Mission Stargate
Bonjour et bienvenue sur Mission Stargate, l'une des références des forums basés sur l'univers de la célèbre série Stargate SG-1 !

Inscrivez vous sans plus attendre en entrant un nom et prénom valides ! Créez ensuite la présentation de votre personnage (à l'aide de la fiche de présentation type) afin de commencer cette superbe aventure !

Délires, ambiance et émotions assurés sur Mission Stargate Wink
On vous attend !
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

๏ Le forum a 9 ans !! || Version 5.9 || Le Staff de Mission Stargate vous remercie de votre fidélité ! ๏


 

Partagez | 
 

 MJ Alek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Aleksandr Lekaterina
----------------
avatar
----------------
Sous Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 8245

Arrivé au SGC : 27/12/2006

Age du Joueur : 28


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 38 ans
Profession:
๏ Expérience:
518/3200  (518/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Jeu 5 Mai - 14:37

Evans, Anthony et Matt :

Ils étaient tous regroupé dans la chapelle. Le calme semblait être revenu dans la ville, les tirs ne se faisaient plus entendre. De leur côté, les terriens se regroupèrent à côté de l'autel et chacun pouvait ressentir les conséquences de ce combat. Evans commençait à avoir mal partout dû à son vole plané dans une maison, Lang avait la mâchoire douloureuse et enfin Eversman avait toujours une sacré douleur dans le dos. Enfin, le groupe s'en était plutôt bien sortit. Tous, enfin presque tous, étaient présent et ils allaient pouvoir continuer la mission première comme l'avait demandé le Général. Ils étaient venu en aide à ses habitants contre Bill le Damné et maintenant, il ne devait plus poser trop de problème. Enfin, c'était une hypothèse car comment savoir si il était bel et bien mort ? Aucun d'entre eux ne pouvait l'affirmer réellement.

Soudain, quelque chose traversa l'un des carreaux de la chapelle pour s'écraser au sol et enflammé le chapelle. D'autre suivit et les terriens comprirent rapidement qu'il s'agissait de cocktail molotov. L'endroit commençait à prendre feu rapidement et la fumé rendait le lieu irrespirable. Il fallait donc sortir le plus rapidement possible. Mais ce n'était pas de tout repos car le feu rendait la progression contraignante. Mais le groupe finit par sortir et une fois dehors, plusieurs armes se levèrent et les braquèrent en même temps. Surprit, ils eurent pas d'autre choix que de lever les bras en signe de non-résistance. Puis, un homme arriva et descendit de son cheval. Tous s'écartèrent de son chemin, les terriens n'eurent aucun problème à comprendre qu'il s'agissait de Bill. Celui-ci s'avança juste devant les militaires...


- Ainsi, voici les types qui ont eut la stupide idée de m'affronter. Vous ne savez pas à qui vous avez affaires à ce que je vois.


Cette voix grave, les terriens l'avaient déjà entendu mainte fois. Bill le Damné était au final un Goa'uld. Surprit ou non, l'équipe comprenait mieux pourquoi les jaffas tentaient de fuir cet endroit à tout prix...

- Vous avez causé beaucoup de perte dans mes rangs mais je vois que vous avez rendu ce village à la désolation.
- On ne voulait pas les aider Bill, ils nous ont forcé a...

Le type n'eut pas le temps de terminer sa phrase que le Goa'uld le tua sur le champs. Mais d'autres personne étaient légèrement plus long, observant la scène avec peur et crainte. Visiblement, l'arrivée de Bille le Damné avait rendu ses villageois complètement inoffensif et docile.

- Cependant, je ne vais pas vous tuer. Non !!! Cela faisait beaucoup trop longtemps que personne n'avait osé m'affronter et je commençais à m'ennuyer d'ailleurs. Alors, cinq ou plutôt six en comptant celui que j'ai dans mon camps. Six personnes comme vous, osant me défier, je vais pas vous tuer. Je vais vous laisser une chance de venir chercher votre ami. Soudain, des hommes saisit des femmes et enfants du villages. Je vous laisse jusqu'au petit matin pour venir à mon fort pour une confrontation digne de ce nom. Sinon, je tue un villageois à chaque heure dépassait. A vous de choisir maintenant.

Puis Bill partit aussitôt avec ses hommes, laissant le villageois dans la plus grande crainte. Mais aussitôt une menace partit, le groupe devait en affronter une autre, les habitants. On pouvait voir dans leur yeux, un regard de haine. Ils prenaient les terriens responsable de leur malheur. Agrippant fermement leur arme, les villageois voulaient abattre les militaires sur le champs. Mais un homme s'interposa, évitant un bang de sang.

- Mes amis calmons-nous !!! Vous avez entendu Bill ? Il les veut vivant et si on les tue maintenant, on aura plus aucune chance de revoir nos ami.
- Tu prends partie pour ses gens William ?
- Je fais surtout ce qui est bien pour notre village.
- Mouais... Qu'on les revoit plus jamais ici.


Plus la foule se dispersa. Il était moins une. A peut de chose prêt et c'était une véritable boucherie. Matt s'approcha de ce William et commença à le remercier de son aide. Evans répliqua aussitôt en précisant la légère bavure du maire en faisant exploser le saloon beaucoup trop tôt. Puis, ce fut au tour de Martinez.

- Sergent Eversman, on ne devrait pas rester ici. Si on veut récupérer Hale vivant, on doit se mettre en route. J'ai découvert où se trouve leur fort, je pourrais nous y conduire.
- De plus, on a fait assez de mal à ses gens pour ne pas leur venir en aide Sergent.
Rétorqua Dzëko.
- Vous nous devez bien cela messieurs. Et je viens avec vous si vous partez affronter Bill.

Le groupe pouvait retourner à la porte des étoiles et laissait ses pauvres gens à leur triste sort ainsi que Hale. Ou bien, leur venir en aide et réparer les torts qu'ils avaient commis. Le choix revenez à Evans et Eversman, seul eux pouvaient en décider autrement.


Nathan Hale :

L'évasion fut facile, et faire exploser ce camps, encore plus facile. Hale était sortit de ce fort sans trop de difficulté malgré une jambe blessé. Il faut dire que ses types n'étaient pas des professionnels. Que pouvaient ils faire contre un homme comme lui ? Quelqu'un de sur-compétent et dont personne ne peut l'arrêter. Partant au galop jusqu'au village, il pu entendre le camp exploser derrière lui. Un petit sourire sur le visage, il s'imaginer déjà Evans le féliciter de sa prouesse et le Général O'Neill lui dire des compliments sur son travail qu'il appréciait. Il fallait pas lui en vouloir, il était un solitaire. Soudain, sur sa droite, quelque chose apparut, un ours leur foncé droit dessus. Hale se laissa tomber sur la gauche pour éviter les griffes acéré de la bête. Le petit vieux n'eut pas le même réflexe et il se fit déchiqueté en un coup. Nathan se releva, observant la bête. Le Navy Seal avait fait tombé son arme et n'eut pas d'autre choix que d'affronter la bête à main nue. L'homme se jeta alors sur l'ours, lui mettant plusieurs coup d'affilé mais la bête était robuste et elle répliquait aussitôt. Mais alors que Hale commençait à avoir le dessus, un terminator fit son apparition également, ainsi qu'un dragon dans le ciel. Cela ne faisait absolument pas peur à Hale qui engagea le combat quand soudain...

- Réveille toi l'étranger !!!!!

Hale fut brusquement réveille par un saut d'eau dans la gueule. La réalité le rattrapa et malgré son attelle à la jambe, celle ci lui fit extrêmement mal. Il avait beau être militaire, une balle, ça ne faisait jamais du bien. Puis, deux hommes l'attrapèrent pour visiblement l'amener quelques parts. En se faisant amener, Nathan remarqua que le fort était beaucoup mieux gardé que dans son rêve et qu'il y avait des types avec des armures en forme de serpent. Puis, on le mit devant un type assis sur une sorte de trône en or, cela devait surement être ce Bille le Damné. L'homme se leva et avança vers Hale...

- Toi... Tu n'es pas d'ici. J'ai rencontré tes petits amis au village. Ils ont pas fait du bon travail là-haut, la moitié du village était en feu et surtout, ils ont mis en danger ses habitants.

Le type leva la tête et pointa du doigt plusieurs personne. Hale s'en fichait complètement et tenta de se lever pour prendre en otage leur chef. Mais sa vitesse était beaucoup plus réduite dû à sa blessure et Bill pu anticiper sa démarche. L'homme pointa sa main au face du visage de Hale, il posséder une sorte d'objet et soudain, Nathan ressentit une atroce douleur dans le crâne. Il n'avait jamais ressentit quelque chose d'aussi violent. Une fois le supplice terminé, Hale tomba au sol en se tenant la tête. Cette sensation était vraiment horrible.


- Tu viens de commettre une grosse erreur l'ami. Voilà ce qui va arriver par ta faute.

Bill fit signe à ses hommes et on lui ramena une fillette devant le terrien. Hale, toujours sous le choc de sa torture, ne comprenait pas vraiment où voulait en venir le Cow-boy. La fillette était en pleur et regardait Hale dans les yeux quand soudain. Un coup de feu retentit et la gamine tomba au sol, les yeux exorbitaient et vide de toute vie. Le Navy Seal avait vue des gens mourir, des types le regardaient dans les yeux durant leur dernier souffle de vie. Mais ce fut la première fois pour lui, qu'une fillette qui n'avait jamais rien demander à personne, le suppliant de l'aider dans son regard, mourrait devant lui sans pouvoir rien y faire.

- Voilà ce qui arrivera si tu tentes à nouveau quoi que ce soit. Sinon, d'autre petites filles comme elles mourront par ton insolence.

Hale observa Bill avec toute la haine qui pouvait avoir. Cette gamine n'avait absolument rien demandé et elle venait d'être abattu froidement. Puis, Nathan fut saisit de nouveau et amener dans sa cellule une nouvelle fois. Mais maintenant, qu'allait il faire ? Tenter de s'évader et faire tuer tout les prisonnier ? Ou attendre les secours ? Car après tout, même si il est souvent en désaccord avec le reste de l'équipe. Ils doivent avoir la même devise, "O n'abandonne pas un coéquipier". A savoir si ils le considéraient comme un coéquipier malgré ses débordements.


[Voilà voilà. Bon, on s'approche de la fin. Si vous avez des questions n'hésitez pas. Et bien évidemment, restez réaliste Wink . Vous avez une semaine pour répondre, BON RP]

_________________


Nationalité : Russie, États-Unis
Matricule : AL-1973-512
Grade : 2nd Lieutenant
Fonction : Tireur d'élite
Arme de prédilection : Steyr SSG-69

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Josh Reynolds
----------------
avatar
----------------
Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 7724

Arrivé au SGC : 13/01/2009

Age du Joueur : 24


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
645/3200  (645/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Ven 6 Mai - 3:46

Evans garda pendant quelques longues secondes les yeux rivés sur le corps du cow-boy qui venait d’être abattu et qui avait failli le tuer à sa place. Il ne sortit de ses pensées que lorsqu’il entendit une voix familière le sermonner : c’était celle de Matt. Il était donc de nouveau conscient – Dzëko avait peut-être su se montrer efficace pour une fois ?

- Et toi je te rappelle que tu me dois toujours un restaurant, alors on va dire qu’on est quitte… Par contre, ce que je voudrais bien, c’est que DZËKO RAMENE SES FESSES ICI POUR M’AIDER ! cria-t-il pour qu’elle l’entendît où qu’elle fût. Assis par terre au milieu de l’allée centrale, quasiment en face de Matt qui lui était adossé contre l’autel, le médecin grognait en attendant Dzëko, quand finalement son ami le prévînt qu’il venait de l’assommer. Pardon ?!

Leur situation allait de mieux en mieux, visiblement… Evans allait donc devoir se relever tout seul pour aller, une fois de plus tout seul, chercher le matériel dont il avait besoin dans le sac laissé derrière l’autel… Le militaire se remettait donc douloureusement debout quand il entendit derrière lui Lang faire son apparition. La bonne nouvelle était qu’apparemment il était revenu avec Martinez ; son escapade à travers les bois lui aurait donc au moins été utile pour quelque chose !

- Ben pour moi elle l’est, répondit froidement le sergent quand on fit mention de l’absence de Hale. Insubordination, abandon de ses coéquipiers en milieu hostile, voie de fait sur un officier, agression, désertion, mise en péril d’une mission participant à la survie de la Terre… Ca fait déjà deux crimes et quasiment une trahison. Donc oui, l’équipe est au complet. Maintenant vous venez m’aider au lieu de vous tourner les pouces ?

Hale l’accompagna alors jusque derrière l’autel, où Evans en profita en se mettant dans la position la plus confortable qu’il trouva pour regarder l’état de Dzëko, toujours inconsciente. Il attrapa le sac médical le plus proche – c’était en fait le sien –, s’empara d’une petite lampe toujours utile et souleva les paupières de la femme.

- Les pupilles sont réactives… C’est bon signe. Il rangea sa lampe et la secoua légèrement – sa patiente, pas la lampe –. Hé oh ! Dzëko ! Ca y est, ‘faut sortir du monde des Bisounours !… Ah ben quand même ! Ca passionne tant que ça les peluches ?

- Qu… quoi ?

- Nan rien, oubliez ça… Lang ! Allez jeter un œil à mon G36, il s’est enrayé.

Le toubib en profita alors, pendant que Dzëko reprenait ses esprits et allait s’occupait d’Eversman, pour s’examiner lui-même. La balle était ressortie de la cuisse, donc il n’y avait qu’à stopper l’hémorragie, ce qu’il fit avec un bon vieux bandage qui avec un peu de chance résisterait jusqu’à la fin de la mission. Il perdrait toujours du sang et sentirait encore largement la douleur, mais ça serait suffisamment supportable pour lui permettre de ramener tout le monde sur Terre. En tout cas, vu l’état de Matt, ça n’allait pas être lui qui allait prendre les rênes, ça c’était sûr… De toute façon sa blessure restait grave, donc en tant qu’officier médical c’était à Evans de prendre le commandement même si Matt était conscient. Et ça ne l’enchantait pas vraiment vu la tournure que prenait la mission… Comme il l’avait si bien dit déjà deux fois auparavant : des recrues dans les parages signifiaient forcément des problèmes supplémentaires, et encore une fois ça n’avait pas loupé ! La première fois Adama les avait fait repérés ; la seconde fois, eh bien… Hale les avait fait repérés.

Un bruit de verre cassé interpella soudain le docteur Dablord, encore occupé à ranger le matériel qu’il avait dû sortir.

- J’espère que vous n’êtes pas en train de casser mon arme, Lang…

Il eut malheureusement vite confirmation que son arme était en parfait état : non, c’étaient ‘simplement’ des cocktails Molotov.

- Dzëko, Lang ! se rattrapa-t-il soudain dans la précipitation. Faites sortir Eversman d’ici !

Se relevant vivement, Evans attrapa les deux sacs médicaux posés à côté de lui et suivit ses compagnons à l’extérieur. La chapelle prenait très vite feu, ce qui rendit l’air rapidement irrespirable. Heureusement le lieu n’était pas bien grand et il ne leur suffit que d’une minute pour sortir, même à l’aveuglette. Ils arrivèrent sur les marches de la chapelle en toussant, Evans claudiquant, les yeux complètement fermés. Quand il les rouvrit en se les frottant à cause de la fumée, il s’aperçut que beaucoup de personnes les entourait. Non pas des villageois cherchant à éteindre l’incendie, comme ils auraient pu s’y attendre, mais plutôt des hommes armés, qui s’identifièrent vite comme appartenant à la bande de Bill le Damné.

- C’est bon, c’est bon, répliqua Evans quand on leur ordonna de se rendre. Ah, enfin ! Billy ! s’exclama-t-il en voyant un nouveau cow-boy descendre de cheval juste devant eux. Comment va ce bon vieux Billy ?

L’effronterie dont il faisait preuve disparut bien vite quand il entendit la voix du fameux ‘Billy’. Une voix grave, des yeux noirs, un rire sadique, un sentiment de supériorité… Nul doute que c’était un Goa’uld. Voilà donc ce que fuyaient les Jaffas. Et apparemment, le téméraire Hale s’était à son tour fait prendre… Superbe démonstration d’intelligence.

- Au moins maintenant on n’a plus à l’chercher… chuchota-t-il à ses coéquipiers en souriant.

Et à présent, ils avaient toute la nuit pour aller au fort – fort ? Ca, ça voulait tout dire ! – et jouer aux cow-boys avec Billy. La bande de méchants disparut ensuite dans la seconde, tellement pressés de revoir leur cabane préférée… Ce fut alors aux habitants de se montrer ingrats face à tout le travail que s’était donné Evans pour sauver leur misérable peau.

- Je tiens juste à signaler que si môsieur le maire n’en avait pas fait qu’à sa tête, on aurait peut-être pu se débarrasser de toute cette bande d’une façon un peu plus raffinée… Le C4, c’était ce qu’on appelle communément « un plan B » ; c’était pas destiné à être un plan A foireux…

Visiblement, les villageois n’étaient pas tellement adeptes de l’alphabet. Dommage pour eux, ça aurait pu leur servir. Martinez en profita à ce moment-là pour rappeler leurs priorités : à savoir Hale. Depuis quand avaient-ils prévu de sauver Hale, au fait ?

- Une petite minute ! D’une, on n’est pas responsable des malheurs de ces gens ! Mettez-vous bien ça dans la tête : ce sont eux qui ont voulu qu’on se charge de leur protection, et maintenant ils ne sont pas contents ! Nous on ne leur a rien demandé, alors ne venez pas me dire qu’on leur « doit » quelque chose ! De deux, jusqu’à preuve du contraire, on n’a jamais parlé de récupérer Hale « vivant » ! Si on ramène sa dépouille à la base, déjà, ça sera bien… Et enfin, au cas où ça ne vous sauterait pas aux yeux, le sergent Eversman est dans un piteux état. Je suis sûr que si je lui souffle dessus il tombe par terre comme une merde ! Pardon : ‘comme une vieille crotte’. Bref, ce n’est pas à lui de décider, et je décide qu’on aille au fort. Non pas pour nous faire pardonner, non pas pour sauver Hale, mais seulement – et je dis bien seulement – pour voir ce que va se manger Hale avec O’Neill. Je suis sûr que ça va être marrant… Par contre, avant toute chose, on va à la Porte des Etoiles. A l’heure qu’il est…

// Sergent Dablord ? Ici le caporal Mercer. Les renforts que vous avez demandés sont là. Où est le sergent Eversman ? //

- … les renforts sont sur le point d’arriver, effectivement. Ben dans l’doute profitons-en pour faire nos p’tites emplettes pour une infiltration parfaitement maîtrisée ou un massacre en règle…
// Caporal,
reprit-il en activant sa radio, ne bougez pas, on vous rejoint dans… disons, une demi-heure. Profitez-en pour recontacter la Terre : on a besoin de quelques pains de C4 supplémentaires, de fusils de précision, de M60 si vous avez oublié ça dans vos bagages, et enfin d’embouts silencieux pour tout le monde. Terminé. //

Souriant suite à cette bonne nouvelle, Evans regarda béatement ses coéquipiers avant de leur faire signe qu’il fallait y aller. Lui et Dzëko porteraient Matt pour aller plus vite, pendant que Lang et Martinez couvriraient leurs arrières. Ils allaient d’ailleurs partir quand le toubib repensa à une chose… Il se retourna alors vers William.

- Ah, euh… Non. Vous, vous restez ici. Amusez-vous bien !

Laissant William à son sort dans le village, Evans attrapa Matt en-dessous des bras, l’objectif étant de le maintenir suffisamment à l’horizontale pendant tout le trajet pour qu’il souffrît le moins possible, et donc en plus de ne pas les faire repérer en criant, qu’ils avançassent plus vite. Néanmoins dès le départ le médecin s’écroula sous le poids de Matt, le faisant tomber sur lui la tête dans la sable.

- Tu te gaves d’hamburgers ou quoi ? Comment ça s’fait que tu sois si lourd ?! Je suis sûr que tu l’as fait exprès !

L’équipe de choc relevée après de périlleuses acrobaties – Evans essayant de se dégager de sous Matt alors que Matt avait les jambes coincées sous Dzëko –, le docteur Dablord décida de faire autrement : échanger sa place avec Lang, qui aurait le privilège de se coltiner son supérieur pendant une demi-heure de marche à travers la forêt. Chouette balade en perspective !

Ainsi, au bout de finalement près de quarante minutes de péripéties marquées par les interminables gémissements d’Eversman, ils atteignirent tout de même la Porte des Etoiles. Evans était usé, et il fut donc content de voir que les renforts envoyés constitués de dix militaires – dont deux médecins – avaient avec eux tout le matériel supplémentaire qui avait été demandé. Celui qui se nommait Mercer, apparemment le meneur du groupe, leur demanda alors qui ils étaient ; il fallait dire que leur petite bande ne paraissait pas très professionnelle vu leur allure respective… Pour simple réponse, le docteur se lança dans une très brève présentation appuyée de désignations en correspondance.

- Le chef, le pisteur, le blessé, le porteur de blessé, la nourrice.

Et maintenant, il était temps de mettre à exécution le plan dont ils avaient discuté en marchant dans la forêt !

- Bon, je vous fais le topo. Notre dernier équipier – nom de code : Vermine – est retenu en otage par un Goa’uld dans un fort à environ deux heures d’ici, d’après Martinez. Comptons deux heures et demie avec notre blessé. On va néanmoins se séparer en deux groupes distincts dès maintenant. Le groupe Alpha sera dirigé par le sergent Eversman depuis son brancard. Il sera constitué du caporal Mercer, d’un médecin, de Dzëko, ainsi que de quatre autres hommes. Le groupe Béta sera le mien, et je prendrai bien évidemment tout le reste du monde, ‘y aura pas de discrimination… Alpha va donc prendre avec lui les trois fusils de précision et les deux M60 et se positionner à l’Ouest et à l’Est de l’entrée principale du fort, en ayant auparavant pris le soin de disposer à 500 mètres de là deux ou trois pains de C4. Pendant ce temps, Béta va se mettre à la recherche de l’entrée d’un éventuel tunnel ou d’anneaux de transfert… Je vous rappelle que notre ennemi est un Goa’uld : il y a donc de fortes chances à parier qu’une entrée du fort – ou plutôt une sortie, en fait – est dissimulée dans les environs de la Porte des Etoiles, surtout si ledit fort est à deux heures d’ici. Le principe est donc simple : quand cette entrée sera découverte et qu’Alpha sera en position – le code sera deux raclements de gorge dans la radio –, Alpha déclenchera l’explosion du C4 en abattant en même temps les gardes postés sur les tours de guet. Pendant ce temps, Béta pénètrera à l’intérieur du fort pour neutraliser les gardes à proximité. Le seul effet de surprise dont nous pourrons tirer avantage, c’est l’infiltration par un tunnel ou des anneaux de transfert, donc il faudra veiller à ne pas se faire repérer. Ils nous attendent, ne l’oubliez pas, et comme ils ont l’un des nôtres et son équipement ça sera silence radio. Mais évidemment, si une position est dévoilée, faites feu à volonté. Ah, et que les choses soient claires : notre objectif n’est pas les gens qui pourraient être retenus en otages là-dedans… Abattez le Goa’uld, libérez les rebelles Jaffas, et surtout, neutralisez la Vermine.

_________________


>> Fiche / Dossier
>> #771215


Anciennement Evans Dablord : Fiche / Dossier
Revenir en haut Aller en bas
Matt Eversman
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 6164

Arrivé au SGC : 07/02/2009

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
855/3200  (855/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Sam 7 Mai - 14:46

« Dans tes rêves… je veux mes dollars !... Et arrête d’hurler… Dzëko est KO… grâce à moi. »

Bon pour sa défense, le Sergent l’avait pris pour un ennemi à son réveil. On pouvait donc considéré qu’il avait eu un bon réflexe, après tout il aurait pu lui enfoncer son couteau dans les côtes et là il serait encore plus dans la merde… Enfin pas sur que ce soit présent possible vu que l’équipe était assez mal en point d’ailleurs en parlant d’équipe Eversman comptait cinq membres or il était parti avec un de plus.

« Il est où… Rambo ? »

Aucune réponse durant quelques instants avant qu’Evans ne se lance dans un petit monologue ce qui lui fit comprendre qu’il semblait avoir raté quelques événements et que le Doc’ ne portait pas le Navy Seal dans son cœur. Le Ranger soupira, il en avait vraiment marre de cette mission et n’avait plus qu’une hâte rentré à la base. Tout avait encore viré à la catastrophe et la prochaine fois Général ou non, O’neill pourra se brosser pour qu’il prenne le commandement d’une équipe ou alors il avait intérêt à rajouter quelques zéros à sa prime de risques.
Après quelques minutes de soins pour tous dans un silence des plus religieux, un bruit de verre brisé les sortit de leur cocon. Les yeux se tournèrent tous vers la menace, en effet ce n’était pas un simple jet de projectile mais plutôt un moyen de mettre le feu à la chapelle rendant ainsi rapidement l’air difficilement respirable. Matt n’eut pas le temps de faire le moindre mouvement qu’il se retrouva sur les épaules de Lang qu’il s’empressa de progresser en direction de la sortie.
Eversman ne suivit pas les minutes suivantes trop occupé à se mordre la lèvre inférieure qui devait être dans un sale état après les mouvements brusques qu’on avait subir à son petit corps chétif.


« Bordel !... Repose-moi Antho ! »

Ce dernier s’exécuta pour le faire le plus doucement possible afin de ne pas aggraver encore un peu plus l’état du Sergent qui était maintenu en position debout avec l’aide de l’infirmière Dzëko. Ce dernier avait délaissé complètement le commandement de l’équipe, il n’avait plus la lucidité nécessaire pour prendre les bonnes décisions et Dablord avait sa confiance pour cela.
Plusieurs minutes plus tard, le Doc’ fit une tentative lamentable de soutenir le Ranger mais vu les muscles quasi inexistants de celui-ci, tout se finit dans un nouvel incident et on devait avoir entendu le cri de douleur de Matt à l’autre bout de la ville. Lang prit la place de Dablord avant de remettre le Sergent sur pied, le visage de celui-ci avait perdu toute trace de couleur.
Cette marche jusqu’à la porte des étoiles fut l’une des pires qu’Eversman est faite dans sa vie et pourtant il avait fait de fameux entrainements aussi bien avec son corps initial des Ranger ou même avec les Black Eagle de Narah mais là celle-ci l’avait mis rendu KO. Lors des dix dernières minutes, il s’était laissé porté ne trouvant plus la force d’aligner un pas devant l’autre, il avait tout donné et ses gémissements étaient bien la seule preuve qu’il était toujours avec eux.

La porte des étoiles était visible ainsi que la dizaine d’homme bien armés chargés de les accueillir. Aussitôt Matt fut confié au soin des deux médecins de l’équipe des renforts, ceux-ci l’allongèrent au sol pour faire le point sur son état tandis que Dablord se chargeait d’expliquer la suite du programme.


« Il en est hors de question ! Du moins en ce qui concerne le cas du Sergent Eversman ! »

L’un des deux médecins, un dénommé Berry, toujours accroupi au coté du blessé, venait de prendre la parole interrompant son confrère. Pour être un peu plus convainquant, celui-ci montra que la blessure s’était remise à saigner abondamment signe que l’effort avait été beaucoup trop important et que la situation redevenait critique.

« Il faut le ramener à la base et maintenant !! »

Le dernier mot se fit beaucoup plus insistant notamment en direction du caporal responsable de l’équipe de sauvetage.

« Amenez un brancard et Nelly, compose l’adresse ! »

Le Caporal Mercer venait de prendre sa décision et il tourna la tête vers son supérieur pour justifier ses choix.

« Mes ordres sont clairs, Sergent. Vous ramenez en vie à la base or Eversman n’est plus en état de continuer. Mes hommes l’embarquent et à leur retour on va chercher votre homme ! »

Avant de partir le Général O’neill avait prévenu son homme que le docteur Dablord aviat un peu tendance à n’en faire qu’à sa tête et lui avait bien spécifié ses ordres de mission. Il les voulait tous en vie et peu importe pour cela si le Caporal devait se montrer ferme. Les renforts étaient déjà en train d’installer Matt sur un brancard, celui-ci ne réagissait même plus, il était dans le vague complet et n’était aucunement capable de prendre la moindre décision correcte pour lui ou ses hommes.
Une fois, la Porte activée, le code d’identification fut envoyé pour désactiver l’iris et la petite équipe disparut à travers le vortex.

Revenir en haut Aller en bas
http://poudnoir.goodforum.net/index.htm
Anthony Lang
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 2961

Arrivé au SGC : 20/02/2011

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
687/3200  (687/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Mar 10 Mai - 23:29

Le cas Nathan Hale faisait rager Dablord. Comm si entre un village en feu, aucune trace de jaffas et deux membres blessés, la disparition d'un autre n'arrangeait pas la situation, heureusement que dehors, ça s'était calmé. N'empeche vu l'état des deux chefs d'équipe, Anthony estimait qu'il avait eu pas mal de chance sur cette première mission. Hormis une belle bosse sur le crane, il s'en tirait sans une égratignure. Âpparement, même Dzëko avait subi les frais de la vigilance de Matt, un peu trop prompt à la réaction. Pendant que Dablord allait examier Dzëko, Anthony en profita pour faire un petit tour de l'église. Il avait toujours bien aimé les églises. Sans être croyant, il appréciait l'atmosphère qui y régnait, le calme, la fraicheur, et s'y rendait de temps en temps pour réflechir. C'est notamment là qu'il avait pris la décision de signer pour le SGC. Néanmoins cette église était plutot du genre tristounette. Quasiment aucune décoration, uniquement un grand crucifix derrière l'autel, de petites fenetres simples. Et au niveau de l'ambiance... avec des cadavres, des blessés et l'agitation extérieure, on avait vu plus serein!
Absorbé par ses pensées, Anthony réagit juste à temps en se retournant pour rattraper l'arme de Dablord qu'il lui envoya et lui lançant:

"Lang ! Jetez un œil à mon G36, il s’est enrayé."


Anthony, l'arme dans les mains alla tranquillement s'assoir dans un coin inspecter l'arme. Vu qu'ils avaient quelques minutes devant eux, il entreprit de la démonter et d'examiner toutes les grosses pièces individuellement. Après avoir réglé le problème, il la remonta.
Alors qu'i allait ouvrir la bouchce pour prévenir Evans que son arme remarchait, un bruit carreau cassé le fit sursauter. La vitre à l'opposé de lui venait de se briser sus l'impact de se qui ressemblait fortement à un cocktail molotov.


"J’espère que vous n’êtes pas en train de casser mon arme, Lang…"

"Tention, des cocktails...


Le branle bas le combat commença aussitot. Vu la taille de l'église il fallait faire vite sous peine de finir grillé. Dablord, en train d'examnier sa blessure et de se faire un bandage se releva et ordonna à Dzëko et Anthony d'aider Matt. En se dirigeant vers Matt, passant devant Dablord, Lang lui rendit son arme et passa la sienne derrière son dos pour ne pas être gêné. Soutenat Matt par les épaules, ils avaient à peine avancé que déjà l'église était presque totalement remplie d'une épaisse fumée. Anthony, comme les autres, avait les yeux qui le piquait horriblement et crachait ses poumons en essayant de chercher de l'air. Les quelques mètres à franchir qui les séparaient de l'extérieur paraissaient durer une éternité.
Une fois dehors, la première bouffée d'air frais fut un vrai bonheur... aussitot interromppu par la plainte de Matt qui, devant souffrir le martyre demanda à Anthony de le reposer au sol. Ce dernier s'exécuta avec l'aide de Dzëko, en faisant attention à ne pas faire de gestes brusques. C'est en se relevant, la fumée qui avait accompagnée leur sortie s'étant dispersée qu'il vit le comité d'accueil. Une dizaine d'hommes, avec la tête patibulaire qui va avec leur job tenaient les armes braqués sur eux. Pas la peine de faire de résistance, il n'avaient pas la moindre chance dans cette situation. Anthony se résolut donc, comme ses coéquipiers, à lever les bras. C'est à cet instant que quelques hommes s'écartèrent pour laisser passer un homme à cheval. Quand ce dernier s'exprima, il avait une drôle de voix. Grave et ... bizarre. De plus, ce fut bref donc Anthony se dit qu'il avait dû réver, mais l'espace d'un instant ses yeux brillèrent. Sans doute un reflet des flammes...

Bill, car il s'avérait que c'était bien lui, leur fit une petite tirade, ponctuée par l'assassinat d'un villageois qui avait eu le malheur de s'exprimer. Au bout du compte, il voulait en quelques sortes les défier en leur proposant d'aller chercher Hale, prisonnier dans son fort, et par la même occasion sauver les villageaois captifs eux aussi. Sitôt fini, ils s'en allèrent, les laissant face à une meute de villageois qui semblaient fort mécontents, au vu de leurs regards et des messes basses qu'ils échangeaient en les désignant. Certains voulaient les tuer, heureusement un de leurs s'y opposa. Ils finirent par se disperser eux aussi, laissant les militaires seuls.
Anthony se rapprocha de Dablord.


"Alors? La suite du programme... Un petit tour chez eux? Parce que même si on a du temps devant nous, il faut quand même faire vite." .

Ils ne pouvaient pas, malgré tout, abandonner Hale et les villageois au main de Billy. De plus un message les averti que les secours/renforts venaient d'arriver. C'était dodnc parti poour une longue marche vers la porte des étoiles. Longue surtout parce qu'il devait porter Matt, transpirant à grosses gouttes et à la respiration assez faible, sur tout le trajet. Et ce n'était pas une mince affaire, ce n'était pas comme si il s'était tapé près de 5h de marche dans la journée...

Ils finirent enfin par arriver! Lang, avec un plaisir ou plutot un soulagement difficilement dissimulé, confia Eversman aux bons soins de l'équipe médicale. Après quelques discussions et tractations, ils décidèrent de le ramener sur Terre.


Eh, sergent, bon rétablissement, on se donne rendez vous à mon retour dans la salle de muscu, que je vous mette la pâté aux abdos!"lui dit Anthony au moment de traverser la porte.

Ceci fait, petit briefing improvisé auprès de Dablord. Cet assaut promettait d'être ardu, mais amusant. Un petit remake de Fort Alamo en remplaçant les indiens par une petite équipe SG. Une fois fini, personne n'avaient de questions particulières, l'équipe démarra donc pour être sur les lieux en temps voulu pour avoir le temps de bien préparer les derniers préparatifs.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aleksandr Lekaterina
----------------
avatar
----------------
Sous Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 8245

Arrivé au SGC : 27/12/2006

Age du Joueur : 28


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 38 ans
Profession:
๏ Expérience:
518/3200  (518/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Jeu 12 Mai - 13:23

Malgré une petite altercation avec les villageois, les terriens se dirigèrent vers la porte des étoiles où des renforts les attendaient. Le groupe n'était pas dans un très bon état, la plupart des membres étaient blessé. Au final, et après moult péripéties dans la forêt, le groupe rejoint les renforts. Il y avait une dizaine de personne dont deux membres du personnels médical. Immédiatement, les médecins s'occupèrent de Matt, le plus gravement touché dans la mission et le verdict fut sans appel, Eversman devait retourner sur Terre dans les plus bref délai. Cela n'enchanta pas vraiment Evans de voir son compagnon de déroute partir mais il ne pouvait faire autrement. Matt était dans l'incapacité de se battre et il valait mieux pour lui retourner sur Terre. Cela changea pas tellement les plan de Dablord, c'était maintenant le Caporal Mercer qui commandait le groupe Alpha.

Bon, pas de temps à perdre, il fallait se mettre en route le plus rapidement possible. Martinez passa devant pour montrer le chemin aux autres membres de l'équipe. D'ailleurs, durant le parcours, le silence était omis présent. Personne ne prit la parole pour raconter la dernier blague à la mode ou bien chanter un petit chant militaire pour motiver les troupes. Tout le monde était concentré sur ce qu'il devait faire. Après tout, ils allaient tenter de conquérir un fort avec beaucoup plus d'ennemi qu'eux. D'ailleurs, le nombre d'ennemi était impossible à connaître. Martinez avait donné un chiffre mais cela pouvait être beaucoup plus élevé.

Mais alors que le groupe venait tous juste de commencer leur petite marche, un bruit interpela Evans. Le Sergent se retourna mais ne vit rien de particulier. La nuit rendait la vision beaucoup plus difficile. Mais quelques minutes plus tard, un autre bruit se fit entendre et cette fois-ci, le Soldat Lang l'entendit à son tour. En voyant le militaire tournait la tête, Evans se rendit compte qu'il n'était pas le seul à entendre des bruits de craquement de branche et donc, qu'il ne devait pas parano. Avec leur lampe, il éclaira plusieurs position après avoir prit le soin d'informer l'équipe qu'ils étaient suivit. Quand soudain, un soldat s'exprima.

- J'ai un visuel Sergent. Puis il s'exprima haut et fort. Ne bougez plus !!! Sinon je tire !!!
- Du calme !!! Je ne vous veux aucun mal !!


Un type sortit de derrière un arbre, les bras levaient vers le ciel. Il ne fallut pas trop longtemps à Evans et Anthony pour reconnaitre leur suiveur. Il s'agissait de William. Le type qui les avait défendu un peu plus tôt dans le village. Inutile de dire que Dablord ne fut pas très enjoué de le voir ici celui là. Il risquait de mettre leur plan en péril et il fallait le renvoyer chez lui illico presto. Mais malgré toutes les remarques plus ou moins sanglante du Sergent, le villageois était encore plus têtue et ne voulait aller nulle part. Bref, Evans n'avait pas de temps à perdre avec ce rigolo mais il n'avait pas intérêt à faire capoter la mission sinon il le tuerait lui même.

Le groupe continua a avançait et Evans décida de scinder les groupes pour que chacun se mettent en place. Tout le monde savait ce qu'il avait a faire et maintenant, il était temps de passer à l'action. Le Groupe alpha commença à disposer les pains de C4 tandis que le groupe Béta tenta de trouvait une entrée caché. Il devait bien avoir des anneaux quelques parts ou bien un tunnel caché. Evans commença à chercher en utilisant un appareil qui détectait du naqquadah, cela devait les aider à trouver les anneaux de transport. Lang se trouvait avec le Sergent, à la recherche des anneaux. Il devait, avec le reste du groupe, assurer la sécurité de Dablord pendant que celui ci cherchait les anneaux. Soudain, Anthony ne vit pas William, qui les suivaient depuis le début. Il devait sûrement se trouvait avec l'autre groupe.

La radio se mit en marche et Evans pu entendre deux raclements de gorge. Ainsi, Alpha était prêt et n'attendait plus que Béta pour commencer le plan. Cependant, le Sergent n'avait pas encore trouvait les anneaux. Ils ne devaient pas être loin, le détecteur commençait à s'agiter et Evans vit qu'il s'en approchait de plus en plus. Le Sergent avait les yeux rivé sur le détecteur et se contentait de marcher dans la bonne direction. Mais il fut soudainement stopper par Lang. Pas très content de cela, Dablord espérait que le Soldat avait un excellente raison de le stopper ainsi, aussi prêt du but. Pour une bonne raison, il en avait une. Lang montra du doigt une position et le groupe pu voir plusieurs Cow-Boy en train de garder une position. Aucun doute la-dessus, cela devait être les anneaux de transport.

Il y avait trois types qui surveillait les environs. Les terriens restaient toujours inaperçu mais plus pour très longtemps, le soleil commençait à se lever et il ne restait plus beaucoup de temps avant que Bill liquide les otages et Hale par la même occasion. Le Sergent donna un cible à chaque membre de son groupe et leur ordonna de les neutraliser en silence, deux coups de zat seront suffisant. Chacun se mit en place et quand Dablord donna l'ordre, chacun tira plusieurs coup de zat. Les pauvres Cow-boy n'eurent pas le temps de comprendre qu'ils étaient déjà mort.

Enfin, voici donc la porte de sortit de Bill. Cela allait être leur porte d'entrée aux terriens. L'effet de surprise sera totale pour tous. Les militaires ne connaissaient pas la puissance de feu de l'ennemi mais ils allaient le savoir prochainement. Le Sergent attrapa sa radio et fit deux coup de raclement de gorge. L'opération allait commencer....

Le C4 explosa au loin et des coups de feu commencèrent a raisonner dans la forêt. Dablord activa immédiatement les anneaux de transport et d'un coup, les voilà au milieu du campement. Les Cow-boy ne firent pas immédiatement attention à eux, pensant qu'il s'agissait de leur ami mais ils déchantèrent en voyant les terriens. Les militaires tirèrent sans trop viser, cherchant plus un endroit où s’abriter des balles et des tirs d'énergie. Merde, il y avait des Jaffas avec leur armure présent dans le campement et du plus, leur nombre était beaucoup plus élevé que l'avait prédit Martinez. Il y avait au moins, cinq Cow-boy pour un militaire. Evans leva la tête pour tenter d'apercevoir Bill, celui ci était resté sur son trône à observer la scène. Pour être aussi confiant, il devait avoir un bouclier de protection. Dablord, Lang et le reste du groupe allait devoir se rapproché pour tenter de le tuer.





[Voilà voilà, c'est court mais je voulais vous laissez le privilège de décrire votre personnage durant le combat. Alors, sachez que la situation n'est pas à votre avantage mais que vous avez réussit à faire quelque dégât en arrivant à l'improviste. Cependant, il reste de l'ennemi à tuer et ils avancent sur votre position. Vous pouvez tuer autant d'ennemi que vous le pouvez mais pas tous. Ça, c'est moi qui le décide.
Enfin, si vous avez des questions, n'hésitez pas, je suis là pour ça. Une semaine pour répondre. BON RP.]

_________________


Nationalité : Russie, États-Unis
Matricule : AL-1973-512
Grade : 2nd Lieutenant
Fonction : Tireur d'élite
Arme de prédilection : Steyr SSG-69

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Lang
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 2961

Arrivé au SGC : 20/02/2011

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
687/3200  (687/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Lun 16 Mai - 20:12

L'équipe restante, c'est à dire Dablord, Lang, Dzëko et Martinez ainsi que les renforts arrivés par la porte quelques instants auparavant entamèrent leur marche nocturne en direction du frot de Billy. Lang ouvrait la marche en compagnie de Dablord, juste derrière Martinez . Personne ne parlait, la tension commençant à monter. Après la journée extrèmement chaude qu'ils avaient endurés et les deux soleils s'étant couchés, l'air commença à se rafraichir. Ils étaient encore loin d'avoir froid, étant donné toute la chaleur qu'avait emmagasiné le sol, mais une petite brise soufflait et cela était assez agréable. Anthony aimait bien ces moments de calme avant la tempête. La nuit, le calme, un air frais, ça permettait de se concentrer ou de faire le vide dans son esprit avant le combat.

*Ceci est un beau soir pour mourir...n'est pas Billy?*pensa-t-il. Il lui semblait qu'il avait piqué cette réplique à un film mais ne se souvenait plus lequel.

Le groupe, entrainé à se déplacer furtivement, ne faisait quasiment pas de bruit, hormis quelques branches ou feuilles écrasées. Ceci leur permettait d'entendre les divers bruits de la fôret, craquements, hululements et autres bruits d'animaux. Ce moment rappelait à Anthony les ballades nocturnes qu'il faisait avec son père, quand ils partaient en vacances à la campagne. Anthony sorti de ses pensées lorsqu'il repéra un mouvement brusque de Dablord. Ce dernier regarda rapidement autour de lui puis continua la marche. Anthony se dit qu'il avait du entendre un bruit mais lui même, ainsi que le reste du groupe apparement, n'avait rien perçu. Encore quelques pas et cette fois ci, un craquement plus important se fit entendre. Certain que le bruit était trop fort pour être causé par un petit animal, Anthony leva la main pour stopper le groupe. Dablord le regarda


"Vous avez entendu aussi, non?le questionna Anthony.

Apparement oui. Les militaires levèrent les lampes de leurs fusils et éclairèrent les alentours. Rien de visible à première vue jusqu'à ce qu'un soldat signale sans discrétion avoir repérer un signe de vie et somme l'intrus de ne plus bouger. Ils virent alors sortir d'un fourré William, qui semblait terrorisé avec toutes armes pointées sur lui.


"Du calme! Je ne vous veux aucun mal!!"

Dablord n'avait pas l'air ravi de le voir débarquer à l'improviste et le lui fit comprendre assez clairement. En voyant la tête du pauvre homme, Anthony décida de le défendre un peu.


"Sergent, je pense qu'il a compris. Il est juste inquiet pour les gens de son village et voulait aider. On aura qu'à le laisser avec le groupe qui reste à l'extérieur du fort et comme ça il ne gênera personne.


Après ce petit intermède surprise, la troupe reprit sa marche avec un membre en plus. A l'approche du fort, Dablord ordonna la division du groupe en deux, suivant la répartition ayant été faite à la porte. Tandis que la première équipe partait mettre le C4 en place. La seconde, comprenant Martine, Dablord et Lang allait chercher un tunnel ou un emplacement pour des anneaux de transport afin de s'introduire dans la bastion de Billy. Ils firent le tour du périmètre, Dablord équipé d'un détecteur et les autres le suivant en inspectant les alentours. Ils suivirent le sergent comme ça pendant plusieurs minutes. En cours de route, leurs radios résonnèrent d'un raclement de gorge, signal que la première équipe était opérationnelle. Anthony commençait à se demander si il y a vraiment des anneaux dans le coin.

"Aucun signal sur le détecteur? On a bientot fait le tour du coin."

Dablord avait l'air hypnotisé par son détecteur, regardant à peine où il marchait. Anthony ouvrait le chemin pour lui.

"'Tention à la brache sergent! Si vous pouviez regarder un peu devant..."

Anthony coupa net sa phrase et s'arrêta tout aussi net ce qui fit que Dablord, lui rentra dedans.


"Chut... Là bas"dit-il en désignant une petite clairière un peu plus loin. Des formes bougeaient. En observant un peu plus attentivement, on pouvait distinguer trois cowboys. Certainement l'emplacement des anneaux. Le sergent ordonna qu'on abatte les gardes, et désigna une cible pour chacun. Anthony dégaina son Zat et visa. Le soleil qui commençait à poindre facilitait un peu le tir. En deux secondes, les trois gardes se retrouvèrent à terre et l'équipe avança jusqu'aux anneaux. Anthony était malgré tout à l'affut qu'il n'y ait pas d'autres gardes dans le coin, mais aucun signe de mouvement. Suivant les ordres de Dablord, l'équipe se plaça au centre des anneaux. On y était! Ils n'avaient pas droit à l'erreur, trop de prisonnier se trouvaient là dedans. Au signal, l'équipe Alpha déclencha les explosifs. Les bruits d'explosions rompirent le silence et indiquèrent le début de l'enfer. Aussitot le sergent actionna les anneaux et ils se retrouvèrent quasi immédiatement en plein coeur du fort de Billy.
Sitot arrivées, ils commençrent à faire feu. Les cow boys mirent quelques secondes à comprendre ce qui leur arrivaient. Cet effets de surprise leur permit d'abattre quelques hommes sans aucun problème. Puis les répliques commençèrent. Anthony entendait siffler les balles juste à côté de ses oreilles. Il se replia derrière une calèche Dans le camp tout le monde courait. Il se glissa sous la calèche et visa ainsi deux gardes qu'il tua. Ceci le fit repérer et il sortit en faisant une roulade. En se relevant, son regard le porta sur Billy, assis sur un trone contre un des mur du fort. Ce dernier regardait la scène avec un sourir narquoi aux lèvres. Mais pas le temps de s'attarder, les gardes continuaient à tirer. Anthony repéra un petit groupe de gardes isolé dans un des coins qui tentaient de viser les militaires. Il saisit un de ses grenades et la lança. Adieu la finesse, il y avait trop de monde! La grenade explosa, les gardes eurent tout juste le temps de s'écarter un peu avant d'être projeté au loin. D'autres gardes sortaient d'un baraquement. Décidement ils étaient trop nombreux... Anthony repéra Evans à une vingtaine de mètre de lui. Il décida de le rejoindre et tenta une percée. Tout en courant il arrosa de balles, réussissant à toucher deux cow boys. Arrivé à côté de Dablord il constata qu'il s'était par la même occasio un peu rapproché de Billy mais il restait encore du boulot...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Hale
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 142

Arrivé au SGC : 09/03/2011

Age du Joueur : 21


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 32 ans
Profession: Navy Seal
๏ Expérience:
55/3200  (55/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Mer 18 Mai - 23:51

L'explosion retentit dans un énorme fracas ressemblant à l'orage une nuit de tempête, sauf qu'à ce moment là une épaisse fumée noire s'élevait au-dessus du camp et un brasier "instoppable" bouffait au fur et à mesure chaque parcelle de baraquements. Ces putains de merdeux avaient dû avoir la peur de leur vie, enfin si ils avaient survécu à l'explosion, car vu à taille il n'y avait que peu de chance de voir encore un cowboys en vie.
Il aimait les choses bien faite, et ça c'était une chose bien faite. Bon il aurait pu se faufiler discrètement hors de la base, en piquant un cheval pour se barrer illico presto, mais bon ça aurait été gâché un instant inoubliable que de partir sans rien laisser comme cadeau. Il accéléra alors le mouvement, le chemin allait être long et déjà il commençait à ne plus ressentir sa jambe.

***
- Réveille toi l'étranger !!!!!

- Putain pas la peine de gueuler bordel de merde !

Il attrapa sa tête d'une main, un mal de crâne soudain, et en plus il était tout trempé, mais qu'est-ce qu'il avait pu faire pour se foutre dans une merde pareille. Il regarda sa jambe, du sang de partout autour, mais hélas plus aucun signe, même les orteils n'osaient plus bougé. Deux hommes le soulevèrent alors par les épaules et le traînèrent beaucoup plus loin. Il ne dit rien et attendit patiemment comme un enfant auquel on aurait promis une sucette s'il restait calme.
Il vit alors un grand fort, beaucoup plus imposant et bien mieux gardé que le précédent. Son attention se porta sur d'autres hommes en armure à tête de serpent aux yeux rouges, "C'est le carnaval des gros merdeux sur planète ?!" fit-il remarqué à l'un des types qui le portait, en échange il reçut un sale coup de genou dans le ventre. Bon il avait légèrement senti la chose, c'est pratique de serrer les dents parfois, mais son souffle restait tout de même troublé.
On le jeta comme un vieux sac de patates à même le sol, en face de lui se dressait un type assis confortablement dans un trône en or massif. Il se leva soudainement et s'avança vers le Navy Seal qui ne manqua sourire.


- Toi... Tu n'es pas d'ici. J'ai rencontré tes petits amis au village. Ils ont pas fait du bon travail là-haut, la moitié du village était en feu et surtout, ils ont mis en danger ses habitants.

- Ah cet bande d'incapables ? Ils ont réussi à vous mettre la misère ?! Vous êtes vraiment une...merde !

L'étrange type pointa alors du doigt un groupe de personne. Hale était pas ici pour papoter, et les gens chiant il détestait ça, il tenta alors de maîtriser la grande gueule. Seul inconvénient, vu qu'il ne sentait presque plus sa jambe, il n'arrivait pas à provoquer l'impulsion nécessaire pour sauter sur le gars, celui-ci anticipa alors prématurément le semblant d'attaque du Navy Seal et posa sa main en face de son visage. Il portait une sorte de gant doré, et cela, enfin ça devait certainement être la cause, provoqua une douleur atroce dans la tête du soldat qui s'étala au sol.

- Tu viens de commettre une grosse erreur l'ami. Voilà ce qui va arriver par ta faute.

Hale releva la tête et vit que les gardes emmenaient une petite fille à leur chef. Elle chialait la môme, et plongeait son regard dans celui de Hale. Un coup de feu vite partit, la tête de la gamine éclata sur le côté dans une giclé de sang, son corps si fragile tomba à terre formant une énorme marre. Il n'avait rien fait pour empêcher cela car il n'avait pas eu les capacités pour réagir. Il en avait vu mourir plus d'un et cela restait toujours assez dure de voir des petits crevés dans l'innocence.

- Voilà ce qui arrivera si tu tentes à nouveau quoi que ce soit. Sinon, d'autre petites filles comme elles mourront par ton insolence.

- Putain rien à foutre. dit en relevant sa main et en faisant un doigt.

Curieuse réaction n'est-ce pas ? Nathan n'était pas du genre à s’intéresser à la vie des gens, surtout si ceux-ci n'étaient pas de sa planète. Il resta indifférent au menace de grande gueule, mais si intérieurement il ressentait comme de l'empathie pour cette jeune fille. On ne pouvait pas sauver tout le monde, et une guerre sans victimes n'est pas une guerre. On le releva une fois de plus et l'emmena dans une cellule.

Qu'allait-il faire ? Risquer la vie de pauvre gens qui est plus extraterrestre, rester à attendre sagement sa fin proche, s'évader et se faire flinguer en moins de deux ? Il prit une profonde inspiration, au moins il faisait jour maintenant, et la fatigue était hélas présente. Finalement quoi de mieux que quelques bonnes minutes de repos. Il s'allongea sur la couchette et ferma les yeux. Il se réveilla lorsqu'il entendit soudainement un coup de feu puis une suite d'explosion, quelque chose se passait dehors. Il retira l'une de ses rangers, et arracha une petite doublure à l'intérieur, très pratique comme chaussure. Il en sortit alors un petit couteau suite. Il se leva en direction de la porte et tenta de crocheter la serrure.
Revenir en haut Aller en bas
Josh Reynolds
----------------
avatar
----------------
Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 7724

Arrivé au SGC : 13/01/2009

Age du Joueur : 24


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
645/3200  (645/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Jeu 19 Mai - 0:27

A écouter durant le RP :
http://www.deezer.com/listen-4716722

---------------------------------------------------------------------------------------------------


Le plan établi par le docteur Dablord était clair, net et précis. Il avait à peu près pallié à toutes les éventualités et aucun problème n’allait désormais se poser à eux si tout le monde respectait la chaîne de commandement. Mais cette analyse était évidemment sans compter l’intervention des nouveaux arrivants : en moins de temps qu’il en fallait pour le dire, la Porte des Etoiles était activée sans le consentement du seul sergent encore debout, et Eversman était transporté sur Terre avant même que quiconque eût le temps de réagir. Evans se sentit à cet instant complètement démuni et abasourdi. Il était certes sensé protéger les membres de son équipe, mais Matt était le seul homme sur qui il pouvait compter sur cette planète. Sans lui, c’était perdu d’avance.

Le médecin du groupe resta ainsi face à la Porte des Etoiles pendant plus de dix minutes, ruminant que la situation lui échappât de cette manière. Evidemment, quand Mercer et ses hommes revinrent, pour Evans la priorité n’était plus l’assaut du fort mais une remise au point claire et définitive.

- Mercer ! l’appela-t-il aussitôt, assis sur un rocher, son G36 sur ses genoux. Ecoutez-moi bien ! Eversman était peut-être le chef d’équipe mais maintenant il est HS. Maintenant c’est moi qui prends le relais, alors quels que soient les ordres que vous a donnés O’Neill, je vous interdis de recommencer ce que vous venez de faire ! On a déjà dû se taper le militaire le plus instable du SGC dans les pattes, alors la situation est assez chaotique pour que vous veniez foutre le bordel dans la hiérarchie. Je ne vous le redirai pas deux fois : ne court-circuitez plus mon autorité.

Sans attendre de réponse de la part du caporal, le militaire se releva et ordonna à tout le monde de se mettre en marche sans plus tarder. Martinez passa bien évidemment devant ; c’était en effet le seul à connaître le chemin jusqu’au fort. Et ce fut dans ce silence de mort, dans cette forêt interminable – un environnement bien hostile comparé à ce si cher Dédale –, que le docteur Dablord se rendit compte du nombre de personnes qu’il avait sous sa responsabilité. D’habitude, cela se résumait à quelques patients, et là la moindre erreur pourrait entraîner la perte d’une douzaine de soldats… Mais dans tous les cas, cette mission serait parfaite pour mettre en évidence l’incompétence des responsables du SGC et des militaires qui y étaient liés. Ca serait une véritable mine d’or…

Interpelé, Evans s’arrêta. Quelque chose venait de le troubler, au beau milieu de ce gigantesque assemblement de sapins. Il n’était pourtant pas le genre de personne à ressentir les menaces avant tout le monde… Sa blessure lui monterait-elle à la tête ? Ou peut-être était-il en train de devenir totalement paranoïaque… Après tout, tout le SGC devait déjà le considérer comme cinglé ; peut-être avaient-ils finalement raison…
Un faux mouvement de Lang lui indiqua finalement que non. Lui aussi sentait quelque chose. On les surveillait, c’était maintenant évident. Alors, sans répondre à son coéquipier, sans émettre un son, Evans fit signe aux autres soldats de former un cercle et d’éclairer toutes les positions autour d’eux. S’il y avait un intrus par ici – à part eux –, il fallait mettre la main dessus.
Un des terriens cria alors qu’il avait repéré la cible, faisant sursauter le sergent, encore sous tension. La lampe de son G36 se pointa donc sur la position que les autres visaient, attendant que l’individu se montrât. Et ce fut ce fameux « William » qui se dévoila. Youpi. Bien sûr, Dablord ne prit pas la peine de signaler à ses hommes que celui qu’ils avaient en ligne de mire était inoffensif. Non, il fallait au contraire se méfier de lui. Il fallait se méfier de tout le monde en fait. Alors évidemment, quand Lang abaissa son arme de lui-même, le sergent ne réprima aucunement le regard noir qu’il réservait pour tous ceux qui contesteraient ses décisions et risqueraient par là-même de faire capoter toute la mission – une nouvelle fois.

- Lang, je vous ordonne de la fermer !

William était exactement le genre de type qui se faisait capturer bêtement et qui par la suite obligeait l’équipe à se rendre pour lui sauver la vie. L’allégorie même d’un problème. Pourtant, Lang était bien décidé à le défendre, de quoi énerver encore plus le docteur Dablord. Forcément : un aimant à emmerdes était toujours accompagné d’un protecteur des aimants à emmerdes, et le protecteur en question était toujours un membre de l’équipe. Forcément, oui.

- Allez, on repart, conclut-il sans se préoccuper plus longtemps de William. Lang, vous en êtes responsable : s’il arrive une connerie à cause de lui vous en subirez les conséquences à sa place.

Après cet incident ils arrivèrent relativement vite aux coordonnées qu’ils s’étaient fixés. Evans rappela alors rapidement au groupe Alpha ce qu’ils avaient à faire, avant d’ordonner la séparation des groupes. Et sans que le sous-officier comprît pourquoi, on lui refourgua un appareil de mesures qu’il n’avait jamais utilisé ! Il y avait sans doute plusieurs militaires dans l’équipe qui s’étaient déjà servis de cet appareil, mais non, c’était à lui de trouver les anneaux avec ça… Décidément, il fallait tout faire soi-même !

*On m’aurait accordé le Dédale on n’aurait pas mis longtemps à les trouver, ces saletés d’anneaux…*

Et tout le monde se mit alors à suivre le médecin comme un petit chien, à croire qu’ils avaient laissé leur cerveau au vestiaire de peur de l’abîmer… Ainsi, Evans avançait penché, les yeux fixés sur le détecteur, sans prendre le soin de regarder en même temps où il mettait les pieds et où il avançait. Alpha les prévint pendant ce temps qu’ils étaient prêts – peut-être Mercer était-il plus efficace qu’il ne l’avait laissé paraître au départ –, jusqu’à ce que Lang s’arrêtât soudainement sans aucune raison. Evans faillit lui coller son pied au cul pour lui-aussi enchaîner les bourdes de cette manière, quand il repéra finalement à son tour les cow-boys qui les attendaient aux anneaux. Et merde.
Un rapide coup d’œil aux alentours, et le docteur refilait le détecteur machin-chose au type le plus proche. Toujours en silence, il profita de la mise en place de son silencieux sur son G36 pour répartir les cibles. A sept, cela allait être du gâteau. Le signal donné, chacun remplit son objectif avec succès. Les trois ennemis étaient neutralisés, et ils pouvaient passer à la phase suivante. Mais par sécurité…

- Donnez-moi ça.

Faisant un très bref cours de Goa’uld au soldat Lang, il s’empara de son Zat’nik’tel pour quelques secondes et tira une décharge supplémentaire sur chaque corps, qui disparut un à un.

- La première décharge neutralise ; la seconde tue ; la troisième désintègre. Très pratique pour dissimuler des cadavres sans se faire chier.

Ceci fait, Evans ordonna à ses coéquipiers de se mettre au centre des anneaux pendant qu’il récupérait un bracelet qui devait, semblait-il, activer le téléporteur Goa’uld. Dès qu’ils furent prêts, il activa sa radio et se racla deux fois la gorge, comme convenu, signe que tout était en place. Plusieurs détonations successives s’ensuivirent quelques secondes plus tard, et le sergent activa les anneaux, espérant qu’ils étaient assez serrés pour éviter qu’un d’entre eux se fît déchiqueté par l’appareil.

Leur disparition puis apparition soudaines au beau milieu du campement lui confirmèrent que non. Malheureusement, une demi-seconde de réflexion leur suffit à se rendre compte que les anneaux étaient en terrain découvert et que leur fameux effet de surprise allait être très bref.

- FEU A VOLONTE !

Se mettant à genoux, arrosant tout ce qui se trouvait devant lui, Evans remarqua alors qu’ils n’avaient pas affaire qu’à un Goa’uld et ses cow-boys : il avait même toute la panoplie du parfait Goa’uld, gardes Serpents compris ! Ils étaient néanmoins extrêmement nombreux, et ils ne pourraient pas tirer ainsi sans discontinuer indéfiniment.

- RELAYEZ-VOUS POUR TIRER ! RELAYEZ-VOUS POUR TIRER !

Dans le bruit assourdissant provoqué par les balles, le militaire était obligé de crier pour se faire entendre. Et pour l’instant, la seule chance de survie qu’il voyait était de minimiser les temps de recharge. Heureusement que les renforts avaient ramené des munitions avec eux…
Dans la panique du combat, le groupe s’était toutefois dispersé, et Evans trouva malgré tout le temps de craindre de se faire avoir de cette façon. Il leur fallait indéniablement une planque pour avoir un peu de répit, sinon ils ne s’en sortiraient pas.

// Mercer, ici Dablord ! Explosez-moi les portes du fort le plus vite possible ! //

Inutile de préciser dans le message qu’ils étaient sous feu ennemi ; la radio devait aussi sûrement transmettre le bruit provoqué par les échanges de tirs. Et maintenant, il était temps de faire de la place. Faisant donc signe à Lang, qui venait de le rejoindre, de le couvrir, Evans se releva légèrement et lança le plus ensemble possible une grenade à fragmentation récupérée de Lang vers l’Affreux Billy, une grenade fumigène au milieu de la place près des anneaux, et enfin une seconde grenade fumigène dans le baraquement le plus proche.

// Repliez-vous à ma suite ! // ordonna-t-il par radio à ses coéquipiers pour éviter de prévenir l’ennemi.

Mêlant l’action à la parole, Dablord se releva et courut vers le baraquement en question, d’où commençaient à ressortir un certain nombre de cow-boys pour y voir plus clair. C’était maintenant parti, avec l’aide de Lang, pour une exécution de groupe…

_________________


>> Fiche / Dossier
>> #771215


Anciennement Evans Dablord : Fiche / Dossier


Dernière édition par Evans Dablord le Ven 20 Mai - 1:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aleksandr Lekaterina
----------------
avatar
----------------
Sous Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 8245

Arrivé au SGC : 27/12/2006

Age du Joueur : 28


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 38 ans
Profession:
๏ Expérience:
518/3200  (518/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Jeu 19 Mai - 14:01



Ça tirait de partout et la situation commençait à devenir extrêmement tendu. Heureusement, Evans avait décidé de se replier vers un baraquement non loin d'eux. Quelques cow-boy en sortit mais les terriens les neutralisèrent sans aucun problème. En effet, cherchant plus à voir claire qu'à tirer, les cow-boys ne virent pas les militaires. Ainsi, l'un après l'autre, les terriens se dirigèrent vers le baraquement, couvert par les tirs des autres pour que chacun puissent traverser. Cependant, l'un des Soldats se fit toucher par un tir de Zat et tomba au sol, visiblement inconscient. Mouais, certes il n'était pas mortellement touché mais cela faisait une arme en moins de leur côté. Puis vint le tour de Lang. Les truands avaient visiblement comprit ce que faisait les terriens car les tirs étaient concentré sur la possible à Lang. Mais bon, il fallait pas trainer et surtout ne pas s'arrêter. Alors que le Soldat allait s'apprêter à partir en direction du baraquement, un bruit se fit entendre derrière lui. Anthony tourna la tête et vit un bâton de dynamite prêt à exploser... Là, pas le choix, il fallait courir. Le Soldat se leva rapidement ainsi que les trois autres militaires avec lui et ils se dirigèrent vers le baraquement sous le feu de l'ennemi quand la dynamite explosa. Les terriens étaient encore beaucoup trop proche de la dynamite quand celle ci explosa. Lang fut complètement éjecté dans la maison et atterrit assez violemment conter le matériel des mines. D'ailleurs, il manqua de peu de s’empaler contre une pioche. Quand au deux autres terriens, l'un fut projeter contre le mur extérieur et le deuxième se trouvait beaucoup trop prêt de l'explosion pour espérer qu'il soit encore vivant.

L'explosion surprit complètement le Sergent qui vit voler Lang dans la baraque mais également les deux autres soldats. Ainsi, les Cow-boys avaient aussi des explosif, en même temps, pour creuser dans les mines, il y en avait besoin de tant à autre. Un tir à côté de lui rappela à Evans la situation actuelle. Les militaires étaient acculé dans une baraque tandis que les ennemies tiraient tous leur position. Il fallait trouver un moyen d'approcher Bill mais pour le moment, ce n'était pas possible. Mais surtout, que faisait Mercer avec cette putain de porte !!!! Le Sergent avait besoin de renfort et le groupe Alpha était leur seul recours. Alors, Dablord gueula un coup dans la radio pour que le Caporal se dépêche un peu...


- Sergent attention !!!!!!

Un de Soldat poussa Evans pour éviter qu'il se prenne un tir de zat. Le Soldat tomba au sol inconscient. Cependant, Evans n'avait pas le temps de le remercier et tout le tralala. Il était en mauvaise posture et il devait tenir la position jusqu'à ce que le groupe à Mercer arrive. Soudain, un bâton de dynamite arriva dans leur baraquement, il n'y avait pas de tout, ils savaient bien viser ses salauds. Le Sergent aurait bien ordonné de fuir le baraquement mais si les terriens posent un pied dehors, ils se feront liquider comme des lapins. Alors, s'en trop réfléchir, Evans prit la dynamite et la relança plus loin. Heureusement, elle n'avait pas pété dans ses mains mais au loin. Ce fut à ce moment que Lang reprit ses esprits, remarquant qu'il avait échappé belle avec une pioche non loin de lui. Il observa autour de lui et remarqua que la situation n'était pas à leur avantage, les impacts de balles fusaient contre la baraque et par endroit, les nombreux tirs avaient finit par causer un trou dans le mur. Ainsi, Anthony se leva et se mit à faire feu à son tours. Le Sergent Dablord en profita pour lui demander si sa sieste était plutôt bonne, d'un ton ironique bien évidemment.

---------------------------------

Pendant ce temps, Nathan était toujours sur sa foutue serrure et galérer à l'ouvrir. Il n'y avait que dans les films où les portes s'ouvraient en deux secondes montre en main. Il faut dire qu'ouvrir une porte avec un couteau suisse n'était chose aisé. Hale pouvait encore au loin les coups de feu et les explosions se succéder. Il reconnu également les tirs d'armes terrienne, beaucoup plus bruyante que celles des Cow-boys. Finalement, Hale sentit un petit clic, il avait réussit à légèrement ouvrir la porte mais il devait pas se précipiter sous peine de tout faire rater. Il tourna légèrement son couteau et entendu un autre clic mais malheureusement, son couteau se cassa par la même occasion. Heureusement pour lui, la porte était ouverte et il pouvait sortir. Inutile de dire que le Soldat se dirigea vers le geôlier pour lui prendre son arme. D'ailleurs, celui ci faisait feu sur les autres terriens ne se préoccupant des prisonniers, pensant qu'ils ne peuvent en aucun cas sortir de leur cellule. Alors que Hale se dirigea vers le Cow-boy pour le neutraliser toute en finesse, l'un des autres occupant d'une cellule gueula...

- HEY MEC !!!!! FAIS MOI SORTIR D'ICI AUSSI !!!

Nathan tourna la tête pour voir le type qui l'avait interpelé mais il n'avait nullement l'intension de le libérer et quand Hale regarda de nouveau dans la direction du gardien, leurs regards se croisèrent. Les deux hommes restèrent ainsi quelques petites secondes avant que Hale se jette sur le geôlier pour le neutraliser. Celui ci tourna vers le terrien et tira un coup, le Navy Seal eut juste le temps de détourner l'arme pour éviter de se faire toucher. Un combat à main nue commença où Hale avait bien du mal à immobiliser son adversaire à cause de sa jambe mais après plusieurs cascades, il finit par étrangler le gardien. Hale se releva et se dirigea vers la sortit, laissant les autres prisonniers dans leur cellule, cela d'ailleurs lui valut quelques insultes de leur part. Une fois dehors, le terrien observa la situation, cela tirait de partout mais il vit Bill, assit sur son fameux trône. Nathan leva l'arme qu'il avait prit au gardien et tira un coup... Sauf que l'arme ne voulait pas marcher. C'était bizarre, les armes des cow-boy ne fonctionnait pas quand les terriens les prenaient. Pas grave, Nathan le tuera en lui plantant un couteau dans le cœur. Il se dirigea donc vers Bill, en essayant de passer inaperçu jusqu'au moment fatidique.

---------------------------------

De leur côté, les autres terriens commençaient à se faire acculer dans leur baraquement. Plusieurs trous s'étaient fait à travers le murs et deux autres Soldats se trouvait à terre. Ainsi, sur les sept terriens de base, il ne restait plus que Evans et Lang. Et toujours aucun signe de Mercer avec son groupe. Le Sergent continua à tirer, maudissant chaque passage de cette foutue mission. Ils devaient juste chercher quelques jaffas à la base et maintenant, ils se retrouvent dans un baraquement qui tombe en lambeau sous le feu de l'ennemi qui semblent ne jamais se réduire. Mais alors que les deux terriens continuaient à faire feu, l'arme de Evans fit plusieurs petits clics, signe que le chargeur était vide. Cependant, le Sergent n'avait pu de chargeur de secours. Dablord prit alors l'arme d'un des soldats au sol. Lang tourna la tête pour voir ce que faisait son supérieur quand un bâton de dynamite toucha le haut de sa fenêtre, rebondit sur le rebord et tomba à l'extérieur mais juste en dessous de sa fenêtre. Encore une fois, Anthony dut se dégager de sa position pour éviter d'être réduire en miette pour l'explosion. Il eut juste le temps de se tourner et d'avertir son supérieur de la situation. D'ailleurs, il sauta sur Evans pour le mettre à terre quand l'explosion se produisit, éventrant complètement le baraquement. De la poussière et des débris volaient dans tous les sens. Les yeux qui piquent et le sentiment que tout résonne autour d'eux. Les deux terriens avaient du mal de se remettre de l'explosion, après tout, elle était sacrément proche d'eux.

Puis, une autre explosion se fit entendre. Cependant, celle ci semblait bien plus lointaine que la précédente. Evans se leva péniblement ainsi que Lang qui se tenait la tête dans les mains. Au moins, ils avaient fait tout leur possible pour garder leur position. Un des Cow-boy arriva par le trou formé par la dynamite, ordonnant aux deux terriens de lever les mains. Les deux s'exécutèrent. Mais, un bruit de détonation fit lever les yeux du truands dans une autres directions. Evans en profita pour saisir son 9mm et loger quelques balles dans le torse de l'ennemi. L'homme tomba au sol tandis que la radio des terriens s'activa...


[RADIO] Sergent Dablord, ici Mercer, nous avons pénétrer dans le fort. Terminé[/RADIO]

Et bah, il ne fallait pas être pressé avec lui. Evans avait sous doute perdu tout son groupe à l'exception de Lang mais bon, il devait se réjouir car Mercer était là ? Non, Dablord comptait bien lui passer un savon pour avoir mit autant de temps à intervenir. Anthony se leva, voyant ainsi le groupe Alpha progresser dans le fort. Il aida son supérieur à se lever. Les cow-boys avaient été pour la plupart tué, il ne devait plus en rester beaucoup désormais. Les deux terriens sortirent du baraquement pour rejoindre leur compagnon, ils iront chercher les blessé plus tard.

---------------------------------

Nathan avait réussit à progresser dans le fort sans trop se faire remarquer. Visiblement, les truands étaient focalisé sur quelqu'un dans un baraquement. Lui sa cible, s'était Bill le Damné qui semblait bien rire sur son trône mais il rigolera moins quand un couteau sera planté dans son cœur. Le Navy Seal n'était plus très loin de sa cible et allait pouvoir se venger de la souffrance qu'il lui avait causé avec son foutue gant. Hale passa devant une baraque quand un type y sortit juste avant lui. De nouveau, leur regard se croisèrent complètement surprit de se voir l'un et l'autre. C'était à celui qui ira le plus vite. Le type avait une carabine dans la main et Hale un couteau. Le cow-boy se tourna rapidement mais Nathan lança son couteau qui se logea dans la gorge de sa cible. Dans un bruit de souffrance, l'homme tomba par terre en se tenant la gorge, il agonisa lentement avant que Hale retira le couteau.

Le Navy Seal reprit sa route et voilà maintenant qui était plus qu'à quelques mètres de Bill et celui ci semblait complètement focaliser sur les échanges de tirs plus loin. Il y avait bien deux gardes en armure de serpent devant son trône mais il sera déjà trop tard quand ils s'apercevront que Bill aura un couteau dans la poitrine. Cependant, Nathan devra faire attention à ne pas trahir sa position avec sa jambe lourde, il avait perdu beaucoup de sang et celle ci commencer à devenir vraiment pesante. Il ne devait pas se louper sur ce coup là.

---------------------------------

Avec l'aide du groupe Alpha, les terriens réussirent à progresser car les Cow-boys étaient moins nombreux et surtout moins bien organisé. Ils devaient rester quelques Cow-boys désormais mais visiblement, ils essayaient plus de fuir qu'autre chose. Ils n'était plus une menace pour les militaires désormais. Ainsi, le groupe pouvait avançait tranquillement. Même si il avait subit des pertes, le camps adverse en avait subit également. D'ailleurs, tout les Cow-boy restant s'étaient regroupé devant Bill le Damné mais ne tiraient plus. Ainsi, les terriens pouvaient s'avançaient vers le Goa'uld sans trop de problème. D'ailleurs, ils se retrouvèrent à quelques mètres du trône. Evans en profita pour sortir du lot pour se présenter devant Bill...

- Et bien, je ne vous pensez pas capable d'autant de prouesse de votre part. Votre peuple est fortement intéressant.

Si ce Goa'uld savait ce que les terriens avaient fait à son peuple et à ses camarades, ils ne seraient pas aussi joueur. Quoiqu'il en soit, Evans essaya de parler avec Bill pour éviter que cela parte en bain de sang, même si il savait que c'était peine perdu. Il faut dire que Dablord en avait marre aujourd'hui d'entendre des coups de feu venant de partout, il en avait eut sa dose...

- Je pense que vous avez raison très cher. On va régler cela comme de vrai cow-boy... dans un duel.

Un duel !!! Comme ceux à la télévision où chacun fait face à l'autre et fait feu le plus rapidement possible lors du signal. Mais alors, qui allait affronter Bill en personne. Evans ? Certainement pas, surtout après avoir été touché à la jambe et avoir eut une explosion à quelques mètres de lui. Lang ? Le Soldat était également beaucoup trop affaiblit par les explosions à répétition se produisant à ses côtés...

- Réglons cela dans un duel alors Bill.

Mercer était également sortit du lot, provoquant en duel le grand méchant. Le Sergent se dirigea vers le Caporal, lui demandant si il savait ce qu'il faisait. Mais bon, il fallait bien que quelqu'un se dévoue et le Caporal fut le seul a prendre la parole. Bille sourit et se leva de son trôna quand il entendit un léger bruit derrière lui à sa droite. Il vit Hale avec un couteau se précipiter vers lui. Cependant, Nathan eut le mauvais réflexion de s'appuyer sur sa jambe touché ce qui le ralenti dans son mouvement pour tuer le Goa'uld. Cela laissa ainsi le temps à Bill d'esquiver le couteau en attrapant le bras de Hale. Puis, le Cow-boy prit son arme et tira deux coups dans le torse du Navy Seal qui tomba au sol.

Evans tourna la tête en entendant deux coups de feu et il vit Nathan tomber au sol en lâchant son couteau. Les tirs n'avaient pas était mortel mais suffisamment précis pour rendre complètement inoffensif le terrien. Par réflexe, Dzëko se précipita vers Hale pour lui venir en aide et aucun Cow-boy ne bougea pour lui en empêcher, même Bill la laissa faire. D'ailleurs, le Goa'uld descendit de son trône pour se diriger vers Mercer...


- J'espère que vous savez tirer rapidement mon cher.

Puis, d'un signe du bras, il l'invita à prendre place. Un duel a mort allait débuter. Bill était un Cow-boy et donc avait l'habitude de ce genre de duel où la vitesse était primordial. Quand à Mercer, il fallait espérer que sa vitesse soit plus grande que celle du Goa'uld.


[Voilà voilà. Dernier post avant la fin. Quel sera l'issue à la fin de ce duel ? Vous le serez au prochain post. Sinon, n'hésitez pas à décrire plus en profondeur les sentiments de votre personnage, ce qu'il fait durant la bataille. Hale, je t'ai laissé le soin de décrire ton combat avec le geôlier, profites en. Sinon pour toute question, je suis là pour. Une semaine pour répondre, BON RP]

_________________


Nationalité : Russie, États-Unis
Matricule : AL-1973-512
Grade : 2nd Lieutenant
Fonction : Tireur d'élite
Arme de prédilection : Steyr SSG-69

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Josh Reynolds
----------------
avatar
----------------
Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 7724

Arrivé au SGC : 13/01/2009

Age du Joueur : 24


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
645/3200  (645/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Ven 20 Mai - 1:06

Montant les quelques marches de l’abri deux à deux, Evans se rapprochait rapidement des ennemis restés à l’intérieur - et bien sûr en train de sortir - et déchargeait donc son arme sur ceux qui se trouvaient devant lui sans plus se poser de questions. Quand vint le dernier cow-boy, juste en face du terrien, celui-ci savait que son chargeur était vide et qu’il n’avait pas le temps de refaire le plein. Il se contenta donc d’un mouvement relativement efficace de le frapper en plein visage avec la crosse de son arme, avant de laisser Lang le finir avec une balle dans la tête. Et dire que deux ans auparavant les rares balles que tirait Evans n’étaient destinées qu’à neutraliser…

Le ménage fait, il fallait faire venir les autres, encore sous feu ennemi, à découverts. Le sergent se plaça donc à la fenêtre à gauche de l’entrée tout en rechargeant son arme, et dès la vitre cassée se mit en position pour tirer. Il espaçait le plus possible ses tirs afin d’économiser les munitions, car évidemment la plupart des balles ne faisaient pas mouche. Trop nombreux. Trop bruyant. Trop chaotique. Trop « tout » pour être efficace, surtout que ce n’était pas sa formation de base.

// Mercer, grouillez-vous ! // lâcha-t-il dans sa radio en attendant avec impatience que ses coéquipiers les rejoignissent à l’abri. Malheureusement, c’était loin d’être facile : un des soldats envoyés en renforts se fit en effet neutralisé rapidement. Peut-être une décharge de Zat seulement, mais une décharge de Zat tout de même. Et dès qu’un des leurs tombait, le risque de voir ses coéquipiers se faire prendre en otages augmentait de façon exponentielle. C’était certes déjà le cas de Hale, mais pouvait-on considérer cet homme-là comme un coéquipier ?
Bien sûr, ensuite, la situation empira très vite. Sous la pression d’un bâton de dynamite, Lang et deux autres hommes durent courir le plus vite possible pour sauver leurs vies. Et si Lang se fit propulser dans la maison, si un des deux autres terriens avait atterri non loin d’eux, le dernier n’avait de toute évidence pas réussi à s’en sortir. Sous le choc, Evans resta un instant sans tirer, observant la position où se trouvait quelques secondes auparavant le soldat encore en vie à ce moment-là. Il déglutit difficilement, car cette fois-ci la mort de ce coéquipier était une conséquence directe de ses décisions. Lui qui depuis quelques temps faisait tout pour dénoncer les officiers incompétents, il devait à présent admettre qu’il faisait partie de ces hommes-là…

*T’as rien pu faire, t’as rien pu faire…* se répéta-t-il plusieurs fois pour digérer cette perte. Et c’était le cas : au SGC, on n’abandonnait pas ses coéquipiers, et sauver Hale n’était donc pas une option mais une nécessité.

Reprenant conscience des combats faisant rage tout autour de leur position, Evans ordonna aux deux derniers hommes encore disponibles de continuer à tirer pour le couvrir. Pendant ce temps-là, il ramena le soldat inconscient juste de l’autre côté du mur à l’intérieur du baraquement et l’étendit à côté de Lang. Au moins là il risquerait moins les balles.

// Qu’est-ce que vous foutez, Mercer ?! A ce rythme dans deux minutes on est mort, alors faites tout sauter s’il le faut mais ramenez vos putains de fesses à la c… //

Deux. Cela faisait déjà deux fois qu’on lui faisait le coup. Il parlait, tranquille, et hop! quelqu’un le poussait sur le côté pour qu’il se mangeât vigoureusement le sol à côté ! Autant dire que c’étaient deux fois de trop. Encore prêt à s’énerver une fois de plus sur le gêneur, Evans se rendit alors compte que le gêneur en question était plutôt un protecteur, qui venait juste de lui éviter une décharge de Zat. Il ne s’en était jamais prise, d’ailleurs, mais c’était tant mieux ; c’était le genre d’arme à court-circuiter le cerveau et à vous rendre maboule en moins de deux.
Et en parlant du chiffre « deux », c’était justement celui qui caractérisait désormais le groupe Béta : deux hommes, deux militaires, qui devaient défendre une position intenable pendant une durée interminable. En tout cas la machine était à présent en marche : les mains du sergent tremblaient à un rythme régulier à force de tirer dans tous les sens. Il transpirait, sentait la sueur coulait le long de ses doigts et de son front. Et pourtant il devait repérer, viser et neutraliser les ennemis, un par un, pour espérer s’en sortir vivants.
Ce rythme régulier ne s’arrêta que lorsqu’un nouveau projectile heurta le sol du baraquement. Evans y jeta un petit coup d’œil rapide avant de comprendre que c’était un bâton de dynamite. Que faire ? Fuir ? Mais comment transporter tous les blessés à temps ?

- MA MAMAN M’A TOUJOURS DIT, dit-il haut et fort à l’attention des cow-boys au-dehors en récupérant l’explosif, QUE JOUER AVEC LE FEU, C’EST MAL ! TERRORISTES ! conclut-il en lançant la dynamite au loin et en se baissant pour se protéger des débris. Quand il se redressa, il s’aperçut que Lang avait repris conscience, et qu’ils étaient maintenant trois à affronter leurs assaillants.

- La Belle au Bois Dormant a bien dormi ? Parce que les siestes, c’est entre 13h et 15h. Pas après. Demandez conseil à votre médecin !

Et le médecin en question se remit à tirer. Encore, encore, et encore. Toujours. En fait, on ne pouvait jamais se rendre compte à quel point une fusillade était fastidieuse avant d’avoir à en subir une soi-même. Sans parler des pertes humaines - le troisième militaire venait d’être touché à son tour - et des petites surprises régulières : l’arme du docteur Dablord était de nouveau HS.

*Mister Emmerdes 2011. Félicitations Evans !*


Jetant son fusil d’assaut par terre, il récupérait l’arme d’un autre soldat quand il se fit une fois de plus écarté de la scène.

- MAINTENANT Y EN A MARRE ! A chaque fois je finis à terre, ça commence à bien faire !

L’explosion qui suivit le fit pâlir la seconde d’après, et par la même occasion comprendre pourquoi il était une fois de plus au sol - mais trois rencontres avec le plancher en une mission, c’était un record tout de même.

- C’est quoi votre prénom ? enchaîna-t-il en changeant totalement de ton pour remercier l‘Anthony en question. Par contre, vous seriez gentil de vous relever, parce qu’à ce rythme, hein… Anthony devait avoir les oreilles bouchées à cause de la détonation, car visiblement il n’avait rien entendu. JE DISAIS QUE JE COMMENÇAIS AVOIR MAL AUX MAINS !

Ils se remirent finalement tous deux debouts, Evans se grattant l’intérieur des oreilles pour espérer faire revenir le son le plus vite possible. Et ce fut donc dans cette position qu’un cow-boy arriva nez à nez avec eux, leur ordonnant aussitôt de se rendre. Complètement las, le docteur Dablord obéit pour une fois sans protester, sans rien dire. Il commençait même à se dire qu’ils allaient pouvoir se reposer un petit peu en cellule quand une nouvelle explosion retentit, faisant tourner la tête du cow-boy.

*On ne sera décidément jamais tranquille.*

Il s’empara alors avec la même lassitude de son HK USP et exécuta par la même occasion l’étourdi, leur permettant de retrouver leur liberté et par conséquent de retourner au combat. Il tira la première balle dans le torse, surprenant la cible dont les yeux s’agrandirent sous la douleur, et ajouta trois balles de plus pour s’assurer que l’homme était effectivement neutralisé et qu’il ne risquerait pas de les abattre dans le dos comme Eversman. Et la bonne nouvelle arriva enfin : Mercer et son groupe avaient pénétré dans le fort et étaient sur le point de les rejoindre !

Quand ils vinrent à la rencontre du caporal, au milieu du fort, les lieux semblaient bien calmes. A croire que quelqu’un allait encore une fois leur tirer dessus au moment le plus inopportun - mais y avait-il un moment opportun pour se faire tirer dessus ?

- Quatre d’entre nous sont inconscients. Et… on a perdu un homme.

Faisant comprendre à Dzëko et à l’autre médecin que les blessés n’étaient pas urgents, ils entamèrent alors à eux huit la sécurisation de la zone. C’était même plutôt facile, et pour cause : ils se rendit vite compte que les derniers cow-boys encore en vie avaient rejoint les gardes serpents autour de Bill le Damné, assis sur un trône. C’était donc l’heure des présentations.

- Billy Billy… commença le docteur Dablord en s’avançant seul face aux adversaires. Comme c’est un speed dating un peu particulier, je vais faire le plus bref possible. Je suis le docteur Evans Dablord, de la Terre. Mais malgré les apparences on n’est pas obligé de s’entretuer, parce que comme qui dirait : « moi dans la vie j’avais deux ennemis : le vocabulaire et les épinards. Maintenant j’ai la botte secrète, et j’mange plus d’épinards. Merci mon chien, au revoir m’sieur-dame. ».

Visiblement le Goa’uld ne dut pas saisir tout l’humour de la phrase, car il répondit totalement à côté de la plaque.

- En fait il faut rendre à César ce qui est à César : ce n’est pas « mon peuple » qui est fortement intéressant… Nan nan, c’est juste moi. Ah si, ‘y a quand même Lang qui est marrant dans son genre - encore que je le trouve parfois un peu coincé, pas vous ?… En tout cas, moi j’ai envie de dire : « faisons l’amour, pas la guerre ! » - par contre vous avez compris que c’est une image, j’espère ? Parce que sans vouloir vous vexer, vous êtes pas trop mon genre… Je vous verrais plutôt avec Hale, pour être franc. Enfin bon…

Et l’Affreux Billy proposa pour seule réponse un duel. Un duel ! Et puis quoi encore ?! Pourquoi pas un bridge pendant qu’ils y étaient ?!

- Euh… Non… Non, ça ça ne va pas être possible. Parce que déjà, nous on n’est pas de « vrais cow-boys ». Nous on est juste là pour casser du serpent et mettre un petit peu d’insecticide sur la Vermine. Surtout pour la Vermine, d’ailleurs. Et…

Alors, contre toute attente, Mercer se proposa de lui-même pour affronter le Goa’uld dans le duel. Evans n’en revenait pas, et resta un moment stupéfait avant d’aller discuter de ça avec le caporal à l’écart.

- Ne faites pas ça, Mercer. C’est un Goa’uld. Il est rusé, retord, perfide, ambitieux, tout ce que vous voulez, mais en tout cas il n’est pas suicidaire. S’il propose ce duel, c’est qu’il a déjà une idée derrière la tête, et il y a toutes les chances de penser que vous n’en ressortirez pas vivant, et nous non plus par la même occasion. Si vous acceptez ce duel, je ne pourrai rien pour vous… Il le fixa dans les yeux plusieurs secondes, cherchant à savoir à quel point le caporal était déterminé et quelles étaient ses réelles motivations. Je ne peux pas vous demander de faire ça…

Néanmoins, Mercer avait de toute évidence déjà fait son choix, et il le confirma officiellement quelques instants plus tard. Et puis Hale refit son apparition, comme par magie. Une soit dit en passant bien brève apparition, puisqu’il se retrouva face contre terre en moins de temps qu’il en fallait pour le dire, deux balles dans le torse. Et vlan, dans les dents ! Dzëko le rejoignit bien sûr aussitôt pour aller l’examiner, et Evans ordonna d’un signe de tête à son confrère de s’occuper aussi de Hale : non seulement ils avaient assez d’un mort pour cette mission, mais en plus à leur retour Hale devait être en état pour affronter la CIS et les gradés de l’Air Force. Et ce moment-là, le médecin ne voulait en aucun cas le louper…

C’était maintenant l’heure du duel. Alors que les deux hommes se mettaient en place, le docteur Dablord réfléchissait à toute vitesse pour essayer de trouver une solution pour sauver Mercer. Il était en effet certain que le Goa’uld avait tout prévu, et sans intervention extérieure le caporal était déjà mort. Et la seule idée lumineuse que le sergent trouva fut en regardant sa montre… Une idée lumineuse. Littéralement.

_________________


>> Fiche / Dossier
>> #771215


Anciennement Evans Dablord : Fiche / Dossier
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Hale
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 142

Arrivé au SGC : 09/03/2011

Age du Joueur : 21


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 32 ans
Profession: Navy Seal
๏ Expérience:
55/3200  (55/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Sam 21 Mai - 14:23

Nathan pouvait entendre de sa position les échanges de coup de feu entre cowboy et soldat du SGC, il reconnaissait facilement les coups de feu des armes terriennes, la mélodie de la mort. Il prit cependant un air satisfait lorsqu'il entendit une explosion, cela devait sûrement être un vrai champ de bataille à l'extérieur. ale avait les boules, il allait tout raté avec cette connerie de serrure. Les couteaux suisses, c'étaient pratique, mais pas si pratique en réalité. Il effectua un raclement de gorge et la porte s'ouvrit avec un deuxième cliquetis. Le Navy Seal jura en même car sa seule arme venait de se péter en moins de deux, plus de couteau mais il restait d'autres fonctionnalités.
Il s'avança alors d'un pas calme en dehors de sa cellule miteuse et remarqua la présence du gardien entrain de tirer à l'extérieur, il se précipita donc pour le neutraliser et s'emparer de son arme mais à ce même moment un autre type dans sa cellule l'interpella.


- HEY MEC !!!!! FAIS MOI SORTIR D'ICI AUSSI !!!

- Fermes ta gueule gros con !!

Après lui avoir lancé un regard furieux et se retourna pour s'occuper du geôlier. Celui-ci le regardait droit dans les yeux. Pendant quelques secondes ils attendirent que l'un se jette sur l'autre. Le cowboy transpirait à grosses gouttes, le Navy Seal affichait un large sourire pour le déstabiliser. En une fraction de seconde le cowboy dégaine et Hale se jeta sur son poignée, le tir manqua de peu sa tête. Hale lui retourna le bras le faisant lâché son arme, cependant le cowboys se dégagea et lança un violent coup de pied que Hale esquiva avec difficulté, sa jambe était comme un poids sans vie, Hale lança alors un droite puis une gauche dans la tête du cowboy dont le chapeau s'envola plus loin, il cracha le sang et se rua sur le soldat, l'attrapant à la taille, l'enfonça dans le mur. Nathan envoya plusieurs coup de poing dans son dos avant de lui balancer un sacré coup de genou dans la face, le cowboy était recouvert de sang. Il tenta une dernière opération et envoya son poing dans le ventre du Navy Seal qui fut surpris du coup et cracha lui aussi du sang, mais reprit son équilibre et frappa violent son adversaire au genou ce qui le fit tombé, il l’attrapa ensuite à la gorge et l’asphyxia sans émotion. Dans un dernier gémissement le cowboy tomba à terre sans vie.

Hale ramassa alors son arme et passa devant les cellules, une part une, chacun de leurs occupants lui demandaient la liberté mais il était bien trop pressé pour s'attarder du sort de ses prisonniers, une fois ce putain de chef buté, il reviendrait peut-être. Il passa la porte mais glissa sur un petit caillou se qui le fit tombé en arrière et lui permit d'esquiver une rafale de balles. Un coup de chance. Il se releva et observa rapidement la situation, cela semblait fort être un combat de western. Le chef était la aussi, dans son trône doré à rigoler comme une merde, Hale releva l'arme et le visa, puis pressa la détente mais rien ne se passa.

- Putain ça fait deux fois que ces putains d'armes ne fonctionnent pas ! Fait chier bordel de merde !!

Il progressa cependant discrètement dans tout le fort sans trop trouver de difficulté car les cowboys étaient bien trop occupés avec leurs adversaires. Mais en passant devant un baraquement il vit un homme en sortir tenant une carabine en main. Après quelques secondes d'hésitation de sa part, Hale décida lui-même d’ouvrir le bal envoyant son couteau ou pour être exact son tourne-vis. L'arme se logea dans la gorge du cowboy qui s’effondra lentement au sol en gémissant de douleur, le Navy Seal retira alors son couteau suisse avant de se remettre en route.

Le chef était là avec ses gardes serpents, Evans aussi avec un autre soldat qu'il ne connaissait pas. Personne ne remarqua le Navy Seal qui fit le tour et attendit le bon moment pour abattra sa cible. Le soldat inconnu avait eu la mauvaise idée d'affronter le chef en duel, avait-il oublié que les cowboys étaient les meilleurs à ce petit jeu ? Hale vit la bonne occasion et se rua sur le type le couteau en position. Cependant lors de son impulsion, il s'appuya sur sa jambe lourde, ce qui ralentit l'effort qu'il allait produire pour envoyer son coup de couteau. Le chef des merdeux eut le temps d'esquiver, attrapa le bras de son assaillant et lui tira deux balles sur le torse le faisant tomber sur le sol. Il percuta lourdement la surface poussiéreuse, il sentit d'ailleurs quelques un de ses os craquaient sous le choc, ses yeux se fermaient tout seul et il tentait tant bien que mal de les ouvrirent pour observer la scène. En réalité, décrire la sensation lorsque l'on se prend une balle reste assez difficile à décrire, ça picote, ça brûle, ça paralyse, la tête qui tourne et le corps tout transpirant. Hale relâcha tous ses muscles, et ne bougea plus d'un pousse, par lui-même son corps essayait d'affaiblir les douleurs avec les endorphines, mais d'ici là il fallait serrer les dents. Dzëko se dirigea alors vers lui.

- J'en ai vu des vertes et des pas mûres, c'est rien pour moi ça, annonça dit le sourire aux lèvres, d'un ton ironique, en toussotant du sang sur sa manche.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Lang
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 2961

Arrivé au SGC : 20/02/2011

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
687/3200  (687/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Sam 21 Mai - 23:05

Continuant d'être submergé par le nombre d'ennemis, Anthony suivit Evans qui avait repéré un baraquement pas loin d'eux et dans un zone un peu plus dégagée. Sauf, que cette zone ne fut plus dégagée longtemps: des cowboys en sortirent, pistolet sorti. Heureusement pour Anthony et ses coéquipiers, ils devaient juste se réveiller de leur sieste car ils n'avaient pas l'air très vifs à réagir face aux soldats qui approchaient. Regardant la scène d'un air surpris, quelques tirs suffirent à les mettre hors-jeu. Si seulement tous les autres cowboys étaient aussi ahuris, ça aurait été beaucoup plus simple... Autour d'eux, les tirs continuaienet de fuser malgré cela, Anthony essayait de garder son sang froid. C'est une des leçons que ses premiers instructeurs lui avait appris: dans ces situations ce qui faisait souvent la différence entre un soldat mort et un vivant, outre une part de chance, c'était la capacité à réfléchir et rester concentrer malgré la pression et à ne pas se laisser dépasser par les évènements. Plus facile à dire qu'à faire mais ce n'était pas une bande de cow boys soumis à une extraterrestre visqueux qui allait l'empêcher de finir sa mission!
Alors qu'il rechargeait son arme, un tir atteint un soldat situé derrière lui. Après une rapide estimation de la distance entre lui et les cowboys, Anthony lança à un autre soldat à côté de lui:


"Eh, aide moi à le transporter jusqu'au baraquement"

Ils s'éxécutèrent et saisirent le soldat à terre chacun par un bras, gardant ainsi une main de libre pour continuer à tirer et le trainèrent sans ménagement, pas le temps de faire dans la délicatesse. Pour compliquer l'affaire, il semblait à Anthony qu'une bonne partie des tirs leur étaient destinés. Un tir effleura même Anthony, lui laissant une entaille au bras gauche. A l'approche du baraquement, un soldat les couvrit pendant qu'ils transportaient le blessé. Soudain, un bruit alerta Anthony qui, tournant la tête, vit avec effroi un bâton de dynamite qui venait d'atterir à l'endroit où ils étaient une seconde auparavant.

"Allez les gars! On fonce!"cria-t-il à l'adresse des deux soldats avec lui, apparement Evans devait déjà être dans le baraquement.

Ils tracèrent tout droit, sous les balles, trainant toujours le malheureux soldat inconscient mais ce dernier les ralentissant, ils ne purent s'éloigner assez de la dynamite avant qu'elle n'explose. Le bruit de l'explosion retentit dans leurs oreilles, alors qu'ils furent propulsés dans le baraquement. Sous la puissance du souffle, Anthony lacha la soldat et se retrouva projeté contre un tas de matériel, contre un mur. Anthony eut tout juste le temps de ressentir un choc violent au niveau de sa tête avant de s'effondrer et de perdre conscience.....

....
Des coups de feu résonnaient dans sa tête. Les yeux encore fermés, Anthony mis quelques secondes à les entrouvrir et se remettre dans le contexte. Une fois que se fut fait, il eut un sursaut et se redressa aussi vite que possible même si sa tête lui faisait atrocement mal. En se touchant l'arrière du crane, il senti du sang, en quantité raisonnable. Regardant autur de lui pour voir la situation, il aperçu un soldat qu'il espérait uniquement inconscient et Evans, en train de se défendre comme il pouvait face aux ennemis. Il saisit son arme et se remit aux côté du sergent en tirant sur tout ce qui était visible.


"La Belle au Bois Dormant a bien dormi ? Parce que les siestes, c’est entre 13h et 15h. Pas après. Demandez conseil à votre médecin !"

"Ah! Pardon, je connaissais pas les horaires, vous aurez qu'à retenir la sieste sur mon salaire..."
gueula Anthony piur se faire entendre avec tout ce rafut.

Peu de temps après, Anthony vit Dablord jeter son arme à terre et en chercher une autre, apparemenet il été à cours de munitions. Lang lui en aurait bien prêté mais lui aussi devait faire gaffe à les économiser. Il en était déjà à son 3è chargeur, et il y avait encore du monde à descendre... Il entendit aussi un petit bruit désormais familier sur sa gauche: un autre baton de dynamite. Une rapide évalution de la situation lui montra qu'il n'y avait pas 36 solutions. Il s'écarta rapidement tout en s'élançant sur Dablord, qui ne l'avait pas vu, pour le mettre à terre. L'explosion lui éclata les oreilles qu'il s'empressa de boucher avec ses mains. Sa tête lui faisant déja mal, ça n'arrangeait pas les choses. Il senti aussi des bouts de bois lui atterir dessus. Evans, protégé par Anthony, remua pour essayer de se dégager. Il semblait dire quelque chose mais Anthony n'entendiait plus rien, sauf un gros bourdonnement dans les oreilles. Il se releva et aida Evans à faire de même. Commençant tout juste à retrouver ses esprits, il vit un cow boys s'approcher d'eux en leur demandant queque chose qui ressemblait à "enéouououetor"! Enfin c'est ce qu'il en comprit à travers le bourdonnement qui commençait à diminuer peu à peu dans sa tête. Vu la situation, ce brave homme devait leur demander de se rendre. Apparement Dablord en avait marre et s'apprêtait à se rendre, mais alors qu'Anthony visualisait la meilleure manière de le descendre sans se faire tirer dessus, une autre explosion, plus lointaine retentit. Le cow boy tourna le regard dans cette direction, quelques secondes d'inattentions qui lui valurent quelques balles de la part de Dablord. Un message radio arriva aussitot après annonçant l'arrivée des renforts. Effectivement, des tirs et des cris se firent entendre un peu plus loin, s'approchant. Evans s'élança dans cette direction, suivit par Anthony. Encore quelques tirs et la zone fut dégagée. Ils tombèrent nez à nez sur Mercer et ses hommes.


"Ravi de vous voir mais vous savez, on maitrisait pas mal la situation" dit-il ironiquement.

La nouvelle équipe se dirigea vers Billy, descendant sans ménagement les rares cow boys restants. Les derniers se trouvaient autour de Billy, à la manière d'une escorte.

Dablord mena les présentations d'usage. Mais Billy alla droit au but et proposa un duel. Les soldats se regardèrent un peu surpris, ce n'était pas trop dans les habitudes de l'armée. Duel/pas duel. Sans être un lâche, Anthony ne le sentait pas trop vu son état. Il avait tendance à réfléchir un peu au ralenti et ses capacités étaient amoindris par les diverses explosions auxquelles il avait été exposé. Dablord ne semblait pas très chaud non plus mais Mercer se désigna très vite volontaire. Mercer? Anthony avait du mal à l'imaginait en Clint Eastwood mais il semblait bien décidé à y aller. Même les protestations de Dablord ne l'empechèrent pas de s'avancer vers Billy.
C'est à ce moment que Hale refit son apparition, vite stoppé par deux balles.

*Tiens le revoila lui! On l'avait oublié...*

Mais son esprit revint vite sur la scène se déroulant devant lui: Mercer et Billy se préparant au duel. Anthony senti ses muscles se crisper. Il ressera ses doigts autour de son arme, prêt à intervenir si besoin. Le silence se fit, renforçant la tension...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aleksandr Lekaterina
----------------
avatar
----------------
Sous Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 8245

Arrivé au SGC : 27/12/2006

Age du Joueur : 28


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 38 ans
Profession:
๏ Expérience:
518/3200  (518/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Jeu 26 Mai - 12:54

C'était certainement la seule solution pour éviter d'autres morts ou blessé. Mercer s'était donc proposé volontaire pour un duel à la Western entre lui et Bill. Alors que Dzëko s'occupait de Hale qui essayait de garder les yeux ouverts bien malgré lui, tout le reste s'était tourné en direction du duel. Les deux hommes se faisaient désormais face, attendant le signal pour tirer le plus rapidement. Le Caporal utilisera son 9mm dans cette confrontation tandis que le Goa'uld possédait des revolvers type des années Western. Puis, un Cow-boy s'avança entre les deux hommes, observant chacun d'eux. Le silence était pesant en cet instant, personne n'osait dire un mot, subjugué par ce duel. Puis, le Cow-boy laissant une pièce en l'air. Ainsi, quand elle touchera le sol, cela voudra dire qu'ils pourront tirer. La pièce montant dans les airs pour finalement redescendre rapidement et bien évidemment, toucher le sol.

Le bruit caractéristique d'une pièce touchant le sol résonna dans le fort, Mercer attrapa son 9mm... Malheureusement, il avait encore la main sur son arme quand un tir fut entendu. Bill avait déjà sortit son arme et avait fait feu sur le Caporal. Le Terrien tomba au sol lourdement tandis que l'un des médecins alla voir son état. L'issue de ce duel ne surpris pas les terriens, il était évident qu'aucun d'eux n'avaient la capacité à affronter Bill en Duel. D'ailleurs, le reflet du soleil avec sa montre sur le visage de Bill venant de Evans n'avait pas marché. Le Goa'uld se tourna de nouveau vers les militaires...


- D'autres volontaires ?

Pour une mort assuré ? Certainement pas. Enfin, peut être pas mort car le médecin donna des nouvelles du Caporal qui était toujours vivant. Cependant, le tir avait été précis et il lui resterait pas longtemps à vivre qui il ne recevrait pas des soins médicaux très rapidement. Enfin, il fallait trouver une solution mais pour l'instant, rien ne vient à l'esprit du Sergent, à part combattre de nouveau et risquer des vies inutiles. Surtout que maintenant, ils étaient tous exposé aux tirs ennemis. Alors pour gagner du temps, Dablord commença à blablater espérant quand cela marche. Malheureusement, Bill coupa Evans rapidement dans son spitch...

- Arrêtez de déblatérer inutilement Tauris. Affrontez moi en duel ou mourrait sur le champs.

Bill ne reçut pas la réponse souhaité, en effet, Evans demanda si il y avait une solution caché dans ce duel. Le genre de solution qu'on trouve dans les jeux vidéos pour s'en sortir sans problème. Mais visiblement, le Goa'uld n'avait pas comprit la blague et le Sergent avait encore fait un four, dur public ses serpents visiblement. Mais il fallait quelqu'un pour ce duel. Ne voyant pas d'autre solution, le Sergent allait s'apprêter à demander à ses hommes de ce préparer pour le combat quand une voix s'éleva dans le fort.(music Smile )

- BILLLLLLLLLLLLLLL !!!!!


Toutes les têtes se tournèrent et devant le fort, se trouvait William, s'avança d'un pas décidé vers Bill le Damné. D'ailleurs, celui-ci eut un grand sourire en voyant William arriver. On pouvait lire dans les yeux du villageois toute sa détermination, prêt à en découdre avec le Goa'uld et à libérer son village de sa cruauté. Les terriens se seraient presque cru dans un remake de film Western. Le gentil arrivant au dernier moment pour venir tuer le Grand méchant.

- William !!!! On n'attendait plus que toi !!! J'espère que tu n'es pas là pour me provoquer en duel. Te souviens tu pas ce qui est arrivé à ton frère ?
- Oh que si je m'en souviens. Et Je suis venu te terrasser une bonne fois pour toute.
- C'est ce qu'on verra.


Le Goa'uld semblait plutôt content de ce duel tandis que William arrivant en face de Bill, à la distance nécessaire pour commencer ce duel. Le Silence refit son apparition. Les terriens espéraient que ce villageois serait assez compétant pour arriver à neutraliser le Goa'uld. Le Cow-boy à la pièce arriva et lança la monnaie dans les airs. Puis, comme précédemment, celle-ci toucha la sol et le duel commença. Les deux sortirent leur arme rapidement mais un tir retentit dans l'enceinte du fort. Qui avait été touché ? Difficile à dire car aucun des deux ne bougeaient. Finalement, ce fut William qui tomba au sol. Bill fit tourner son arme entre ses doigts et rangea son revolver.

- HA HA HA !!!! Personne ne peut me vaincre !!!!

Le Goa'uld leva les bras au ciel tandis que Dzëko et Hale avait rejoint le groupe. Nathan était conscient mais avait bien du mal à interagir avec les autres. Puis, Bill se tourna vers le Sergent Dablord, le pointant du doigt. Le Goa'uld allait s'apprêter à dire quelque chose quand une balle lui arriva en pleine tête. Observant l'auteur du coup de feu, les terriens virent qu'il s'agissait de William qui s'était relevé...

- Un Duel est terminé quand l'autre est mort pauvre con.


Alors ça, c'était plutôt une bonne chose pour les militaires, enfin du moins, ils le pensaient avant de voir tous les cow-boys attraper leur arme et les pointer vers les terriens. Eux qui pensaient être débarrassé de cette histoire en tuant le chef, ce n'était qu'une illusion. Mais contre toute attente, Dzëko s'avança vers le Sergent et lui dit...

- On devrait se mettre à terre mon Sergent, je vous le conseil si vous ne voulez pas être prit dans l'explosion.

L’explosion ? Quelle explosion ? Puis, il vit un détonateur de C4 dans la main du Soldat. Sans se faire prier, Evans ordonna à tout le monde de se coucher au sol. Les Cow-boy commencèrent à sourire quand soudain, le trône explosa en mille morceau tandis que les cow-boy volaient un peu partout. En faites, Dzëko en avait profiter pour poser une charge de C4 sur le trône pendant que tout le monde avait les yeux rivés sur le duel. Ainsi, elle aurait pu faire exploser le Goa'uld quand celui ci aurait rejoint son trône. Mais dans cette situation, cela avait permis à déstabiliser les truands. Par conséquent, les terriens purent se relever et neutraliser tous les cow-boys restant.

Le ménage avait été donc fait dans le fort, Bill avait été tué et les villageois sauvé. Dans les rangs terriens, on dénombrait qu'une seule perte. Le courage de cet homme ne manquera pas d'être oublié et souligné. Ainsi, chacun pu retourner d'où il venait. Les terriens retournèrent sur Terre. Les blessés furent prit en charge rapidement. Evans prit le soin de menotter fermement Hale pour éviter qu'il fasse d'autre caprice. Le Sergent comptait bien l’amener devant O'Neill et Layer pour avoir mit en danger le cours de cette mission. William se remit de sa blessure et fut nommé nouveau shériff de la ville. Il deviendra l'un des plus grands défenseurs de la justice de son temps. Quand au jaffa rebelle, les Terriens n'avaient pu partir à leur recherche vue la tournure des événements. Espérons qu'ils ont retrouvé refuge sur leur planète.


[Voilà c'est la fin. Bon je sais, pour le dernier post, vous n'avez pas grand chose à faire que regarder. Comme c'est le dernier post, je vous laisse me noter juste après votre post. Je ferais vos notes après vos post. Comme d'habitude, 1 semaine pour répondre. BON RP.]

_________________


Nationalité : Russie, États-Unis
Matricule : AL-1973-512
Grade : 2nd Lieutenant
Fonction : Tireur d'élite
Arme de prédilection : Steyr SSG-69

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Josh Reynolds
----------------
avatar
----------------
Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 7724

Arrivé au SGC : 13/01/2009

Age du Joueur : 24


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 30 ans
Profession: Militaire
๏ Expérience:
645/3200  (645/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Ven 27 Mai - 0:19

Sur une planète à deux soleils, on pouvait s’attendre à tout. Des Réplicateurs, des Goa’ulds, des esclaves, d’atroces bêtes sorties tout droit des feux de l’Enfer… Le docteur Dablord avait pour ce genre de spéculations une imagination débordante, mais une chose était sûre : jamais il ne se serait attendu, en quittant le SGC la veille, qu’il aurait l’occasion d’assister à un véritable duel de cow-boys. Face à face. En tête à tête - et dos à dos. A la nuance près qu’aucun des deux n’était réellement un cow-boy, finalement… Une journée de western, en fait. Et tout le monde le savait déjà pertinemment : dans les westerns il y avait toujours des morts. Que faire, donc, pour résoudre le problème ? Evans n’avait aucune solution efficace. Il est totalement impuissant face à une telle situation… et c’était justement dans de telles situations qu’il avait besoin de Matt. Lui était le parfait militaire prêt à en découdre avec n’importe quoi, alors qu’au contraire le docteur Dablord n’était efficace que s’il existait un moyen subtile de remporter la partie. Et il n’y en avait pas.

Désespéré par ce qui allait inévitablement arriver quelques minutes plus tard, le sergent Dablord regardait passivement Mercer se mettre en position. Parfois il tournait à nouveau la tête vers le Goa’uld, scrutant une quelconque preuve de tricherie qui pourrait être en leur faveur, cherchant à anticiper un mouvement traître… Mais il n’y avait rien. Rien à analyser, rien à comprendre, rien à résoudre. Evans ne pouvait que rester passif, et cela l’en rendait complètement malade. Comment donc rester debout, sans bouger, alors qu’un de ses hommes allait prendre un énorme risque pour gagner un combat quasiment perdu d’avance ? Les probabilités étaient d’ores-et-déjà établies : Mercer avait neuf chances sur dix de se faire abattre. Et pour une fois, aucun miracle ne semblait se profiler à l’horizon…

Commençant à sautiller sur place, remuant les bras et les jambes pour calmer son stress, le médecin avait sa main non loin de son arme, au cas où les choses tourneraient mal… Mais même s’il ressentait une énorme envie de faire les cent pas pour s’occuper, il s’obligeait à rester le plus immobile qu’il le pouvait. Au moindre geste brusque qu’il pourrait faire, Mercer pourrait être déconcentré de sa mission l’espace d’une seconde, une seconde qui permettrait sans nul doute au Goa’uld de l’abattre.
Ses yeux fixés sur sa montre, Evans commença le plus discrètement possible à orienter son avant-bras pour que lorsque Bill se retournerait, il eût les soleils dans les yeux. Ce n’était pas grand-chose, mais cela pouvait faire toute la différence. Il n’y avait plus qu’à espérer que les Goa’ulds fussent aussi sensibles au soleil que pouvait l’être Evans…

La pièce fut lancée en l’air. Si celle-ci ne resta pas bien longtemps en lévitation, les quelques instants en question parurent une éternité pour le terrien responsable du groupe. Quand la pièce toucha enfin le sol, Evans sentit son cœur battre de plus en plus fort, tambourinant pour protester face à ce qui était en train de se produire… Les deux duellistes se retournèrent, pour un observateur extérieur exactement au même moment, et un coup de feu partit. A la façon dont se déforma alors le visage de Mercer, Evans comprit aussitôt qu’ils avaient perdu… Pour un médecin, impossible de ne pas reconnaître la souffrance qu’affichait un homme après s’être fait tirer dessus. Et quand le caporal chuta pour violemment tomber sur le sol plein de poussière, le sergent referma les yeux l’espace d’un instant, tentant de se détacher de l’échec monumental que représentait cette mission. A présent, il était clairement hors de question de revenir travailler au SGC. Il ne fallait plus qu’une mission de routine s’envenimât à ce point. Il fallait faire changer les choses…

Les pensées du docteur se dissipèrent dès qu’il rouvrit les yeux. Alors qu’il n’avait pas bougé d’un pouce, il vit sur sa gauche un médecin accourir pour secourir Mercer… Une minute ! D’où sortait-il ? Evans était sûr d’être resté totalement immobile, et il était tout aussi sûr d’avoir ordonné à l’autre médecin de soigner Hale. Ceux qui s’étaient faits neutralisés par une décharge de Zat’nik’tel étaient-ils donc déjà réveillés ?… Pivotant sur lui-même, les yeux du sergent confirmèrent sa déduction. Tous les autres les avaient rejoints, sans même chercher à sortir du camp, à se mettre à couvert pour retrouver un effet de surprise, ou à fuir la planète pour demander de nouveaux renforts… Des incapables, tout simplement.

L’appel du Goa’uld ramena Evans parmi les Hommes. Bill voulait jouer. Bill voulait gagner. Bill voulait tuer. Il fallait arrêter ça, et c’était au plus gradé de s’en charger.

- Des volontaires ? répéta-t-il en se tournant face au maître des lieux. Des volontaires pour quoi, exactement ? Pour se faire descendre, l’un après l’autre ?! Vous croyez donc vraiment que votre statut de parasite arrogant et prétentieux vous assure une victoire en toutes occasions ? Les duels sont caractéristiques des êtres dans votre genre : des exemples de lâcheté, tout simplement ! Vous avez tellement peur d’affronter vos adversaires en face que vous préférez leur tourner le dos la majorité du temps, pour finalement faire croire à tout votre harem que vous avez le mérite de vous battre ‘à la loyale’ ! Comme si vous autres, Goa’ulds, aviez une telle conception de l’honneur !

- Arrêtez de déblatérer inutilement Tauris. Affrontez-moi en duel ou mourez sur-le-champ.

- Dites-nous la solution, alors ! C’est quoi ? Un mot de passe ? Une combinaison de couleurs ? Une série de pirouettes dans un ordre bien précis ?!

Cette mission était une catastrophe, du début à la fin, et c’était le moment d’arrêter le massacre : il fallait reprendre les armes.
Evans était d’ailleurs en train reprendre en mains son arme d’emprunt - un M4 avec lequel il n’était pas très à l’aise - pour abattre le Goa’uld, duel ou pas duel, quand un cri le stoppa dans son élan. Une voix qu’il avait déjà entendue récemment, d’ailleurs…
William ! Oh non, pas lui ! L’aimant à emmerdes était de retour, ce qui ne pouvait signifier qu’une seule chose : ils étaient définitivement foutus. Autant se pendre par ses lacets de chaussure, cela serait sans doute moins douloureux.
Pendant que le docteur Dablord se maudissait pour avoir pu être chargé d’une telle mission, quelques minutes suffirent à William pour imposer un nouveau duel et se mettre en place. Exténué, Evans ne cherchait cette fois même plus de solution de secours… Il verrait bien. Tout simplement.
La sentence tomba de la même manière que William fit son apparition : comme un cheveux sur la soupe. Le bon vieux Billy, au summum de son arrogance, se vanta alors d’être invincible, avant finalement de pointer du doigt le sergent… Et Bill se fit abattre. Bizarrement, Evans ne sursautait même plus : il se sentait depuis un moment tellement passif qu’il ne cherchait plus à comprendre, et quand on ne s’embarrassait plus de la situation, on n’était plus surpris par la tournure des événements.

- Oui ? tépondit aimablement le médecin avec un instant de retard alors que le Goa’uld était déjà à terre et parfaitement inoffensif. Malheureusement, si le grand méchant de l’histoire était définitivement neutralisé, ce n’était de toute évidence pas le cas des Jaffas. Oh, on connaissait le refrain : « machin est un Dieu, il survivra quoi qu’il arrive […] ». C’était redondant, à force de croiser aussi souvent la route de personnes si ignorantes.

- On devrait se mettre à terre mon Sergent, je vous le conseille si vous ne voulez pas être pris dans l'explosion.

- Ah oui, tout à fait… … … Quelle explosion ? se renseigna-t-il avant d’apercevoir dans la main de la jeune femme le détonateur d’un pain de C4. A TERRE !

Reprenant une nouvelle fois directement contact avec le sol poussiéreux - cela faisait si longtemps ! -, Evans se protégea la tête avec ses bras quand la détonation eut lieu. Lorsque le calme revint quelques secondes plus tard, le militaire vit atterrir juste devant lui un chapeau de cow-boy… sans le cow-boy qui allait avec. Sans se poser de questions à ce sujet, il reprit alors son M4 et abattit toutes les cibles qu’il avait en ligne de mire. Et la situation fut ainsi vite éclaircie.

- Allez, on lève le camp ! Rassemblez les blessés, et ramenez aussi le cadavre de notre homme. Que trois autres inspectent les baraquements. Récupérez les éventuelles technologies Goa’ulds que vous pourriez trouver, et libérez les prisonniers.

Les derniers ordres donnés, le docteur Dablord rejoignit Dzëko, qui se chargeait toujours du cas de Hale. C’était le moment de neutraliser la Vermine.

- Soldat de seconde classe Hale, commença-t-il solennellement en s’accroupissant près du blessé, des menottes en plastique dans une main. A partir de maintenant vous êtes mis aux arrêts, pour insubordination, désertion, compromission de mission participant à la défense de notre planète, crimes multiples, mise en danger de vos coéquipiers, mise en danger directe de la Terre par la prise de risque délibérée de perdre votre émetteur GDO, et enfin trahison. Considérez-vous comme prisonnier.

Se relevant d’un air satisfait, Evans ordonna à l’infirmière d’injecter suffisamment de sédatifs à Hale pour qu’il fût inconscient tout le trajet jusqu’à la Porte des Etoiles et qu’il ne pût se réveiller que quelques heures après leur retour au SGC. Il demandait une pure dose de cheval, finalement. Et ainsi, direction la maison !

_________________


>> Fiche / Dossier
>> #771215


Anciennement Evans Dablord : Fiche / Dossier
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Lang
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 2961

Arrivé au SGC : 20/02/2011

Age du Joueur : 30


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
687/3200  (687/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Lun 30 Mai - 23:53

A l apporche du duel, Anthony se sentait de plus en plus tendu. En voyant Mercer se diriger à pas lents mais sûrs vers sa position, Anthony culpabilisait un peu de ne pas y être allé. Mais c'est vrai que d'un point de vue stratégique, vu son état, il valait mieux que ça soit Mercer qui se soit désigné. En attendant le début du duel, Anthony s'essuya ses mains transpirantes sur sa veste et ressaisit son arme. Il jeta un bref regard vers Evans, juste à coté de lui. Il paraissait tout aussi concentré et tendu. Une fois les deux opposants face à face, le signal fut donné: une pièce fut lancée en l'air. Ce moment parut durer une éternité, pas un souffle de vent, pas un bruit, pas un mouvement. Puis le son de la pièce tombant par terre résonna aux oreilles d'Anthony. Il eut à pene le temps de comprendre ce que cela signifiait qu'un coup de feu parti... et Mercer s'écroule.

"Merde, Mercer..."chuchota Anthony.

Derrière lui, un médecin sorti du rang pour se précipiter auprès du caporal. Aucun cow boy ne l'en empecha. Pendant ce temps, Billy, fier de lui paradait devant eux, demandant si quelqu'un d'autre voulait y passer. Evans prit alors la parole, mais cela ne servit pas à grand chose, Billy voulant à tout prix son duel. Alors qu'Anthony dévisageait les autres militaires d'un air voulant dire "qu'est ce qu'on fait les mecs? Y a pas trop le choix...", une voix puissante retentit. Anthony sursauta et se retourna, imité par à peu près tout le monde. Et qui virent-ils arriver? Ce brave William, qui n'avait plus du tout l'air du "brave William". Il se tenait, imposant, à l'entrée du fort, fixant Bill. Une assurance qu'ils n'avaient jamais vu avant se dégager de lui. Il avança jusqu'à Bill. D'après ce qu'Anthony comprit, ils avaient un compte à régler tous les deux... Puis le cérémonial reprit: le placement, la pièce, le coup de feu, et William qui s'écroula.
Anthony ne voyait vraiment aucune solution à la situation. Bill était vraiment fort à ce jeu et pas d'autres moyens de s'en sortir ne lui venaient en tête. Jusqu'à quand cela allait t-il durer? Jusqu'à ce qu'il ait éliminé tous les militaires un par un?
Billy recommença sa petite frime d'après duel. Mais, coup de theatre, celle ci fut interrompue par un coup de feu. Le Go'auld s'effondra, touché à la tête. Anthony ne comprit pas sur le moment et regarda un peu partout autour mais il finit par voir William se relever plus ou moins difficilement.


"Un Duel est terminé quand l'autre est mort pauvre con"

Yes! William était en vie et avait régllé son compte à l'autre parasite. Anthony commença à se détendre, soulagé, lorsqu'il vi que les cow boys d'en face n'avaient pas l'air content, et se mettaient à les braquer. Il entendit aussi Dzeko souffler à Evans de se mettre terre à cause d'une explosion. Tout allait bien trop vite pour Anthony qui perdait de plus en plus le fil des évènements, mais ses réflexes militaires revinrent: il entendit "A Terre!" et sans réflechir, il se mit à terre. Deux secondes après une déflagration se produisit. Le souffle était assez puissant et avait tué de nombreux cow boys. Anthony et les autres se relevèrent vite et neutralisèrent rapidement les quelques survivants. Cette fois s'était bon! Bill était mort, ses acolytes aussi! Anthony souffla un grand coup, relâcha la pression sur son arme et alla aider un autre militaire à soulever le corps du militare tué. Evans leur ordonna de rentrer, ils avaient encore un peu de route avant de retrouver la porte. Sur le trajet, Anthony resta silencieux, à repenser à cette longue journée. Il avait réalisé sa première mission au sein d'une équipe SG et mesurait toute la route qu'il lui restait à parcourir...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aleksandr Lekaterina
----------------
avatar
----------------
Sous Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 8245

Arrivé au SGC : 27/12/2006

Age du Joueur : 28


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 38 ans
Profession:
๏ Expérience:
518/3200  (518/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Ven 3 Juin - 20:28

Matt Eversman :

1] Orthographe / Conjugaison / Structure des posts (Faites de beau posts structurés, avec peu de fautes et un français correct, vous devriez vous en sortir de ce côté là) :

Rien à dire à part quelques petites fautes de frappe de temps à autres. Par contre, on sent des fois que tu voulais dire quelque chose mais que tu as changé au dernier moment, cependant, tu oublies d'effacer tout les mots. Enfin, rien d'incompréhensible en somme.

7/9 XP



· 2] Cohérence dans les Posts (Vous n’êtes pas Superman, restez dans les limites du possibles tout en n’en faisant pas trop et vous serez notés convenablement) :

Toujours correct dans cette catégorie.

4 /4 XP


· 3] Respect des Règles de RP, de l’Intrigue Générale et des écrits du MJ (Si vous respectez convenablement les Règles de RP, l’Intrigue Générale du Forum et le(s) post(s) précédent(s) du MJ, la note sera bonne) :

Toujours en adéquation avec mes posts MJ.

4/4 XP


· 4] Présence et Participation dans l’ensemble du RP (Si vous décrochez de l'Intrigue en cours de route ou loupez quelque postes, vous aurez des points en moins, et vice versa si vous êtes présent du début à la fin) :

Toujours là et toujours l'un des premier à répondre.

3/3 XP



Total : 18/20


------------------------------------------------------------

Evans Dablord :

1] Orthographe / Conjugaison / Structure des posts (Faites de beau posts structurés, avec peu de fautes et un français correct, vous devriez vous en sortir de ce côté là) :

Post structuré et bien lisible, rien à redire sur ce côté là.

9/9 XP



· 2] Cohérence dans les Posts (Vous n’êtes pas Superman, restez dans les limites du possibles tout en n’en faisant pas trop et vous serez notés convenablement) :

Vous n'êtes pas Superman et tu l'as bien comprit. Tu as d'ailleurs pas hésité à blessé ton personnage alors que je l'avais pas fait moi.

4 /4 XP


· 3] Respect des Règles de RP, de l’Intrigue Générale et des écrits du MJ (Si vous respectez convenablement les Règles de RP, l’Intrigue Générale du Forum et le(s) post(s) précédent(s) du MJ, la note sera bonne) :

Toujours en adéquation avec mes posts MJ.

4/4 XP


· 4] Présence et Participation dans l’ensemble du RP (Si vous décrochez de l'Intrigue en cours de route ou loupez quelque postes, vous aurez des points en moins, et vice versa si vous êtes présent du début à la fin) :

Petite absence d'un post durant un moment mais rien de grave aussi.

2/3 XP



Total : 19/20


------------------------------------------------------------

Anthony Lang :

1] Orthographe / Conjugaison / Structure des posts (Faites de beau posts structurés, avec peu de fautes et un français correct, vous devriez vous en sortir de ce côté là) :

Post agréable à lire, quelques petites fautes mais rien de méchant

7/9 XP



· 2] Cohérence dans les Posts (Vous n’êtes pas Superman, restez dans les limites du possibles tout en n’en faisant pas trop et vous serez notés convenablement) :

Tu es une recrue et tu l'es rester dans cette MJ, sachant bien où était ta place.

4 /4 XP


· 3] Respect des Règles de RP, de l’Intrigue Générale et des écrits du MJ (Si vous respectez convenablement les Règles de RP, l’Intrigue Générale du Forum et le(s) post(s) précédent(s) du MJ, la note sera bonne) :

Tu as bien suivit mes Post MJ.

4/4 XP


· 4] Présence et Participation dans l’ensemble du RP (Si vous décrochez de l'Intrigue en cours de route ou loupez quelque postes, vous aurez des points en moins, et vice versa si vous êtes présent du début à la fin) :

Toujours dans les temps pour répondre.

3/3 XP



Total : 18/20


------------------------------------------------------------

Nathan Hale :

1] Orthographe / Conjugaison / Structure des posts (Faites de beau posts structurés, avec peu de fautes et un français correct, vous devriez vous en sortir de ce côté là) :

Une meilleurs structuration et description de tes actions auraient été meilleur.

6/9 XP



· 2] Cohérence dans les Posts (Vous n’êtes pas Superman, restez dans les limites du possibles tout en n’en faisant pas trop et vous serez notés convenablement) :

Bon bah sur ce point, je pense que tu as un peu trop abusé du côté Superman de ton personnage. Dommage, ça réduit de beaucoup ta note finale.

1 /4 XP


· 3] Respect des Règles de RP, de l’Intrigue Générale et des écrits du MJ (Si vous respectez convenablement les Règles de RP, l’Intrigue Générale du Forum et le(s) post(s) précédent(s) du MJ, la note sera bonne) :

Malgré ton côté superbogossdelamortkitue, tu as tout de même respecté mes posts MJ.

4/4 XP


· 4] Présence et Participation dans l’ensemble du RP (Si vous décrochez de l'Intrigue en cours de route ou loupez quelque postes, vous aurez des points en moins, et vice versa si vous êtes présent du début à la fin) :

Des petites absences non prévue durant la MJ.

2/3 XP



Total : 13/20


Je vous rajoute vos points XP. Merci encore à vous. Rolling Eyes

_________________


Nationalité : Russie, États-Unis
Matricule : AL-1973-512
Grade : 2nd Lieutenant
Fonction : Tireur d'élite
Arme de prédilection : Steyr SSG-69

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Paul Davis
----------------
avatar
----------------
Lieutenant-Colonel
----------------


Nombre de messages : 15323

Arrivé au SGC : 02/08/2006

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 42 ans
Profession: Major
๏ Expérience:
1658/3200  (1658/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Sam 4 Juin - 22:18

Oyé Oyé à tous les membres ayant participé à cette MJ.

Dans sa grande modéstie, Aleksandr a oublier de vous demander de le noté, lui aussi, pour sa préstation de MJ. Donne donc lui une note sur 20, avec des commentaires qui ne pourront que lui être enrichissant. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Matt Eversman
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 6164

Arrivé au SGC : 07/02/2009

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
855/3200  (855/3200)

MessageSujet: Re: MJ Alek   Sam 4 Juin - 22:31

Y a les notes dans le topic de la Mj Paulo ;-)
Revenir en haut Aller en bas
http://poudnoir.goodforum.net/index.htm
Contenu sponsorisé
----------------

----------------
----------------



MessageSujet: Re: MJ Alek   

Revenir en haut Aller en bas
 

MJ Alek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mission Stargate ::  :: ~ Missions planétaires terminées ~-