Mission Stargate
Bonjour et bienvenue sur Mission Stargate, l'une des références des forums basés sur l'univers de la célèbre série Stargate SG-1 !

Inscrivez vous sans plus attendre en entrant un nom et prénom valides ! Créez ensuite la présentation de votre personnage (à l'aide de la fiche de présentation type) afin de commencer cette superbe aventure !

Délires, ambiance et émotions assurés sur Mission Stargate Wink
On vous attend !
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

๏ Le forum a 9 ans !! || Version 5.9 || Le Staff de Mission Stargate vous remercie de votre fidélité ! ๏


 

Partagez | 
 

 Intrigue IV : Repas et Dessin....[Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vertiga Calvario
----------------
avatar
----------------
Chercheur
----------------


Nombre de messages : 2202

Arrivé au SGC : 16/04/2008

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Chercheur, Archéologue, Linguistes
๏ Expérience:
341/500  (341/500)

MessageSujet: Intrigue IV : Repas et Dessin....[Libre]   Lun 16 Fév - 0:44

Depuis sa sortie du bureau de Jason, enfin du Général Turner, la jeune femme était partie prendre le petit paquet de feuille et les quelques crayons qu’elle avait demandé. Ils devaient partir, tous sans exceptions. Certes cela lui était si difficile, partir alors qu’ici elle pourrait redevenir la femme de Jason, resté près de lui, au creux de ses bras chaque soirs que dieu fait, écouler des minutes de tendresses de temps à autres. Goûtez a ses lèvres sans paraitre gênée, le touché, voir même lui parlé sans aucunement pensé aux autres. Rencontrez sa fille, lui parler, essayé d’établir un dialogue stable, une entente cordiale, faire en sorte de le rendre heureux.
L’une de ses mains glissa doucement dans sa chevelure sombre, la faisant miroiter tel un diamant devant l’éclairage du mess, la mythologue entra dans la salle sans ce souciées des regards qu’on lui porte, de toute manière elle n’a jamais fait attention aux regards des autres dans sa réalité, alors dans une autre…
Elle prend tranquillement un plateau et d’un geste rêveur elle pose ses feuilles dessus, puis elle pose son regard sombre sur les plats cherchant du regard quelques chose qui lui plairait, une main forte et bien grasse poussa vers elle une assiette remplie d’une salade de pommes de terre aux harengs. La jeune femme leva son nez vers le chef des cuisines qui lui adressa un sourire triste. Sa main se posa sur le rebord blanc de l’assiette puis elle la mit dans son plateau, lançant un sourire enjôleur voir joyeux au cuisiner, en signe de remerciement.


"Avec un café Madame Turner ?"

Madame Turner ? Le son de cette phrase résonna a ses oreilles comme un bourdonnement sourd, elle aurait voulu sourire avec joie, avec envie et bonheur, éclairant chaque parcelles d’ombre de ce monde…Un monde qui n’est pas le siens, elle eut tout de même un sourire…Mais un sourire triste.

"Oui sil vous plait…Merci han !"

Le cuisinier avait du percevoir la tristesse de son sourire et celle de sa voix, une voix qu’elle aurait voulue douce et apaisante, mais l’intonation ne vint pas, brisant les minuscules moments de lumière de la salle. Bizarrement la jeune femme eut l’impression que plus personne ne parlaient dans le mess, mais elle fit comme si elle n’avait rien remarqué. Prenant son plateau, elle alla vers une table, une table grande pour une femme seule, elle posa les feuilles sur le côté. Le côté gauche, elle est gauchère oui. Puis d’une main elle prend la fourchette et la plante avec nonchalance dans la pomme de terre, le portant a ses lèvres avec délicatesse, son autre mains a pris entre ses doigts fin le crayon gris, sur la feuille la jeune femme a commencé a dessiné, les formes incertaines et peut précise de la machine. Juste les contours au crayon, avec une finesse absolue, sans appuyez, prenant chaque morceau. Dessinant le contour avec sa mémoire et retranscrivant chaque morceau sur un bout de feuille dans une échelle plus petite.

Au fil des minutes, les feuilles étaient éparpillées sur la table, de telles manières à formé une sorte de cercle qui n’est pas fermé, autour de son plateau, une sorte de soleil levant blanc, ou quelques partie grisâtres colore un peu cet amont de papier blanchâtre. En revanche son assiette n’a pas vraiment bougé, seulement une ou deux fois la fourchette a piqué une pomme de terre. Le café a cessé de laissé échapper sa fumée blanche et odorante, au fond de la tasse le sucre a fondu mais ne sait pas diffuser dans la noirceur du nectar tant apprécié par la jeune femme, le chocolat qui trônait sur le rebord de la tasse n’a pas bougé non plus, légèrement fondu il a perdu tout son croquant.
L’une des mains de la jeune femme a laissé tomber la fourchette depuis un moment déjà, ayant pris une place clé dans sa position, sous son menton, tenant la tête de la jeune femme.
Le mess lui s’est vidé peut à peut de ses militaires grognon et de ses savants intellectuels. Le crissement qui brise le silence du mess est du au coup de crayons de la jeune femme, parfois un petit bruit s’y mêle, les verres ou autres plats en verre qui sont lavés, essuyés, voir remit à leurs place avec d’autre victuailles a l’intérieur. Mais Vertiga ne se rend pas compte de tout ce qui se passe, comme si une bulle invisible avait englobé la jeune femme, qui les yeux rivés sur sa feuille dessiné sans relâche, cherchant tout les détails tout était gris et peut clair, sans trop foncé elle jouer sur les tons et les détails en gros, la perspectives pour le moment n’était pas mise en valeur. Seule, elle ne voit et n’entend rien…
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13740

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Intrigue IV : Repas et Dessin....[Libre]   Mar 17 Fév - 19:56

« Pour le moment restez ici et si vous voulez vous déplacer, faites en part aux gardes à l'entrée pour qu'un homme vous escorte le temps que je fasse ma part. Officiellement vous êtes encore prisonnier. »

Jack se souvenait des paroles de Narah, ce qui fit naître un léger sourire sur son visage. Il n’avait même pas eu besoin de demander quoi que se soit pour qu’un garde le suive dans les couloirs. Même s’il était au SGC, il était un étranger et pouvait représenter un danger aux yeux de ceux qui ont toujours vécu ici.
O’Neill se sentait constamment surveillé par son gardien. Un jeune soldat portant d’horribles chaussures jaunes… Voilà bien une seule différence dans cette base que Jack avait trouvée. Sinon, le SGC n’avait pas changé.
A part ceux qui y travaillaient. Revoir d’anciens visages de frères d’armes le perturbait. Il ne s’agissait pas uniquement de Menchu, mais aussi de plusieurs autres officiers et sous-officiers qu’il avait rencontrés avant et qui avaient été tués ou mutés. Pourtant, ils étaient bien tous là en bonne santé. Jack reconnut des hommes comme Sharp, qui était caporal alors qu’avant il était Colonel, Adar qui était apparemment devenu scientifique, Vener qui n’avait plus sa longue moustache, puis Guts, Fisk… Il revoyait toutes leurs bouilles au fur et à mesure qu’il parcourait les couloirs du SGC et il avait l’impression d’être revenu dans le passé. Le Lieutenant Fisk, il l’avait bien connu. C’était un compagnon de l’Irak qui portait cette fois-ci l’uniforme de Major… O’Neill s’arrêta de marcher et attrapa son vieil ami pour engager la conversation.


« Eh Fisk ! Ca va mon… »

« Retirez vos mains, O’Neill ! » Réagit soudain l’homme en se dégageant de son emprise.

Jack se figea et le fixa dans les yeux, l'air surpris.

« Mon dieu, regardez-vous. Personne ne sait vraiment ce que vous êtes… »

Une expression de dégoût se lut sur le visage de Fisk. Ce dernier se retourna et continua sa route dans les couloirs d'une démarche pressée.
Jack le regarda partir et remarqua au même moment que tout ceux qu’il pouvait croiser dans les couloirs cherchaient en fait à l’éviter. Peu d’entre eux osaient jeter un coup d’œil sur le « Jack O’Neill bis », celui qui était revenu au SGC comme un imposteur…
Menchu lui avait prévenu que ce genre de réaction pouvait arriver. Il lui avait dit que des blessures trop ressentes pouvaient se rouvrir et visiblement, le personnel de cette base était encore plus méfiant envers l’équipe de O’Neill que l’avait été Narah pendant l’interrogatoire.
L’esprit torturé par de multiples questions, le Colonel se remit à marcher dans les couloirs, écoutant les jurons et les craintes qui pleuvaient dans sa direction et en esquivant parfois des coups de coudes venant de soldats paranos.
Plus il parcourait la base, plus Jack se rendait compte que son équipe n’était pas la bienvenue ici…


Arriva un moment où il fut au mess. Il avait déjà rempli son estomac à l’infirmerie mais O’Neill aurait pensé que ça aurait été une bonne idée de boire le café ici, avec les « autres » militaires. Mais vu ce qui s’était passé dans les couloirs, il se demanda si c’était finalement une bonne idée…
Puis, son œil entrevit la silhouette du docteur Calvario, celle qui faisait partie de son équipe. Le Colonel prit une tasse à café et passa devant le buffet pour prendre quand même un petit gâteau à la vanille… Le cuisinier, la casquette sur la tête et le ventre en forme de ballon, ne semblait pas au courant de la « réincarnation » de Jack puisque, contrairement aux autres militaires, il ne l’ignora pas et fut même content de le revoir.


« Colonel ? C’est vous ! Ca fait un moment qu’on ne vous a pas vu dit donc ! » Fit l’homme en faisant de grands gestes. « Mais, qu’est-ce qui vous êtes arrivé à l’œil ? Rien de grave j’espère ! »

Rien de grave ? Nooon ! Il avait juste perdu son œil. Mais Jack ne voulut pas gâcher ce moment sympathique. Voir un sourire sur un visage, même sur celui de ce pauvre cuisinier, ça lui plaisait et il ne voulait pas casser cette ambiance, similiaire à des retrouvailles.

« Oh non, un petit accident, rien de grave… » Répondit-il.

« En tout cas, je suis content de vous revoir ! Café ? »

O’Neill lui rendit son sourire et hocha de la tête. Quand il fut servi, il se retourna et se rendit compte tout à coup que le mess était étrangement silencieux… Presque aucun bruit, si ce n’est les chaussures claquant sur le sol. Jack fut perturbé par tout ce calme, était-ce sa conversation avec le cuisto qui avait provoqué ça ?
Il avança dans la salle et se rapprocha de la table où était assise Vertiga Calvario, la charmante scientifique, la vraie, celle de son équipe, celle qu’il avait connue et probablement la seule personne en qui il avait confiance dans cette pièce.


« Vous dessinez quoi ? »

O’Neill prit une chaise et s’assit. Il se rendit alors compte que c’était la présence de Vertiga qui avait provoquée ce silence au départ. Maintenant qu’il avait débarqué lui aussi, toutes les personnes présentes dans cette salle avaient leur attention rivées sur Calvario et lui. Comme s’ils étaient des étrangers très spéciaux et qu’ils attiraient la curiosité des gens qui les entouraient. Jack fut d’abord gênée car il savait qu’au moindre mot qu’il dirait, sa voix serait entendue par toutes ces personnes qui tendaient l’oreille dans leur direction.

*Eh bien, c’est gaie ici…*

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Vertiga Calvario
----------------
avatar
----------------
Chercheur
----------------


Nombre de messages : 2202

Arrivé au SGC : 16/04/2008

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Chercheur, Archéologue, Linguistes
๏ Expérience:
341/500  (341/500)

MessageSujet: Re: Intrigue IV : Repas et Dessin....[Libre]   Mar 17 Fév - 20:35

Une voix lointaine la sortie de sa torpeur, doucement elle leva son regard sombre vers la personne qui lui avait adressé la parole. Le colonel O’neill, une personne remarquable, typée militaire, dont la perception avait beau être endommagé il resté l’un des meilleurs militaires de ce monde, voir de l’univers, il avait survécue a des batailles atroces, douloureuse, pleine de cries, de morts et pourtant il était toujours là, toujours sur le pied de guerre. Prêt à tout pour survivre, elle le voyait comme l’homme de la situation, le genre de personne qui même si il ne comprend rien aux sciences il sourira quand même.
Un mince sourire se dessina sur ses lèvres, comme pour accueillir son visiteur mais le sourire se fana et la jeune femme posa son regard sur les feuilles de dessin.
L’une de ses mains pris quelques unes qui se baladaient près du rebord et elle les posa devant Jack.


"Regardez bien Colonel."

Les mots qui coulèrent d’entre ses lèvres furent d’un silence total, semblables à un murmure, presque inaudible. Sans levé son regard sur Jack, pourquoi ? Elle ne savait pas, mais une sorte de peur tiraillé son estomac. Mais elle décida quand même que dire au colonel se qu’elle avait prévue.

"Avec le Docteur Kawalsky nous allons faire une maquette quasi-identique à la machine des anciens, afin de l’étudier et que l’on puisse repartir d’ici."

Une nouvelle fois elle parla avec silence, comme si elle avait peur que sa voix met mal à l’aise les gens qui se trouve ici, mais au contraire le silence régna de plus belle face a la faible voix de la jeune femme.
Vertiga avait les yeux légèrement rouge, comme une sorte de manque de sommeil ou comme si elle avait passé une journée à pleuré. La deuxième possibilité est la plus probable et de ce fait elle est décidé à partir pour de bon.
Elle posa une main sur son menton et fixa un morceau de son dessin avec intensité, puis à l’aide de son crayon elle refit le contour plus fortement. Attrapant un crayon jaune elle coloria doucement les sortes de tuyaux.
Puis elle leva la tête et se massa la nuque, une nuque qui craqua légèrement sous la pression des doigts de la jeune femme.


"C’est affreux d’être ici, j’en ai marre de voir tout les soldats que je croise me faire un salut militaire ou de voir les infirmières qui s’évanouissent parce que je suis censé être morte han ! Je supporte mal cette situation han ! C’est plus qu’embarrassent vous savez ?"

Jouer la comédie ? Aucune raison, mais pourtant c’est ce qu’elle a fait face a deux soldats et face a ce pauvre cuisinier, si gentil. D’ailleurs celui revint vers les deux personnes et leurs adressa un de ces sourires bien gras, il prit la tasse de la jeune femme et en posa une autre fumante. Puis avec sa voix bien bourrue il s’adressa à la jeune femme.

"Arabica ! Votre favori Madame ! Crème et sucre j’ai omis de vous les donner tout à l’heure ! Bonne journée à vous deux ! Mon Colonel, Docteur Turner !"

La jeune femme lui adressa un sourire en guise de remerciement et pris la tasse chaude entre ses mains, elle aller la porté à ses lèvres quand il l’appela Docteur Turner. Elle reposa violement la tasse sur la table et étouffa une sorte de sanglots, tournant son visage ailleurs, elle se calma doucement et se contint de ne pas versé quelques larmes plongeant son regard vers la tasse de café et sa noirceur comme si elle espérait s’y noyé.

"Vous voyez…Je ne peux plus endurer cela ! Je vous fais la promesse que je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour que nous partions d’ici han !"

Fit la jeune femme en osant enfin levé son regard embué vers le Colonel, trop d’émotions, elle est une femme faible et sensible. Tout ça est beaucoup trop dur pour elle. Elle se mordit doucement la lèvre.
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13740

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Intrigue IV : Repas et Dessin....[Libre]   Mar 17 Fév - 23:33

Le docteur n’avait pas l’air d’être en grande forme. Elle semblait tout aussi dépasser par la situation mais pourtant, elle était sur une piste. Jack avait confiance en elle. Si quelqu’un les ramènerait à la maison, ça serait bien Vertiga Calvario. Le doc’ dessinait sur la table la machine qui les avait mis dans cette situation, afin de trouver des réponses à leurs questions. O’Neill écouta la jeune femme en buvant son café de la main gauche, son bras droit étant en écharpe suite à sa blessure. Puis, en fixant son visage désespéré, il vit que quelque chose tracassait la scientifique. Elle avait l’air de ne plus avoir le moral. Son interrogatoire c’était si mal passé que ça ?
Elle lui expliqua alors que la situation était embarrassante et qu’elle ne supportait pas le regard des autres. O’Neill pouvait comprendre ce qu’elle ressentait. Lui-même en avait fait l’expérience dans les couloirs peu de temps avant.


« Ouaip… Mais il ne faut pas baisser les bras, je suis sûr qu’on trouvera quelque chose. Tout rentrera dans l’ordre. » Dit-il, le ton de sa voix se voulant rassurant et confiant en l’avenir.

Jack releva soudain la tête quand le cuisinier se pointa.

"Arabica ! Votre favori Madame ! Crème et sucre j’ai omis de vous les donner tout à l’heure ! Bonne journée à vous deux ! Mon Colonel, Docteur Turner !"

Le Colonel fit un signe de la main au cuisto et s’attaqua à son gâteau à la vanille. Et puis, le déclic ! Il avait bien dit « Docteur Turner » ? Jack n’avait pas rêvé, et l’homme s’était bien adressé à Calvario… Ils étaient mariés, ici ?
Cette dernière fut quasiment effondrée en entendant ces paroles et O’Neill se sentit mal dans sa peau en voyant la jeune femme dans cet état.


"Vous voyez…Je ne peux plus endurer cela ! Je vous fais la promesse que je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour que nous partions d’ici han !"

« Vous y arriverez, Vertiga. Prenez votre temps, on n’est pas pressé. Et un jour viendra où nous quitterons ce monde de merde ! »

Jack avait bien insisté sur ses derniers mots pour que tout le monde entende bien. Il provoquait ceux qui les écoutaient et maintenant, il pouvait sentir sur lui tous les regards haineux qu’on lui lançait.

« D’après vous, qu’est-ce qui s’est passé ? Si ce n’est pas un retour dans le passé, qu’est-ce que c’est ? Un autre… Univers ? »

O’Neill n’était pas scientifique et n’avait aucune connaissance pour définir ce qui leur était arrivé. Entre deux bouchées, il ajouta :

« Au fait, ça s’est bien passé votre interrogatoire ? Pour ma part, je n’ai parlé qu’au Colonel Narah et j’ai réussi à le convaincre qu’on était dans le même camp. C’est plutôt une bonne chose… »

Une fois encore, Jack parla un peu plus fort pour que tout le monde puisse en profiter. Afin d’éviter tout problème avec le personnel le cette base, il leur avait clairement fait savoir que Narah était de leur côté. Une sorte d’avertissement envers ceux qui verraient O’Neill et Calvario comme des imposteurs ou des réplicateurs, que ces deux personnes étaient sous la protection du français.
Jack se permit donc de l’annoncer à haute voix, même si personnellement, il n’avait pas besoin de protection. Cependant, Vertiga semblait à bout de nerf et il fallait mieux qu’elle n’ait aucun problème avec qui que se soit pour accomplir sa tâche.

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Vertiga Calvario
----------------
avatar
----------------
Chercheur
----------------


Nombre de messages : 2202

Arrivé au SGC : 16/04/2008

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Chercheur, Archéologue, Linguistes
๏ Expérience:
341/500  (341/500)

MessageSujet: Re: Intrigue IV : Repas et Dessin....[Libre]   Mar 17 Fév - 23:50

La jeune femme aurait du être réconfortée par les paroles du Colonel est pourtant…Rien…Oh il n’y est pour rien, c’est un peu trop dur pour elle tout simplement.
Elle porta doucement sa tasse à ses lèvres si délicates et pris une longue gorgée de son nectar favori, effectivement un café comme elle aime.
On n’est pas pressé ? Oh si, elle est pressée, elle veut partir le plus vite possible tout oublié, tout vraiment tout ! Elle ne pourra pas supporter qu’on l’appelle une fois de plus Docteur Turner, ou Madame Turner ! Non cela est trop dur.
Vertiga posa son regard sombre sur O’neill, un mince sourire vint se logeais au creux de ses lèvres, elle fit glissé sa main dans sa chevelure noire avant de lui répondre avec conviction.


"Monde parallèle han ! "

Fit la jeune femme pour répondre au Colonel, puis elle porta cette fois ci, la cuillère a ses lèvres et la suçota quelques secondes comme plongée dans une intense réflexion.

"Je pense que cette machine possède une faculté exceptionnelle vous savez ? Han ? Elle emmène quiconque le souhaite dans un autre monde ou la dite personne n’en fait plus partie…"

Elle posa la cuillère avec douceur dans la tasse et la reporta à ses lèvres, puis elle reprit avec une douce et tacha d’être plus explicite.

"Nous avons atterrie dans un monde ou chacun d’entre nous n’existe plus han ! Apparemment cet engin envoie quiconque se trouve dans son champs dans un monde parallèle au siens ou il ou elle pourra faire une nouvelle vie, changer le cours des choses ou renaitre…Malgré ce potentiel unique en son genre c’est dangereux vous savez ? Han ? Essayez de revivre dans un monde qui n’est pas le siens peut altérer beaucoup de choses han ! Créer des failles par exemples…Faire en sorte que les deux mondes fusionnes han ! Cela serait trop dangereux, les personnes mortes dans un monde reviendraient et vice versa han ! Désolé…Je parle trop !"

Elle baissa doucement la tête confuse, oui elle savait qu’elle parlait beaucoup, mais alors beaucoup voir un peu trop au goût des autres. Elle entortilla une mèche de ses cheveux sombre et fut quand même surprise de voir que le colonel parlait aussi fort et aussi distinctement.

"Mon interrogatoire fut bref han ! Comme je vous l’ai dit je parle beaucoup, elle ma posé deux questions bien distinctes ! Mais je me doutais de ce qu’elle demanderait ensuite han ! Alors j’ai anticipé et elle en est venue à la même conclusion que moi ! Le Docteur Kawalsky est quelqu’un de bien ici, elle est en quelques sorte l’équivalent du Docteur Carter chez nous vous voyez ? Han ? Pour cela que je vais l’aider a faire la machine, a situé le problème, à comprendre le mécanisme ensuite on rentrera tous !"

Et pour la première fois depuis la journée, elle souria, un vrai sourire. Ce sourire qui illumine toute une salle, tout un visage.
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13740

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Intrigue IV : Repas et Dessin....[Libre]   Mer 18 Fév - 16:08

Un monde parallèle ? Jack n’en avait jamais entendu parlé, ou alors il s’en souvenait plus… Vertiga tenta de lui expliquer ce que c’était mais il avait du mal à tout comprendre ce qu’elle disait. Il capta les « han » et les mots comme « monde », « dangereux » ou « faille » mais en ce qui concernait les explications concernant cette situation tordue, il avait du mal à s’imaginer exactement ce qu’il s’était passé. Il savait que c’était l’arme de Heru’ur qui avait fait ça, mais pourquoi ? Et pourquoi est-ce que c’était dangereux ? O’Neill ne lui posa la question car en réfléchissant bien, cela lui intéressait peu. Ce qui l’intéressait, c’était cette charmante jeune scientifique qui avait des idées en tête et qui allait les sortir de ce merdier… Ou plutôt, de ce monde parallèle !
Puis, tout en la fixa, Jack se rendit vraiment compte à quel point le docteur Calvario était une belle femme. La tristesse qui se lisait dans ses yeux et ses traits faisait ressortir la clarté de son visage. Car même dans un état désespéré comme maintenant, la doc gardait toute sa beauté. Et que dire quand elle souriait ! Pas ces petits sourires qui se veulent rassurants, non, mais bien ces sourires qui en disaient long lors d’une conversation et que Jack avait assez rarement contemplé. Quand ça arrivait, c’était vraiment une magnifique scène. C’était comme si le visage de Vertiga brillait et O’Neill ne fut pas surpris que quelqu’un comme Turner avait craqué sur la scientifique, dans cette réalité. Elle était probablement la femme la plus belle du SGC, et il était convaincu qu’elle était plus ravissante que Janet. Sur le coup, Jack se demanda pourquoi il n’avait pas prêté plus d’attention à Calvario depuis qu’ils travaillaient au SGC.


« Désolé…Je parle trop ! »

Jack sourit et lui fit signe de la tête que non. Il aurait voulu lui répondre qu’il pouvait l’écouter toute la journée sans se lasser. Car plus elle en disait, plus il était fasciné et hypnotisé par la jeune femme. Il y pensa soudain et secoua sa tête pour reprendre un visage et un regard plus neutre.

*Merde Jack réveille-toi ! Regarde-la pas comme ça…*

« Euh, oui… Enfin, non ! Non, vous ne parlez pas de trop. Je préfère vous écouter, vous, vu qu’on vient tous les deux de la même réalité ! »

*Pas super bien rattrapé…*

Vertiga lui expliqua par la suite le déroulement de son interrogatoire. Elle parla de Kawalsky, l’équivalent de « l’autre » Carter… Physiquement ou… ? Jack secoua encore une fois sa tête et se maudit de penser à de telles choses maintenant, mais qu’est-ce qui lui arrivait aujourd’hui ?? Il baissa la tête mais garda le regard levé. Calvario jouait de temps en temps avec ses cheveux. Une manie qui la rendait encore plus resplendissante... C’est fou !

« Pour cela que je vais l’aider a faire la machine, a situé le problème, à comprendre le mécanisme ensuite on rentrera tous ! »

« AH ! Bonne nouvelle ! » Jack fit un large sourire. « Cette base dans cette…réalité, n’est pas très accueillante… Mais c’est une bonne chose si les terriens d’ici nous aident à rentrer chez nous. »

O’Neill s’arrêta net quand un nouveau sourire, des plus rayonnant cette fois, rentra dans son champ de vision limité. Il posa le gâteau sur la table et regarda Vertiga, d’un air bébête…

« Euh… Ouais… D’accord. C’est une bonne idée… »

Le Colonel ne bougea plus et oublia alors tous ces regards jetés dans leur direction. Il apprécia juste l’instant présent, avec cette autre personne, comme il ne l’avait pas fait depuis…très longtemps…
Il sentit une douleur au niveau de son bras. Encore cette brûlure qui lui revenait et qui l’avait fait redescendre sur terre. Il n’était plus sur son petit nuage et il en devenait déjà nostalgique.


« Merde, quelle connerie… » Murmura-t-il en enlevant les bandages qui lui soutenaient le bras droit. Il les jeta à côté de lui et posa son coude sur la table froide pour calmer la douleur qui lui chauffait les poils.
Et dire qu’il avait manqué de mourir, en prenant justement le risque de sauver cette femme, en face de lui. Et même s’il était handicapé maintenant, il ne le regrettait pas. Dans le vaisseau d’Heru’ur, c’était soit lui, soit elle, et il avait choisi sans perdre de temps... Maintenant, ça serait grâce à Calvario qui était toujours en vie, que l’équipe rentrera à la maison ! La bonne maison, cette fois-ci.


« A part Kawalsky, vous avez parlé à quelqu’un d’autre dans cette base ? »

O’Neill posa cette question pour combler le blanc et pour réentendre la douce voix de Vertiga. Mais il ne savait pas que sa question pouvait faire ressurgir de mauvais souvenirs dans l’esprit du doc…

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Vertiga Calvario
----------------
avatar
----------------
Chercheur
----------------


Nombre de messages : 2202

Arrivé au SGC : 16/04/2008

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Chercheur, Archéologue, Linguistes
๏ Expérience:
341/500  (341/500)

MessageSujet: Re: Intrigue IV : Repas et Dessin....[Libre]   Mer 18 Fév - 17:00

Ce fut si soudain, le temps s’arrêta brutalement, tout autour d’elle devint sombre, les lumières s’éteignirent. Ses doigts glissèrent de sa chevelure tombant lourdement sur ses genoux, le crayon tomba comme au ralenti sur la table son bruit sourd ne vint pas vibré aux oreilles de la scientifique. Toute la scène venait de revenir, tout un flot d’image parcourait ses yeux sombres. Ses lèvres, cette sensation, son odeur, la chaleur de ses bras. Pourquoi soudainement elle avait froid, un immense frisson parcourait son échine, par réflexe elle enroula ses bras autour d’elle-même. Pour s’apporter une once de chaleur, mais pourtant rien ne s’allumait.
Elle baissa la tête et laissa échapper un sanglot d’entre ses lèvres.


"Je…Avec le Général Turner oui !"

Ces mots s’écoulèrent doucement, un murmure doux et triste. Elle ouvrit doucement les yeux et les plongea dans celui de Jack, puis prenant une serviette en papier elle essuya doucement ses yeux sombres. Et elle préféra boire un peu de café, goûtant à ce nectar profond qui donne des sensations si douces et profondes.

"Vous savez Colonel je suis consciente que je suis le genre de personnes qui parle pour rien dire, qui a une faiblesse que peut possède…Je ne suis pas une femme forte han, je suis trop faible et pourtant…"

Elle baissa son regard vers sa tasse et soupira doucement, oui elle était faible, elle était le genre de personne qui écoute des chansons d’amour, des chansons douces. Vous savez le genre de chanson que vos parents écoutent quand vous n’êtes qu’un enfant. La chaleur de Sting, la voix fanfaronne d’Elthon John. Le genre de chanteur qui vous donne envie de fermé les yeux, de revivre, de pleuré, le tout au nom de l’amour, de la vie et de la liberté.
La jeune femme osa enfin lever les yeux vers Jack puis elle le vit retiré son bandage et se mordit la lèvre en se souvenant que c’était sa faute.


"Votre bras souligne bien ma faiblesse han ! Si je n’étais pas aussi faible, aussi nulle vous ne vous seriez pas blessé dans ce combat han ! Etre fille de militaire et avoir peur des armes c’est inadmissible han !"

La jeune femme regarda le bras du militaire et avança doucement sa main vers celui-ci, effleurant doucement la peau du Colonel. Puis elle regarda le militaire avec tristesse.

"Vous êtes quelqu’un de formidable han, vous avez une audace sans limite, un professionnaliste a toute épreuve, une force que peut d’homme possède celle du cœur et de l’esprit han ! Vous êtes prêt a mourir pour vos hommes, pour votre monde, quitte a donner votre vie cela vous importe peut ! Cela se voit dans votre regard han ! N’essayez pas de sortir un peu d’humour sur vos yeux et sur le fait que vous n’en possédiez qu’un Colonel !"

Elle lui adressa un franc et doux sourire, retirant sa main du bras du Colonel, ce geste fut très posé, elle n’avait pas appuyé sur la blessure du militaire, puis elle reprit aisément.

"Si il y’a une personne dans le monde qui peut faire en sorte que toute la base soit de notre côté c’est bien vous Colonel han ! Je me charge de trouver une solution, quand à vous remonté le moral des troupes ! J’ai le pressentiment qu’on n’est pas sortie de l’auberge et que certain sont encore plus troublé que moi…"

Fit la jeune femme en lui adressant un nouveau sourire, puis avec mélancolie elle termina sa tasse et repris son crayon entre ses doigts fin, pour continué son dessin.
Revenir en haut Aller en bas
Jack O'Neill
----------------
avatar
----------------
Major-General
----------------


Nombre de messages : 13740

Arrivé au SGC : 06/10/2005

Age du Joueur : 26


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 52
Profession: Général de l’US Air Force
๏ Expérience:
5056/15000  (5056/15000)

MessageSujet: Re: Intrigue IV : Repas et Dessin....[Libre]   Mer 18 Fév - 21:19

Jack s’en voulait d’avoir posé cette question. Il avait bien vu qu’elle avait été touchée et choquée par ce qu’il s’était passé entre elle et le Général Turner. Mais pourquoi une telle réaction ? O’Neill ne pouvait pas savoir, et probablement qu’il ne le saura jamais… Il était trop tard pour changer de sujet et faire revenir son sourire. Il n’était qu’un imbécile de militaire qui ne connaissait rien à ce genre de sentiment qu’éprouvaient les femmes… Il en avait fait le constat avec Janet. Longtemps il y avait eu de la tension entre eux deux tout simplement parce qu’ils ne se comprenaient pas. D’ailleurs, Jack se demandait parfois s’ils se comprenaient toujours aujourd’hui. Il faut dire que ça n’était pas facile pour le Colonel de parler avec son coeur, même s’il faisait quelque fois des efforts.
Il se sentit extrêmement gêné devant la jeune femme. Celle-ci se caractérisa de faible quand elle lui dit que son père était militaire, et qu’elle avait justement la phobie des armes à feux.


« Il ne faut pas dire ça. Vous avez tracé votre route, qui était différente de celle de votre père. Moi-même, je me suis engagé alors que mes vieux parents détestaient l’armée… C’est pas inadmissible, ça ? »

Jack s’en souvenait bien. Même s’il avait jamais parlé de cette époque qui remontait à aussi loin, à personne, il avait gardé en mémoire les moments importants. Ceux qui l’avaient rendu indépendant, autoritaire, dur… Le commencement d’une longue et pénible vie.
Vertiga continua son speech, déballant tout ce qu’elle avait à dire, sans se gêner ou se préoccuper de ceux qui pouvaient les espionner. O’Neill fut surpris de la voir en train de mélanger humour/détresse et paroles franches. La scientifique prenait le dessus sur la conversation.


« Le moral… Ouais, le moral est important. Je m’en chargerais. » Ajouta Jack, sans l’interrompre trop souvent tellement il aimait l’écouter.

Le contact de sa main douce sur son bras lui fit beaucoup de bien. O’Neill but son café puis reposa la tasse. Il finit par manger le dernier bout de gâteau dans son assiette puis il remit son bras en écharpe autour de son cou.

« Je vous laisse travailler, docteur. Je vais aller faire un tour, essayer de voir où en est Davis, ou Dablord… Le pauvre médecin, je suppose qu’il est tout aussi perdu que moi ! Pareil pour le Capitaine Davis, c'est quelqu'un de nerveux. » Fit-il avec un petit sourire en coin.

Jack poussa sa chaise et se leva ensuite, attirant une nouvelle fois tous les regards du mess.

« Au moindre problème ou autre, vous venez me voir. Même si nous sommes au SGC, moi, Fett et Davis nous restons vos supérieurs. A la moindre idée ou suggestions, venez nous en parler. Je vous laisse travailler maintenant. » Il se retourna pour partir mais s’arrêta au bout de quelques pas. Il revint alors vers Vertiga, le regard sincère.

« Merci. »

Sur ce simple mot, O’Neill la salua et s’en alla du mess, le visage pétillant du docteur gravé dans sa mémoire. Le toutou qui le surveillait s’était levé lui aussi pour le suivre dans les couloirs.
La "bulle" se referma alors sur la silhouette de Calvario, qui s'était remise au travail sous le regard curieux des militaires...

_________________

Soutenez Mission Stargate en votant : aux tops sites
Nouvel inscrit et un peu perdu ? Le guide du nouveau vous aidera à entrer dans le bain !

Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Pierson
----------------
avatar
----------------
Lieutenant
----------------


Nombre de messages : 531

Arrivé au SGC : 19/03/2007

Age du Joueur : 43


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 32
Profession:
๏ Expérience:
459/550  (459/550)

MessageSujet: Re: Intrigue IV : Repas et Dessin....[Libre]   Sam 28 Fév - 1:29

Cassandra entra dans le mess, l'air naturel, comme si elle se trouvait dans son monde habituel . Elle prit un plateau,mit deux sandwichs au cheddar, et un brownie qui avait l'air prometteur . Le cuisinier du SGC qu'elle connaissait n'était pas un as, loin de là, et dans ce monde, elle espérait qu'il avait ouvert une gargotte en Patagonie ! Avec son plateau en main, elle fit un tour d'inspection de la salle, et repéra le Dr Calvario . Une co-victime ! Il était temps de savoir ce que devenait les autres membres de son équipe . A sa grande honte, Cassandra n'y avait guère pensé . Elle s'approcha de la table, et se racla la gorge pour signaler sa présence . Vertiga avait l'air trés occupé à dessiner un truc étrange... Non, à bien y regarder, Cassandra reconnaissait l'artefact d'Her'rur .

A peine arrivée et interrogée, et ils vous ont foutu au boulot ? dit Cassandra, avec consternation .

Cassandra s'assit sur une chaise, et posa son plateau .


Dr Calvario, vous avez mangé au moins ? demanda-t-elle en fronçant les sourcils . Puis, elle vit les yeux rouges de la scientifique . Mais vous avez pleuré ! Qu'est ce qui s'est passé, bon Dieu !

Ils n'avaient pas osé touché à un seul de ses cheveux, au moins ? Cassandra scruta le visage de la jolie brune . Non, Turner n'était pas ce genre d'homme, du moins pas dans leur monde, et ici, il semblait être un bon militaire . Et les bons militaires ne torturaient pas, quand il était possible d'avoir les informations avec persuasion .
Puis, Cassandra réalisa qu'elle aussi devait avoir les yeux rouge, et le nez qui coulait . Dieu sait qu'elle en avait versé des larmes ! Des larmes de joies, en fait...
Revenir en haut Aller en bas
http://soleilsanglant.surmonde.net
Vertiga Calvario
----------------
avatar
----------------
Chercheur
----------------


Nombre de messages : 2202

Arrivé au SGC : 16/04/2008

Age du Joueur : 27


~ Carte d'accès SGC ~
๏ Âge: 31 ans
Profession: Chercheur, Archéologue, Linguistes
๏ Expérience:
341/500  (341/500)

MessageSujet: Re: Intrigue IV : Repas et Dessin....[Libre]   Mar 3 Mar - 20:40

Bizarrement la jeune femme retourna dans sa bulle, comme si le fait que le Colonel sorte pour que l’obscurité reprenne le dessus, comme si la bulle dans laquelle la belle se trouvait avait attendu désespérément que Jack partent pour partir, pour englobé la lumière et redonné au cœur de la mythologue l’image sombre de ce monde.
Son regard sombre et triste se reporta sur son dessin quasi-finie, cela devait faire des heures qu’elle était devant cette feuille, des heures qu’elle faisait travailler sa mémoire si infaillible soit elle pour redessiné cet objet. Elle fit glissé une feuille avec nonchalance vers un bord de la table et en pris une autre, la première a vrai dire.
Sur la feuille on y voyait l’objet de haut, des lignes et des carrés représentait certains symboles, faisant roulé entre ses doigts un crayon bleu ciel elle se mit a repassé certain signes, du moins ceux qui était dans les carrés.
Tout en dessinant elle ne vit pas Cassandra Pierson qui venait d’apparaitre dans le mess, la deuxième femme de l’équipe, quoi que si l’on regarde bien, la deuxième femme c’est elle…Une simple scientifique face à une militaire d’élite.
La voix de la dite militaire la sortie de ses pensées, elle leva son regard sur elle. Et ni une ni deux la jeune femme capta le regard triste de la scientifique qui lui fit un mince sourire, puis ce fut comme si la bulle éclatait laissant la chaleur et la lumière reprendre le dessus de notre petit ange de mythologue. Elle souriait face à la phrase de la militaire et porta un bref regard sur son dessin.


"A vrai dire je me suis proposé, on ne m’a rien obligé han ! Je le fait de plein gré !"

Tel un murmure sa voix revint, jouant sa mélodie habituelle. Elle releva la tête et haussa doucement un sourcil avant de regardé la militaire qui apparemment s’inquiété un temps soit peut de la santé de la jeune femme, nourriture, yeux rouge.

"Han ? Non je n’ai pas mangé, je n’ai pas faim merci ! Et oui j’ai pleuré mais ce n’est rien ! Juste le mal de ce monde han ! Enfin pour certaine chose…"

Elle baissa une nouvelle fois la tête vers son dessin en essayant de ne pas mentionné le nom de Jason Turner, elle secoua doucement sa tête pour chassé toute pensée négative et la releva en gratifiant la jeune femme d’un beau sourire, le plus naturel du monde. Elle est le genre de personne dont le visage change d’émotion à une vitesse incroyable.

"Et vous tout va bien Lieutenant Pierson ? Han ? Dite ? Vos yeux sont rouge aussi vous savez ? Vous allez bien han ? On vous a fait du mal ? Han ? Dite ? Ils n’on pas le droit de vous faire quoi que se soit han ! Franchement c’est intolérable et…Ooooh un brownies !"

Le regard gourmand de la brunette se posa sur le gâteau chocolatée, certes les gâteaux italiens c’est son dada, mais un bon brownies on peut pas y échappé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
----------------

----------------
----------------



MessageSujet: Re: Intrigue IV : Repas et Dessin....[Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue IV : Repas et Dessin....[Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mission Stargate ::  :: ~ Niveau 23 ~ :: Le mess-