Mission Stargate
Bonjour et bienvenue sur Mission Stargate, l'une des références des forums basés sur l'univers de la célèbre série Stargate SG-1 !

Inscrivez vous sans plus attendre en entrant un nom et prénom valides ! Créez ensuite la présentation de votre personnage (à l'aide de la fiche de présentation type) afin de commencer cette superbe aventure !

Délires, ambiance et émotions assurés sur Mission Stargate Wink
On vous attend !
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

๏ Le forum a 9 ans !! || Version 5.9 || Le Staff de Mission Stargate vous remercie de votre fidélité ! ๏


 

Partagez | 
 

 Mission commando (Jack)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Paul Kaïger
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 304

Arrivé au SGC : 12/05/2007

Age du Joueur : 31


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 43 ans
Profession:
๏ Expérience:
1031/3200  (1031/3200)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Lun 26 Avr - 13:11



Le capitaine pouvait commencer à ouvrit doucement les yeux et rapidement, il reconnu la personne devant lui... sa femme. Il avait devant lui sa défunte femme morte à cause des réplicateurs. Malgré toute la fierté qu'il possédait, l'homme ne pu s'empêcher de laisser couler une larme le long de sa joue. Il se rapprocha vers elle, extrêmement émue de la retrouver enfin. Il avait attendu ce moment depuis trop longtemps et maintenant, il allait la rejoindre. Paul attrapa sa femme dans ses bras, visiblement tout aussi émue que lui de se retrouver. Elle le regarda de ses yeux humides et elle lui dit d'une voix douce et mélodieuse...

-Il va falloir être fort mon époux.
-Pourquoi ?
-L'heure de nos retrouvailles n'est pas encore venu. Il te reste encore des choses à faire.
-Non... Je ne peux te quitter une seconde fois ma chérie.
-Il le faut mon amour et je te promets que la prochaine fois, on sera réuni pour de bon mais jusque là, soit fort.


Puis la femme de Kaïger commença à voler dans les airs ou bien c'était l'homme qui tomber. Quoique se soit, le Capitaine voyait sa femme s'éloigner et d'un geste inutile, il leva le bras pour espérer la rattraper mais tous cela était vint. Le militaire retombait dans les abysses sombres.


-------------------

Paul ouvrit les yeux, il ne savait pas où il se trouvait lorsque des bras le saisirent et le releva. Immédiatement, il comprit qu'il se trouvait dans un sarcophage Goa'uld et il comprenait ce qu'il allait lui arriver. On le fit sortir du sarcophage et on l'emmena quelque part. Sûrement un grand méchant qui voulait lui parler mais l'homme ne dira rien, absolument rien. Et ses pensées furent confirmé, un homme se tenait au milieu d'une grande pièce tandis que d'autre restaient à genou face à une statue d'un faux Dieu. Le type debout devait être la cible mais là, Kaïger ne pouvait pas mener à bien cette mission alors, il se laissa faire et écouta le sermon du Goa'uld...

-Espèce de misérable... Toi et tes amis pensaient vraiment pouvoir venir à bout de notre Dieu Svarog. Vous n'êtes que des insectes et je vais te montrer la fureur de notre Dieu.

Paul resta silencieux et ne bougea pas devant les menaces du Goa'uld. Cela eut pour conséquence d'afficher un sourire sadique sur les lèvres du serpent. Il voyait là un homme fier et bien têtue...

-Tu parlera... tu criera... tu me suppliera et je continuerai à te torturer. Notre pitié n'a aucune limite et on te tortura encore et encore. Tu préfèrera la mort au supplice qu'on te fera subir Tau'ri. L'homme se rapprocha pour murmurer à l'oreille de Kaïger. Même l'enfer est un paradis comparé à ce qu'il t'attends...
-Tu parles trop pour une langue fourchue serpent.


Paul le regarda bien dans les yeux et le même sourire que le Goa'uld avait eut précédemment réapparut. Il ordonna qu'on torture le terrien. Il était temps car le Capitaine n'aimait pas perdre son temps en bavardage. Il avait connut la torture sous l'emprise d'un réplicateur. Certes ils n'utilisent pas la violence corporelle mais la violence psychique qui est plus dévastatrice que les coups physiques. On mena l'homme prêt d'un pique en bois non loin des types en train de prier. Puis, on arracha les vêtements du militaire pour le mettre à nue. Paul se concentra, il devait faire le vide dans sa tête pour éviter de succomber à la folie.

Des fils de Svarog l'attacha au fameux piqué et commença à le contempler, content de leur effort. Mais les choses allaient débuter. Kaïger avait les yeux fermés et ne cessait de rester concentré sur quelque chose de joyeux et de gai. Devant cela, un fils de Svarog prit sa lame, la trempa dans du feu et lorsqu'elle fut suffisamment chaude, la posa sur le corps nue du soldat. Le terrien fronça les sourcils, la douleur était vraiment forte et sa concentration devenait difficile mais avec tous ce qu'il avait vécue, Paul avait certainement le meilleurs mental de la base et il en faudra beaucoup pour le voir craquer.

Devant pratiquement aucune réaction. Un autre fils de Svarog poussa celui qui venait de brûler le terrien et le traita d'incapable. Celui ci était étonné de voir aucun cri de douleur. L'autre tortionnaire attrapa un poignard et planta Kaïger dans les cotes à quatre reprise. Le Capitaine serra les dents mais ne dit rien. Visiblement contrarié, le fils de Svarog recommença au même endroit mais tourna la lame dans chaque plaie. Le terrien sentit une grand douleur à chaque tour de lame. C'était dur, affreux et pénible mais surtout douloureux. Mais Paul ne voulait pas faiblir aussi rapidement, alors il continua à résister devant leur coup.

Cela continua encore et encore. Désormais, Kaïger ne savait pas depuis combien de temps il était là et ses tortionnaires prenaient visiblement toujours autant de plaisir à le voir souffrir. Mais malgré la douleur, malgré l'humiliation Paul n'avait pratiquement pas bronché. Certes on voyait qu'il souffrait à chaque coups mais il ne disait absolument aucun mot, aucun son ne sortait de sa bouche. L'homme avait reçut beaucoup de coup et il ne pouvait dire toutes ses blessures désormais. Sa respiration commençait à se réduire et la douleur était trop grande. Sa méditation devenait vraiment difficile mais il devait tenir. Il entendit juste qu'on venait d'installer quelqu'un d'autre à côté de lui mais le terrien ne voulait pas sortir de sa concentration pour voir de qui il s'agissait.

Les jours vont être pénible et l'homme savait que cela n'était que le début de sa longue torture. Ils vont remettre ça plus tard, en le faisant revenir des morts pour le torturer encore et encore. La seule chose qui le faisait tenir... c'était le visage de son fils et de sa femme. Mais surtout de l'avoir revu même pendant un instant. Cela avait était une grande motivation pour l'homme. Tenir !!! Voilà la seul chose à laquelle il pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5149

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Mer 28 Avr - 14:17

Dehors, l'activité devenait bien trop oppressante. Le gradé gardait sa lame au clair, prêt à fendre en deux n'importe quel ennemi qui approcherait de l'entrée de la bâtisse. Quand il compris qu'ils étaient trop près, il poussa un grognement et fit signe à ses hommes d'arrêter tout mouvement.

"Repli par la trappe, les Fils de Svarog sont trop près, vite !"

Il ne regarda même pas ses hommes, restant aux aguets, son regard inspectant chaque centimètre carré dehors. Hors de question d'être surpris. Il entendait ses hommes descendre, les uns après les autres, ils lui laissèrent le passage. Martouf le regarda un instant, attendant qu'il suive mais il lui fit signe de dégager sans quitter des yeux les premiers ennemis qui avançaient. Ils n'étaient qu'à quelques mètres. Le gradé calma sa respiration et se cala dans l'espace sombre entre la porte d'entrée et celle de la salle principale, il détourna le visage pour qu'aucun ennemi ne le repère avant qu'il ne le veuille. Leurs bruits de pas se renforçaient, ils étaient là... Il les savaient hésitant, trouillard. Pendant de longues secondes, ils restèrent sur le pas de l'entrée et de là, ils pouvaient voir le carnage qui avait été fait par les Tau'ris. Quand le claquement du pied de l'un d'eux signifia son entrée, il réduit sa respiration à son minimum. Il les laissa passer, tout les cinq. Une fois qu'ils eurent tous passés l'entrée de la grande salle, où le massacre avant eu lieu quelques minutes plus tôt, il sortit de l'ombre. Il sortit son épée de son fourreau sans un bruit et d'un brusque mouvement, sa lame transperça de part en part un premier ennemi, qui s'écroula dès qu'il extirpa son arme du corps secoué de spasmes nerveux. Les autres se retournèrent mais dès qu'ils virent le gradé entièrement emmitouflé de noir, de la tête au pied et sans visage, ils reculèrent d'un pas. Il avança alors lui même d'un pas.

"Je suis la mort en personne, votre châtiment pour vos crimes barbares... Je suis Snake !"

Sous le choc des propos de cette présence fantomatique, les fanatiques ne purent réagir que quand la tête de l'un d'eux tomba au sol. Ils n'étaient plus que trois pour affronter une chose qui semblait n'être rien d'autres que la mort personnifiée. Ils poussèrent des cris de bêtes et allèrent à l'assaut du français qui esquiva la première série d'attaque sans problème, il para ensuite une attaque sur ses jambes, attrapa le bras armé d'un d'eux et envoya sa jambe dans la tête du dernier qui alla s'écrouler plus loin. Il tira le bras qu'il avant de mettre toute sa force dans son bras gauche pour l'enfoncer le plus possible dans la cage thoracique de son ennemi qui en fut presque transpercé. Il n'avait pas encore la force de Kaïger qui aurait sans doute réussit à faire traverser son poing. Il laissa retomber son ennemi avant de faire une entaille sur la jambe de son dernier adversaire debout -pour le moment- il mima ensuite une seconde attaque sur ses jambes avant de faire remonter sa lame et de lui fendre le visage en deux, il s'écroula dans un râle de douleur. A sa gauche, celui qu'il avait envoyer voler se leva, en un instant il avait sa lame plantée dans son cœur, il tourna et retourna l'objet métallique, se réjouissant des cris de terreur et de douleur de son ennemi qui gesticulait pour tenter de se défaire. Quand il se tut, quelques secondes après, il retira son arme. Il se tourna alors vers le dernier ennemi encore au sol, plié sous la douleur que lui causait le précédent coup du militaire. Il s'arrêta à ses côtés, sa sombre présence menaçante planant au dessus de lui, il avait le pouvoir de vie et de mort.

"Souviens toi de mon nom... Snake."

Et il planta sa lame au plus profond de son corps, lui arrachant un gargouillis de sang qui remontait le long de sa gorge. Une fois encore, il retira sa lame et la nettoya. Il la rangea et retourna vers la porte, cette fois, c'était une armée toute entière qui approchait, il ne pourrait pas les repousser. Il se détourna alors de l'entrée, attrapa le Zat de Slaith qui traînait au sol et fit disparaître son corps, au moins un qui ne leur causerait plus d'ennuis. Il le cala dans sa ceinture de couteaux et passa enfin par la trappe, non sans la refermer derrière lui. L'ennemi verrait bien entendu le passage mais s'attarderait -il l'espérait tout du moins- assez longtemps sur les corps pour ne pas les rattraper immédiatement. Il entama une course mesurée dans les tunnels noirs. Il n'avait aucun point de repère et devait attendre que ses yeux se face à l'obscurité, ce qui se fit en l'espace d'une petite minute. Il s'arrêta subitement, son cœur le tiraillait. Il posa une main dessus en poussant un grognement bestial. Il sortit une seringue et se l'injecta dans le cou. Il poussa un bref soupir de bien être avant de ranger la seringue vide dans son équipement et de repartir. Il se retrouva bientôt au niveau de l'arrière garde ou Martouf traînait lamentablement à cause de sa blessure. Ces Tok'ras n'étaient vraiment pas fait pour la guerre...

"On presse le pas, j'ai pas pu les retarder longtemps, ils vont trouver la trappe !"

L'équipe accéléra et vit bientôt de la lumière au bout du tunnel puant qu'ils avaient emprunté. Un escalier pourri par l'humidité et ils furent de nouveau à la surface. Le gradé referma la trappe derrière le groupe et, avec l'aide de M'zel, poussa deux tonneaux de bière sur leur sortie afin d'empêcher tout ennemi de les suivre, au moins provisoirement. Une fois que ce fut fait, le gradé ordonna à ses hommes de se regrouper autour de lui.

"Avancez prudemment et évitez de prendre des risques autant que possible, je ne pourrais pas vous aidez. Courage, j'ai confiance en vous."
« Vous le trouverez dans une citée, plus loin à l’Ouest. C’est à plusieurs kilomètres d’ici. Évitez de prendre les chemins principaux. Une fois sur place vous saurez reconnaître votre cible… Bonne chance. »
"Je trouve toujours ma cible. Ramène les en vie."

Pas un regard en arrière, pas le moindre mouvement ou mot de faiblesse, il était déterminé à finir cette mission et à venger ses hommes. Ciryus mourra, même s'il devait se sacrifier. Il se mit alors en route vers sa cible, plein Ouest, là où le soleil s'était couché. Il évita bien entendu les chemins principaux, comme tout bon soldat en territoire ennemi. Après quelques centaines de mètres, il reconnu la zone, il fit un rapide tour sur lui même, sniper en main, pour vérifier toute trace d'un éventuel piège ennemi. Rien. Le cargo n'était pas loin.

Soudain le claquement d'armes semi-automatique et d'armes Jaffas se firent entendre, ses tripes se nouèrent et quand le silence revint, il savait qu'ils étaient prisonnier, ou mort. Il mit un genou au sol. Il resta ainsi quelques longues secondes, son cœur tonnait contre ses cotes. Il se sentait envahit d'une puissance nouvelle, celle de Solid Snake. Il allait accomplir sa mission et ramener ses gars, vivant ou mort et ce, même s'il devait massacrer des milliers de soldats seul. Seul. Il reprit sa route alors et arriva dans la clairière, le cargo n'avait, semble t-il, pas bougé. Il inspecta rapidement les environs et couru vers l'engin. Il prit alors sa lame et avec prudence, inspecta l'intérieur de l'engin. Il s'immobilisa à l'entrée du poste de pilotage, des respirations, des mouvements, non, des tremblements, dans l'ombre. Il pointa son épée courte vers l'une des ombres dansantes qui sortit sans mouvement brusque, dévoilant son identité. C'était des civiles, ceux que son équipe avait sauvés pendant qu'il assassinait le vieux. Celui qui ne pouvait être que leur chef déposa sa hache à ses pieds, en signe de son allégeance. Menchu rangea alors son épée qui, malgré le soin qu'il avait essayé d'y apporter, était tâchée de sang séchée. Il tenta d'expliquer au Xenos de s'enfuir, de quitter le vaisseau mais rien n'y fit, comprenant, après de longues minutes sans résultats, qu'il ne pourrait pas leur faire quitter le vaisseau, il devrait faire avec eux. Dans l'optique de se battre de nuit, chacun d'eux s'était enduis de terre sur l'ensemble du corps, effort louable. Ils avaient donc déjà combattus... Les hommes allèrent dans la soute tandis que la seule femme du groupe s'assit sur le siège du copilote, ses armes prêtes à servir. Un garrot avait été fait pour sa jambe blessée, un de ses hommes avait du faire son possible. Mais ça ne servirait surement à rien, elle mourrait certainement avant l'aube. Son état d'épuisement était élevé et le militaire ne doutait pas qu'avant de l'amener ici, elle avait du être violée à plusieurs reprises, comme la femme de l'auberge.

Il la détacha alors de ses pensées et se concentra sur le pilotage, ce n'était pas sa spécialité mais il savait tout de même faire les manœuvres de bases, ce qui serait amplement suffisant puisqu'il comptait faire juste quelques kilomètres en ligne droite. La forteresse fut rapidement devant lui, juste après avoir décollé, le gradé avait retiré son capuchon pour avoir un maximum de visibilité, ce qui attira le regard de la femme, elle semblait l'idolâtré comme un ange venu du ciel. Si seulement elle savait combien d'hommes il avait tué... Ne serait-ce qu'aujourd'hui. Combien de femmes, d'enfants, de vieillards incapables de se défendre il avait du abattre froidement pour remplir les objectifs de missions. Il chassa ses pensées parasites en posant le vaisseau, il se tourna vers la soute, remit son capuchon et ouvrit la porte. Devant lui, deux Fils de Svarog. En l'espace d'un instant, ils étaient tout deux au sol, baignant dans leur propre sang. Il avait sortit simultanément une de ses lames attachée à sa ceinture et son épée courte, il leur avait tranché la gorge de façon net et précise, sans bruit. Il finit alors de descendre la rampe et fit quelques pas pour se mettre à couvert derrière un arbre, il prit le Zat qu'il avait récupéré sur le corps de Slaith et fit disparaitre les deux morts. Il gratta un peu la terre et s'en mit sur le visage et les mains -ainsi que sur sa lame- pour parfaire son allure sombre et surtout son camouflage. Le militaire se redressa alors et vit Enox et sa troupe qui commençaient à descendre eux aussi, il se tourna vers eux et son regard perçant suffit à les faire remonter dans le vaisseau.

Prudemment, il entreprit d'avancer, il devait faire le tour jusqu'à trouver une entrée ou il pourrait s'infiltrer sans trop de problèmes. Après avoir parcouru environ 400 mètres, il aperçu de la lumière, il se cambra un peu plus et avança avec une discrétion féline, passant d'un couvert à un autre. Devant, deux Fils de Svarog discutaient. Il pouvait les neutraliser sans aucun problème mais il resta pourtant inerte un moment, attendant un indice lui indiquant la présence d'autres forces alentour ou pire, de l'autre coté de la porte ouverte. Pendant une longues minute, il n'entendit rien. Il entra alors dans une phase d'approche discrète. Il fit tout ce qu'il pu pour être au plus près de ses ennemis avant d'engager le combat et lorsqu'il arriva au dernier arbre, il comprit qu'il devait passer à l'action, il saisit deux de ses lames et se tint prêt. Il inspira, calmant sa respiration, il se redressa et pivota, ses lames furent envoyées et chacune toucha sa cible. Les deux hommes poussèrent de petits cris plaintifs. Ils ne pouvaient faire plus : leur trachée était encombrée par une lame. Il s'approcha à pas rapide en sortant son Zat, il les acheva et les désintégra avant de se coller au mur, prêt à recevoir d'éventuels ennemis mais rien. Si tout se passait aussi bien, ça serait un jeu d'enfant. Il pénétra dans la cité et longea les murs. Dans l'ordre des choses, sa cible devrait être en hauteur, dans la tour principale de l'édifice. C'était le plus emmerdant pour lui et la position donnait dès le premier regard la puissance que voulait tout bon mégalomane.

Les couloirs se ressemblaient tous mais deux points pourraient lui être bénéfique : ils étaient mal éclairés et les renforcements qui les parcouraient pouvaient le masquer d'une patrouille peu attentive à qui il pourrait tendre une embuscade, en dernier recours. Après quelques minutes de marches, il tomba sur un escalier, il mémorisa mentalement son itinéraire sur ce niveau avant de commencer à grimper les marches deux par deux, les escaliers en colimaçon c'est pas classe pour combattre. Une fois arrivé dans ce qu'il estima être deux niveaux au dessus du rez-de-chaussée, il passa silencieusement la porte entrebâillée qui, il s'en doutait, ferait un grincement de tout les diables s'il venait à la toucher. Le français poussa un court soupir en la passant et continua dans le couloir, prêt à se battre jusqu'au bout...
Revenir en haut Aller en bas
Matt Eversman
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 6164

Arrivé au SGC : 07/02/2009

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
855/3200  (855/3200)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Mer 28 Avr - 22:23

Il y avait trop de pertes pour pouvoir continuer la mission, l’objectif n’était pas atteint et pouvait l’être mais il faudrait abandonner les corps des hommes tombés au combat or les dépouilles risquaient de subir la colère des Fils de Svarog lorsqu’ils découvriraient les nombreux corps de leurs frères ou alors pire les deux soldats seront ramenés à la vie par leur sarcophage pour se faire torturer encore et encore et puis les trois militaires n’avaient que très peu de chances d’en revenir, ce n’était pas la peine de continuer. Eversman se rallia à l’avis de son supérieur, lui-même n’avait plus la motivation d’aller lutter contre un ennemi extraterrestre alors qu’il venait de perdre un proche, il voulait rentrer sur Terre. Reeves avait découvert une trappe, il s’empressa de l’ouvrir avant de disparaître de leur vision. Matt se tourna vers le lieutenant Colonel, il avait l’impression de l’abandonner sur cette maudite planète, il aurait largement préféré qu’il retourne avec eux au SGC mais il tenait à accomplir la mission jusqu’au bout ce qui était plus que respectable. De plus ce dernier lui avait confié le commandement de l’équipe étant le plus gradé de l’équipe mais pour lui, il y avait quelque chose de plus qu’il ne savait pas expliquer.
Le Ranger retourna auprès de son pote, il n’arrivait toujours pas à s’habituer à cette idée qu’il ne pourrait plus jamais charrier son camarade, ne plus le taquiner comme il aimait tant ou tout simplement vivre des moments sympathique avec lui. Avec des gestes lents, il hissa Chris sur ses épaules, il n’était pas léger le gaillard mais peu importe hors de questions de le laisser là. Reeves ouvrait la voie aux autres, personne ne parlait, tous n’avaient plus qu’une envie, celle de rentrer chez eux le plus vite possible, le cœur lourd par le chagrin et la perte de leurs compagnons. Matt avait perdu toute notion de temps maintenant, il enchainait les pas les uns après les autres, les yeux rivés vers le sol réfléchissant à la façon de l’annoncer à sa petite amie mais il ne parvenait pas à trouver quelque chose, lui-même avait l’impression de porter un poids trop important pour lui.

Le tunnel déboucha sur une sorte de cave remplies de tonneaux avec surement à l’intérêt un quelque conque alcools, il devait y avoir aussi de la nourriture enfin du moins il y avait quelque chose qui infestait, l’odeur était vraiment horrible. Les hommes sortirent rapidement de là par un vieil escalier taillé dans la pierre retrouvant l’air frais de la surface, ils ne prirent pas le temps de s’arrêter avant de se retrouver à l’abri, les cors ne se faisant plus entendre. Ce fut là que Menshu décida de les quitter, M’zel lui donna quelques informations supplémentaires et avant qu’il ne s’éloigne, Eversman reposa son ami au sol.


« Narah… »

Il ne savait pas vraiment ce qu’il allait dire mais peu importe. Le Ranger s’avança vers son supérieur, il lui serra la main.

« Bonne chance… »

Que rajouter de plus ? En temps normal, Matt ne lui aurait pas permis de partir ainsi dans une opération suicide mais son ami était mort depuis, deux autres membres de l’équipe aussi et il était temps de rentrer. Eversman l’observa s’éloigner jusqu’à ne plus le voir avant de reprendre Redfield sur ses épaules, il fallait continuer et la route était encore longue avant d’atteindre la porte des étoiles. Reeves menait l’équipe, c’était sa première mission avec le SGC et le voilà plongé en plein milieu d’une hécatombe mais il était la preuve même que les membres recrutés pour faire partie du projet étaient parmi les meilleurs car il était toujours en vie malgré qu’il soit plongé dans un monde inconnu et le voilà maintenant à devoir ramener le reste de l’équipe à la base. Tous était silencieux, il n’y avait aucune parole échangeant, seuls les souffles des hommes étaient audibles, au fur et à mesure du temps, le Première classe commençait à éprouver une certaine douleur et engourdissement au niveau du haut du corps notamment les épaules et les bras à cause du poids de son ami qui n’était pas léger mais rajouter à l’équipement de parfait Fils de Svarog, cela devenait dur pour lui de penser à autre chose qu’au chemin et la distance qui le séparait de la porte. Un cri plaintif le fit sortit de ses pensées morbides se tournant immédiatement vers la source qui n’était autre que Martouf qui étalait de tout son long au sol, ce dernier commença à râler mais Eversman n’était pas d’humeur pour écouter ce genre de discours et il se contenta d’un regard noir, il s’apprêtait à l’ouvrir pour lui dire de se remettre en route et de la fermer mais M’Zel s’approcha de sa position lui proposant une solution.

« On n’a pas le temps pour ce genre de pleurnichard, continuons sans lui ! »

Vu le regard du Jaffa, pas de doute il s’adressait directement à Matt qui se demanda quelques instants pourquoi lui proposer cette solution qui était tentante avant de se rappeler les derniers mots de Narah, il était désormais en charge du groupe. Eversman s’apprêta à répondre avant d’être coupé une deuxième fois.

« ILS SONT LA !! »

Le sang d’Eversman se glaça tandis que son cœur s’animait brutalement, il déposa de suite Redfield au sol avant de se précipiter contre une petite bute histoire d’être un peu à couvert et attrapa son Desert Eagle ouvrant le feu sans attendre vers les Fils de Svarog qui chargeaient vers leur position aidés par une dizaine de Jaffas, ces derniers allumant leur position avec leurs satanés lances. M’zel lui vient en aide pour tenter de repousser l’attaque tandis que James tentait de repousser ceux venant de l’autre coté pour éviter d’être pris en étau mais ils n’étaient que trois à résister contre une cinquantaine de forcenés mais peu importe, le Ranger défendrait chèrement sa peau. Il devait déjà changer de chargeur, il se mit à couvert le tenter de recharger et de prendre son autre arme histoire d’avoir une puissance de feu plus puissante, ses yeux se posèrent un bref instant sur le corps inanimé de Chris, il lutterait jusqu’au bout comme son pote l’avait fait et déchaina un déluge de balles vers les assaillants qui arrivaient de partout. Leur informateur fut touché par un tir tombant inconscient, il n’entendait plus les tirs de Reeves qui devait être dans le même état maintenant, Matt fit ce qu’il put pour tenir la position mais il fut très vite débordé devant le nombre et put apercevoir une grenade tombé au pied de Kräger suivi d’un blanc étincellent et plus rien.

De nouveau, Eversman retrouva cet endroit qu’il avait quelques heures auparavant, tout était blanc comme les plafonds de l’infirmerie sauf que là il n’y avait rien, ni murs ni mêmes plafond, ni pièces même. Le silence régnait en maître dans ce lieu, il n’y avait plus aucun son et pendant un bref instant il se demanda si il n’était pas mort lui-même jusqu’à ce qu’il se retrouve découvrant Chris Redfield, debout devant lui.


« Tu m’as abandonné, Matt ! »

Le jeune homme était vivant, il parvenait à reconnaître sa voix, c’était bien lui mais il était mort, il avait quitté le monde maintenant ou alors Eversman était il en train de le rejoindre lui aussi ? Il n’y comprenait plus rien, il s’apprêta à répondre à celui-ci jusqu’à ce qu’une autre personne ne s’exprime aussi.

« Comment as-tu pu laisser mon frère sur cette planète ?! Tu as laissé les autres crever pour sauver ta misérable vie ?!! »

Claire Redfield se tenait devant lui, elle alla s’appuyer sur l’épaule de son frère devant un Matt, bouche bée ne comprenant pas ce qui était en train de lui arriver mais aussi le pourquoi de ses reproches qui n’étaient pas vrai.

« Non !! »
« Et pourtant, moi aussi tu m’as abandonné… »

Menshu Narah venait de faire son apparition à son tour marchant jusqu’à se positionner à coté des deux, il était en train de devenir fou là. Comment ces trois personnes ne trouvant dans trois endroits différents pouvaient être réuni ici même ? Et d’ailleurs il était où là ?

« Je ne vous ai jamais abandonné… »
« Vraiment ?! Où étais tu quand je luttais dans cette auberge ? »
« Où étais tu quand j’ai voulu abattre Cyrius ? »
« Tu les as abandonné !! »
« NOOOOOOOOOOOON !! »

Eversman hurla de tous ses poumons tandis que l’image des trois personnes s’éloignaient dans un tourbillon, il ouvrit immédiatement les yeux distinguant un plafond constitué de boue ou quelque chose du genre. Le Ranger était en nage après ce genre d’émotion, il lui fallu quelques minutes pour comprendre que ce n’était qu’un fichu rêve comme celui qu’il avait fait auparavant et ce dernier s’était produit en partie. Cela ne le rassura pas du tout mais il fallait déjà se sortir dans la situation merdique dans laquelle il était plongé avant de réfléchir à la suite des événements. Reeves et M’zel étaient déjà debout appuyés contre une grille qui les maintenait enfermé dans cette petite cellule, le tok’ra était toujours inconscient et il le réveilla en lui mettant quelques petits coups dans les côtes jusqu’à ce qu’il ouvre les yeux.
Matt se releva à son tour pour s’avancer vers la grille, cette mission était vraiment merdique, décidément comme chaque mission faite avec des alliés extraterrestres, on ne pouvait vraiment pas avoir confiance en eux et Martouf choisit ce moment pour leur expliquer les réjouissances à venir. Le jeune homme déglutit difficilement, cet avenir n’avait rien d’enviable, il posa la tête sur l’un des barreaux un peu désespéré par cet enchainement de merde, les unes après les autres.
Il consentit à relever la tête en entendant les voix de leurs gardiens, l’un s’avança d’ailleurs vers leur cellule ouvrant la porte avant d’être rejoint par deux autres qui braquèrent leurs armes mêmes rustiques vers eux. Eversman fit quelques pas en arrière, Reeves fit de même et M’zel aussi après avoir été menacé d’être embrocher. Le jeune homme jeta un coup d’œil vers ses camarades, il fit signe de la tête de droite à gauche discrètement afin d’inciter à ne pas intervenir pour le moment avant de relever la tête vers le geôlier qui les observait les uns après les autres lui renvoyant son regard de dégoût. James fut choisi, aussitôt il se retrouva avec les mains liées dans le dos, le Ranger fit un pas en avant s’apprêtant à se ruer sur l’un des Fils de Svarog mais la pointe de l’épée se plaça au niveau de sa gorge pour le dissuader de faire le moindre geste.


« Rien ne me ferait plus plaisir de répandre ton sang… »

Le Première Classe ne broncha pas, il observa impuissant la jeune recrue être emmener hors de la cellule avant que la grille ne se referme, il se rua immédiatement contre les barreaux pour observer ce qui allait se passer pour James. Ce dernier avait été plaqué contre la table crasseuse, il crut à un interrogatoire mais c’était bien pire que cela, il allait se faire violer par leurs geôliers sans que personne ne puisse faire quelque chose.

« NON !!! »

Eversman ne pouvait qu’hurler de le laisser tranquille mais rien n’y faisait, les gardes étaient hilares devant la situation et n’entendait pas ses cris. D’ailleurs l’un d’eux se rapprochait de leur cellule, le terrien ne le lâcha pas des yeux se plaquant contre la grille passant ses bras entre les barreaux et dès qu’il put il passa son bras autour de sa gorge l’étranglant de toutes ses forces. Cela attira immédiatement l’attention des autres, l’un braqua son pistolet en direction du jeune homme mais celui-ci ne desserra pas son étreinte se plaçant juste derrière sa cible pour ne pas être dans la ligne de visée de l’autre abruti.
Tout se passa ensuite très vite, Matt arracha les clés du garde qu’il balança au tok’ra ne lâchant pas sa prise tandis que celui-ci prenait peu à peu une couleur bleutée, M’zel put se ruer sur le dernier garde encore debout pour lui régler son compte le laissant au sol baignant dans son propre sang et l’autre finit par dans un bruit affreux à n’opposer plus aucune résistance, mort. Eversman le relâcha avant de sortir de la cellule à son tour, il ne restait plus qu’un geôlier de vivant, celui qui avait tenté de violer leur compagnon, il ramassa sa vieille lame qui avait des marques de sang séché tout du long libérant Reeves de ses liens avant de s’approcher du dénommé Rolf pour en finir mais ce n’était pas à lui de le faire. Il se tourna donc vers James, lui mettant l’épée entre les mains tout en croisant son regard, il y lisait la peur vu ce qu’il avait failli endurer mais il n’y avait que lui qui pouvait le faire.


« A toi d’en finir avec lui… »

Le jeune homme était assez grand pour décider du sort de cet immonde pervers, Eversman le laissa prendre cette décision avant de ramasser le pistolet de l’un des gardes, il ne semblait pas en bon état de fonctionner mais il n’y avait pas grand-chose d’autre, en le fouillant un peu, le jeune homme découvrit un couteau de combat qui ressemblait étrangement au sien mais peu importe, une arme supplémentaire n’était pas de refus. Le Première Classe découvra aussi une sorte de vieux fusil de chasse postait contre le mur, il le prit avec une certaine peur que ce dernier lui explose entre les mains vu l’objet qui avait plus sa place dans un musée. M’Zel était déjà en train de les prévenir de se dépêcher, Matt s’empressa de le rejoindre ayant envie de passer le moins de temps possibles dans ses lieux.

« Allez on met les voiles ! »

Il râlait notamment vers Martouf qui trainait trop à son goût, une fois que James les eut rejoints, l’équipe remonta l’escalier, Matt et le Jaffa ouvrant la voie le doigt sur la gâchette pour réagir immédiatement face au danger. Des pas se faisaient entendre pourtant il n’y avait rien là haut, ils avancèrent dans un long couloir, de chaque coté il y avait des cellules avec des personnes à l’intérieur, certains hurlèrent sur leur passage mais ce n’était pas compréhensible, des cris se faisaient aussi entendre, certains devaient passer un sale moment. Eversman repensait aux paroles du Tok’ra sur leur avenir, le fait d’être torturer puis ramener à la vie pour revivre la même chose, si il parvenait à trouver un de ses sarcophages ainsi que les corps des membres du SGC, il y avait peut être une chance.
Enfin cela faisait beaucoup d’hypothèses mais il fallait d’abord penser à trouver la sortie de cet enfer et de ce dédale de couloirs qui paraissait sans fin. Le Première Classe avait la nette impression de tourner en rond ne parvenant pas à trouver un chemin possible et ils tournaient en rond.
Revenir en haut Aller en bas
http://poudnoir.goodforum.net/index.htm
James Reeves
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 203

Arrivé au SGC : 18/02/2010

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
24/80  (24/80)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Ven 30 Avr - 19:56

La troupe se décida de suivre le chemin découvert dans la cave de l'auberge. James était le premier de la troupe, Matt portait les cadavres de ses camarades avec un Jaffa rebelle dont il ne connaissait pas le nom. Le colonel avait décidé de s'occuper d'éliminer du chef ennemis. Pour James cette décision était dur a comprendre. Un chef d'équipe ne devait jamais se sacrifié, il était trop important pour la mission. Mais après tout...Il était surement le plus qualifié pour le faire. James continua son chemin dans les souterrains. Lorsqu'ils en sortirent le groupe devaient de séparer. James adressa un rapide « Bonne chance mon colonel. » a Narah. Ils n'avaient pas le temps et le groupe devaient rejoindre la porte. Il partirent donc en courant. James était a l'aise, il pouvait courir comme ça longtemps mais le reste du groupe était ralenti par les cadavres. Il étaient dans une clairière, James étaient quelques centaines de mètres plus en avant. Tout a coup, un cri déchira le silence obscur. C'était Martouf qui ne pouvait pas suivre le rythme du tout.

Puis des tirs de lance jaffa arrivèrent près de James, il dégaina ses deux uzi. Il essaya de se cacher. Il avait aperçu une centaine de Jaffa les prenant en tenailles. Il tira dans le groupe de soldat. Il était seul. Il voulait en éliminer le plus possible. Des tirs passèrent a coté de lui et il tomba inconscient. Touché par un tir de Zat.

Il se reveilla quelques temps plus tard avec des douleurs dans tout le corps. Il se leva difficilement et regarda autour de lui. Lui , Matt et le rebelle était dans une cellule; Ils ne savaient pas ou ils étaient surement dans une forteresse bien gardée. En dehors de la cellule un groupe de 3 fils de Svarog jouaient a un jeu de carte. Tout a coup l'un d'entre eux semblait avoir gagné. Il se dirigea dans la cellule. La tension était a son maximum. Les soldats choisirent James. Il regarda ses compagnons. Il fixa particulièrement Matt. Ses mains se retrouvèrent attachées. Il sortitde la cellule et fut plaqué le ventre sur la table. Il compris tout de suite et se mis a se débattre.


« Fuck off son of a bitch! I will shoot your fucking face!!! »

Il donnait des coups de pied, cette vaine tentative ne servait a rien. Des larmes coulèrent sur ses joues. Il implorait Matt. Son pantalon se baissait. James ferma les yeux....

Tout se passa vite. Un des Fils de Svarog s'était approché trop près de la cellule et Matt en profita pour l'étrangler. Puis l'agresseur de James le lacha et sortit son arme. James roula sur la table et envoya un coup de pied dans les valseuse du guerrier. Puis il l'envoya sur la cellule et le Jaffa rebelle l'attrapa rapidement. James était tellement sous le choc qu'il n'avait pas vu ce qu'il s'était passé. Il retrouva ses esprits après que Matt lui ai libéré les mains et lui ai donné un couteau. Il ressentait de la haine. Une haine indescriptible. Son agresseur était a genous et lui demandait pardon. Matt le laissa s'occuper de lui. Le groupe partit et James regarda son agresseur. Il le regarda.


« Tu va crier, mais ce ne sera pas fini. Tu va avoir mal. »

Il prit la chandelle qui était près de lui et chauffa le couteau qu'il avait. Juste après il donna un coup de pied très violent dans le visage de son agresseur. Il vola jusqu'à une marche.

« Ouvre la bouche et met la sur le rebord de la marche!! 
-Pitié pitié.
-FAIT LE!!! »

La guerrier pleurait. Mais James était transformé, l'homme prêt a aider son prochain avait laissé place a un homme plein de haine et de colère.

James prit le couteau qui était brûlant. Il déchira le vetement de Rolf et il tailla dans la chair sous les hurlements du violeur.

« Je ne suis qu'un gros porc violeur et voilà comme j'ai fini. Qui s'y frotte s'y pique. J.R »

Puis il mit un grand coup de pied dans l'arrière du crane de Rolf. Sa machoire fut explosée contre la marche et il mouru d'un mort atroce. Puis il rejoint, le groupe. Il se mirent en route. James avait toujours des larmes qui coulait sur sa joue. Le groupe semblait perdus dans les dédales de la forteresse...
Revenir en haut Aller en bas
Chris Redfield
----------------
avatar
----------------
Caporal
----------------


Nombre de messages : 2095

Arrivé au SGC : 12/02/2009

Age du Joueur : 35


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
115/3200  (115/3200)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Sam 1 Mai - 1:24

Lorsqu’il sentit sa conscience reprendre progressivement le dessus, l’effet était semblable à celui qui accompagnait les grosses cuites dont il avait l’habitude. Pourtant Chris savait qu’il ne sortait pas d’une soirée bien arrosée, cette fois-ci la Mort l’avait frappé de plein fouet, elle lui avait souri comme elle avait souri aux nombreux soldats qui avaient succombé autrefois sous ses yeux. L’effet était indescriptible mais c’était comme s’il avait vu e regard de la Mort se refléter dans un miroir pour lui faire face, ses yeux mornes, vidés de toute expression, un visage si familier qui avait pris la forme du sien durant l’espace d’un court instant. Sa poitrine se souleva au moment où son cœur s’était remis à battre frénétiquement, lui qui était si bien dans la quiétude de la Mort venait de replonger dans l’enfer de la vie, drôle de destin non.

Par curiosité, Chris s’était redressé pour contempler l’ensemble de son corps. Pas une seule cicatrice, ni même une seule cicatrice mais il ne se sentait plus vraiment lui-même. Le sarcophage Goa’uld était un artéfact malsain, rien que pour l’effet qu’il prodiguait. Ramener un Mort à la vie, c’était contraire à toutes éthiques et à toutes règles. Comme si c’était le moment de penser à la morale… Quoi qu’il en soit, Chris fut tiré de ses réflexions lorsqu’il sentit deux paires de main l’agripper sans douceur. Durant un bref instant, le jeune militaire tenta de se débattre, écartant un premier fils de Svarog d’un solide coup de pied dans les jambes. Peine perdue pour le Terrien qui, en deux ou trois mouvements, se retrouva plaqué au sol, les mains liées. Intérieurement il se maudissait de son manque de force physique mais venant tout juste d’être ramené à la vie, il n’était guère en mesure de faire des prouesses. Il poussa un grognement de rage en sentant ses deux ennemis s’acharner sur ses flancs pour l’inciter à se relever.


« - Je suis assez grand pour marcher tout seul ! »


Borné et fougueux à souhaits, Chris Redfield était resté identique à lui-même, ce qui lui apporta, malgré la situation douteuse, un certain réconfort. Le première classe avait encore un mental d’acier qui n’avait pas disparu dans les méandres des Ténèbres. Quoi que l’ennemi veuille obtenir de lui, il leur en ferait baver des ronds de chapeau, Chris étant loin d’être le genre d’hommes qui se soumettait aussi facilement. Du temps où il servait l’Air Force, il avait rendu fou bien des officiers supérieurs du camp adverse hors d’eux, c’était hors de question qu’il s’arrête en si bon chemin surtout qu’il était déjà mort une fois.

La description des lieux dans lequel il avait été conduit ressemblait vaguement à celle d’un Temple au style ancien, lieu de culte de leur bien-aimé Dieu Svarog très certainement. Hors de question que Chris se laisse impressionner par quelques Fils de Svarog sordides ainsi que par une poignée de guerriers Jaffas. Inconsciemment son regard azur s’était porté sur la statue centrale représentant la Divinité Svarog, difficile de la louper étant donné la place qu’elle prenait dans l’enceinte du Temple. L’expression de son regard se voila toutefois lorsqu’il reconnut la silhouette massive du Capitaine Kaiger suspendue au niveau du mur du fond. Constatant rapidement qu’il subirait le même sort sous peu, Chris se débattit furieusement, effort particulièrement inutile étant donné la poigne d’acier qu’exerçaient les deux fils de Svarog qui le cernaient de part et d’autre. Malgré les mille-et-une tortures qui l’attendaient, Chris avait senti son sang se glacer en voyant son supérieur dans un tel état, ces barbares n’y étaient vraiment pas allés de main morte.

Un Jaffa s’était distingué parmi tant d’autres, arborant les couleurs familières d’un prima. Le militaire ne se laissa inutilement intimidé par le grade de ce dernier. Même s’il avait été présenté au faux Dieu en personne, cela n’aurait changé sa manière d’être pour rien au monde. Chris était une véritable tête de mule née, quel que son soit son nom, ce prima allait rapidement se rendre compte de son erreur, il n’avait pas choisi la meilleure personne pour mener à bien son petit interrogatoire.


« - Argor’Kree. »

* - Parle-donc Anglais, ducon…*


Le jeune homme ne parlait pas un mot de ce langage de serpent, il savait simplement que le mot « Kree » signifiait beaucoup de choses… N’étant pas en mesure de répondre pour le moment, Chris se contentait simplement de regarder l’ennemi droit dans les yeux tout en y ajoutant une lueur de défi marquant son insolence. Le prima enchaîna sur de nouvelles paroles, en langage courant pour cette fois.

« Je suppose que vous êtes venu pour Svarog… Vous pensiez vraiment pouvoir tuer un Dieu ? Vous vous êtes trompé… Il n’est pas venu par sécurité car il a su que des vermines viendraient l’attaquer. Il est omniscient. Et maintenant… C’est terminé. Vous avez…. Échoué. »

Pas encore, du moins pas avant que le dernier membre de son équipe ne pousse son dernier soupir. Les Terriens étaient, certes, dépassés par les événements mais l’équipe du Colonel Narah n’avait pas encore dit son dernier mot, chacun s’étant promis intérieurement de faire honneur à leur chef jusqu’au bout.

« Je veux que tu me supplies… Je veux que tu hurles et que tu trembles autant que ton ami. »


Le première classe avait posé un regard vide vers l’officier. Il n’avait beau ne rien laisser paraître et rester digne jusqu’au bout, le sort de son coéquipier le préoccupait énormément. Rien que le sang présent sur son visage et son torse provoquait de violents hauts le cœur en lui, non pas parce que cette vision le répugnait. Du sang, des éclats d’os, des chairs mutilées, Chris avait suffisamment vu la guerre pour supporter de telles images. Mais là, c’était différent, c’était sa propre haine envers ces barbares qui soulevait en lui tant de nausées.

« - Va te faire foutre. »
Déclara le jeune homme tout en prenant le soin de bien mâcher ses mots. Une brève expression de victoire étira ses traits au moment où ceux du Jaffa se déformaient par la fureur. Non il n’avait vraiment pas choisi le plus docile… Chris, si orgueilleux et si fier, ne lâcherait pas le morceau si facilement.

« Tu sais où sont tes amis ? Je vais te le dire si tu ne sais pas… Tu n’as pas la moindre idée, hein c’est bien ça ? »


* -Tu m’gaves.*


Ma foi ce Diable de Prima n’avait pas tord, il n’avait aucune idée de l’endroit où se trouvait ses alliés mis à part Paul Kaiger. Redfield aurait tout donné pour avoir quelques nouvelles. Etaient-ils sains et saufs ? Allaient-ils tous subir une bonne séance de tortures comme lui ? S’en était trop pour lui que de ne pas pouvoir répondre à toutes les questions qu’il se posait et fallait encore que cet imbécile en rajoute une couche. Furieux et frustré à l’idée de ne pas pouvoir se ses mains, le soldat envoya son crâne se fracasser contre celui du guerrier Jaffa. Tant pis pour la douleur qu’il ressentait, à l’aide de ses épaules, il ne s’était pas privé pour y mettre tout son cœur. Ne s’attendant guère à ce genre de réticence, le Prima avait vacillé. Ce misérable Terrien lui donnerait du fil à retordre jusqu’au bout.


« Que le châtiment t’emporte ! Je vais t’apprendre ce que c’est… la vraie souffrance… Tes amis sont enfermés et prêt à mourir, mais pas avant que tu ne viennes pleurer à mes pieds en me suppliant de t’achever ! Shara’Ka ! »

Ainsi Chris avait finalement réponse à ses questions, ses amis étaient aussi enfermés et allaient subir le même sort que lui. De rage il serra les poings et se débattit dans le désespoir absolu, les chaînes qui l’immobilisaient étaient solides, le jeune homme ne pouvait se sentir que faible, impuissant, des sensations qu’il ne pouvait que haïr par-dessus tout. Il sentit une terrible douleur lui irradier l’estomac lorsque l’un des fils de Svarog l’avait frappé pour le maîtriser. A bout de souffle, il ne put que se laisser faire mais c’étai totalement à son insu.

Un premier fils de Svarog s’était avancé vers lui, tenant une sorte de tisonnier dont le bout était incandescent. Chris avait contracté ses muscles les uns après les autres, après avoir vu la Mort, il ne craignait pas d’être marqué au fer rouge.


« - Combien de traîtres avaient l’intention de tuer notre Dieu ? Quel est le nom de ton chef ? »

Silence profond de la part d’un jeune soldat entièrement dévoué. De rage, le serviteur de Svarog avait apposé l’extrémité brûlante du tisonnier sur la poitrine nue de Chris qui dut faire un terrible effort pour ne pas hurler de douleur, serrant les dents à s’en briser la mâchoire. Les brûlures s’enchainèrent les unes après les autres alors que les interrogations se poursuivaient. Rien ne semblait changer la donne, Chris gardait expressément le silence. Il reçut plusieurs droites en pleine figure en guise de punition, hélas loin d’être suffisamment puissantes pour lui faire perdre connaissance.

« - Qui est ton chef ! Parle, misérable Tau’ri ! »


Au moment il recevait un nouveau coup, Chris fixa son bourreau pour lui cracher en pleine figure. Dans un geste de rage, l’homme en armure rouge essuya son visage mêlant le sang et la salive du Terrien.

« - Très bien, si tu le prends comme ça. »


Il fit signe à un autre homme de venir jusqu’à lui, ce dernier portait une sorte de couteau antique à la ceinture ainsi qu’une gourde d’alcool fort. Ce dernier commença par décrire de magnifiques figures abstraites sur la poitrine de l’humain à l’aide de la lame bien affutée. Chris crut plusieurs fois qu’il allait tourner de l’œil sous la violence des tortures infligées, il avait tellement perdu de sang qu’il allait mourir une seconde fois de suite pour ensuite être réanimer dans un sarcophage. Tel était son funeste destin jusqu’à ce qu’il prononce le Saint Graal aux oreilles de ses bourreaux.

« - Comment comptais-tu t’y prendre pour supprimer Svarog, notre Dieu bien-aimé ? »


Chris n’était qu’un soldat de base, jamais il n’aurait pu répondre à ce genre de questions. De toute manière, il était trop faible, complètement à bout de force. Son silence fut une nouvelle fois interpréter comme une rébellion. A travers ses plaies béantes, l’homme en armure glissa le contenu de sa gourde. En guise de seule réponse, Chris ne put émettre qu’un gémissement de douleur. Le fier guerrier succombait peu à peu sous les souffrances infligées si bien qu’il perçut à peine la dernière question posée à son attention.

« - Ta pathétique planète est protégée par un bouclier infranchissable. Donne-moi le code d’authentification. »

Celui de l’iris probablement… Impossible il ne le connaissait même pas, il était dans ce petit boîtier qu’il conservait précieusement dans l’une de ses poches mais ces imbéciles pouvaient toujours courir pour en découvrir son fonctionnement. Le fils de Svarog réitéra sa demande, une dernière fois Chris plongea ses yeux bleus dans les siens, seul partie de son corps qui se distinguait encore parmi un amas de sang séché.

« -Tu devrais regarder dans mon trou de balle… »

Le serviteur du faux Dieu poussa un grognement de rage en plantant la lame de son couteau parmi la chair tendre du Terrien, il entendit ses muscles et ses tendons se déchirer un à un tandis qu’il retirait la lame entachée d’un plasma gluant. Il ouvrit la bouche pour s’exclamer de nouveau, trop tard sa victime venait de perdre conscience…
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Sam 1 Mai - 13:14

La torture était incessante pour Kaiger et Redfield. Chacun leur tour, ils subissaient un traitement peu enviable et peu glorieux de la part des Fils de Svarog. Chris avait du repasser une seconde fois au sarcophage, pas qu’il était mort à nouveau, mais il était bien trop meurtri et agonisant pour pouvoir l’interroger dans de bonnes conditions. Quant à Kaiger… Le Capitaine faisait preuve d’une résistance inhumaine face à la torture. Pourtant son corps était affaibli et endommagé, mais l’homme ne bronchait pas, ses yeux fixant un point invisible au sol et son esprit focalisé sur une vision précise qui l’aidait à tenir le coup. Il fut tabassé sous les yeux de Redfield et l’ennemi espérait que celui-ci parle pour épargner tant de blessures à son voisin. Plusieurs minutes passèrent et l’un des Fils de Svarog voulut achever Kaiger quand Cyrius revint vers eux. Il fit signe au fanatique de reculer et s’abaissa devant Paul. Le jaffa reniflait la puanteur du terrien avec dégoût. Il l’obligea à le regarder dans les yeux, secouant sa tête avec facilité.

« Pourquoi… Pourquoi vous ne me suppliez pas... » Un rictus se traça sur le visage du jaffa. Ses yeux brillèrent de rage mais son regard dévoilait avant tout de l’incompréhension. Pourquoi ces vermines ne suppliez pas ? Quel genre d’humain pouvait résister à toute cette douleur ? Il avait entendu beaucoup de chose sur les Tau’ris mais ce qu’il voyait là était encore plus impressionnant voire même effrayant. Jamais il n’avait vu quelqu’un tenir face à tant de souffrance, d’autant plus que c’était fini pour eux.

« JE VEUX QU’ON ME SUPPLIE !! » Hurla Cyrius en se relevant, laissant la tête de Kaiger se balancer en avant comme s’il s’agissait d’un boulet.

« TOKA SHEE TAL'MANN ! » Le jaffa sortit son épée de son fourreau, frustré par la situation, et transperça l’un des soldats qui torturait Kaiger. Celui-ci fut pris de spasme et s'écroula à terre.

« Qu’on les tue sur le champ ! … Non ! Mieux… Qu’on les sacrifie sur la place avec tous les autres ! MAINTENANT !! »

Aussitôt dit, les guerriers se mirent en mouvement pour satisfaire aux ordres de leur chef. Cyrius, lui, partit de la pièce en jurant, ouvrant la porte d’un coup de pied enragé. Il était en rogne et les Tau’ris allaient le regretter…

~~~~~~~~~~~

Le groupe d’Eversman continuait de circuler dans les sombres couloirs du palais. Ils avaient rencontré deux Fils de Svarog sur leur route et ne pouvant faire marche arrière, ils s’étaient cachés sur les côtés, dans l’ombre, pour pouvoir lancer une embuscade et assommer les deux fanatiques. Ils continuèrent leur chemin, ne sachant pas trop où aller. Reeves était derrière, enervé mais soulagé d’avoir fait payer à l’ordure qui avait tenté de le violer. M’Zel se rapprocha de Matt pour lui dire de prendre à droite, selon son intuition, plus les couloirs étaient gros et meilleures étaient les chances de tomber sur la sortie ou même sur Cyrius, leur cible principale depuis qu’ils avaient appris que Svarog ne viendrait pas. Ils passèrent une porte en bois, qui grinça lorsqu’elle fut poussée, et tombèrent nez à nez avec cinq Fils de Svarog et un jaffa qui étaient en train de parler de soi-disant prisonniers qui allaient être emmenés sur la place pour être exécutés. Coupant court à la conversation, Matt abaissa le fusil qu’il avait récupéré et tira une décharge sur l’un des guerriers ennemis, qui vola dans les airs et s’écrasa dans une armoire vide. Les autres essayèrent de sortir leurs armes aussi vite qu’ils purent mais l’équipe était mieux préparés à attaquer en premier. Martouf tira à deux reprises avec son zat sur le jaffa ennemi, qui s’écroula juste après. M’Zel sauta en avant et plaqua au sol deux Fils de Svarog, à qui il fit passer un mauvais quart d’heure. James évita un coup d’épée ennemi et riposta, plantant son couteau plusieurs fois dans le corps frêle de son adversaire. Le dernier voulut s’enfuir et fut abattu d’une nouvelle décharge de Matt, mais celle-ci fut la dernière. Il n’avait plus d’autre munition pour ce fusil puissant mais lent à la détente.


« Regardez… » Fit M’Zel en se relevant. Il pointait du doigt un sarcophage au bout de la pièce. Les guerriers qu’ils venaient de neutraliser étaient sans doute chargés de le protéger. Le sarcophage était ouvert mais en se rapprochant, ils virent aucune personne dedans.

« Il a été utilisé récemment. » Se douta le jaffa rebelle.

Un regard sur le côté et James aperçut des équipements terriens au sol. Mais ce n’étaient pas les leurs car il n’y avait pas les uzi de Reeves dans le paquet. Ils s’approchèrent et prirent les armes pour eux : Desert Eagle, deux couteaux, un Beretta et même quelques grenades… Il y avait aussi un Socom, celui qu’avait pris Chris pour effectuer cette mission. Les chargeurs étaient aussi à terre et le groupe ne se pria pas pour prendre ces armes avec eux, tandis qu’M’Zel avait pris la lance serpent du jaffa ennemi. Là, ils étaient enfin prêts pour repartir d’un bon pied…

~~~~~~~~~~~~

Menchu Narah traversait les couloirs avec discrétion et rapidité, tel un fantôme. Il avait du se cacher quelques fois lorsqu’une troupe d’ennemie trop importante passait par le même chemin mais souvent, lorsqu’il ne s’agissait qu’un d’un ou deux gardes isolés qui le croisaient, il leur faisait quitter le monde des vivants avec une facilité effrayante. C’était comme ça qu’il devait faire cette guerre, il était seul mais efficace. Pendant plusieurs années, lorsque le programme Stargate avait ouvert ses portes, la menace goa’uld n’avait pas encore était prise autant au sérieuse car les serpents n’avaient pas eux-mêmes connaissance de la puissance de la Tau’ri, qui résidait dans le courage et l’expérience de chacun de ses combattants. Depuis, la vision des combats avait bien changé… Une équipe du SGC ne partait plus sur une autre planète le sourire aux lèvres et la fleur au fusil. Maintenant, on n’affrontait plus les goa’ulds uniquement à coup de P90, c'était plus sanglant, on prenait plus de risque et on avait conscience de l’importance de cette guerre atroce entre les Goa’ulds et l’Humanité… L’état d’esprit de Narah caractérisait bien ce changement. Il avait perdu son équipe mais son objectif restait le même malgré tout. Des hommes comme Redfield ou Eversman mourraient chaque année sur un champ de bataille face à des jaffas toujours aussi coriace. Mais pour Narah c’était différent… Il était là depuis si longtemps qu’il en était devenu difficile de croire qu’un jour, il puisse être tué et ne plus être parmi eux. Il était l’une de ces personnalités immortelles du SGC dont on avait fini par penser que jamais elles ne tomberaient. Et une fois encore il allait prouver sa valeur.
Egorgeant un dernier fanatique qui était passé à côté de lui sans le voir, le français arriva dans un carrefour de couloir et put voir discrètement une troupe de jaffa et un paquet de Fils de Svarog se diriger vers l’extérieur. Au milieu d’eux se trouvait un grand jaffa habillé d’une cape et d’une armure scintillante : Cyrius. Narah ne pouvait pas agir tout de suite, il devait être patient et frapper au bon moment. Il recula un peu et partit remonter l’escalier qu’il avait emprunté peu avant. Il avait un sniper et il comptait s’en servir…

~~~~~~~~~~~

L’étendard du Dieu Svarog flottait dans les airs. Un chaudron en bronze avait été amené au sommet des marches du vieux palais, sous les bannières de l’ennemi et la statue outragée de l’ancien maître humain des lieux. Des Fils de Svarog, des jaffas et des esclaves arrivaient par tous les accès de la place. Parmi eux, une cinquantaine de prisonniers sortaient du bâtiment, enchaînés deux par deux au niveau des poignets. Ils furent menés à coup de fouet au pied des marches et reçurent l’ordre de s’asseoir. Paul Kaiger et Chris Redfield en faisaient partis. Le fouet d’un des Fils de Svarog vint claquer sur l’épaule du Capitaine qui, à ce moment précis, ressemblait de loin à un grand officier militaire. Il était un prisonnier de guerre et il avait été atrocement torturé. Chris était relié à lui par des chaînes qui, après avoir été malmené pour être conduit ici, pesaient beaucoup à l’un de ses poignets cassés et l’avaient rendu blafard de douleur. A coté de lui, des gardes s’assuraient qu’il ne préparait aucun coup foireux. La cérémonie débuta peu après. Des dizaines de Fils de Svarog et une troupe de jaffa au complet envahirent les marches du palais et s’écartèrent lorsque Cyrius, fidèle lieutenant de Svarog, descendit à son tour quelques marches. Il leva sa lance jaffa en l’air et fut acclamé par ses guerriers.


« Jaffas et Fils de Svarog… Mes frères ! Nous voilà arrivé à un tournant de notre histoire… Nos victoires nous ont rendues plus fort et nos futures conquêtes nous conduiront sur le chemin de la gloire. Rien ni personne ne pourra nous arrêter… Svarog est fier de vous ! C’est pour cela qu’il a demandé à ce qu’on attaque bientôt… la Tau’ri. » Un épais sourire se dessina sur son visage.

« Notre Dieu tout puissant m’a laissé une seule consigne : La Tau’ri doit brûler ! Et aujourd’hui nous allons nous mettre en route pour accomplir notre tâche !! » Ses paroles furent accompagnés d’un rugissement de plaisir général de la foule.

« Que les sacrifices commencent ! Remplissez-moi ce chaudron du sang de ces vermines ! »

Les premiers soldats ennemis prirent les prisonniers en début de file pour les emmener devant le chaudron en bronze. Ils les firent s’agenouiller devant celui-ci, la tête baissée et prêts à être exécutés de sang froid. Tout ceci était symbolique et rituel, sanglant et ténébreux, comme pouvait aimer Svarog et ses disciples.
Chris et Paul ne pouvaient que regarder ce qui se passait sous leurs yeux. Remplir cette cuve énorme demanderait une grande quantité de sang.
Il y avait cinquante prisonniers. Environ cinq litre de sang chacun…
Le compte devait y être.


« Eux d’abord ! » Cria Cyrius en désignant Kaiger et Redfield.

Les terriens furent aussi emmenés de force devant le chaudron, à côté de quelques esclaves qui pleuraient ou urinaient dans leur pantalon. Pour chaque prisonnier, un fanatique se tenait derrière, prêt à planter sa hache ou son épée dans la tête de l’humain devant. En haut des marches, un Fils de Svarog commençait à taper contre un tambour de guerre et lorsqu’il s’arrêtera, les premières gouttes de sang allaient pleuvoir dans le fond du chaudron…

Menchu Narah observait la scène du haut d’une des tours qui surplombait la place. Il se dépêcha de positionner son sniper contre le rebord de la fenêtre.
Son viseur chercha la silhouette de Cyrius, mais celle-ci était à moitié couvert par un guerrier jaffa à côté de lui. C’est alors que les roulements de tambours se firent de plus en plus pressants. Une poignée de prisonniers allaient se faire tués, dont Kaiger et Redfield.
Les tambours cessèrent de gronder.
Menchu bougea son sniper et abattit le bourreau de Redfield et juste après, celui de Kaiger. Il voulut faire de même pour les autres prisonniers mais il était déjà trop tard, certains s’étaient faits décapités et leur tête roulait dans le chaudron ensanglanté. Il revint alors rapidement vers sa cible prioritaire et tira.
La balle toucha Cyrius, mais partiellement. Un des jaffa s’était mis juste devant le lieutenant de Svarog au moment du tir et avait été tué à sa place. La foule commença à s’agiter et Cyrius se replia dans le palais, légèrement blessé au bras par la balle qui avait traversé l'épaule du jaffa qui s'était interposé. Menchu tira à nouveau juste avant qu’il ne passe la porte et le projectile transperça le mollet de Cyrius. Ce dernier ralentit et jura, mais réussit quand même à se retirer dans l’enceinte, protégé et transporté par plusieurs guerriers.
Ces tirs isolés furent le début d’un carnage sur la place principale. L’armée de Cyrius fut prise d’une folie meurtrière et commença à abattre tous les prisonniers. Certains essayèrent de se rebeller, d’autres tentèrent de fuir mais furent fauchés par les tirs des jaffas ennemis. Menchu continua de tirer au sniper, neutralisant les ennemis proches du chaudron. Ajustant son viseur et retenant toujours sa respiration, il fit preuve d’une grande maniabilité lorsqu’il tira dans la chaine liant Kaiger et Redfield. Libéré, le soldat de première classe se jeta sur un ennemi proche et l’étrangla avec la longueur de chaîne qui lui pendait du poignet, qui lui faisait d’ailleurs toujours aussi mal. Mais il fallait surmonter la douleur pour vaincre et ça, Kaiger l’avait bien compris. Lent dans ses mouvements et affaibli par la torture qu’il avait subie, cela ne l’empêcha pas de prendre une hache au sol et de la planter dans la tête d’un des Fils de Svarog un peu perturbé. D’autres fanatiques le chargèrent mais le Capitaine était comme une machine propageant la mort autour de lui. A la vue de son visage et de son arme ensanglantée, les Fils de Svarog furent pris d’un terrible sentiment de peur et hésitèrent à foncer sur ce nègre, croyant qu'il était possédé par une sorte de démon sanguinaire. Cette hésitation leur coûta la vie lorsque Kaiger les enchaina un par un à coup de hache et d’épée ramassée au sol. Redfield était à ses côtés et s’occupaient d’abattre n’importe quel ennemi chargeant son collègue par derrière. Un jaffa avait d’ailleurs tiré une décharge, qui avait frôlé la tête de Kaiger. Chris prit un couteau et le lança dans la gorge du serpent, avant de se jeter au corps à corps et de succomber à sa folie meurtrière.
En bas des escaliers, d’autres jaffas arrivèrent et pointèrent leurs armes vers le reste des prisonniers. Beaucoup de cadavres jonchaient déjà le sol autour d’eux.
Une balle de Deagle traça à immense trou dans la tête de l’un d’entre eux, et d’autres balles vinrent cribler l’armure des jaffas. Plusieurs s’écroulèrent et d’un coup d’œil, Chris vit que c’était l’œuvre de son ami Eversman, qui était là avec les autres. De l’autre côté, James, M’Zel et Martouf livraient bataille et s’en sortaient bien, l’effet de surprise ayant eu raison de plusieurs soldats ennemis. De plus, une aide imprévue arriva par une autre issue : Enox et ses fils s’étaient lancés dans la bataille pour aider les terriens, qui les avaient sauvés en attaquant le vaisseau cargo quelques heures plus tôt. Malgré les ordres de Menchu, ils avaient entendu le grabuge de la bataille et s’étaient invités au massacre, inconscient du danger que cela représentait mais déterminé à se battre jusqu’au bout.
Menchu descendit de sa tour et rejoignit ses hommes. Il les prévint que Cyrius s’était replié mais qu’il était blessé.
Matt s’arrêta de tirer et pensa alors au sarcophage… Il fit signe à Menchu de le suivre et ensemble, ils rentrèrent dans le bâtiment pour retrouver leur cible.
Pendant ce temps, les combats faisaient rage sur la place et cela se corsa un peu plus lorsque des renforts arrivèrent par les portes principales du palais. Ce fut environ une centaine de Fils de Svarog qui chargeait les terriens, M’Zel, Martouf, Enox et ses fils, ainsi que quelques prisonniers survivants et égarés… Ils devaient résister autant de temps que possible pour permettre à Matt et Menchu de retrouver Cyrius et de l’éliminer…



[HRP: Vous l'aurez compris, ce post est le début de la fin. Vous avez la liberté de développer votre rp surtout niveau bourrinage et émotionnel, bref faite comme d'habitude et ce sera niquel =) Vous avez une semaine. Questions => par mp.]

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5149

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Sam 1 Mai - 15:53

Son esprit de combattant avait prit le dessus sur tout, il n’y avait plus qu’une chose dans son esprit, son objectif de mission : Tuer Cyrius, venger ses hommes. Les couloirs qu'il traversait, quels qu’ils soient, étaient nettoyés par le sang de ses ennemis. Hormis quelques patrouilles au dessus du nombre max de quatre adversaires qu’il s’était fixé depuis que le CQC était sa meilleure arme d’attaque et de défense. Quoi qu’il arrive, il accomplirait sa mission et massacrer un maximum d’ennemis était un bon moyen d’y arriver. Après deux affrontements à l’étage, le gradé abandonna l’idée de faire disparaître les corps. Il les laissaient au milieu du couloir, à l’endroit ou il les avaient exécutés même si c’était une piste qui mènerait un quelconque ennemis vers lui, quand ils découvriront le massacre qu’il a fait sans être repéré, ils comprendront ce qu’est la mort, la véritable incarnation de Lucifer. Silencieux et mortel. Barbare et calculateur. Rien ni personne ne pouvait l’arrêter, il était un incendie que rien ne pourrait contrer.

Passant à l’angle d’un couloir, il vit une patrouille arriver, deux hommes. Le français se masqua dans l’angle du couloir, épée courte dans une main, couteau recourbé dans l’autre -il l’avait prit sur le cadavre d’un Fils de Svarog quelques minutes plus tôt et bien que l’arme soit mal équilibrée, elle était efficace- il stoppa donc tout mouvement. Son cœur, au début si calme, commençait à taper de plus en plus fort contre ses cotes. Tout son corps était mit à rude épreuve en ce moment : depuis qu’il avait retrouvé la forme, c’était la première fois qu’il devait maintenir sa discipline mentale et physique aussi longtemps. Il se sentait bien, en symbiose avec lui même au milieu de tout ce stress et ce sang, c’était comme au bon vieux temps, seul contre tous.

Les deux ennemis arrivèrent, le gradé se présenta devant eux d’un mouvement rapide, il planta le premier avec son épée courte qui le transperça au niveau de la gorge. Il laissa la lame dans son ennemi, sa main libre allant chercher son adversaire, il lui attrapa le bras armé, le fit pivoter, se colla contre son dos et l’égorgea d’un mouvement net et précis. Le Fils de Svarog s’écroula en essayant de retenir le flot de liquide rouge et chaud qui s’échappait dans un bruit de gargouillis. Le militaire ne lui accorda pas un regard, le laissant se noyer dans son sang, à l’agonie. Il reprit son épée courte où le symbole de FoxHound était gravé. Il eu du mal à la retiré, il du appuyer son pied sur l’épaule de son ennemi pour se donner la force nécessaire et finalement, le métal parfaitement taillé finit par être extirpé dans un bruit immonde de sang giclant -qui lui éclaboussa le bas de sa bure et ses rangers, une bonne partie de ses vêtements étaient poisseux de sang, combattre au corps à corps lui donnait un avantage certain mais c’était plutôt... Salissant. Il garda ses armes en mains et continua d’avancer. Il devait trouver Cyrius et plus important : le tuer.

Il reprit sa route sanglante d’un pas sur. Il arriva à un carrefour où il pouvait choisir entre trois directions -sans compter celle par la quelle il était arrivé- et alors qu’il allait continuer tout droit, un ennemi fit son apparition dans son champ de vision gauche, il se masqua rapidement dans une zone d’ombre et attendit qu’il arrive, dès qu’il passa, il se fit égorger. Il le laissa tomber, lorsque le corps inerte s’écroula, un autre son l’interpella : c’était celui d’une troupe Jaffa au pas. Il se masqua de nouveau et regarda la patrouille, au milieu des Jaffas et des Fils de Svarog disciplinés, il pu voir un meneur avec une cape et un armure étincelante.


*Cyrius.*

Le gradé sentit la rage monter en lui, il rangea son épée courte et son couteau recourbé et braqua son sniper vers sa cible. Il avait le doigt sur la gâchette mais pourtant, il ne tira pas. Il lui fallait une meilleur position. Il fit demi-tour et entreprit une course folle vers l’escalier, il allait atteindre la plus haute position qu’il pouvait et allait abattre Cyrius. Les ennemis allaient le repérer et fondre sur lui, de là-haut il tiendrait aussi longtemps que possible, en emportant autant que possible dans sa mort. Il reprit son épée en accélérant encore, il prit à droite et vit, au bout du couloir, deux Fils de Svarog. Il était repéré. L’adrénaline renforça ses capacités et il fonça sur ses ennemis en poussant un cri bestial. Une fois arrivé à la bonne distance, il bondit et tomba sur celui de droite, il planta son arme dans le torse de son ennemi qui percuta violemment le sol. Il effectua une roulade en avant et, tout en pivotant, envoya deux lames dans la tête du second ennemi qui n’eu pas le temps de comprendre qu’il était mort. Le français se releva, récupéra son arme et reprit sa route, il grimpa les marches de l’escalier trois par trois et grimpa jusqu’au troisième étage lorsqu’il se figea. Kaïger et Redfield étaient vivants, mais pas pour longtemps, ils allaient servir pour un sacrifice rituel. Le Lieutenant-colonel savait qu’il devait sauver ses hommes cette fois. Il ouvrit la porte du troisième étage, transperça deux Fils de Svarog qui tenaient la garde de manière fort peu efficace puisqu’ils regardaient les prisonniers sur la place.

Calme. Respire doucement. Pas de tremblement dans les mains. Le soldat d’élite mit un genou à terre, cala la crosse contre son épaule et passa son oeil dans le viseur, il observa la scène avec un calme inhumain, il voulait abattre Cyrius mais un Jaffa lui cachait partiellement sa cible, trop pour un tir précis. Il déplaça alors son viseur vers ses hommes qui étaient tirés vers un chaudron, leurs têtes étaient posées vers l’intérieur... Les enfoirés.

Il arrêta de respirer, visa le bourreau de Redfield et enchaîna immédiatement sur celui de Kaïger, il passa ensuite sur Cyrius mais son tir fut contré par un Jaffa qui s’était interposé. Sa balle traversa pourtant le garde du corps et alla se planter dans l’épaule du Lieutenant de Svarog. Lâchant un juron, le gradé en tira une seconde alors que sa cible tentait de quitter la zone, son mollet subit le coup mais malgré cela, il pu se retirer dans le château, escorté par une large troupe. Le français reprit ses tirs et brisa la chaîne reliant Redfield et Kaïger, les deux hommes pourraient ainsi mieux se défendre et de là ou il était, il pourrait les protéger convenablement. Il reprit sa respiration en se redressant. Il poussa un cri bestial qui résonna dans la cour et la plupart des ennemis qui allaient charger ses hommes s’immobilisèrent pour regarder quelle bête les guettaient. Ils virent une ombre dans la nuit. Des tirs fusèrent autour de lui mais aucun ne l’atteint, de près ou de loin. Il semblait invincible. Il abattit deux Jaffas supplémentaires, voyant le reste de son équipe arriver d’un coté et les civils qui étaient censés restés dans le cargo, la bataille allait peut-être mieux se passer que dans l’auberge...

Le gradé regarda ce qu’il y avait sous lui : de longs drapeaux maintenus par des barres en fer qui semblaient suffisantes pour soutenir son poids. Il fit passer son sniper dans son dos et se jeta dans le vide, il attrapa la première barre et s’y accrocha de toutes ses forces, grandement augmentées par l’adrénaline. Il se stabilisa l’espace d’un instant pour regarder ou était celle du niveau d’en dessous, deux mètres derrière lui, un niveau en dessous, il fit quelques mouvements de balancier et se laissa partir en arrière, pendant une seconde, il cru ne pas pouvoir attraper la barre du première niveau mais sa main s’y accrocha pourtant fermement et soutint son poids, il poussa un cri de rage et n’attendit pas de se stabiliser pour relâcher la pression. Il retomba lourdement au sol., au milieu d’un groupe de Fils de Svarog. Il était presque couché par terre, sa jambe droite était tendue vers l’arrière, la gauche était repliée : son pied et son genou touchaient le sol, ses bras étaient étendues de chaque coté de son corps, ses mains maintenant son corps hors de portée du sol. Il resta inerte un instant, avant de relever doucement son visage masqué vers ses ennemis, ils ne pouvaient voir que ses yeux brillants d’une rage bestiale.

Brusquement, il se releva, il sortit son épée courte et enchaîna les contres et les esquives, en quelques instants, sept ennemis tombèrent sous ses coups, les deux autres furent abattus par des tirs dont il ne connaissait pas l’origine, si ce n’est que c’était des balles. Il couru alors vers Redfield et Kaïger. Le gradé passa derrière eux, défit les holsters de ses Sig et en lança un à chacun de ses hommes.


« Sig, 2 chargeurs remplis de 15 coups ! »

Une fois qu’il avait envoyés se armes à ses hommes affaiblis, il les dépassa pour les couvrir le temps qu’ils mettent les holster. Quand le reste de son équipe arriva, le gradé pu reculer un peu et faire face avec tout ses hommes. Son capuchon était retombé sur ses épaules pendant la bataille et ses hommes durent se rendre à l’évidence : leur chef d’équipe n’était plus le même. Ses traits s’étaient encore durcis.

« Cyrius s’est replié, il est blessé à la jambe et à l’épaule ! J’vais le poursuivre, contenez les ! »

Alors que le gradé allait suivre sa cible pour l’abattre, Eversman lui dit qu’il avait trouvé un sarcophage, les deux hommes, d’un commun accord silencieux, ils s’élancèrent tout deux dans le bâtiment. Le gradé passa devant son subordonné, le dépassant de quelques pas à peine dans leur course folle.

« Reste en retrait. »

C’était un ordre donné par un gradé qui refusait de voir tomber un autre de ses hommes aujourd’hui, un ordre non discutable.
Revenir en haut Aller en bas
Matt Eversman
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 6164

Arrivé au SGC : 07/02/2009

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
855/3200  (855/3200)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Sam 1 Mai - 16:55

Le temps défilait et pourtant l’équipe était incapable de trouver la sortie de ses fichus souterrains, de retrouver la lueur du jour et de s’éloigner de cette puanteur ambiante. Eversman avait l’impression d’entendre constamment des bruits de pas, des hurlements ce qui ne le rassurait pas du tout, à plusieurs reprises il donna l’ordre de se mettre à couvert alors qu’il n’y avait pas d’obstacles, il devait se reprendre. Le groupe continua son avancée, sans accorder un regard aux prisonniers qui les suppliaient surement de faire quelque chose pour leur sorte, enfin ils ne comprenaient pas leur langue mais pouvaient comprendre leurs souffrances. L’équipe faillit se retrouver nez à nez avec deux Fils de Svarog qui étaient en train de patrouiller, ils se placèrent hors de leur vue au dernier moment en se planquant contre une paroi de mur un peu dans l’ombre. M’zel fit signe de les égorger mais Eversman lui fit comprendre de les mettre hors d’état de nuire, l’équipe resta silencieux jusqu’à ce que les ennemis soient à leur hauteur et là ils se ruèrent sur eux les clouant au sol sans douceur avant de les assommer et de dissimuler leurs corps dans l’ombre histoire de ne pas être repérer.

L’intuition de M’zel lui disait d’aller à droite, le jeune homme lui ne savait plus trop quoi par où aller, il décida de suivre les instructions du Jaffa et ils avancèrent le plus discrètement possible jusqu’à ce retrouvait face à une porte en bois derrière laquelle se fit entendre des voix. L’équipe se déploya tout autour avant que Martouf ne leur ouvre celle-ci, ils s’infiltrèrent tout en tombant face à six ennemis, Eversman ne se posa pas de questions et ouvrit le feu avec sa vieille carabine sur l’un des Fils de Svarog qui fut projeté sous la puissance de l’arme, l’équipe eut rapidement le dessus sous l’effet de la surprise et le Jaffa tenta de s’enfuir pour prévenir de l’évasion des prisonniers mais Matt le toucha au niveau du dos et il s’écroula comme ses frères d’armes.

« Prenez les armes dont vous avez besoin. Il ne faut pas trainer ici ! »

Matt balança le vieux fusil devenu obscelète sans autres munitions, il ramassa deux pistolets ayant apparu aux fils de Svarog, il en mit un au niveau de sa ceinture tout en gardant l’autre entre ses mains. Il s’apprêtait à donner l’ordre de se remettre en marche quand M’zel prit la parole pour leur montrer un sarcophage, Matt se dirigea immédiatement vers le grand objet doré avec un boule au ventre espérant voir son ami à l’intérieur mais il était vide. Si il avait eu du C4, le Soldat l’aurait fait exploser pour qu’il ne puisse plus servir mais il n’en avait pas et il n’y avait rien d’autre qui pouvait servir comme explosifs. Reeves fit remarquer la présence d’équipement Terriens, aussitôt Eversman s’approcha remarquant qu’il ne s’agissait pas du sien mais ce Soccom, il savait très bien à qui il avait appartenu. Le jeune homme le prit entre ses mains balançant l’autre qu’il avait entre ses mains et attrapa une grenade, cela pouvait toujours servir.

« Chacun prend une grenade et une arme. Dépêchez vous !! »

Le Première Classe se grouilla de revenir vers les cadavres repensant aux paroles de ceux-ci avant leur arrivée, les prisonniers allaient être exécutés, Cyruis serait certainement présent pour l’exécution. Il fallait en profiter pour l’abattre, l’équipe se remit en route avançant rapidement pour ne pas arriver trop tard et tenter de ne plus se perdre dans cet affreux labyrinthe. Après un moment silencieux, des détonations se firent entendre suivis de cris, de nouveaux tirs, il y avait du grabuge dans le coin et il fallait faire vite.

« On se grouille !! »

Peu importe la discrétion maintenant, le groupe fonçait à toute allure, l’arme au point pour foncer dans la bataille qui avait lieu à quelques mètres d’eux et après avoir franchi un dernier escalier l’équipe se retrouva sur le champ de bataille. Des hommes, des femmes couraient dans tous les sens hurlant de tous leurs poumons ayant les membres enchainés ou des plaies sanglantes.

« ON SE DEPLOIT !! »

Eversman jeta un coup d’œil vers les prisonniers tandis que les autres avaient déjà ouvert le feu, il repéra Kaiger et son cœur fit un bond en reconnaissant Redfield et il abattit sans sommation le Jaffa qui se ruait vers son ami. Les Fils de svarog et des Jaffas venaient de partout, il y en avait énormément mais les Terriens tenaient leur position pour permettre à leurs acolytes de rejoindre leur rang. Eversman balança sa grenade vers un groupe qui fonçait vers eux, celle-ci les envoya rejoindre à grand bruit leur satané Dieu avec quelques membres en moins.
Narah les retrouva aussi, cela aurait pu être déconcertant de retrouver des personnes qu’il avait vu mortes ou qu’il pensait dans l’autre monde mais les tirs fusèrent proches de leur position et le ramena dans la réalité. Ce dernier lui apprit que Cyruis avait été bien touché mais qu’il n’était pas encore mort.


« Le sarcophage !!! »

Ce satané serpent devait déjà être en route vers ce fichu sarcophage, Eversman aurait dû le détruire quand il en avait l’occasion et croisa le regard de son supérieur qui s’apprêtait déjà à foncer vers sa cible pour l’éliminer mais cette fois ce ne serait pas seul. Matt déserta sa position sans un mot montrant la route à son supérieur, l’arme à la main tout en courant pour rattraper leur retard et éviter que le dieu s’enferme dans la pièce avec un grand nombre de serviteurs. Le Lieutenant Colonel lui ordonna de rester en retrait alors qu’il ne restait plus qu’un couloir à parcourir mais pour le Ranger, il était hors de questions de perdre un nouvel membre de cette équipe.

« Je viens avec, que ça vous plaise ou non Narah ! »

Ce n’était pas le moment de s’égueuler ou de discuter hiérarchie, le jeune homme rattrapa son supérieur se mettant à la même hauteur avant de se plaquer contre le mur. La porte en bois était toujours défoncée, signe de leur passage tout à l’heure, avec quelques signes, Eversman fit comprendre à celui-ci que c’était la bonne pièce, il ne leur restait plus qu’à intervenir. Il souffla un bon coup avant de prendre le prendre un pistolet dans chaque main et faire signe qu’il était prêt.
Revenir en haut Aller en bas
http://poudnoir.goodforum.net/index.htm
James Reeves
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 203

Arrivé au SGC : 18/02/2010

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
24/80  (24/80)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Sam 1 Mai - 21:59

Le groupe évoluait dans les couloirs, ils évitaient le plus possible le combat. La colère de James était retombée. Il était de nouveau concentré sur son objectif...Sortir. Le groupe avança dans les couloirs. M'Zel, conseilla a Matt de prendre a droite vers un large couloir. Une porte en bois se présenta devant eux. Ils la poussèrent. Elle grinça et le groupe se retrouva nez a nez avec 5 Fils de Svarog et un Jaffa. Leur groupe avait pris l'avantage dans le combat. M'Zel avait éliminé deux ennemis a lui seul. James esquiva par réflexe, il n'avait vu que quelque chose brillant arriver. Il donna instinctivement un coup de couteau devant l'ombre qui l'agressait. Puis il remit un coup de couteau dans le corps du Fils de Svarog. Il s'écroula dans un bruit lourd.

Le Jaffa rebelle attira l'attention de Matt vers une salle ou était situé une sorte de sarcophage. James examina les alentour et trouva un pistolet qui lui était familier, il s'approcha et trouva un équipement.


« Matt! Viens voir! Y'a l'équipement d'un des nôtres! »

Le groupe décida de se répartir les armes. Matt prit une pistolet et une grenade. M'Zel ramassa une lance Jaffa et Martouf garda son Zat. James prit les armes et les distribua les grenades aux deux autres. Il vérifia les armes quand tout a coup une fusillade éclata. Le groupe se précipita. James sentait la bataille qui approchait. Son souffle s'accéléra comme avant chaque fusillade de grande envergure. Ils descendirent un escalier et se trouvèrent sur une place. James ne tira pas tout de suite et reconnu Enox et les prisonniers. Il alla se cacher a coté de lui. Il devait économiser ses balles, il reconnu Redfield et Kaïger, il fit un signe a Enox. Celui çi acquiesça, James partit au devant de l'ennemi pour aller mettre ses coéquipier a l'abri, il couru vers eux en tirant sur les ennemis qui le menaçait et qui représentait un danger pour les deux soldats. Il était soutenue par les Rebelles d'Enox. Il arriva a leur hauteur et leur dit :

« Allez vous mettre derrière ce rocher! On vous couvre! »

James utilisa sa grenade et 5 jaffa volèrent. Pendant que ces coéquipier partaient se mettre a couvert, il trébucha sur un cadavre et un Fils de Svarog lui sauta dessus. Celui çi essaya de planter James avec son couteau mais l'écossais lui explosa la tête avec son pistolet. Son visage était couvert de sang et de bout de cervelle. Il faisait presque peur. Un Jaffa chargea un des rebelle, et James eu le temps de sortir son couteau pour planter le guerrier. La bataille était chaotique, des cadavres jonchaient le sol. James baissa la tête pour éviter un tir et sans demander son reste, il rejoint Enox et ses coéquipiers et leur donna des chargeurs.

« Dommage qu'ils on mes fumigènes! On aura put se tirer de la!! »

Il laissa, les Rebelles qui avaient des lances Jaffa et des Zat s'occuper des ennemis les plus éloignés. Il se concentrait sur ceux qui était proche pour pouvoir assurer la technique de 1 balle= 1 mort.
James s'essuya rapidement le visage car il avait du sang dans les yeux. La bataille se poursuivait. Narah et Matt était partit a la poursuite de Cyrius...
Revenir en haut Aller en bas
Chris Redfield
----------------
avatar
----------------
Caporal
----------------


Nombre de messages : 2095

Arrivé au SGC : 12/02/2009

Age du Joueur : 35


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
115/3200  (115/3200)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Ven 7 Mai - 13:54

Pour la seconde fois au cours de la même journée, Chris avait ouvert les yeux dans ce sarcophage maudit. Déjà, le jeune homme craignait des répercussions mentales irréversibles sur sa personnalité. Trop tôt peut-être ? Quoi qu’il en soit, il n’avait pas l’intention de succomber éternellement pour être ramené aussi sec à la vie. Ayant repris un petit peu de flux d’énergie, il tenta de se débattre pour mettre fin à son calvaire mais déjà deux autres fils de Svarog s’étaient placés de part et d’autre de lui pour l’escorter jusqu’à la salle des tortures.

Comme précédemment, le jeune militaire fut enchaîné à un poteau aux côtés du Capitaine Kaiger. C’était cette fois-ci avec un vieux couteau à lame recourbée que son bourreau s’amusait à tracer l’alphabet sur son corps. Véritable jouet pour ce barbare qui prenait un malin plaisir à transformer le torse de Chris en un véritable écriteau. Les plaies étaient peu profondes mais extrêmement douloureuses.

« - Tu vas parler, misérable Tau’ri ! »

Du peu d’énergie qu’il lui restait, Chris jeta un bref regard au serviteur du faux Dieu. Ce dernier semblait fou de rage devant l’abstinence du Terrien. Même si Chris ne pouvait le montrer tant il souffrait, le militaire jubilait intérieurement que de voir son ennemi à bout de nerfs. Mentalement, l’humain était redoutable et ce fils de Svarog s’en cassait joliment les dents au cours de son interrogatoire. Chris ne put s’empêcher de lui adresser un petit sourire sournois et provocateur, l’ennemi lui tordit alors sauvagement le bras jusqu’à entendre l’os de son poignet craquer. Sous l’effet de la douleur, Chris manqua de s’évanouir. Il était soudainement devenu aussi blanc qu’un linge tandis que son regard devenait presque aussi vide que celui de la Mort en lui-même.

A quelques mètres de lui, Paul Kaiger subissait également de violents sévices. Le second gradé de l’équipe Commando reçut un châtiment exemplaire lorsqu’il fut tabassé sous son propre regard. Chris n’avait pu s’empêcher de tressaillir, si ces barbares faisaient ça pour l’intimider alors ils seraient bien déçus. Chris ne craignait ni les coups ni la Mort. Intérieurement il bouillonnait de colère, ivre d’envie de se libérer de ses chaînes pour venir en aide à son supérieur et faire payer à ces ordures tout le mal qu’ils avaient causé.


*Tenez le coup, Boss.*

« Pourquoi… Pourquoi vous ne me suppliez pas... »
S’était exclamé soudainement le dénommé Cyrius.

Supplier un enfoiré de cette trempe et puis quoi encore ? Chris avait encore trop de dignité en lui pour se rabaisser à faire une telle chose. Cela lui procurait un tel sentiment de honte quand il y repensait qu’il en avait presque des nausées.


« JE VEUX QU’ON ME SUPPLIE !! » Avait-il hurlé quelques secondes plus tard. Peine perdue pour ce maudit Prima, aujourd’hui il avait rencontré la première résistance de la T’au’ri et cela ne s’arrêterait pas là, Chris en faisait le serment. Le première classe ne laisserait jamais une bande de sauvages comme eux saccager son monde d’origine, ça jamais ! Des hommes comme Kaiger, Narah ou encore Eversman pensaient comme lui, il en était certain alors non tout n’était pas encore perdu. De rage, Cyrius venait de transpercer l’un de ses soldats responsables de ce lourd échec à ses yeux, pour Chris c’était plus un acte de faiblesse qu’autre chose. Devant la frustration du Jaffa, un nouveau sourire malsain s’était formé sur ses lèvres.

« Qu’on les tue sur le champ ! … Non ! Mieux… Qu’on les sacrifie sur la place avec tous les autres ! MAINTENANT !! »

*Quoi encore mourir ? J’en ai plein le cul…*


Quelques petites pensées égayantes pour lui faire oublier l’insupportable douleur de son poignet meurtri. Lorsque les guerriers de Svarog s’approchèrent pour le libérer de son pilier, le jeune homme n’avait même plus la force ni même une quelconque volonté pour se libérer. Chris Redfield s’avouait-il vaincu pour la première fois de sa vie ? Rien n’était certain…

Enchaînés par deux parmi les rangs composés d’une bonne cinquantaine de prisonniers, le Capitaine Kaiger et le soldat de première classe Redfield marchaient lentement en direction du palais. Chaque pas était devenu un véritable calvaire pour Chris tant les chaînes de fer meurtrissaient son poignet brisé. Il dut faire preuve d’une immense force mentale pour ne pas succomber une nouvelle fois dans l’inconscience. Une clameur guerrière raisonnait en arrière fond. A présent immobilisé dans le bas des marches, Chris comprit rapidement le sort sombre qui leur était réservé. Son regard avait rencontré un immense chaudron doré tout en haut du palais. Durant un bref instant, il tenta de se débattre, lui arrachant un gémissement de douleur. Cette ambiance précédent un sacrifice, il ne la connaissait que trop bien. Aussitôt le souvenir de la mission d’exploration d’un Temple ancien lui revint en mémoire. Son équipe avait elle aussi failli être sacrifiée, il avait d’ailleurs fait couler énormément de sang ce jour là. Mais ces mêmes cris de guerre, ces mêmes roulements de tambours, ce même décor familier, s’en était trop pour lui. Le rugissement de la foule s’éleva dès lors que Cyrius fit son apparition. Toujours le même discours, décidément ce gars là manquait d’originalité… Cela n’empêche pas à Chris d’éprouver un nouvel accès de rage profonde quand celui-ci ordonna clairement la destruction complète de la Terre. Le militaire fulminait au plus profond de lui, mais face au début de la cérémonie, il ne put que refroidir ses propres ardeurs. Des prisonniers furent conduit au sommet des marches, face au chaudron afin d’y être exécutés froidement. Chris ne put s’empêcher de serrer les dents en contemplant le triste spectacle qui allait s’offrir à lui, refusant de penser que ce serait bientôt son tour, non il ne pouvait pas finir ainsi… C’était un soldat avant tout, un guerrier farouche qui ne pouvait accepter sa fin que sur un champ de bataille.

« Eux d’abord ! »Avait crié le Prima de Svarog, spécialement à leur attention. Chris avait senti ses tripes se nouer tandis que les guerriers ennemis les forçaient à gravir les marches les séparant du chaudron toujours un peu plus vite. Le jeune homme tenta de faire un pas en arrière mais il reçut un coup de gourdin dissuasif dans les côtes, le faisant réprimer un grognement de douleur. Le roulement des tambours de guerre lui martelait la tête, telle le glas annonçant précocement la Mort des deux Terriens. Le militaire eut un bref regard vers son bourreau masqué avant que ce dernier ne le force à s’agenouiller au sol. Autour de lui, les tambours avaient gagné aussi bien en force qu’en intensité, la fin était proche. Chris Redfield allait mourir pour la seconde fois aujourd’hui et curieusement, cette fois-ci il ne pensait à rien.

Soudain, tout ne fut que silence. Chris ferma les yeux en entendant un sifflement au-dessus de lui. La hache était en train de s’abattre sur lui… Non, ce bruit là avait quelque chose de plus familier. En tant que tireur d’élite, Chris avait parfaitement reconnu le son que proférait une balle tirée à longue distance. Effectivement, le corps de son bourreau gisait au sol, la cervelle en bouillie. Il en fut de même pour le second bourreau à l’épée. Kaiger était sauvé aussi… Du moins temporairement. Il ressentit ensuite une formidable décharge au niveau de son poignet droit. Du bas de son avant-bras, les mallons de sa chaîne pendant dans le vide. Il était libre… Ivre de fureur, le Terrien se rua sur le premier ennemi en vue. Avec cette même rage de vaincre, il passa sa chaîne autour du cou de ce dernier, serrant ensuite de toutes ses forces. L’adversaire eut à peine le temps de se débattre que le souffle de vie avait déjà quitté son corps. Malgré son handicap physique, Chris ne lui avait pas laissé la moindre chance. La pitié, un sentiment qu’il connaissait pourtant actuellement et qui, aujourd’hui, n’était plus. Ces salopards… Il en emmènerait le plus possible six pieds sous terre. Désarmé, il n’avait que ses pieds et ses poings pour se défendre, sans compter sur son poignet cassé qui le faisait d’autant plus souffrir. Mais c’était suffisant pour couvrir l’arrière garde du Capitaine. Il roula sur le côté pour éviter un tir de lance qui passa à quelques centimètres simplement du visage de Paul Kaiger. Une fois au sol, Chris en profita pour ramasser un couteau sur le cadavre d’un fils de Svarog, couteau dont la lame alla directement se planter dans la gorge du Jaffa responsable. Un geste rempli d’une haine pas encore complètement assouvie puisqu’il s’était jeté sur l’ennemi à travers une ultime confrontation physique. Avec hargne il avait attrapé le menton du serpent de sa main valide et lui avait brisé la nuque dans un craquement sinistre.

Le massacre perdurait entre prisonniers et esclaves d’un côté, Jaffas et Fils de Svarog de l’autre. Malgré les cadavres qui s’entassaient au sol, les deux Terriens semblaient tenir le coup. Le moral du première classe tomba toutefois au plus bas lorsque de nouveaux gardes serpents surgirent du bas des escaliers. Bientôt ils seraient encerclés, victimes de leur sous-nombre mais dans la certitude de s’être battus jusqu’au bout. Chris perçut la détonation familière d’un Desert Eagle, regrettant d’ailleurs de ne plus être ne possession du sien. Lorsqu’il reconnut son camarade Eversman, Chris ressentit comme un nouveau regain d’énergie. Les rangs ennemis diminuaient progressivement sous la nouvelle vague d’assaut formée par le reste de l’équipe Terrienne enfin réunie. Chris reconnut même certains traits des prisonniers du cargo Goa’uld, une aide non négligeable pour compenser leur infériorité numérique. D’autres renforts ennemis venaient de faire irruption par les portes principales du Temple. Chris ramassa une lance Jaffa au sol, puis commença à faire feu droit devant lui, là où la menace s’avérait la plus dangereuse. Un Fils de Svarog venait de surgir dans son angle mort, lui sautant dessus sans la moindre pitié. De rage, Chris se renversa vers l’arrière pour se débarrasser de cette emprise mortelle. Le jeune militaire finit par perdre l’équilibre, entraînant son adversaire avec lui dans une chute violente où son coude heurta la dalle dure du sol en premier. Poussant un nouveau grondement de douleur, il attrapa le guerrier par la nuque pour lui fracasser le crâne par terre, jusqu’à ce que mort s’en suive.


Chris s’était relevé péniblement, sa vision était troublée par la fatigue et par ses blessures. Il reconnut néanmoins la silhouette de son supérieur. Dans son regard, il reconnut la lueur farouche de la haine. Par reflexe, il attrapa le Sig et plaça le holster sur sa cuisse. La donne risquait de changer à présent.

« Cyrius s’est replié, il est blessé à la jambe et à l’épaule ! J’vais le poursuivre, contenez les ! »

Chris avait approuvé les ordres d’un bref signe de tête affirmatif. Il n’avait pas d’autre choix possible de toute manière. L’objectif était d’abattre Cyrius de n’importe quelle manière possible. Offrir une couverture efficace lui serait difficile étant donné le nombre croissant d’ennemis pourtant il ne faillerait plus. Son ami Matt étant parti soutenir le Lieutenant-Colonel, Chris tenta de rassembler reste de ses troupes composées de James, de Martouf, du Jaffa Rebelle ainsi que des prisonniers. Difficile de donner des ordres dans une pareille cacophonie de tirs et de cris de guerre. Mais étant le plus haut gradé du groupe désormais, il n’avait pu s’empêcher de donner quelques instructions, comme quoi les vestiges d’un passé de leader revenaient en force.

« - Allez on ne lâche pas le morceau les gars, on les retient jusqu’à ce que le Boss finisse le boulot ! »


Progressivement il avait commencé à vider le charger de son Sig sur l’ennemi. Des tirs précis, mortels pour tous avec une seule balle. Chris comptait exclusivement sur sa précision pour les contenir du mieux qu’il le pouvait. Ses munitions étaient des plus limités de surcroît. Une autre de ses balles atteignit un ennemi trop entreprenant en plein front. Non, il ne les laisserait personne franchir l’enceinte du bâtiment où Cyrius avait disparu. Pris d’un nouveau soubresaut de colère, il abattit un Jaffa près de la porte principale qui fut secoué de spasmes avant de s’effondrer.

*Essaie de faire vite, Matt.*


Son chargeur était presque vide, il devait rester quatre ou cinq balles à tout casser. Devant le groupe commando déployé, plusieurs cadavres s’étaient entassés mais la clameur guerrière des Fils de Svarog n’avait pas disparu. Tel un mur infranchissable, l’ennemi s’offrait à eux.
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Dim 9 Mai - 21:40

1ere partie:

Eversman et Narah atteignirent la porte menant dans une pièce bien éclairée. Celle-ci était assez grande, d’énormes piliers étaient alignés sur les côtés et au fond, le sarcophage brillait de toute sa splendeur. Lorsqu’ils ouvrirent la porte, les deux terriens furent accueillis par une salve de tir ennemie, principalement des jaffas. Matt alla à gauche, Menchu se faufila de l’autre côté, prenant appui derrière un pilier dont les plaques d’argiles furent brisées par de nombreux projectiles à énergies. Au loin, ils pouvaient entendre la voix de Cyrius qui grondait, ordonnant à ses hommes de se mettre en rangs et de ne pas bouger de leur position, pendant qu’il irait régénérer ses blessures dans le tombeau des Dieux…

Sur la place, les premiers combats avaient cessé. Mais des renforts ennemis étaient en train d’arriver par d’autres issues, et le rapport de force se retrouvait à nouveau déséquilibré. Sur les marches menant au palais, Enox et les autres prisonniers avaient mis en place une ligne de barricades constituée d’objets venant de l’intérieur du bâtiment : planche, table, siège, tonneaux et sac… Même le chaudron y était, posé au dessus d’une table. Ils avaient élevés un mur de défense dans un laps de temps limité et les terriens purent se replier derrière ces barricades de fortunes. L’armée des Fils de Svarog s’était regroupée et arrêtée à une centaine de mètres de là. Certains ennemis parlaient, donnant des ordres de déploiement pour pouvoir prendre les terriens par derrière. La résistance serait submergée face à toute cette armée, cela ne faisait aucun doute, mais des minutes précieuses seraient nécessaires pour permettre à Narah de neutraliser Cyrius. Tandis que les Fils de Svarog commençaient à se déployer, les terriens purent reprendre leur souffle le temps d’une minute, avant de se préparer à défendre leur position. Pendant ce court moment de calme avant la tempête, Martouf se rapprocha de Redfield et du Jaffa M’Zel. Le Tok’ra était lui aussi affaibli après tous ces évènements.


« Je… Je ne pensais pas que ça se finirait de cette manière. »

« Finir ? » Répliqua M’Zel. Il regarda le tok’ra et sa voix devint plus douce. « Non… La mort n’est qu’un autre chemin vers la liberté, que nous devons tous prendre… » Il sourit, le regard balayant les horizons et observant les lignes ennemies approcher.

« C’est comme traverser un fleuve et parvenir à l’autre rivage… Alors vous les verrez, les contrées verdoyantes… Et au-delà, vos ancêtres, vos frères et vos amis perdus vous retrouveront… »

Martouf sourit à son tour. Son regard se posa sur son zat’nik’tel puis sur le jaffa rebelle.

« Ce n’est pas une si mauvaise chose en effet. » Il s’approcha de lui et des terriens, les yeux brillants. Ce n’était pas des larmes de tristesse, juste l’émotion de cet instant qui le submergeait.

« Dans ce cas… On se retrouve de l’autre côté du fleuve. »

M’Zel tendit son bras vers Martouf, et celui-ci l’empoigna comme le feraient deux frères d’armes avant de se quitter.

« Je suis fier de me battre aux côtés des Tau’ris et des Tok’ras. Et je suis près à mourir avec vous, mes amis… »

Le jaffa rebelle se retourna vers les terriens. Il salua Kaiger d’un regard, serra le bras de Chris et posa ensuite sa main sur l’épaule de James Reeves.

« Courage. » Fut le dernier mot qu’il employa.

Puis le cor ennemi sonna. La place fut secouée par la charge des Fils de Svarog, qui alla se fondre sur les barricades comme une vague passant au dessus d’un terrain rocheux. Les tirs des défenseurs neutralisèrent plusieurs ennemis en armure rouge. Les corps étaient meurtris par les projectiles, brisés lors de leur chute entre les barricades, pour ensuite finir piétinés par la ligne de combattant suivante. Enox hurla un cri de guerre et ses fils montèrent sur les tables pour repousser les assaillants. Le chaudron fut poussé à l’avant, retombant sur la tête de trois ennemis dont les corps frêles furent écrabouillés par le poids de l’objet. James tirait sur chaque silhouette qui osait passer de l’autre côté des barricades. Une balle faisait un mort, mais les munitions allaient finir par manquer. L’ennemi était trop nombreux. Les terriens durent se résoudre à prendre des armes de corps à corps. Kaiger se retourna lorsqu’il repéra de mouvement à l’intérieur du palais : ils étaient en train de se faire contourner.
Il quitta la ligne de défense et se posta contre le muret. Plusieurs combattants ennemis passèrent la porte et le Capitaine usa de ses dernières forces pour se jeter sur eux, se battant à mains nues sur les marches devant l’entrée. M’Zel arriva pour l’aider puis finit par aller dans l’enceinte du bâtiment tandis que la barrière de défense principale commençait sérieusement à céder. Des obstacles s’écroulèrent, privant les terriens et leurs alliés du dernier retranchement qui leur restait. James combattit aux côtés d’Enox et de ses fils tandis qu’au milieu du massacre, Chris et Martouf se battaient en duo. Le tok’ra ne se retenu pas, hurlant de toutes ses forces : « Crevez bande de bâtards !! » Son cri fut repris par les autres. Un cri de colère, de résistance, de courage… Et probablement le dernier avant la fin…


D’un décalage rapide sur le côté, Menchu fit taire deux jaffas au loin. Mais cela ne suffisait pas. Il avait autant de mal que Matt à sortir de sa planque. Les gardes ennemis étaient encore nombreux. D’un coup d’œil risqué au-delà de son couvert, il vit Cyrius se diriger vers le sarcophage. Le jaffa donnait ses derniers ordres à ses guerriers. Narah se remit à couvert lorsqu’un projectile lui frôla la tête. La chaleur du tir vint brûler la partie droite de son visage.
Matt n’avait plus beaucoup de munition, le combat étant de loin terminé. Un bruit derrière lui, et le terrien se retourna vivement. C’était un Fils de Svarog qui le braquait avec un vieux pistolet. Le soldat ennemi sourit de toutes ses dents en or. Il s’apprêta à tirer quand un tir d’énergie le percuta dans le dos. Il s’écroula sur le côté et M’Zel arriva dans le champ de vision du terrien. Le jaffa rebelle s’agenouilla à ses côtés, tirant vers le fond de la pièce.


« Les autres ne tiendront pas longtemps ! C’est le moment d’en finir !! » Cria-t-il pour se faire entendre par-dessus le boucan de la fusillade. Il tourna la tête vers Narah de l’autre côté, avec qui il échangea un regard qui en disait long, et qui paraissait durer une éternité. Il était venu le temps de mourir en héros…

La plupart des Fils de Svarog occupaient la place maintenant. Chris s’était replié dans le bâtiment, donnant des coups d’arme blanche aux adversaires à portés, et prenant Kaiger par le bras. Le Capitaine avait de multiples blessures et deux balles ennemies vinrent lui traverser la cuisse et le triceps avant qu’il ne fut passé la porte. Derrière, Martouf se prépara à les suivre. Un Fils de Svarog blessé mais encore en vie se releva à côté de lui et planta son couteau dans l’épaule du tok’ra. Celui-ci grimaça, arracha le couteau de son corps pour le planter dans l’œil de son agresseur.
Au bas des marches, là où il y avait eu un semblant de barricades quelques minutes avant, James se sentait très seul. Se retrouvant au beau milieu de ce bain de sang, il dut aussi se résoudre à prendre une épée à terre pour se défendre. La férocité de ses ennemis failli avoir raison de lui. Son corps reçu de nombreux coups et plusieurs entailles, principalement au niveau des bras. Il fut sauvé par Enox, le vieux fermier, qui planta sa lance dans le dos d’un ennemi. L’ancien prisonnier jeta un regard complice à James avant de se retourner et de voir un de ses fils au loin, qui était à terre et qui se faisait atrocement égorger par plusieurs soldats en armure rouge. Il se jeta dans la mêlé, donnant un coup de lance qui explosa la mâchoire d’un adversaire, quand un coup de feu attira son attention : un autre de ses fils, l’ainé cette fois-ci, venait de recevoir une balle en pleine tête. Le corps de son enfant s’écroula mollement au sol pour finir entassé au beau milieu d’une dizaine d’autres cadavres. Quant au dernier membre de sa famille, il ne savait pas où il était, probablement isolé par les combats et mort dans un coin, seul et sans espoir. Ses fils étaient tous d’anciens bûcherons. Et sa fille était encore vierge. Ils n’avaient pas leur place ici et pourtant, ils avaient donné leur vie pour une cause plus grande. Et c’est ici que tout allait se terminer…
Un ennemi lui sauta dessus. Enox ramassa un pistolet mais celui-ci était vide de munition. Il prit sa lance en main et bondit en avant, hurlant sa rage qui vint se mélanger à la cacophonie des combats. Son adversaire détourna son arme d’un mouvement suprêmement exercé, comme s’il s’y était entrainé pendant des mois.
L’épée de son ennemi l’empala en plein sternum. Enox toussa du sang quand la lame ressortit, et il tituba en avant. Il se savait déjà mort. Il se voyait déjà retrouver ses enfants dans l’autre monde. Il essaya de pousser son cri de guerre pour la dernière fois, mais ses poumons s’emplissaient de sang.
Les Fils de Svarog ne le laissèrent pas tomber paisiblement à terre, ricanant comme des hyènes devant leur proie, ils se jetèrent sur lui…
Et Enox fut démembré par le tranchant de leurs épées et la puissance de leurs haches…


Dans la salle du sarcophage, le reste de l’équipe passa à l’action. Se levant en même temps de leur couvert, ils furent accueillis par leurs ennemis. M’Zel neutralisa un jaffa avant qu’un tir de zat ne le mette à terre, le touchant partiellement. Le jaffa rebelle grogna de frustration et dans sa chute, il fut touché par deux tirs à énergie au niveau des jambes. Lorsqu’il s’étala par terre, la grenade que lui avait passé Eversman auparavant glissa de son armure et roula sur le sol. Matt entendit le bruit de l’objet métallique et se remit à couvert après avoir neutralisé un autre jaffa. Il prit la grenade, comme s’il s’agissait de la solution à tous leurs problèmes, et cria à Menchu de le couvrir. Le français, dont le visage était couvert de sang chaud, dont le sien, ne disposait plus que de quelques balles. Il suivit quand même la demande de Matt, non pas que ça lui plaisait mais plus parce qu’il avait envi d’en finir avec tout ça.
Eversman profita de la diversion faite par son supérieur pour jeter un regard par-dessus le bout de pilier encore stable qui restait, et vit Cyrius s’allonger dans le sarcophage au bout de la pièce.
Le soldat terrien se concentra. Il la dégoupilla. Il n’avait qu’un lancer, il ne devait pas le louper.
Alors que les portes du tombeau allaient se refermer pour soigner les blessures de Cyrius, Matt se redressa et avec la force de son bras, il balança la grenade au loin. Juste après, il fut touché au bras et la douleur fut tellement intense qu’il bascula en arrière.
Sur le côté, Menchu tira ses dernières balles en zigzaguant entre les piliers de la salle. Il vit la trajectoire de la grenade comme le dernier espoir qui leur restait. Celle-ci survola les lignes ennemies et rebondit sur le mur du fond. Les portes du sarcophage se refermèrent, mais trop tard… La grenade glissa dans l’entrebâillement du tombeau et tomba dans les bras de Cyrius. Le lieutenant de Svarog réagit aussi rapidement qu’il put. Il prit nerveusement la grenade, dont la largeur était à ce moment précis égale à celle de ses yeux effrayés, et voulut la jeter en dehors du sarcophage bien que les portes s’étaient déjà refermées au dessus de lui.


« Non ! » Hurla-il. « Nooooooooonn !!! »

La puissance de l’explosif combiné avec le noyau d’énergie qui faisait fonctionner le sarcophage, l’explosion fut multipliée par quatre. La détonation souffla contre l’ouverture du tombeau, dont les parois résistèrent le temps d’une demi-seconde.
L’instant d’après, le feu et les shrapnels dominèrent la salle. Toutes formes de vies se trouvant dans les lieux furent éjectées par l’onde de choc. Cyrius hurlait toujours de rage quand son corps s’éparpilla au quatre bouts de la pièce…
Du sarcophage, il ne restait plus qu’un champignon de flammes. Les jaffas aux alentours furent tués par les shrapnels, leurs corps brisés et désarticulés par la puissance de l’explosion.
Quelques secondes plus tard, Narah se releva et constata ce qu’il s’était passé. Il revint vers Matt et M’Zel, tout deux blessés. Un son d’épée sortant de son fourreau retentit derrière lui. Menchu se retourna et vit un Fils de Svarog amoché le provoquer en duel. Il avait survécu à l’explosion et voulait venger la mort de son maître. Le Lieutenant-colonel était encore trop faible et n’avait plus d’arme avec lui. Le Fils de Svarog s’apprêta à lui transpercer les boyaux quand un bruit étranger vint mettre fin à ce duel. Une épée traversa le ventre du soldat ennemi. Ce dernier gesticula, s’étranglant avec le sang qui remontait dans sa gorge. Il tomba en avant. Derrière lui, la fille d’Enox tenait l’épée. Elle regarda Menchu étrangement, mais avec la même douceur que lorsqu’ils s’étaient tenus compagnies dans le vaisseau cargo. Blessée de toutes parts, elle sourit timidement, satisfaite de son geste, avant de pousser un cri plaintif et se s’étaler au sol. Son corps fragile venait de l’abandonner.
C’était fini.


2eme partie :

La nuit aurait pu paraître fraiche et calme. Encore fallait-il ne pas être dans le palais pour le voir. La chaleur des combats et la puissance de la bataille avait secoué les lieux. L’endroit était devenu un enfer qu’il était bon de quitter. Ainsi, Chris fut le premier dehors avec Kaiger. Derrière eux, Martouf suivait avec pas mal de difficulté. James n’était pas avec eux.
Ils s’étaient faufilés par une sortie à l’arrière du palais, évitant le plus gros de l’armée de Svarog. Reeves, Enox et les prisonniers avaient retenus l’ennemi, mais le silence était la preuve que les combats étaient terminés, et donc que leur résistance avait pris fin dans le sang de leurs amis.
Ils attendirent là une dizaine de minutes, s’occupant de leurs blessures personnelles. Des petits aux gros bobos, leur corps était endommagé par ce qu’ils avaient vécu ces dernières heures. Kaiger semblait être le plus mal en point. Ses forces l’abandonnaient petit à petit. Il marmonnait quelque chose d’incompréhensible, comme s’il était déjà au paradis en train de parler avec quelqu’un de proche.
Puis la petite porte s’ouvrit à nouveau. Narah la passa et se retrouva à l’extérieur. Il portait dans ses bras le corps de la fille d’Enox. Derrière lui, Matt avançait très lentement, son bras étant immobilisé par la blessure qu’il avait reçue avant de lancer la grenade qui leur aura coûté la victoire. Voyant Redfield et les autres, il ne se pria pas pour leur dire ce qu’ils avaient manqué. Il leur annonça comment Cyrius était mort et comment les Fils de Svarog avaient pris la fuite en apprenant la nouvelle. Ce retournement de situation avait permis à James de s’en sortir… La recrue arriva à son tour, fatigué mais soulagé de voir son équipe au complet. Il soutenait M’Zel dans ses déplacement, le jaffa rebelle ne pouvant plus se servir de ses jambes pour marcher.
Ils étaient tous amochés. Ils en avaient tous plein le cul de cette mission, de cette puanteur, de toute cette crasse, de la fureur des Fils de Svarog, des morts qu’ils avaient côtoyés et des amis qu’ils avaient perdus.
Maintenant c’était terminé.
Narah ordonna le départ vers la porte des étoiles. Cela leur demanda un dernier effort car il fallait se dépêcher de rentrer, certains hommes comme Kaiger ou Martouf avaient du mal à rester éveillés. La fille d’Enox était aussi très affaiblie, son corps maigre plaqués d’hématomes, mais elle était toujours en vie, ce qui révélait presque du miracle. Durant tout le trajet, Narah se donna le courage d’avancer lorsqu’il croisait le regard de la jeune femme. Cette dernière ne cessait de le fixer, comme s’il s’agissait de la seule chose qui la faisait encore tenir. Le voyage vers la porte fut sans encombre et avant qu’ils n’entrent dans la forêt, l’équipe entendit des cris et des tirs venant de loin.
Personne n’en avait la preuve exacte, mais tout semblait croire que les Fils de Svarog commençaient à s’entretuer. Sans chef, ils n’étaient plus rien.


Epilogue :

« Activation extérieure ! C’est l’équipe du Lieutenant-colonel Narah. »

« Ouvrez l’iris. » Fit machinalement le Général Jack O’Neill, qui se précipita vers la salle d’embarquement.

Le passage ouvert, tout le monde attendait le retour de cette équipe. Jack s’avança vers la rampe d’embarquement. Menchu fut le premier à débarquer, comme il s’en doutait, portant le corps d’une jeune femme dans ses bras. Les autres arrivèrent chacun leur tour, dont l’état physique alerta le Général. Il se retourna vers la salle de contrôle et demanda l’assistance d’une équipe médicale. Walter fit passer le message dans les haut-parleurs.
La porte des étoiles se désactiva. O’Neill s’avança vers les héros qu’il avait en face de lui.


« Vous avez rempli votre objectif ? »

Il fixa le visage de Narah, dont le regard était à évité si on voulait garder une humeur joyeuse. C’est alors que Jack comprit. Il avait lui-même déjà connu ça. Ce n’était pas le moment de poser des questions…
Il jeta un œil par-dessus l’épaule de Menchu et vit avec surprise la présence du jaffa rebelle M’Zel, leur contact. Mais Telmat manquait. La mort du tok’ra était regrettable mais pour Jack, ce qui comptait le plus était ses hommes. L’équipe médicale arriva dans la pièce et s’occupa de tous les blessés, soit Narah et toute l’équipe.


« Bien… » N’ayant eu aucune réponse à sa question, Jack décida de les laisser tranquille. Personne à part eux ne savait ce qu’ils avaient pu vivre là-bas. Les visages de Menchu, Eversman et même Redfield le dissuadèrent d’engager une conversation avec eux. O’Neill s’écarta sur le côté et donna un dernier ordre à ses hommes.

« Rendez-vous à l’infirmerie… Ce sera tout. »

Les blessés les plus graves furent conduis pour être opérés d’urgence. Tout le groupe passa à l’infirmerie, certains plus longtemps que d’autres. Mais tout le monde survécut à cette épreuve… Le Capitaine Kaiger et M’Zel sortirent les derniers mais tout deux garderaient des séquelles physiques, en particulier le terrien car le jaffa rebelle pouvait compter sur son symbiote pour cicatriser ses plaies. Quant à la fille d’Enox, elle était vivante mais le rétablissement de son corps et de ses capacités physiques prendraient plus de temps.
Avant de quitter la Terre, M’Zel avait demandé à voir l’équipe de Narah pour leur dire au revoir. Tout le monde était là. Matt avait le bras en écharpe, Kaiger possédait des béquilles. De nombreux pansements lui barraient certaines parties du visage, tout comme Menchu. Redfield et James aussi avaient leur quota de bandages. Mais M’Zel ne voyait pas là une équipe de bras cassés. Ce qu’il observait, c’était plutôt des héros… Une bande de guerrier à qui il pouvait confier sa vie maintenant. Un petit sourire lui traversa le visage, effaçant presque la couleur bleuâtre de ses hématomes.


« Ça… » Avait-il dit avant de passer la porte des étoiles pour rejoindre son monde.

« Ça c’est une victoire… »


FIN


[HRp: Ceci est donc le dernier post. J'ai laissé des zones d'ombre à certain moment, vous etes libre de les compléter et de faire en sorte que ça colle avec le tout. N'hésitez pas à me contacter par MP si vous avez des questions. Je vous laisse deux semaines et après ça, je mettrais les notes et les commentaires. Bon jeu à tous.]

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Menchu Narah
----------------
avatar
----------------
Colonel
----------------


Nombre de messages : 5149

Arrivé au SGC : 10/11/2005


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 33
Profession: Militaire
๏ Expérience:
2302/15000  (2302/15000)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Lun 10 Mai - 17:59

« J’entre en premier, prend le flanc gauche. »

Quand Eversman lui répondit par l’affirmatif, le gradé passa la porte dans un élan de rage, les tirs fusèrent immédiatement et il ne se fit pas prier pour répliquer, à ceci près qu’il avait touché sa cible, lui. Un Jaffa s’était écroulé avec une balle en pleine tête. Le français jeta un regard vers son frère d’armes qui était encore debout, ce qui le rassura. Il resta face au poteau pendant quelques secondes avant de surgir brusquement et de tirer une nouvelle balle qui transperça la gorge d’un autre Jaffa. Les tirs redoublèrent et la muraille de chair, d’os, d’armure et d’arme à énergie que formaient les troupes de Cyrius semblait infranchissable... C’était leur boulot, d’accomplir l’impossible. Ils y arriveraient, même s’ils devaient attendre des heures dans cette position plus que pénible, il le ferait, même s’il devait abattre un à un tout les ennemis présents dans ce château ou cette planète, il le ferait. Il accomplirait sa mission. Le pilier s’amenuisait à vu d’oeil et bientôt, il n’eu d’autres choix que de s’y coller pour se protéger mais même ainsi, la couverture n’était pas parfaite, un bout de la structure, arrachée par un tir d’arme à énergie, lui entailla la jambe. Le Lieutenant-colonel poussa un grognement de rage mais ne regarda pas l’entaille : il n’avait pas le temps pour ça, pas maintenant. La douleur et les blessures attendront.

D’un mouvement rapide, qu’on aurait pu qualifier de furtif dans une autre situation, le Tau’ri sortit de son couvert et abattit deux ennemis supplémentaires d’une balle chacun, en pleine tête. Il se remit à couvert, dos à la colonne mais un tir le frôla et lui brûla la joue droite, comme avec le Kull...


« Putain d’enfoiré ! »

Le sang coulait abondamment de multiples entailles peu profonde sur son corps mais le combat entretenaient les déchirures qui parsemaient son corps, peu importe, il devait tenir ! Il ferma alors les yeux, puisant ses dernières forces là il en avait toujours : FoxHound. Ce mot résonna en lui, sembla se diffuser et atterrir sur chacune de ses blessures, il sentit un dernier regain de forces, suffisantes pour réussir, il devait y arriver. Son coeur, qui avait eu tendance à s’emballer depuis la bataille dans la place du château, se calma, ses tremblements s’atténuèrent aussi et une nouvelle force lui tapait contre les tempes, tel un coup de marteau. C’était peut-être qu’une illusion, que temporaire mais peu importe, pour lui c’était pas qu’une illusion de son esprit et son corps trop fatigués.

Ses yeux se rouvrirent, tombant sur le regard de M’Zel, les deux soldats eurent un dialogue privilégié au milieu de tout ce bordel l’espace d’un battement de coeur mais qui dura pourtant toute une éternité. L’heure du sacrifice était arrivé. Les trois forces de la nature qu’ils étaient sortirent de leur couvert, cinq Jaffas tombèrent et l’espace de quelques instants et quand les trois combattants se remirent à couvert, Menchu vit M’Zel au sol, les jambes éclatés. Il poussa un énième juron et reporta alors son attention sur Eversman qui lui demandait un tir de couverture, le gradé lui fit signe d’attendre un instant. Ce qu’il comptait faire pouvait lui coûter la vie mais peu importait, cette grenade était leur meilleure chance de réussir. Le français quitta la protection du pilier en tirant deux balles mortels avant d’avancer vers un autre couvert, le pilier devant. Il s’y cala du mieux qu’il pu, malgré sa stature physique et vit passer la grenade, le lancer semblait bon... Il sortit alors de nouveau de son couvert et tira ses dernières munitions, dès qu’il n’eut plus de balles, le sniper retomba en bandoulière et il sortit son épée de sa main droite, de la gauche, il envoya les couteaux qui lui restaient, aussi vite qu’il le pu mais les tirs ennemis étaient trop nombreux, la plupart furent pulvérisés ou déviés.

Il devait avancer encore ! Il fit le tour du pilier et d’une roulade, il avança encore, un tir le loupa de peu et fit un trou dans sa bure. Il devait... Le cri de Cyrius tira un sourire malsain au gradé qui s’en régala, l’explosion qui suivit, le plaqua brutalement contre le mur. Quelques instants, le jeune homme reprit ses esprits, la pièce autour de lui n’était que destruction, sang, boyaux et corps déchiquetés. S’appuyant sur son épée, le gradé se releva comme il pu, malgré le tangage évident de la pièce. Il jeta un bref regard derrière lui et vit que le mur gardait une trace de leur choc. Il tituba et retomba à genoux, ses jambes étaient molles et il se sentait trop faible pour bouger. Le bourdonnement qui envahissait ses oreilles l’empêchait d’entendre quoi que ce soit, il utilisa alors sa vision brouillée pour regarder vers Eversman, aucun mouvement... Il voulu parler mais du sang jaillit de sa bouche entrouverte. Il posa une main par terre, prêt à mourir ici, avec ses hommes...


« Debout Snake... »

Le français releva brusquement la tête, renforçant les divagations de sa vue, il ne vit d’abord aucun mouvement, il tourna alors la tête vers Eversman et le Ranger remua légèrement. Le militaire se releva et alla vers lui, s’appuyant sur les piliers et laissant son épée au sol. Il posa un genou à coté de lui et une main sur son épaule indemne.

« Joli coup. »

De son visage ruisselant de sang, un maigre sourire émergeait. Il allait pour aider son subordonné à se relever quand un bruit l’interpella, le gradé se retourna et fit face à un Fils de Svarog qui avait survécu : il n’avait plus aucune force et aucune arme... Une ultime technique pourrait sauver ses frères d’armes, celle du Samouraï. Se laisser blessé, pour tuer son ennemi et au vu de son état, ce serait une double mort. Il s’apprêtait à subir le courroux de son ennemi quand une épée le transperça dans une gerbe de sang qui en rajouta un peu plus sur sa sombre tenue dépareillée et poisseuse de sang. L’homme s’écroula, laissant place à la femme qu’il avait laissé dans le cargo, il plissa un instant les yeux, en voyant son corps couvert de blessures. L’espace d’un instant, ils se regardèrent, elle lui sourit timidement et s’écroula, il la rattrapa in extremis et l’empêcha de se fracasser le crâne par terre. Il la déposa au sol et alla en premier lieu vers son épée, il la sortit du flot de sang qui envahissait petit à petit toute la pièce Il la rangea dans son fourreau et enleva sa bure en revenant vers la jeune femme qui venait de lui sauver la vie, Eversman était déjà debout et l’attendait pour filer. Il emmitoufla le corps frêle dans sa bure poisseuse et la souleva dans ce qui lui semblait être un effort surhumain, après tant d’efforts. Il souffla longuement, tituba quelque peu avant de se remettre droit comme le militaire fier qu’il était. Il fit un signe de tête à son frère d’armes, pour lui dire qu’il était temps de rentrer. Autour d’eux, tout était silencieux, pas un bruit, ils étaient certainement les derniers survivants... Quand ils passèrent la porte par la quelle il s’était lui même infiltré, il vit son équipe, un franc sourire étira ses lèvres, Eversman entama la conversation pour expliquer la fin de Cyrius et Reeves débarqua avec M’Zel qui ne semblait pas en état de marcher après les tirs qu’ils avaient reçus. Son équipe était au complet.

« Allez les hommes, on rentre maintenant. »

La mauvaise troupe se mit en route, le gradé en tête. Le cargo n’était pas trop loin mais personne ne semblait capable de le piloter, en plus, il n’y avait pas la place de se poser devant la porte, autant marcher, ça calmerait leurs corps meurtris. La route fut silencieuse -pour lui en tout cas- et chaque fois que ses forces lui manquaient, il plongeait son regard dans celui de sa protégée qui s’était éveillée dès qu’il avait parlé à ses hommes. Elle le fixait de la même façon que dans le vaisseau et ça lui donnait la force d’aller jusqu’au bout. Quand ils arrivèrent à la porte, le Lieutenant-colonel ordonna à Redfield d’ouvrir la porte et d’envoyer le code d’identification. Avant de passer la porte, il se tourna vers ses hommes.

« Ce fut une victoire, n’en doutez jamais. Merci à vous tous, la Terre peut être fière de vous compter parmi ses hommes, il jeta un regard vers M’Zel et Martouf, ou ses alliés. »

Ses quelques mots n’effaceront jamais ce qu’ils avaient tous subi, mais au moins, ils savaient que cette bataille avait servit à quelque chose. Une fois de plus et contre toute attente, ils avaient vaincus. Une poignée avait vaincu une armée alors que toutes les chances étaient contre eux. Il se tourna alors vers la porte et la passa le premier, symbole de la réussite de cette mission. Le regard haut, il descendit la rampe. Son corps tout entier le faisait souffrir le martyre mais il refusait de s’écrouler. Sa seule volonté le maintenait encore debout. Quand O’Neill l’interrogea, il croisa son regard et son supérieur comprit que ce n’était pas le moment. L’équipe médical arriva et s’occupa de tout le monde et quand un médecin s’approcha de lui, il le repoussa d’un simple regard. L’homme se dirigea alors vers un de ses hommes. Le français fit encore quelques pas peu assurés vers O’Neill mais garda le silence, quand ses hommes commencèrent à être évacués et qu’il était sur que personne n’entendrait, il lui souffla quelques mots :

« La prochaine fois, j’irais seul. »

Il se recula alors et alla vers le médecin de tout à l’heure qui l’attendait. Il lui désigna le dernier brancard mais le soldat le refusa, il était trop fier pour cela. Il marcherait tant que ses jambes le porteront. Il partit alors, avec ses hommes vers l’infirmerie.

Quand M'Zel demanda à tous les voir, avant son départ, Menchu ne se fit pas prier, un bandage lui prenait la joue droite, des points de sutures lui barraient l'arcade sourcilière et une partie du front, sa main gauche était entourée d'un solide bandage et sous ses vêtements, tout un tas d'autres bandages lui parcouraient le corps. Il salua le rebelle Jaffa avec leur salut traditionnel et lui dit de saluer Drey'Ac de sa part, s'il le croisait.



( Une bonne grosse mission bien bourrine comme je les aime ! Smile Ton p'tit coté tordu m'a bien fait kiffé, t'as su tirer partit de nos posts pour trouver l'inspi pour la suite et/ou t'adapter. (J'ai zatté Slaith, niark !) Donc pour ma part, en tant que MJ, je te mettrais un bon 19, je ne me souviens pas avoir vu d'incohérence, l'ambiance était superbe et tes posts géniaux, merci pour cette missions, j'ai adoré Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Matt Eversman
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 6164

Arrivé au SGC : 07/02/2009

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 27
Profession:
๏ Expérience:
855/3200  (855/3200)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Jeu 13 Mai - 17:12

Les deux militaires étaient prêts sachant très bien ce qui leur arriverait une fois qu’ils auraient passé cette porte, un simple et puissant déluge de feu mais ils étaient tous les deux volontaires pour accomplir cet ultime acte. Narah donna les instructions, Matt acquiesça avant de le suivre dans cet enfer se plaquant immédiatement contre un pilier imposant contre le flanc gauche pour éviter les multiples tirs qui fusèrent vers lui. Il ne se fit pas prier pour donner le change aux Jaffas et autres ennemis qui se mettaient en place pour obéir à leur Maître cependant il faisait attention à faire une balle, un mort, les munitions étant comptées avant de se remettre à couvert mais il était déterminé à les abattre tous un à un pour atteindre Cyrius et lui faire payer ses actes.
Le dos collé contre la pierre du pilier, il parvenait à ressentir les impacts des tirs à énergie et l’un d’eux parvient à arracher un petit bout mais suffisant pour que le tir suivant l’effleure au niveau du bras droit juste au dessus du poignet. Ce dernier ne put retenir un gémissement de douleur sortant de son couvert pour abattre l’un des ennemis les plus proches avant de se protéger pour jeter un œil à la blessure, elle était superficielle heureusement pour lui.

D’un coup d’œil, il vit que Narah dans une meilleure position que lui voir pire car il avait maintenant le visage en sang, cette vision n’avait rien de rassurante mais le Lieutenant Colonel continuait de se battre comme un lion, Matt devait faire de même, ils devaient abattre Cyrius mais à chaque ennemi tombé sous leurs balles, un autre prenait sa place. Un bruit étrange se fit entendre très proche de sa position, il quitta immédiatement son couvert et se retrouva avec une arme braqué sur son visage, autant dire que là pour lui le temps sembla s’arrêter, il ne voyait plus que le canon de cette arme et le visage infect de l’homme qui le tenait en joue avec ses dents en or facilement repérable vu le grand sourire qu’il affichait. C’était pour Eversman, il déglutit difficilement attendant la balle qui l’enverrait retrouver ses ancêtres mais au lieu de cela l’ennemi fut projeté violemment sur le mur, Matt en profitant pour se remettre à couvert cherchant son sauveur des yeux qui n’était autre que M’zel qui se positionna à ses cotés canardant les positions ennemis tout en le prévenant que les autres étaient dans de sales draps aussi. Un regard échangé entre les trois hommes suffit pour que tous quittent leur position au même moment, Eversman tira une balle qui alla se ficher dans la gorge d’un Fils de Svarog qui chargeait vers eux tandis qu’une autre alla se planter à la place du nez chez un autre ennemi, il visa un autre mais son Desert Eagle n’avait plus de munitions et il le balança au sol pour se remettre à couvert tout en apercevant M’zel se faire éjecter touché par plusieurs tirs, le bas du corps en sang. Son regard s’arrêta sur le petit objet circulaire qui sortit de l’armure de celui roulant sur le sol, il ne lâcha pas des yeux reconnaissant une grenade, c’était leur dernier espoir.

Le Ranger se rua sur celle-ci en se jetant avant de se replacer contre ce pilier maintenant en bien piteux état, il lâcha son pistolet au sol pour ne pas être géné avant d’hurler en direction de Narah.


« TIR DE COUVERTURE MAINTENANT !! »

La seconde d’après, il sortit de sa cachette, la diversion offerte par Menshu lui permit de repérer le sarcophage qui était dressé derrière le mur d’ennemis, il était temps de montrer que ses années de football dans son équipe du Lycée avaient servis à quelque chose, il dégoupilla la grenade et il la lança de toutes ses forces priant pour atteindre sa cible mais à peine avait il lâché la grenade qu’un tir le toucha au niveau de l’articulation de l’épaule droite et du haut de son bras. L’impact le fit basculer en arrière tandis qu’une douleur intense se faisait ressentir, le jeune homme plaqua une main sur sa blessure lâchant quelques jurons pour tenter de contenir la douleur mais cela avait eu raison de lui. Il allait se laisser couler par la vague ayant tout donné pour cette mission, il n’avait plus la force pour se relever tentant de percevoir des sons notamment le hurlement provenant de Cyrius avant qu’une explosion fracassante se fasse entendre et le souffle de celle-ci le projeta contre le pilier de malheur qui avait déjà bien souffert après les multiples impacts et il retomba face contre terre, sonné mais toujours vivant. Il lui fallut une bonne minute avant de revenir à lui-même, grognant contre la douleur qui était toujours vive ce qui lui fit ouvrir les yeux mais il les referma immédiatement tournant la tête de l’autre coté comme une personne souhaitant se rendormir en changeant de position mais cela ne calma pas les multiples signaux provenant de son membre droit pour l’avertir de son sale état.
Il entendit vaguement les paroles de son interlocuteur mais il ne pouvait ignorer le contact sur son épaule et il lui fallut quelques secondes supplémentaires pour qu’il ne relève les yeux apercevant deux silhouettes en train de combattre, sa vision était floutée et des bourdonnements assez chiants ne voulaient pas s’arrêter, il demanda vaguement si en se rendormant cela n’irait pas mieux mais la vive douleur le ramena à la réalité. Au moins cela avait eu pour effet de le sortir complètement de son délire, le Ranger resta au sol tandis qu’une voix qu’il ne connaissait que trop bien comme étant celle du Sergent instructeur qui l’avait entrainé et martyrisé.


* Allez Soldat… Lève-toi… *
* Non… Je n’en peux plus… *
* Il est temps de rentrer maintenant… Lève-toi… *

Rentrer ? Ce mot fit tilt dans l’esprit d’Eversman, il désirait plus que tout rentrer sur sa planète, rien que le fait de revoir la salle d’embarquement lui ferait même plaisir voir même un séjour à l’infirmerie. Lentement Matt bascula sur le coté poussant avec son bras indemne pour se mettre en position assise, il fit un dernier effort pour se remettre sur ses pieds, sa tête lui tournait et il dut s’appuyer contre ce fameux pilier pour ne pas se retrouver de nouveau au sol. Le jeune homme jeta un coup d’œil rapide à son bras, il aurait d’ailleurs mieux fait de ne pas regarder du tout car c’était loin d’être beau et cela fit disparaître les dernières couleurs de son visage, il avait l’impression d’avoir du haché particulièrement saignant à la place maintenant. A cette pensée, le Ranger s’appuya de son dos sur la pierre, sa vision redevenait floue alors qu’elle s’était améliorée ses dernières minutes et il fallut qu’un cri aigu le sorte de là.
Une jeune femme se tenait maintenant au sol, il ne l’avait encore jamais vu mais Narah semblait être proche d’elle ce qu’il ne comprenait pas vraiment vu qu’elle n’était pas terrienne mais c’était le dernier de ses soucis. Comme pour se rassurer que tout n’avait pas été vain, Matt jeta un regard vers ce qui pouvait rester du sarcophage, c'est-à-dire plus grand-chose, des tas de corps plus ou moins mutilés étaient éparpillés autour au moins la mission était accomplie mais à quel prix… Le Colonel s’efforça de porter la demoiselle mais Eversman ne chercha pas à comprendre, il restait silencieux suivant celui-ci tout en tentant d’aider le rebelle Jaffa à avancer mais il n’était pas un très bon soutien, il avait déjà beaucoup de mal à enchainer seul les pas.
Les Terriens ne prenaient même plus la peine de surveiller les alentours, tout était silencieux qu’ils avaient la nette impression d’être les seuls en vie mais personne n’osait le dire à haute voix car cela condamnait les autres membres de l’équipe. Eversman avançait les yeux rivés sur le sol, il suivait sans prendre aucune précaution, ne pensant plus qu’aux multiples heures de repos qu’il allait pouvoir prendre au SGC. Il avait maintenant perdu toute notion de temps alignant pas après pas, son bras indemne maintenant immobile l’autre plaqué le long du corps, il finit par passer une dernière porte manquant de peu de foncer sur le Lieutenant Colonel qui avait marqué un arrêt sans l’avertir, il releva alors la tête pour comprendre le pourquoi de cet arrêt et aperçut alors Redfield et les autres. Un sourire apparut sur son visage, il s’avança directement ver ses amis ne pouvant s’empêcher de donner une accolade rapide à Chris, content de le savoir en vie avant de parler.


« Content de voir que vous vous en êtes sortis les mecs… Quand à Cyrius, il nourrit les asticots maintenant après avoir explosé en de nombreux morceaux grâce à mon magnifique lancé… Et le Colonel a promis de nous offrir une tournée une fois au SGC. »

Bien sur pour la fin, il venait de l’inventer mais bon il ne put s’empêcher de se tourner vers le supérieur espérant qu’il accepterait de le faire. L’équipe se mit en route, Eversman resta plus ou moins silencieux gardant son souffle pour aligner un nouveau pas, il avait pris appui sur son pote histoire de tenir jusqu’à la porte qui fut enfin visible après un bon moment. Il n’en pouvait plus et ne pensait plus qu’à son lit si confortable à ses yeux, Narah dit quelques mots mais cela ne réconforta pas le Soldat pour lui, cette mission avait beau avoir atteint son objectif, elle restait un échec à ses yeux. Beaucoup étaient tombés ou avaient été touchés mais l’équipe était au complet, c’était le principal.
Le jeune homme passa le vortex avec son ami qu’il ne comptait plus lâcher car si Claire Redfield apprenait que son frère avait passé l’arme à gauche, il risquait de passer un sale moment et son frère aussi. O’neill était là pour les accueillir, sa présence était plaisante à voir, ils étaient revenus chez eux mais il ne fallait pas compter sur Eversman pour faire son rapport ou même répondre à quelques questions, il le ferait mais pas maintenant… L’équipe médicale se précipita vers eux notamment sur Kaiger qui était vraiment dans un sale état l’évacuant au plus vite avant de s’occuper des différents membres pour faire un rapide pronostic avant de les évacuer les uns après les autres direction l’infirmerie, même Matt consentit à s’asseoir sur un des brancards ce qui était un miracle en soit et montrer à quel point cette mission l’avait usée.

Quelque temps plus tard, l’équipe fut de nouveau réunie pour assister au départ de M’zel qui était dorénavant complètement rétabli et prêt à combattre les Goa’uld. Matt n’oublierait pas cet allié de choix, ils avaient vécu l’enfer ensemble et au moins maintenant il savait que parmi les alliés de la Terre, il y avait une personne en qui il pouvait avoir entièrement confiance comme en chacun des membres de cette équipe.


HJ : Jackouille, cette Mj était énorme ;-) !! Un bon 19/20, tu le mérites largement !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://poudnoir.goodforum.net/index.htm
James Reeves
----------------
avatar
----------------
Soldat de 2nde classe
----------------


Nombre de messages : 203

Arrivé au SGC : 18/02/2010

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
24/80  (24/80)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Jeu 13 Mai - 21:56

Le groupe de terriens et leur alliés avait fabriqué une barricade avec tout ce qu'ils avaient trouvés. Les Fils de Svarog s'étaient, regroupé pour attaquer, ils étaient beaucoup plus nombreux qu'eux et ils avaient une chose...La rage. Eux n'avaient que leur volonté de résister quoiqu'il arrive. Alors que leur ennemis fonçait, M'Zel fit un discours d'encouragement qui galvanisa les terriens. Puis il posa une main sur l'épaule de James. Cette mains ferme de guerrier aguerris avait donné du courage a James. Puis l'impact arriva, les Fils de Svarog se ruèrent sur la muraille. James éliminait d'un balle dans la tete chaque ennemis qui passaient la barricade. Le soldat avait laissé place a un guerrier, qui luttait pour sa survie et qui ne voulait rien lacher.

« Allez allez on ne lache rien! On les repousse!! »

Puis son chargeur fut vidé. Il frappa un Fils de Svarog avec sa crosse. Son nez fut écrasé et son ennemis s'effondra a terre. Puis il utilisa le couteau qu'il avait mis a sa ceinture. Il esquiva un coup d'épée et riposta par un coup de pied dans le buste de son assaillant. Puis il enfonça le couteau dans sa gorge. Son visage fut encore plein de sang. Alors qu'il allait retirer son couteau, un fils de Svarog l'attaqua avec son épée. Il utilisa le corps qu'il avait dans les mains pour se protéger. La lame trouva le corps d'un des camarade de l'assaillant. Ce qui permit a James de ramasser une hache par terre et de lui couper la tete. Le sang recouvrait son corps. Il jeta un coup d'œil autour de lui et ne vit plus ses coéquipiers. Il étaient morts ou ils s'était replié. L'écossais restait au milieu du carnage avec les rebelles. Il tranchait tout ce qui passait. Après avoir planté sa hache dans la poitrine d'un Jaffa. Un coup d'épée lui entailla le bras. Il jura en anglais et il sauta sur son adversaire, il lui brisa le crâne avec un rocher. Il se releva. Il devaient être a peine une cinquantaine et toujours aucune trace de son équipe. Il avait une épée a la main et tranchait tout ce qui passait sous son regard. Il eu plusieurs entailles aux bras. Il coupa un bras un a fils de Svarog qui tomba et hurla de douleur. Pour le faire taire il lui donna un grand coup de pied dans le visage. Il reçu un coup de poing qui le fit tomber a terre. Un jaffa lui sauta de dessus et se mis a le bombarder de coups de poings. Puis tout cessa, le jaffa lui tomba dessus. James l'écarta et vit, Enox qui lui tendait le bras. Il se releva, et continua de se battre au coté d'Enox. Tous a coup, un des hommes d'Enox fut tué. Celui çi partit a l'assaut des assassins de son fils. James peinait a le suivre et a le proteger. Une fois ses fils vengé, Enox repartit a l'assaut des Fils de Svarog qui avaient tué ses hommes. James essaya de le suivre mais il y avait trop d'ennemis. James dut s'arreter de suivre Enox, il était aus prise avec deux Jaffa. Il sauta sur le premier et lui planta l'épée dans le ventre. Le deuxième s'approcha mais rencontra un couteau que James lui avait jeté dans la tête tout de suite après. Il se releva et n'eu le temps que de voir Enox se faire ensevelir et ecarteler par une paquet de Fils de Svarog. La colère monta chez James, il sauta dans le tas de soldats et taillada dans le tas. Le sang giclait de partout, il se voyait plus ses blessures, il coupait en tout sens. Un coup de pied l'envoya voler au loin. Un des hommes du défunt Enox l'aida a se relever. Ils formaient a présent un cercle, il étaient une vingtaine tout au plus. Et ils étaient de moins en moins. James continua a éliminer tout ce qui passait a coté de lui. Il avait abandonné son épée pour tout ce qu'il trouvait par terre. Il lança ainsi une hache en plein dans le torax d'un ennemis et se battait avec une sorte de glaive, qu'il tenait comme un commando. Il se battait aussi avec son corps et ses capacité au combat rapproché lui servait beaucoup. Il était fatigué mais il ne se reposait jamais, ses réfléxes avaient pris le dessus. Il ne réfléchissait plus, il se battait par instinct. Il se battaient dos a dos, comme des frères d'armes. James se sentait comme eux.

Il continua a se battre quand tout a coup une énorme éxplosion retentit. Tout le monde leva la tête. Puis tout les ennemis s'enfuirent, comme pris de panique. James élimina de rage tout ceux qui passait a coté de lui, ils ne se défendaient meme plus. Une fois les Fils de Svarog partis, James jeta un coup d'oeil autour de lui. Il était le seul débout. Ses mains tremblèrent, il lacha son arme et tomba a genou. Des larmes coulait le long de ses joues. Il n'avait jamais cru qu'il vivrait un tel massacre et qu'il serait le seul survivant.

Ses coéquipier avait disparus, M'Zel aussi et tout les enfants d'Enox sont morts ainsi qu'Enox lui meme.

Sous un tas de cadavres, James vit une main se lever. Il couru vers celle çi. Il enleva les cadavres et trouva M'Zel. Il le sortit. Il était gravement bléssé mais il pouvait parler. Celui çi lui indiqua le chemin ou était partit son équipe.

Il le souleva et s'avança péniblement dans les couloirs. Il arriva enfin dans une salle. Il était tous réunis. Et tous étaient fatigué et bien esquintés.

Le Colonel donna l'ordre de rentrer et James souffla. Arrivé près de la porte, il planta l'épée qu'il avait prise et arracha un bout de ses vetement qui n'était pas souillé. Il inscrivit avec son sang :

Liberty or Death.

Meme si ce n'était pas lisible, James avait mis ça en hommage a Enox et ses fils, morts pour les hommes de son équipe.

Il jeta un dernier coup d'oeil sur la planète, une larme coula sur sa joue. Il traversa.

Arrivé au SGC, il salua le Général qui était présent et s'asseya par terre. Le regard vide en attendant, que l'équipe de secours n'arrive.
Tout était fini...Il était chez lui. Le sang coulait toujours sur son visage. James se releva lorsqu'un medecin arriva et se laisse examiner.
Ils se sentaient beaucoup plus proche de son équipe. Il étaient dévenu des frères d'armes.
Lors du départ de M'Zel, il s'approcha de lui et lui sourit :


« Bon voyage. »

[Hors Rp: Pour moi c'était une première mission plus que parfaite. Bravo a Jack et aux autre! Smile J'ai encore des progrès a faire mdrr' ]
Revenir en haut Aller en bas
Paul Kaïger
----------------
avatar
----------------
Capitaine
----------------


Nombre de messages : 304

Arrivé au SGC : 12/05/2007

Age du Joueur : 31


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 43 ans
Profession:
๏ Expérience:
1031/3200  (1031/3200)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Mer 19 Mai - 13:54

Sur la place, les premiers combats avaient cessé. Mais des renforts ennemis allaient arriver d'ici peu, la situation était plutôt tendu. Sur les marches menant au palais, les prisonniers avaient mis en place une ligne de barricades constituée d’objets venant de l’intérieur du bâtiment : planche, table, siège, tonneaux et sac… Même le chaudron y était, posé au dessus d’une table. Ils avaient élevés un mur de défense dans un laps de temps limité et les terriens purent se replier derrière ces barricades de fortunes. L'ennemi s’était regroupée et arrêtée à une centaine de mètres de là. Visiblement, ils essayaient de mettre en oeuvre un plan pour éviter que les terriens puissent fuir. Face à une telle armée, aucun doute que la résistance ne fera pas le poid, mais des minutes précieuses seraient nécessaires pour permettre au Lieutenant-Colonel de neutraliser Cyrius. L'ennemi n'arrêtait pas de bouger, se positionna petit à petit tandis que le Capitaine reprenait des forces malgré ses blessures. Il espérait pouvoir tenir assez de temps que possible mais c'était assez dur pour lui. Il avait déjà vaillamment combattu et ses forces commençait à se faire rare. Paul croise le regard du jaffa rebel avant que le cor ennemi sonna. La place fut secouée par la charge des Fils de Svarog, qui alla se fondre sur les barricades comme une vague passant au dessus d’un terrain rocheux. Kaïger fit immédiatement feu sur l'ennemi avec un zat trouvé au sol. Les corps étaient meurtris par les projectiles, brisés lors de leur chute entre les barricades, pour ensuite finir piétinés par la ligne de combattant suivante. Le combat était féroce et brutal. Le sang commença à remplir la place qui devenait de plus en plus rouge. Kaiger se retourna lorsqu’il repéra de mouvement à l’intérieur du palais : ils étaient en train de se faire contourner.

Il fallait réagir pour éviter d'être prit à revers. Alors Paul se leva pour quitter sa position et se placer contre un petit muret. Plusieurs combattants ennemis passèrent la porte et le Capitaine usa de ses dernières forces pour se jeter sur eux, se battant à mains nues sur les marches devant l’entrée. Paul n'avait pu compter le nombre exacte, il s'était mis juste en tête de neutraliser ses ennemis. Le jaffa rebel vint aider le terrien mais seulement un temps. Le jaffa quitta l'endroit pour pénétrer dans le bâtiment, laissant Kaïger seul contre tous...


*Enfoiré de jaffa.*


Paul devait faire face à plusieurs ennemi et malgré sa force physique, il se sentait bien incapable de tous les neutraliser. Cependant, il se jeta dans la bataille. Le militaire avait ramasser une arme blanche trainant par terre. Il frappa le premier ennemi avec qui tenu sur le coup. Deux autres arrivèrent sur son flanc gauche. Le Capitaine stoppa leur coups avec l'arme avant d'arracher un bras à celui de droite puis se fut une jambe à celui de gauche. Les deux se retrouvèrent au sol dans leur sang et incapable désormais de se battre. Mais la situation commençait à devenir critique et les barricades allaient bientôt céder.

Désormais, la plupart des Fils de Svarog occupaient la place maintenant. Tandis que Kaïger se battait avec férocité, il sentit qu'on le prit par le bras. Paul allait mettre un coup mais il vit qu'il s'agissait de Redfield qui l'emmenait ailleurs car l'endroit devenait trop dangereux désormais. Le Capitaine avait de multiples blessures et deux balles ennemies vinrent lui traverser la cuisse et le triceps avant qu’il ne fut passé la porte. Cela commençait à faire beaucoup, trop même pour l'homme qui venait de subir pas mal de blessure. Son corps était meurtri par les blessures et la torture subit et rester conscient commençait à lui devenir pénible. Soudain, un bruit fraccassant se fit entendre dans le palais. Kaïger avait du mal à rester éveiller pour comprendre quoique ce soit.

La nuit aurait pu paraître fraiche et calme. Encore fallait-il ne pas être dans le palais pour le voir. La chaleur des combats et la puissance de la bataille avait secoué les lieux. L’endroit était devenu un enfer qu’il était bon de quitter. Ainsi, Chris fut le premier dehors avec Kaiger. Mais le pauvre Capitaine ne pu éviter de s'évanouir en voyant le combat terminé désormais.

Paul se retrouvait dans un endroit particulier, il se trouvait en face de chez lui il y a bien des années. C'était sa maison dans laquelle il vivait auparavant. Cependant, l'endroit était désert ainsi que les rues. Des ordures ainsi que des vêtement abandonné se trouvaient éparpillé par terre. Il avait l'impression que l'endroit avait été évacué par ses habitants, exactement quand les réplicateurs de son monde prenait de plus en plus de pouvoir. Finalement, quelqu'un apparut derrière lui. La personne se trouvait au milieu de la route habillé d'une chemise cravate, avec un pantalon noir...


-Papa ?! Se demanda Paul.
-Bonjours Paul. Répondit l'homme.

Cela était incompréhensible pour le militaire. Son père était mort il y a bien longtemps et comment pouvait il se trouvait en face de lui en ce moment. D'ailleurs, comment le Capitaine pouvait se trouver ici même alors qu'il combattait sur une autre planète dans un autre monde. L'homme se rapprocha de Paul qui ne bougea pas d'un poil, ne comprenant pas la situation. Voyant aucune réaction de son fils, le père continua de parler.

-Alors mon fils, on ne salue pas son propre père ?
-Mais... tu es censé être mort et moi pas ici.
-Tu as raison, nous sommes simplement dans ton imagination actuellement.
-Comment est ce possible ? Je veux dire, comment je peux te parler à travers mon imagination.
-Ton corps à subit beaucoup de dégâts mon fils. De plus, tu as perdu beaucoup de sang et ton cerveau commençait à en manquer.
-Alors par conséquent, je perds la boule.
-Voilà, tu as tout comprit.
-Et pourquoi toi en particulier. Pourquoi pas maman ou bien mon fils ?
-Parce que tu as jugé que j'étais la personne la plus sage pour venir t'avertir...
-M'avertir de quoi ?
-Ne me coupe pas la parole s'il te plait... Donc, je suis venu t'avertir du danger qu'il te guette. Avec toutes ses blessures que tu as reçut dans ta vie, ton cerveau commence à déraillé et tu va... avoir des hallucinations.
-Du genre ?
-Tu verra des gens morts autour de toi.
-... Comme dans le films "Sixième sens" ?
-En quelque sortes oui. Elles auront l'air réelle et tu devras les esquiver pour éviter de passer pour un fou.
-Comment veux tu que je fasse ?
-A toi de trouver mon fils.
Dit l'homme qui commence à partir.
-Attends !!! Comment je suis censé différencier le vrai du faux ?!... PAPA... Comment !!!

Son père marchait au loin et pour une raison inconnu, Paul ne pouvait le suivre. Il se sentit étrangement attiré vers le sol, comme dans des sable mouvants pour soudainement, se retrouver dans un lit d'hôpital. Paul aurait reconnu le lieu entre mille, il avait passé beaucoup trop de temps dans cet endroit maudit. Il semblait être cloué au lit quand une infirmière vint le voir...

-Bonjours Capitaine, vous vous êtes enfin réveillé.
-Qu'est...ce... Il m'arrive...
-Reposez vous Capitaine, vous en avez besoin.


Paul écouta l'infirmière, faire le moindre juste était un effort considérable pour lui en ce moment. Il pausa sa tête confortablement contre son oreiller. Il allait pouvoir se reposer et réfléchir à tous ce qu'il vient de se passer. Surtout le moment dans laquelle il se trouvait dans son imagination visiblement. Son père était venu le prévenir qu'il allait commençait à perdre la boule. Paul ne pouvait pas croire cela, il a subit tellement de choc psychologique qu'il était impossible pour lui de devenir aussi timbré...

-Bonjours Capitaine ? Vous allez bien.

Le Capitaine reconnu cette voix. Les yeux grands ouverts, Paul ne pouvait croire ce qu'il venait d'entendre. Il pivota la tête doucement vers la droite, pour être sûr de ne pas se tromper. Finalement, il ne s'était pas trompé, il avait devant lui le Sergent Tinann Gallagher assit sur un lit d'hôpital...


-Cela faisait longtemps n'est ce pas ?

Paul dut se résoudre, il commençait à devenir schizophrène.


[HRP : Je te mets un 18/20. Bonne mission voilà.]
Revenir en haut Aller en bas
Chris Redfield
----------------
avatar
----------------
Caporal
----------------


Nombre de messages : 2095

Arrivé au SGC : 12/02/2009

Age du Joueur : 35


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge:
Profession:
๏ Expérience:
115/3200  (115/3200)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Jeu 20 Mai - 18:37

Même si les tirs se faisaient moins importants en nombre, la confusion et la cohue régnaient toujours en maître sur la place principale du Temple. Le calme avant la tempête, c’était toujours les pensées qui occupaient la tête du soldat Redfield lorsque de précieuses minutes de répit s’offrait à lui ainsi qu’à tous ses alliés. Gagner du temps, retenir le plus possible d’ennemis ici afin de permettre une bonne couverture à Menchu et Matt tout en protégeant leurs arrières. Les objectifs étaient simples mais ils devaient tenir jusqu’au bout. Le jeune homme ressentit comme une nouvelle montée d’angoisse lorsque des Fils de Svarog se mirent à surgir de toute part. Il avait espéré profondément une plus longue quiétude mais sa dose de prières avait du atteindre son apogée lorsqu’il avait été ramené à la vie.

Son regard perçant d’ancien tireur d’élite se posa sur un abri de fortune composé de divers gravats de bois comprenant chaises, tables et autres accessoires susceptibles de les mettre hors de portée de tirs durant de précieuses secondes. Tout en rampant, Chris se dirigea vers les marches du palais vers les barricades improvisées. Dangereuse manœuvre mais il n’avait pas vraiment le choix d’ailleurs il sentit plusieurs salves mortelles de tirs siffler au-dessus de ses oreilles à plusieurs reprise. Derrière, l’ennemi se mettait en position prêt à faire feu au moment adéquat. Chris profita de ce court intermède pour recharger son sig dont le chargeur flirtait actuellement dangereusement dans la zone rouge. Avec moins de dix balles, le militaire doutait de son efficacité. Par chance, son fidèle couteau de combat lui comprimait toujours la jambe gauche. Ce n’était pas encore la fin, Chris était le genre d’homme à se battre jusqu’à son dernier souffle. De la peur, il savait en infliger. Les guerriers de Svarog finiraient par en goûter.
A ses côtés, Martouf et le Jaffa rebelle semblaient être en plein discours. De quoi donner un peu de baume au cœur, certes, mais pas très utile en cas de conflit immédiat. Chris savait ce qu’était que d’encourager les siens à se battre, il l’avait fait toute sa vie. Après leur avoir lancé un bref sourire, il ne put s’empêcher de mettre son grain de sel.


« - Soit mais tâchez de ne pas vous noyez dans ce fleuve, j’ai encore besoin de vous ici. »

Il répondit à l’encouragement de M’Zel par une poigne virile. Ces petits moments de confiance mutuelle pouvait à tout moment changer l’issu d’un combat. Chris regarda brièvement la recrue Reeves agenouillé à ses côtés, encore un qui se battrait jusqu’au bout. C’était son rôle de couvrir un petit jeune, le première classe n’en démordrait pas.

Le militaire sentit ses tripes se nouer au moment où le cor ennemi, puissant et inquiétant, se faisait entendre. Résister et résister encore… C’était son seul et unique but. Les seuls qui pouvaient les tirer de cette impasse c’étaient le Colonel et Matt alors autant leur faciliter la tâche afin qu’ils reviennent au plus vite leur porter main forte. Vaillamment, Chris tira le sig de sa poche, usant de ses dernières munitions. Des balles précises, salvatrices, dont chaque impact était synonyme de mort chez le camp adverse. Les Terriens étaient de loin les meilleurs tireurs mais le manque d’armes et le sous-nombre finiraient par avoir leur peau d’un moment à l’autre. Kaiger venait de quitter sa position, le militaire lui jeta un regard d’incompréhension au départ mais comprenait que l’ennemi les prenait à revers, il n’ajouta rien tout en continuant à lutter avec la force du désespoir. Un clic trop familier résonna à ses oreilles malgré la cohue générale, Chris sentit son propre sang se glacer d’effroi. Plus de munitions…


*- Merde ! *

Le jeune homme ne resta pas sans rien faire pour autant, bien au contraire. Il tira son couteau de combat hors de son holter toujours fixé à sa cuisse. Se jetant sur un premier ennemi, il fit pleuvoir une pluie de sang en lui enfonçant sa lame directement dans le crâne. Ce dernier hurla de douleur avant de se tordre par terre, pris de violentes convulsions. Sous les assauts combinés des fils de Svarog, les barricades cédaient les unes après les autres, mettant désormais les Terriens à nu. Chris se retourna vivement, cherchant un allié potentiel pour doubler l’efficacité de leurs attaques. Martouf étant le plus proche de lui, il le rejoignit après avoir enjambé l’homme en armure rouge qu’il venait de liquider. Vif comme l’éclair, Chris égorgea un nouveau soldat ennemi à l’aide de la lame acérée de son couteau. Un autre adversaire tomba également, recevant cette fois-ci un coup de poignard dans le cœur. Ses yeux rencontrèrent presque instinctivement l’entrée du bâtiment, c’était leur seule chance possible désormais. Il décrocha un violent coup de pied en pleine mâchoire d’un ennemi un peu trop entreprenant avant de saisir le Capitaine Kaïger qu’il venait de rejoindre par le bras.


« - Venez, Capitaine. »

Malheureusement, le jeune homme avait réagi un peu trop tardivement et le second responsable de l’opération fut en proie à de nouvelles blessures par balle. Le soldat força l’allure en entraînant le haut gradé avec lui. Trop d’hommes ne verraient déjà plus le soleil se coucher alors autant arrêter cette hécatombe de suite.

« - Saloperie ! »
Ne put-il s’empêcher de gronder une fois hors de portée des tirs. Lorsqu’une formidable explosion détonna au cœur même du Palais, Chris dut s’accrocher au mur le plus proche afin de ne pas perde perdre l’équilibre. Un terrible pressentiment l’envahi et si les autres n’avaient pas pu quitter la pièce à temps ? De tout cœur, le jeune homme espérait qu’ils s’en soient tous sortis, il avait eu sa dose en émotions pour aujourd’hui.

« - Qu’il crève, cette raclure de Jaffa ! »

A l’extérieur, le jour avait laissé place aux premières lueurs du crépuscule. Tout semblait si calme d’un seul coup, s’en était presque devenu tentant de quitter les lieux. Restant sur ses gardes, le militaire se résolut à franchir l’enceinte du Palais abandonné. Il soutenait toujours le Capitaine affaibli. Il jeta un bref regard en arrière, le Tok’Ra Martouf était toujours présent. Il poussa un soupir de soulagement en constatant l’arrivée de Narah et d’Eversman. La recrue Reeves manquait toutefois à l’appel ainsi que le Jaffa rebelle. Malgré ce qu’il ressentait pour les deux disparus, Chris ne pu s’empêcher d’esquisser un sourire satisfait après avoir entendu les derniers propos de son frère d’armes.

« - Bien joué, mon vieux. Mais ne t’avance pas trop avec l’apéro. »

Le jeune homme s’imaginait mal prendre des cocktails alcoolisés avec cette équipe de bras cassés. Quoi que… Ils avaient survécu donc rien n’était impossible. Cette mission lui rappelait étrangement l’enfer de Nebek à croire que toues les missions du SGC étaient faites pour se suivre et pour se ressembler. Mais d’un autre côté, tout était si imprévisible, c’était ça qu’il aimait le plus dans son boulot. Imprévisible oui car la recrue James Reeves et le rebelle Jaffa venaient de rejoindre les rangs. Ils étaient désormais au complet sauf le second Tok’Ra bien sûr. Sentant que le calvaire était désormais terminé pour cette fois, Chris s’était approché de Martouf, lui chuchotant deux ou trois mots au passage.


« - Je suis vraiment désolé pour Telmat. »

Pour une fois, le trajet s’était déroulé sans encombre. Au loin, il lui semblait entendre des hurlements de rage de soldats déchaînés mais peut-être que le première classe rêvait éveillé tout simplement. Rien de plus normal après un tel massacre que d’avoir la sensation de percevoir des cris. Chris se plaça devant le DHD où il se hâta d’entrer les coordonnées de la Terre après avoir envoyé le code d’identification à Walter. Etant l’un des moins blessés du groupe, il franchit la Porte des Etoiles en dernier dans le sillage de son ami Matt. Quelques millièmes de secondes plus tard, il atterrissait brutalement sur la rampe d’accès de la base de Cheyenne Moutain. D’entré de jeu, le Général leur demanda si leur mission était une réussite. L’œil morne, Chris ne répondit rien, encore trop éprouvé et trop triste par les derniers événements. La Mort des amis et la sienne, la violence, la torture, le massacre. C’était vraiment trop difficile à encaisser même pour un homme aussi résistant psychologiquement que lui. Même les deux infirmières qui s’étaient précipitées sur lui ne tirèrent aucune expression de son visage. Il avait vraiment autre chose à penser pour cette fois. Il fronça les sourcils lorsqu’il fut contraint de rejoindre l’infirmerie mais avec un ordre médical, le militaire n’avait guère le choix. Son poignet cassé ainsi que ses nombreuses cicatrices au niveau des épaules et du torse reçurent un traitement de faveur. Mais comme d’habitude pour un militaire aguerri tel que Chris Redfield, les blessures les pires étaient loin d’être physiques. A l’intérieur, son cœur le faisait toujours atrocement souffrir, symptôme qu’il savait très bien démontrer en gardant un profond silence pendant de nombreuses heures.

Il se passa quelques longues journées avant que Chris ne soit convoqué en salle d’embarquement, se demandant bien qui pouvait bien vouloir le faire repartir aussi vite. Mais c’était simplement le Jaffa rebelle qui avait souhaité leur dire au revoir en leur adressant un dernier hommage. Un allié, plus que ça même, un ami sur qui le SGC pouvait désormais compter et c’était parfaitement réciproque, du moins pour Chris lui-même. Le Jaffa libre se tourna une dernière fois vers les membres enrubannés de la base américaine, avant de franchir l’antre bleuâtre formée par la Porte. Un nouveau sourire s’afficha sur les lèvres après les derniers mots de M’Zel.

« - Tu l’as dit, mec. Tu l’as dit. »
Murmura-t-il d’une voix à peine perceptible pour l’oreille d’autrui. C’était terminé, du moins pour cette fois.

HJ : Au risque de récapépète j'ai bien aimé la mission comment le dire autrement xD. Je sais que t'as pris un malin plaisir à massacrer mon perso et à le tuer lol. Enfin j'ai adoré me torturer moi-même je dois avoir un côté maso sur les bords ou alors quelqu'un a du déteindre sur moi. Bref MJ bien bourrine, parfait pour Chris qui est un gros basonneur. Je me suis amusée tout du long. Déso pour le temps mis mais le temps en ce moment. On recolle une autre branlée à Svarog quand tu veux :p. Allez je te mets 18.
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13736

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 25


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   Sam 22 Mai - 22:10

MJ 4 – by Jack : « No Skill for the Mad Men »

Notes de la mission :


Menchu Narah : Tu as été un pilier pour cette MJ où encore une fois t’a su répondre à temps et guider ton équipe jusqu’au bout. Ca a été un plaisir de jouer avec toi, je n’ai jamais été déçu de tes posts =) Continue comme ça mon grand ! :p

1] Orthographe / Conjugaison / Structure des posts : 9 Points d’XP/ 8

2] Cohérence dans les Posts : 4 Points d’XP/ 3

3] Respect des Règles de RP, de l’Intrigue Générale et des écrits du MJ : 4 Points d’XP/ 4

4] Présence et Participation dans l’ensemble du RP : 3 Points d’XP/ 3

Note : 18/20


Paul Kaiger : Un Rp « made in Kaiger » avec un langage familier vraiment génial qui t’es propre. Quelques fautes d’ortho par-ci par là et un ou deux post manqués, mis à part ça tu as géré =) J’ai été méchant avec toi, tu auras été mon souffre douleur, mais tu avais le profil pour l’être et tu t’en es bien sorti Rolling Eyes Et pour finir j’ai bien kiffé la partie onirique des tes messages.

1] Orthographe / Conjugaison / Structure des posts : 9 Points d’XP/ 6

2] Cohérence dans les Posts : 4 Points d’XP/ 3

3] Respect des Règles de RP, de l’Intrigue Générale et des écrits du MJ (Si vous respectez convenablement les Règles de RP, l’Intrigue Générale du Forum et le(s) post(s) précédent(s) du MJ, la note sera bonne) : 4 Points d’XP/ 3

4] Présence et Participation dans l’ensemble du RP (Si vous décrochez de l'Intrigue en cours de route ou loupez quelque postes, vous aurez des points en moins, et vice versa si vous êtes présent du début à la fin) : 3 Points d’XP/ 2

Note : 14/20


James Reeves : Le petit nouveau du groupe, ça n’a pas du être toujours simple pour toi lol ! Fallait suivre un rythme assez important pour ta première mission, avec des pavés comme rp, je suis désolé pour cette souffrance :p Bon si ce n’est encore un rp un peu instable (pense à te relire et aussi à relire mes post pour pas louper d’infos), à part ça t’a su tirer ton épingle du jeu en apportant ta petite touche de douceur dans ce monde de brute (même si le coup du viol dans la prison t’a un peu rendu violent mais c’était fais exprès lol). GG et peut être à une prochaine fois mec Smile

1] Orthographe / Conjugaison / Structure des posts : 9 Points d’XP/ 5

2] Cohérence dans les Posts : 4 Points d’XP/ 3

3] Respect des Règles de RP, de l’Intrigue Générale et des écrits du MJ : 4 Points d’XP/ 2

4] Présence et Participation dans l’ensemble du RP : 3 Points d’XP/ 3

Note : 13/20


Matt Eversman : Mon grand gaillard ! Tu n’es pas mort, enfin j’ai du te ressusciter sinon ça allait être sujet à polémique et à scandale :p Bref ma stratégie pour avoir Claire pour moi tout seul aura échouée… :’( Tu es une valeur sûre du Rp et comme à chaque fois dans mes Mjs, tu ne me déçois pas et tu réponds toujours assez rapidement, même quand t’es parti en vac’ t’a posté. Bref un grand GG pour toi l’ami.

1] Orthographe / Conjugaison / Structure des posts : 9 Points d’XP/ 8

2] Cohérence dans les Posts : 4 Points d’XP/ 3

3] Respect des Règles de RP, de l’Intrigue Générale et des écrits du MJ : 4 Points d’XP/ 4

4] Présence et Participation dans l’ensemble du RP : 3 Points d’XP/ 3

Note : 18/20


Chris Redfield : Que dire ? Ah oui ! Je sais… Tout le monde le sait.
Une écriture digne d’un bon roman : fluide, net et précis, qu’on lit sans avoir le besoin de s’arrêter, avec des mots et des expressions faisant naitre des frissons au sein de mon… oui bon bref… J’ai longuement hésité sur la note. Et puis c’est ton dernier post qui m’aura enfin inspiré. Chris Redfield est finalement quelqu’un d’autre qu’un simple coureur de jupon… c’est un très bon rôle playeur ! Bon, maintenant, fini la lèche et va parler à Claire pour moi loool :p


1] Orthographe / Conjugaison / Structure des posts : 9 Points d’XP/ 8

2] Cohérence dans les Posts : 4 Points d’XP/ 4

3] Respect des Règles de RP, de l’Intrigue Générale et des écrits du MJ : 4 Points d’XP/ 4

4] Présence et Participation dans l’ensemble du RP : 3 Points d’XP/ 3

Note : 19/20


Et voilà c’est définitivement terminé, je regrette presque de l’avoir fini si vite mais bon, avec le bac qui arrive c’est tant mieux Rolling Eyes J’ai passé un bon moment avec vous, les cow-boys des temps modernes, et n’oubliez pas que vous serez toujours en danger héhé… Pour Svarog, il ne s’agit que d’une (grosse) défaite ! :p Ahahahah vous le paierait Very Happy
Bon jeu tout le monde et vive MS ! Smile

PS: je laisse le sujet ouvert si vous voulez débattre, mettre vos impressions sur un moment précis ou poser des dernières questions concernant cette Mj ou quoi, je verrouille d'ici quelques jours. J'ajoute vos points XP ce soir.

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
----------------

----------------
----------------



MessageSujet: Re: Mission commando (Jack)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission commando (Jack)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mission Stargate ::  :: ~ Missions planétaires terminées ~-