs coéquipiers, avaient-ils eu le même traitement qu’eux ? Avaient-ils également une dernière épreuve de leur côté à faire ? Leurs questions restèrent sans réponses comme toujours mais l’envie de quitter au plus vite cette planète de dingue avait donné des ailes à Matthew qui se jeta sur son adversaire et réussit à lui mettre un coup avant de se retrouver à terre, Julia arriva par derrière et bloqua les mains de l’homme dans son dos quelques instants avant de se retrouver par terre à son tour, mais Matthew avait pu en profiter pour attaquer une nouvelle fois l’homme pendant qu’il était distrait par la jeune femme. Aucunes règles n’avaient étés instaurées et rien ne les empêcher d’être à deux contre un, ils avaient un plus grand avantage cette fois et l’espoir de réussir cette épreuve était de retour. Le combat continué et bien que l’avantage soit toujours du côté ennemi, cette fois ils arrivaient tout de même à lui porter des coups. Mais même à deux la tâche n’était pas simple et après plusieurs minutes, les deux militaires étaient dans un sale état, l’homme s’était approcher de Matthew et l’avait saisi au menton d’une main, et l’autre était derrière sa tête, il s’apprêtait à lui briser la nuque au moment ou un cri l’arrêta. Annabel et Matt venait d’arriver et le choc fut total pour le Sergent, Eversman l’avait lui aussi reconnu mais sa surprise n’avait pas été aussi grande que celle de Spence, au moment où l’homme s’était retourné, la tête de McKnight toujours entre ses mains, elle avait ressenti tant de joie de le revoir enfin alors qu’il avait quitté le Sg-c sans lui dire au revoir, une nouvelle fois, mais également beaucoup de peine à savoir qu’il faisait partie des gens qui leurs avaient causés autant de mal, il venait d’attaquer des soldats du Sg-c sans scrupules et était même prêt à tuer l’un d’entre eux alors que lui-même en avait fait partie. Eversman n’avait pas attendu une minute de plus et s’était jeté sur lui pour sauver son compagnon, il l’avait mis à terre et essayer de le résonner tant bien que mal mais pour seule réponse il reçut un coup de tête qui l’assomma un cours instant. Leur ancien compagnon d’armes s’acharnait maintenant sur Matt et Annabel se décida à intervenir, elle l’attrapa par les bras et le tira en arrière en le sommant d’arrêter tout de suite, il s’apprêta à la frapper puis ses yeux se posèrent sur les siens, et pendant ce court instant où il fut distrait, Matt en profita pour lui planter sa lame en plein dans le dos. Il tomba à genoux sur le sol et Annabel s’approcha de lui pour l’aider et inspecter sa blessure, Eversman avait pris soin de bien visé, il n’avait touché aucun organes vitaux, mais la blessure était tout de même grave, il perdait beaucoup de sang mais au moins il ne pouvait plus leur taper dessus.

Bravo, vous avez réussi toutes les épreuves, comme promis, vous pouvez rentrer chez vous.

La voix s’était élevée une nouvelle fois de nulle part mais cette fois l’équipe en profita pour demander qui il était ? Et pourquoi leurs anciens amis les avaient combattus ? Un tas d’autres questions avaient suivi et après quelques secondes de silence, la voix revient à nouveau pour leur apporter des réponses.

Vous voulez savoir qui nous sommes ? Voyez par vous-même….

Les yeux de Bentley s’étaient illuminés un bref instant et l’équipe comprit alors à qui ils avaient affaire. Des Goa’ulds. Mais trop de chose ne collait pas, ce n’était pas la façon de faire des Goa’ulds, ils n’employés pas du tout ses méthodes, et rien de ce qu’il n’avait vu jusqu’à présent, le paysage, les décorations, le village, rien n’était Goa’uld, aucune pyramide, aucun vaisseaux, aucun Jaffas, sauf ceux en morceaux dans la jungle bien sûr, et puis Bentley…Un Goa’uld ? On se moquait encore d’eux tout simplement, ils les avaient combattu assez pour savoir qu’ils ne pouvaient pas être Goa’ulds et très vite, ils firent par de leurs arguments à cet étrange personne qui leur parlait.

Vous ne me croyez pas ? Il entra alors dans la pièce quelques instants après vêtu comme un grand maître puis fit scintiller ses yeux pour continuer ensuite son discours de sa voix la plus grave.

Il est vrai que nous n’avons quasiment rien en commun avec les Goa’ulds que vous avez déjà pu rencontrer. Il s’approcha de Bentley et le soigna grâce à un appareil de soin Goa’uld, ce dernier était inconscient mais sa blessure était guérie désormais. Mes trois frères et moi-même n’avions pas les mêmes objectifs qu’eux, conquérir la galaxie et assouvir tous les peuples en esclavage n’était pas notre but ultime, à leurs yeux nous n’étions pas Goa’ulds, à leurs yeux nous sommes comme vous, humains. Nous avons dut fuir la planète que nous occupions à l’époque et pendant des années ils n’ont cessés de nous pourchasser, nous avons traversés la galaxie à la recherche d’une planète qui serait en mesure de repousser une attaque Goa’uld, nous avions cru en avoir trouver une mais quand les Goa’ulds nous ont attaqués, le peuple qui y vivait, bien qu’étant très avancé technologiquement parlant, n’a pas survécu, nous avons réussi à fuir avec une technologie très intéressante de ce peuple, celle-là même qui nous a permis de rendre le village de cette planète invisible, et qui a créé un tas de choses que vous avez cru voir… Et puis nous sommes arrivés ici, ce peuple a déjà prouvé sa valeur à maintes reprises en repoussant plusieurs attaques Goa’ulds, ils ont pour consignes d’éliminer tous les Jaffas qui viennent ici mais également les étrangers qui pourraient être des espions aux services des Goa’ulds. La seule raison qui fait qu’ils ne vous aient pas tués est qu’ont leur à demander de ne pas le faire, quand votre ami est arrivé ici ils portaient les mêmes vêtements que vous, je savais donc que vous n’étiez pas du côté des Goa’ulds, néanmoins, vous faisiez une belle source de distraction. Nous n’avons peut-être pas les mêmes rêves que nos confrères Goa’ulds, mais nous n’en sommes pas pour autant gentils… Mais une promesse reste une promesse, vous avez brillamment survécu à toutes nos épreuves, vous êtes libres de rentrer chez vous. Oh et au fait, ne soyez pas inquiets, votre ami n'est pas un Goa'uld.

L’équipe avait écoutait attentivement le Goa’uld qui avait répondu à toutes les questions qu’ils se posaient depuis le début de cette mission, il était temps maintenant de lui répondre, avec sympathie ou pas, après ce qu’ils avaient vécu, il est vrai que leurs nerfs étaient plutôt à bout surtout en apprenant que tout ce qu’ils avaient traversés jusqu’à maintenant n’était qu’un jeu sadique qui n’avait que pour seul but la distraction d’une famille Goa’uld. Mais ils avaient enfin la chance de quitter cette planète et le faire le plus tôt serait le mieux, Eversman commença à relever Bentley avec l’aide de Spence mais le Goa’uld les en empêcha.

Lui reste ici. Il est avec nous. Il à trouver refuge au village et y cohabite depuis des mois avec ses occupants qui lui ont appris toutes leurs coutumes. Il n’a aucun désir de retourner sur votre planète.

Mais pour l’équipe il était hors de question de laisser Bentley ici, il avait choisi lui-même de quitter la Terre il y a maintenant plus d’un an mais étant inconscient, il ne pouvait pas contester la décision de l’équipe. Annabelle trouva les mots qu’il fallait pour convaincre le Goa’uld de les laisser partir avec Bentley et ce dernier adressa ses dernières paroles à l’équipe.

Très bien, mais de votre côté engagez-vous à ne jamais révéler l’existence de cette planète, de nous ainsi que du peuple qui vit ici. Il attendit la réponse de l’équipe et reprit ensuite. Nous avons respecté notre promesse, et j’espère que vous tiendrais la vôtre. Un chemin a été dégagé en direction de la porte, vous y arriverez très vite, vos armes sont juste à côtés.

L’homme disparu juste après laissant l’équipe repartir tranquillement chez eux comme promis. Il ne faisait aucun doute pour l’équipe que cette mission allait faire partie de leurs top ten des missions les plus catastrophiques auxquelles ils avaient participé. Ils n’auraient jamais imaginé que certains Goa’ulds puissent vouloir autre chose que conquérir la galaxie en tuant des milliers de personnes, ils étaient eux aussi victimes de leur propre race et devaient se cacher pour pouvoir survivre. Mais bien qu’ils n’aient pas les mêmes désirs de conquêtes, ils n’étaient pas très différents des autres Goa’ulds, sur certains points en tout cas, comme celui de trouver divertissant le fait de regarder des gens souffrir. Ils avaient néanmoins récupérés l’un des leurs, qui, soit dit en passant, ne serait surement pas content d’être rentré sur Terre…



(Ah oui j'oubliais, les questions c'est par mp hein et si vous voulez intégrer d'autres questions et réponses avec le Gogo, vous voyez avec moi Smile Et voila c'est tout, encore désolé pour le retard. Voila le post qui clôture la MJ, j'espère que ça vous a plu et si c'est pas le cas, hésitez pas à le dire on apprend de ces erreurs Smile )


Fin de la mission Dimanche 13 Novembre.


Dernière édition par John Sheppard le Jeu 10 Nov - 0:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Bentley
----------------
avatar
----------------
Sergent Major
----------------


Nombre de messages : 906

Arrivé au SGC : 11/12/2007

Age du Joueur : 35


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
355/3200  (355/3200)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Mar 8 Nov - 0:08

« Chaque instant de la vie est un pas vers la mort, bien que ces instants fussent-ils si bref, ils n’en sont pas moins douloureux, la vie est une belle garce, une farce se jouant de vous de toutes les façons possible, quand on voit la vie telle que Dieu l’a faite, on ne peut que le remercier d’avoir fait la mort. Alors pourquoi vivre ? Se donner la mort est si facile, pourquoi ne pas le faire ? Il y a toujours une chose qui nous retient dans ce monde, je ne sais pas encore ce que c’est, et bien que la mort me paraisse si attrayante, je sens que la vie me retiens encore un peu. »

Assit contre un arbre, il était là, un petit journal à la main, notant ses pensées les plus secrètes, pensées qu’ils n’avaient encore jamais dévoilées. Les écrire l’apaisait, les derniers mois de sa vie avaient étés les pires, tout ce qu’il lui restait aujourd’hui s’était son journal, et sa liberté, il avait laissé son passé derrière lui mais pourtant, ce passé était toujours bien présent, enfuit au fond de lui, les rares instants ou son esprit était calme, ils les passaient à déposées ses pensées sur une feuille vierge, mais quand sa fureur reprenait le dessus, cogné sur tout ce qu’il y avait autour de lui était son seul remède. Depuis déjà quelques mois, il voyageait de planète en planète, cherchant un endroit où il se sentirait le mieux, mais existait-il cet endroit ? Il rencontré parfois des Jaffas sur les planètes qu’ils parcouraient, sa soif de vengeance toujours avec lui, il en profitait pour en exterminer quelques-uns avant de quitter cette terre pour une autre sur laquelle il ferait exactement la même chose si des Goa’ulds croisaient son chemin. Il n’arrivait pas toujours à ses fins mais les quelques batailles remportées le pousser toujours à entreprendre d’autres missions solo, et bien qu’ils en avaient tués déjà beaucoup, sa soif de vengeance n’était toujours pas rassasier. Au cours d’un de ses voyages, il avait entendu dire qu’il y avait une planète ou les Jaffas n’osaient pas s’aventurés, et le peu de fois où ils l’avaient fait, ils n’en étaient jamais revenu. Que pouvait-il y avoir sur cette planète pour que les Jaffas l’a craigne autant ?
Et voilà comment il se retrouva perdu au milieu d’une jungle intrigante dans laquelle des choses étranges se produisaient. Après des heures à traverser la jungle, il trouva un petit village dans lequel un nombre d’hommes bien plus imposants que les ridicules petites cabanes qui le peuplait s’entrainés au combat. Il s’approcha d’un peu plus près mais très vite, les habitants l’avaient repérés et foncés sur lui pour l’immobiliser et le mettre K.O. ensuite. Il se réveilla au milieu du petit village, attaché par des chaines aux poignets et aux chevilles qu’il tenta de briser sans succès. Un homme s’approcha de lui et lui mit un grand revers de la main en pleine figure.


Qui êtes-vous ?
Vous n’êtes pas en mesure de poser des questions, dites-moi plutôt qui vous êtes ? Etes-vous ici pour nous espionner ? Vous travaillez pour les Goa’ulds ?
Non…Je les extermine moi.

L’homme lui avait rit au nez, comme pour se moquer de lui, comment un homme seul pouvait exterminer des Goa’ulds ? Il fut très vite libéré et à son grand étonnement, un immense village venait d’apparaître devant lui. Il fut conduit sur une grande place et fut jeté comme un chien sur celle-ci juste avant qu’un homme se place juste devant lui.

Montrez-nous ce que vous valez alors.

A peine s’était-il relevé que son adversaire l’avait remis au tapis d’un coup de pied en pleine figure, ça ne commençait vraiment pas bien, sa rapidité n’avait pas d’égale, sa force et sa souplesse était impressionnante, il manié cet art à merveille et se battre contre lui n’allait pas être chose facile. Une fois de nouveau sur ses jambes, il passa à l’attaque mais son adversaire était beaucoup plus rapide et avait bondit sur lui pour lui administrer un coup de coude en plein sur la boîte crânienne. Le combat avait été très bref, Josh gisait sur le sol inconscient. A son réveil, il se trouvait à l’intérieur d’une maison dans laquelle une femme se trouvait, elle lui avait apparemment fait quelques soins à l’aide de plantes curatives et l’invita à quitter sa demeure le plus vite possible. L’ex militaire avait posé un pied dehors et observa les environs, la population était abondante ici, et apparemment tout ce qu’ils aimaient faire ici c’était s’entraînés au combat. Sur la grande place ou il avait pris la raclée la plus rapide de sa vie, il y avait maintenant un troupeau de combattants répétant des mouvements totalement synchrone, il s’approcha d’un peu plus près pour observer cet art si captivant. L’homme qu’il avait vu auparavant vient se mettre à côté de lui et lui demanda de le suivre. Il l’emmena alors dans la plus grande maison du village où il rencontra le chef, un vieillard qui avait l’air aussi sympathique que les autres.

Vous dites ne pas être un espion envoyé par les Goa’ulds, mais je n’en crois rien. Veuillez-vous exprimer à présent.
Je maintiens mes dires, je ne suis pas un de leurs espions. Je viens d’une planète appelée la Terre, mon monde combat les Goa’ulds depuis la découverte de la porte des étoiles. J’en suis partit depuis quelques mois, et depuis je voyage de planète en planète, et quand j’en rencontre, je fais ce qu’il faut pour m’en débarrasser. J’ai entendu parler de votre monde, on dit que tous les Jaffas qui posent un pied dessus n’en repartent jamais.
Vous ne le quitterez pas non plus, le risque est trop grand, nous ne pouvons accorder notre confiance à un étranger.
Je n’ai pas stipulé que je souhaitais partir… J’aimerai me joindre à vous et vous aider en cas d’attaque. J’ai autant de haine envers eux, ce qu’ils m’ont fait subir mérite une vengeance.

Le vieillard rigola un instant puis fit un signe de tête à l’homme qui avait accompagné Bentley jusqu’ici.
Vous les haïssez tant que ça ? Même ceux qui ne vous ont jamais rien fait ? Vous allez être surpris alors.

Quelqu’un d’autre venait d’entrer dans la maison et quand Bentley se retourna, les yeux de cette personne c’était illuminés en le regardant. Il sortit son Beretta, qu’il avait conservait, de sa poche et le pointa sur le Goa’uld quand le vieillard l’arrêta. Ce qu’il raconta ensuite paraissait totalement absurde, des Goa’ulds amicaux ? Qui vivent en paix avec un peuple ? Se cachant des autres Goa’ulds qui veulent leurs peaux ? Josh ne voulait pas y croire, et pourtant, au fur et à mesure que les jours défilés, la vérité lui apparaissait plus clairement, ces Goa’ulds n’étaient pas comme les autres, et s’allié à eux pourrait être une bonne solution pour en exterminer d’avantage.
Après plusieurs jours à être traité comme un intrus, les villageois lui firent un peu plus confiance et commencèrent à l’entrainer, il passa des mois à combattre et à étudier leurs coutumes pour devenir plus fort, jusqu’à ce qu’il réussisse enfin à battre l’un de ses adversaires. Il était enfin prêt au combat et si des Jaffas avaient le malheur de passer la porte, il se ferait une joie de participer au combat. Mais ce jour n’arriva pas, à la place, on lui avait dit qu’un petit groupe d’étranger était arrivé sur la planète et qu’ils allaient s’amuser un peu avec eux avant de les tuer, et bien sûr, c’était à lui de le faire. Il rejoignit alors le temple sacré et attendit patiemment qu’ils arrivent jusqu’à lui, tout avait été calculé, leur parcours, leurs réactions, les illusions qu’allaient créées les Goa’ulds les mèneraient jusqu’à lui. Après des heures d’attente, il entendit enfin du bruit dans la salle cérémonial. Il avait été mis à l’écart de tout ce qui s’était passé avant, mais ce dernier combat était pour lui. Il entra dans la pièce et jeta un œil à la femme qui s’y trouvait, il fut surpris de découvrir qu’il s’agissait d’un militaire du Sg-c, il quitta vite la pièce, sous le choc de savoir qu’il allait devoir tuer d’anciens compagnons d’armes, mais il n’avait pas le choix, il s’était engagé envers ce peuple, d’ailleurs il n’était plus la même personne qu’avant, et eux n’étaient plus ses amis. Il arriva alors dans la pièce ou le combat devait se dérouler, un homme y était présent, il portait l’uniforme du Sg-c et semblait attristé par quelque chose, il ne les avait jamais vu au Sg-c et n’aurait donc aucun remords à les tuer. La femme qu’il avait vu juste avant arriva à son tour, et son compagnon voulut se précipiter vers elle mais Josh lui barra la route, ils commencèrent à le questionner, lui demander ce qu’il voulait, mais Josh ne répondit rien et à la nouvelle tentative de l’homme pour forcer le passage, Josh lui mit un grand coup de coude en pleine figure. La femme se précipita sur lui mais il l’a projeta violemment en arrière. Ils étaient maintenant à deux sur lui mais ces mois d’entrainement avaient portés leurs fruits, et ils avaient beau tentés des attaques synchronisés, Josh arrivait toujours à les mettre au tapis, il prenait quelques coups au passage mais la rage qu’il avait en lui ne le ferait reculer pour rien au monde. Il attrape le jeune homme par la tête et s’apprêta à lui briser la nuque quand il entendit une voix familière, il se retourna et eut la surprise de voir Annabel devant lui, il avait aussi reconnu Eversman pour avoir fait une mission avec lui mais son attention était focaliser sur la jeune femme, il avait gardait néanmoins la tête du militaire entre ses mains, encore trop sonné pour se défendre. Il avait été distrait quelques instants par Annabel, et Eversman en avait profité pour lui sauter dessus, tentant de le résonner tant bien que mal, mais Josh ne l’écoutait pas, il lui mit un violent coup de tête et le rua de coups ensuite mais Spence s’en était mêlé, il ne pouvait pas la frapper, pas elle, un tas de souvenirs étaient remontés à la surface, du temps où ils étaient prisonniers sur Nebek, elle avait été une sorte de salut pour lui, une personne qui l’empêchait de fermés les yeux pour toujours, il ne pouvait pas la laisser seule ici, il devait tenir jusqu’au bout pour êtes à ses côtés durant ces mois de tortures, mais il avait tourné la page, sans un au revoir, il était partit, et alors qu’il avait levé son poing vers la jeune femme, quelque chose le stoppa net, quelque chose qui venait d’entré en lui, une lame froide et bien tranchante, il s’écroula à terre, ses genoux claquèrent sur le sol, Annabel s’était accroupis devant lui mais il n’entendait pas ce qu’elle lui disait, ses yeux se fermèrent doucement et bien vite, il n’avait plus conscience de rien.



(J'ai vachement baclé désolé mais trop tard là :s)
Revenir en haut Aller en bas
Julia Becker
----------------
avatar
----------------
Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 3176

Arrivé au SGC : 05/05/2011

Age du Joueur : 36


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30
Profession: Pilote de chasse
๏ Expérience:
484/3200  (484/3200)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Mer 9 Nov - 15:56

Après avoir signifié qu'elle ne jouait plus le jeux, Julia avait prit parti de s'asseoir, d'attendre et de réfléchire à une solution. D'une part elle en avait assez de suivre un parcours fléché qui allait finir par les tuer et d'autre part ce n'était pas très intelligent de foncer dans le tas sans prendre les plus élémentaires précautions de sécurité . Seulement voilà, Matthew insista fortement pour qu'ils continuent "l'aventure".

- Ok. Mais si jamais on meurt alors qu'on pouvait l'éviter je te frappe!

C'est en passant dans l'autre piéce que les deux amis se rendirent compte de ce qui les attendait. Un précipice qu'ils devraient traverser à l'aide d'une échelle suspendue à l'horizontale. Outre le fait que Julia n'était pas certaine, malgré sa bonne condition physique, d'arriver jusqu'au bout elle trouvait qu'il y avait vraiment de l'abus. Elle plaisanta un peu pour se donner courage

- Tu crois qu'il y a des crocodiles sacrés au fonds du ravin comme dans Asterix et les douze travaux ? J'aurais bien besoin d'un nouveau sac à main moi...

Bien sûre il y aurait peut être eu moyen de passer le ravin d'une autre façon si on avait pu explorer le coin. Ou tout simplement de trouver de quoi faire des cordes pour se sécuriser un minimum. Mais non! Comme de coutume on préféra prendre tous les risques possibles. Matthew criait des encouragement à Julia et il lui étaient plus que nécessaires. Outre ses bras qui lui faisaient atrocement mal elle se demandait si ce serait si grave que ça de tout lâcher et de mourir ici. Maintenant ou plus trad, qu'est ce que ça changerait de toutes façons ? Elle pensa à Arthur, sa famille, serra les dents et continua. Elle manqua lâcher prise lorsqu'une flèche manqua transpercer Matthew

- Matthew ça va ?

Tant bien que mal ils arrivèrent au bout du parcours. Exercice de gymnastique à présent, catégorie poutre. Une fois de plus Julia vit rouge. Elle n'avait pas un mauvais équilibre mais était réellement épuisée ce qui amenuisait les capacités qu'elle pouvait posséder. Aussi lorsque la terre trembla, elle se figea brusquement,comme paralysée. Une seconde secousse et la blondinette chuta....

Des odeurs
Des bruits
Un sol

[i]Julia n'osait pas ouvrir les yeux. Elle s'étonnait de sentir encore son corps et les vibrations d'un lieu. Etait-ce vraiment cela l'enfer ou le paradis ? Si oui, quelle déception! Il était préférable que les vivants n'en sachent rien car il y aurait de quoi mettre un bon coup de pieds dans la fourmiliére des religions.


- Je ne suis pas morte alors?

Ce n'était pas une plaisanterie. La jeune femme n'y croyait vraiment pas. Comment, alors qu'elle n'arrivait pas à tenir en équilibre sur une malheureuse poutre ou à tenir plus de deux minutes en corps à corps contre un adversaire pouvait elle être encore vivante aprés une chute d'une bonne centaine de métres ? Miracle! Et où étaient les autres??Léve- toi et Marche. Et sa marche lui apprit qu'elle était dans une piéce à l'apparence royale. Et sa marche lui apprit qu'elle, pauvre pélerin qui vagabonde, devait suivre un guide qu'elle ne connaissait ni d'Adam ni d'Eve. Aprés cette traversée silencieuse de désert, Julia se demandait si on allait lui donner un bâton pour qu'elle ouvre la mer en deux afin de se frayer un passage. Eh bien...ce n'était pas loin. Matthew était de l'autre côté mais impossible de le rejoindre.

Voici votre dernière épreuve, si vous battez cet homme, vous pourrez quitter cette planète.

- Vous nous avez déjà dit ça et pour ma part je ne crois pas en vos promesses. Matthew je t'en prie ne l'écoute pas. On va trouver autre chose!

Mais Matthew prit tout de même parti d'essayer de battre le moule à gauffres Indigène alors Julia, en bonne militaire suivit le mouvement. Il n'était pas question que son ami se fasse massacrer pour elle. Pourtant l'Indigéne avait soulevé Matthew et était prêt à lui éclater la tête malgré leurs efforts conjugués. Horrifiée, Julia allait tenter de lui mettre un coup de pieds dans les jambes pour lui faire lâcher prise lorsque Matt et Annabel entrérent dans la danse. Le combat fut rude mais Matt parvint à maîtriser la situation d'un habile coup de couteau.

Goût de sang
Tension à couper au couteau
Souffle sacadé


Bravo, vous avez réussi toutes les épreuves, comme promis, vous pouvez rentrer chez vous.

Julia avait envie de rire et de pleurer tout à la fois. Les émotions s'entrechoquaient. Elle ne broncha pas préférant ne pas se réjouir trop vite de quelque chose d'illusoire peut être. De toutes façons il n'y avait pas de quoi être fier. On alla quand même jusqu'à les prendre pour des parfaits imbéciles en leur faisant croire que les Organisateurs de cette fiesta étaient des Goa'ulds.

Mes trois frères et moi-même n’avions pas les mêmes objectifs qu’eux, conquérir la galaxie et assouvir tous les peuples en esclavage n’était pas notre but ultime, à leurs yeux nous n’étions pas Goa’ulds, à leurs yeux nous sommes comme vous, humains. Nous avons dut fuir la planète que nous occupions à l’époque et pendant des années ils n’ont cessés de nous pourchasser, nous avons traversés la galaxie à la recherche d’une planète qui serait en mesure de repousser une attaque Goa’uld, nous avions cru en avoir trouver une mais quand les Goa’ulds nous ont attaqués, le peuple qui y vivait, bien qu’étant très avancé technologiquement parlant, n’a pas survécu, nous avons réussi à fuir avec une technologie très intéressante de ce peuple, celle-là même qui nous a permis de rendre le village de cette planète invisible, et qui a créé un tas de choses que vous avez cru voir… Et puis nous sommes arrivés ici, ce peuple a déjà prouvé sa valeur à maintes reprises en repoussant plusieurs attaques Goa’ulds, ils ont pour consignes d’éliminer tous les Jaffas qui viennent ici mais également les étrangers qui pourraient être des espions aux services des Goa’ulds. La seule raison qui fait qu’ils ne vous aient pas tués est qu’ont leur à demander de ne pas le faire, quand votre ami est arrivé ici ils portaient les mêmes vêtements que vous, je savais donc que vous n’étiez pas du côté des Goa’ulds, néanmoins, vous faisiez une belle source de distraction. Nous n’avons peut-être pas les mêmes rêves que nos confrères Goa’ulds, mais nous n’en sommes pas pour autant gentils… Mais une promesse reste une promesse, vous avez brillamment survécu à toutes nos épreuves, vous êtes libres de rentrer chez vous.

La jeune femme ne fit aucun commentaire mais enregistra le message du...euh...type. Matt et Annabel insistérent pour emmener l'Indigéne qui n'en était pas un avec eux et Julia insista pour qu'ils rentrent maintenant. Elle apprit alors que l'homme qu'ils avaient combattu à quatre était un ancien SGCien.Annabel obtint le droit de l'emmener. Il y avait eu quelque chose entre eux, Julia en était persuadée. Mais elle ne pouvait qu'être hostile à cette décicion. Cet homme, si ancien collégue soit-il, leur avait fait du mal et peut être qu'une fois à la base il comettrait des actes sous la dictée des trois fréres Goa'ulds qui n'étaient pas des Goa'ulds mais en étaient quand même.

Nous avons respecté notre promesse, et j’espère que vous tiendrais la vôtre. Un chemin a été dégagé en direction de la porte, vous y arriverez très vite, vos armes sont juste à côtés.

- Nous tenons toujours nos promesses mais si vous vous en prenez à d'autres de nos amis celle que nous venons de vous faire n'aura plus lieu d'être. J'espére que vous saurez vous en rappeler!




Revenir en haut Aller en bas
Annabel Spence
----------------
avatar
----------------
[VIP] Annabel
----------------


Nombre de messages : 1874

Arrivé au SGC : 24/05/2007

Age du Joueur : 29


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
428/6800  (428/6800)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Jeu 10 Nov - 0:34

La douleur était devenue lancinante mais plus vraiment agressive. Ne restait que cette chaleur très intense lui parcourant la plante et les orteils. Elle voulait rester là, allonger sur le dos. Qu'on vienne la chercher et qu'on la transporte. Une voix se fit entendre, leur indiquant que leur chemin n'était pas terminé. Annabel voulut se lever mais toute force avait abandonné ses muscles. Elle regardait le plafond, silencieuse, essayant de déterminer ce qu'elle devrait faire dans les prochaines secondes. Un souvenir s'imposa alors à elle, le souvenir de sa mère étendue sur un lit, ayant la même posture et le même regard tourné vers le vide. Jusqu'à ce que la petite fille qu'elle était n'entre dans la pièce. Elle avait complètement oublié cette scène, plus utopique que réaliste à cet instant. Un léger sourire apparut alors au coin de ses lèvres, ce souvenir ayant apaisé son esprit. Elle tira alors sa force de cette aide surprenante et se redressa, regardant Matt, allongé en face d'elle. Doucement, elle retira sa veste militaire et sortit son couteau, D'un coup rapide, elle trancha le tissu des deux manches au milieu des avant-bras. Se retrouvant ainsi avec deux morceaux dont un côté plus reserré à cause du poignet, elle enfila ses "chaussettes" provisoires afin de facilité sa marche. Non sans lâcher quelques gloussements plaintifs lors de l'opération, elle finit par remettre ses rangers, l’épaisseur du tissu empêchant ses pieds de bouger dans les chaussures. Tout en laçant fortement ses rangers, elle regarda Matt et lui proposa son couteau pour qu'il en fasse de même. Elle se retrouvait ainsi en t-shirt mais vu la température de la pièce, cela ne la gênait pas tellement. C'est au moment de se relever qu'elle eut une pensée pour Becker et McNight, resté en arrière.

"J'espère que les deux autres n'ont pas eu à faire la même chose que nous ... Allez lève toi Lieutenant."

Elle lui tendit alors ses mains pour l'aider à se relever. C'est vrai qu'hésitant sur ses appuis, il est toujours plus difficile de se redresser sur ses quilles qu'à la normal. Bref, une fois les deux compères debout, ils entamèrent la suite de leur voyage. Une nouvelle salle de même taille que la précédente néanmoins, avec des picots de métal au mur. Annabel resta à les fixer, n'ayant pas vraiment comprit encore la présence de la poutre. Les petits picots l'inquiétaient un peu plus à vrai dire ...

"Heu ... j'espère que ce n'est pas ce que je crois ..."

Le déclic et le frottement de pierres derrière eux indiquant la fermeture de l'entrée indiquèrent qu'Annabel avait malheureusement vu juste. Elle regarda Matt, complètement déboussolée. Elle n'avait jamais vu les Indiana Jones, alors comment il fallait faire pour arrêter les murs ??

"Si tu as une idée lumineuse, n'attend surtout pas !!"

Matt se dirigea alors vers la poulie et chercha le moyen de se protéger, imité par Annabel, le suivant comme un miroir pour trouver la solution. Au bout de quelques secondes et alors que les murs continuaient à se rapprocher, et à force de chercher, les deux compères réussirent à comprendre le système et s'employèrent à actionner le mécanisme. Malheureusement pour elle, Annabel, même en ayant gardé un bon entrainement, ne possédait une force physique extraordinaire, surtout dans les biceps. Elle faisait du mieux qu'elle pouvait pour tirer mais ses mains glissaient plus sur la corde, lui écorchant au passage la peau, que vraiment s'agripper pour tirer.

"J'y arrive pas !! Mes mains glissent et n'adhèrent pas !!"

Dans un élan désespéré en ressentant les picots presque dans son dos, Annabel sauta pour s'agripper de tout son poids sur la corde et ainsi pouvoir tirer dessus avec plus de puissance. Finalement, les efforts conjugués des deux militaires firent que les murs se stoppèrent puis s'écartèrent d'eux, dans un grincement assez désagréable. Annabel retomba alors sur ses fesses, ses pieds ne voulant plus la supporter et ses mains lui brulant. Elle les leva devant son visage, admirant les lacérations causées par le frottement de la corde, des ampoules avaient éclatés et la peau s'était arraché sur certains bord. Cela lui rappelait atrocement ses journées à la mine de Naqqadah et alors que ses mains commencèrent à trembler, les larmes finirent par monter et glisser sur ses joues. Le fait d'avoir de nouveau la vision de ses mains dans cet état était vraiment insoutenable pour elle, elle se croyait loin de Nebek mais plus elle y croyait et plus la réalité la ramenait à cet épisode. Elle remarqua alors que Matt l'observait et croisant son regard, elle se reprit, essuyant ses pommettes du revers de ses mains. Elle avait envie de lui expliquer et en même temps, la gène la poussait à se lever et à passer à autre chose. Non sans beaucoup de difficultés, la jeune femme réussit tout de même à se relever et, attendant son lieutenant, pris ensuite la direction de la prochaine pièce, reniflant de temps en temps afin de faire cesser ses larmes. Elle essayait de se convaincre que tout était finir, que Nebek était derrière elle ... Bizarrement, cette méthode ne semblait pas très efficace mais c'était la seule qu'elle possédait en réserve. Bref, tout deux arrivèrent à l'épreuve suivante qui était ... passer un pont. Après les deux épreuves précédentes, simplement passer un pont surprenait un peu la jeune femme mais après tout ... Cette planète semblait vraiment dingue pour ne pas essayer de trouver un minimum de logique dans tout ce qui s'était passé. Matt prit alors les devants, et surement qu'il remarqua son air interrogatif parce qu'il lui tendit le bras, la main étant trop abîmé. Un peu surprise mais appréciant le geste, Annabel claudiqua jusqu'à lui et pausa son avant-bras dans la boucle que formait le bras du Lieutenant. Ils avancèrent alors à leur rythme sur le pont jusqu'à ce qu'un bruit pas très sympathique se fit entendre derrière eux. Annabel se retourna pour voir l'origine de ce craquement mais elle se sentit tirée par Matt et embarqué par ce dernier, se mit à courir, ou plutôt claudiquer très vite, alors que le pont s'écroulait derrière eux. La fin de la course fut rapide, et se termina en un saut pour atterrir durement sur le sol. Annabel se retenait de lâcher un hurlement, tellement ses pieds lui faisaient mal. Mais c'est quand elle voulut se redresser qu'elle remarqua que sa main était collée dans celle de Matt. Elle le regarda alors, se demandant comment elle n'avait pas pu s'en rendre compte avant ... Car ce n'était pas le geste qui la gênait le plus, à vrai dire, c'était plus le fait de devoir les décoller sans laisser des bouts de chairs dans la paume de l'autre.

"A franchement !! Merci les réflexes ..."

Elle serra alors ses doigts autour de la main du jeune homme afin que le contact entre leur paume ne bouge pas trop pendant qu'elle essayerait de s'asseoir correctement pour mieux réfléchir au problème. Une fois bien installé, Annabel éloigna sa paume de celle de son lieutenant, non sans grimaces de douleur, et au bout de quelques secondes, les deux peaux étaient séparés. Annabel regarda alors si elle n'y avait pas laissé des morceaux mais avec le sang qui s'étaient coagulé, il y avait eu plus de "peur que de mal". Bref, au bout d'un moment, il fallut bien reprendre le chemin, en espérant que ce serait bientôt fini. Parce qu'après le combat, la chute, la chaufferie, les picots et maintenant le pont, c'était peu dire que la jeune femme en avait marre. Ils arrivèrent donc à un escalier. Elle espérait que c'était ça la prochaine étape parce que de monter les marches la faisaent pas mal souffrir. Pas vraiment pour ses fessiers ou ses quadriceps mais plutôt pour ses pieds et ses mollets. Bref, elle était derrière Matt et le fait qu'il prenne lui aussi son temps pour gravir les marches ne la gênait pas du tout, bien au contraire. Assez vite, ils arrivèrent dnas une nouvelle pièce, fort bien décorée comparée aux précédentes et à peine avaient-ils poser une semelle que la voix se déclencha. Un nouveau combat ?? Annabel désespérait. Déjà que tout à l'heure, ils étaient en pleine forme et ils avaient mangé la poussière, alors là, vu leur état, ils étaient morts ...

"Ravie de t'avoir connue camarade ... Ce fut un honneur et tout le blabla hein ??"

Contente de sa connerie, Annabel commença à avancer en direction de la prochaine pièce, à l'allure d'une mémère qui a une hanche artificielle en mauvais état et qui a perdu sa canne. Jolie tableau n'est-ce pas ?? Bref, elle finit même par se faire devancer par le lieutenant et passa après lui la porte de sortie. Et là, ce qu'elle vit la figea sur place.

"Joshua ??"

Rien que le fait de prononcer son nom la bouleversait déjà. Mais que faisait-il là ?? Et pourquoi avait-il la tête de McNight dans les mains ?? Et la l'évidence se fit. C'était lui qu'ils devaient combattre. Comme dans une scène au ralentit, elle vit Matt se précipiter sur lui. Il hurla, et se précipita vers eux. Elle voulait tout arrêté, que tout le monde arrête de se battre. Et alors qu'elle fixait le regard de l'homme pendant qu'elle le tirait en arrière vers elle, elle le vit lever son poing et rapidement se figer à son tour. Elle baissa alors les yeux et vit Matt retirer une lame ensanglantée du corps de Joshua. Un autre cri accompagna la chute du corps au sol. Annabel tomba alors à genoux et prit le visage de Joshua dans ses mains.

"Non !! Non !!! T'as pas le droit ... T'as pas le droit !!! Me fait pas ça, j'ten supplie !! T'as pas le droit !!"

Ses larmes vinrent s'écraser sur le visage de l'homme. Non, elle ne pouvait le perdre. Même si cela faisait déjà des mois qu'il était partit seul sans même lui dire au revoir, il l'avait abandonné. Mais sa colère et sa tristesse ne pouvait résisté face à la réalité de le perdre définitivement. Plus rien n’existait autour, plus de survie, plus de mains ni de pieds ensanglantés. Mais alors qu'Annabel retenait avec forte difficulté ses larmes, elle vit les yeux de Joshua s'illuminer. Ce surprenant évènement eu pour effet de bloquer la jeune femme. Plus de larmes, plus de couinements, plus de respiration. Elle eut un mouvement de recul et regardait avec effarement l'homme en face d'elle, qu'elle ne reconnaissait plus comme étant son Joshua. Bien entendu, les résidus de goa'uld avaient été enlevé, c'est pour cela qu'elle ne pouvait plus percevoir la présence d'un symbiote proche d'elle. Mais que Joshua soit devenu un ... un .... Elle recula encore, restant à fixer le jeune homme dans les yeux, n'ayant que faire du goa'uld entré dans la pièce ou de ses autres compagnons. Comment avait-il pu lui arriver cela ... C'est alors qu'elle remarqua du coin de l’œil Matt se pencher sur Joshua et commencé à le soulever. Annabel se rapprocha et se saisit de son bras libre mais bien vite, ils furent tous deux arrêtés dans leur mouvement par le Goa'uld. Excédée, Annabel ne se rendit même pas compte qu'elle s'était relevé d'un coup et faisait face au goa'uld.

"Al'Shak Ha'shak !! Kal'Mak o Kel' Mar' Tokeem. Kree'Ol'Na !"

Le goa'uld s'inclina et Annabel repartit, claudiquant, vers le corps inerte de Joshua. Il aura une sépulture décente sur Terre si il ne survivait pas, et si c'était le cas, elle pourrait demander à Sorrens son aide pour extraire le symbiote. Pour sur qu'elle n'allait pas le laisser là, qu'il soit d'accord ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Matt Eversman
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 6164

Arrivé au SGC : 07/02/2009

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
855/3200  (855/3200)

MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   Sam 12 Nov - 16:14

De nombreux picotements se faisaient ressentir au niveau de ses pieds. Ressentir le verbe n’était peut-être pas bien choisi car Matt avait l’impression d’être un peu dépourvu de pieds à ce moment précis et ne pouvait s’empêcher de grimacer lorsque celle-ci surgissait brusquement. Ils étaient tous les deux allongés, repoussant le plus longtemps possible le moment où ils devraient se tenir debout. Une voix leur avait demandé de continuer… Peu importe, le Lieutenant n’était pas décidé à bouger de là mais Spence commença à s’agiter fabricant de petites chaussettes avec sa veste. L’idée était loin d’être idiote et il s’empressa de faire de même lorsqu’elle lui tendit son couteau. Le pire restait à venir, se remettre sur pied. L’opération fut délicate et une fois réussi, Matt ne rêvait que d’une chose, un bon bain et il y pensait tellement qu’un léger sourire apparu sur son visage avant de disparaitre suite à son premier pas.

« J’ai rarement autant désiré une bonne paire de tong… » Eversman préférait ne pas penser à l’autre duo, leur propre situation était déjà complexe alors si imaginer le reste. Avec une démarche assez improbable, les deux pénétrèrent dans une autre salle. Le regard du Lieutenant resta un bon moment sur les pics, prêt à les embrocher avant de suivre des yeux les différents éléments, cordes, poulies, poutre… Annabel exprima exactement sa pensée à haute voix et l’instant d’après la pièce rétrécissait. Un vrai film d’horreur.

« Il doit y avoir un moyen de stopper ça !! » dit il paniqué. Le gradé se rua vers les éléments accessibles, commençant de suite à bidouiller dans la poulie tirant dans tous les sens, essayant de la bouger mais rien. Difficile dans ce genre de moment de ne pas céder à la panique, Eversman suivit des yeux les deux cordes marquant de la poulie, l’une vers les pieux, l’autre allant jusqu’à une poutre d’où partait deux cordes. La solution était trouvée.

« TIRE SUR LA CORDE ! » lui ordonna-t-il, le ton de sa voix beaucoup plus fort signalait clairement qu’il était loin d’être très calme. Qui l’aurait été en même temps ?! Eversman commença de suite à tirer de toutes ses forces sur celle-ci mais les heures précédentes n’avaient pas été de tout repos et la corde semblait peu bouger. Ses mains se cramponnaient sur la corde, il ne la lâcherait pas, peu importe la douleur, il ne pouvait pas finir empaler sur un pieu. Diverses techniques furent passées au crible, celle de passer la corde au niveau de l’épaule mais cela demander de bons appuis plantaires, raté. Matt opta pour attraper la corde le plus haut possible avant de tirer de toutes ses forces et s’aider de son poids pour y arriver jusqu’à avoir les fesses au sol. La deuxième fois fut la bonne et un petit déclic se fit entendre stoppant l’avancée des pieux.

Le Ranger resta sur ses fesses, à court de souffle et abasourdi par la situation dans laquelle ils venaient d’être plongé. L’espace de quelques minutes, ils avaient déjà fait face à deux situations mortelles. Beaucoup pour deux Hommes… Ses mains n’étaient guère dans un meilleur état que ses pieds. Celui-ci retira les quelques brins de cordes avant de jeter un regard vers sa compagnon de galère. Quelque chose n’allait pas chez Annabel, pensive, une certaine lueur de tristesse sur son visage et Matt était à peu près sûr qu’il n’y avait pas que les dernières épreuves. Lorsqu’il croisa son regard, celle-ci s’empressa de changer d’attitude et le Lieutenant finit par se relever à son tour ce qui fut encore plus difficile qu’avant, ses mains n’étant plus de bons appuis.Néanmoins lorsqu’il passa à sa hauteur, il ne put s’empêcher de laisser sa main se balader l’espace d’un instant sur l’épaule de celle-ci avant de continuer sur quelques pas.


« On est parvenu à s’en sortir jusque-là…On y est parvenu à deux. C’est pas le moment de lâcher… » Déclara-t-il avec un éphémère sourire aux lèvres afin de l’encourager à avancer. Rester là ne servait à rien et ne les ramènerait pas sur Terre. Sur le chemin, il fit quelques mouvements pour détendre ses bras engourdis par l’effort et espérait de tout cœur que tout était fini. Raté… Une nouvelle salle. Un pont les séparait de la porte d’en face. Par curiosité, Matt jeta un coup d’œil à ce gouffre, il n’en voyait pas la fin ce qui donnait un grand sentiment de sécurité, d’assurance. Bon, ils n’avaient pas le choix de toute façon et le Lieutenant posa un pied peu assuré sur les planches de bois. Celles-ci supportaient son poids néanmoins il ne faisait pas son fier et avait hâte d’en finir mais Spence semblait encore moins rassuré que lui et il lui tendit la main.
La relation hiérarchique entre les deux, elle avait volé en éclats depuis quelques temps maintenant et Matt agissait plutôt en ami qu’en supérieur. Les deux étaient en pleine progression lorsqu’un craquement sinistre retentit. Pas le temps de se retourner, il se mit à courir le plus vite possible vu l’état de fatigue et de ses pieds entrainant avec lui sa coéquipière. L’envie de vivre, de survivre leur donnait la force suffisante d’enchainer les pas, de continuer malgré le contact entre le cuir des rangers et leur pieds maltraités. Cela se finit par un plongeon digne des films d’action et l’instant d’après, plus de pont. En plus de l’atterrissage sur un sol dur, les deux militaires eurent une nouvelle surprise, leurs mains s’étaient refermés l’une sur l’autre… Normalement ce geste aurait pu les gêner mais là chacun pensait plutôt à comment les séparer et garder un peu de peau.
La situation fut rapidement résolue et les voilà devant une autre épreuve, un escalier… Impossible d’en voir la fin. Eversman soupira bruyamment, il n’en pouvait plus et se demandait bien comment ses pieds allaient le porter. L’entrainement des Black Eagle, un pipi de chat à coté de ça…


« 55…56…57… » Matt avait arrêté de compter le nombre de marches surmontées, il se contentait de les enchainer les uns après les autres marquant parfois une bonne pause mais il arriva en haut à court de souffle avec l’impression d’avoir réalisé un marathon ou du moins d’être dans le même état. Tout en essuyant la sueur d’un geste du bras, ses yeux balayèrent la salle richement décorée, tout le contraire des précédentes. La fameuse voix leur annonça un nouveau combat, la réplique d’Annabel qui suivit manqua de le faire éclater de rire sauf qu’à bout de souffle cela lui déclencha une quinte de toux. Des bruits de lutte, des cris se faisaient entendre, Matt accéléra l’allure et là la vision le stoppa net dans son élan. Julia et Matthew étaient en train d’affronter un homme ou plutôt étaient en train de prendre une bonne raclée.

« LACHE LES !!! » rugit-il en voyant ses subalternes en mauvaise situation afin d’attirer l’attention de leur agresseur et là, stupéfaction en découvrant le visage d’un homme porté disparu depuis 2 ans à peu près… Non ce n’était pas possible, cet homme était disparu, il n’avait plus de contact depuis Nebek et pourtant… Le combat reprit pourtant et cette fois, Eversman participa se ruant sur l’ex membre du programme SGC en exécutant un beau plaquage. Se relever était toujours quelque chose de délicat et l’ennemi fut beaucoup plus rapide, bien décidé à en découdre avec lui désormais.

« On est de la Terre, du Stargate Command !!! On est avec… » Un coup en pleine face l’empêcha de finir sa phrase le renvoyant dos contre terre. Le niveau de fatigue était tel qu’à quatre contre un, l’équipe avait toutes les peines pour le maitriser et Matt planta sa lame crantée dans le dos de son adversaire, l’enfonçant de tout son long avant de la retirer de suite dégoulinante de sang. Son coup avait le mérite de le calmer et il laissa les autres se précipiter vers lui pour le maitriser et apporter les soins.

Haletant, le Ranger avait toujours le couteau entre ses doigts, les yeux rivés sur Spence qui était dans un état très proche du désarroi total. Ce dernier repensait à son geste, il ne pouvait pas être mortel, pas à l’endroit visé… Il aurait certainement pu faire autrement, le maitriser avec l’aide de Mcknight mais il avait saisi la première occasion pour stopper le combat. Le nom de ce soldat, Matt ne l’avait plus en tête…


« Maitrisez le ! » ordonna-t-il lorsque ses yeux se mirent à briller tel un goa’uld. Lui-même se précipita pour l’immobiliser afin d’éviter tout nouveau problème, lui saisissant fermement le poigné avant de le relâcher pour appuyer de son coude sur son dos, le temps qu’on lui passe un joli collier en plastique. La suite fut assez étrange et Matt n’avait pas trop compris, les seules choses qui le préoccupaient : rentrer sur Terre et ramener cet ancien soldat avec eux. Il se pencha pour relever leur « prisonnier » aidé par Spence, chose qui déplut.

« Cet homme revient avec nous… Il n’y a pas à discuter sur ce point… »

Le retour se fit assez lentement, toute l’équipe était crevée et chacun raconta ses épreuves. Matthew & Julia n’avaient pas été épargnés, quoique ils n’étaient pas en aussi mauvais état qu’eux. Ils se relayèrent pour porter Bentley jusqu’à la Porte des étoiles ayant hâte de rentrer chez eux.

Revenir en haut Aller en bas
http://poudnoir.goodforum.net/index.htm
Contenu sponsorisé
----------------

----------------
----------------



MessageSujet: Re: MJ Test by Shepp - Chimères   

Revenir en haut Aller en bas
 

MJ Test by Shepp - Chimères

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mission Stargate ::  :: ~ Missions planétaires terminées ~-