Mission Stargate
Bonjour et bienvenue sur Mission Stargate, l'une des références des forums basés sur l'univers de la célèbre série Stargate SG-1 !

Inscrivez vous sans plus attendre en entrant un nom et prénom valides ! Créez ensuite la présentation de votre personnage (à l'aide de la fiche de présentation type) afin de commencer cette superbe aventure !

Délires, ambiance et émotions assurés sur Mission Stargate Wink
On vous attend !
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

๏ Le forum a 9 ans !! || Version 5.9 || Le Staff de Mission Stargate vous remercie de votre fidélité ! ๏


 

Partagez | 
 

 Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alix Bailey
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 2032

Arrivé au SGC : 07/07/2010

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 20
Profession: Extraterrestre
๏ Expérience:
13/3200  (13/3200)

MessageSujet: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Sam 30 Oct - 20:18

Cette première mission avait été un désastre. La jeune Alix le ressentait ainsi. Non seulement, elle avait été faite prisonnière mais en plus elle avait été gravement blessée. A tel point que la voilà en soins intensifs dans la base des Tauris. Retour à la case départ, elle n'était pas parvenue à s'échapper. En avait elle vraiment envie ? Allez savoir. Peut-être pas tellement finalement puisqu'en fin de compte, elle était restée en compagnie des Tauris du début à la fin alors qu'elle aurait pu leur faire faux bonds. Ce qu'elle aurait du faire sans nul doute. Cela lui aurait au moins évité d'avoir fini dans ce bien triste état. Les blessures de la jeune femme était assez sérieuses notamment à son épaule droite. Un tir provenant d'une lance Jaffa qu'elle avait mal esquivé, très mal même. Ce manque de réflexe lui valait de se vider littéralement de son sang. Avec la chaleur, une partie des chairs à vif s'était colmatées entre elle, mais pas toutes, laissant des interstices par lesquelles le sang pouvait librement s'échapper. Il ne s'en privait pas d'ailleurs et grâce à cela ou plutôt à cause de ce fait, Alix avait perdu une quantité importante de sang. Là résidait le plus grand danger. Quant à ses autres blessures, ce n'était que du superflus. Quelques égratignures par ci par là même si celle de sa joue saignait plus que les autres. Un autre tir provenant d'une lance, évité de justesse cette fois. Il résidait comme une odeur de cochon brulé près de ses narines à la suite de ce tir. Un cheveu ou quelques poils qui y étaient passés. Quelle odeur infecte et désagréable. Mais il valait mieux perdre quelques cheveux qu'un œil. Dans son malheur, elle avait eu de la chance... Si on voulait, pour son épaule, elle n'en avait pas eu en revanche. Il fallait bien un revers à la médaille et celui ci était des plus douloureux. Alix en était même tombée dans les pommes, la fatigue n'aidant pas et s'accumulant sur le tout. Aussi n'avait elle rien vu de la fin de la mission. Elle se souvenait de son combat contre le Jaffa et se souvint aussi d'avoir vu la mort en face. Étrange sensation d'ailleurs que de voir la personne qui vient vous ôter la vie. De toutes les façons, Alix n'avait même plus envie de vivre. Durant cette mission, tous ses espoirs avaient volés en éclat devant ses yeux sans qu'elle ne puisse rien faire pour les en empêcher. Elle ne comprenait même pas qu'après avoir subit une telle souffrance morale son coeur n'ait pas explosé. Le corps humain est vraiment bien étrange. Alors que tout semblait se briser dans son esprit, son corps continuait de fonctionnait normalement. A ceci prêt qu'il perdait du sang. Bref, Alix avait cru que sa dernière heure était arrivée et qu'elle allait pouvoir reposer en paix, à peu près. A ceci près qu'elle n'avait pas compté sur l'intervention de Davis qui l'avait tiré de ce mauvais pas en éliminant le Jaffa qui la tenait en joug. Après cela, elle n'avait pas gardé grand souvenir de la mission. Que de vagues souvenirs. Par moment, elle se réveillait de son inconscience mais tout ce qu'elle voyait n'était que personnes qui s'agitaient entourées d'une auréole de nuage blanc. C'était bien joli mais elle ne discernait pas grand chose et n'en entendait pas plus. Que des bruits mats et lointains. Un coup, elle s'était retrouvée dans les bras de Davis qui la sortait de cet enfer de couloir sans fin. Puis sur la pelouse avec Wells qui l'examinait. Et c'est là qu'Alix remarqua qu'elle n'avait vraiment plus de force. Elle n'avait pas eu le courage de repousser le jeune femme officier, comme quoi, elle n'était vraiment pas en forme pour se laisser toucher par une femme qu'elle n'appréciait pas. En même temps, à l'heure actuelle, Alix n'appréciait personne, sauf Davis, peut-être. Elle n'eut aucun souvenir du vortex et après leur passage, elle ne se souvint que de personnels tout de blancs vêtus qui s'étaient affairés autour d'elle. Que de monde pour une blessure à peine grave. Quoiqu'elle devait être plus grave que ce que Alix voulait bien croire. Cette foutue blessure allait lui laisser une cicatrice énorme. Une de plus...

Ce n'était pas comme ci Alix en manquait. Son corps en était même marqué. Ne restait que son visage qui en était épargné. Sauf avec la petite trace qui risquait de rester sur sa joue mais ce n'était pas grand chose comparé à d'autres. Rien que son épaule droite allait être profondément marquée. Dans son dos, il y avait une grand cicatrice qui partait de l'épaule droite jusqu'à la hanche gauche. Un coup de fouet bien plus profond que les autres. Ses bras et ses jambes gardaient des marques d'entailles, des coups de couteaux en tout genre. Et sur ses bras, elle avait encore de la chance. Une majorité des traces de piqures diverses avaient disparues, heureusement mais quelques unes étaient restées. Elle avait d'autres cicatrices aussi sur ses côtes et son abdomen. En définitive, elle n'en était pas à sa première blessure même si elle aurait bien voulu éviter celle ci. Elle gardait plus un souvenir de blessure psychologique que physique. Cette cicatrice allait lui laisser un souvenir amer, celui de la trahison. Même si elle ne s'en doutait pas encore. Dans les vapes, elle ne se rendait pas compte de l'agitation qu'il y avait autour, ni même de l'endroit où elle se trouvait. La base secrète du SGC, c'était certain. Mais où exactement et avec qui ? Comment elle s'en moquait ! Là où son esprit était partit, la réalité était tout autre. Elle revivait, en souvenir, la mission qui venait de s'écouler et notamment le rêve d'un triste réalité. Alix revivait la scène dans laquelle elle avait appris la triste réalité de son vie et de son passé. Finalement, ce n'était pas du au massacre de ses proches qu'elle s'était retrouvée prisonnière d'un Grand Maitre. Sa famille était belle et bien en vie, ils l'avaient offerte en sacrifice contre leur propre vie. Alors qu'elle avait basé sa propre existence sur des souvenirs vagues et très lointains, elle s'était rendue compte, contre son gré, que tous ses efforts pour retrouver ses proches n'étaient qu'une utopie. Oh, certes, elle les savait vivant maintenant alors qu'auparavant, cette simple idée lui semblait impensable mais elle s'y accrochait envers et contre tous. Et tout cela pour rien du tout. Tous ses efforts n'avaient servi à rien. Elle avait survécu, s'était accrochée à la vie, avait lutté pour la sauvegarder et tout ça pour rien. Aujourd'hui, ce n'était pas l'espoir qui coulait dans ses veines, c'était la haine. Elle en voulait à la terre entière et tous les habitants de l'univers de cette injustice flagrante. Pourquoi elle ? Pourquoi l'avaient ils abandonné alors qu'elle n'était qu'une enfant ? Incapable de se défendre, elle n'avait pu que subir leur choix et quel choix ! Résultat des courses ? Pendant des années, elle avait servi de cobaye à des expériences diverses et variées tout cela pour servir d'hôte au symbiote de son Grand Maitre. Et l'une après l'autre, elles avaient toute échouées. Alix était morte plus d'une fois mais chaque fois le sarcophage la remmenait à la vie, lui faisait subir de nouveau ce calvaire. Elle fut la victime de la frustration. Battue à mort plus d'une fois, elle en gardait encore des traces indélébiles qui lui rappelaient jour après jour les neuf mètres carrés dans lequel elle avait vécut pendant plus de dix ans ! Dix années d'enfer véritables causées par la lâcheté de sa soit disant famille qui avait troqué son honneur pour rester en vie.
Alix était fatiguée, elle n'en pouvait plus. Elle souhaitait courir jusqu'à ce que ses forces l'abandonnent. Elle voulait hurler mais aucun son ne sortait d'entre ses lèvres, elle voulait pleurer aussi, mais ses yeux fermés restaient incroyablement sec. Son corps ne lui appartenait plus, son esprit était déjà partit voir d'autres paysages. Qu'allait y découvrir, elle ne savait pas. Peut-être un monde plus beau, plus agréable, un monde où elle n'aurait pas vécu tout ce qu'elle avait eu à vivre. La vie qu'elle aurait du avoir près des siens tout simplement, sans la menaça constante des Goa'ulds. Une petite vite simple, dans leur village qui vivait sans technologique et dont les habitants survivaient grâce à l'agriculture, la pêche et la chasse mais jamais excessive de façon à prolonger cet équilibre le plus longtemps possible. Elle aurait pu devenir chasseuse, une exception, grâce à sa vision développée et à l'entrainement de ses frères. Elle aurait nourri le village, l'aurait protégé des agresseurs, des Tauris peut-être même. Elle aurait continué à être la princesse de Shaun pendant des années et des années. Et à elle de repousser toutes ses prétendantes pour en garder l'exclusivité... Oui, elle aurait pu vivre très heureuse, mais ce ne fut pas le cas. Et c'est dans cet état d'esprit, confuse et désorientée, qu'Alix reprit finalement conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
----------------
avatar
----------------
----------------



MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Lun 1 Nov - 13:59

Encore un retour de mission comme un autre. Un afflux de militaires, de blessés dans l'infirmerie, de quoi occuper tous les médecins de la base pendant plusieurs heures voir plusieurs jours.
Eiden était de garde comme très souvent en ce moment et elle vit arrivé une fois de plus un blessé. Enfin, du moins une blessée, une jeune femme qu'elle n'avait encore jamais vue, une victime de plus. Gravement blessé de plus.

Ce fut Davis qui l'amena à l'infirmerie, la portant dans ses bras, Eiden n'eut que le temps de l'apercevoir que déjà l'infirmier le mettait dehors. Tant pis elle le saluerait une autre fois, le plus important maintenant était la jeune femme blessée de manière assez importante à l'épaule.
L'infirmier fit un petit pansement sur sa joue en attendant qu'on s'occupe de plus important, après lorsque tout serait terminer au niveau des grosses blessures on s'occuperait au mieux des superficiels. Cette vision rappela pas mal de souvenirs à Eiden, surtout la blessure à la joue, en ayant eu une elle même.

L'épaule avait été atteinte par un rayon, Eiden avait pas trop compris mais ce qui était sur c'est que cela ressemblait à une blessure qu'Eiden connaissait bien. Son assistant s'occupa de trouver le dossier médical pendant qu'elle commençait à nettoyer la blessure. Il lui fallait du sang et ce le plus rapidement possible. Eiden commença par endormir la patiente et s'attela ensuite à nettoya la blessure, couper les lambeaux de chairs, soigner ce qui pouvait l'être, remettre en état le reste tandis qu'un autre médecin vint lui faire une perfusion.

L'opération fut assez longue mais les espoirs qu'elle s'en sorte furent assez importants. Les blessures étaient maintenant soignées, elle était pansée à l'épaule et ne pourrait probablement plus la bouger pendant quelques semaines, elle garderait une belle grosse cicatrice mais elle tolérait le sang qu'on lui avait donné et c'était le plus important. Il lui faudrait du temps pour se relever mais elle s'en sortirait c'était certain et Eiden était contente.
Un médecin est toujours content quand les choses sont positives, même s'il restait des séquelles, des marques et des cicatrices, la vie prenait le dessus sur tout le reste.

La jeune femme fut ensuite placé dans une chambre gardant toujours une perfusion mais de médicaments cette fois-ci, des anti-douleur, un peu de morphine, enfin, tout ce qu'il fallait pour la remettre sur pieds le plus rapidement possible et dans les meilleurs conditions. Elle dormait encore mais c'était à cause des anti-douleur et c'est donc à certains moments de la journée qu'Eiden venait dans la chambre pour voir si tout allait bien pour elle. Vérifiant son pouls, ses marqueurs vitaux, sa blessure, ses pansements, espérant que peu être elle reprendrait conscience rapidement. Mais après ce qu'elle venait de subir il était tout à fait normal qu'elle se repose.


Dernière édition par Eiden Andrews le Dim 7 Nov - 11:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alix Bailey
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 2032

Arrivé au SGC : 07/07/2010

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 20
Profession: Extraterrestre
๏ Expérience:
13/3200  (13/3200)

MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Lun 1 Nov - 20:10

Alix reprenait doucement conscience, elle était encore sous le choc de sa blessure. Pire encore, venait s'accumuler à son état de stress, les actions des médicaments, calmants et autres analgésiques. La jeune femme n'aurait pas penser survivre à cette blessure. Elle n'était pas aussi grave que celle qui lui avait faite le coup de fouet et qui marquait tout son dos mais à cette époque, ce fut un sarcophage qui l'avait sauvé, heureusement pour elle et malheureusement aussi. Tout dépendait de la façon dont on voyait les choses. D'un certain point de vue, c'était une chance qu'elle s'en soit sortie, grâce à une machine impure dans elle espérait ne jamais devoir refaire usage. Sans cette dernière, elle ne serait plus de ce monde et ce serait littéralement vidée de son sang, ce qui ne manquait pas de charme comme fin de vie. Il y avait moins douloureux aussi. Elle ne serait pas dans l'infirmerie des Tauris si elle avait succombé à l'époque mais maintenant à quoi bon. Elle aurait mieux fait de ne jamais s'enfuir et de rester sous le contrôle de son Dieux. Pourquoi avait elle seulement désobéis, elle ne le savait pas. Aussi loin qu'elle s'en souvenait, elle avait été élevé dans la doctrine du respect du au Dieux. Aussi avait elle faillit à son éducation en s'enfuyant à la première occasion. Occasion qui ne s'était présentée à elle que dix années après son enlèvement, ou son sacrifice serait un terme plus exact. Mais bon, tout cela n'avait pas d'importance. Alix réfléchissait un peu trop ces derniers temps, surtout durant son sommeil artificiel. Au moins était elle un peu plus reposée, bien qu'encore très groggy. Mais son esprit bouillonnait d'idées, de suppositions et d'affirmations en tout genre. Finalement, elle n'aurait pas du rester en vie. Elle aurait du mourir cette fameuse journée. Ces deux journées même. La première étant celle de son enlèvement même, alors que sa famille l'avait sacrifiée.
En cette journée, elle aurait du subir le même sort que le reste de son village, si seulement les villageois avaient eu du courage et n'avaient pas faillit à leur réputation de valeureux guerrier. Avec un regard froid et placide, Alix voyait bien, aujourd'hui, que le bataille était perdue d'avance, mais qu'importe, ils auraient du avoir le courage de lutter contre leurs ennemis. Au lieu de cela, ses frères, son père l'avaient offerte pour épargner leur vie, aussi misérable soit elle aujourd'hui. Dire qu'ils ne s'étaient pas même battu pour l'honneur de sa mère qui avait été tué par un Jaffa. Celui-ci les avait poursuivit dans la foret, Alix se demandait bien comment il avait fait pour les suivre. Le poids de son arme et de son armure étant trop conséquent alors que son peuple pouvait se vanter de courir aussi vite que leur proie. Voir plus même. Certains ayant atteint une vitesse proche de celle des félins qui vivaient sur Terre. Durant de longues heures d'attente, Alix avait eu l'occasion de pianoter ce que les Tauris appelaient la télévision et elle avait pu voir un reportage sur quelques uns des animaux qui vivaient sur cette planète. Elle adorait plus particulièrement les félins auxquels elle s'identifiait le plus. Même pupille dilatée par le plaisir de la chasse, même arrogance, même technique de chasse, même discrétion et surtout, même rapidité. Enfin, ce n'était que des qualités diverses entre autres choses qu'elle aimait chez eux. Elle aimerait bien en voir un jour, des vrais et pouvoir les toucher aussi. Elle avait bien essayé au travers de l'écran de cette boite à image mais cela n'avait rien donné. Elle s'était heurtée à un obstacle plus qu'autre chose. En forçant, fortement il fallait l'avouer, elle avait cassé l'écran et les félins avaient disparu. Elle demanderait des explications à Davis, peut-être. Elle avait beaucoup de choses à lui demander, dont des plus importantes. A chaque jour sa peine semblait il. Cela pouvait attendre. De plus, dans l'état dans lequel elle se trouvait, elle doutait arriver à un mettre un pied devant l'autre. Ce qui ne l'empêcherait pas d'essayer quand même. Aussi têtue qu'un félin ? Hum, pourquoi pas.
Bref, Alix revint au sujet qui la concernait le plus et qui a taraudait surtout depuis qu'elle en avait rêvé. Son passé. Elle ne savait plus à quoi s'en tenir. Comment avaient il pu pleurer la perte d'une femme, d'une épouse et d'une mère sans chercher à la venger, alors qu'elle, du haut de ses cinq ans, n'avait eu qu'une seule envie, tuer. Plus particulièrement le Jaffa responsable. Mais, étant déjà mort, son esprit s'était tout naturellement rabattue sur tous les autres Jaffas présents que sa planète, dans son petit monde si parfait jusqu'ici. Maintenant, elle comprenait mieux, Alix n'avait que cinq ans à l'époque et sa mère l'avait trainé comme un fardeau. Sans elle dans ses pattes, elle aurait pu courir vite, suffisamment pour échapper au Jaffa qui l'avait tué. Ainsi, elle était donc la responsable de la mort de sa mère. C'était logique, en même temps. Avec des si et des mais, Alix aurait pu refaire le monde. Mais le cœur à ses raisons que la raison ignore et elle s'en voulait, atrocement même. A tel point qu'elle sentit une vive douleur, silencieuse et néanmoins profonde, s'immiscer dans sa cage thoracique. Son rythme cardiaque s'accélérait. En respirant profondément, plusieurs fois d'affilé, elle réussit à se calmer suffisamment bien pour stopper la crise qui pointait le bout de son jolie nez. L'angoisse, elle n'y était pas habituée et c'est tout naturellement qu'elle retrouva son calme olympien. En apparence seulement. C'était encore un puits sans fond d'un ko indéfinissable dans son esprit. Elle ne pouvait pas s'en vouloir de la mort de sa mère et ne devait pas surtout. Seulement, en ayant eu des réflexes plus aiguisés, en ayant courue plus vite plutôt que d'essayer de comprendre ce qui se passait derrière elle, sa mère aurait pu s'en sortir. Peut-être que ça n'aurait rien changé. En plus des hommes de sa famille, sa mère se serait liée à eux pour l'offrir au Dieux. Après cela, lorsque le calme aurait été de retour dans le village, ses parents auraient pu travailler à la confection d'un autre enfant qui l'aurait remplacé. Un enfant qui n'aurait pas été blond, avec des yeux bleus. Un enfant qui aurait été comme eux, tout son inverse à elle. Elle ne s'expliquait pas sa différence génétique, mais elle comprenait bien que cela l'avait conduite à être sacrifiée à des années et des années de souffrance.

Et si elle les retrouvait un jour, que ferait elle ? Aurait elle à cœur de leur pardonner ? Y arriverait elle seulement. Dans le futur, mais elle y croyait si peu, trouverait elle, éventuellement, un moyen de calmer sa haine et de ne plus penser à eux ? Non, impossible. Chaque cicatrice lui rappellerait combien elle avait souffert par leur faute. Mais même s'ils s'étaient battu et avaient tous péris, il n'était pas dit qu'elle n'aurait pas été choisi aussi pour subir toutes ses expériences. Alix ne pouvait que fabuler sur tout ce qu'il s'était passé en ce temps là mais elle n'en revenait toujours pas. D'une part, sa famille n'avait pas hésité une seule seconde. Ils auraient pu tout simplement la laisser partir avec les Jaffas mais il avait fallu qu'ils disent leur dernier mot en plus de cela. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ils ne lui avaient pas dit qu'ils regrettaient et qu'ils l'aimaient. Oh non, bien au contraire même. En y pensant, et surtout en l'associant à sa responsabilité dans la mort de sa mère, Alix se dit qu'ils avaient eu raison dans leurs propos sur elle. Elle n'était qu'une tare pour leur famille et plus haut compte pour le village aussi. Cette attaque, c'était pour elle qu'elle avait été mené. C'était elle qu'ils étaient venus chercher. Toute hostilité avaient prit fin lorsqu'elle s'était retrouvée dans les bras de sa garde qui l'emmenait inexorablement et malgré sa résistance vers la porte des étoiles. Il n'y avait plus eu de tir de lance, plus de mort, plus de flèches lancées. Rien. Rien d'autre qu'un grand silence et que les regards méprisants de tous sur elle. Elle était responsable de ce massacre et tous les morts qui avaient été faits. Finalement, elle avait mérité son sort.
Elle ne pouvait pas en vouloir à sa famille. Qu'est ce qu'il lui disait qu'elle et son peuple étaient encore en vie ? Il y aurait pu avoir un vengeance faite sur eux lorsqu'elle s'était échappée. Profitant d'un moment de guerre entre son Dieu et un autre... Alix n'avait pas su que le Dieu gagnant n'était pas le sien. Celui-ci était mort depuis prêt de cinq ans, à peine quelques jours après qu'elle se soit échappée. Quoiqu'il en soit, Alix les comprenait. Elle avait tant de morts sur la conscience et tant de sang sur les mains qu'elle aurait pu s'y baigner. C'est à ce moment là qu'elle repensa à la deuxième journée où elle n'aurait pas du survivre. Ce jour là, une nouvelle expérience venait d'échouer. Son Dieu s'affaiblissait et avait nourrit beaucoup d'espoir, trop surement. Si bien que lorsqu'il apprit qu'une fois encore les expériences portées avaient échoué, il avait ordonné à un garde de la fouetter à mort. Elle avait été tellement bien fouetter qu'elle aurait du y rester. Le sarcophage n'était pas venu à bout de tout et une profonde entaille était restée, marquant son corps d'une longue cicatrice. Elle avait été trop proche de la mort avant d'être ramenée. Soit disant par compassion, son Dieu avait finalement décidé de se servir du sarcophage pour elle. Quelle générosité... ! Il aurait été tellement plus simple pour Alix de n'être jamais venu au monde. Elle n'aurait pas attiré les foudres de personnes, n'aurait été responsable de la mort de personne... Entre tellement d'autres choses.

En reprenant conscience, Alix remarqua qu'elle se trouvait dans une pièce qu'elle ne connaissait pas. Était elle en vie finalement ? Aïe... Son épaule lui faisait mal. On était pas censé avoir mal dans l'au delà. Bon, d'accord, il fallait qu'elle se résigne, le temps n'était pas encore venu pour elle. Le repos de l'âme n'était pas arrivé. C'était même très loin d'être arrivé ! Et pour son corps aussi. Elle avait mal encore. Elle regarda un peu autour d'elle. Alix ne s'était jamais pris de gueule de bois, elle n'avait jamais bu d'alcool, mais si un jour elle s'en était prise une, voilà à quoi ressemblait son esprit à cet instant. A pas grand chose de cohérent. Elle se sentait un peu dans le brouillard et n'y voyait pas très clair. La lumière vive de la chambre n'aida pas Alix à bien retrouver la vue. Il lui fallut quelques instants, peut-être une vingtaine de secondes pour que ses yeux s'habituent à la luminosité ambiante. Vingt secondes, cela paraissait peu pour un Tauris lambda, mais pour Alix s'était inhabituel. En temps normal, il ne lui fallait que quelques seconde, cinq à tout casser pour que ses yeux accommodent. La jeune femme regarda autour d'elle et remarqua la présence d'une femme tout de blanc vêtue non loin d'elle. Habits blancs, elle en déduit qu'elle se trouvait dans l'infirmerie ou quelque chose qui y ressemblait. Elle y était déjà venu, il y avait de cela quelques semaines lorsqu'elle était arrivée sur Terre mais cette femme blanche n'y était pas. C'était la première fois qu'Alix la voyait mais elle ne s'y intéressa pas plus que cela. Pour le moment du moins, elle avait décidé qu'elle était alliée. Elle était donc bien de retour sur Terre, elle n'avait pas rêvé son retour dans les bras de Davis. Un léger sentiment de fureur commença. C'était bien la première fois qu'elle avait besoin de l'aide de quelqu'un. Bien vite remplacé par de la gratitude, ou une forme de gratitude. Sans son intervention, elle serait morte dans cette forteresse. Elle venait de se souvenir de son combat contre un Jaffa qui lui avait valut cette blessure qui la tirait à l'épaule droite. Tiens, quant on parle du loup, Alix s'y intéressa. Un pansement la recouvrait, elle avait donc été soigné. Par cette femme là bas ? Elle la remercierait alors, maintenant que son amertume était passée. Elle était en vie et elle l'acceptait enfin. Après son épaule, se fut son avant bras qui eut droit à la même inspection, elle ne comprenait pas pourquoi elle ressentait un sentiment d'inconfort au niveau de l'articulation de coude, face interne. Mais, qu'est ce que c'était que ça ?
Devant les perfusions, Alix fut complètement désorientée. Surprise surtout, elle replongea dans ses souvenirs. Elle revoyait les expériences qu'on lui avait fait subir et associa tout naturellement les perfusions à celles ci. N'ayant pas compris que c'était pour son bien, Alix les arracha. Bien mal d'ailleurs et elle grimaça devant la douleur qu'elle s'était infligée. L'aiguille alla déverser le contenue de la perfusion sur le sol. Son état d'esprit était des plus confus, elle ne comprenait pas comment les Tauris pouvaient faire des expériences sur elle. Elle les avait cru différent et elle s'était trompée. Et même lourdement trompée. Elle n'avait pas fuit cet enfer pour y retourner. Alix prit garde qu'on ne la regarde pas avant d'agir. Rien à signaler. Parfait, son évasion pouvait commencer. Lorsqu'elle sortit les jambes du lit, elle ressentit bien un effet différent et profondément désagréable. Ne l'associant à rien qu'elle connaissait, elle entreprit de se lever, avant de s'effondrer sur le sol froid de la pièce. Pour évasion discrète, elle pouvait repasser. Il semblait que les calmants Tauris aient une action très puissante sur l'esprit d'Alix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
----------------
avatar
----------------
----------------



MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Lun 1 Nov - 20:53

Eiden était en train de noter toutes les constantes de la jeune patiente sur son bloc et donc bien entendu elle avait le dos tournée et puis elle ne pouvait pas s'imaginer que la personne ne dormait pas, car quand elle l'avait ausculté tout semblait calme, tel un sommeil de plomb. Seulement voilà, elle avait profiter du fait que l'interne face des formalités pour arracher sa perfusion dans un silence des plus totale et tenter de ce lever. Tentative qui elle fut remarquée, puisqu'elle s'écroula lourdement sur le sol, ce qui fit se retourner Eiden de manière assez rapide et surtout surprise par le bruit.

Elle n'aurait jamais imaginer voir la patiente sur le sol. Qu'avait t'elle fait ? L'espace d'une seconde elle fit un bilan rapide de la situation, perfusion coulant sur le sol de l'infirmerie, patiente en détresse, pourvu qu'elle ne se soit pas blesser en plus de ce qu'elle avait déjà subit.

Eiden se précipita sur elle et tenta de la relever autant qu'il fut possible de faire mais n'y parvient pas, elle était alourdie du fait que son corps était sous l'effet des tranquillisants. Elle appuya sur le bouton d'appel d'urgence et un infirmier arriva quelques secondes plus tard alors qu'elle soutenait la jeune femme. Celui-ci compris presque de suite qu'il fallait l'aider à la remettre dans le lit.
Après quelques minutes ce fut fait.


"Merci. Il va falloir lui remettre des perfusions et vérifier ses blessures."

L'infirmier répondit d'un signe de tête et prit les perfusions qui étaient maintenant inutilisables et alla en chercher d'autres.

Eiden examina la jeune femme, elle semblait consciente mais pas complètement là. Surement un réflexe ce qu'elle venait de faire, une sorte de tentative de fuite, parce qu'elle ignorait ou elle se trouvait.

"Vous m'entendez mademoiselle ? Je suis le Docteur Andrews."

Eiden examina ses pupilles, qui semblaient réagir et jeta un coup d'oeil rapide à son épaule.

"Il ne faut pas bouger, vous avez fait saigner votre blessure. Je vais devoir refaire le pansement et regarder si vous n'avez pas fait sauter des points. Vous êtes en sécurité ici, nous sommes là pour vous soigner."

Eiden ignorait pourquoi elle avait tenter de fuir, mais la plupart fuyaient parce qu'ils détestaient être coincé dans une infirmerie, depuis le temps qu'elle exerçait elle avait appris à ne plus chercher à comprendre mais à agir.
L'infirmier revint enfin avec un nouveau kit de perfusion.
Revenir en haut Aller en bas
Alix Bailey
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 2032

Arrivé au SGC : 07/07/2010

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 20
Profession: Extraterrestre
๏ Expérience:
13/3200  (13/3200)

MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Dim 7 Nov - 19:30


Maar... waarom antwoorden mijn benen zij niet meer ?

( Merde... Pourquoi mes jambes ne répondent elles pas ? )

Alix se retrouvait sur le sol totalement désemparée. Elle ne comprenait pas pourquoi elle s'était écrasée sur le sol alors qu'elle aurait normalement du marcher jusqu'à la sortie pour échapper à cet enfer d'aiguilles en tout sens. Ce n'était pas normal d'autant plus qu'elle s'était fait mal en tombant aussi lourdement. Pas bien mal, les douleurs n'étaient pas du tout extrêmes mais plutôt comme des bleus comme lors d'une chute, en gros ce qu'elle avait un peu fait quand même. Et bien sur, elle avait mal aux jambes ce qui n'était absolument pas normal. Pourquoi se retrouvaient elles paralysées ? Qu'est ce qui avait changé qui aurait pu conduire ses jambes à ne plus répondre à ses ordres ?
Alix réfléchissait à la question lorsqu'elle vit le liquide incolore de la perfusion arriver jusqu'à elle. Mais bien sur ! Le truc muche dans son bras qu'elle avait enlevé. Il ne pouvait y avoir que ça ! Bon, c'était une chose déjà. Mais c'était quoi ce liquide d'abord ? Une sorte de paralysant ? Hm pas sur. Encore des expériences en gros. Et Alix n'aimait pas ça, elle voulait même y échapper et le plus vite serait le mieux. Aussi essayait elle de se relever encore et encore. Fatiguée d'insister sans obtenir de résultat et se dit que ramper serait la meilleur des solutions. En rampant, elle n'aurait pas besoin de ses jambes pour avancer même péniblement. Bien sur, son esprit tordu n'avait pas prit en compte le bruit de la chute alors que n'importe qui d'autre se serait en deuxième inquiété de cela plutôt que d'essayer inlassablement de se relever encore et encore. Alix commença donc à ramper surtout pour échapper aux aiguilles qui lui faisaient une peur bleue stroumph. Les médecins et infirmiers ne la dérangeaient pas... Tellement. Elle se demandait juste ce qu'ils faisaient là et ce qu'ils lui avaient fait et comptaient lui faire. Pour la première depuis qu'elle était arrivée sur cette planète, Alix avait peur. Elle n'aimait pas du tout cet endroit, ni même le fait de se retrouver aussi démunie et encore moins l'aiguille qui était dans son bras sans avoir eue d'explication. Elle ne progressa pas beaucoup en rampant et pour cause, son épaule droite lui faisait mal. Elle la regarda et remarqua qu'elle saignait à travers le bandage qui lui avait été fait. Si elle avait parlé la langue Tauris aussi bien qu'eux même, elle serait exprimait d'un " Et merde " des moins discrets et des plus éloquents. Elle n'en fit rien et se contenta de serrer les dents en arrêtant tout geste. De toute façon, elle venait d'entendre des pas précipités arriver dans sa direction. Elle était repérée. Comme de juste vue le ramdam qu'elle avait provoqué en tombant. Elle attendit patiemment, il n'y avait plus que cela à faire. Vu son rapide calcul mentale, elle allait de toute façon se faire attraper afin d'avoir franchi la porte en rampant. Ce n'était pas l'exercice qui faisait le plus ressortir sa vitesse développée. Elle resta au sol et regarda le liquide incolore se déposer sur le sol carrelé. Elle même déposa sa joue sur ce sol. Froid, il lui faisait beaucoup de bien. Étrange, il n'avait aucune odeur ce liquide. Elle fut vite rejointe et repérée par une femme en blouse blanche. Celle qu'elle avait aperçue juste avant sa tentative de fuite des plus discrète.
La jeune femme tout de blanc vêtue essaya de remettre Alix sur pieds, sans son aide. Elle n'aimait pas être manipulée par une parfaite inconnue et ses jambes ne répondaient vraiment pas. Voyant que son geste était sans succès, elle appuya sur une petit bouton rouge et un homme, cette fois, arriva pour remettre Alix sur le lit. Forcément, avec son poids plume, il ne mit pas de temps pour le faire. En moins d'une minute, elle était de nouveau allongée, retour à la case départ, ne passez pas par la prison et ne touchez pas deux milles euros. Tous ces efforts pour pas grand chose, mais grande consolation, elle n'avait plus d'aiguille dans le bras et n'en voulait plus qu'importe les conséquences.


Merci, il va falloir lui remettre des perfusions et vérifier ses blessures.

Perfusion ? M'ouais. Ça ne lui disait rien qui vaille ce truc là. Surtout s'il y avait une aiguille bien pointue à la base. Quant à ses blessures, c'était on ne peut plus clair, elles s'étaient réouvertes et saignaient de nouveau. Allo maman bobo.
L'infirmer repartit comme s'il avait reçu des ordres, ce qui devait être le cas. Il ne repartit pas les mains vides, emportant avec lui le liquide et l'aiguille qu'elle s'était enlevée. Alix eut un profond soupir de soulagement en voyant cette torture partir. Quel bonheur ! Plus elle était loin, mieux elle se portait. Néanmoins, elle remarqua qu'elle voyait un peu flou encore. Peut-être le fait de s'être relevée si vite ou était ce dut à l'action de ce liquide, qui en plus de l'avoir paralysée de moitié lui ôtait toute son acuité visuelle normale. Normal pour elle ne voulait pas dire normal pour les autres.


Vous m'entendez mademoiselle ? Je suis le Docteur Andrews.

Le docteur Andrews donc examina les pupille de Alix qui, sous cette vive lumière, ne manquèrent pas de se rétracter à la façon des chats. Chat étant plus mignon que serpent, surtout moins perturbant pour une doc qui n'a pas l'habitude de son espèce. Alix ne se débattit pas. Ça ne servait à rien de toute façon, même si elle aurait pu neutraliser Andrews, elle se serait fait mater par l'homme en blanc. A quoi bon aggraver ses blessures si c'est pour n'aboutir à rien du tout.


Il ne faut pas bouger, vous avez fait saigner votre blessure. Je vais devoir refaire le pansement et regarder si vous n'avez pas fait sauter des points. Vous êtes en sécurité ici, nous sommes là pour vous soigner.

Bon, d'accord, si elle était là pour la soigner, Alix allait consentir à rester sage pendant au moins dix minutes. Du moment qu'il n'y avait pas de piqure... Alix opina du bonnet pour montrer au docteur Andrews qu'elle allait suivre ses ordres et rester sage pendant un moment. Juste le temps qu'elle la soigne de nouveau. Du moins était ce la résolution de Alix jusqu'à ce qu'elle voit l'homme en blanc revenir avec un nouveau sac transparent contenant le liquide incolore et l'aiguille qui allait avec. Alix s'agita dans le lit qu'on lui avait attribué. Elle voulait fuir de nouveau mais ses jambes ne répondaient toujours pas. Voyant qu'elle n'arrivait à rien et qu'elle allait tomber de nouveau en emportant le docteur avec elle, elle l'attrapa, aussi doucement que possible, par le bras, vue la panique qui la gagnait.

Ik wil geen dat !!
( Je ne veux pas de ça ! )

Voyons qu'elle n'était pas comprise et que l'homme avançait toujours vers elles, Alix rassembla ses idées et tenta de mettre les mots Tauris qu'elle connaissait en ordre pour construire une phrase. Mais pas n'importe laquelle, une phrase qui allait coller avec ce qu'elle voulait faire comprendre. Rien que l'expression des yeux de Alix et le fait qu'elle ne lâchait pas le bras du médecin devait l'alerter sur le danger immédiat de l'aiguille. Qu'importe si elle se blessait davantage, elle ne voulait pas de ça.

Pas besoin ! Pas aiguille ! Je veux pas !

Alix regardait toujours cet homme qui arrivait avec son attirail de torture droit vers les deux femmes. Alors que le temps s'écoulait normalement, Alix avait l'impression de voir la scène au ralenti. Étrangement, ses pupilles accommodaient mieux mais ses jambes ne répondaient pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
----------------
avatar
----------------
----------------



MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Mar 9 Nov - 11:30

C'était une femme et elle était blessé mais il faut croire qu'elle avait de la volonté parce qu'elle ne cessa de se débattre, tentant coute que coute d'échapper au docteur et à son infirmier qui pourtant ne lui voulait que du bien.
Eiden ne comprenait pas pourquoi elle s'agitait ainsi et tentait tant bien que mal d'avoir des mouvements lents et contrôler afin qu'elle comprenne qu'elle ne lui voulait pas de mal.


"C'est pour votre bien."

Mais celle-ci n'avait pas l'air de comprendre et encore moins de se rendre compte qu'elle se faisait du mal en agissant de cette manière. Eiden jeta un regard désespéré à l'infirmier et celui-ci lui fit signe de la tête, entre eux cela voulait dire qu'il faudrait lui faire une piqure ou l'attacher afin qu'elle se laisse faire car elle devenait un danger pour elle même.
C'est à ce moment là qu'Eiden se sentit agripper et que la jeune femme parla dans une langue qui lui était inconnue.
Eiden la regarda avec toute son attention afin qu'elle comprenne qu'elle faisait un effort pour essayer de la comprendre et en même temps elle tenta de se défaire de son étreinte.

Ce n'est qu'après plusieurs longues secondes qu'elle s'exprima enfin dans la langue natale d'Eiden c'est à dire l'anglais et que celle-ci compris à peu près ou elle voulait en venir.


"C'est pour la douleur ! Pour vous soigner ! Pour faire cicatriser vos plaies ! Vous comprenez ?"

Eiden n'arrivait pas à savoir si elle c'était fait comprendre ou pas, c'était désespérant tous ses soldats qui refusaient d'être traité et encore plus cette jeune femme qui n'était pas soldat d'après son dossier. Pourquoi les gens adoraient t'ils autant souffrir ? Décidément elle ne comprendrait jamais les gens à ce niveau là. C'est quand même pas la fin du mon de se tenir tranquille pendant quelques heures voir quelques jours si c'est le prix à payer pour retrouver ses forces et son corps en état de fonctionnement.

"C'est une perfusion ! Pour les médicaments, c'est plus rapide pour vous soigner !"

Eiden était connu pour sa patience et sa douceur, par contre les infirmiers eux l'étaient moins et comme celui-ci remarquait que rien n'avançait dans l'histoire il était prêt à faire marche arrière et à aller chercher un médecin qui ferait le nécessaire pour calmer cette jeune névrosé.
Revenir en haut Aller en bas
Alix Bailey
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 2032

Arrivé au SGC : 07/07/2010

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 20
Profession: Extraterrestre
๏ Expérience:
13/3200  (13/3200)

MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Sam 13 Nov - 18:51

Alix était prête à hurler le nom de la seule personne capable de l'aider dans cette situation ô combien dramatique pour le jeune extraterrestre. Même si c'était pour son bien et que l'action du Docteur Andrews partait d'un bon sentiment, Alix ne voulait pas subir une nouvelle fois des expériences avec des piqures et des aiguilles dans ses bras. Elle se l'était jurée, plus jamais elle n'aurait à subir une nouvelle fois ce qu'elle avait déjà subie dans le passé. Plus jamais et jamais plus. Ainsi, même si c'était pour son bien, Alix ne l'entendait pas de cette oreille. Elle ne l'entendait même pas, tout court, puisqu'aucunes explications ne lui avaient été donné pour le moment. En se réveillant, elle s'était retrouvée avec une aiguille plantée dans le bras, par laquelle un liquide incolore et inodore coulait doucement d'une pochette transparente à ses veines, et cela sans aucunes explications. Paniquant, elle avait tout arraché et voilà qu'on lui en amenait une autre. Mais comme auparavant, elle n'en voulait toujours pas. Et ne comprenait pas que c'était pour son bien, qu'une simple piqure éviterait que son épaule la lance ainsi.
Alix sentait bien que cette dernière la tiraillait à chacun de ses mouvements. Bien qu'elle en avait conscience, elle n'en occupa pas, n'y prêta même aucune attention comme si elle ne s'en rendait pas compte encore que les dégâts provoqués étaient plus importants qu'elle ne le pensait. Sa conscience ne s'occupait pas de cette blessure qui la tirait tant pour se focaliser uniquement sur le médecin, l'infirmier et surtout sur la perfusion qui lui faisait si peur. Étrange comme l'organisme et la conscience pouvaient à eux deux seulement inoculer un fait pour se concentrer uniquement sur un autre fait. Aussi malgré sa blessure qu'elle aggravait par tous ses mouvements brusques et brutaux, Alix ne ressentait en réalité pas le dixième de la douleur qu'elle s'infligeait puisque tout son corps était concentré sur l'agresseur qui approchait. Son instinct de protection ayant prit le dessus sur tout le reste, elle ne voyait plus que son agresseur et l'arme qu'il tenait dans ses mains, cette fameuse aiguille qui lui faisait si peur. Ainsi, alors qu'habituellement Alix se méfiait de tout et tout le monde, avait elle aussi oublié, en partie, la présence du médecin à ses côtés. Elle lui tenait toujours le bras et ce simple contact physique rappelait à Alix qu'en effet il y avait quelqu'un à ses côtés. Étrangement pourtant, sa conscience savait deux choses, premièrement, ce médecin ne représentait pas une menace directe pour Alix. Raison principale pour laquelle elle ne l'avait ni attaquée, ni blessée, ni repoussée alors qu'elle se sentait en danger actuellement. Deuxièmement, ce docteur était l'Alpha. Elle gouvernait, en quelque sorte, cet homme qui par conséquent était à ses ordres. Dans l'éventualité où Alix arriverait à se faire et à faire comprendre à cette femme qu'elle allait se tenir tranquille le temps de guérir si c'était ce qu'elle voulait, contre la piqure, Alix n'aurait alors pas besoin d'alerter tout le monde en hurlant le nom de la seule personne capable de la comprendre dans cet endroit de cauchemar : Davis. Étant le seul à parler sa langue et à la comprendre aussi naturellement qu'il est possible de comprendre quelqu'un sans qu'un contact ne s'établisse entre vous, il représentait à cet instant précis sa délivrance. S'il pouvait empêcher qu'on lui pique le bras, elle n'hésiterait pas à hurler son nom le plus fort possible pour qu'il entende malgré les murs en bétons de cet endroits.
Mais qu'était elle venue faire sur cette foutue planète ! Elle aurait bien mieux fait de ne pas suivre son instinct et de rester à la vie sauvage plutôt que de les suivre. Foutue équipe SG ! Si elle ne l'avait pas pourchassé à travers la foret en déjouant tous ses pièges... Elle aurait bien mieux fait de les tuer lorsqu'elle en avait eu l'occasion et peut-être qu'à cette occasion, ces êtres qui se prenaient tant pour des êtres supérieurs par rapport à elle se seraient enfin méfiés un peu plus d'une femme avec un arc et des flèches ! Alix enrageait et en voulait à la terre entière même si elle ne faisait de mal à personne. Bien sur, dans son esprit, elle avait déjà réfléchit à une possibilité d'attaque. Pas envers le médecin, elle ne lui voulait pas de mal tant qu'elle n'aurait pas trouvé de solution pour l'homme en blanc qui s'approchait si dangereusement de sa position. Après tout, elle représentait une solution plus pacifique que l'attaque... Mais si vraiment Alix n'avait pas le choix, elle se défendrait contre l'homme en blanc. En temps normal, Alix aurait eu une chance de l'emporter contre lui. Même si elle était plus petite, plus chétive et possédait une force physique moindre vis à vis de la sienne, elle avait l'expérience derrière elle et l'habitude d'affronter des animaux bien plus féroces et dangereux que lui. Elle aurait pu l'emporter. Mais ses jambes ne répondaient toujours pas et son épaule lui faisait mal. Pas sur qu'elle arrive à s'en tirer sur ce coup là. Encore une fois, elle se mit à jurer sur cette planète, ses habitants et sur cette mission qui lui avait valut d'être ici, dans cette pièce sans âme, enfermée et menacée.


C'est pour la douleur ! Pour vous soigner ! Pour faire cicatriser vos plaies ! Vous comprenez ?

Pour faire cicatriser ses plaies ? Qu'importe ! Alix n'en croyait rien du tout et ne voulait plus entendre. Lorsqu'elle se sentait en danger et acculée; elle se comportait comme une adolescente. Mais c'est ce qu'elle était dans le fond, une simple jeune femme d'à peine vingt années selon son propre calcul, peut-être même moins, mais avec un passé des plus conséquents et difficiles à vivre alors à quoi pouvaient ils tous s'attendre de sa part ?! Alix savait bien qu'elle n'était rien dans cet univers et qu'il n'était absolument pas nécessaire de tenter quoique ce soit pour l'aider à survivre. Elle s'était toujours débrouillée seule alors laisser quelqu'un s'occuper d'elle était pour le moment au dessus de ses forces. Forces qui l'abandonnaient à cet instant et de plus en plus, à chacun de ses mouvements. Même si son esprit avait, momentanément, occulté la douleur au profil de l'action, celle ci ne pouvait être dénigrée plus longtemps. Et finalement, Alix dut bien se rendre compte qu'elle était allée trop loin et qu'elle avait bien trop mal pour continuer à s'agiter ainsi. Elle se calma et cessa de s'agiter petit à petit. Reprenant doucement son souffle, tous ses efforts avaient eu raison d'elle. En partie seulement, Alix gardait ses dernières forces pour agir au moment voulue. Elle comptait les utiliser pour se défendre et se battre contre cet homme s'il le fallait. Il semblait s'impatienter et Alix se demanda s'il était sadique au point de fulminer de ne pouvoir la piquer. Vermine que cet homme en blanc !

C'est une perfusion ! Pour les médicaments, c'est plus rapide pour vous soigner !

Alix retourna son attention sur la jeune femme dont elle lâcha le bras. En apparence vaincue, seulement en apparence, elle tourna lentement la tête de gauche à droite en signe de dénégation tandis qu'elle réfléchissait à la construction d'une nouvelle phrase qu'elle pourrait comprendre. Alix n'était pas contre les médicaments même si elle ne savait pas tellement ce que c'était. Jusqu'ici, l'image qu'elle en avait était des petits bouts de trucs blancs ou de couleur à avaler avec un peu d'eau. Certains d'entre eux avaient un gout affreux d'ailleurs. Alix était prête à en avaler des boites entières plutôt que d'avoir une piqure dans le bras. Tiens, et si c'était possible ? Il fallait qu'elle lui demande mais elle se doutait déjà de la réponse. Puisqu'elle était réveillée, cette proposition aurait du lui être faite. Seulement, Alix, en se réveillant, avait directement fait sauter sa perfusion en causant un ko pas possible en tombant lourdement sur le sol puis en se débattant. Normal que personne ne lui ait proposé de solution intermédiaire qui lui éviterait la perfusion. Et même, elle doutait fortement qu'on lui laisse ingérer pleins de petits cachets sachant qu'elle n'était pas de cette planète. Le savaient ils seulement ces deux là qu'elle ne venait pas de leur monde. Devait elle le leur dire, et comment leur dire ? Elle comprenait la plupart des mots qu'ils lui disaient mais delà à parler aussi bien qu'eux ou de se faire comprendre, il y avait un fossé ! Voir même un cratère volcanique ou que savait elle d'autre !
Bref, pour le moment, Alix restait calme en veillant du coin de l'œil sur l'infirmier qui n'avait qu'une envie : Faire demie tour. Mais pour aller où et faire quoi ? Cela inquiétait la jeune femme et ne lui disait absolument rien de bon. Il fallait cependant qu'elle reste calme et docile pour montrer sa bonne foie à l'autorité présente, à savoir cette femme qui ne la quittait pas des yeux. Des fois qu'elle redeviendrait un peu névrosée.

Alix réfléchissait à deux idées, la première étant d'essayer d'instaurer un contact avec cette femme pour lui faire comprendre qu'elle était prête à rester sage, sans bouger, s'il le fallait. Cette solution n'était pas la plus simple. Établir le contact allait même être des plus difficile puisque toutes deux ne parlaient pas la même langue. Néanmoins la deuxième solution, bien que plus simple, n'était pas la meilleur. Certes, un contact s'établirait plus facilement puisqu'il y aurait un interprète entre elles. Faire appel à Davis n'était pas sans conséquences non plus. Déjà, elle n'était pas sure que ce soit possible. D'autre part, ce serait demander de l'aide à deux personnes au lieu d'une. Par orgueil mal placé, elle opta pour la première solution et prit la plus difficile de surcroit. Comme si c'était vraiment le moment ! Enfin, Alix essaya d'expliquer du mieux possible son idée pour échapper à cette épée de Damoclès au dessus de sa tête.

Moi, pas de votre monde ! Je veux pas aiguille.... Rester sage...euh... Pas bouger, moi ok ?! Mais pas aiguille ! Mes jambes...hum...hum...Marchent ? Oui, marchent plus !

Si c'était le prix à payer, Alix accepterait de faire un effort et de rester sage. Ou du moins d'essayer de tenir le plus possible. Ce serait des plus difficile pour elle mais elle se garda bien d'en faire part à cette femme. Le but était d'instaurer un climat de semi confiance entre elles. Elle ne devait surtout pas lui révéler que rester calme pendant des heures représentait déjà un défis impossible à réaliser pour elle. L'envie de se relever la titillait alors que cela ne devait faire qu'à peine dix minutes qu'elle était de nouveau allongée. Ça promettait d'être saignait entre elle, ce médecin et son envie irrépressible de bouger sans cesse. Il fallait quand même qu'elle tente sa chance. Elle ne perdait rien au change et pendant ce temps, elle regagnait des forces, faibles certes, qu'elle pourrait retourner contre cet homme en blanc. Elle ne gagnerait pas et risquait de se blesser davantage tout en se retrouvant attachée avec une aiguille dans le bras. Elle en avait conscience maintenant mais devait tenter sa chance quand même. D'autant plus qu'en faisant allusion au fait que ses jambes ne répondaient plus, elle avait des chances d'échapper aux médicaments qui pourraient être la cause de ce désagrément. Elle espérait du moins qu'elle y échapperait et que cette femme médecin allait faire la relation entre les deux et décidé de ne plus lui administrer de médicaments par intraveineuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
----------------
avatar
----------------
----------------



MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Sam 20 Nov - 16:22

Bon et bien Eiden réussit enfin à la comprendre et visiblement elle refusait les aiguilles mais comment la soigner sans ça. Et le pire c'est qu'elle semblait avoir peur pour ses jambes.
Eiden se reprit et la regarda tout en se montrant des plus compréhensive possible, le visage détendu et un léger sourire sur les lèvres. Elle voulait faire de son mieux pour lui expliquer la situation. D'ailleurs elle fit signe à l'infirmier de laisser tomber, elle allait arriver à lui expliquer qu'il lui fallait cette perfusion, c'était pour la soigner et elle n'avait pas besoin de l'infirmier surtout si celui-ci faisait peur à la jeune femme.


"D'accord. Ne vous inquiétez pas pour vos jambes. Nous avons endormit le temps de soigner votre épaule. C'est normal que vous ne les sentiez plus. Il faut attendre encore un peu et après toutes vos sensations reviendrons."

Eiden continuait toujours de le regarder, faisant son possible pour rester agréable et ne pas lui faire peur.

"La perfusion"

Et elle montra l'aiguille, ainsi que la poche qui se trouvait avec."

"est là pour diffuser dans votre sang un produit qui vous empêche de souffrir, ça aide à guérir, ça vous nourrit. Il ne faut pas en avoir peur, on ne la laissera que quelques jours et si vous restez tranquille vous pourrez même quitter l'infirmerie. Votre blessure était assez grave et pour la soigner nous sommes obliger d'en passer par là."

Elle ignorait si elle avait tout compris, et espérait vraiment qu'elle comprendrait parce que sinon ils auraient du mal à la soigner sans ça.
Revenir en haut Aller en bas
Alix Bailey
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 2032

Arrivé au SGC : 07/07/2010

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 20
Profession: Extraterrestre
๏ Expérience:
13/3200  (13/3200)

MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Dim 28 Nov - 19:12


Non, non et non !

Même en ayant pas le choix, Alix allait se comporter comme une enfant trop gâtée s'il le fallait mais elle ne supporterait pas de voir et de savoir qu'une aiguille allait se planter dans son bras même si c'était pour son bien. La jeune femme était déjà prête à faire le sacrifice de rester sagement en place le temps que son épaule guérisse ce qui représentait pour elle un défis de taille. On est hyperactive ou on ne l'est pas, pas de chance, elle l'était et rester assise assise ou allongée durant de longues périodes était un calvaire quasiment insurmontable. Mais s'il fallait choisir entre l'aiguille ou le calme, elle choisissait le calme sans aucune hésitation. Pourquoi ne pouvaient ils pas comprendre tous les deux qu'elle était incapable de supporter cette idée ! Chacun avait ses phobies et la sienne c'était ça, les aiguilles ! Surtout si elle devait lui injecter un produit dans le sang, c'était encore pire de le savoir !
Auparavant, on lui avait injecté tellement de substances aux effets plus étranges les unes que les auprès qu'elle ne voulait plus en entendre parler. Une petite piqure pour lui prélever du sang, ça pouvait aller mais delà à garder une aiguille pendant des heures voir des journées entières dans son bras, il n'en était pas question du tout et elle se devait de leur faire comprendre. Elle ne pouvait littéralement pas. C'était réellement plus fort qu'elle. Presque à mettre au rang des plus grandes peurs au monde. Après les gardes Jaffas, c'était la seconde bien que cette première commençait à diminuer imperceptiblement. Au moins cette dernière mission, bien qu'imaginaire, lui avait elle permis de tester son efficacité face à des gardes Jaffas et elle avait agit plutôt que de rester prostrée dans son coin... Presque. Elle ne s'était pas seulement cachée dans un petit trou de souris en attendant que le temps passe et dans l'espoir qu'on ne la trouverait pas. Bien au contraire, elle avait agit et s'était même battue pour sauver sa peau. Mais toute cette partie entrainement pratique face à des Jaffas n'avait été que pure imagination. Et cette histoire la troublait toujours d'autant plus qu'elle n'avait pas eue la moindre informations et qu'elle ne savait même pas si les autres membres étaient eux aussi blessés. Eh bien, non, ils ne l'étaient pas, les veinards. Pour autant, personne ne lui avait dit ce qui l'avait blessé. Elle savait juste par le docteur Andrews que c'était grave, chose très peu rassurante. Et au sentir de cette douleur lancinante, elle se rendait bien compte qu'il ne s'agissait pas d'un simple coup de soleil. Si elle avait été en couple et capable de comprendre ce que cela signifiait, Alix se serait dit qu'elle avait une vraie chance de cocue. Chance, quand tu nous lâches... Elle ne connaissait pas avec exactitude le jour de sa naissance mais à tous les coups, sur un calendrier Tauris, ce serait le lendemain du jour de la bonne étoile. Ha, ha, mort de rire.... Jaune le rire.
Alix maudissait tout et tout le monde tellement elle avait peur de cette foutue perfusion. Certes, ce n'était qu'une petite piqure de rien du tout, ouais, à d'autres ! Elle préfèrerait encore que l'aiguille traverse ses chairs plutôt que de rester planter dans son bras. Mais rien ne lui disait qu'elle n'allait pas avoir droit à de nouveau points de suture. Le lendemain de la chance, je vous dis. Seulement, sans explications, Alix allait recommencer. Elle n'était pas habituée à voir autour d'elle autant d'appareils de technologie qui lui semblaient bien compliqués. Si le docteur Andrews n'expliquait pas à Alix pourquoi elle ne devait pas faire sauter ses points, elle allait insister encore et encore malgré la douleur. Dans son esprit de jeune amazone, ce fil représentait plus une entrave à ses mouvements que des soins. Elle n'hésiterait donc pas à les faire sauter si c'était pour retrouver l'usage de son bras même si elle devait se faire mal pour cela. Et si le docteur Andrews n'avait pas encore compris qu'Alix était têtue, elle allait le découvrir.

Le petit bout de femme réfléchissait déjà à sa réponse et surtout à la façon de la tourner et d'agencer les mots entre eux pour former une phrase que le médecin pourrait comprendre. Elle voulait lui expliquer qu'Alix n'était pas de son monde et qu'elle ne pouvait pas savoir quel effet les médicaments qu'ils voulaient lui planter dans le bras avaient comme effet sur son organisme. Ils pouvaient tout aussi bien avoir l'effet inverse de ce qu'ils désiraient et la rendre plus malade encore. Après tout, rien ne lui garantissait que ses jambes allaient re-fonctionner. Quelle idée étrange aussi, d'endormir ses jambes alors que c'était à l'épaule qu'elle était blessée. Ça ne lui paraissait pas logique et elle ne manquerait pas de le lui faire remarquer si elle trouvait les mots pour. Alix avait bien étudié la langue des Tauris par les conversations qu'elle avait écouté mais elle avait encore du mal à tout comprendre et à créer elle-même des phrases parfaites. Seulement, hormis le major, personne d'autre ne parlait sa langue, ce qui était bien dommage, surtout dans cette situation.
L'esprit un peu plus calme maintenant que l'infirmier ne faisait plus de pas vers les deux jeunes femmes, elle put se concentrer un peu plus sur le médecin. Le docteur Andrews était une belle femme, elle n'allait pas le cacher même si elle n'éprouvait aucune attirance pour son propre sexe. Elle semblait compétente dans son domaine puisque l'infirmier lui obéissait. On obéit rarement à quelqu'un d'incompétent ou alors c'est à regret et on ne manque pas de le signaler d'une façon ou d'une autre, en râlant, en contestant, en trainant les pieds... Et oui, même la blonde connaissait ce sentiment bien qu'elle n'ait pas beaucoup vécu en communauté. Bien que le jeune homme en blanc n'avance plus vers elles, Alix continuait de le garder à l'œil en continuant l'analyse du docteur Andrews. Elle lui semblait gentille mais comme toute personne dans un milieu hostile, Alix se méfiait un peu, beaucoup, de cette gentillesse apparente, ça pouvait tout aussi bien être un piège pour l'amener à se laisser piquer sans broncher. Et elle ne voulait toujours pas de cette aiguille. Si c'était dans le but de la nourrir, autant que l'un des gardes lui apporte un plateau repas, ça irait plus vite. Étrangement, elle se dit que ça ne marcherait pas aussi bien. Dans un soupir de résignation qui aurait pu donner espoir au médecin, Alix réfléchit à l'une de ses propres mises en garde.
En réalité, elle savait assez bien parlé Tauris. Personne ne semblait se méfier d'elle et tous parlaient devant la jeune femme sans y prêter attention. Cette petite erreur lui avait permis d'apprendre à parler plus ou moins bien leur langue. Plutôt plus que moins d'ailleurs. Afin de ne pas attirer l'attention sur elle et sur ses capacités intellectuelles dont ils ne la pensaient pas dotées semblait il, Alix s'était promis, en catimini, de cacher cette faculté aux Tauris. Lorsqu'elle voulait communiquer avec eux, c'était dans sa langue, ou à défaut, dans la leur mais en essayant d'être la plus novice possible. Seulement là, dans cette pièce immaculée, elle se trouvait devant un cas de force majeur, à ses yeux du moins. Un problème de sécurité vint se poser à elle. D'un côté, elle pourrait parler à ce médecin pour lui expliquer clairement qu'elle ne voulait pas de la perfusion. Ça lui éviterait bien des débordements. Mais des débordements pourraient se créer très facilement si elle venait à lui parler aussi naturellement que possible, comme si elle parlait sa langue depuis toujours ou presque. Le doc tout comme l'infirmier pourrait décider d'aller tout balancer aux hautes instances et elle se retrouverait dans une situations délicates. Non, décidément, cette option était beaucoup trop dangereuse. Elle devait se maintenir à ce niveau de conversation même si ça allait compliquer singulièrement l'aboutissement de son projet. A bas les perfusions !

Mais la soit disant barrière de la langue n'était pas le seul problème de Alix. Le plus gros problème de Alix à l'heure actuelle était la justification de sa peur panique des aiguilles. Elle ne pouvait pas et ne voulait pas expliquer à quelqu'un la raison de sa peur. Elle ne faisait pas confiance à grand monde et c'était même le cas de le dire. Comment confier à une femme dont on ne connait que le nom et la fonction une partie de son passé qui ferait pleurer même le plus endurcis des hommes. C'était impossible. Alix ne pouvait pas confier cette partie si terrifiante de son passé à n'importe qui, dans l'optique où elle trouverait quelqu'un à qui elle aurait un jour envie de se confier. L'espoir fait vivre. Quoiqu'il en était, Alix ne parvenait même pas à s'imaginer expliquer au docteur Andrews pourquoi elle refusait catégoriquement ce genre de soin. Rien que l'idée lui donnait envie de vomir. Rien de repenser à ce qu'elle avait subit lui donnait envie de vomir tout simplement.
Il lui restait encore une option qu'aucune des deux femmes n'allaient aimer. Le docteur Andrews installerait la perfusion qu'Alix s'empresserait d'enlever. Et ainsi et de suite jusqu'à ce que l'une des deux ne se lasse de ce petit jeu un peu morbide, il fallait bien le reconnaitre. Mais rien ne lui affirmait qu'on n'allait pas l'attacher à ce lit. Il y avait des barrières de chaque côté, idéal pour attacher quelqu'un. A ce moment là, Alix serait réellement dans la mouise la plus totale... Quel dilemme à la c**, je vous jure. Comme s'il n'y avait pas plus important dans le monde... Parfois, elle se foutrait des baffes toute seule.
Finalement, une autre idée lui vint à l'esprit : Gagner du temps. Si elle parvenait à détourner puis à concentrer l'esprit du docteur sur ses blessures à l'épaule, peut-être allait elle oublier l'idée d'un perfusion. Ou bien, se rendrait elle compte qu'une perfusion ne servait à rien... Et avec un peu de chance, Alix allait aussi pouvoir l'orienter sur son problème de jambes. Ce n'est pas que c'était gênant de se sentir à la merci de tout le monde, pensez vous... Mais si elle pouvait récupérer ses jambes, ce serait mieux. Ça l'arrangerait même. Une idée de fuite ? Non, absolument pas... Comme si c'était le genre de la maison.
Après tout, qui ne tente rien n'a rien !


Mes jambes et mon épaule avant.... S'il vous plait

Bon, d'accord. Alix avait fait un effort, peut-être dangereux, pour mieux se faire comprendre du docteur Andrews. Il ne restait plus qu'à espérer qu'elle allait se laisser prendre au simili-piège. Espérons aussi qu'elle n'avait pas fait attention à la différence entre cette paroles et les anciennes. Cette fois Alix y avait mit la politesse et avait oublié d'y mettre les hésitations. Elle avait pourtant parlé suffisamment fort pour que seule le médecin l'entende et non pas aussi cet homme qu'elle n'aimait décidément pas avec son attirail de sadique dans les mains. Avait elle fait une erreur ? Elle n'allait pas tarder à le savoir...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
----------------
avatar
----------------
----------------



MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Ven 3 Déc - 17:11

Eiden ne comprenait pas pourquoi elle refusait de se laisser faire. Elle était blessée et souffrait il était donc plus facile et tellement évident pour elle de se laisser faire. Elle ne voulait pas être obliger de l'attacher, cela aurait vraiment été barbare car la jeune femme semblait intelligente et semblait très bien comprendre ce qu'elle lui avait dit alors elle ne comprenait pas ce refus.

"Mais c'est pour vous soigner !"

Eiden n'avait pas haussé le ton, juste qu'elle avait parlé de manière à bien se faire comprendre, afin qu'elle se rende compte qu'elle n'était pas là pour lui nuire.

"Vos jambes sont juste un peu engourdies, il faut attendre que l'effet des médicaments se résorbe. Ne vous inquiétez pas pour ça, les sensations vont revenir d'ici quelques minutes et votre épaule c'est justement la perfusion qui la soigne. Nous avons fait tout notre possible, maintenant il faut laisser le temps aux médicaments de faire leurs effets. Vous ne devez pas bouger, surtout pas, sinon vous allez vous blesser et nous ne pourrons plus vous soigner."

Eiden soupira, bien sur elle avait entendu sa manière de parler, elle parlait bien mieux qu'avant mais elle n'avait pas fait attention à ça. Ce qu'elle voulait c'est qu'elle comprenne qu'elle devait rester tranquille afin de guérir.

"Cette perfusion vous évite d'avoir mal et vous donne des vitamines aussi. Ce qu'on ne pourrait pas faire avec de simples gellules. Vous guérirez plus rapidement grâce à elle et vous pourrez sortir d'ici aussi, si vous refusez nous devrons soit l'administrer de force et franchement je pense que vous êtes assez intelligente pour comprendre que vous mettez votre guérison en péril en refusant notre manière de vous soigner."

Bien sur Eiden savait qu'elle venait d'une autre planète. Mais son organisme était en tout point semblable à celui des gens vivant sur cette terre donc pour elle il n'y avait aucun problème avec les perfusions et les médicaments qu'elle diffusait dans son sang. Juste qu'elle n'avait pas penser qu'elle pouvait avoir peur de l'aiguille.
Revenir en haut Aller en bas
Alix Bailey
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 2032

Arrivé au SGC : 07/07/2010

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 20
Profession: Extraterrestre
๏ Expérience:
13/3200  (13/3200)

MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Dim 12 Déc - 20:15


Alix écouta patiemment les refus et explications du docteur Andrews... A la fin de son discours, elle soupira. Son piège n'avait pas du tout pris et pour que cette jeune femme comprenne son refus si virulent, elle allait devoir lui expliquer la vérité. En espérant que toute cette histoire allait rester entre elles deux. Alix n'aimait pas ça et rechignait même à la tâche. Elle se tortillait dans tous les sens sur son lit pour éviter de regarder le médecin et l'infirmier. Elle ne réussissait qu'à se faire mal un peu plus et devant ces pointes de douleur qui la faisaient grimacer, elle essaya de se calmer. Elle réussit, en partie seulement. Alix n'aimait réellement pas ça du tout. Même y penser lui faisait horreur. C'est à ce moment là qu'elle se rendit compte qu'elle ne portait plus les mêmes vêtements qu'avant. Ceux avec lesquels elle était partie en mission avec les Tauris. Bien au contraire, elle portait une espèce de robe de nuit, avec ses seuls sous vêtements au dessous. Ce devait être un beau panorama qu'elle avait offert à ces deux personnes lorsqu'elle s'était écroulée au sol. Un panorama pile poils sur ses cicatrices dans son dos. Si elle ne portait pas ses vêtements, elle devait en déduire qu'elle avait été déshabillée et donc qu'au moins une personne dans cette base avait vu ses cicatrices et autres marques de coup en tout genre. Génial... Cette perspective, bien qu'elle ignorait qui avait pu avoir accès à ce spectacle ne la réjouissait pas le moins du monde. D'autant plus que les deux personnes présentes dans cette pièce avaient eu, elles aussi, l'occasion de voir son dos, si elles y avaient prêté attention. Et c'était elle qui leur offert cette possibilité sur un plateau d'argent. Quelle idiote décidément, elle ne réfléchissait pas avec son cerveau. Et le regrettait amèrement.
Finalement, Alix n'avait plus à avoir peur de raconter d'où venait sa peur panique des aiguilles finalement... Après tout, ils avaient vu bien pire. Elle espérait juste que non seulement cette histoire allait rester entre elles et à la rigueur entre eux si l'infirmier restait sur place et entendait tout. Du moment qu'il restait là où il était et qu'il ne faisait aucun geste ni commentaire... Elle pourrait peut-être accepter sa présence. Ou pas. Alix était gênée. Elle n'avait pas pensé jusqu'ici que quelqu'un avait pu voir ses cicatrices et cette idée ne lui plaisait pas. Une partie d'elle avait peur que plus d'une personne soit au courant pour ses meurtrissures. Mais aussi que l'information circule très vite dans les couloirs, de soldats en soldats, pour arriver aux oreilles de personnes qu'elle ne désirait pas mettre au courant. Pourtant, il le faudrait bien mais la jeune femme ne voulait pas avoir à s'expliquer là dessus. Même en parler au docteur Andrews lui posait problème. Il allait bien falloir pour éviter la perfusion et cette terrible aiguille qui menaçait de plus en plus de s'introduire dans son bras par la force. Alix pensait que la dernière solution serait de l'attacher, peut-être qu'en s'expliquant et en se confiant au docteur Andrews allait elle échapper à cette torture.
Seulement, Alix ne savait quoi dire, ce qu'il ne fallait pas dire et par où commencer. Elle voulait éviter tout ce qui avait attrait avec son passé même si elle n'allait pas y couper. Doucement, elle fit le tris dans ce qu'elle avait l'intention de dire et de cacher au docteur Andrews. Alix garda à l'esprit qu'elle n'avait pas relever son changement de langage. Cependant, elle ne savait pas encore si elle devait raconter un pan de son passé en langue Tauris ou bien broder comme si elle ne la connaissait qu'à peine. Ce qui était la version officielle. Il est certain que parler dans sa langue sans y mettre trop d'hésitation tout en utilisant les bons termes allait faciliter la compréhension du médecin ce qui ferait un point positif pour faire reculer la progression de cette aiguille. Foutue invention ! Alix pestait contre cet objet de torture malsain.
Le tris était maintenant terminé, en grande partie. Elle savait ce qu'elle acceptait de dévoiler et ce qu'elle refusait de dire.
Tout ce qui avait attrait à sa vie avec sa famille était prohibée. Sa vie sauvage... Elle en acceptait de dire une partie, juste qu'elle avait réussi à fuir mais pas plus. Maintenant, en ce qui concernait sa période de torture chez le Maitre qu'elle servait... Elle ne voulait pas en dire trop mais en même temps, le docteur Andrews ne comprendrait pas pourquoi Alix avait subit des expériences. Il n'est pas commun qu'un Goa'uls fasse des expériences sur un être humain. Seulement, elle devrait alors expliquer sa différence génétique entre elle et ses frères. Ce n'était pas un élément capital... Dire qu'elle était blonde, peau clair et yeux bleus alors que ses frères étaient mat de peau, cheveux et yeux noirs, ne portaient pas à moquerie, ni à rien d'autres.
Alix soupira, regarde le docteur Andrews droit dans les yeux et commença son récit dans sa langue :


Je... vivais avec mon peuple avant d'être enlevée à ma famille par des Jaffas. J'étais la seule à être blonde, claire de peau et a avoir les yeux bleus... Alors les gardes Jaffas me prirent avec eux. Le Grand Maitre... Il voulait faire de moi une... Hôte ? C'est comme ça qu'on dit ? Oui, une hôte mais il n'y arrivait pas....

Alix s'arrêta là, pour le moment. Elle avait parlé dans la langue du docteur mais suffisamment bas pour que seule le médecin entende ce récit. Elle doutait beaucoup que l'infirmier entende quelque chose et son froncement de sourcil lorsqu'elle le regarda lui indiqua que c'était bien le cas. Il n'appréciait pas d'être tenu à l'égard mais du admettre qu'Alix restait calme pendant ce temps. Elle avait cessée de gesticuler dans tous les sens et se tenait correctement, ne touchant pas le docteur. Elle ne voulait pas lui faire peur.
L'émotion submergea plus la jeune femme que ce qu'elle avait pensé. Elle avait tellement ressassé son passé qu'elle ne pensait pas voir les larmes lui monter aux yeux... Mais voilà, elle avait ressassé ses pensées en silence, dans esprit. C'était la première fois qu'elle partageait un peu de son histoire avec quelqu'un. L'effet fut des plus saisissants et très étrange. Elle essaya de retenir ses larmes mais s'était plus difficile qu'elle ne l'avait cru. Non seulement, elle n'avait pas tellement voulu raconter son passé mais là voilà qui montrait ses faiblesses à une femme qui lui était totalement inconnue. Non, décidément, elle n'aimait vraiment pas cette situation. Après avoir soupiré de nouveau, Alix continua son récit, non sans émotion :


... Il y avait une sorte de médecin à son service...Il pratiquait des expériences avec des aiguilles... Lui aussi il me disait que c'était pour mon bien, Alix eut un ricanement de mépris non dissimuler, il me piquait sans arrêt, tous les jours... Jusqu'à ce que je m'enfuis.

The end. Pour le moment, elle allait devoir se contenter de ce pan d'histoire. Alix espérait juste que ça allait suffire. Elle était fatiguée même si elle se réveillait tout juste d'un sommeil artificiel. La mission qui venait de s'écouler... Sa blessure qui la tiraillait et maintenant, raconter son histoire, une partie, n'était pas de tout repos. Elle en avait un peu marre quand même et désirait dormir sans se réveiller pour le moment. Elle regardait le docteur, priant intérieurement qu'elle comprendrait où Alix voulait en venir sans demande de nouvelles explications. La jeune extraterrestre faisait déjà tout pour ne céder aux larmes. Repense à tout ce qui s'était passé... C'était tellement difficile. D'autant plus difficile que le docteur avait du voir les cicatrices qu'avaient laissé les coups de fouets dans son dos. Alix se demandait si elle allait lui en parler, si elle oserait lui poser des questions. Au point où elle en était...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
----------------
avatar
----------------
----------------



MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Lun 20 Déc - 13:34

La demoiselle s'exprimait d'une manière bien plus compréhensible maintenant et Eiden n'y fit pas grand cas, de toute façon ce qui comptait c'est qu'elles arrivent à s'expliquer donc pour le moment le but était presque atteint.
Eiden l'écouta donc expliquer le pourquoi de tout ça et se rendit compte qu'elle avait eu une vie assez compliquée comme pas mal de gens au SGC en fait, surtout des réfugiés, car elle était aussi une réfugiée parmi tant d'autre. C'est vrai qu'Eiden n'avait penser qu'à la soigner mais c'était son job donc elle pensait qu'il était logique qu'elle la soigne à tout prix et espérait vraiment que malgré tout la jeune femme comprendrait l'insistance du médecin à son égard.


"Rassurez-vous je ne pratique et ne pratiquerais jamais aucune expérience sur vous. Je vous juste vous soigner et faire en sorte que vous ne souffriez pas."

Eiden avait posé sa main avec douceur sur l'avant bras valide de la jeune femme et lui avait sourit comme elle le faisait toujours pour tenter de rassurer le patient, qui en général était un homme, car les femmes avaient rarement ce genre de réticence aux soins.

"Je comprend vos peurs. Vous voyez cette cicatrice sur ma joue ? Je la dois à un grand maitre et rien que d'y penser j'en frisonne encore mais plus jamais je ne laisserais ma peur dicter ses lois. Je vous garantie qu'on ne vous fera jamais aucun mal et l'aiguille que l'on met dans votre bras c'est uniquement pour vous permettre de retrouver toutes vos forces le plus rapidement possible, en aucun cas on ne vous veux de mal."


Elle n'était pas certaine que tout ceci changerait les choses mais elle avait fait de son mieux pour se faire comprendre et tenter de la rassurer. Maintenant les choses étaient entre ses mains.
Revenir en haut Aller en bas
Alix Bailey
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 2032

Arrivé au SGC : 07/07/2010

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 20
Profession: Extraterrestre
๏ Expérience:
13/3200  (13/3200)

MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Dim 16 Jan - 18:12


Rassurez-vous je ne pratique et ne pratiquerais jamais aucune expérience sur vous. Je vous juste vous soigner et faire en sorte que vous ne souffriez pas.


Alix regarda le médecin dans les yeux. La jeune blonde n'avait pas l'habitude de vivre parmi ses semblables humains, elle préférait largement la compagnie d'animaux sauvages ou même, carrément, de vivre en ermite en marge de la société. Pourtant, elle avait rencontré plusieurs Tauris qui lui avaient donné envie de visiter leur monde. Pour son plus grand malheur, cette visite lui avait attiré plus d'ennuis qu'autre chose. Elle s'était fait de ennemis, c'était même blessée et mise en danger pour eux, tout cela pour pas grand chose en somme. Mais à coté de cela, il y avait de bonne surprise. Elle avait rencontré le Major qu'elle appréciait tout particulièrement. Elle avait rencontré Matt qui lui avait appris la vérité sur les Goa'ulds même si elle n'avait jamais pu le vérifier. Et pour terminer, elle avait rencontré ce médecin, cette femme dénommée Andrews dont elle ignorait le nom et qui voulait la soigner. Seulement, avec son peu d'expérience de la vie en société, la petite Alix n'était pas capable de déceler le vrai du faux chez les Tauris. Elle pouvait tout aussi bien lui mentir que lui dire la vérité. Depuis le début et depuis qu'elle avait débarqué par la porte des Étoiles sur cette planète, aucun Tauris, ou presque, n'avait pris des pincettes avec elle pour la mener en bateau. Ou bien ils l'appréciaient, ou bien ils avaient peur d'elle ou même la haïssait pour choisir les plus extrêmes. Mais jusqu'ici, personne ne s'était jouée d'elle. Par déduction et après réflexion, Alix conclut qu'il n'était pas dans le rôle des guérisseurs et des médecins de se moquer de leurs patients, surtout s'ils voulaient les fidéliser. Il y avait autre chose, quelque chose chez cette femme qui dictait à Alix de lui faire confiance. Peut-être dans ses gestes doux pour ne pas l'effrayer une nouvelle fois, dans sa sollicitude pour la calmer et la convaincre, dans les mots qu'elle choisissait avec soin afin qu'elles se comprennent parfaitement toutes deux. Ou encore, le regard. Un regard légèrement inquiet mais rassurant, compatissant même si Alix doutait beaucoup qu'elle puisse comprendre ce qu'elle avait vécu. Rien ne disait non plus à la jeune extraterrestre que le docteur Andrews n'avait pas sa propre histoire et ses propres peines présentes sans cesse à son esprit.
Elle avait raison, son rôle n'était pas du lui faire du mal. Alix pourrait toujours se défendre si elle remarquait que les produits qu'on lui injectait n'étaient finalement pas des médicaments. Doucement, et orteils par orteils, elle ressentait ses pieds lui obéir un à un. Bientôt, ce serait surement ses jambes et elle se sentirait en totale sécurité. Elle pourrait fuir de nouveau en cas de problème.
Le docteur Andrews posa une main douce et délicate sur l'avant bras valide de Alix comme pour la rassurer sur ses intentions réelles. Quoi qu'il en soit, Alix avait de plus en plus mal. Quelque chose n'allait pas et elle ne savait pas quoi. Rarement elle avait ressentit une telle douleur. Ces foutus rayons UV n'étaient vraiment pas adaptés au type de peau de l'extraterrestre. Ça l'inquiétait, elle savait ce qu'il fallait faire pour soulager cette douleur mais allait elle seulement s'y résoudre ? Elle hésitait encore tellement. D'un autre côté, elle n'y connaissait pas grand chose dans l'art de la médecine. Dans ses années de jeunesse sauvage, elle était parvenue à se soigner elle-même grâce à quelques connaissances des herbes médicinales. Connaissance bien superflues puisque les traitements qu'elle s'était infligée avaient révélé de nombreux effets secondaires tous plus désagréables les uns que les autres. Si elle n'était pas si habituée à se débrouiller seule, elle aurait accepté l'aide de cette femme médecin.


Je comprends vos peurs. Vous voyez cette cicatrice sur ma joue ? Je la dois à un grand maitre et rien que d'y penser j'en frisonne encore mais plus jamais je ne laisserais ma peur dicter ses lois. Je vous garantie qu'on ne vous fera jamais aucun mal et l'aiguille que l'on met dans votre bras c'est uniquement pour vous permettre de retrouver toutes vos forces le plus rapidement possible, en aucun cas on ne vous veux de mal.

En effet, elle remarquait cette cicatrice qui ne gâchait en rien sa beauté. Au contraire, elle soulignait légèrement le bombé de sa joue. Pas comme les cicatrices dans le dos de Alix qui ne soulignaient rien du tout et qui, bien au contraire, avaient laissé de longues zébrures rosâtres tout le long de son dos, de son épaule jusqu'à le hanche opposée. Elle pouvait comprendre la peur qui serrait le cœur du médecin lorsqu'elle repensait au grand maitre qui lui avait fait cette blessure. De son côté, le médecin pouvait compatir et comprendre les tourments de Alix mais seulement en surface. Et si Alix acceptait de partager plus encore des morceaux de son passé avec ce médecin, celle-ci aurait pitié d'elle plus qu'autre chose. La pitié n'est pas le plus néfaste des sentiments mais il n'est pas celui qui de changer les choses. Il est juste un état d'esprit qui pousse les personnes qui le ressente dans l'inactivité. Le genre relatif, qui pousse à dire " On n'y peut plus rien maintenant ". Comme si ça aidait réellement les victimes. Alix n'aimait pas beaucoup le sentiment de pitié et ne l'éprouvait qu'en de très rares occasions, si rares qu'elle s'en souvint à peine. C'est dire à quel point elle aimait qu'on ait pitié d'elle. Mais la compassion du médecin adoucissait l'angoisse de Alix tout en l'énervant un peu. Elle n'avait à souffrir que d'une cicatrice. Vite, elle se repris et ce calma. Ça ne servait à rien de se battre contre des fantômes, surtout ceux là. Si le médecin avait été blessée par un grand maitre, c'est qu'elle était passée par une situation plus qu'inconfortable. Alix était triste pour elle et espérait que jamais plus ça ne lui arrive. Finalement, elle aimait bien cette femme qui livrait à son tour un bout de son passé et pas le meilleur. Un léger climat de confiance serait il en train de voir le jour entre les deux femmes ? A voir dans la durée.

Alix soupira. Elle se résigna aussi. Elle avait trop mal pour lutter maintenant. Néanmoins, sa morgue ne se calma pas pour autant. Elle allait accepter de faire confiance au médecin mais comptait aussi lui retirer toute envie de la trahir si jamais ses intentions n'étaient pas aussi pures qu'elle lui laissait entendre. Il est facile de se battre contre une force apparente sans prendre en compte ce qui nous est caché. Bien que petite et frêle d'apparence, Alix n'était pas parvenu à survivre pendant toutes ces années pour rien. Elle allait lui répliquer une remarqua acerbe lorsqu'elle remarqua le sourire du médecin auquel elle n'avait pas prêté attention auparavant. Elle se renfrogna comme une enfant prise en faute. Elle appréciait cette femme mais ce qu'elle pouvait l'énerver aussi !
Résignée, elle lui tendit son bras, en lançant un regard à l'infirmier qui n'attendait que sa capitulation depuis sa tentative de fuite. Tandis qu'il approchait, Alix détourna son intention sur le médecin pour lui murmurer des dernières paroles :


Je vous fais momentanément confiance.

Elle lui adressa pour terminer un sourire en coin dans le style carnassier. Si le docteur Andrews trahissait Alix, cette dernière allait se faire un plaisir de le lui faire regretter. Dans le genre sadique, Alix avait de qui tenir après avoir passé une dizaine d'année sous la torture d'un grand maitre. On n'apprend jamais aussi qu'avec son ennemi...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
----------------
avatar
----------------
----------------



MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Mar 18 Jan - 11:53

Eiden fut soulagée de voir qu'elle acceptait enfin de se laisser faire. D'ailleurs son regard se faisait toujours aussi rassurant mais elle regarda l'infirmier qui s'approchait à grands pas et l'arrêta net dans son élan.

"Laissez ! Je vais m'en occuper."
"Très bien docteur."

Il déposa tout ce qu'il tenait dans ses mains sur le bord du lit et partit déçu de voir qu'elle ne lui faisait pas confiance. Mais ce n'était pas le cas, disons plutôt que c'était vis à vis d'Alix qu'Eiden agissait ainsi.
Elle commença donc à prendre le matériel, puis la main d'Alix et regarda l'ampleur des dégâts qu'elle avait fait en retirant la perfusion, tout avait l'air d'aller bien, excepté peu être un hématome, il faudrait qu'elle déplace un peu la perfusion pour éviter de lui faire mal.


"Je vous promet que vous ne sentirez rien. Détendez vous autant que vous pouvez en pensant à quelque chose d'agréable."

Puis Eiden commença doucement à désinfecter un peu, cela était juste froid et sans qu'elle n'eut le temps de s'en rendre compte et ce même si elle se crispait Eiden enfonça l'aiguille dans la chair de la jeune femme. Une fois fait elle plaça le pansement adhésif afin que la perfusion tienne bien et puis elle plaça le goutte à goutte et mis celui-ci en route.

Les produits arrivaient maintenant tout doucement dans les veines de la jeune femme. Et Eiden fut soulagée.


"Voulez vous que je vous apporte quelque chose à grignoter, à boire ?"


Après ça Eiden la laisserait un peu tranquille, les produits devraient l'apaiser un peu et surtout l'aider à se reposer, car après toute cette agitation elle en avait bien besoin.

[hj: ce sera mon dernier poste pour ce topic, j'ai tout dit, à moins que tu ais quelque chose de très important à lui demander.]
Revenir en haut Aller en bas
Alix Bailey
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 2032

Arrivé au SGC : 07/07/2010

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 20
Profession: Extraterrestre
๏ Expérience:
13/3200  (13/3200)

MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Sam 19 Fév - 20:39

Alix avait été vaincue et elle n'aimait pas ça. Se sentir impuissante et démunie face à une situation était nouvelle pour elle et la dérangeait au plus haut point. Jamais elle n'avait été vaincue, même par des ennemis, même par la maladie. Mais un espèce de rayon de soleil avait tellement bousillée sa peau qu'elle devait à présent affronter son pire ennemi : L'aiguille. Elle en frissonnait d'avance. A quoi bon cacher qu'elle avait peur maintenant qu'elle s'était avouée battue devant le docteur ? Elle pouvait bien lui montrer la peur que lui inspirait les aiguilles. Rien que d'y penser de nouveau, elle en avait la nausée. Pas d'inquiétude pour autant, elle éviterait de vomir sur le médecin... Quant à l'infirmier c'était bien moins sur ! Ce mec, elle ne pouvait pas le sentir, sans se douter un seul instant qu'à force de se côtoyer ils allaient bien s'entendre. Finalement, Alix n'était qu'une jeune femme comme les autres, ou presque ! Disons qu'elle pouvait parfaitement donner l'illusion d'être une jeune femme douce et aimable si elle le voulait, ce qui était rarement le cas. Mais pour tromper ses ennemis, mieux valait se faire passer pour une pauvre petite chose sans défense. Aussi détestait elle la situation dans laquelle elle se trouvait actuellement. Ici, dans cette infirmerie, elle ne faisait pas semblant d'être faible pour attirer un ennemi dans ses filets, elle l'était réellement et cette réalité lui était des plus désagréable à vivre. Bientôt, elle retrouverait toutes ses forces et facultés si le docteur Andrews disait vrai. Il lui fallait juste apprendre la patience, et patiente elle était déjà.
Alix, le bras tendu, n'attendit pas longtemps une réaction de la part du médecin. Aussitôt qu'elle vit la jeune extraterrestre capituler, l'infirmier se précipita vers les deux jeunes femmes. Alix se rétracta, ferma le poing et se vit prête à l'assommer si besoin. Ses jambes, qui répondaient plutôt bien, repliées sous elle, elle était prête à se lever pour parer à l'attaque et se défendre s'il le fallait. Qu'importe qu'il fasse une tête de plus qu'elle et qu'elle soit en terrain plus ou moins ennemi. La confrontation n'eut pas lieu, le docteur Andrews calmant les deux personnes d'une voix douce mais autoritaire.

Laissez ! Je vais m'en occuper.

Alix surveillait l'infirmier. Celui-ci s'arrêta net dans ses mouvements. Finalement, le docteur Andrews était bien le chef de cet homme. Elle l'admirait d'autant plus que c'était une femme. N'ayant connu que de bonnes vieilles sociétés patriarcales, Alix n'avait pas l'habitude de voir une femme avoir plus de pouvoir qu'un homme. C'était... Plutôt agréable à voir et à constater. Rassurée sur les intentions de l'infirmier Alix se détendit un peu mais pas au point de relâcher sa surveillance.

Très bien docteur.

L'infirmier s'approcha doucement du bord du lit, le plus éloigné possible de la jeune Alix. Celle-ci, regarda ses moindres gestes avec la précision d'un chat guettant une proie. Au moindre faux pas, il était mort, ou presque. Disons blessé pour ne pas dire carrément neutralisé. L'infirmier déposa tout le matériel avec une délicatesse tout à fait déplacée dans ce grand corps tout en muscle et s'éloigna à reculons, ne tournant pas le dos son ennemi. Au moins avait il eu l'intelligence de surveiller lui aussi les actions et gestes de la jeune femme. Alix dénota chez lui une étincelle de déception dans ses yeux lorsqu'il prit le chemin du retour. Quel crétin sadique, pensa t'elle intérieurement. Ah, ce qu'il devait aimer voir les femmes souffrir et en profiter pour se montrer tout puissant ! Imbécile tiens ! Bon, d'accord, tout le monde aura compris qu'elle ne l'aimait pas le moins du monde. Du moins pour le moment, il s'avèrera que par la suite, ils s'entendront plus ou moins bien sur différents sujets. Dire qu'il suffit de trouver un bon commun entre deux personnes pour qu'elles nouent une relation. Pas forcément amicale, mais neutre.
Alix se détendit en voyant l'infirmier passer la porte. Elle savait qu'il n'était pas loin et qu'il veillait, à sa façon, à ce que rien ne se passe mal entre les deux femmes pendant son absence. Alix reprit sa position initiale et étendit les jambes. Elle redonna, de mauvaise grâce son bras au médecin. Il était trop tard maintenant pour qu'elle échappe à son sort. Au revoir yeux implorant, bonjour moue boudeuse. Vous n'alliez quand même pas croire qu'elle serait en plus tout sourire devant ce traitement ? Puisqu'elle a horreur des aiguilles !
Alix sentit le docteur Andrews lui prendre le bras et la regarda vérifier l'état de son articulation. Ayant retirer sa perfusion rapidement et durement, elle s'était infligée un bleu. Un bleu ne représentait qu'une blessure insignifiante qui ne la dérangerait pas longtemps. Peut-être quand elle plierait le bras et encore, elle en doutait fortement.

Je vous promet que vous ne sentirez rien. Détendez vous autant que vous pouvez en pensant à quelque chose d'agréable.

Alix ne parviendrait pas à se détendre. Elle allait se faire piquer par ce qu'elle déteste le plus au monde, une aiguille. En y pensant, elle se dit qu'elle ne comprenait vraiment pas les pauvres femmes qui peuvent avoir peur d'une bête petite araignée. Enfin, il faut de tout pour faire un monde et elle même n'avait elle pas peur des aiguilles alors que cela pouvait sembler ridicule à n'importe qui ? Si, aussi ne pouvait elle se permettre de juger une personne ayant peur d'une araignée. La peur est ridicule et irraisonnée, elle le savait et philosophait la dessus en sentant un produit froid être appliqué sur sa peau. Le sujet ne l'intéressait pas réellement. C'était la seule chose qu'elle avait trouvé pour se détendre un peu. Bien que ça ne marchait pas réellement, Alix fit semblant d'ignorer le contact de l'aiguille contre sa peau avant que celle-ci ne s'enfonce irrémédiablement dans ses chairs. Ce qu'elle pouvait détester ça. Comme le docteur Andrews le lui avait prédit, elle n'avait pas eu mal, ou presque, elle avait juste sentie l'aiguille mais sans en ressentir de douleur. Néanmoins, elle lui sortit un petit "Aïe" un peu trop trainant pour être vrai, juste pour la forme.
Le docteur Andrews consolida la structure avec un bout de sparadraps. Avait elle peur qu'Alix n'arrache une nouvelle fois l'aiguille ? La doc régla le goutte à goutte. Alix finit par sentir un contact de liquide froid dans ses veines avant de s'y habituer et de ne plus y prêter attention.

Voulez vous que je vous apporte quelque chose à grignoter, à boire ?

Puisqu'elle n'avait pas le choix, Alix s'installa confortablement dans le lit, sans trop bouger son bras qui lui faisait un peu mal avec la perfusion et attendit que le temps passe en comptant les carreaux a u plafond. Elle répondit par la négative au médecin, elle n'avait ni faim ni soif et un bouquin ne lui serait d'aucune utilité, elle ne savait pas lire. Aussi le docteur Andrews, soulagée, pouvait quitter cette pièce pour s'occuper d'un autre médecin surement moins récalcitrant qu'elle. Alix lui avait fait confiance en lui racontant une part de son passé. De cette histoire, elle allait encore en entendre parler, peut-être le vieux général estropié allait il la convoquer pour en savoir plus sur cette histoire de Goa'ulds. Alix soupira et ne dit plus qu'un mot au médecin.

Merci.

Sur ces entrefaites, la miss s'endormit vite sous l'effet des calmants. Emmitouflée dans la couette et roulée en boule, son bras perfusé sortant du lit, elle se sentait en sécurité. Etrange sentiment de plénitude dans un monde qu'elle ne connaissait qu'à peine.
Revenir en haut Aller en bas
Boba Fett
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 7273

Arrivé au SGC : 18/03/2006

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 38 ans
Profession:
๏ Expérience:
2463/15000  (2463/15000)

MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   Sam 19 Fév - 20:49

Les notes :
Alix Beiley:
-Orthographe / Conjugaison / Structure des posts 2/4

-Cohérence dans les Posts 3/3

-Respect des Règles de RP, de l’Intrigue Générale et des écrits du MJ 3/3

Total :8/10

Eiden andrews :
-Orthographe / Conjugaison / Structure des posts 3/4

-Cohérence dans les Posts 3/3

-Respect des Règles de RP, de l’Intrigue Générale et des écrits du MJ 3/3

Total :9/10

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
----------------

----------------
----------------



MessageSujet: Re: Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et une cicatrice de plus au compteur - Pv : Eiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mission Stargate ::  :: ~ Niveau 21 ~ :: Salle de soins-